Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


LA MANCHE : DES TERRITOIRES POUR RECONSTRUIRE LES RURALITÉS


DU MERCREDI 5 OCTOBRE (19 H) AU DIMANCHE 9 OCTOBRE (14 H) 2022

[ colloque de 4 jours ]



DIRECTION :

Viviane de LAFOND, Nicole MATHIEU


ARGUMENT :

Qu'est-ce qui se trame aujourd'hui qui conduise à une "régénération rurale" et/ou à un "renouveau générationnel" ? Telle est la question centrale du projet Ruralization qui met à l'épreuve les concepts-actions, anciens et nouveaux, qui marqueront les relations villes/campagnes du XXIe siècle, au regard de leur pertinence pour (re)construire les ruralités, autrement dit des "milieux ruraux soutenables" : "adaptation", "transition", voire "résilience", ainsi que bien sûr "ruralisation" et "régénération rurale". Le choix méthodologique a été celui de l'observation de "terrains", continue, construite et effectuée conjointement par des chercheurs et des professionnels/praticiens. Les travaux conduits dans la Manche, plus particulièrement dans les communautés de communes Granville Terre et mer et Coutances Mer et Bocage, ont donné corps aux trois questions solidaires autour desquelles s'organise le colloque: les jeunes sont-ils les artisans de la régénération ? Comment passer du "développement local" à un nouvel esprit public d'interconnaissance territoriale ? L'éducation aux métiers de nature est-elle un levier de la réconciliation entre les mondes ruraux, agricoles et urbains ? La confrontation des réponses obtenues dans les terrains manchois à d'autres "études de cas" européennes en garantira la portée générale.


MOTS-CLÉS :

Agriculture, Campagne, Éducation, Générations, Jeunes, Métiers, Milieu, Nature, Régénération, Résilience, Ruralisation, Ruralités, Territoires, Transition, Prospective, Relations villes/campagnes


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mercredi 5 octobre
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Jeudi 6 octobre
Matin & Après-midi
INTRODUCTION
Nicole MATHIEU : Problématique et enjeux du projet européen Ruralization
Viviane de LAFOND : La Manche : un "observatoire" pertinent pour y répondre

LES JEUNES ARTISANS DE LE RÉGÉNÉRATION ?
Camille ROBERT-BOEUF : Les jeunes de la Manche et leur territoire : représentations, pratiques et aspirations
Philippe MANCEL : Mettre les jeunes en action : retour sur expérience
Jean-Pierre DARDAUD : Enquête en Bretagne "Cap sur Faro"

Table ronde, animée par Mélanie GAMBINO, avec Cécile AUVRAY (Directrice de l'école de Gavray-sur-Sienne), Benoit COQUARD (Sociologue, INRA),  Michael HOUSTIN (Professeur au lycée agricole Coutances Métiers Nature) et Jean-Marc JULIENNE (Conseiller communautaire Granville Terre et Mer)

Soirée
Ulysse MATHIEU & Grégoire TRIAU : Présentation de leur vidéo "Le Ravitaillement, Arts et pratiques rurales en partage", en présence de Marie PLEINTEL (Créatrice de ce lieu culturel à Gavray-sur-Sienne)


Vendredi 7 octobre
VERS UN NOUVEL ESPRIT PUBLIC D'INTERCONNAISSANCE TERRITORIALE
Matin & Après-midi
Viviane de LAFOND : Renouveau de la politique de développement local : réseau et interconnaissance
Fanny MARCHAND : La place du territoire dans l'action de la Mission locale
Josiane STOESSEL : Le principe de réciprocité pour renforcer et redynamiser les pratiques de l'ESS

Table ronde, animée par Sylvain ALLEMAND, avec Pierre-Marie GEORGES & Cédric SZABO (Association Maires Ruraux de France), Loic LELAIDIER (Artisan, Coutances), Alain NAVARRET (Conseil départemental de la Manche), Marie-Vic OZOUF (Historienne, EHESS), Guillaume PERRODIN (Fondateur de Syment) et Stéphane SORRE (Président de Granville Terre et Mer)

Visites

Soirée
Avec un groupe de jeunes du Pôle Media Local Mission Locale du Bassin granvillais, présentation de documentaires sur "territoires manchois"


Samedi 8 octobre
RETROUVER ENSEMBLE LE CHEMIN DU TERRITOIRE PAR LE LIEN HABITANTS/NATURE
Matin
Nicole MATHIEU : L'éducation aux métiers de nature est-elle un levier de la réconciliation entre les mondes ruraux, agricoles et urbains ?
Edgar LEBLANC & Bruno MONDIN : Travailler en collectif, expérimenter des pratiques pour créer les ruralités futures soutenables
Nicole CHAMBRON : Passer par l'alimentation pour relier agriculteurs et politiques des collectivités territoriales

Table ronde, animée par Jacques BRULHET, avec Ségolène DARLY (Universitaire), Stéphane TRAVERT (Député de la Manche), François DUFOUR et la participation d'agriculteurs : Franck LETOUSEY, Hadrien MARQUET, Christophe OSMONT et le GAEC Ennée

Après-midi
Présentations de partenaires d'autres pays européens associés au projet :
- Les concepts (ruralité, régénération rurale, accès à la terre…), avec Imre KOVACH et Aisling MURTAGH
- Le rôle des case studies pour le renouvellement des politiques agricoles et rurales, avec Imre KOVACH et Silvia SILVINI
- Les politiques agricoles et rurales face à la diversité des contextes de l'UE, avec Titus BAHNER et Willem KORTHALS

Soirée
Autour de Mohican d'Éric FOTTORINO : Qui parle mieux du rural et des paysans : les écrivains/artistes ou les scientifiques ?


Dimanche 9 octobre
CONCLUSIONS
Matin
Quel intérêt, quelles leçons du colloque pour les jeunes observateurs ?

Bilan local et Discussion générale, animée par Hervé BRÉDIF

Après-midi
DÉPARTS


BIBLIOGRAPHIE :

• Allemand S., 2020, "La prospective territoriale en Normandie. Synthèse d'une table ronde avec des acteurs normands", in Prospective et co-construction des territoires au XXIe siècle, Colloque de Cerisy, Hermann, pp. 301-342.
• Coquard B., 2019, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte.
Études Normandes, novembre 2020, "Le département de la Manche : des lieux et des gens", n°15.
• Fottorino E., 2021, Mohican, Gallimard.
Présences Paysannes et Rurales, mars 2021, Dossier : "La recherche rurale, histoires et devenirs", n°1, pp. 14-37.
• Heurgon E., 2020, "Préface. Prospective & co-construction de stratégies territoriales face aux mutations des sociétés", in Prospective et co-construction des territoires au XXIe siècle, Colloque de Cerisy, Hermann, pp. 5-17.
• Jollivet M. & Eizner N. (dir.), 1996, L'Europe et ses campagnes, Paris, Presses de Sciences Po.
• Kayser B., 1990, La renaissance rurale. Sociologie des campagnes occidentales, Paris, Armand Colin.
• Mathieu N. (dir), 1995, L'emploi rural, une vitalité cachée, Paris, L'Harmattan.
• Mathieu N., 2017, Les relations villes/campagnes. Histoire d'une question politique et scientifique, Paris, L'Harmattan.
• Mathieu N., De Lafond V., & Gana A., 2006, Towards New Responsible Rural/Urban relationships. A sustainable Territories-oriented Comparative Analysis.
Mouvements, 2015, Dossier : "Vitalité politique en rase campagne", 2015/4, n°84.
• Poulle F., Gorgeu Y., Grenier P., Moquay P. & Sahuc P., 1999, Urbanité rurale, Éditions du développement territorial.


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.


Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


CONQUÉRIR, SOUMETTRE, GOUVERNER :
THÉORIES ET PRATIQUES DE LA "PACIFICATION" DANS LES MONDES NORMANDS

(MONDE VIKING, NORMANDIE, ROYAUME D'ANGLETERRE, ITALIE MÉRIDIONALE ET SICILE, IXe-XIIe SIÈCLE)


DU MERCREDI 5 OCTOBRE (19 H) AU DIMANCHE 9 OCTOBRE (14 H) 2022

[ colloque de 4 jours ]


Tours, Bibliothèque mun., Ms. 568,
Recueil de droit canonique (XIIIe siècle), f. 249v
© Bibliothèque municipale de Tours


DIRECTION :

Pierre BAUDUIN, Simon LEBOUTEILLER, Annick PETERS-CUSTOT


ARGUMENT :

Ce colloque propose d'orienter une réflexion portant sur la transition entre l'état de guerre inhérent à une conquête territoriale, et l'état de paix censé inaugurer l'émergence d'une nouvelle construction politique. Cet "entre-deux" pose un ensemble de questions (sur l'exercice de la violence et les différentes logiques à l'œuvre, militaires, socio-politiques, économiques, territoriales, juridiques) que cette rencontre voudrait contribuer à résoudre dans une approche comparatiste entre des situations très différentes dans le monde viking, les îles Britanniques et en Méditerranée. Ces questionnements amèneront à s'interroger sur la pertinence de parler de stratégies de "pacification" et de discuter l'usage — dans un contexte médiéval — de la notion de pacification par un croisement historiographique avec d'autres périodes, en prenant soin de s'extraire de tout anachronisme, ou en assumant cet anachronisme méthodologique. Ce colloque est ouvert aux chercheurs, aux étudiants et à toute personne intéressée par l'histoire des mondes normands.


MOTS-CLÉS :

Conquête, Consensus, Construction politique, Coopération, Gouverner, Guerre, Mondes normands, "Pacification", Paix, Violence


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Rosanna ALAGGIO : Le "feudum" dans le Catalogus Baronum. Instrument de contrôle patrimonial et cellule "élémentaire" du système politico-administratif dans le Regnum Siciliae
* Pierre BAUDUIN : Qui pacifie l'autre ? La pacification comme outil heuristique pour analyser les fondations vikings
* Stephen BAXTER : L'organisation de la Grande Confiscation dans l'Angleterre conquise
* Jenny BENHAM : La justice transitionnelle dans les mondes normands
* Riccardo BERARDI : L'infiltration "normande" dans l'Italie méridionale : une nouvelle construction sociopolitique ?
* Guilhem DORANDEU-BUREU : Pratiques et discours de l'implantation du pouvoir normand dans la principauté de Capoue (1058-1135)
* Hugo FRESNEL : Réfréner la violence de la conquête : le Pénitentiel d'Ermenfroi de Sion
* Ryan LAVELLE : Coopération et collaboration : l'autorité royale et les nouveaux réseaux de la seigneurie dans les mondes anglo-danois et anglo-normands pendant le XIe siècle
* Michael LEWIS : Pacifier les Anglais : comprendre la conquête normande de l'Angleterre à travers la Tapisserie de Bayeux
* Graham LOUD : Les Lombards de l'Italie méridionale sous la domination normande
* Bastien MICHEL : Les hommes d'Odon de Bayeux : conquête, "pacification" et réseaux en Angleterre après 1066
* Ben MORRIS : Négocier l'exil : l'exil dans le cadre des traités de Byzance et d'Angleterre, 900-1200
* Annliese NEF : Les Hauteville et la pacification de la Sicile et de l'Ifrîqiya
* Daniel POWER : Pacification dans le monde normand : l'annexion capétienne du duché de Normandie
* Benjamin RAFFIELD : Conflit, colonisation et intégration culturelle dans l'Angleterre de l'ère viking

* Table ronde conclusive, avec Jean-François KLEIN, Aliénor RUFIN SOLAS et Laurier TURGEON

"HORS LES MURS" — AU CHÂTEAU DE CAEN
* Bénédicte GUILLOT & Alban GOTTFROIS : Le château de Caen : entre administration et démonstration de puissance, un lieu de pouvoir au cœur de la Normandie (XIe-XIIe siècles)
* Visite du château


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Rosanna ALAGGIO : Le "feudum" dans le Catalogus Baronum. Instrument de contrôle patrimonial et cellule "élémentaire" du système politico-administratif dans le Regnum Siciliae
Sa fonction de "rapport d'enquête" fait du Catalogus Baronum un exemple intéressant "d'écriture gouvernementale" du royaume normand de Sicile. Sa finalité militaire ne limite pas sa capacité à nous renseigner sur un aspect qui n'a pas encore été investigué, celui de la consistance économique des fiefs. Si, en effet, la répartition des comtés et des pouvoirs délégués à leurs titulaires démontrent comment l'imposition de l'obligation militaire à tous les détenteurs de richesses participait au projet de centralisation monarchique, le fief, avec son modèle économique et juridique, illustre de quelle manière un régime fortement hiérarchisé contrôle les ressources naturelles et les habitants en constituant la cellule principale de la géographie administrative du Regnum Siciliae. Il s'agit de réfléchir à nouveau sur la nature du fief comme élément de base de la structure de contrôle des territoires créés par les Normands en Italie.

Rosanna Alaggio est Professeur agrégé d'histoire médiévale à l'université du Molise (Italie). Ses principaux intérêts de recherche concernent la dynamique de formation des structures territoriales de l'âge normand ainsi que les caractéristiques sociales et institutionnelles des grandes villes dans le Royaume de Sicile. Une importance particulière est accordée à l'étude de la structure féodale, de ses relations avec le pouvoir central et des ses conditionnements exercés sur les économies des territoires comme des centres urbains.
Publications
"La fondazione dell'Abbazia di Santa Maria di Cadossa. Strategie politico-istituzionali nel Vallo di Diano tra Longobardi e Normanni", in Apollo (1995) (Bollettino dei Musei Provinciali del Salernitano), XI, pp. 70-101.
"Una prospettiva verosimile : la fondazione di Santo Stefano nelle strategie politiche dei primi conti normanni di Marsico", in La Chiesa di Santo Stefano di Sala Consilina. Dalle carte d'archivio all'archivio dell'arte, a cura di E. Spinelli, Salerno 1997, pp. 15-24.
"La Reparatio Castrorum nel Vallo di Diano. Organizzazione territoriale di un'area campione in età normanno-sveva. Nota preliminare", in Monasteri e Castelli nella formazione del paesaggio italiano. La Viabilità, Atti del Seminario di Studi (Benevento 20/11/98), "Archivio Storico del Sannio", V/2 (2000), pp. 101-118.
"Finis est Europae contra meridiem. Immagini da una frontiera dell'Occidente medievale", in Fedi a confronto. Ebrei Cristiani e Musulmani fra Xe XIII sec., Atti del Convegno di Studio (Montaione 22-24 settembre 2004), a cura di S. Gensini, Centro Internazionale di Studi "La Gerusalemme di San Vivaldo", 2006, pp. 193-222.
"Modelli di gestione del potere signorile nel Salento Medievale", in MEFRM (Mélange École Française de Rome, Moyen-Âge), 2006/II, pp. 24-48.
"I contesti urbani della Puglia dopo la conquista normanna", in Alle origini del Dualismo italiano, Atti del Convegno Internazionale (Ariano, settembre 2011), a cura di G. Galasso, Soveria Mannelli, 2014, pp. 11-26.
Brindisi, Spoleto, 2015 (CISAM - Il Medioevo nelle città Italiane, 8).
"Costruire la Memoria. La consapevolezza identitaria nelle comunità cittadine del Mezzogiorno medievale", in Antropologia e Società, a cura di R. Alaggio, A. Mancini, L. Scillitani, Soveria Mannelli, 2017, pp. 311-327.
"Il Molise nella geografia feudale del XII sec.", in Medioevo e Mediterraneo : incontri, scambi e confronti, Palermo, 2020, vol. I, pp. 147-163.

Riccardo BERARDI : L'infiltration "normande" dans l'Italie méridionale : une nouvelle construction sociopolitique ?
Cette communication vise à éclairer, sous l'angle de la notion de "pacification" envisagée comme un outil de description des suites d'une conquête territoriale, une modalité essentielle du passage de la conquête à la construction politique chez les "Normands" d'Italie du Sud, par le biais de l'importation de la féodalité et de la seigneurie en Italie méridionale, en relation avec les structures sociopolitiques et les élites préexistantes. Le Mezzogiorno comprenait des régions de traditions très différentes avant l'arrivée des Normands, en fait l'"infiltration" (tant le processus fut lent) s'est produite de manière différente dans chaque zone que nous allons examiner. Le changement le plus évident sont les structures "féodales" et seigneuriales utilisées par les nouveaux conquérants, en fait, s'il existait des formes de pouvoir privatisé, cette réalité socio-politique était inexistante dans l'Italie méridionale. Il est très intéressant de comprendre à travers l'étude de sources historiographiques, hagiographiques et diplomatiques si les "Normands" ont utilisé, consciemment ou non, des stratégies de "pacification" en imposant le système féodal seigneurial dans la double acception d'imposition d'un ordre, et de création d'un consensus des élites.
Bibliographie essentielle
Berardi, Riccardo, Feudalità laica e signoria ecclesiastica nel Mezzogiorno medievale : la Calabria dai normanni alla Guerra del Vespro (1040-1282) / Féodalité laïque et seigneurie ecclésiastique en Italie du Sud au Moyen Âge : la Calabre des Normands à la guerre des Vêpres (1040-1282), Thèse de doctorat d'Histoire médiévale, Saint-Marino - Angers - Nantes, Università degli stuidi - École doctorale SCE - Université Bretagne Loire / CRHIA, 2017a, 1 vol. (dactyl.).
Carocci, Sandro, Signorie di Mezzogiorno. Società rurali, poteri aristocratici e monarchia (XII-XIII secolo), Rome, Viella (La Storia. Saggi, 6).
Loud, Graham, "Migration, Infiltration, Conquest and Identity : the Normans of Southern Italy c. 1000-1130", dans Le migrazioni nell’Alto Medioevo (Spolète, 5-11 avril 2018), Spolète, Fondazione Centro italiano di studi sull'alto medioevo (Settimane di studio della Fondazione Centro italiano di studi sull'alto Medioevo, 66), 2019, pp. 339-358.
Martin, Jean-Marie, "Aristocraties et seigneuries en Italie méridionale aux XIe et XIIe siècles : essai de typologie", Journal des savants, 1999, p. 227-259.
Nef, Annliese, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, École française de Rome (Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, 346), 2011.
Peters-Custot, Annick, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine (IXe-XIVe siècle) : une acculturation en douceur, Rome, École française de Rome (Collection de l'École française de Rome, 420), 2009.
Peters-Custot, Annick, "Comportement social et comportement culturel des élites rurales calabro-grecques d'après les actes de la pratique (XIe-XIIIe siècles)", dans L. Feller, M. Kaplan, C. Picard (éd.), Mélanges de l'École française de Rome - Moyen Âge, 124-2, Numéro thématique "Élites rurales méditerranéennes (Ve-XVe siècles)", 2012, pp. 359-374.

Riccardo Berardi est Professeur agrégé (Histoire et Philosophie dans les lycées, Italie). Membre associé au CRAHAM (UMRS 6273 - CNRS / Université de Caen Normandie). Docteur de recherche en Histoire du Moyen Âge à l'École supérieure d'études historiques de l'université de la République de San Marino (directeur: J.-M. Martin, CNRS Paris) en co-tutèle avec l'université de Nantes (directrice: A. Peters-Custot).
Publications
La contea di Corigliano. Profilo storico, economico e sociale della Sibaritide (secoli XI-XVI), Ferrari editore, Rossano 2015, pp. 559.
"La féodalité et la seigneurie dans la Calabre comtale normand : une institution politique pour bâtir la paix ?", dans Tabularia, Mémoires normandes d'Italie et d'Orient (CRAHAM).
"Il cartulario del monastero di S. Maria di Altilia in Calabria", dans Miscellanea in memoria di Filippo Burgarella, éd. G. Strano, Associazione Italiana di Studi Bizantini, Rome 2020, pp. 19-32.
"Le platee o reintegre dei Sanseverino di Bisignano : diritti e prelievo signorile nella Calabria settentrionale (secc. XV-XVI)", dans Gli archivi feudali nel Regno di Napoli (XIV-XVI sec.). Prime indagini, éd. F. Senatore, Firenze University Press, Firenze 2021, pp. 71-151.

Guilhem DORANDEU-BUREU : Pratiques et discours de l'implantation du pouvoir normand dans la principauté de Capoue (1058-1135)
La conquête normande de la principauté lombarde de Capoue, achevée au début des années 1070, est marquée par l'implantation d'une aristocratie militaire transalpine dans un système institutionnel solide et ancien. Dans ce cadre, les conquérants adoptent plusieurs solutions pour asseoir, légitimer et perpétuer leur domination, avec pour conséquence finale l'instauration d'institutions de type féodal, alors inconnues de la Langobardia minor. La présente communication propose d'analyser ce processus de transition, qui apparaît certes marqué par l'emploi de la violence et de la contrainte, mais surtout basé sur l'intégration des anciennes élites au nouvel ordre social. Ce phénomène est mis en mots de façon singulière, essentiellement à partir de modèles antérieurs légèrement modifiés, afin de permettre la légitimation de l'établissement des nouveaux pouvoirs.

Guilhem Dorandeu-Bureu est ATER en histoire médiévale à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa thèse, intitulée "Sceller la domination de l'Italie normande (XIe-XIIe s.)", analyse les constructions institutionnelles et les discours de légitimation des pouvoirs normands du Mezzogiorno à l'aune des sources diplomatiques et sigillaires.
Publications
Avec Annliese Nef, "Le passage à la royauté de Roger II de Hauteville en 1130 : propositions pour l'analyse d'une révolution symbolique", Tabularia, 2022.
"Une bulle de Bohémond Ier de Hauteville découverte à Juaye-Mondaye", Annales de Normandie, 71e année, 2021/1, p. 91-101.
"Le double scellement d'une charte de fondation par le comte Henri de Monte Sant'Angelo (1098) : discours sigillaires et concurrence politique", dans Laurent Macé (dir.), Jeux de miroir. Le sceau princier au Moyen Âge (XIe-XIVe siècle), Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2021, p. 17-63 [Tempus, n°65].

Hugo FRESNEL : Réfréner la violence de la conquête : le Pénitentiel d'Ermenfroi de Sion
Depuis l'article de 1969 d'Herbert Cowdrey, aucune étude approfondie n'a été menée sur ce document exceptionnel qui liste les pénitences auxquelles les différents combattants de la bataille d'Hastings devront se soumettre. L'objectif de cette communication est de revenir sur ce texte en élargissant la réflexion afin de voir dans le Pénitentiel une source à part entière sur les conceptions que les contemporains pouvaient se faire des violences, légitimes ou non, qui accompagnaient des processus de conquête et la pacification du territoire conquis une fois la victoire obtenue. Demander aux combattants d'Hastings de faire pénitence n'était pas forcément une évidence : c'était un choix voulu de la part des évêques qui ont opté pour une forme de sévérité vis-à-vis de ces actes de guerre. Cette sévérité pose la question de la réelle application du texte et interroge les intentions à l'origine de sa production.

Hugo Fresnel est doctorant en histoire médiévale à l'université de Caen Normandie depuis 2020 sous la direction de Pierre Bauduin. Sa thèse porte sur les conceptions et usages de la violence du prince dans les mondes normands médiévaux entre 911 et 1154.

Ryan LAVELLE : Coopération et collaboration : l'autorité royale et les nouveaux réseaux de la seigneurie dans les mondes anglo-danois et anglo-normands pendant le XIe siècle
Cette communication examine les motivations d'un groupe restreint de seigneurs "indigènes" et d'autres aristocrates, tels que Wigod de Wallingford et le comte Waltheof de Northumbrie, dont les intérêts se croisaient avec ceux des élites conquérantes. En examinant le rôle des Anglais dans la suppression de la rébellion — et parfois leur propre participation à la rébellion — nous nous demanderons dans cette communication comment et dans quelles circonstances la coopération de ces personnages avec leurs conquérants a créé de nouveaux réseaux et de nouvelles opportunités pour eux. Ces réseaux et ces opportunités transcendaient une délimitation stricte entre "conquis" et "conquérants", tandis que la participation des élites anglaises aux actions impliquant la répression de la rébellion (ou la "pacification") renforçait la légitimité des dirigeants anglo-danois et anglo-normands au XIe siècle.

Ryan Lavelle est Professeur en Histoire médiévale à l'université de Winchester (Grande-Bretagne). Il est spécialiste de l'histoire politique en Angleterre pendant le Haut Moyen Âge.
Publications
Co-direction avec Simon Roffey et Katherine Weikert, Early Medieval Winchester : Communities, Authority and Power in an Urban Space, Oxford, Oxbow, 2021.
Monographie récente, Places of Contested Power : Conflict and Rebellion in England and France, 830-1150, Woodbridge, Boydell, 2020.

Michael LEWIS : Pacifier les Anglais : comprendre la conquête normande de l'Angleterre à travers la Tapisserie de Bayeux
La Tapisserie de Bayeux est un document unique pour comprendre la conquête normande de l'Angleterre, non seulement parce qu'elle constitue un récit illustré dépeignant les évènements tel un texte, mais aussi parce qu'elle résultait d'une entreprise commune entre Anglais et Normands. Dans cette communication, nous nous demanderons comment sa version des évènements ayant mené à la Conquête nous éclaire sur la manière dont les Anglais ont été soumis. En particulier, le récit de la Tapisserie diffère dans une certaine mesure des témoignages des "apologistes normands", ainsi que de ceux des auteurs "anglais" contemporains et plus récents qui cherchaient à expliquer (et à composer avec) ce qu'il s’était passé. De manière surprenante, la Tapisserie paraît se placer à la jonction entre ces deux traditions en fusionnant les divergences de vues. Elle était ainsi la manifestation d'une tentative de conciliation — et entérinait finalement un "changement de régime" par la pacification des Anglais.

The Bayeux Tapestry is a unique document for understanding the Norman Conquest of England, not least because it is a pictorial narrative that portrays events in a way that written documents cannot, but also since it was a joint endeavour produced by the English and Normans. The main question examined here, is how does its retelling of the events leading to the Conquest shed light on how the English were subdued, and ultimately conquered ? Importantly, the Tapestry’s story is somewhat at odds with the accounts of the so-called "Norman apologists", but also contrasts with contemporary and later "English" accounts of the Conquest that seek to make sense of (and come to terms with) what had happened. Intriguingly, and importantly, the Tapestry's tale appears to sit between these narratives, seemingly trying to merge a divergence of views, in what will be argued was an attempt of reconciliation — ultimately to achieve "regime change" through the pacification of the English.

Michael Lewis dirige le Portable Antiquities Scheme (PAS) du British Museum et est professeur invité en archéologie à l'université de Reading. Ses recherches portent sur la Tapisserie de Bayeux et il est à ce titre membre du comité scientifique du Musée de Bayeux et associé aux projets d'étude sur sa broderie. Il collabore également au prêt éventuel de la Tapisserie à l'Angleterre pour 2023-2024.
Publications
Musgrove, David & Lewis, Michael (2021), The Story of the Bayeux Tapestry ; unravelling the Norman Conquest (Thames & Hudson).
Lewis, Michael, Owen-Crocker, Gale & Terkla, Dan (2011), New Research on the Bayeux Tapestry : proceedings of a conference at the British Museum (Oxbow).
Lewis, Michael (2018), "La Tapisserie de Bayeux et l'art anglo-saxon", in Sylvette Lemagnen, Shirley Ann Brown & Gale Owen-Crocker (eds.), L'Invention de la Tapisserie de Bayeux : naissance, composition et style d’un chef-d’œuvre medieval (Point de Vues), 229-45.
Lewis, Michael (2018), "Myths and Mysteries of the Bayeux Tapestry", in David Bates (ed.), 1066 in Perspective (Royal Armouries), 79-95.
Lewis, Michael (2017), "The Bayeux Tapestry : window to a world of continuity and change", in Dawn Hadley & Christopher Dyer (eds.), The Archaeology of the 11th Century : continuities and transformations, Society for Medieval Archaeology Monographs (Manley), 228-43.

Ben MORRIS : Négocier l'exil : l'exil dans le cadre des traités de Byzance et d'Angleterre, 900-1200
À travers les traités du Moyen Âge, que ce soit avec le roi d'Écosse ou que ce soit avec le prince d'Antioche, les dirigeants refusent souvent d'accepter les exilés de l'autre. S'il existe des études sur les exilés dans le monde normand, il y a peu d'études concernant l'exil dans les traités. C'est étrange, car les traités soulignent fondamentalement comment les dirigeants considéraient les exilés comme un problème commun, qui nécessitait une solution commune. Dans cette présentation, je montrerai comment et pourquoi les dirigeants étaient diplomatiquement actifs dans le traitement de la question des exilés. Pour ce faire, j'ai analysé les traités de deux des puissances les plus bureaucratiques du monde médiéval : Byzance et l'Angleterre. Cela garantit que de nombreux documents sont disponibles pour une étude comparative. Cela mettra en évidence que dans toute la diaspora normande l'exil était un problème qui exigeait une solution proactive.

Ben Morris étudie actuellement pour un doctorat à l'université de Cardiff. Sa thèse s'intitule "Shared Soloutions to Common Problems : A Comparative Study of Byzantine and English Treaties, 900-100". Il est très intéressé par la paix et la diplomatie à l'époque médiévale, et il a organisé plusieurs conférences interdisciplinaires sur ce sujet. Actuellement, il se concentre sur la réalisation de sa thèse, ainsi que sur plusieurs publications futures.


BIBLIOGRAPHIE :

Généralités

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux, Actes du colloque de Cerisy (29 septembre-2 octobre 2011), D. BATES et P. BAUDUIN (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2016.
Les Normands, peuple d'Europe, 1030-1200, M. D'ONOFRIO (dir.), Paris, Flammarion, 1994.
• F. NEVEUX, L'Aventure des Normands, VIIIe-XIIIe siècle, Paris, Perrin, 2006.

Les vikings

• P. BAUDUIN, Histoire des vikings. Des invasions à la diaspora, Paris, Tallandier, 2019.
Les fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie, Actes du colloque de Cerisy (25-29 septembre 2002), P. BAUDUIN (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2005.
The Viking World, S. BRINK et N. PRICE (dir.), Londres et New York, Routledge, 2008.
• D. HADLEY, The Vikings in England, Settlement, Society and Culture, Manchester, Manchester University Press, 2006.
• K. HOLMAN, The Northern Conquest. Vikings in Britain and Ireland, Oxford, Signal Books, 2007.
• A. WINROTH, Au temps des Vikings, P. PIGNARRE (trad.), Paris, La Découverte, 2018.

La Normandie

• BATES (D.), Normandy before 1066, Londres et New York, Longman, 1982.
• D. BATES, Guillaume le Conquérant, Paris, Flammarion, 2019.
• P. BAUDUIN, La première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d'une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen (Bibliothèque du pôle universitaire normand), 2004 (2e éd. 2006).
• M. HAGGER, Norman Rule in Normandy, 911-1144, Woodbridge, The Boydell Press, 2017.
• F. NEVEUX, La Normandie des ducs aux rois, Rennes, Ouest-France Université, 1998.

Les îles Britanniques et le monde anglo-normand

1066 in Perspective, D. BATES (dir.), Leeds, Royal Armouries Museum, 2018.
Conquests in Eleventh-Century England : 1016 1066, L. ASHE, E. J. WARD (dir.), Woodbridge, Boydell & Brewer, 2020.
• D. BATES, The Normans and Empire, Oxford, Oxford University Press, 2013.
• M. CHIBNALL, The Debate on the Norman Conquest, Manchester, Manchester University Press, 1999.
From the Vikings to the Normans, W. DAVIES (dir.), Oxford, Oxford University Press, 2003.
• R. R. DAVIES, Domination and conquest the experience of Ireland, Scotland and Wales, 1100-1300, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.
• H. M. THOMAS, The English and the Normans. Ethnic Hostility, Assimilation, and Identity, 1066-c. 1220, Oxford, Oxford University Press, 2003.

Les Normands en Méditerranée

• G. LOUD, The Age of Robert Guiscard. Southern Italy and the Norman conquest, Harlow, Longman (The medieval world), 2000.
• J.-M. MARTIN, Italies normandes, XIe-XIIe siècles, Paris, Hachette (La vie quotidienne), 1994.
Melfi normanna. Dalla conquista alla monarchia. Convegno internazionale di studio promosso per il millenario di fondazione della città fortificata di Melfi (1018-2018), Mefli, Dicembre 2020-Febbraio 2021, Mario Adda Editore, Bari, 2021.
• A. NEF, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, École française de Rome (Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, 346), 2011.
Les Normands en Méditerranée dans le sillage des Tancrède, Actes du colloque de Cerisy (24-27 septembre 1992), P. BOUET et F. NEVEUX (dir.), 2e éd., Caen, Presses universitaires de Caen, 2001.
• A. PETERS-CUSTOT, Les Grecs de l'Italie méridionale post-byzantine (IXe-XIVe siècle). Une acculturation en douceur, Rome, École française de Rome (Collection de École française de Rome, 420), 2009.


SOUTIENS :

• Direction régionale des affaires culturelles Normandie (DRAC)
• Centre Michel de Boüard — CRAHAM — UMR 6273 [Université de Caen Normandie]
• Office universitaire d'études normandes (OUEN) [Université de Caen Normandie]
• Centre de recherches en histoire internationale et atlantique — CRHIA — EA 1163 [Université de Nantes]
• École française de Rome
• Caen la Mer


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.


Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


PENSER LES SOCIÉTÉS ET LES POUVOIRS AVEC MAX WEBER

VERS UNE "SCIENCE DE LA RÉALITÉ" ?


DU LUNDI 26 SEPTEMBRE (19 H) AU DIMANCHE 2 OCTOBRE (14 H) 2022

[ colloque de 6 jours ]


"Le monde moderne, un monde rationalisé ?"


DIRECTION :

Félix BLANC, Raphaëlle LAIGNOUX, Francisco ROA BASTOS, Victor STRAZZERI


ARGUMENT :

Depuis un siècle, les travaux de ce grand savant allemand servent de référence aux sciences humaines et sociales. Fondées sur l'étude approfondie de différentes périodes historiques (de l'Antiquité grecque et romaine à la modernité occidentale, en passant par plusieurs cultures orientales), ses analyses de la construction des groupes sociaux (religieux, économiques et politiques), des motivations de l'action sociale ou encore des modes de légitimation des pouvoirs, permettent d'articuler l'étude des structures macrosociales et celle des actions individuelles dans toute leur complexité. Ces travaux comparatifs offrent, aujourd'hui encore, et peut-être plus que jamais, des outils précieux pour analyser notre temps. Pour peu qu'elle soit lue, discutée, voire critiquée, l'œuvre de Max Weber, un siècle après sa mort, ne cesse de remuer la pensée.

Ce colloque aura donc pour objectif de proposer un examen collectif des divers apports des travaux de Max Weber, et des usages qui peuvent en être faits pour mieux comprendre les sociétés contemporaines. Il s'agira d'évaluer le programme de connaissance wébérien, qui vise à jeter les bases d'une "science de la réalité" (Wirklichkeitswissenschaft), et à étudier la circulation comme la réception de ses travaux hors d'Allemagne et dans différentes disciplines (aussi bien l'histoire que la sociologie, la philosophie, le droit, l'économie et la science politique). Cette rencontre, qui se veut largement ouverte, rassemblera à la fois des spécialistes de la pensée de Weber mais aussi, et surtout, toute personne intéressée par la manière dont ce "classique des sciences sociales" peut aider à mieux penser la réalité actuelle, et ce afin d'y mieux agir.

N.B. : Ce colloque ayant été initialement prévu en 2020, il vous est possible d'accéder à sa présentation 2020 : cliquer ici.


MOTS-CLÉS :

Capitalisme, Croyances et valeurs, Déterminants de l'action, Domination, Économie politique, Épistémologie des sciences sociales, Éthique, Histoire comparée, Légitimation politique, Rationalités, Sociologie allemande, Sociologie compréhensive, Sociologie des religions, Weber (Max)


CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 26 septembre
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Mardi 27 septembre
L'HISTOIRE A-T-ELLE UN (SEUL) SENS ? PENSER LE CHANGEMENT HISTORIQUE AVEC WEBER [présentation]
Matin
Félix BLANC, Raphaëlle LAIGNOUX, Francisco ROA BASTOS & Victor STRAZZERI : Introduction
Hinnerk BRUHNS : Max Weber et l'analyse historique des formes et institutions économiques
Federico TARRAGONI : L'inspiration wébérienne d'une sociologie historique du politique

Après-midi
Pierre-Henri ORTIZ : Les prophètes contre la République : une lecture wébérienne des conflits religieux à Rome
Julien FAGUER : La terre et le marché du crédit en Grèce ancienne : une perspective wébérienne


Mercredi 28 septembre
INDIVIDUS, COMMUNAUTÉS, IDENTITÉS. UNE SOCIÉTÉ VRAIMENT "OUVERTE" EST-ELLE POSSIBLE, ET À QUEL PRIX ? [présentation]
Discutants : Félix BLANC, Paulin ISMARD, Raphaëlle LAIGNOUX
Matin
Catherine COLLIOT-THÉLÈNE : Logiques identitaires et logiques d'appropriation
Alexis FONTBONNE : Une bureaucratie charismatique : l'institution ecclésiastique à partir du XIe siècle

Après-midi
Jean-Pierre GUILHEMBET & Pascal MONTLAHUC : L'apport de Weber à une étude de la ville et de la cité de Rome dans l'Antiquité
Philippe CHANIAL : Les idées, les valeurs et les intérêts dans l'anthropologie wébérienne


Jeudi 29 septembre
PEUT-IL Y AVOIR UN POUVOIR LÉGITIME ? TRADITION, CHARISME, BUREAUCRATIE : APPORTS ET LIMITES DU TRIPTYQUE WÉBÉRIEN DE LA LÉGITIMITÉ DU POUVOIR [présentation]
Discutants : Vanessa BERNADOU, Félix BLANC, Jean-Philippe HEURTIN
Matin
Jean-Michel DAVID : Magistratures, autorité, adhésion et dépendance dans la Rome républicaine à la lumière des définitions wébériennes du charisme
Didier GEORGAKAKIS : L'Europe peut-elle être gouvernée par une personnalité charismatique ? Sur quelques contractions théoriques et empiriques du "leardership politique" de l'UE

Après-midi
Yves SINTOMER : La sociologie historique de Weber au test de la critique de l'eurocentrisme
Dominique LINHARDT : Un monopole sous tension : les deux visages de la violence d'État
Sam WHIMSTER : Weber et la démocratie

Soirée
Edith HANKE : Les luttes de Max Weber avec le concept de "démocratie". Un plaidoyer pour la sociologie politique


Vendredi 30 septembre
L'ŒUVRE DE WEBER, UNIQUE OU PLURIELLE ? LE PROGRAMME DE CONNAISSANCE WÉBÉRIEN ET SON INTERPRÉTATION DIFFÉRENCIÉE (TRADUCTIONS, APPROPRIATIONS, ADAPTATIONS) [présentation]
Discutants : Edith HANKE, Jean-Philippe HEURTIN, Francisco ROA BASTOS, Victor STRAZZERI
Matin
Álvaro MORCILLO : Économie et société comme précondition à la théorie de la dépendance de Cardoso
Giulio DE LIGIO : Aron et le "problème Weber". Entre science et action

Après-midi
Julia CHRIST : Titre non communiqué
Frédéric NEYRAT : Quelle place pour Max Weber dans les facultés de droit et de sciences économiques en France aujourd'hui ?
Rita ALDENHOFF-HÜBINGER : Observer et explorer les paysages et les sociétés rurales avec Max Weber


Samedi 1er octobre
QUE FAIRE DES CROYANCES EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES ? LA CONSTRUCTION DES "PERSONNALITÉS" ET DES "CONDUITES DE VIE" (LEBENSFÜHRUNGEN) ET L'ACTUALITÉ DE LA SOCIOLOGIE COMPRÉHENSIVE DE MAX WEBER [présentation]
Discutants : Félix BLANC, Raphaëlle LAIGNOUX, Francisco ROA BASTOS, Victor STRAZZERI
Matin
Isabelle KALINOWSKI : Fides implicita. Weber et la notion d'obéissance
Paul COURNARIE : Charisme et croyance : une notion wébérienne appliquée aux entrées royales dans l'Antiquité

Après-midi
Gangolf HÜBINGER : Idées et intellectuels dans le travail de Max Weber
Hans-Peter MÜLLER : Titre non communiqué
Ingrid GILCHER-HOLTEY : Sur le travail de Marianne Weber


Dimanche 2 octobre
LA VOCATION DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES AUJOURD'HUI : CONCLUSION ET DISCUSSIONS
Matin
Catherine COLLIOT-THÉLÈNE : Toute domination est légitime !
Michel DOBRY : La sociologie de Max Weber et quelques problèmes actuels des sciences sociales

Après-midi
DÉPARTS


PRÉSENTATION DES JOURNÉES :

L'histoire a-t-elle un (seul) sens ? Penser le changement historique avec Weber
L'œuvre de Max Weber est à la fois profondément historique et tout à fait opposée à l'idée d'une téléologie ou d'une philosophie de l'Histoire. Contrairement à l'image qui en est parfois donnée, le travail de Weber n'a pas consisté à mettre en évidence les déterminants de la rationalisation du monde (et de son désenchantement) sur le mode d'un "développement" naturel et nécessaire, mais plutôt à mettre en évidence les particularités d'une rationalisation particulière, parmi d'autres : celle qui s'est opérée en Occident à partir de l'affirmation du capitalisme moderne, caractérisé avant tout par "l'organisation rationnelle du travail formellement libre" (Sociologie des religions, p. 497). Tout le travail comparatif de Weber dans sa sociologie des religions, et plus largement dans son économie politique et sa sociologie politique, a consisté à mettre en évidence les types humains variés, produits par différentes configurations sociales et rationalisations historiques particulières. Ce qui l'a conduit également à distinguer, dans chaque société, différents "ordres de vie" (Lebensordnungen, Lebenssphären ou Lebensbereichen) dont les transformations et évolutions sont désynchronisées. Tout ne change pas partout et tout le temps à la même vitesse, chez Weber, et l'histoire n'a pas un sens particulier. L'idée de progrès elle-même semble donc étrangère à celui qui s'attache plutôt à montrer la réduction des "chances" et des possibilités de vie qu'entraîne toute consolidation d'un système d'action particulier, comme la "cage d'acier" du capitalisme moderne, une fois délaissée par son éthique initiale. Mais Weber donne aussi les outils pour penser le changement social et la "possibilité même de l'inédit en histoire"(1), toujours possible mais dont le sens n'est jamais prévisible à l'avance.
Cette première journée sera donc consacrée principalement à la conception de l'histoire et des temporalités du changement social chez Max Weber. Qu'est-ce qui change quand ça change ? Pourquoi les "ordres de vie" ne changent-ils pas à la même vitesse et dans la même direction dans une société donnée ? Plus particulièrement : quel usage peut-on faire de l'anthropologie historique culturelle et comparée de Weber aujourd'hui, à l'heure où la "globalisation" semble à la fois entraîner la diffusion mondiale du capitalisme moderne, et l'apparition d'un "néo-capitalisme" et de nouveaux types humains dominants ?

(1) Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber, Paris, PUF, 2014, p. 99.


Individus, communautés, identités. Une société vraiment "ouverte" est-elle possible, et à quel prix ?
La traduction récente en français du volume I/22-1 de la Max Weber Gesamtausgabe (MWG)(2) intitulé Les communautés (Wirtschaft und Gesellschaft. Gemeinschaften), permet aujourd'hui de mieux saisir la cohérence du travail de Max Weber sur cette question centrale de Économie et société, ainsi que de traduire des textes jusqu'ici inédits en français. Auparavant dispersés dans différents chapitres des éditions successives de l'ouvrage posthume de Weber, ce travail éditorial permet de réinterroger aujourd'hui la conception des groupes sociaux de Weber, et l'usage que l'on peut en faire pour penser différentes périodes historiques, dont notre monde contemporain.
À l'opposition bien connue entre Vergemeinschaftung ("communautarisation" ou "communalisation") et Vergesellschaftung ("sociétisation" ou "sociation"), qui distingue les groupes fondés soit sur la base d'un sentiment d'appartenance subjectif, soit sur l'accord conventionnel d'intérêts particuliers, il faut ajouter l'étude des "puissances sociales" diverses qui contribuent à créer ces groupes sociaux, que celles-ci soient liées aux dynamiques (et aux contraintes) économiques, juridiques, politiques mais aussi culturelles ou idéelles dans lesquelles ces groupes évoluent. La formation de chaque communauté particulière est ainsi explicable par différents facteurs sociaux mais aussi par différentes "visions du monde", qui changent selon les groupes, les époques, les cultures, et qui contribuent à forger l'individu et ses caractéristiques, en d'autres termes son "identité".
Mais l'on oublie parfois qu'en mettant l'étude des communautés et des individus qui les composent au cœur de sa sociologie, Max Weber a aussi posé la question des frontières de ces groupes et de ces communautés, que l'on parle de la famille, de la nation, de l'État ou d'associations aux formes diverses, économiques, religieuses ou politiques. Car faire communauté, c'est tracer une ligne (spatiale, économique, politique ou "culturelle") entre son groupe et les autres. C'est aussi, peut-être, poser la question du dépassement éventuel de ces frontières, que ce soit sous la forme déjà ancienne des cosmopolitismes, ou sous celle plus récente des ou du "Commun(s)".
Cette journée s'intéressera donc à la façon dont Weber a conceptualisé les différents types de groupes et leurs rapports, mais aussi à la manière dont on peut s'appuyer sur ses travaux pour penser l'identité et les frontières. Comment s'articulent, aujourd'hui comme hier, "société ouverte" et communautés d'appartenance ou d'intérêts ? Un monde absolument ouvert est-il synonyme de solidarité, ou au contraire de compétition généralisée ? Comment se font et se défont les identités ? Voilà certaines des questions que nous souhaiterions poser lors de cette journée.

(2) Traduction de Catherine Colliot-Thélène et Elisabeth Kauffmann, aux éditions La Découverte, en 2019.


Peut-il y avoir un pouvoir légitime ? Tradition, charisme, bureaucratie: apports et limites du triptyque wébérien de la légitimité du pouvoir
La sociologie politique de Max Weber est parfois résumée au fameux triptyque de la légitimité du pouvoir et à ses idéaltypes bien connus : pouvoir traditionnel, pouvoir charismatique et pouvoir légal-rationnel (représenté notamment par le pouvoir bureaucratique dans la modernité occidentale). Toujours mêlés dans la réalité empirique, ils servent à Max Weber de pierres de touche conceptuelles, à l'aune desquelles on peut chercher à comprendre et expliquer les diverses configurations de pouvoir à des époques très différentes, et les revendications de légitimité qui l'accompagnent. La traduction récente par Isabelle Kalinowski du volume I/22-4 de la MWG, La domination (Herrschaft)(3), a permis de renouveler pour le public francophone la compréhension de la sociologie politique de Weber, et de lui redonner toute son ampleur originale qui s'étend bien au-delà des trois modes de légitimation du pouvoir. L'édition et la traduction des Œuvres politiques (1895-1919) de Max Weber(4) (mais aussi celle des 11 volumes de sa correspondance dans la Section II de la MWG), a apporté un complément très appréciable pour le public francophone, en permettant de mieux saisir l'engagement personnel de Weber dans la politique de son temps, et l'articulation souvent difficile entre réalité empirique de ces engagements et analyse sociologique à distance. Les débats — toujours ouverts — sur la question de la place éventuelle dans l'économie conceptuelle wébérienne d'un type de légitimité spécifiquement démocratique, ou ceux sur la définition du charisme et sa portée(5), montrent à quel point la sociologie politique de Weber continue, tout comme sa sociologie du droit, d'être utile pour penser les évolutions politiques actuelles et du passé, malgré les difficultés qu'elle soulève.
Cette journée se penchera donc sur la dimension proprement politique de l'œuvre de Weber, pour poser mais aussi recontextualiser la question de la légitimité et de la légitimation du pouvoir, qu'elle soit traditionnelle, charismatique ou légal-rationnelle. Au cœur de ces interrogations, on trouve en effet la tension qui oppose le "savant et le politique" Weber. En tant que savant, Weber semble en effet réfuter toute légitimité au pouvoir, quel qu'il soit, si par légitimité on entend le consentement rationnel en valeur et l'absence de domination. Tout pouvoir est nécessairement, pour Weber, l'affirmation d'une domination d'un groupe sur un ou plusieurs autres, et en tant que tel on ne peut vouloir s'y soumettre. Mais le Weber politique, celui par exemple des Œuvres politiques, n'aura de cesse, jusqu'à la fin de sa vie, de chercher les moyens et les dispositifs susceptibles de rendre les démocraties bureaucratisées et "impersonnelles" de son temps un peu plus "légitimes", par exemple en y introduisant une dose de charisme : c'est le fameux "tournant césariste" des démocraties qu'on a voulu voir dans ces écrits. Comment penser, ensemble, l'œuvre du savant et du politique Weber ? Comment définir et traduire, avec ou contre Weber, ces concepts politiques polysémiques comme Herrschaft ou Macht, qui sont au fondement de son système conceptuel ? Faut-il en finir avec ces idéaltypes imparfaits que sont le "charisme", le "pouvoir traditionnel" ou encore l'autorité "légal-rationnelle", que lui-même considérait comme des "concepts provisoires" ? En somme, comment penser aujourd'hui la politique et le pouvoir à partir des travaux de Weber, quitte à en pointer les limites et les adaptations nécessaires ?

(3) Max Weber, La domination, Paris, La Découverte, 2014, traduction d'Isabelle Kalinowski, introduction d'Yves Sintomer.
(4) Traduction d'Elisabeth Kauffmann, Jean-Philippe Mathieu et Marie-Ange Roy, aux éditions Albin Michel, 2004.
(5) Qu'on a tenté récemment de synthétiser et d'éclairer, dans le volume collectif Que faire du charisme? Retours sur une notion de Max Weber, Rennes, PUR, 2014.


L'œuvre de Weber, unique ou plurielle ? Le programme de connaissance wébérien et son interprétation différenciée (traductions, appropriations, adaptations)
L'œuvre de Weber, on l'a souvent souligné, est multiple, complexe, et même parfois confuse, notamment parce qu'elle repose sur de nombreux manuscrits non publiés de son vivant, ou des éditions posthumes recomposées. Par ailleurs, le débat entre ceux qui considèrent qu'on peut y déceler plusieurs "périodes" — une phase plutôt historienne ou économiste, au début de sa carrière et jusqu'à la "crise" personnelle de 1897-1903, et une phase plus sociologique ensuite et jusqu'à sa mort — et ceux qui défendent l'unité conceptuelle du programme de connaissance wébérien n'est pas clos. À la question de l'interprétation et de la lecture des textes originaux de Weber s'ajoute surtout la manière dont ceux-ci ont été publiés, modifiés, mais aussi traduits et reçus à l'étranger, et ce dans différentes disciplines. La réception sociologique et philosophique de Weber en France (à travers notamment Raymond Aron), n'est pas la même que celle qu'il a connue aux États-Unis (par l'entremise et la "traduction", à tous les sens du terme, de Talcott Parsons par exemple). Le Weber des historiens de l'Antiquité (et du Agrarverhältnisse im Altertum) n'est pas le même que celui des sociologues des religions. Le Weber des enquêtes économiques n'est pas le même que celui des écrits épistémologiques ou que le Weber musicologue. À travers les traductions et les circulations de l'œuvre, celle-ci a connu depuis plus d'un siècle des interprétations diverses, voire opposées, constituant aujourd'hui un ensemble composite et multilingue de lectures de Weber qui parfois encore s'ignorent.
À travers cette journée, et grâce à la présence des éditeurs de la MWG mais aussi de plusieurs traductrices et traducteurs de l'œuvre de Weber ainsi que de membres de la Société des Amis de Raymond Aron, le colloque s'intéressera à la question de la circulation internationale des travaux de Max Weber et au rôle de ses passeurs, qu'ils soient sociologues, historiens, philosophes, économistes, juristes… Cette journée sera également l'occasion d'intégrer un regard réflexif sur les entreprises de célébration de Weber et de son œuvre, du fameux colloque de Heidelberg de 1964, organisé par la Deutsche Gesellschaft für Soziologie à l'occasion du centenaire de sa naissance(6), aux colloques du centenaire de sa mort (y compris le nôtre), qui font partie intégrante de l'économie générale de la réception de son œuvre.

(6) Publié sous la direction d'Otto Stammer en 1965 : O. Stammer (Hrsg.), Max Weber und die Soziologie Heute. Verhandlungen des 15. Deutschen Soziologentages in Heidelberg 1964, Tübingen, Mohr Siebeck, 1965.


Que faire des croyances en sciences humaines et sociales ? La construction des "personnalités" et des "conduites de vie" (Lebensführungen) et l'actualité de la sociologie compréhensive de Max Weber
Quelle place accorder aux "croyances" (à supposer que l'on puisse s'entendre sur une définition de ce terme) dans les processus historiques et sociaux ? Les "idées", les "convictions personnelles", les "visions du monde" peuvent-elles contribuer à expliquer les dynamiques de l'action sociale ? Ou faut-il n'y voir que des épiphénomènes résiduels, des discours de légitimation que l'on (se) donne pour justifier et rationaliser a posteriori des intérêts ou des contraintes sociales jugées moins avouables ? À ces questions, la "sociologie compréhensive" de Max Weber apporte des réponses nuancées, qui donnent néanmoins au sens subjectif visé par les acteurs une place centrale.
De la définition de l'action sociale dans les premiers paragraphes des premières éditions de Wirtschaft und Gesellschaft ("Nous entendons par […] action "sociale", l'action qui, d'après son sens visé par l'agent ou les agents, se rapporte au comportement d'autrui, par rapport auquel s'oriente son déroulement.") aux considérations de la Sociologie des religions sur le rôle (indirect) des "idées" dans l'histoire ("Ce sont les intérêts […] et non les idées qui gouvernent directement l'action des hommes. Toutefois, les "images du monde" qui ont été créées par le moyen d'"idées" ont très souvent joué le rôle d'aiguilleurs, en déterminant les voies à l'intérieur desquelles la dynamique des intérêts a été le moteur de l'action"(7).), Max Weber a mis au cœur de ses analyses la question de la place qu'il convient d'accorder aux idées et aux "conduites de vie" (Lebensführungen) qu'elles peuvent influencer, au moins partiellement. C'est cette interrogation qui est bien sûr au cœur de sa sociologie des religions et de leur "éthique économique", et notamment de Die protestantische Ethik und der Geist des Kapitalismus, comme l'ont bien montré les travaux d'Isabelle Kalinowski. Mais c'est cette question que pose aussi indirectement toute sa sociologie politique et notamment la fameuse formulation du "comme si": que les gouvernés / dominés "croient" ou pas sincèrement aux revendications de légitimité des prétendants au pouvoir, ce qui compte avant tout pour Weber c'est qu'ils agissent comme s'ils y croyaient, quelles que soient par ailleurs leurs motivations profondes, comme l'a montré par exemple Michel Dobry(8). Pour Weber : ""L'obéissance" signifie que l'action de celui qui obéit se déroule, en substance, comme s'il avait fait du contenu de l'ordre la maxime de sa conduite"(9). Rien n'indique si les individus adhèrent ou non intimement aux croyances qu'ils affichent, mais ces croyances affichées n'en constituent pas moins les supports possibles de "conduites de vie" et d'éthiques qui, pour des raisons diverses, peuvent "aiguiller" l'action et la "dynamique des intérêts". En tant que telles, elles rendent tout simplement possible l'entreprise scientifique même d'une sociologie de la "compréhension" des acteurs sociaux, par interprétation de leurs "conduites de vie" et de leurs "personnalités" (ou "types humains").
Cette dernière journée aura donc pour but de discuter la place des croyances et des idées dans l'œuvre de Weber, pour tenter de mieux comprendre les usages que l'on peut en faire pour comprendre et expliquer différentes configurations sociales.

(7) Sociologie des religions, Paris, Gallimard, trad. J.-P. Grossein, 1996, p. 349-350.
(8) Michel Dobry, "Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques "complications" de la sociologie de Max Weber", dans Pierre Favre, Jack Hayward, Yves Shemeil (dir.), Être gouverné : études en l'honneur de Jean Leca, Paris, FNSP, 2003, p. 127-150.
(9) Économie et société, Plon, 1971, ch. III, p. 288.


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Rita ALDENHOFF-HÜBINGER : Observer et explorer les paysages et les sociétés rurales avec Max Weber
Penser les sociétés et les pouvoirs avec Max Weber implique de penser les sociétés rurales, si souvent négligées dans la discussion de l'œuvre wébérienne. Cependant, Weber avait commencé sa carrière en économie politique avec ses enquêtes empiriques portant sur la situation sociale des ouvriers agricoles en Allemagne orientale (1892). Il a poursuivi cette piste de recherche dans plusieurs cours magistraux tout en prenant en compte le fait que l'histoire des sociétés rurales participe de la grande histoire de la transformation capitaliste du monde. Avec un œil entraîné également par ses recherches sur l'Antiquité, il a voyagé en Europe et en Amérique du Nord. Il nous en a laissé de nombreuses lettres avec ses observations vivantes, illustratives et en même temps analytiques.

Rita Aldenhoff-Hübinger est professeur d'histoire à l'université européenne Viadrina Francfort-sur-l'Oder. Elle a édité, coédité et introduit plusieurs volumes de la "Max Weber-Gesamtausgabe" (écrits, lettres, cours magistraux).
Publications
"Les intégrales de Max Weber : l'achèvement de l'édition critique d'une œuvre transdisciplinaire" (trad. par M. Floc'h), in Les Études Sociales, n°171-172 (2020), S. 211–222.
Max Weber : Reisebriefe 1877-1914 (édité avec E. Hanke), Tübingen, Mohr Siebeck, 2019.
"Enquêtes rurales et industrielles : le chemin de Max Weber vers la sociologie" (avec H. Bruhns), in Les Études Sociales, n°167-168 (2018), S. 335–362.
"Lire Le Capital vers 1900", in H. Bruhns, Histoire et économie politique en Allemagne de Gustav Schmoller à Max Weber, Paris, 2004, p. 101–108.

Hinnerk BRUHNS : Max Weber et l'analyse historique des formes et institutions économiques
Les études historiques que Max Weber a consacrées aux formes et institutions économiques ne peuvent être traitées séparément de son intérêt global pour les liens entre économie et société, entre formes d'économie et de pouvoir. Ses analyses de l'économie moderne, et plus particulièrement du capitalisme d'entreprise bourgeois moderne avec son organisation du travail (formellement) libre, sont largement basées sur des études comparatives des formes et institutions économiques dans des sociétés très éloignées dans le temps et l'espace. Une question directrice centrale est ici celle des différents facteurs (politiques, économiques, sociaux, géographiques, mentaux, etc.) qui ont favorisé ou empêché un développement particulier des formes et institutions économiques.

Hinnerk Bruhns est directeur de recherche émérite au CNRS, membre du Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS) à Paris. Il est fondateur et rédacteur en chef de la revue Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales.
En savoir plus : http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/97
Publications récentes
Max Webers historische Sozialökonomie / L'économie de Max Weber entre histoire et sociologie, Wiesbaden, Harrassowitz, 2014.
Max Weber und der Erste Weltkrieg, Tübingen, Mohr Siebeck, 2017.

Catherine COLLIOT-THÉLÈNE : Logiques identitaires et logiques d'appropriation
La partie économique des manuscrits qui ont servi à composer Économie et Société ("Les catégories fondamentales de l'économique") n'est pas la mieux servie par le commentaire wébérien. J'essaierai de croiser dans cet exposé les développements que cette partie consacre aux "formes d'appropriation" avec les analyses concernant les procès de "communautisation" (Vergemeinschaftung) dans les manuscrits des Communautés (La Découverte, 2019). En articulant les dimensions économiques et les dimensions symboliques des phénomènes communautaires, la sociologie wébérienne offre les moyens d'aborder les logiques identitaires de manière critique, sans cependant les disqualifier pour des raisons morales.

Catherine COLLIOT-THÉLÈNE : Toute domination est légitime !
La légitimité n'est pas un prédicat contingent de la domination, au sens où Weber définit celle-ci. Les différences entre les modes de légitimation induisent, certes, des différences dans l'exercice de celle-ci, mais toute domination doit s'étayer sur une forme quelconque, forte ou faible, de légitimité pour que le commandement des dominants puissent obliger l'action des dominés.

Catherine Colliot-Thélène est professeure émérite à l'université de Rennes 1. Elle a consacré une partie de son travail de recherche à l'œuvre de Max Weber, dont elle a également traduit certains textes, seule ou en collaboration.

Jean-Michel DAVID : Magistratures, autorité, adhésion et dépendance dans la Rome républicaine à la lumière des définitions wébériennes du charisme
La notion de charisme tient une place importante dans la pensée de Max Weber. Elle est sans doute aussi la forme de domination la plus difficile à définir. Instable, elle a fortement tendance à évoluer vers les autres formes de domination (bureaucratique, patriarcale, etc…) tant elle est sensible à tous les processus de routinisation qui lui font perdre de son caractère original. Un rapprochement avec les définitions et le fonctionnement des magistratures romaines républicaines permet, grâce à l'étude de cas, de faire apparaître des processus où la pertinence de l'heuristique wébérienne peut être vérifiée, mais aussi d'autres où, au contraire, elle apparaît comme ne répondant pas à la complexité des relations entre l'Amtscharisma, le Personalcharisma, l'Erbscharisma, ainsi qu'au rôle d'une Veralltäglichung généralement combattue par des acteurs soucieux de se distinguer.

Jean-Michel David, né en 1947, est agrégé d'Histoire, ancien membre de l'École française de Rome, professeur successivement aux universités de Strasbourg et de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent sur l'Histoire politique, sociale et culturelle de la République romaine.
Principales publications
Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine (1992).
La romanisation de l'Italie (1994).
La République romaine, crise d'une aristocratie (2000).
Au service de l'honneur, les appariteurs de magistrats romains (2019).

Michel DOBRY : La sociologie de Max Weber et quelques problèmes actuels des sciences sociales
Cette communication prendra pour point de départ certaines des "complications" qui jalonnent l'œuvre de Weber. Comme on le verra à propos de plusieurs des thèmes ou objets abordés par le colloque (en particulier la manière dont sont pensés les processus historiques, la légitimité et les modes de domination ou encore la place des croyances dans la théorie de l'action), ces "complications", parce qu'elles révèlent en fait ce sur quoi butte, dans son appréhension de la réalité sociale, la démarche de Weber, sont intéressantes en ce qu'elles éclairent son projet de "sociologie compréhensive" et surtout en ce qu'elles constituent simultanément un levier permettant de mieux cerner plusieurs des difficultés critiques caractérisant l'état actuel des sciences sociales.

Michel Dobry est professeur émérite à la Sorbonne (Université Paris 1). Ses travaux portent notamment sur les conjonctures critiques, la causalité historique, l'émergence de phénomènes charismatiques, les processus de légitimation et de délégitimation, les poussées autoritaires et fascistes dans l'Europe de l'entre-deux-guerres ou encore les "transitions" vers la démocratie.
Publications
"Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques "complications" de la sociologie de Max Weber", in Favre P., Hayward J.E.S., Shemeil Y. (dir.), Être gouverné : études en l'honneur de Jean Leca, Paris, FNSP, 2003, p. 127-150.
"Hitler, Charisma and Structure : Reflections on Historical Methodology", Totalitarian Movements and Political Religions, 2006, vol.7, n°2, p. 157-171.
Sociologie des crises politiques, Paris, 2009 [1986].

Julien FAGUER : La terre et le marché du crédit en Grèce ancienne : une perspective wébérienne
L'œuvre économique de Max Weber est principalement connue des historiens de l'Antiquité à travers la médiation de Moses Finley, qui a contribué à l'enfermer dans un schéma statique, d'inspiration polanyienne, opposant nos économies capitalistes contemporaines aux économies pré-modernes "encastrées" dans la sphère du politique. Loin de se résumer cependant à des oppositions binaires entre cité antique et ville médiévale, ou à une vision téléologique qui aurait pour principal horizon l'"éthique protestante" et le capitalisme d'entreprise, tout un pan de l'œuvre de Weber peut se lire comme un dialogue engagé avec les historiens de profession autour des facteurs du changement et des outils conceptuels permettant de l'appréhender. À travers l'exemple du marché de la terre et du crédit dans la Grèce d'époque classique et hellénistique, on s'intéressera ici à l'apport de son approche et notamment du raisonnement par idéal-types pour penser le changement historique et la relation entre "micro" et "macro" — entre les orientations définies par l'État et les dispositions individuelles des agents économiques.

Membre scientifique de l'École française d'Athènes, Julien Faguer soutient au printemps une thèse de doctorat en histoire économique du monde égéen aux époques classique et hellénistique ("La terre et l'argent : marché de la terre et marché du crédit à Athènes et dans les îles de l'Égée, ca. 400-100 av. n. è."), dans laquelle il s'intéresse en particulier au rôle de l'État dans la formation d'un marché de la terre et dans la définition des règles encadrant l'accès à ce marché.

Alexis FONTBONNE : Une bureaucratie charismatique : l'institution ecclésiastique à partir du XIe siècle
Le caractère consubstantiel du charisme et de la bureaucratie a été identifié par Max Weber lui-même. Aller plus loin que l'idée de combinaison des idéaux-types ne réduit pas nécessairement cette unité à la dimension charismatique de tout pouvoir. On s'intéressera ici à l'unité structurelle qui existe entre charisme et bureaucratie dans l'expression de leurs proto-types respectifs issus du christianisme médiéval : l'Esprit et l'institution ecclésiastique. C'est par l'Esprit-Saint — expression du charisme chrétien à partir duquel Max Weber a développé sa réflexion sur la domination charismatique — que l'Église se transforme en un appareil bureaucratique séparé du monde, devenant le cadre et le modèle par lequel et contre lequel s'est constitué l'État occidental. Cette approche conduira de fait à reprendre la question de la routinisation de la domination charismatique et des rapports entre les principales formes de domination.

Alexis Fontbonne est membre associé du Césor. Sa thèse consacrée à l'histoire sociale de l'Esprit-Saint au Moyen Âge est en cours de publication : Vol. 1 De l'amour divin à l'aumône laïque, Paris, Beauchesne, 2020, Vol. 2 Hommes spirituels et bureaucratie charismatique (à paraître). Il travaille actuellement à une sociologie médiévale, fondée sur une réflexivité historique sur les concepts sociologiques (Introduction à la sociologie médiévale, Paris, CNRS, en cours de publication).

Edith HANKE : Les luttes de Max Weber avec le concept de "démocratie". Un plaidoyer pour la sociologie politique
En général Max Weber met la notion de la "démocratie" entre guillemets, peu importe s'il l'utilise pour l'Antiquité ou l'époque moderne. Cela signale une distance et un scepticisme. On peut constater ce scepticisme également dans son refus d'établir, à côté de ses trois types de dominations légitimes bien connus, un quatrième type. Que veut dire "pouvoir du peuple" si l'on veut le traduire littéralement ? Jamais dans l'histoire de presque toute civilisation la totalité des citoyens, ou habitants d'une communauté politique, n'a participé au pouvoir d'une manière active. En général le droit d'y participer était réservé à de petits groupes exclusifs. Sur ce point la démocratie de masse moderne constitue le premier essai consistant à faire participer l'ensemble des habitants au pouvoir. Mais le scepticisme persiste : qui exerce réellement le pouvoir ? Weber invite à considérer l'ensemble des conditions politiques et sociales tout en posant la question de la genèse historique des structures de domination d'aujourd'hui.

Edith Hanke est assistante de recherche (depuis 1990) et rédactrice en chef (depuis 2005) de l'édition complète historico-critique de Max Weber (Max Weber-Gesamtausgabe) à l'Académie Bavaroise des Sciences et des Humanités, Munich. Elle a édité la "Sociologie de la domination" (2005 et 2013) et, avec Rita Aldenhoff-Hübinger, les "Lettres choisies" de Max Weber. Elle s'intéresse particulièrement à la réception mondiale de l'œuvre de Max Weber.

Gangolf HÜBINGER : Idées et intellectuels dans le travail de Max Weber
Dans le cadre de son analyse des visions du monde, Max Weber attribue aux intellectuels un rôle clé : dans "L'éthique protestante", il pose comme question fondamentale de savoir comment "les idées en général deviennent efficientes dans l'histoire" ; dans "L'introduction" aux "Essais de sociologie des religions", il caractérise les intellectuels comme guides ("Weichensteller") dans le domaine des idées et visions du monde ("Ideen und Weltbilder") ; et dans ses écrits politiques, il qualifie les intellectuels comme littérateurs ("Literaten") en examinant leurs interventions dans les débats publics d'après-guerre d'une façon critique. Trois questions sont au centre de la contribution : comment Weber a-t-il vu, dans sa sociologie des religions, le rôle des intellectuels pour "la rationalisation" des ordres de vie et pour "l'intellectualisation" des interprétations du monde ? Comment a-t-il appliqué son concept à l'analyse du présent politique et comment a-t-il lui-même agi en tant qu'intellectuel ? Finalement, quels sont les éléments centraux de sa sociologie des intellectuels ?

Gangolf Hübinger, Viadrina Senior Fellow, Center B/Orders in Motion, et professeur émérite de "Vergleichende Kulturgeschichte der Neuzeit, Europa-Universität Viadrina à Frankfurt (Oder)". De nombreuses publications sur l'histoire des idées, des intellectuels et des sciences humaines et sociales. Coéditeur des œuvres complètes de Max Weber et du théologien Ernst Troeltsch, co-directeur de la revue Internationales Archiv für Sozialgeschichte der deutschen Literatur (IASL).
Publications
Engagierte Beobachter der Moderne. Von Max Weber bis Ralf Dahrendorf, Göttingen, Wallstein, 2016.
Max Weber. Stationen und Impulse einer intellektuellen Biographie, Tübingen, Mohr Siebeck, 2019.
"Intellectuals, Scholars and the Value of Science", The Oxford Handbook of Max Weber, ed. Hanke/Scaff/Whimster (2019), S. 537-556.

Frédéric NEYRAT : Quelle place pour Max Weber dans les facultés de droit et de sciences économiques en France aujourd'hui ?
Comme chez d'autres intellectuels d'Europe centrale de sa génération, le profil de Max Weber est marqué par un fort éclectisme disciplinaire. Juriste de formation, c'est l'histoire du droit qu'il enseignera d'abord à Berlin avant de devenir professeur d'économie politique à Fribourg. C'est d’ailleurs comme économiste qu'il se définira jusqu'au terme de sa vie : on a en tête le "nous autres économistes" (Nationalökonomen) en ouverture de la conférence de 1919 sur le métier et la vocation de savant. Mais c'est véritablement comme un père fondateur de la sociologie moderne qu'il est pleinement passé à la postérité. Cette communication propose une sociologie de la réception contemporaine de Max Weber chez les économistes et les juristes universitaires français, notamment à partir d'un corpus de manuels et d'articles.

Frédéric Neyrat est professeur des universités en sociologie à l'université de Rouen Normandie. Ses recherches portent notamment sur la sociologie de l'enseignement supérieur et de la formation professionnelle.

Federico TARRAGONI : L'inspiration wébérienne d'une sociologie historique du politique
Dans cette communication, nous tâcherons de montrer que l'un des volets du projet sociologique wébérien est de contribuer à une analyse socio-historique du politique, entendu dans sa triple acception philosophique d'ensemble de rapports de pouvoir, d'ensemble d'institutions et de procédures du gouvernement et d'ensemble de modes d'action conflictuels en commun. Avec sa sociologie historique, Weber parvient à réarticuler trois concepts du politique : le pouvoir, le gouvernement et l'action. Son œuvre propose trois pistes, qui restent d'actualité pour une sociologie historique du politique dont l'objet excéderait la genèse du gouvernement représentatif (comme c'est souvent le cas en science politique). La première piste porte sur la comparaison des formes sociales de domination, dans des cadres étatiques ou non ; la deuxième porte sur l'analyse des effets des idéologies sur les modes d'action politique, et donc sur le rapport entre idéologie, subjectivité et action ; la troisième porte sur le mode d'imputation causale en sociologie, et la place qu'il réserve à la contingence et aux possibilités de l'agir humain (donc à sa liberté et créativité fondamentale).

Agrégé de Sciences économiques et sociales, Federico Tarragoni est actuellement Maître de conférences HDR à l'université de Paris et directeur du Centre d'études interdisciplinaires sur le politique. Il est spécialiste de sociologie politique et de théorie sociologique.
Publications
L'Énigme révolutionnaire, Prairies ordinaires, 2015.
Sociologies de l'individu, La Découverte, 2018.
L'esprit démocratique du populisme, La Découverte, 2019.


BIBLIOGRAPHIE :

• Aldenhoff-Hübinger R., Bruhns H., "Enquêtes rurales et industrielles : le chemin de Max Weber vers la sociologie", Revue des études sociales, Les Études Sociales, n°167-168, 2018, p. 335-362.
• Aldenhoff-Hübinger R., "Les intégrales de Max Weber : l'achèvement de l'édition critique d'une œuvre transdisciplinaire" (trad. par M. Floc'h), in Les Études Sociales, n°171-172, 2020, S. 211-222.
• Beetham D., Max Weber and the Theory of Modern Politics, Cambridge, Polity Press, 1985.
• Bendix R., Max Weber : An Intellectual Portrait, Garden City, N.Y, Doubleday, 1960.
• Bernadou V., Blanc, F., Laignoux R., Roa Bastos F., Que faire du charisme ? Retour sur une notion de Max Weber, PUR, 2014.
• Besnard P., Protestantisme et capitalisme. La controverse post-wébérienne, Armand Colin, 1970.
• Bouretz P., Les promesses du monde. Philosophie de Max Weber, Paris, Gallimard, 1996.
• Breuer S., Max Webers Herrschaftssoziologie, Frankfurt/New York, Campus Verlag, 1991.
• Bruhns H., Andreau J. (dir.), Sociologie économique et économie de l'Antiquité. À propos de Max Weber, Cahiers du Centre de recherches historiques, EHESS-CNRS, 2004.
• Bruhns H., Duran P. (dir.), Max Weber et le politique, Paris, LGDJ, 2009.
• Collins R., Weberian Sociological Theory, Cambridge, Cambridge UP, 1986.
• Colliot-Thélène C., Max Weber et l'histoire, Paris, PUF, 1990.
• Colliot-Thélène C., Le désenchantement de l'État. De Hegel à Max Weber, Éd. de Minuit, 1992.
• Colliot-Thélène C., Études wébériennes, Paris, PUF, 2001.
• Colliot-Thélène C., La sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte, 2014.
• Coutu M., Max Weber et les rationalités du droit, LGDJ, 1995.
• Dobry M., "Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques "complications" de la sociologie de Max Weber", in Favre P., Hayward J.E.S., Shemeil Y. (dir.), Être gouverné : études en l'honneur de Jean Leca, Paris, FNSP, 2003, p.127-150.
• Dobry M., "Hitler, Charisma and Structure : Reflections on Historical Methodology", Totalitarian Movements and Political Religions, 2006, vol.7, n°2, p. 157-171.
• Gaïti B., "La décision à l'épreuve du charisme. Le général de Gaulle entre mai 1968 et avril 1969", Politix, n°82, vol. 2, 2008, p.39-68.
• Ghosh P., Max Weber in Context. Essays in the History of German Ideas, c. 1870-1930, Harrassowitz Verlag, 2016.
• Giddens A., Politics and Sociology in the Thought of Max Weber, London, MacMillan, 1972.
• Grossein J.-P., "De l'interprétation de quelques concepts wébériens", RFS, 46-4, octobre-décembre 2005, p.685-722.
• Grossein J.-P., "Max Weber "à la française". De la nécessité d'une critique des traductions", RFS, 46-4, octobre-décembre 2005, p.883-904.
• Hanke E., Scaff L., Whimster S. (eds.), The Oxford Handbook of Max Weber, Oxford, Oxford University Press, 2019.
• Hennis W., La problématique de Max Weber, PUF, 1996 (1987).
• Hennis W., Max Webers Wissenschaft vom Menschen, Tübingen, Siebeck, 1996.
• Heurtin J.-P., Molfessis N. (dir.), La sociologie du droit de Max Weber, Paris, Dalloz, 2006.
• Heurtin J.-P., "Weber lecteur de Rudolph Sohm, et l'inachèvement du concept de charisme de fonction", in Bernadou V., Blanc F., Laignoux R., Roas Bastos F., Que faire du charisme. Retour sur une notion de Max Weber, PUR, 2014.
• Hirschhorn M., Max Weber et la sociologie française, Paris, L'Harmattan, 1988.
• Kaesler D., Max Weber. Sa vie, son œuvre, son influence, Paris, Fayard, 1995.
• Kalberg S., Les valeurs, les idées et les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte, 2010.
• Kershaw I., Hitler. A Profile of Power, Longman, Londres, 1991.
• Lascoumes P. (dir.), Actualité de Max Weber pour la sociologie du droit, Paris, LGDJ, 1995.
• Morcillo Á., Weisz E. (ed.), Max Weber en Iberoamérica. Nuevas interpretaciones, estudios empíricos y recepción, México, CIDE/CFE, 2016.
• Morcillo Á., "Aviso a los navegantes. La traduccion al español de Economia y sociedad de Max Weber", Estudios sociologicos, 32 (96), 709-766, 2012.
• Müller H.-P., Max Weber. Eine Einführung in sein Werk, Köln/Weimar/Wien, Böhlau UTB, 2007.
• Müller H.-P., "Wie ist Individualtität möglich ? Strukturelle und kulturelle Bedingungen eines modernen Kulturideals", Zeitschrift für Theoretische Soziologie, 01/2015, p.89-111.
• Oakes G., Weber and Rickert. Concept formation in the Cultural Sciences, MIT Press, 1988.
• Ouedraogo J.-M., "La réception de la sociologie du charisme de Max Weber", Archives De Sciences Sociales Des Religions, n°83 (1), 1993, p.141-57.
• Raynaud P., Max Weber et les dilemmes de la raison, PUF, 1987.
• Schluchter W., Religion und Lebensführung, Suhrkamp, 1988.
• Sintomer Y., La démocratie impossible ? Politique et modernité chez Weber et Habermas, Paris, La Découverte, 1999.
• Stamme Otto (ed.), Max Weber und die Soziologie heute. Verhandlungen des fünfzehnten deutschen Soziologentages, Tubingen, Mohr, 1965.
• Strazzeri V., "Max Weber and the "labour question" : an initial appraisal", Max Weber Studies, 15/1, 2015, p.69-100.
• Sunar L., Marx and Weber on Oriental Societies. In the Shadow of Westerne Modernity, Ashgate, 2014.
• Swedberg R., Max Weber and the Idea of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, 1998.
• Tarragoni F., Sociologies de l'individu, Paris, La Découverte, 2018.
• Tribe K., "Talcott Parsons as Translator of Max Weber's Basic Sociological Categories", History of European Ideas, n°33, 212-233, 2007.
• Whimster S., The Essential Weber. A Reader, London Routledge, 2004.
• Whimster S., Understanding Weber, London, Routledge, 2007.
• Zimmerman A., "Decolonizing Weber", Postcolonial Studies, 2006, 9/1, p.53-79.


SOUTIENS :

Fondation Fritz Thyssen
• Fondation Maison des sciences de l'homme (FMSH)
• Laboratoire Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques (ANHIMA) — UMR 8210 [Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne]
• Laboratoire Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe (SAGE) — UMR 7363 [Université de Strasbourg]
Centre Marc Bloch
• Laboratoire des dynamiques sociales (DySoLab) — EA 7476 [Université de Rouen Normandie]
• Centre de Recherche Risques & Vulnérabilités (CERReV) — EA 3918 [Université de Caen Normandie]
• Société des Amis de Raymond Aron (S.A.R.A.)


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.


Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


FUTURS DE L'OCÉAN, DES MERS ET DES LITTORAUX


DU SAMEDI 17 SEPTEMBRE (19 H) AU VENDREDI 23 SEPTEMBRE (14 H) 2022

[ colloque de 6 jours ]


© Observatoire de la Côte Aquitaine, Com' by AVM


DIRECTION :

Agathe EUZEN, Antoine FRÉMONT, Denis LACROIX


ARGUMENT :

L'importance de l'océan, des mers et des littoraux n'a jamais été aussi grande qu'en ce début du XXIe siècle tant pour les activités humaines que pour l'équilibre de la planète Terre. Ils jouent un rôle essentiel pour nourrir les sociétés, les approvisionner en ressources énergétiques ou minérales mais aussi comme support du transport maritime essentiel au commerce international, comme aires de loisir, et enfin comme espaces de projection militaire pour de nombreux États. Mais ils concentrent aussi de nombreuses pressions, souvent combinées : érosion, artificialisation, pollutions, migrations… Ils jouent aussi un rôle essentiel dans la machinerie climatique du monde. Se pose alors la question des visions du monde de demain pour ces espaces. Quelle mondialisation voulons-nous ? Au profit de qui ? Quelles relations entre les activités globalisées et les sociétés locales dont les littoraux, souvent excessivement anthropisés, forment l'interface ? Quels sont les seuils d’exploitation durable pour les ressources tirées de la mer ? Quelles mesures de préservation et de restauration sont à prendre pour sauvegarder l'équilibre général de l'écosystème terre-mer et ses fonctions vitales ?

Dans un climat global de scepticisme sur le discours scientifique, d'inquiétude sur les ressources et d'incertitude sur le changement global, il apparaît sur les enjeux marins une opportunité de réflexion lucide, responsable et mobilisatrice pour tous les acteurs et notamment les jeunes générations. Il s'agit donc de construire des visions de la mer et des littoraux en s'appuyant, d'une part, sur des regards croisés d'experts de plusieurs disciplines et, d'autre part, sur les pratiques professionnelles et les expériences citoyennes des acteurs. Peut-on montrer l'existence de voies de résilience face au changement global, de choix d'adaptation et d'atténuation, de moyens d'élaboration d'une économie bleue, des chemins de prise de conscience à l'échelle mondiale que la mer est un bien commun vital et fragile ?

Ce colloque s'adresse à tous les acteurs du monde maritime, à des chercheurs issus de disciplines variées, aux artistes ayant développé leur sensibilité et leur créativité avec la mer. Son ambition est de conduire une réflexion d'intelligence collective sur les problématiques actuelles liées à la mer et au littoral. Ses objectifs seront de trois types : préciser les enjeux de long terme de la mer et des littoraux à l'échelle de la France, dans l'UE et dans le monde ; croiser les approches de multiples disciplines sur ces enjeux afin de mieux saisir la complexité des systèmes impliqués et faire émerger les thèmes majeurs de recherche, de formation, de sensibilisation permettant de comprendre et de faire comprendre les dynamiques de l'Océan à diverses échelles ; enfin, esquisser les futurs possibles de ces milieux vitaux et discerner les choix qui conditionnent leur pérennité.


MOTS-CLÉS :

Biodiversité marine, Changement climatique, Cours d'eau, Développement durable, Économie maritime, Écosystèmes marins, Fonds sous-marins, Futurs, Gouvernance, Îles, Imaginaire, Littoraux, Mer, Montée de la mer, Océan, Pêches, Perception, Ports, Prospective, Science-fiction


CALENDRIER PROVISOIRE :

Samedi 17 septembre
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Dimanche 18 septembre
PERCEPTIONS ET IMAGINAIRES DE LA MER
Matin
Agathe EUZEN (CNRS), Antoine FRÉMONT (CNAM) & Denis LACROIX (Ifremer) : Introduction du colloque
Cyrille P. COUTANSAIS (CESM) : Autour du livre Les hommes et la mer (CNRS Éditions, 2017)

Les perceptions de la mer et l'évolution de ses usages, table ronde animée par Agathe EUZEN (CNRS), avec Guigone CAMUS (Anthropologue), Cyrille P. COUTANSAIS (CESM) et Gérard ROMITI (Président du comité national des pêches et des cultures marines)

Après-midi
Représentation des îles et des nouveaux imaginaires de la mer
Entre mythe et réalité : les îles ?, dialogue entre Nathalie BERNARDI-TAHIR (Géographe, Univ. Limoges) et Louis BRIGAND (UBO et Association des Iles du Ponant)

Les nouveaux imaginaires : mer et fiction, table ronde animée par Denis LACROIX (Ifremer), avec Anthony BOULANGER (Auteur SFFF) [Les imaginaires de la science-fiction sur la mer], Agathe EUZEN (CNRS) [Formes de l'imaginaire : mythes, monstres et figures divines de l'océan] et Emmanuelle VAGNON (CNRS) [Cartographier la mer, une histoire au long cours]

Soirée
Film sur l'océan


Lundi 19 septembre
CHANGEMENT CLIMATIQUE, OCÉAN, MERS ET LITTORAUX
Matin
Anny CAZENAVE (...) : Quelles influences croisées entre changement climatique et océan ?
Gonéri LE COZANNET (BRGM) : L'adaptation à l'évolution du niveau de la mer

Table ronde, animée par Agathe EUZEN (CNRS), avec Anny CAZENAVE (...), Stéphane COSTA (GIEC Normand), Hubert DEJEAN DE LA BÂTIE (Région Normandie) et Gonéri LE COZANNET (BRGM)

Après-midi
Catherine MEUR-FEREC (Univ. Brest) : Entre "désir de rivage" et montée du niveau marin, quels futurs pour les littoraux urbanisés ?
Robert SLOMP (RWM - Ministère de l'eau des Pays Bas) : Comment se préparer aux Pays Bas pour 1m, 2m, 3m et 5 m de changement du niveau de la mer ?

Quelle adaptation des villes et des côtes littorales à la montée de la mer ?
Benoît LAIGNEL (Univ. Rouen) : Problématique au Sud : le cas du Sénégal
Régis LEYMARIE (Délégué adjoint Normandie Conservatoire du littoral) : Projet ADAPTO : avec les communes de Caen et Ouistreham

Table ronde, animée par Catherine MEUR-FÉREC (UBO), avec Stéphane COSTA (GIEC Normand), Benoît LAIGNEL (Univ. Rouen), Régis LEYMARIE (Délégué adjoint Normandie Conservatoire du littoral) et Robert SLOMP (RWM - Ministère de l'eau des Pays Bas)


Mardi 20 septembre
ÉCOSYSTÈMES MARINS VITAUX ET LEURS SERVICES
Matin
Frédérique VIARD (CNRS, ISEM) : La biodiversité marine en danger
Yunne-Jai SHIN (IRD) : Les scénarios d'évolution possibles des grands écosystèmes marins et de leurs services à 2100

Après-midi
Quelles perspectives pour la biodiversité et les services écosystémiques marins à l'échelle internationale ?, avec Françoise GAILL (CNRS, INEE)

Philippe CURY (CLORA / IRD Bruxelles) : Pêche et durabilité…

Pêche, biodiversité marine et sécurité alimentaire, table ronde animée par Didier GASCUEL (...), avec Philippe CURY (CLORA / IRD Bruxelles), François HOULLIER (Ifremer), Gérard ROMITI (Président du comité national des pêches et des cultures marines), François SIMARD (UICN) et Frédérique VIARD (CNRS, ISEM)

Soirée
Carte blanche à Erik ORSENNA


Mercredi 21 septembre
"HORS LES MURS"
Site de Fréval, commune de Fermanville
Travail avec les agriculteurs sur des solutions fondées sur la nature. Remaniement des cours d'eau, déplacements de sentiers. Avec Régis LEYMARIE, Délégué adjoint Normandie Conservatoire du Littoral
Intervention lors de cette excursion de Louis TEYSSIER, Élu en charge des questions littorales à la communauté de commune Coutances Mer et Bocage (CMB) et d'Étienne D'ANGLEJAN, Chef de projet recomposition et résilience littorale, Dir. de l'urbanisme (CMB)

Port de Cherbourg
Les problématiques spécifiques d'un port. Les contraintes et les opportunités du futur
Avec la participation de la Direction des Ports de Normandie et Ports Normand Associés (PNA)


Jeudi 22 septembre
QUELLES VOIES VERS UNE ÉCONOMIE MARITIME DURABLE ?
Matin
Antoine FRÉMONT (CNAM) : La maritimisation de l’économie

Maritimisation de l'économie et développement durable : l'équation impossible ?, table ronde animée par Antoine FRÉMONT (CNAM), avec Marie BONNIN (Juriste, IRD), Patrice GUILLOTREAU (Économiste, Univ. Nantes et IRD) [Synergies et symbioses de l'économie bleue], Frédéric MONCANY de SAINT-AIGNAN ou Alexandre LUCZKIEWICZ (Cluster maritime français) et Stéphane RAISON (Directeur général HAROPA Port, Le Havre-Rouen-Paris) [sous réserve]

Après-midi
Loïc FINAZ (Amiral sous marinier, Écrivain) : Les nouveaux enjeux géostratégiques marins
Jean-Louis LEVET (SG Mer) : Les fonds sous-marins : un nouveau territoire de conquête ?

Soirée
La mer, des histoires sensibles, des moments forts…, table ronde animée par Agathe EUZEN (CNRS), avec Isabelle AUTISSIER (Navigatrice, Ancienne Présidente WWF, Écrivaine) et Raphaëlla LE GOUVELLO (Véliplanchiste océanique, Responsable UICN)


Vendredi 23 septembre
REGARDS VERS LES FUTURS DE L'OCÉAN ET DES LITTORAUX. QUELLE GOUVERNANCE ?
Matin
Rapports d'étonnement de doctorants

Visions de l'océan et des littoraux : aujourd'hui et demain ? Conséquences en termes de gouvernance de court et long terme, table ronde animée par Denis LACROIX (Ifremer), avec Isabelle AUTISSIER (Navigatrice, Ancienne Présidente WWF, Écrivaine), Loïc FINAZ (Amiral sous marinier, Écrivain), Catherine JEANDEL (Océanographe, Chercheuse), Hervé MORIN (Président Région Normandie) et Adélie POMADE (AMURE Brest, Juriste) [Accompagner les transformations des littoraux par la formulation de scénarios juridiques ?]

Conclusions

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Marie BONNIN
Marie Bonnin est directrice de recherche en droit de l'environnement marin à l'IRD. Elle s'intéresse à la protection de l'environnement marin par le droit. Depuis 2017, elle coordonne le projet de recherche européen PADDLE "Planifier dans un monde liquide" qui analyse les opportunités et limites de la planification spatiale marine en Atlantique tropical. Ses recherches portent également sur la mise en place d'indicateurs juridiques pour évaluer l'effectivité des règles de droit protectrices de l'environnement marin. Elle est membre de plusieurs conseils scientifiques participe à l'animation de groupes de recherches interdisciplinaires sur l'environnement marin.

Cyrille P. COUTANSAIS : Autour du livre Les hommes et la mer (CNRS Éditions, 2017)
C'est à une autre histoire des hommes que cette intervention va convier, une histoire rendant toute leur place à des civilisations qui avaient le goût du large. Des hommes qui, sans cartes ni GPS, partaient à l'aventure, mais dont l'épopée est aujourd'hui oubliée. L'on sera emporté dans le sillage des Polynésiens à la conquête du Pacifique, sur les traces des nomades des mers de la Terre de Feu, du Japon et d’Indonésie. On explorera l'imaginaire lié à la mer : peuplée de monstres dans certaines civilisations, elle est à l'inverse un jardin d'Eden pour d'autres. Aujourd'hui, à l'heure où les hommes s'intéressent de plus en plus aux abysses, sanctuaire longtemps préservé, il est sans doute temps de réunir nos mémoires, maritime et terrestre. Réunir nos deux hémisphères, terrien et marin n'est plus une option : c'est une obligation pour que se poursuive la grande épopée des hommes et de la mer.

Cyrille P. Coutansais est Directeur de Recherches du CESM, rédacteur en chef de la revue Études Marines et auteur de nombreux ouvrages sur la mer.
https://www.cnrseditions.fr/auteur/cyrille-p-coutansais/

Françoise GAILL
Françoise Gaill est une spécialiste des milieux profonds et en particulier de l'adaptation aux milieux extrêmes. Après avoir dirigé au CNRS le département environnement et développement durable, elle a mis en place un nouvel institut l'INEE (Écologie et Environnement) et a été vice-présidente de l'alliance Allenvi. Elle a parallèlement présidé le comité opérationnel "recherche et innovation" du Grenelle de la mer, et le comité stratégique et technique de la flotte océanographique (CSTF), avant d'être nommée première vice-présidente de l'Agence Française pour la Biodiversité. Elle a également participé aux travaux des Nations Unies sur l'océan (ODD, BBNJ et WOA). Aujourd'hui conseillère scientifique à la direction du CNRS INEE, elle préside le Comité pour la recherche marine, maritime et littorale du CNML (Conseil National de la Mer et des Littoraux) ainsi que les conseils scientifiques de la Fondation de la Mer et de l'éolien en mer de la façade Sud Atlantique.

Patrice GUILLOTREAU
Patrice Guillotreau est Directeur de recherche en économie de la mer à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD), dans une unité mixte de recherche en écologie marine (MARBEC) et professeur d'économie à l'université de Nantes. Il a coordonné de nombreux projets scientifiques internationaux et est l'auteur de plus d'une centaine d'articles, études, ouvrages et chapitres d'ouvrage en économie des ressources marines et maritimes, dont Mare Economicum (Presses universitaires de Rennes, 2008), l'Atlas économique de la mer (Infomer, 2011 à 2016), Global Change in Marine Systems (Routledge, 2018), Blue Economy: an Ocean science perspective (Springer, 2022). Ses travaux traitent principalement de l'impact des changements globaux sur les socio-écosystèmes marins et sur le développement durable de l'économie bleue. Il a été vice-Président d'un des groupes de travail du Grenelle de la Mer en 2009.

François HOULLIER
Ingénieur général des Ponts, des Eaux et Forêts, membre de l'Académie des Technologies et de l'Académie d'Agriculture de France, François Houllier est président-directeur général de l'Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) depuis le 19 septembre 2018. Depuis mai 2020, il préside le conseil d'AllEnvi, l'alliance nationale de recherche pour l'environnement, qu'il avait déjà présidé de mars 2012 à juillet 2016. Il a été président de l'université Sorbonne Paris-Cité (09/2016-09/2018) et président-directeur général de l'Inra (07/2012-07/2016). Habilité à diriger des recherches et titulaire d'un doctorat de l'université Claude Bernard (Lyon I), ancien élève de l'École Polytechnique et de l'École nationale du Génie rural, des Eaux et Forêts (Engref, devenue AgroParisTech), ses recherches personnelles ont porté sur les inventaires forestiers puis sur l'écologie et la modélisation des forêts et des plantes. En 2015 et 2016, il a remis trois rapports au gouvernement français : sur les sciences participatives (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02801940/) ; sur la recherche et l’innovation à l'horizon 2025 dans les domaines respectifs de l'agriculture (https://hal.inrae.fr/hal-02801878v1) et de la filière forêt-bois (https://hal.inrae.fr/hal-03183659).

Gonéri LE COZANNET : L'adaptation à l'évolution du niveau de la mer
L'élévation du niveau de la mer est une conséquence du changement climatique dont les effets commencent à devenir perceptibles le long des côtes les plus vulnérables. Dans les décennies à venir, ce phénomène provoquera une submersion chronique de zones basses à marée haute, notamment dans les ports, puis une aggravation des conséquences des tempêtes et de la salinisation des sols et des estuaires. Sans atténuation du changement climatique, ses conséquences pour l'érosion du littoral et la submersion permanente des zones basses deviendront perceptibles de manière évidente dès la seconde partie du XXIe siècle. En l'absence d'adaptation, l'élévation du niveau de la mer menace non seulement les communautés côtières, mais aussi des sites historiques tels que Venise, des sites industriels ou pollués, les activités portuaires et l'existence même de certains états insulaires. L'adaptation à l'élévation du niveau de la mer nécessite une gouvernance, une planification et des interventions qui se mettent en place typiquement en plusieurs décennies. Aussi, atteindre les objectifs d'atténuation du changement climatique des accords de Paris permettrait de limiter les risques d'une accélération du niveau de la mer qui compromettrait la mise en œuvre de l'adaptation.

Gonéri Le Cozannet est ingénieur de recherche au BRGM depuis 2006. Il étudie les conséquences de l'élévation du niveau de la mer pour les risques côtiers (érosion et submersion marine). Il est coordinateur du projet européen CoCliCo, visant à mettre en place un service climatique européen pour l'adaptation côtière. Il est également coauteur du 6ème rapport du GIEC sur les impacts, la vulnérabilité et l'adaptation, à paraitre en février 2022.

Catherine MEUR-FEREC : Entre "désir de rivage" et montée du niveau marin, quels futurs pour les littoraux urbanisés ?
À l'échelle mondiale, le GIECC et l'UICN sont formels : notre planète se réchauffe, la mer monte et les solutions fondées sur la nature sont l'avenir des littoraux. À l'échelle locale, les complexes résidentiels et touristiques se développent les pieds dans l'eau, les prix de l'immobilier côtiers n'ont jamais été aussi hauts, et vivre au plus près de la mer reste une aspiration qui fait rêver dans de nombreuses sociétés. L'urbanisation des côtes se développe à travers le monde entier, alors que le changement climatique et ses effets deviennent de plus en plus tangibles et médiatisés. Comment comprendre ce paradoxe ? Comment en sommes-nous arrivés là et vers quel futur allons-nous pour les littoraux urbanisés ? L'intégration de plusieurs échelles spatiales et temporelles, ainsi que la combinaison de toutes les composantes de la vulnérabilité systémique apportent des éclairages sur ces questionnements. Si les incertitudes sur l'avenir restent grandes, il existe aussi des certitudes qui requièrent de penser l'adaptation des territoires littoraux sur le temps long.

Catherine Meur-Ferec est professeure de géographie du littoral à l'université de Brest. Son approche, d'abord orientée vers la géomorphologie, s'est progressivement diversifiée vers des questions de gestion intégrée des zones côtières et de risques côtiers dans un contexte de changements climatiques. Elle travaille depuis une vingtaine d'années sur la vulnérabilité systémique des territoires côtiers aux risques d'érosion et de submersion, intégrant les questions d'aléas, d'enjeux, de gestion et de représentations.
Publications
Meur-Ferec C., "Risques côtiers : des littoraux toujours sous pression", in Rebotier J. (coord.), Les Risques et l'Anthropocène. Regards alternatifs sur l'urgence environnementale, Éditions ISTE, 2021.
Meur-Ferec C., Le Berre I., Cocquempot L., Guillou E., Henaff A, Lami T, Le Dantec N., Letortu P. & Philippe M., "Une méthode de suivi de la vulnérabilité systémique à l'érosion et la submersion marines", Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1, 2020.

Adélie POMADE
Adélie Pomade est Enseignant-chercheur HDR à l'université de Bretagne Occidentale et chercheur à l'UMR AMURE. Elle travaille sur le rapport du droit à l'évolution des socio-écosystèmes pour reconnecter la théorie juridique et ses applications aux réalités sociétales mouvantes et évolutives. Abordant la question de la prospective mobilisée par les gestionnaires et les acteurs locaux (privés, associatifs, citoyens…) pour dessiner les trajectoires de gestion de demain, Adélie Pomade propose d'y associer la réflexion juridique en envisageant de manière originale la formulation de scénarios en droit (A. Pomade, "Conjuguer le droit du présent au futur pour réduire l'hyperfréquentation nautique", in F. Haumont, J. Sambon (dir.), Mélanges Benoit Jadot, Larcier, 2021).

Robert SLOMP : Comment se préparer aux Pays Bas pour 1m, 2m, 3m et 5 m de changement du niveau de la mer ?
Les Pays Bas doivent se préparer pour après 2100. Les décisions que nous prenons maintenant ne doivent pas bloquer des solutions pour des futurs problèmes. Notre programme de recherche a cinq volets : Comment déterminer quels scénarios sont à envisager pour 2100, 2200 et 2300 ? Ceci dépend des Scénario RCP (Representative Concentration Pathway) et surtout de la situation en Antarctique ; Comment élaborer une systématique pour déterminer les défis causés par des scénarios de 1, 2, 3 et 5 m de montée du niveau de la mer et de changement de débit des fleuves (qui soient cohérents avec les mêmes RCP). Est-ce que la politique choisie en 2014 est encore valable pour le futur ? ; Détecter à temps la montée du niveau de la mer pour avoir des financements pour la recherche et prendre des mesures. Par exemple après les rapports annuels de IPCC/GIEC ; Élaborer et évaluer les mesures pour le futur ; Élaborer une politique d'implantation des mesures par étapes, la gouvernance, la communication avec le grand public. C'est sur ces questions que portera cette contribution.

Robert Slomp a étudié à l'université de Wageningen aux Pays Bas de 1982-1988. Il a travaillé en Afrique francophone (le Benin et le Tchad) de 1989 à 1997 pour des ONG dans le domaine hydraulique, retenues d'eau/eau potable. Depuis 1998, il travaille pour Rijkswaterstaat, une agence du Ministère de l'Infrastructure et de Gestion d'Eau. Il est responsable pour la recherche en charge hydraulique sur les digues, dunes et ouvrages d'art et pour élaborer les logiciels consistant à vérifier et (re)construire les 3600 km d'ouvrages aux Pays Bas. Il a écrit un livre et plusieurs articles sur la Tempête Xynthia en 2010.

Emmanuelle VAGNON : Cartographier la mer, une histoire au long cours
Sur les représentations du monde les plus anciennes, l'océan est souvent figuré comme un anneau encerclant les terres et figurant ainsi la limite du monde connu. L'océan, ouvert vers l'inconnu, se distingue ainsi des mers plus petites et closes, dont les noms reflètent les habitudes de navigation antiques et médiévales. Vers la fin du Moyen Âge en Europe, des cartes marines donnent à voir de manière plus précise les accidents des côtes, les hauts fonds et les bancs de sable. Élargies à la mesure des explorations du globe, elles accompagnent l'essor des grandes puissances maritimes européennes. La production manuscrite se double alors d'une diffusion imprimée, sous la forme de cartes de divers formats et d'atlas nautiques, confiés à partir de l'époque moderne à des ingénieurs hydrographes spécialisés. L'histoire des cartes marines reflète jusqu'à aujourd'hui l'évolution technologique de la cartographie et des méthodes de navigation. Mais elle nous invite encore et toujours à réfléchir sur le rapport des civilisations humaines à l'espace maritime et leur manière de le concevoir et de l'apprivoiser.

Emmanuelle Vagnon est historienne, chargée de recherche au CNRS, rattachée au Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (UMR 8589-Université Paris1 Panthéon-Sorbonne). Spécialiste de la cartographie et des représentations de l'espace au Moyen Âge et à la Renaissance.
Publications
L'Âge d’or des cartes marines. Quand l'Europe découvrait le monde, C. Hofmann, H. Richard & E. Vagnon (dir.), Paris, BnF, 2012.
La Fabrique de l'océan Indien. Cartes d'Orient et d'Occident, E. Vagnon & E. Vallet (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2017.


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.


Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


L'HISTORIEN SUR LE MÉTIER :
CONVERSATIONS AVEC CARLO GINZBURG


DU VENDREDI 9 SEPTEMBRE (19 H) AU JEUDI 15 SEPTEMBRE (14 H) 2022

[ colloque de 6 jours ]



DIRECTION :

Étienne ANHEIM, Anne BER-SCHIAVETTA, Martin RUEFF

En présence de Carlo GINZBURG


ARGUMENT :

Depuis une cinquantaine d'années (la première édition de I Benedanti remonte à 1966), l'œuvre de Carlo Ginzburg ne cesse de bouleverser le métier de l'historien en lui offrant un nouveau plan d'enquête (la micro-histoire), une série de nouveaux concepts (le paradigme indiciaire entre autres), de nouveaux objets et de nouvelles inquiétudes. Ses enquêtes ont contribué à redistribuer les lignes de partage entre histoire et sciences humaines (anthropologie, philologie, psychanalyse,critique littéraire) comme elles ont affecté l'histoire de l'art et des images.

Organisé par une psychanalyste, un historien et un poète traducteur de l'historien, ouvert à celles et ceux que le sujet intéresse, ce colloque se déroulera en présence de Carlo Ginzburg. Il entend le mettre "sur le métier" : le soumettre à la question de spécialistes provenant d'horizons et de disciplines qu'il a largement contribué à rénover (histoire, histoire de l'art, philologie). Alterneront des grandes conférences qui accompagnent son œuvre depuis ses débuts, les interventions de grands interlocuteurs, mais aussi les contributions d'éditeurs et de jeunes chercheuses et chercheurs. Une large place sera faite à la collaboration avec le cinéaste Jean-Louis Comolli auteur de nombreux films avec et sur Carlo Ginzburg.


MOTS-CLÉS :

Art, Cinéma, Comparaison, Ginzburg (Carlo), Histoire, Historiographie, Indice, Littérature, Méthode, Morphologie, Philologie, Psychanalyse, Religion, Trace


CALENDRIER PROVISOIRE :

NON ENCORE DISPONIBLE


BIBLIOGRAPHIE :

Carlo Ginzburg

Le Fil et les traces, vrai, faux, fictif, traduit par Martin Rueff, Lagrasse, Verdier, 2010.
Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Lagrasse, traduit par Monique Aymard, Christian Paoloni et Elsa Bonan, Verdier, nouvelle édition, 2010.
Peur révérence terreur – Quatre essais d'iconographie politique, Dijon, Les Presses du réel, 2013.
Néanmoins, Machiavel, Pascal, traduit par Martin Rueff, Lagrasse, Verdier, 2022.
Il formaggio e i vermi, réédition, Adelphi, "Oceano delle storie", 2019.
I benedanti, réédition, Adelphi, "Oceano delle storie", 2020.

Littérature critique

L'interprétation des indices. Enquête sur le paradigme indiciaire. Avec Carlo Ginzburg, Lille, Presses du Septentrion, 2007.
Critique, n°769-770, "Carlo Ginzburg, l'historien à la trace", direction Patrizia Lombardo et Martin Rueff, 2011.
Sensibilités, n°6, Étienne Anheim et Carlo Ginzburg, 2019.
Streghe, sciamani, visionari, In margine a Storia notturna di Carlo Ginzburg, Cora Presezzi (éd.), Roma, Viella, 2019.


SOUTIENS :

* "Centre de recherches historiques (CRH)" & "Direction de la recherche" — EHESS
* Département de langue et de littérature françaises modernes - Faculté des lettres — Université de Genève (UNIGE)


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.


Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


MANGER ENSEMBLE POUR REFAIRE LE MONDE ?


DU MERCREDI 31 AOÛT (19 H) AU MARDI 6 SEPTEMBRE (14 H) 2022

[ colloque de 6 jours ]



DIRECTION :

Patrick CARON, Bernard HUBERT, Bruno REBELLE, Victoria SACHSÉ


ARGUMENT :

Dans le contexte actuel de réchauffement climatique et de crises multiples et structurelles, les systèmes agricoles et alimentaires (production, transformation, distribution, consommation) font partie de ces activités humaines qui sont, à la fois, responsables des changements climatiques et de l'érosion de la biodiversité, et fortement déstabilisées par la perturbation des conditions écologiques, économiques, sociales et politiques. La transformation de ces systèmes nécessaire pour faire de l'alimentation de qualité un bien commun, accessible à toutes et tous, répondant aux impératifs écologiques et sociaux (biodiversité, sols et ressources en eau, juste partage de la valeur, préservation des emplois agricoles, etc.) n'est pas sans susciter de nombreuses tensions.

L'hypothèse de ce colloque est la suivante : en dépassant l'opposition aujourd'hui frontale entre "alternatifs marginaux" et "dominants conservateurs", il deviendra possible d'aborder, puis de dépasser ces tensions. En effet, quand les perceptions et les opinions des acteurs changent — y compris leurs opposants, ennemis ou adversaires à convaincre —, leurs pratiques peuvent se transformer et, par cascades successives, faire évoluer les postures institutionnelles, les politiques et les normes…

Partant de ces constats, le colloque analysera les tensions qui traversent les systèmes agricoles et alimentaires ainsi que les voies et moyens permettant de les dépasser. L'hypothèse centrale est que la restauration de relations constructives et apaisées entre la production et la consommation, et la compréhension fine des composantes des environnements alimentaires qui influencent les comportements des mangeurs, constituent des leviers essentiels de la promotion d'une alimentation résultant de la transition écologique et sociale de ces systèmes. Ainsi, acteurs et chercheurs de visions différentes, intervenant dans divers secteurs ou échelles, construiront ensemble un diagnostic complet des situations, puis proposeront aux opérateurs, à la recherche et aux pouvoirs publics, des pistes retissant des relations au service d'une alimentation vraiment durable.


MOTS-CLÉS :

Débats et controverses, Local/global, Systèmes agricoles et alimentaires, Transition écologique


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

I. ALIMENTATION DURABLE AU XXIe SIÈCLE : DE QUOI PARLE-T-ON ?

1. Un enjeu global
* Andy SMITH (Sciences Po, Bordeaux) : L'offre alimentaire française et sa construction de "la demande" depuis 1945
* Patrick CARON (Cirad, Univ. Montpellier) : Pourquoi parler d'alimentation durable ?
* Benoit DAVIRON (Cirad) : Histoire agricole, hégémonie et métabolisme social

2. Ce que manger veut dire aujourd'hui
* Guénaelle GAULT (ObSoCo) : Présentation des résultats de l'enquête menée par l'IFOP et l'ObSoCo
* Nicolas BRICAS (Cirad) et Claude FISCHLER (CNRS) : Consommateurs et mangeurs : les individus sont-ils souverains face aux choix alimentaires ? Intérêt du concept d'environnement alimentaire
* L'alimentation au-delà des nécessités physiologiques : santé et bien-être passent par l'assiette !, table ronde animée par Bernard HUBERT, avec Christine CHERBUT (INRAE), Adeline LESCANNE (Nutriset) et Yves MARTIN-PRÉVEL (IRD)
* Ateliers en parallèle :
- Assiette individualisée sur table commune : pratiques et régimes alimentaires entre diversification et exclusion ?, animé par Gilles LUNEAU (Globosphère)
- Du repas de famille au FastFood en passant par Top Chef, l'alimentation est-elle encore facteur de lien social ? Comment les cultures interagissent-elles avec la place du repas dans la relation sociale ?

3. L'accès à l'alimentation : un sujet politique
* Mathilde DOUILLET (Fondation Carasso) : Introduction générale de la problématique. L'accès à l'alimentation est un sujet politique qui mobilise des concepts encore à consolider : le droit à l'alimentation, la démocratie alimentaire, la justice alimentaire
* François COLLART DUTILLEUL (Univ. Nantes) : Le droit à l'alimentation entre politique sociale, politique économique et politique environnementale
* Pauline SCHERER (LERIS) : Démocratie alimentaire et nouvelles solidarités

II. SYSTÈMES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES FACE À LA TRANSITION : ENTRE RÉSISTANCE ET ADAPTATION ?

1. Première esquisse d'un monde fractionné
* Confronter les concepts et les pratiques et rechercher d'éventuelles convergences entre différentes approches, dialogue animé par Bruno REBELLE, avec Luc BODIGUEL (Univ. Nantes), Mathieu DALMAIS (ISF-AGrista), Magali RAMEL (Univ. Tours) et Laurent TERRASSON (L'Autre Cuisine)
* Les lignes de fractures qui ralentissent les transitions : premiers apports de la recherche action portée par Transitions, par Victoria SACHSÉ et Emmanuelle BRISSE

2. Mais un monde parcouru de dynamiques
* Yuna CHIFFOLEAU (INRAE) et Valeria SINISCALCHI (EHESS) : Des mondes en mouvement. Mutations des systèmes alimentaires : une accélération prometteuse ?
* Pierre GUILLEMIN (INRAE) : Hétérogénéité sociale et renouvellement de filières agricoles et alimentaires, les filières maraîchères en Normandie
* Nicolas GAUSSERÈS (Danone) : Évolution des stratégies des firmes agroalimentaires et de la distribution

3. Et de premières pistes de reconstruction
* Labels, signes de qualité, fake-news : les consommateurs sont-ils vraiment bien informés ?, deux ateliers animés par Guénaelle GAULT (ObSoCo) et Hervé GOMICHON (ex-directeur Qualité du Groupe Carrefour)
* D'où viendra le changement ?, atelier-débat s’appuyant sur la cartographie des fractures et des convergences à partir de l'exemple de la filière viande bovine [organisé en 3 séquences proposant une hypothèse portée par un acteur "en exercice" (producteurs, consommateurs, transformation et distribution)], animé par Emmanuelle BRISSE (Transitions)

III. QUELLE GESTION DES TENSIONS ET/OU QUELS DÉPASSEMENTS POSSIBLES POUR IMPULSER LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOCIALE DES SYSTÈMES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES ?

1. Retour au politique
* Pierre GASSELIN (INRAE) : Coexistence et confrontation des modèles agricoles et alimentaires
* Vincent JANNOT (Terre de Liens, Pôle InPACT) : Partage des Terres et Renouvellement des générations, 1,5 million de paysan(e)s, un enjeu pour demain ?
* Pierre-Marie AUBERT (IDDRI) : Dépasser les tensions pour contribuer à l'élaboration de politiques publique favorables à la transition ?
* Jacky BIDOT (Coutances Mer et Bocage) : Comment passe-t-on de l'observation des jeux d'acteurs à des changements de postures qui influenceront l'évolution des politiques ?

2. Revisiter le territoire
* Dépasser les tensions en passant par le territoire. Revenir aux communs. Ambitions et limites des plans alimentaires territoriaux, table ronde animée par Patrick CARON (Cirad, Univ. Montpellier), avec Serge BONNEFOY (Animateur réseau PAT) [Les Projets Alimentaires Territoriaux, regard critique sur une territorialisation sous influences] et Hervé DEFALVARD (Univ. G. Eiffel)
* Le territoire peut-il être le terreau d'une alimentation durable ?, débat avec Gaël LOUESDON (Terre de Liens), Gilles MARÉCHAL (Terralim) [Les marginaux-sécants cultivent-ils l'alimentation de demain ?], Bernard PECQUEUR (Univ. Grenoble Alpes), Isabelle TOUZARD (Montpellier Méditerranée Métropole) et Lilian VARGAS (Grenoble Alpes Métropole)


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Serge BONNEFOY
Serge Bonnefoy, docteur en économie, a conduit sa carrière professionnelle entre ville, agriculture et alimentation que ce soit dans le cadre de l'association de développement de l'agriculture dans l'Y grenoblois (ADAYG), du réseau français de l'agriculture périurbaine Terres en villes ou du réseau national des projets alimentaires territoriaux (RnPAT). Devenu chercheur associé à l'université de Grenoble Alpes, il approfondit actuellement l'observation des PAT et l'analyse de la territorialisation des politiques agricoles et alimentaires.

Christine CHERBUT
Christine Cherbut est directrice de recherche à l'institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE), chargée de mission auprès du PDG de l'institut. Elle a été directrice scientifique pour l'alimentation et la bioéconomie à l'Inra puis la directrice générale déléguée à la science et l'innovation de l'Inra puis d'INRAE. Tout au long de son parcours, son ambition a été d'impulser une vision et des stratégies de recherche pour des systèmes alimentaires sûrs, sains, équitables et durables, en soutenant des approches systémiques, interdisciplinaires et partenariales.

François COLLART DUTILLEUL : Le droit à l'alimentation entre politique sociale, politique économique et politique environnementale
Le droit à l'alimentation vise à mettre le besoin vital de se nourrir à une certaine distance de la personne. Cette distance est une condition première de la liberté humaine. Mais comment en garantir la concrétisation dans un espace social largement gouverné par l'économie de libre-échange et dans un contexte de ressources naturelles largement fondé sur la propriété privée ? Il est essentiel de penser des politiques publiques qui visent à adjoindre un ajustement entre les besoins fondamentaux et les ressources naturelles à l'ajustement devenu dominant entre des offres et des demandes. Pour cela, dans une nature de plus en plus endommagée et avec la pression d'une précarité et d'une pauvreté endémiques, il faut remettre le droit à l'alimentation sur le métier.

François Collart Dutilleul est Juriste, Professeur émérite des universités, membre honoraire de l'Institut universitaire de France, membre correspondant de l'Académie d'Agriculture de France ; fondateur et membre du Centre Lascaux sur les Transitions (CELT).
Publications
La Charte de La Havane : Pour une autre mondialisation, éd. Dalloz, coll. "Tiré à part", 2017.
Nourrir - Quand la démocratie alimentaire passe à table, éd. Les Liens qui Libèrent (LLL), 2021.

Benoit DAVIRON : Histoire agricole, hégémonie et métabolisme social
Mon analyse propose un détour par l'histoire des rapports entre puissance, richesse et biomasse (la matière qui compose les organismes vivants ou qui en est issue) pour expliquer à la fois l'origine et les caractéristiques de l'agriculture dite "conventionnelle", que des voix de plus en plus nombreuses réclament aujourd'hui d'abandonner au profit de la "transition agroécologique". Elle s'appuie pour cela sur un présupposé simple : la quête de richesse et de puissance est un moteur essentiel — pour ne pas dire unique — de l'histoire. Or, un autre constat évident peut être fait : il n'y a pas d'accumulation de richesse et de puissance sans mobilisation de quantités croissantes d'énergie et de matière. En m'appuyant sur ce présupposé et ce constat, je cherche à rendre compte de la place occupée, au cours du temps, par la biomasse pour cet apport d'énergie et de matière indispensables à la richesse et à la puissance. Cette contribution repose sur un parti pris : il nous faut interroger les hégémonies et leur rapport à la biomasse pour analyser les logiques qui président aux changements dans l'agriculture.

Benoit Daviron est chercheur en économie politique internationale au CIRAD (Centre de Coopération International pour la Recherche Agronomique et le Développement). Il a été chercheur visitant au Département d'Économie Agricole de l'université de Berkeley et responsable de l'économie et des sciences sociales au CIRAD. Son travail a principalement porté sur l'histoire des échanges internationaux de produis agricoles et les politiques agricoles.
Publications récentes
Daviron B., Biomasse : Une histoire de richesse et de puissance, Versailles, Quae, 2020.
Allaire G. & Daviron B., Ecology, Capitalism and the New Agricultural Economy : The Second Great Transformation, Routledge, 2018.

Vincent JANNOT : Partage des Terres et Renouvellement des générations, 1,5 million de paysan(e)s, un enjeu pour demain ?
Depuis 2010, le rythme de disparition des terres agricoles a ralenti mais c'est toujours l'équivalent d'un département moyen qui disparaît tous les 18 ans. Entre 2010 et 2020, 192 fermes ont disparu chaque semaine. On était à 152 sur la même période de 10 ans avec les estimations basées sur les données de la MSA. Il est pour l'instant difficile de donner une indication actualisée sur les surfaces qui vont se libérer dans les 10 ans (les fameux 7 millions d'ha), mais ces changements de mains vont pour 40% d'entre elles à l'agrandissement, 10% à l'artificialisation et seulement 50% à l'installation. La tendance lourde est à la concentration des terres en des unités de production de plus en plus grandes. Ces grandes unités mettent en place des systèmes de production spécialisés, simplifiés, standardisés, robotisés, automatisés, sur des surfaces de plus en plus vastes qui tiennent peu en compte le milieu. L'agroécologie paysanne, au contraire, cherche à ce que les systèmes de production s'adaptent au milieu écologique. Selon PARCEL, si nous relocalisons notre alimentation, en réduisant de moitié notre consommation carnée, cela induirait 420 000 nouveaux emplois agricoles.

Co-fondateur de Terre de Liens (1998-2003), via RELIER, Association d'éducation populaire (commission rurale de Peuple & Culture), Vincent Jannot travaille depuis 25 ans sur les questions d'accueil de personnes souhaitant créer leur activité agricole et rurale. Il a été accompagné et formé par François de Ravignan. 17 années d'expérience d'accueil et d'accompagnement dans l'arrière-pays héraultais et le sud aveyron. Actif au sein du réseau INPACT depuis 2016. Salarié sur les Programmes, Partenariats et le Plaidoyer au sein de Terre de Liens depuis 2012.

Gilles MARÉCHAL
Gilles Maréchal est impliqué dans le développement des systèmes alimentaires territoriaux depuis plus de 30 ans. Il s'y est consacré à plusieurs titres : militant associatif, notamment auprès du Mouvement de Paysans Sans-terre du Brésil ; animateur d'un mouvement associatif, les CIVAM de Bretagne ; fonctionnaire territorial ; créateur d'un cabinet coopératif d'accompagnement pour la mise en œuvre de stratégies alimentaires territoriales ; chercheur associé à l'UMR ESO - Espaces et Sociétés du CNRS. Une diversité de regards sur un même objet, qui illustre l'approche qu'il développera lors du colloque : le rôle des marginaux sécants dans le développement des pratiques territoriales d'alimentation durable.
Publications récentes
Robert Spizzichino, Gilles Maréchal & Jean-Claude Devèze, "Une agriculture durable, une alimentation saine : un défi pour tous", Sesame : Sciences et sociétés, alimentation, mondes agricoles et environnement, Mission Agrobiosciences-Inra, 2021 ⟨hal-03331514⟩.
Yuna Chiffoleau, Catherine Darrot, Gilles Maréchal, Luc Bodiguel, Grégori Akermann, et al., Manger au temps du coronavirus. Enquête sur les systèmes alimentaires, Apogée Édition, 161 p., 2020, Chiffoleau Y, Darrot C., Marechal G. (dir.), 9-782843-986840 ⟨hal-03099263⟩.
Catherine Darrot, Luc Bodiguel, Yuna Chiffoleau, Grégori Akermann & Gilles Maréchal, "Les systèmes alimentaires de proximité à l'épreuve de la Covid-19 : retours d'expérience en France", Systèmes alimentaires / Food Systems, Classiques Garnier, 2020, pp. 89-110 ⟨hal-03097936⟩.
Gilles Maréchal, Julien Noel & Frederic Wallet, "Les projets alimentaires territoriaux (PAT), entre rupture, transition et immobilisme ?", Pour, revue du Groupe Ruralités, Éducation et Politiques, GREP, 2019, "Agriculture : des ruptures à la transition", pp. 261-270 ⟨hal-02139732⟩.
Gilles Maréchal, Thomas Bréger, Charlène Nicolay, Blaise Berger, Valentine Bossu, et al., "Produits bio et locaux à la cantine : du potentiel et des résistances", Des produits bio et locaux à la cantine, 2019 ⟨hal-02404345⟩.

Pauline SCHERER : Démocratie alimentaire et nouvelles solidarités
L'intervention portera sur le concept de démocratie alimentaire et sur l'analyse de nouvelles formes de solidarités alimentaires qui visent à prendre en compte les questions de transition et de durabilité dans une approche systémique, pour interroger les enjeux de transformation profonde des réponses à apporter aux inégalités alimentaires et sociales.

Pauline Scherer est sociologue-intervenante. Elle travaille en recherche-action coopérative sur les nouvelles formes de solidarités alimentaires au prisme de la démocratie alimentaire et de la durabilité des systèmes alimentaires. Associée au LERIS dans le cadre d'une recherche-action sur les Tiers-Lieux alimentaires, elle coordonne aujourd'hui les activités de recherche et d'expérimentations de l'association Vrac & Cocinas à Montpellier.
Publications
"Vers de nouvelles solidarités alimentaires?", Les cahiers de l’action, n°58, INJEP, 2022 (à paraître).
Avec Bricas Nicolas, "Lutter contre la précarité par de l'aide alimentaire ?" (Chapitre 15), in Une écologie de l'alimentation (coord. Bricas N., Conaré D., Walser M.), Éditions Quae, 2021.
"La solidarité alimentaire de proximité comme espace d'expérimentation démocratique et vecteur d'émancipation. Recherche-action au sein du Secours populaire français en Occitanie", Forum, 153, 28-34, 2018.

Andy SMITH : L'offre alimentaire française et sa construction de "la demande" depuis 1945
Sous l'influence de l'économie néo-classique, il est généralement considéré que c'est la demande pour un bien ou un service qui façonne son offre. Pourtant, la sociologie politique contemporaine a montré que ce sont plutôt les acteurs qui dominent cette offre qui définissent "la demande", qu'ils sont les mieux à même de satisfaire. Cette hypothèse alternative peut être appliquée au cas de l'industrie agro-alimentaire française : elle permet à la fois de caractériser les agents qui se trouvent au sommet de sa gouvernance, mais aussi de montrer comment ils ont travaillé, tant sur les plans économique que politique, pour y accéder. Plus exactement, notre communication rappellera tout d'abord, mais sous un angle inhabituel, qu'entre 1945 et la fin des années 1980, ce sont les élites de la FNSEA et du ministère de l'agriculture qui ont co-construit à la fois l'offre agricole et la demande alimentaire françaises. Ensuite, elle montrera que depuis la réforme de la PAC de 1992, ce "couple" a été rejoint d'une part par les dirigeants des grandes sociétés et coopératives de l'aval et, d'autre part, par les ministres de l'agriculture successifs et leurs cabinets respectifs.

Andy Smith est Directeur de recherche à la Fondation Nationale des Sciences Politiques. En poste à Sciences Po Bordeaux depuis 1996, il est un spécialiste de l'économie politique, et des industries en particulier. Auteur de deux ouvrages sur l'industrie vitivinicole, il a également effectué plusieurs enquêtes sur l'agro-alimentaire qui sont synthétisées dans un ouvrage, co-écrit avec Matthieu Ansaloni, L'expropriation de l'agriculture française. Pouvoirs et politiques dans le capitalisme contemporain (Éditions du Croquant, 2021).


SOUTIENS :

* Fondation Avril
* ECOCERT
* Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE)
* Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad)


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.


Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


BALZAC ET LES DISCIPLINES DU SAVOIR

SCIENCES ET REPRÉSENTATION


DU LUNDI 22 AOÛT (19 H) AU DIMANCHE 28 AOÛT (14 H) 2022

[ colloque de 6 jours ]


Gustave Doré, Balzac l'entomologiste, 1855, Paris, Bnf


DIRECTION :

Éric BORDAS, Andrea DEL LUNGO, Pierre GLAUDES


ARGUMENT :

Après "Balzac : l'invention du roman", en 1980, consacré à la poétique du romancier dans une perspective sociocritique, et "Penser avec Balzac", en 2000, qui dressait le portrait d'un écrivain philosophe, ce nouveau colloque de Cerisy consacré à l'auteur de La Comédie humaine se propose d'examiner son rapport aux disciplines du savoir de son époque.

Balzac est en effet le contemporain d'une mutation épistémologique fondamentale, qui voit abandonner le modèle universaliste de l'encyclopédisme au profit d'une spécialisation toujours croissante des sciences. Son œuvre, à travers les représentations qu'elle propose, met en scène et problématise, témoigne de cette mutation qui n'est pas étrangère à la conception romantique des savoirs, s'étendant aussi bien au rationalisme qu'à la mystique, à l'idéalisme philosophique qu'à l'histoire, à la physiognomonie qu'aux sciences naturelles sous le sceau d'un syncrétisme fécond. Il s'agira ainsi d'interroger la relation qu'entretient l'œuvre balzacienne avec les différents champs du savoir d'une époque qui n'a pas encore établi les lignes de partage qui seront celles du positivisme.

Cette manifestation permettra également de faire une synthèse des études balzaciennes et de tracer des perspectives de recherche inédites telles qu'elles sont redéfinies par les nouveaux modes d'interrogations des corpus, en particulier les données accessibles dans le cadre du projet ANR d'édition génétique et hypertextuelle Phœbus/eBalzac (www.ebalzac.com).

N.B. : Ce colloque ayant été initialement prévu en 2020, il vous est possible d'accéder à sa présentation 2020 : cliquer ici.


MOTS-CLÉS :

Balzac (Honoré de), Disciplines, Encyclopédisme, Roman, Savoir, Science, Spécialisation


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

EN ATTENTE


BIBLIOGRAPHIE :

Balzac, l'invention du roman, Claude Duchet & Jacques Neefs (éds.), Colloque de Cerisy, Belfond, 1982.
Penser avec Balzac, José-Luis Diaz & Isabelle Tournier (éds.), Colloque de Cerisy, Éditions Christian Pirot, 2003.
La Comédie (in)humaine de l'argent, Alexandre Péraud (éd.), BDL, 2013.
Balzac, l'invention de la sociologie, Andrea Del Lungo & Pierre Glaudes (éds.), Classiques Garnier, 2018.
Balzac penseur, Francesco Spandri (éd.), Classiques Garnier, 2019.
Balzac et la langue, Éric Bordas (éd.), Kimé, 2019.


SOUTIENS :

• Projet ANR Phœbus-eBalzac [Sorbonne université]
• Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM) - UMR 5317 [ENS de Lyon]


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.


Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


CLAUDE CAHUN, INCLASSABLE ET EXEMPLAIRE


DU LUNDI 22 AOÛT (19 H) AU DIMANCHE 28 AOÛT (14 H) 2022

[ colloque de 6 jours ]



ARGUMENT :

Claude Cahun est à la fois essayiste, photographe et poète. Largement autobiographique, son œuvre qui va de 1910 à 1954 échappe aux tentatives de classification. Elle est à resituer, avec ses amitiés fortes, dans le contexte surréaliste, mais aussi dans un ensemble plus large qui participe de la modernité culturelle et politique.

Ce colloque interrogera l'héritage de Claude Cahun aussi riche que paradoxal, ses apports artistique, philosophique et littéraire. Nombre de créateurs ou de penseurs se réclament de sa réflexion anticipatrice sur les questions de genre, d'identité sexuelle et personnelle. Sa quête de soi, son exigence critique et sa volonté éthique nous offrent des arguments pour penser notre présent et des motifs pour agir.

Les années quatre-vingt ont vu la découverte de Claude Cahun. Puis avec la propagation de son œuvre est arrivée la consécration. Le temps est venu de confronter les différentes représentations, les modèles d'interprétation qui ont été proposés. Ce retour aux sources devrait permettre de lever des malentendus et de réévaluer la place de Claude Cahun dans le champ contemporain.


MOTS-CLÉS :

Arts, Autobiographie, Éthique, Genre, Identité, Modernité, Photographie, Poésie, Surréalisme


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

MÉTAMORPHOSE DE L'IDENTITÉ ET SUBVERSION DES GENRES. L'AUTOFICTION, L'AUTOREPRÉSENTATION
* Eve GIANONCELLI : Claude Cahun et la question du genre
* Georges SEBBAG : Claude Cahun : une pensée en relation avec celle de Nietzsche et de Jules de Gaultier
* Monique SEBBAG : Entre Colette et Simone Weil, Claude Cahun. Trois femmes sans pitié
* Tirza TRUE LATIMER : L'Autre Féminité de Claude Cahun

POÉTIQUE DE L'OBJET, COLLAGES, PHOTOGRAPHIES ET PHOTOMONTAGES
* Elza ADAMOVICZ : Claude Cahun et le photomontage : miroir narcissique ou arme de guerre ?
* Silvia MAZZUCCHELLI : Claude Cahun : le parti pris des choses
* Atsuko NAGAÏ : Claude Cahun et l'Angleterre — entre l'antipathie et l'affinité
* Cristiana SORRENTINO : Repartir de la matérialité de l'archive. Nouvelles perspectives d'analyse de l'œuvre photographique de Claude Cahun

THÉÂTRE ET THÉÂTRALITÉ CHEZ CLAUDE CAHUN
* Junko NAGANO : L'univers carnavalesque chez Claude Cahun : masques et marionnettes
* Masao SUZUKI : Les tableaux vivants renversés : le regard dans les autoportraits de Claude Cahun

L’ŒUVRE DOUBLE : ŒUVRES CROISÉES : ÉCRITURE, ARTS PLASTIQUES
* Françoise ARMENGAUD : Claude Cahun et le chemin des chats
* Françoise PY : Le théâtre ésotérique pratiqué à la fin des années vingt par Claude Cahun. Le théâtre de ses opérations de Résistante à Jersey pendant la Seconde Guerre mondiale
* Didier SCHULMANN : Les éditions des œuvres de Claude Cahun

CLAUDE CAHUN, SES AFFINITÉS ET SES RÉSEAUX D'AMIS
* Dawn ADÈS : L'amitié entre Claude Cahun et différentes intellectuelles et artistes entre les deux guerres (Jacqueline Lamba, Béatrice Wanger, Grace Constant Lounsbery…)
* Patrice ALLAIN : Claude Cahun et Béatrice Wanger dite Nadja

POÉTIQUE, POLITIQUE ET ÉTHIQUE : DE CONTRE-ATTAQUE À LA RÉSISTANCE À JERSEY. LES TRACTS SURRÉALISTES
* Lissia AMACH : La problématique du mythe chez Claude Cahun : usage et détournement, ésotérisme et politique
* Michel CARASSOU : Claude Cahun ou la difficulté de dire l'homosexualité
* Eve GIANONCELLI : Anarchisme, révolution et héroïsme chez Claude Cahun
* Hervé SANSON : Claude Cahun au miroir du Mercure de France : influences, (ré)investissements et persistances
* Monique SEBBAG : Le malaise ontologique de Claude Cahun


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Francois-LEPERLIER
François Leperlier est professeur de philosophie honoraire, université de Rouen. Découvreur de Claude Cahun, il lui a consacré un grand nombre d'ouvrages.
Publications
Claude Cahun, Catalogue, Co-direction J.V. Aliaga, Jeu de Paume-Hazan, 2011.
Claude Cahun. L'exotisme intérieur, Fayard, 2006.
Claude Cahun. Écrits, Jean-Michel Place, 2000.
Claude Cahun, Photopoche-Nathan, 1999.
Claude Cahun Photographe, Jean-Michel Place/Paris-Musées, 1995.
"Charles Baudelaire, Claude Cahun, Clément Magloire-Saint-Aude", The International Encyclopedia of Surrealism, Bloomsbury Publishing, Londres, 2019.

Françoise PY
Françoise Py est maître de conférences en histoire de l'art à l'université Paris 8. Elle collabore régulièrement à la revue Mélusine dont elle a dirigé plusieurs numéros ainsi qu'au site éponyme.
Dernières publications
Endre Rozsda, Avec José Mangani, Revue Mélusine numérique, n°1, janvier 2019.
L'or du temps — André Breton 50 ans après, Avec Henri Béhar, Actes d'un colloque de Cerisy, Mélusine, n°40, 2017.
De l'art cinétique au net art : hommage à Frank Popper, L'Harmattan, Coll. "Eidos", 2017.

Georges SEBBAG
Georges Sebbag est écrivain, docteur en philosophie, commissaire d'exposition. Il a publié une vingtaine d'ouvrages sur le surréalisme et plusieurs essais sur le temps. Coéditeur de The International Encyclopedia of Surrealism en trois volumes.
Dernières publications
Dix cahiers surréalistes : avril 1925, Éd. Domaine Jean-Michel Place – DI-LECTA, 2021.
Gombrowicz mentaliste, Éditions Tinbad, Coll. "Essai", 2021.


Elza ADAMOVICZ : Claude Cahun et le photomontage : miroir narcissique ou arme de guerre ?
Dans les années 1920 la société française connaît de profonds bouleversements dans le concept du sujet, les enjeux de la sexualité, l'ordre phallocentrique. Aux nouvelles interrogations, nouveaux moyens d'expression : le photomontage reflèterait les fissures, contradictions, interrogations de la réalité contemporaine. Cette intervention portera d'abord sur une discussion du photomontage des années 1920-30 comme outil de critique sociale et de libération, suivie de l'analyse des dix photomontages de Claude Cahun accompagnant son texte Aveux non avenus (1930). Parmi les questions qui seront abordées : la pratique du photomontage chez CC s'inscrit-elle dans un contexte purement individualiste, intimiste et narcissique (le scrapbook) ou dans un cadre plus large, celui des enjeux sociaux des années 1920 ? Si le photomontage est défini comme arme de guerre contre le Père, exposant les fractures de la vie sociale et psychique, quelles stratégies de détournement sont exploitées par Cahun ? Finalement, dans la galerie des photomontages de l'avant-garde des années 1920-30, quel dialogue établir entre les photomontages de Cahun et ceux de Hannah Hőch, John Heartfield ou Nusch Eluard ?

Elza Adamowicz est Professeure Émérite à Queen Mary University of London. Elle est l’auteure de nombreuses études sur l’avant-garde européenne, dada et le surréalisme.
Publications
Surrealist Collage in Text and Image : Dissecting the Exquisite Corpse (1998, 2004).
Ceci n'est pas un tableau : les textes surréalistes sur l'art (2004).
Dada Bodies : Between Battlefield and Fairground (2019).
The Eye of the Poet : André Breton and Visual Art (2022).

Françoise ARMENGAUD : Claude Cahun et le chemin des chats
Claude Cahun aime les chats. Elle vit avec eux et leur organise en toutes circonstances la meilleure vie possible. Elle est leur semblable et ils sont ses semblables. Elle reconnaît à sa mère souffrante une "hypersensibilité de chat" ; elle-même déclare procéder, lors de certaines actions de Résistance à Jersey, "à la manière des chats". Les relations avec eux sont souvent "télépathiques". Mais les chats ne deviennent jamais le Chat idéalisé. Pour elle, le chat n'est pas à proprement parler un objet littéraire ni une occasion de spéculation ésotérique. Cependant elle n'hésite pas à parler d'affinités entre chats et femmes ou de l'"exploitation du chat par la femme et de la femme par le chat". C'est dans les photos — autoportraits avec chats : "Chat d'aveugle", "Le chemin des chats" — que s'exprime la confiance envers les chats : se laisser guider par eux sur les voies de la découverte de l'inconnu.

Françoise Armengaud a enseigné la philosophie du langage et l'esthétique à l'université de Paris-Ouest-Nanterre. Elle a travaillé sur la littérature consacrée aux animaux et sur la condition qui leur est faite.
Publications
Apprendre à lire l'éternité dans l'œil des chats, Les Belles Lettres, 2016.
"Thérèse Plantier, poète animaliste et féministe", in Marie-Christine Brière (dir), "Jusqu'à ce que l'enfer gèle". Hommage à Thérèse Plantier, L'Harmattan, 2017.
Mémoires de Dame Pelote chatte de Montaigne, La Bibliothèque, 2019.

Eve GIANONCELLI : Claude Cahun et la question du genre
Cette communication propose d'explorer le processus de subjectivation de Claude Cahun à l'aune de la question du genre. Il s'agit de comprendre la façon dont, tant dans le choix de son pseudonyme, ses premières réalisations photographiques, et sa production au sein du mouvement surréaliste, Claude Cahun se constitue comme sujet de connaissance et de création à travers un positionnement réélaboré par rapport à la subjectivité féminine, donnant naissance à une subjectivité féminine autre. Nous analyserons la manière dont ce processus se joue entre neutralisation et subversion des normes de genre, permettant à Cahun de se poser et de s'affirmer singulièrement dans des traditions artistiques et intellectuelles qui se sont constituées à partir de l'exclusion du sujet féminin ou qui ont pu accueillir une telle forme d'affirmation mais non sans ambiguïté — à l'image des surréalistes.

Eve GIANONCELLI : Anarchisme, révolution et héroïsme chez Claude Cahun
Alors qu'elle considérait que "les étiquettes sont méprisables", Claude Cahun a elle-même caractérisé son engagement lors de la lutte menée contre l'occupant nazi à Jersey d'"anarchiste". D'où l'intérêt de se pencher sur cette question, jusqu'alors assez peu explorée. Il s'agit de comprendre les ressorts et les formes d'expression de cet anarchisme cahunien. Comment relève-t-il d'une forme de subjectivité individualiste qui s'articule en même temps à un sens et une visée collectifs, reposant sur une opposition à toutes les formes d'imposition ? Nous montrerons que l'un des intérêts majeurs de cette question réside dans ce qu'il révèle du sens du politique chez Cahun, et par-là même sa dimension fondamentalement éthique. En ce sens, il est également le ciment d'une posture révolutionnaire qui fait de Cahun une héroïne.

Eve Gianoncelli est docteure en science politique de l'université Paris 8 et chercheure affiliée à la Maison Française d'Oxford. Elle est l'auteure d'une thèse portant sur les processus de constitution problématiques de femmes, parmi lesquelles Claude Cahun, comme intellectuelles au XXe siècle, bientôt disponible sous forme d'ouvrage, sous le titre Le genre de la pensée. Figures du devenir intellectuelle au XXe siècle (Rennes, PUR, coll. "Archives du féminisme", 2022). Elle a publié plusieurs articles sur Claude Cahun parmi lesquels "Les voies de la (re)connaissance : Claude Cahun, artiste et intellectuelle au miroir transatlantique", Genre, sexualité, société, n°16, automne 2016 [en ligne] ; "La poudre à canon et la mèche allumée : Claude Cahun/Lucy Schwob et Suzanne Malherbe/Marcel Moore : un couple de femmes avant-gardiste", Les études sociales, n°170, p. 179-202.

Atsuko NAGAÏ : Claude Cahun et l'Angleterre — entre l'antipathie et l'affinité
Pour Claude Cahun, l'Angleterre a été l'unique pays étranger qui lui a fourni des références implicites ou explicites profondément liées à des questions existentielles qu'elle posait dans ses créations écrites et photographiques. Le pays jouissait d'un pouvoir paternaliste et oppressif aux niveaux diplomatique et intérieur, tandis que Cahun y a trouvé aussi des artistes ou des mouvements sociaux qui résistent au dirigisme et protègent à leur manière les libertés individuelles. Il est d'ailleurs possible que son intérêt pour la culture anglaise l'ait aidée à trouver dans la neutralité une aisance relative à son existence. C'est dans l'histoire de sa relation complexe avec la société et la culture anglaises qu'on devrait situer aussi sa collaboration un peu énigmatique avec les surréalistes anglais au moment de l'Exposition Internationale du surréalisme à Londres en 1936.

Atsuko Nagaï est Professeur à l'université Sophia, Tokyo. Doctorat ès lettres à l'université d'Angers. Études sur le surréalisme, Gracq, Malraux, Sartre et al.. Traductrice en japonais de trois livres de Julien Gracq.
Publications
Claude Cahun (en japonais), Suiseisha, 2011.
"Désarmement de Gracq (1940-1950)", Julien Gracq et la guerre, Classiques Garnier, 2021.

Cristiana SORRENTINO : Repartir de la matérialité de l'archive. Nouvelles perspectives d'analyse de l'œuvre photographique de Claude Cahun
Cette intervention, qui s'appuie sur les résultats d'une recherche menée au Jersey Archive (St. Helier, Jersey), où est abritée la plus importante collection de Claude Cahun, se fonde sur la nécessité de lire l'œuvre photographique de Cahun à partir de la matérialité de l'archive, en proposant une lecture inédite par rapport aux perspectives d'analyse plus spécifiquement théoriques de l'œuvre de l'artiste, prédominantes dans le contexte historiographique contemporain. À cet égard, nous tenterons d'analyser quelques aspects importants qui émergent de cette étude, en problématisant une série de questions, y compris théoriques, qui ont jusqu'à présent caractérisé le débat historiographique. Que signifie, dans l'étude de l'œuvre photographique de Claude Cahun, repartir de l'archive ? Que peut encore nous dire ce type de recherche ? Et qu'est-ce qui peut confirmer ou infirmer ce qui est important que nous savons déjà ?

Cristiana Sorrentino est historienne de la photographie et doctorante à l'université de Florence. Elle a consacré son mémoire de maîtrise à l'œuvre photographique de Claude Cahun, publiant les premiers résultats de la recherche (Ripensando all'opera fotografica di Claude Cahun a partire da fonti e contesti) en 2017 dans la revue RSF. Rivista di studi di fotografia.

Masao SUZUKI : Les tableaux vivants renversés : le regard dans les autoportraits de Claude Cahun
Nous allons essayer de situer les photographies de Claude Cahun par rapport à ce que Michel Poivert appelle "les images auxquelles on ne croit pas", autrement dit les photographies mises en scène, dont l'exemple typique est le tableau vivant. Mais la théâtralité de Cahun est paradoxale. À la différence des tableaux vivants, ses autoportraits, qui n'imitent rien de précis, n'indiquent jamais clairement ce qu'ils mettent en scène. En outre le sujet photographié — Cahun elle-même — défie assez souvent le spectateur de son regard provocateur, tandis que les personnages d'un tableau vivant se plongent (ou font semblant de se plonger) dans le rôle qui leur est attribué. En nous appuyant sur cette théâtralité particulière, nous voudrions montrer que l'acte photographique de Cahun se situe au carrefour des pratiques populaires (et vernaculaires) et de l'avant-gardisme.

Masao Suzuki est Professeur à l'université Waseda (Tokyo). Il a soutenu sa thèse de doctorat consacrée à la question du hasard objectif dans l'œuvre d'André Breton à l'université Paris VII. Il a publié des articles sur le surréalisme dans plusieurs revues (en France notamment dans Pleine Marge).
Ouvrages publiés au Japon
Le Surréalisme, une pluralité convulsive (2007).
Gherasim Luca, stratégie de Non-Œdipe (2009).
Gisèle Prassinos, paradoxes d'une femme-enfant (2018).


BIBLIOGRAPHIE :

• ALIAGA Juan Vicente & LEPERLIER François, Claude Cahun, Jeu de Paume, 2011.
• CAHUN Claude : Écrits, édition présentée et établie par François Leperlier, Jean-Michel Place, 2002.
Claude Cahun et ses doubles, Exposition Nantes, Médiathèque Jacques Demy, Éditions MeMo, 2015.
• LEPERLER François, Claude Cahun : l'écart et la métamorphose, Jean-Michel Place, 1992.
• LEPERLIER François, Claude Cahun : l'exotisme intérieur, Fayard, 2006.
• "Pierre Albert Birot. Claude Cahun", Europe, n°1056, avril 2017.

Pour élargir les recherches

• BÉHAR Henri & PY Françoise (dir.), L'or du temps — André Breton 50 ans après, Colloque de Cerisy (2016), L'Âge d'Homme, 2017.
• SEBBAG Georges, Memorabilia : constellations inaperçues : Dada & surréalisme, 1916-1970, Le Cercle d'Art, 2010.


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.


Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


FRANCISCO VARELA, UNE PENSÉE ACTUELLE

AUTOPOÏÈSE, ÉNACTION, PHÉNOMÉNOLOGIE


DU SAMEDI 13 AOÛT (19 H) AU VENDREDI 19 AOÛT (14 H) 2022

[ colloque de 6 jours ]



DIRECTION :

Natalie DEPRAZ, Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU


COMITÉ SCIENTIFIQUE :

Michel BITBOL, Amy COHEN-VARELA, Natalie DEPRAZ, Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU, Claire PETITMENGIN, Jean PETITOT


ARGUMENT :

Francisco Varela a contribué de manière significative au développement du champ des sciences cognitives en proposant, dès les années 70, avec son professeur Humberto Maturana, la formulation de sa théorie du vivant, l'autopoïèse, dont la résonance a été déterminante, au-delà même du champ de la biologie, dans les domaines artistiques et éducatifs. Dans les années 80-90, du sein des théories de l'émergence, il a construit une nouvelle théorie : l'énaction. Au contact de la phénoménologie, il a forgé une approche novatrice de la conscience à partir de la dynamique neuronale tout en lui étant irréductible : la neurophénoménologie. Parallèlement, il fondait le Mind and Life Institute, lieu de dialogue avec le Dalaï Lama et de réflexion sur les liens possibles entre sciences et pratiques contemplatives, notamment la méditation.

20 ans après sa disparition, il est essentiel de revisiter sa pensée et de mesurer son influence dans les nombreux champs et disciplines actuels qui font fructifier sa pensée. Il a été présent à Cerisy, notamment lors de la rencontre de 1981 "L'auto-organisation : de la physique au politique" (Seuil, 1983), qui ouvrit un programme de recherche auquel il contribua et puisa nombre de ses inspirations.

Ce colloque propose un dialogue entre sciences naturelles et sciences humaines, art et science, science et philosophie. Il sera aussi l'occasion, grâce à diverses performances artistiques, de réfléchir à une mise en pratique de l'interdisciplinarité. Ouvert à toutes celles et ceux que la pensée de Francisco Varela intéresse, il s'agit d'en étudier la force et le rayonnement international en donnant la parole à ses proches, à des collaboratrices et collaborateurs scientifiques et philosophes, ainsi qu'à des "méditants" bouddhistes. Enfin, seront diffusées des vidéos témoignant des contextes de vie dans lesquels son travail s'est déployé et a mûri, au gré de ses multiples interactions.

N.B. : Ce colloque ayant été initialement prévu en 2021, il vous est possible d'accéder à sa présentation 2021 : cliquer ici.


MOTS-CLÉS :

Art et science, Autopoièse, Bouddhisme, Conscience, Création artistique, Émergence, Énaction, Épistémologie, Interdisciplinarité, Méditation, Neurophénoménologie, Philosophie, Phénoménologie, Pratiques contemplatives, Sciences cognitives, Sciences humaines, Sciences de l'éducation, Varela (Francisco)


CALENDRIER PROVISOIRE :

NON ENCORE DISPONIBLE


BIBLIOGRAPHIE :

• F. Varela, Principles of Biological Autonomy, Elsevier/North-Holland, New York, 1979, 306 pp (en français : Autonomie et Connaissance : Essai sur le Vivant, Seuil, Paris, 1988).
• H. Maturana and F. Varela, Autopoiesis and Cognition : The realization of the living, Boston, 1980, 141 pp.
• F. Varela, "L'auto-organisation : de l'apparence au mécanisme", in L'auto-organisation. De la physique au politique, Colloque de Cerisy, Éditions du Seuil, 1983.
• H. Maturana and F. Varela, The Tree of Knowledge : A new look at the biological roots of human understanding, Shambhala/New Science Library, Boston, 1987 (en français : L'Arbre de la Connaissance, Addison-Wesley France, Paris, 1994).
• F. Varela, Connaître Les Sciences Cognitives, tendances et perspectives, Éditions du Seuil, Paris, 1988.
• F. Varela, E. Thompson and E. Rosch, The Embodied Mind : Cognitive science and human experience, MIT Press, Cambridge, 1991 (en français : L'Inscription Corporelle de l'Esprit, Seuil, Paris, 1993).
• F. Varela, Un Know-how per l'ettica, The Italian Lectures 3, Editrice La Terza, Roma, 1992 (en français : Quel savoir pour l'éthique ? Action, sagesse et cognition, Éditions La Découverte, Paris, 1996).
• F. Varela and J.-P. Dupuy (Eds.), Understanding Origin : Scientific Ideas on the Origin of Life, Mind, and Society (A Stanford University Interational Symposium), Boston Studies Phil. Sci., Kluwer Assoc., Dordrecht, 1992.
• J. Hayward and F. Varela (Eds.), Gentle Bridges : Dialogues between the Cognitive Sciences and the Buddhist Tradition, Shambhala Publishers, 1992 (en français : Passerelles : Entretiens avec des scientifiques sur la nature de l'esprit, Albin Michel, 1995).
• M. R. Anspach & F. Varela, "Le système immunitaire : un "soi" cognitif autonome", in Introduction aux sciences cognitives, Colloque de Cerisy, Éditions Gallimard, Coll. "Folio Essais", 1992 (réédition en 1995 et 2004).
• F. Varela, Invitation aux Sciences Cognitives, Éditions du Seuil, "Points Sciences", 1996.
• F. Varela (Ed.), Sleeping, Dreaming and Dying : Dialogues between the Sciences and the Buddhist Tradition, Wisdom Book, Boston, 1997 (en français : Dormir, Rêver, Mourir, NIL Éditions, Paris, 1998).
• F. Varela and J. Shear (Eds.), The View from Within : First-Person Methodologies in the Study of Consciousness, Special Issue, Journal of Consciousness Studies, 6(2-3), 1999 (also available as book : Imprint Academic, London, 1999).
• J. Petitot, F. Varela, B. Pachoud and J.-M. Roy (Eds.), Naturalizing Phenomenology : Contemporary Issues in Phenomenology and Cognitive Science, Stanford University Press, Stanford, 1999.
• J. Hayward and F. Varela (Eds.), Gentle Bridges : Conversations with the Dalai Lama on the Sciences of Mind, Shambhala Publishers, 2001.
• N. Depraz, F. Varela and P. Vermersch, On Becoming Aware : Steps to a Phenomenological Pragmatics, Benjamin Publishing, Advances in Consciousness Research, New York, 2003.
• S. Brier and J. Bopry (Eds.), Francisco J. Varela 1946-2001, Special Issue, Cybernetics & Human Knowing, 2004 (also available as book : Imprint Academic, London, 2004).
• C. Petitmengin (Eds.), Ten Years of Viewing from Within : The Legacy of Francisco Varela, Special Issue, Journal of Consciousness Studies, 2009 (also available as book : Imprint Academic, London, 2009).
• F. Varela, Le cercle créateur - Écrits (1976-2001), Seuil, Paris, 2017.


SOUTIENS :

• Équipe de recherche interdisciplinaire sur les aires culturelles (ERIAC) — EA 4705 [Université de Rouen Normandie]
Archives Husserl — UMR 8547 [CNRS // ENS]
• Laboratoire Perception Représentations Image Son Musique (PRISM) — UMR 7061 [CNRS // Aix-Marseille Université]
Mind & Life Europe


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.


Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


ÉDOUARD GLISSANT, LA RELATION MONDIALE


DU MARDI 2 AOÛT (19 H) AU JEUDI 11 AOÛT (14 H) 2022

[ colloque de 9 jours ]



DIRECTION :

Sam COOMBES, Tiphaine SAMOYAULT, Christian UWE


ARGUMENT :

Fidèle à l'idée que les lieux nous constituent, Édouard Glissant a fait de la Caraïbe le site d'une expérience permettant de penser simultanément la spécificité de l'histoire antillaise et les liens souterrains qui la relient au monde. Avec les concepts de créolisation, de trace, ou de pensée archipélique, l'expérience et l'imaginaire caribéens déjouent le piège d'une pensée "aveugle au jeu du monde" pour inscrire précisément la possibilité d'une histoire-monde. Poétique, romanesque, théâtrale, critique, mais aussi philosophique, politique et très transversale dans les espaces et les questions qu'elle aborde, l'œuvre se trouve convoquée, par-delà l'espace littéraire, dans une pluralité de champs. Si celle-ci intéresse depuis plusieurs années les sciences humaines, de nombreux échos se font entendre hors du champ académique : dans les arts, l'écologie, le droit des minorités… Du Japon au Mexique, comme en attestent de récentes traductions, une extension planétaire de ses idées s'opère. C'est que l'œuvre d'Édouard Glissant s'emploie bien à penser le monde, ou plutôt ce qu'il appelle, dès 1981 et Le Discours antillais, "la Relation mondiale".

Souhaitant constituer un lieu de débat critique ouvert à toutes les disciplines, ce colloque consacré au poète et penseur de la Relation entend offrir, dix ans après sa mort, l'occasion de lire patiemment son œuvre et d'interroger d'un œil nouveau les principes et les horizons de sa poétique afin de dessiner les perspectives qu'ouvre cet imaginaire dans un monde inconnu. De longue durée (presqu'une décade), cette rencontre, ouverte à celles et ceux que ces questions intéressent, invite à une aventure de pensée qui sera sans doute mémorable, dans la mesure où Glissant peut nous aider à comprendre les troubles contemporains et à faire face aux défis posés à la communauté, à ses liens, à l'écologie et aux nouvelles façons de dire l'histoire. À côté des conférences et des tables rondes suivies de débats, seront mis en place des ateliers de traduction ainsi que des représentations ou mises en voix de textes (de Glissant, mais aussi d'autres écrivains présents).


MOTS-CLÉS :

Avenir, Glissant (Édouard), Monde, Mondialité, Pensée, Relation, Traduction, Transversalité


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mardi 2 août
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants, ainsi que du Foyer de création et d'échanges


Mercredi 3 août
Matin
ÉCRIRE EN PRÉSENCE DES LANGUES DU MONDE
Conférence : Manthia DIAWARA

Glissant en traduction, table ronde animée par Sam COOMBES, avec Takayuki NAKAMURA, Giuseppe SOFO et Beate THILL

Après-midi
GÉO ET ÉCO-POÉTIQUE
Conférence : Romuald FONKOUA

Communications : Cécile CHAPON et Christina KULLBERG


Jeudi 4 août
ÉDOUARD GLISSANT ET LES SCIENCES HUMAINES
Matin
Conférence : Mireille DELMAS-MARTY

Glissant dans les sciences humaines, table ronde animée par Christian UWE, avec Christine CHIVALLON et Sonia DAYAN-HERZBRUN

Après-midi
Ateliers de traductions : exercices pratiques en compagnie de traducteurs, avec Charles FORSDICK (anglais), Giuseppe SOFO (italien) et Beate THILL (allemand)

Soirée
Théâtre


Vendredi 5 août
Matin
LE DIALOGUE DES ARTS ; LE MUSÉE D'ÉDOUARD GLISSANT
Conférence : Zahia RAHMANI

Glissant et les arts, table ronde animée par Tiphaine SAMOYAULT, avec Sylvie GLISSANT, Kate KEOHANE et Federica MATTA

Après-midi
DÉTENTE


Samedi 6 août
Matin
L'ATLANTIQUE NOIR
Conférence : Souleymane Bachir DIAGNE

Glissant et l'atlantique noir, table ronde animée par Sam COOMBES, avec Mary GALLAGHER et Cyril VETTORATO

Après-midi
ARCHIPELS ET ANTHOLOGIES
Conférence : Charles FORSDICK

Communications : Cyril VETTORATO et Sonia POSMENTIER

Soirée
Deux films autour d'Édouard Glissant, animée par Mathieu GLISSANT


Dimanche 7 août
Matin
CRÉOLISATION ET MONDIALISATION
Conférence : John DRABINSKI

Communications : Rachel KAHN et Guiseppe SOFO

Après-midi
CRÉOLISATION, CRÉATION
Conférence : Aaron KAMUGISHA

Communications : Caroline SOUKAÏ et Samia KASSAB-CHARFI


Lundi 8 août
Matin
DÉTENTE

Après-midi
GLISSANT AU QUOTIDIEN
Conférence : Achille MBEMBE

Communications : Serge BOURJEA et Mary GALLAGHER

Soirée
Musique et poésie, animée par Sylvie GLISSANT


Mardi 9 août
Matin
MÉMOIRE ET HISTOIRE I
Conférence : Lise GAUVIN : Édouard Glissant et la pratique/poétique du balan

Communications : Célestin LÉBA et Christian UWE

Après-midi
MÉMOIRE ET HISTOIRE II
Conférence : Sam COOMBES

Communications : Dominique AURÉLIA et Jeanne JÉGOUSSO


Mercredi 10 août
Matin
LES AMÉRIQUES
Conférence : Jacques LEENHARDT

Le plurilinguisme, table ronde avec Amanda MURPHY et Tiphaine SAMOYAULT

Après-midi
DÉTENTE

Soirée
Musique et poésie, animée par Sylvie GLISSANT


Jeudi 11 août
Matin
Sam COOMBES, Tiphaine SAMOYAULT & Christian UWE : Synthèse

Discussion générale

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Christine CHIVALLON
Christine Chivallon est anthropologue et géographe, directrice de recherche 1ère classe au CNRS. Ses recherches portent sur les questions de cultures, mémoires et matérialité et s'intéressent au pouvoir des médiations matérielles dans les représentations sociales. Elles sont principalement consacrées aux univers caribéens et aux sociétés à fondement esclavagiste des Amériques, notamment au travers des mémoires de l'esclavage. Elles comportent également un important volet théorique et épistémologique engagé dans une démarche réflexive sur les outils d'analyse du chercheur. Voir le lien : http://www.passages.cnrs.fr/spip.php?article98.
Publications
L'esclavage. Du souvenir à la mémoire, Paris, Karthala, 2012.
"L'humain-l'inhumain : l'impensé des nouveaux matérialismes", École de l’anthropocène de Lyon, 2021 [en ligne].

Sonia DAYAN-HERZBRUN
Sonia Dayan-Herzbrun est Professeur émérite en sociologie politique et en études féministes à l'université de Paris. Auteure de nombreux ouvrages et articles, elle dirige la revue Tumultes et collabore régulièrement au journal en ligne En attendant Nadeau dont elle est membre du comité de rédaction. Elle est également membre de l'Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF) et de la Caribbean Philosophical Association qui lui a décerné en 2016 le Prix Frantz Fanon pour l'ensemble de son œuvre et de sa carrière. Ses premiers travaux ont porté sur le rapport entre mythe et mémoire à propos de l'histoire du mouvement ouvrier. Ses recherches portent maintenant d'une part sur l'agir politique des femmes au Moyen-Orient, de l'autre sur l'introduction du paradigme décolonial dans les sciences sociales.

Lise GAUVIN
Écrivaine et professeure émérite à l'université de Montréal, Lise Gauvin est Membre de l’Académie des lettres du Québec, dont elle fut la présidente en 2008 et 2009, et du Parlement des écrivaines francophones. Elle a reçu en 2020 la Grande Médaille de la Francophonie de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre.
Publications
La Fabrique de la langue. De François Rabelais à Réjean Ducharme, "Points", Seuil, 2004.
Chez Riopelle. Visites d'atelier, L'Hexagone, 2005.
Lettres d'une autre, "Typo", Gallimard, 2007.
L'imaginaire des langues - Entretiens avec Édouard Glissant, Gallimard, 2010.
Le roman comme atelier, Karthala, 2019.
Et toi, comment vas-tu ? - Roman, Leméac, 2021.


BIBLIOGRAPHIE :

Poésie

Glissant É., Poèmes complets, Gallimard, Paris, 1994.
Glissant É., La terre, le feu, l'eau et les vents. Une anthologie de la poésie du Tout-monde, Galaade/Institut du Tout-monde/Maison de l'Amérique latine, Paris, 2010.

Œuvre romanesque

Glissant É., La Lézarde, Seuil, Paris, 1958.
Glissant É., Le Quatrième Siècle, Seuil, Paris, 1964.
Glissant É., Malemort, Seuil, Paris, 1975.
Glissant É., La Case du commandeur, Seuil, Paris, 1981.
Glissant É., Mahagony, Seuil, Paris, 1987.
Glissant É., Tout-monde, Gallimard, Paris, 1993.
Glissant É., Sartorius. Le Roman des Batoutos, Gallimard, Paris, 1999.
Glissant É., Ormerod, Gallimard, Paris, 2003.

Œuvre dramatique

Glissant É., Monsieur Toussaint, Seuil, Paris, 1961.
Glissant É., Le Monde incréé, Gallimard, Paris, 2000.

Essais choisis

Glissant É., Soleil de la conscience, Seuil, Paris, 1956.
Glissant É., L'Intention poétique, Seuil, Paris, 1969.
Glissant É., Le Discours antillais, Seuil, Paris, 1981.
Glissant É., Poétique de la Relation, Gallimard, Paris, 1990.
Glissant É., Faulkner, Mississippi, Stock, Paris, 1996.
Glissant É., Introduction à une poétique du divers, Gallimard, Paris, 1996.
Glissant É., Traité du Tout-monde, Gallimard, Paris, 1997.
Glissant É., La Cohée du Lamantin, Gallimard, Paris, 2005.
Glissant É., Une nouvelle région du monde, Gallimard, Paris, 2006.
Glissant É., Mémoire des esclavages. La fondation d'un Centre national pour la mémoire des esclavages et de leurs abolitions, Gallimard/La Documentation française, Paris, 2007.
Glissant É. & Séma S., La Terre magnétique. Les errances de Rapa Nui, l'île de Pâques, Seuil, Paris, 2007.
Glissant É. & Leupin A., Les Entretiens de Bâton Rouge, Gallimard, Paris, 2008.
Glissant É., Philosophie de la Relation, Gallimard, Paris, 2009.
Glissant É. & Gauvin L., L'Imaginaire des langues, Gallimard, Paris, 2010.


SOUTIENS :

• Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL) — UMR 8566 EHESS/CNRS
Institut du Tout-Monde


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.