Foyer de création et d'échanges 2021


Une formule unique
proposant aux écrivains, artistes et chercheurs
qui œuvrent à un projet personnel,
de prendre le temps de "penser avec ensemble".


Information importante

La tenue de ce foyer est confirmée. Toutes les précautions seront prises pour assurer sur place, dans un esprit de responsabilité mutuelle, la sécurité sanitaire (voir charte sanitaire adaptée à la situation 2021).

Nous nous réjouissons de vous retrouver à Cerisy !

La direction du CCIC


USAGES CONTEMPORAINS DU RÊVE

Thématique de réflexion collective proposée par
Alain Kaufmann (directeur du ColLaboratoire de l'université de Lausanne)
Philip Clark (philosophe et entrepreneur)

Le bon déroulement et l'accompagnement de l'ensemble du Foyer
seront assurés par Sylvain Allemand et Edith Heurgon


DU LUNDI 2 AOÛT AU MERCREDI 18 AOÛT 2021


Lancé lors de la saison 2020, et renouvelant une tradition de Pontigny, la première édition du Foyer a permis d'expérimenter un nouveau type de séjour, tout en s'adaptant aux contraintes de la crise sanitaire. La réflexion collective suggérée par Sylvain Allemand avait pour thème : "Un art du (dé)confinement". Elle a réuni une vingtaine de personnes de disciplines, d'âges et de parcours variés.

La sociabilité cerisyenne, au terme de cette première édition, a survécu et s'est même réinventée. Les participants se sont saisis de l'occasion pour adapter le programme au fil des jours et s'impliquer, plus ou moins, au sein de cette dynamique, faisant le choix d’être présents aux seuls repas ou à l'ensemble des activités. Des échauffements corporels du matin aux ateliers, entretiens, lectures, projections en soirée, le Foyer a petit à petit investi tous les espaces du château ce qui a fait surgir bien des idées. De l'avis de tous, cette expérience a permis de s'épanouir et, grâce à la reconnaissance de chacun, à l'écoute des autres et au génie du lieu, de nourrir leur projet. Fort de ce succès, le CCIC a décidé de poursuivre la démarche.

En savoir plus sur le Foyer 2020

Étonnement et insatisfaction face aux usages du rêve

La thématique proposée pour l'édition 2021 porte sur les usages contemporains du rêve. Elle résulte d'un étonnement et d'une insatisfaction : le réflexe qui amène à privilégier, face au rêve, une réponse en termes interprétatifs ; comme si le seul usage de celui-ci était de constituer un matériau à interpréter selon une clé plus ou moins rigide, qu'elle soit psychologique, prémonitoire, existentielle, symbolique ou même biologique. Cette perplexité face à ce qui semble une réduction, par rapport à la variété des usages possibles dont attestent l'histoire et l'anthropologie du rêve, ajoutée à la création récente de "banques du rêves", conduit à cette proposition.

La spécificité de ce projet est de proposer aux résidents du Foyer, qui souhaitent contribuer à cette œuvre collective, un espace où l'on prend le temps de la rencontre et de la coopération : un laboratoire des usages contemporains du rêve.


Laboratoire des usages contemporains du rêve

Il s'agit d'ouvrir un espace d'expérimentation de nos rapports aux rêves de façon à dépasser la coupure largement instituée entre vie nocturne et vie diurne. Ce dispositif, dans la mesure où il souhaite couvrir l'ensemble des approches et des pratiques du rêve, devrait intéresser les résidents du Foyer qui œuvrent dans divers domaines artistiques et scientifiques. L'originalité de ce projet tient à l'invention d'un laboratoire délocalisé et incorporé avec autant de têtes, de lieux d'expérimentation et de rêveurs-chercheurs. Il est en outre souhaité que ses travaux se prolongent au-delà du Foyer en utilisant les ressources du numérique. Il s'agit d'un pari à long terme sur la création d'un "observatoire coopératif du rêve contemporain" qui réunirait des communautés de rêveurs (artistes, chercheurs et citoyens concernés) autour de pratiques variées (sociologie publique, histoire publique, recherche-création, thérapies, travail social…). Il peut aussi intéresser des personnes qui travaillent dans le domaine de la biologie du rêve, de la médecine ou des neurosciences.

Ce laboratoire éphémère de recherche-création regroupera, avec les résidents conduisant leur projet personnel, un "noyau" de chercheurs et d'artistes(1) qui, pendant la durée du Foyer, accompagnera la réflexion collective. En outre, des échanges seront proposés, lors de quelques soirées, avec les colloques tenus en parallèle (du 2 au 8 août : Leïla Sebbar. D’une rive l’autre, croiser l’intime et le politique ; du 11 au 18 août, Mandiargues : écrire entre les arts). Tous pourront ainsi contribuer à cette démarche coopérative via des rencontres qui prendront diverses formes : ateliers d'écritures, d'imagerie et de sémiologie onirique utilisant la photographie, la vidéo, la peinture et le dessin ; ateliers de rêve lucide ; ateliers d exploration de "banques de rêves" disponibles en ligne, notamment celles construites durant la crise du COVID-19(2) afin de travailler sur la relation entre événements historiques majeurs, contenus et vécus des rêves(3). En outre, un vidéaste professionnel assurera la réalisation de productions audiovisuelles destinées à une diffusion ultérieure.

(1) Des discussions préliminaires ont eu lieu avec les personnes suivantes : Vinciane Despret, philosophe ; Yoann Moreau, anthropologue ; Adèle Godefroy, photographe et chercheuse en sciences de l'éducation et de la formation ; Adrien Quenel, chercheur en recherche-création ; Hakim Gonthier, sociologue et thérapeute ; Marc Olivetta, vidéaste ; Andrès Bedoya, ingénieur.
(2) Nous pensons ici à l’enquête conduite par voie numérique par l’anthropologue Charles Stépanoff ou à Perrine Ruby au Centre de Recherche en Neuroscience de Lyon : https://form.crnl.fr/index.php/163837?newtest=Y&lang=fr.
(3) Voir par exemple le travail de Charlotte Beradt dans son ouvrage Rêver sous le IIIe Reich, Paris, Payot, 2004.