Publication 2010 : un des ouvrages


L'ACTIVITÉ MARCHANDE SANS LE MARCHÉ ?


Franck AGGERI, Olivier FAVEREAU, Armand HATCHUEL (dir.)


Longtemps "le marché" a été le lieu public et visible des activités marchandes. Mais avec le développement du commerce, il devint invisible et abstrait. Se forme alors une grande confusion moderne : où le marché est pensé à la fois comme un équilibre naturel et comme un idéal utopique des échanges.
Ce livre, issu d'un colloque de Cerisy, invite à rejeter les équivoques et les mythologies du "marché" car elles masquent la réalité et les mutations des activités marchandes. Explorations toujours incertaines du désir et du social, ces activités n'ont pas de "loi naturelle" et ne peuvent s'autoréguler. Elles ne survivent que par l'exercice de compétences et de techniques et grâce à l'intervention de prescripteurs et de pouvoirs adaptés. L'extension surprenante du commerce tient donc avant tout au travail d'étayage que les sociétés modernes ont apporté aux activités marchandes. Et, ce travail est aujourd'hui d'autant plus nécessaire que les révolutions techniques de l'information et du commerce sur la Toile, celles des services et du développement durable, bouleversent les logiques classiques de la valeur, de la transparence et de la confiance.
La crise économique récente a apporté une démonstration indéniable à ces propositions. Et cet ouvrage montre comment, hors des équivoques de la notion de marché, les chercheurs de plusieurs disciplines (Économie, Gestion, Histoire, Sociologie…) étudient désormais les instruments et les dispositifs réels des activités marchandes, seule garantie scientifique pour soutenir leur développement ou déjouer leurs crises.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2008) [en savoir plus]
Non disponible auprès du CCIC [n°429]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses des Mines

Collection : Économie et Gestion

ISBN : 978-2-911256-21-9

Nombre de pages : 386 p.

Prix public : 39 €

Année d'édition : 2010

Publication 2009 : un des ouvrages


Sciences en campagne. Regards croisés, passés et à venir

SCIENCES EN CAMPAGNE

REGARDS CROISÉS, PASSÉS ET À VENIR


Bertrand HERVIEU, Bernard HUBERT (dir.)


Comment évoluent les mécanismes de la gestion du vivant à travers les activités agricoles, les sciences et les techniques, dans le contexte de transformation de la société française ? Tel est le propos de ce livre, issu d'un colloque qui a réuni une soixantaine de sociologues, historiens, gestionnaires, agronomes, écologues et biologistes en 2007 à Cerisy-la-Salle. La fin de l'ordre éternel des champs est consommée: la sociologie du rural et les sciences du vivant occupent désormais le paysage politique et social. Comment les transformations des catégories scientifiques ont-elles influé sur les catégories de la pensée, et celles de l'action ? Quelles en ont été les conséquences sur le monde rural, et quel rôle ont joué les disciplines concernées et les institutions de recherche et de développement ? Enfin, comment joue l'émergence des nouveaux enjeux tels que l'environnement, l'emploi rural, la consommation et la nutrition, la compétition internationale, les biocarburants, les politiques agricoles, les défis mondiaux ?
Des premiers travaux relatifs à la diffusion des innovations au sein des communautés paysannes à ceux concernant le fonctionnement cellulaire et du génome, les champs du savoir se sont déplacés et s'envisagent désormais en fonction des avancées des sciences du vivant.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2007) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°417]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions de l'Aube

Collection : Société et Territoire

ISBN : 978-2-8159-0012-6

Nombre de pages : 395 p.

Prix public : 28 €

Année d'édition : 2009

Publication 2009 : un des ouvrages


Penser la négociation aujourd'hui

PENSER LA NÉGOCIATION AUJOURD'HUI


Sophie ALLAIN, Christian THUDEROZ (dir.)


Mutations du rapport aux normes, émergence d'un modèle rationnel-négocié, déclin des institutions hiérarchiques classiques et de leur mode impérativiste de gouvernance, extension généralisée de la négociation, surgissement d'une négociation valorielle… Quels que soient les mots ou la centration du regard, les approches semblent converger : nos sociétés se pensent dorénavant comme des espaces de négociation généralisée et instituée. La négociation devient ordinaire, se laïcise dans les multiples champs d'action de la société.
Nous sommes ainsi parvenus à "l'âge de la négociation". Si cette assertion est partagée par nombre d'analystes sociaux et politiques — la négociation comme un mode légitime et efficient de régulation et de prise de décision —, il s'agit aujourd'hui d'approfondir davantage les multiples déclinaisons de cette activité sociale, son déploiement au cœur des interactions sociales, ses effets sur les jeux sociaux ou sur les trajectoires.
D'où l'ambition de cette revue interdisciplinaire, universitaire et ouverte sur l'expérience de terrain.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2008) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°412]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions De Boeck

Collection : Revue Négociations 2009/2, n°12

ISBN : 978-2-8041-0290-6

Nombre de pages : 296 p.

Prix public : 35 €

Année d'édition : 2009

Publication 2008 : un des ouvrages


Les nouveaux régimes de la conception

LES NOUVEAUX RÉGIMES DE LA CONCEPTION

LANGAGES, THÉORIES, MÉTIERS


Armand HATCHUEL, Benoît WEIL (dir.)


Le destin des sociétés contemporaines est indissociable des activités de conception : c'est-à-dire des efforts collectifs destinés à créer des objets, des techniques ou des systèmes sociaux inédits. Pourtant, l'activité de conception est peu étudiée. Son histoire est moins connue que celle du travail ouvrier et reste souvent isolée au sein de chaque profession (architectes, ingénieurs, designers, ergonomes…). Cet ouvrage collectif veut restaurer une approche universelle des activités de conception en relevant les défis philosophiques, scientifiques et gestionnaires qu'elles soulèvent. Après avoir éclairé les grandes mutations historiques de la conception, l'ouvrage explore les fondements théoriques et pratiques d'une nouvelle "raison conceptrice" qui invite à penser l'inconnu, à susciter la surprise et l'inattendu, en s'efforçant toujours de leur donner un sens et une forme adaptées à nos valeurs. Enfin, le livre explore de nouveaux régimes collectifs de conception qui soient à la fois plus exploratoires et plus démocratiques.
Ce livre présente les travaux du colloque de Cerisy "Les nouveaux régimes de conception", organisé avec le soutien de l'École des Mines de Paris, de Dassault Systèmes, de la Poste, de la RATP et du groupe Renault. Ce colloque a été dirigé par Armand Hatchuel et Benoît Weil avec le concours d'Edith Heurgon et Thierry Gaudin. Il participe aux recherches ouvertes par les colloques Prospective du présent de Cerisy.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2004) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°389]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions Vuibert

ISBN : 978-2-7117-6931-5

Nombre de pages : 272 p.

Prix public : 30,50 €

Année d'édition : 2008

RÉÉDITION

Les nouveaux régimes de la conception - RééditionÉditeur : Hermann Éditeurs

Collection : Cerisy / Archives

ISBN : 978-2-7056-8954-4

Nombre de pages : 272 p.

Prix public : 24,00 €

Année d'édition : 2014

Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°389bis]

Publication 2007 : un des ouvrages


Les sentiments et le politique

LES SENTIMENTS ET LE POLITIQUE


Pierre ANSART, Claudine HAROCHE (dir.)


Aujourd'hui comme hier, la vie politique suscite les sentiments et les passions, les amours et les haines. De tout temps, philosophes, historiens, psychologues se sont interrogés sur les dévotions à l'égard des chefs adulés ou sur les fureurs des révoltés. Cependant les affects politiques tendent, dans les sciences humaines d'aujourd'hui, à être considérés comme des dimensions secondaires, comme des conséquences des changements, et non comme des phénomènes à comprendre et à étudier.
Mais notre monde que l'on dit post ou hyper-moderne engendre-t-il de nouvelles économies psychiques, d'autres passions ou d'autres formes d'apathies ? Des approches non positivistes, issues de la psychanalyse notamment, paraissent fécondes pour penser les conjonctures et les fanatismes actuels. Des situations diverses, au Brésil, en Pologne, aux États-Unis ou en France, peuvent contribuer au renouvellement de nos paradigmes.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2005) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°379]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions L'Harmattan

Collection : Psychologie politique

ISBN : 978-2-296-03660-4

Nombre de pages : 354 p.

Prix public : 31 €

Année d'édition : 2007

Publication 2007 : un des ouvrages


Intelligence de la complexité. Épistémologie et pragmatique

INTELLIGENCE DE LA COMPLEXITÉ

ÉPISTÉMOLOGIE ET PRAGMATIQUE


Jean-Louis LE MOIGNE, Edgar MORIN (dir.)


La complexité s'inscrit aujourd'hui dans un véritable mouvement de pensée qui nous invite à restaurer l'intelligence de la complexité dans nos cultures et nos enseignements. Elle pose un problème épistémologique clé pour la connaissance et l'action, et appelle une réforme de pensée. Alors qu'un savoir fragmentaire et dispersé nous rend de plus en plus aveugles à nos problèmes fondamentaux, l'intelligence de la complexité devient un besoin vital pour nos personnes, nos cultures, nos sociétés. L'aventure collective de la pensée complexe fait apparaître deux modes d'appréhension de la complexité : le "paradigme de la complexité restreinte", qui se forme dans les creusets des disciplines traditionnelles, et le "paradigme de la complexité générale ou épistémique", qui se forme dans des creusets plus ouverts. L'intelligence de la complexité relie les données, informations et connaissances séparées, pour lesquelles l'intelligence du réel n'est pas un reflet de la réalité mais une traduction/reconstruction de cette réalité à partir d'un esprit/cerveau humain ; elle relie la connaissance et l'action, l'épistémique et la pragmatique. Cette aventure de la connaissance s'inscrit dans l'humaine histoire de la pensée, et lui apporte peut-être une pertinence nouvelle. C'est au cœur de cette aventure que se situe ce colloque de Cerisy, un livre savant et passionnant.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2005) [en savoir plus]
Non disponible auprès du CCIC [n°377]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions de l'Aube

ISBN : 978-2-7526-0299-2

Nombre de pages : 460 p.

Prix public : 32,50 €

Année d'édition : 2007

RÉÉDITION

Intelligence de la complexité. Épistémologie et pragmatique - RééditionÉditeur : Hermann Éditeurs

Collection : Cerisy / Archives

ISBN : 978-2-7056-8713-7

Nombre de pages : 458 p.

Prix public : 34,00 €

Année d'édition : 2013

Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°377bis]

Publication 2007 : un des ouvrages


L'émergence des cosmopolitiques

L'ÉMERGENCE DES COSMOPOLITIQUES


Jacques LOLIVE, Olivier SOUBEYRAN (dir.)


Nos sociétés modernes se sentent en rupture face à ce qu'elles ont fabriqué. Crise environnementale, changements climatiques, risques et insécurités marquent cette rupture et, face à elle, notre perplexité à comprendre et à agir : d'une part, nous commençons à dépendre des conséquences imprévues et menaçantes de nos actes; d'autre part, nous voyons se dresser contre nous une seconde nature composée de tous les exclus de la modernité – les non-modernes (migrants du sud, marginaux, ruraux sédentaires), les non-humains (entités environnementales) ou encore des sur-natures (religions, croyances…). Or ces séries d'exclus étaient tout à la fois la condition et la conséquence pour que la société moderne puisse croire à sa maîtrise sur la nature et sur elle-même.
Les cosmopolitiques — ces politiques du monde (kosmos en grec ancien) repensées par Isabelle Stengers et Bruno Latour — s'appuient sur ce constat pour élargir la politique à d'autres êtres que les humains. Leur dimension planétaire leur est conférée par les risques globaux qui pèsent désormais sur l'ensemble de la planète. Cet ouvrage collectif explore les implications de cette mutation du politique dans les différents champs disciplinaires et professionnels, et notamment celui de l'aménagement du territoire. Trois questions seront abordées plus particulièrement : la recomposition du collectif (avec qui, avec quoi devrons-nous cohabiter, et comment le faire ?) ; la participation du public (comment associer la définition d'un problème public et celle du public concerné ?) ; les transformations de l'aménagement du territoire (comment rendre crédible, sensée et utile une pensée de l'aménagement bousculée par la question environnementale ?).


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2003) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°374]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions La Découverte

Collection : Recherches

ISBN : 978-2-7071-5200-8

Nombre de pages : 384 p.

Prix public : 32 €

Année d'édition : 2007

Publication 2005 : un des ouvrages


Entre connaissance et organisation : l'activité collective

ENTRE CONNAISSANCE ET ORGANISATION : L'ACTIVITÉ COLLECTIVE

L'ENTREPRISE FACE AU DÉFI DE LA CONNAISSANCE


Philippe LORINO, Régine TEULIER (dir.)


Aujourd'hui, les praticiens comme les chercheurs savent que la compréhension du fonctionnement des organisations contemporaines, et en particulier des entreprises, passe nécessairement par celle des phénomènes d'apprentissage et de circulation des connaissances qui s'y jouent. Pourtant, l'étude de ces phénomènes tombe dans un "angle mort" de la recherche, du fait des cloisonnements disciplinaires hérités de l'histoire des sciences humaines et sociales. Cet angle mort, les auteurs de cet ouvrage pluridisciplinaire — issu d'un colloque de Cerisy réuni en septembre 2003 — l'attribuent pour partie à l'impasse faite historiquement sur l'objet de recherche situé à la charnière de la connaissance et de l'organisation : l'activité humaine, et plus particulièrement l'activité collective organisée.
Les chercheurs en gestion, psychologie, économie, philosophie, sociologie, ingénierie des connaissances, ergonomie, réunis ici confrontent leurs points de vue et leurs analyses pour proposer la co-construction d'approches nouvelles de l'activité collective, particulièrement originales. D'où la structuration de cet ouvrage autour de débats thématiques (la communauté, l'instrument, le discours de l'expertise…), qui esquissent une recherche conjointe transcendant les frontières scientifiques traditionnelles.
Cet ouvrage ouvre de fructueuses pistes de réflexion pour tous ceux qui, chercheurs ou praticiens, s'interrogent sur les relations entre "connaissance", "activité" et "organisation", et cherchent à mieux comprendre le fonctionnement des entreprises.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2003) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°343]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions La Découverte

Collection : Recherches

ISBN : 2-7071-4589-0

Nombre de pages : 336 p.

Prix public : 26 €

Année d'édition : 2005

Publication 2004 : un des ouvrages


Résistances au sujet - Résistances du sujet

RÉSISTANCES AU SUJET - RÉSISTANCES DU SUJET


Jean GIOT, Jean KINABLE (dir.)


Ce livre ouvre des espaces de rencontre interdisciplinaire où se confrontent les épistémologies, voire les éthiques, avec une insistance particulière sur une mise à l'épreuve de la démarche clinique ; et il invite aux échanges entre chercheurs et praticiens qui mettent en œuvre leurs disciplines sur divers terrains professionnels.
Le "sujet" ne reste pas confiné à la condition qu'exprime l'étymologie de sa nomination (laquelle signifie l'assujettissement : l'être jeté sous), pas davantage qu'à son apparentement à l'"objet" : toute la dramatique dont il s'engendre se tend de l'être-sujet-à vers le devenir-sujet-de, patient et agent s'entreprenant entre passibilité et possibilité. Et toute forme de subjectivation ne s'engendre jamais que de dynamiques intersubjectives.
En ce livre, plusieurs disciplines croisent leurs analyses spécifiques de tels processus de subjectivation : sciences du langage, philosophie, anthropologie, ethnologie, sociologie, économie, psychologie, psychanalyse, psychiatrie, pédagogie, esthétique… Se multiplient, d'autant, divers champs d'expérience, potentiellement critiques, qui les mettent singulièrement à l'épreuve : situations d'extrême désalliance, mutations sociales, entreprise capitalisme et néo-management, traitement de la surdité, consultation médicale, examen de compétences, créations plastiques et littéraires, représentations du féminin, destinées de l'adolescence, confrontations entre cultures, altérations du symbolique, (dé)liaisons entre structures langagières et logique des passions, avatars de l'enseignement…
Ainsi donc les tenants des disciplines ici représentées estiment-ils que la question du sujet y trouve sa pertinence et que d'authentiques sciences du sujet sont légitimes et réalisables. Sans doute considèrent-ils également que pouvoir en traiter selon chaque logique proprement disciplinaire, surtout si la recherche passe par la pratique clinique, incite nécessairement au dialogue interdisciplinaire. En résulte-t-il que l'être humain serait, dès lors, autant de fois et différemment sujet qu'il fait l'objet de ces diverses sciences humaines ? Mais le sujet ne l'est-il jamais autrement que "par la négative" : en résistant ou se soustrayant à de tels "découpages" et à de telles saisies partielles, se transcendant du déjà accompli au non encore advenu ?


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2003) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°332]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Namur

Collection : Transhumances, V

ISBN : 2-87037-451-8

Nombre de pages : 603 p.

Prix public : 26 €

Année d'édition : 2004

Publication 2001 : un des ouvrages


Le travail, entre l'entreprise et la cité

LE TRAVAIL, ENTRE L'ENTREPRISE ET LA CITÉ


Gilles JEANNOT, Pierre VELTZ (dir.)


Le travail change, on le sait, et cela n'est pas sans conséquences sur chacun de nous : plus d'autonomie mais aussi plus de pression du client et de stress ; plus de coopération et de travail en réseau mais aussi plus de risques d'exclusion ; plus de responsabilités sans que les moyens de les exercer soient toujours disponibles, plus d'exigences de mobilisation subjective et pourtant moins de garanties offertes par les entreprises en termes de carrières ou d'emplois.
Ce livre présente des interprétations contrastées de ces évolutions, et montre que l'analyse du travail ne peut plus être inscrite dans le champ clos de l'entreprise. Les frontières du travail s'ouvrent en direction de la cité avec des formes inédites d'activité mêlant souvent les anciennes distinctions entre public et secteur privé. La société civile et politique fait alors son entrée dans l'univers jusqu'ici nettement délimité de l'entreprise. Les régimes de droits et de devoirs spécifiques à l'intérieur de la firme sont remis en question, et les nouveaux cadres institutionnels émergents — qui permettent de concilier la flexibilité de la vie économique et la sécurité des personnes — interrogent la société dans ses valeurs et ses acquis.

Cet ouvrage est issu d'un colloque de Cerisy organisé par le Laboratoire techniques, territoires et sociétés (LATTS, de l'École nationale des ponts et chaussées, université Paris-Val-de-Marne, université de Marne-la-Vallée) avec le soutien du ministère de la Recherche.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (1999) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°281]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions de l'Aube

Collection : Société et Territoire

ISBN : 2-87678-628-1

Nombre de pages : 302 p.

Prix public : 30,49 €

Année d'édition : 2001


Publications associées