Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


CLAUDE CAHUN, INCLASSABLE ET EXEMPLAIRE


DU LUNDI 22 AOÛT (19 H) AU DIMANCHE 28 AOÛT (14 H) 2022

[ colloque de 6 jours ]



ARGUMENT :

Claude Cahun est à la fois essayiste, photographe et poète. Largement autobiographique, son œuvre qui va de 1910 à 1954 échappe aux tentatives de classification. Elle est à resituer, avec ses amitiés fortes, dans le contexte surréaliste, mais aussi dans un ensemble plus large qui participe de la modernité culturelle et politique.

Ce colloque interrogera l'héritage de Claude Cahun aussi riche que paradoxal, ses apports artistique, philosophique et littéraire. Nombre de créateurs ou de penseurs se réclament de sa réflexion anticipatrice sur les questions de genre, d'identité sexuelle et personnelle. Sa quête de soi, son exigence critique et sa volonté éthique nous offrent des arguments pour penser notre présent et des motifs pour agir.

Les années quatre-vingt ont vu la découverte de Claude Cahun. Puis avec la propagation de son œuvre est arrivée la consécration. Le temps est venu de confronter les différentes représentations, les modèles d'interprétation qui ont été proposés. Ce retour aux sources devrait permettre de lever des malentendus et de réévaluer la place de Claude Cahun dans le champ contemporain.


MOTS-CLÉS :

Arts, Autobiographie, Éthique, Genre, Identité, Modernité, Photographie, Poésie, Surréalisme


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

MÉTAMORPHOSE DE L'IDENTITÉ ET SUBVERSION DES GENRES. L'AUTOFICTION, L'AUTOREPRÉSENTATION
* Eve GIANONCELLI : Claude Cahun et la question du genre
* Georges SEBBAG : Claude Cahun : une pensée en relation avec celle de Nietzsche et de Jules de Gaultier
* Monique SEBBAG : Entre Colette et Simone Weil, Claude Cahun. Trois femmes sans pitié
* Tirza TRUE LATIMER : L'Autre Féminité de Claude Cahun

POÉTIQUE DE L'OBJET, COLLAGES, PHOTOGRAPHIES ET PHOTOMONTAGES
* Elza ADAMOVICZ : Claude Cahun et le photomontage : miroir narcissique ou arme de guerre ?
* Silvia MAZZUCCHELLI : Claude Cahun : le parti pris des choses
* Atsuko NAGAÏ : Claude Cahun et l'Angleterre — entre l'antipathie et l'affinité
* Cristiana SORRENTINO : Repartir de la matérialité de l'archive. Nouvelles perspectives d'analyse de l'œuvre photographique de Claude Cahun

THÉÂTRE ET THÉÂTRALITÉ CHEZ CLAUDE CAHUN
* Junko NAGANO : L'univers carnavalesque chez Claude Cahun : masques et marionnettes
* Masao SUZUKI : Les tableaux vivants renversés : le regard dans les autoportraits de Claude Cahun

L’ŒUVRE DOUBLE : ŒUVRES CROISÉES : ÉCRITURE, ARTS PLASTIQUES
* Françoise ARMENGAUD : Claude Cahun et le chemin des chats
* Françoise PY : Le théâtre ésotérique pratiqué à la fin des années vingt par Claude Cahun. Le théâtre de ses opérations de Résistante à Jersey pendant la Seconde Guerre mondiale
* Didier SCHULMANN : Les éditions des œuvres de Claude Cahun

CLAUDE CAHUN, SES AFFINITÉS ET SES RÉSEAUX D'AMIS
* Dawn ADÈS : L'amitié entre Claude Cahun et différentes intellectuelles et artistes entre les deux guerres (Jacqueline Lamba, Béatrice Wanger, Grace Constant Lounsbery…)
* Patrice ALLAIN : Claude Cahun et Béatrice Wanger dite Nadja

POÉTIQUE, POLITIQUE ET ÉTHIQUE : DE CONTRE-ATTAQUE À LA RÉSISTANCE À JERSEY. LES TRACTS SURRÉALISTES
* Lissia AMACH : La problématique du mythe chez Claude Cahun : usage et détournement, ésotérisme et politique
* Michel CARASSOU : Claude Cahun ou la difficulté de dire l'homosexualité
* Eve GIANONCELLI : Anarchisme, révolution et héroïsme chez Claude Cahun
* Hervé SANSON : Claude Cahun au miroir du Mercure de France : influences, (ré)investissements et persistances
* Monique SEBBAG : Le malaise ontologique de Claude Cahun


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Francois-LEPERLIER
François Leperlier est professeur de philosophie honoraire, université de Rouen. Découvreur de Claude Cahun, il lui a consacré un grand nombre d'ouvrages.
Publications
Claude Cahun, Catalogue, Co-direction J.V. Aliaga, Jeu de Paume-Hazan, 2011.
Claude Cahun. L'exotisme intérieur, Fayard, 2006.
Claude Cahun. Écrits, Jean-Michel Place, 2000.
Claude Cahun, Photopoche-Nathan, 1999.
Claude Cahun Photographe, Jean-Michel Place/Paris-Musées, 1995.
"Charles Baudelaire, Claude Cahun, Clément Magloire-Saint-Aude", The International Encyclopedia of Surrealism, Bloomsbury Publishing, Londres, 2019.

Françoise PY
Françoise Py est maître de conférences en histoire de l'art à l'université Paris 8. Elle collabore régulièrement à la revue Mélusine dont elle a dirigé plusieurs numéros ainsi qu'au site éponyme.
Dernières publications
Endre Rozsda, Avec José Mangani, Revue Mélusine numérique, n°1, janvier 2019.
L'or du temps — André Breton 50 ans après, Avec Henri Béhar, Actes d'un colloque de Cerisy, Mélusine, n°40, 2017.
De l'art cinétique au net art : hommage à Frank Popper, L'Harmattan, Coll. "Eidos", 2017.

Georges SEBBAG
Georges Sebbag est écrivain, docteur en philosophie, commissaire d'exposition. Il a publié une vingtaine d'ouvrages sur le surréalisme et plusieurs essais sur le temps. Coéditeur de The International Encyclopedia of Surrealism en trois volumes.
Dernières publications
Dix cahiers surréalistes : avril 1925, Éd. Domaine Jean-Michel Place – DI-LECTA, 2021.
Gombrowicz mentaliste, Éditions Tinbad, Coll. "Essai", 2021.


Elza ADAMOVICZ : Claude Cahun et le photomontage : miroir narcissique ou arme de guerre ?
Dans les années 1920 la société française connaît de profonds bouleversements dans le concept du sujet, les enjeux de la sexualité, l'ordre phallocentrique. Aux nouvelles interrogations, nouveaux moyens d'expression : le photomontage reflèterait les fissures, contradictions, interrogations de la réalité contemporaine. Cette intervention portera d'abord sur une discussion du photomontage des années 1920-30 comme outil de critique sociale et de libération, suivie de l'analyse des dix photomontages de Claude Cahun accompagnant son texte Aveux non avenus (1930). Parmi les questions qui seront abordées : la pratique du photomontage chez CC s'inscrit-elle dans un contexte purement individualiste, intimiste et narcissique (le scrapbook) ou dans un cadre plus large, celui des enjeux sociaux des années 1920 ? Si le photomontage est défini comme arme de guerre contre le Père, exposant les fractures de la vie sociale et psychique, quelles stratégies de détournement sont exploitées par Cahun ? Finalement, dans la galerie des photomontages de l'avant-garde des années 1920-30, quel dialogue établir entre les photomontages de Cahun et ceux de Hannah Hőch, John Heartfield ou Nusch Eluard ?

Elza Adamowicz est Professeure Émérite à Queen Mary University of London. Elle est l’auteure de nombreuses études sur l’avant-garde européenne, dada et le surréalisme.
Publications
Surrealist Collage in Text and Image : Dissecting the Exquisite Corpse (1998, 2004).
Ceci n'est pas un tableau : les textes surréalistes sur l'art (2004).
Dada Bodies : Between Battlefield and Fairground (2019).
The Eye of the Poet : André Breton and Visual Art (2022).

Françoise ARMENGAUD : Claude Cahun et le chemin des chats
Claude Cahun aime les chats. Elle vit avec eux et leur organise en toutes circonstances la meilleure vie possible. Elle est leur semblable et ils sont ses semblables. Elle reconnaît à sa mère souffrante une "hypersensibilité de chat" ; elle-même déclare procéder, lors de certaines actions de Résistance à Jersey, "à la manière des chats". Les relations avec eux sont souvent "télépathiques". Mais les chats ne deviennent jamais le Chat idéalisé. Pour elle, le chat n'est pas à proprement parler un objet littéraire ni une occasion de spéculation ésotérique. Cependant elle n'hésite pas à parler d'affinités entre chats et femmes ou de l'"exploitation du chat par la femme et de la femme par le chat". C'est dans les photos — autoportraits avec chats : "Chat d'aveugle", "Le chemin des chats" — que s'exprime la confiance envers les chats : se laisser guider par eux sur les voies de la découverte de l'inconnu.

Françoise Armengaud a enseigné la philosophie du langage et l'esthétique à l'université de Paris-Ouest-Nanterre. Elle a travaillé sur la littérature consacrée aux animaux et sur la condition qui leur est faite.
Publications
Apprendre à lire l'éternité dans l'œil des chats, Les Belles Lettres, 2016.
"Thérèse Plantier, poète animaliste et féministe", in Marie-Christine Brière (dir), "Jusqu'à ce que l'enfer gèle". Hommage à Thérèse Plantier, L'Harmattan, 2017.
Mémoires de Dame Pelote chatte de Montaigne, La Bibliothèque, 2019.

Eve GIANONCELLI : Claude Cahun et la question du genre
Cette communication propose d'explorer le processus de subjectivation de Claude Cahun à l'aune de la question du genre. Il s'agit de comprendre la façon dont, tant dans le choix de son pseudonyme, ses premières réalisations photographiques, et sa production au sein du mouvement surréaliste, Claude Cahun se constitue comme sujet de connaissance et de création à travers un positionnement réélaboré par rapport à la subjectivité féminine, donnant naissance à une subjectivité féminine autre. Nous analyserons la manière dont ce processus se joue entre neutralisation et subversion des normes de genre, permettant à Cahun de se poser et de s'affirmer singulièrement dans des traditions artistiques et intellectuelles qui se sont constituées à partir de l'exclusion du sujet féminin ou qui ont pu accueillir une telle forme d'affirmation mais non sans ambiguïté — à l'image des surréalistes.

Eve GIANONCELLI : Anarchisme, révolution et héroïsme chez Claude Cahun
Alors qu'elle considérait que "les étiquettes sont méprisables", Claude Cahun a elle-même caractérisé son engagement lors de la lutte menée contre l'occupant nazi à Jersey d'"anarchiste". D'où l'intérêt de se pencher sur cette question, jusqu'alors assez peu explorée. Il s'agit de comprendre les ressorts et les formes d'expression de cet anarchisme cahunien. Comment relève-t-il d'une forme de subjectivité individualiste qui s'articule en même temps à un sens et une visée collectifs, reposant sur une opposition à toutes les formes d'imposition ? Nous montrerons que l'un des intérêts majeurs de cette question réside dans ce qu'il révèle du sens du politique chez Cahun, et par-là même sa dimension fondamentalement éthique. En ce sens, il est également le ciment d'une posture révolutionnaire qui fait de Cahun une héroïne.

Eve Gianoncelli est docteure en science politique de l'université Paris 8 et chercheure affiliée à la Maison Française d'Oxford. Elle est l'auteure d'une thèse portant sur les processus de constitution problématiques de femmes, parmi lesquelles Claude Cahun, comme intellectuelles au XXe siècle, bientôt disponible sous forme d'ouvrage, sous le titre Le genre de la pensée. Figures du devenir intellectuelle au XXe siècle (Rennes, PUR, coll. "Archives du féminisme", 2022). Elle a publié plusieurs articles sur Claude Cahun parmi lesquels "Les voies de la (re)connaissance : Claude Cahun, artiste et intellectuelle au miroir transatlantique", Genre, sexualité, société, n°16, automne 2016 [en ligne] ; "La poudre à canon et la mèche allumée : Claude Cahun/Lucy Schwob et Suzanne Malherbe/Marcel Moore : un couple de femmes avant-gardiste", Les études sociales, n°170, p. 179-202.

Atsuko NAGAÏ : Claude Cahun et l'Angleterre — entre l'antipathie et l'affinité
Pour Claude Cahun, l'Angleterre a été l'unique pays étranger qui lui a fourni des références implicites ou explicites profondément liées à des questions existentielles qu'elle posait dans ses créations écrites et photographiques. Le pays jouissait d'un pouvoir paternaliste et oppressif aux niveaux diplomatique et intérieur, tandis que Cahun y a trouvé aussi des artistes ou des mouvements sociaux qui résistent au dirigisme et protègent à leur manière les libertés individuelles. Il est d'ailleurs possible que son intérêt pour la culture anglaise l'ait aidée à trouver dans la neutralité une aisance relative à son existence. C'est dans l'histoire de sa relation complexe avec la société et la culture anglaises qu'on devrait situer aussi sa collaboration un peu énigmatique avec les surréalistes anglais au moment de l'Exposition Internationale du surréalisme à Londres en 1936.

Atsuko Nagaï est Professeur à l'université Sophia, Tokyo. Doctorat ès lettres à l'université d'Angers. Études sur le surréalisme, Gracq, Malraux, Sartre et al.. Traductrice en japonais de trois livres de Julien Gracq.
Publications
Claude Cahun (en japonais), Suiseisha, 2011.
"Désarmement de Gracq (1940-1950)", Julien Gracq et la guerre, Classiques Garnier, 2021.

Cristiana SORRENTINO : Repartir de la matérialité de l'archive. Nouvelles perspectives d'analyse de l'œuvre photographique de Claude Cahun
Cette intervention, qui s'appuie sur les résultats d'une recherche menée au Jersey Archive (St. Helier, Jersey), où est abritée la plus importante collection de Claude Cahun, se fonde sur la nécessité de lire l'œuvre photographique de Cahun à partir de la matérialité de l'archive, en proposant une lecture inédite par rapport aux perspectives d'analyse plus spécifiquement théoriques de l'œuvre de l'artiste, prédominantes dans le contexte historiographique contemporain. À cet égard, nous tenterons d'analyser quelques aspects importants qui émergent de cette étude, en problématisant une série de questions, y compris théoriques, qui ont jusqu'à présent caractérisé le débat historiographique. Que signifie, dans l'étude de l'œuvre photographique de Claude Cahun, repartir de l'archive ? Que peut encore nous dire ce type de recherche ? Et qu'est-ce qui peut confirmer ou infirmer ce qui est important que nous savons déjà ?

Cristiana Sorrentino est historienne de la photographie et doctorante à l'université de Florence. Elle a consacré son mémoire de maîtrise à l'œuvre photographique de Claude Cahun, publiant les premiers résultats de la recherche (Ripensando all'opera fotografica di Claude Cahun a partire da fonti e contesti) en 2017 dans la revue RSF. Rivista di studi di fotografia.

Masao SUZUKI : Les tableaux vivants renversés : le regard dans les autoportraits de Claude Cahun
Nous allons essayer de situer les photographies de Claude Cahun par rapport à ce que Michel Poivert appelle "les images auxquelles on ne croit pas", autrement dit les photographies mises en scène, dont l'exemple typique est le tableau vivant. Mais la théâtralité de Cahun est paradoxale. À la différence des tableaux vivants, ses autoportraits, qui n'imitent rien de précis, n'indiquent jamais clairement ce qu'ils mettent en scène. En outre le sujet photographié — Cahun elle-même — défie assez souvent le spectateur de son regard provocateur, tandis que les personnages d'un tableau vivant se plongent (ou font semblant de se plonger) dans le rôle qui leur est attribué. En nous appuyant sur cette théâtralité particulière, nous voudrions montrer que l'acte photographique de Cahun se situe au carrefour des pratiques populaires (et vernaculaires) et de l'avant-gardisme.

Masao Suzuki est Professeur à l'université Waseda (Tokyo). Il a soutenu sa thèse de doctorat consacrée à la question du hasard objectif dans l'œuvre d'André Breton à l'université Paris VII. Il a publié des articles sur le surréalisme dans plusieurs revues (en France notamment dans Pleine Marge).
Ouvrages publiés au Japon
Le Surréalisme, une pluralité convulsive (2007).
Gherasim Luca, stratégie de Non-Œdipe (2009).
Gisèle Prassinos, paradoxes d'une femme-enfant (2018).


BIBLIOGRAPHIE :

• ALIAGA Juan Vicente & LEPERLIER François, Claude Cahun, Jeu de Paume, 2011.
• CAHUN Claude : Écrits, édition présentée et établie par François Leperlier, Jean-Michel Place, 2002.
Claude Cahun et ses doubles, Exposition Nantes, Médiathèque Jacques Demy, Éditions MeMo, 2015.
• LEPERLER François, Claude Cahun : l'écart et la métamorphose, Jean-Michel Place, 1992.
• LEPERLIER François, Claude Cahun : l'exotisme intérieur, Fayard, 2006.
• "Pierre Albert Birot. Claude Cahun", Europe, n°1056, avril 2017.

Pour élargir les recherches

• BÉHAR Henri & PY Françoise (dir.), L'or du temps — André Breton 50 ans après, Colloque de Cerisy (2016), L'Âge d'Homme, 2017.
• SEBBAG Georges, Memorabilia : constellations inaperçues : Dada & surréalisme, 1916-1970, Le Cercle d'Art, 2010.


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque ne seront ouvertes qu'à partir du 15 mars prochain.