Programme 2020 : un des colloques

Programme complet


Colloque reporté

En raison des événements exceptionnels liés à l'épidémie de la Covid-19, et sur proposition des directeurs, ce colloque a été reporté aux dates suivantes : du dimanche 18 juillet au jeudi 22 juillet 2021 [en savoir plus].

La direction du CCIC


MUSIQUES SACRÉES EN NORMANDIE : RITES ET PRATIQUES
( XIIe - XXIe SIÈCLES )


DU LUNDI 10 AOÛT (19 H) AU VENDREDI 14 AOÛT (16 H) 2020

[ colloque de 4 jours ]


Missale ad usum Montis Sancti Michaelis, XIIIe s., Bibliothèque patrimoniale, Ville d'Avranches, Ms 42 f. 437


DIRECTION :

Jean-Baptiste AUZEL, Georges-Robert BOTTIN, Jean-François DETRÉE, François NEVEUX


ARGUMENT :

Les importantes collections encore conservées de manuscrits liturgiques, le récit des visites pastorales, nous montrent que, dès le XIIIe siècle, la vitalité de la musique religieuse est grande dans les églises et abbayes normandes mais, aussi, que grandes sont les difficultés quotidiennes rencontrées dans sa mise en œuvre. Cependant, sa pratique a été, jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, un élément structurant de la vie musicale régionale, notamment par le cadre pédagogique qu'elle offrait. Il faut attendre une autre époque, la fin du XIXe siècle, pour qu'un regard historique soit porté par quelques érudits et musicologues sur cette longue histoire.

Depuis la fin du XXe siècle, l'intérêt des musicologues français s'est peu à peu porté sur la vie musicale des provinces françaises, puis, sous l'impulsion d’historiens, les musiciens d'église sont devenus un objet d'étude, en particulier en ce qui concerne le XVIIIe siècle, comme en témoigne l'enquête Musefrem en cours ("Musiciens d'Église en 1790").

La Normandie a toute sa place dans cette réflexion que ce colloque voudrait mener, sur une longue durée, allant du cadre rituel et institutionnel défini au Moyen Âge jusqu'aux pratiques contemporaines, où se rejoignent l'évolution liturgique, depuis Vatican II, et un contexte culturel où la musique sacrée retrouve étonnamment sa place.

Trois axes se dégagent pour faire un point historiographique sur la musique sacrée en Normandie :
1. Les cadres de la pratique de la musique sacrée : rites, livres et répertoires, typologie des communautés et des musiques ;
2. Les acteurs de la musique sacrée : les professionnels, les organistes, les compositeurs, les assemblées ;
3. Les instruments de la musique sacrée : l'orgue, l'harmonium, les autres instruments et leurs représentations.


MOTS-CLÉS :

Abbaye, Chant, Compositeur, Concert, Création, Église, Festival, Interprétation, Liturgie, Musique, Orgue, Usages


CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 10 août
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Mardi 11 août
I - LES RÉPERTOIRES ET LES RITES, DU MOYEN ÂGE À NOS JOURS
Matin
Jean-Baptiste AUZEL : Présentation
Jean-François DÉTRÉE : Rites et pratiques : la musique sacrée est-elle révélée ou masquée par les cérémoniaux ?
Guillaume ANTOINE & Louis CHEVALIER : Le chant liturgique du Mont Saint-Michel (XIe-XVe siècles)
Laurence BRISSET & Océane BOUDEAU : Autour du Tropaire de Saint-Evroult

Après-midi
Cécile DAVY-RIGAUX : Parcours et fortune des messes en plain-chant du P. Paul d'Amance de Lisieux (XVIIe-XXe s.)
Frère Maximilien LAUNAY : Le répertoire des Prémontrés de l'abbaye de Mondaye
Christine NEVEU : Au Mont Saint-Michel, le répertoire des Fraternités monastiques de Jérusalem (fin XXe et début XXIe siècle)

Soirée
"HORS LES MURS" - À LESSAY
Concert Heures musicales à Lessay : œuvres de compositeurs normands du XVIIe siècle (Ensemble Correspondances, dir. Sébastien DAUCÉ)


Mercredi 12 août
Matin
Georges-Robert BOTTIN : Les cantiques de pèlerinages dans la Manche (fin XIXe et début XXe siècle)

II - MUSICIENS ET INTERPRÈTES
François DUPOUX : L'harmonium au-delà des salons parisiens
Sylvie GRANGER : L'enquête Muséfrem en Normandie : hommes et corps de musique religieuse à la veille de la Révolution [communication établie avec Pierre MESPLÉ]

Après-midi
"HORS LES MURS" - À LA CATHÉDRALE DE COUTANCES
SÉANCE PUBLIQUE
Visite de l'exposition musique sacrée en salle du chapitre
Jean DURON : L'œuvre d'Antoine Merle (XVIIe siècle)
Jean-François DÉTRÉE, François MOREAU & François NEVEUX : Conférence-Concert à l'orgue autour d'œuvres de compositeurs normands (XVIIIe - XXe siècles)

Fin d'après-midi & Soirée
"HORS LES MURS" - À L'ABBAYE DE LA LUCERNE
Nicolas LECERVOISIER : Visite de l'abbaye et évocation du travail de redécouverte de la musique sacrée normande par l'abbé Lelégard
Concert Festival musical de l'abbaye de la Lucerne : musique médiévale normande (Ensemble De Caelis, dir. Laurence BRISSET)


Jeudi 13 août
III - AUTOUR DE L'ORGUE
Matin
Ghislaine AFFAGARD : Le chapiteau de Saint-Georges de Boscherville et l'organistrum
François NEVEUX : Histoire des orgues de Bayeux (XVIIIe - XIXe siècles)
Bernard JEHAN : Ménard-Orange-Laforge, facteurs d'orgues à Coutances de 1839 à 1892

Après-midi
"HORS LES MURS" - SÉANCES ILLUSTRÉES DE MUSIQUES TENUES EN L'ÉGLISE DE CERISY-LA-SALLE
SÉANCE PUBLIQUE
Fabrice SIMON : Paul Allix, un organiste compositeur à Cherbourg au XXe siècle [conférence illustrée à l'orgue]
Bernard JEHAN & François LEMANISSIER : Que sait-on des orgues de Saint-Lô ?
François LEMANISSIER : Organiste d'église aujourd'hui, témoignage

Soirée
"HORS LES MURS" - À COUTANCES
Concert à la chapelle du Sacré-Cœur du collège Guérard (Institut Jean-Paul II de Coutances) : musique sacrée normande des XIXe et XXe siècles (Vincent GENVRIN & Françoise MASSET)


Vendredi 14 août
IV - DES PRATIQUES EN ÉVOLUTION
Matin
Maurice ROUSSEAU : L'orgue à rouleaux dans les églises, 1800-1850
Bruno CENTORAME : La musique religieuse à l'Institut Saint-Paul de Cherbourg (début XXe siècle)

Musique sacrée et ses usages aujourd'hui, entre cultuel et culturel, table ronde avec Daniel JAMELOT et Enrique THÉRAIN

Après-midi
Jean-Baptiste AUZEL, Georges-Robert BOTTIN, Jean-François DETRÉE, François NEVEUX : Conclusions générales

DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Guillaume ANTOINE & Louis CHEVALIER : Le chant liturgique du Mont Saint-Michel (XIe-XVe siècles)
Sanctuaire consacré à saint Michel et lieu de vie canoniale (v. 708) et monastique (966), le Mont Saint-Michel posséda au Moyen-Âge une riche liturgie en partie héritée de l'ordo de l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon diffusé en Normandie au XIe siècle. Son cursus canendi est présenté dans plusieurs livres liturgiques, parmi lesquels un missel et un évangéliaire-nocturnal pourvus d'une notation carrée sur lignes ; le rôle des officiers de la liturgie nous est connu par les prescriptions des ordinaires et du cérémonial de l'abbaye. Après avoir établi le catalogue des sources nécessaires à l'étude du chant du Mont Saint-Michel au Moyen-Âge, nous étudierons le chant propre de l'abbaye et sa notation, puis les circonstances de son exécution lors des offices, des processions et des drames liturgiques au long de l'année.
Bibliographie
A. Colk Santosuosso, Letter Notations in the Middle Ages, Ottawa, The Institute of Mediaeval Music, 1989.
D. M. Dolan, Les drames liturgiques de Pâques en Normandie et en Angleterre au Moyen-Âge, Paris, Presses universitaires de France, 1975.
Millénaire du Mont Saint-Michel, T1 : Histoire et vie monastique, J. Laporte (dir.), Paris, Lethielleux, 1967.

Diplômé en direction de chœur et paléographie musicale de l'École internationale du Chœur grégorien de Paris, chef de chœur de la Schola Collegium Normannorum, Guillaume Antoine est prêtre du diocèse de Coutances. Il participe chaque année au "Festival de musique du Mont Saint-Michel et sa baie Via Aeterna".

Ingénieur de recherche contractuel en analyse des livres d'heures manuscrits médiévaux (IRHT-CNRS), Louis Chevalier a soutenu en 2019 à l'université de Caen Normandie une thèse d'histoire consacrée à l'étude et à l'édition critique et numérique des deux ordinaires liturgiques du Mont Saint-Michel (XIVe-XVe s.).

Bruno CENTORAME : La musique religieuse à l'Institut Saint-Paul de Cherbourg (début XXe siècle)
Créé en 1907, l'Institut Saint-Paul de Cherbourg est l'héritier du collège de Valognes, séminaire sous l'Ancien Régime ; en 1918, Georges Grente, son supérieur, futur cardinal et membre de l'Académie française, fut sacré évêque du Mans à l'église Notre Dame du Vœu de la ville. Durant l'entre-deux-guerres, l'on y relevait le soin apporté aux cérémonies religieuses, ainsi que la qualité de la vie musicale due au chanoine Jean Richard (1876-1957), professeur d'anglais, directeur et préfet des études à partir de 1930. Maître de chapelle, organiste — un orgue Mutin Cavaillé-Coll fut mis en place dans la chapelle en 1924 — il était également professeur de piano et d'harmonium et constitua une chorale renommée (70 choristes en 1939) ainsi qu'une formation orchestrale jouant des œuvres de Lully, Rameau, Grétry, Mozart, Schumann, Mendelssohn… Le répertoire de la chorale, d'un grand éclectisme (Josquin des Prés, Bach, Haendel, Scarlatti), allait du chant grégorien à Guilmant et Déodat de Séverac. Les compositeurs contemporains cherbourgeois Joseph Noyon et Paul Allix étaient mis à l'honneur, mais l'orientation générale des dernières années tendait vers la polyphonie palestrinienne, ainsi en était-il durant les offices de la Semaine Sainte.

Bibliographie
Le Mémorial de l'Institut Saint-Paul de Cherbourg (1919-1959)
Bruno Centorame, L'Institut Saint-Paul de Cherbourg, Art de Basse-Normandie, n°102 consacré à l'abbé Marcel Lelégard, Caen, 1995.

Cécile DAVY-RIGAUX : Parcours et fortune des messes en plain-chant du P. Paul d'Amance de Lisieux (XVIIe-XXe s.)
Premier auteur à qualifier comme telles les messes "en plain-chant musical", expression qu'il fait graver en 1687 à l'attention de l'abbesse des bénédictines de Chelles, le Père Paul d'Amance, religieux de l'Ordre de la Très Sainte Trinité et de la rédemption des captifs et organiste de son couvent à Lisieux, marque ainsi l'apparition d'un nouveau type de plain-chant dont il est alors probablement loin d'imaginer le succès à venir au fil des siècles suivants. Dans le contexte de la reconsidération des cérémonies et de ses acteurs, qui intervient dans le cadre de la Réforme catholique post-tridentine, la place du chant liturgique au sein du cursus cérémoniel se voit nettement revalorisée. En France notamment, cette revalorisation se traduit par l'apparition de propositions nouvelles, destinées non seulement à le réformer, mais encore parfois à substituer au chant grégorien de nouvelles formes de chants liturgiques. C'est ainsi que le "plain-chant musical" deviendra l'une des manifestations les plus emblématiques de ces "innovations", en particulier par le succès des messes du maître de la Chapelle de Louis XIV Henri Du Mont, qui suscitera de nombreuses créations dans ce genre, de plus en plus autonome, des pièces en plain-chant musical. Outre leur place déterminante dans l'histoire de ce genre musical, les messes de d'Amance offrent, à l'image de celles de Du Mont, la particularité d'avoir été chantées dans des périmètres institutionnel et chronologique plus larges que ceux visés au départ, objets de l'étude présentée ici.

Cécile Davy-Rigaux, directeur de recherche du CNRS à l'IReMus, a dirigé l'Institut de recherche en musicologie (IReMus, UMR 8223) et l'Institut interdisciplinaire Collegium Musicæ Sorbonne Université jusqu'en 2018, préside la Société française de musicologie (Sfm), et co-coordonne le réseau international des musicologies francophones Épistémuse. Ses travaux s'inscrivent dans les domaines de l'édition musicale critique (éditions Rameau, Saint-Saëns), de la musicologie numérique (bibliothèque de partitions numériques Neuma, base Sequentia), du plain-chant et de la musique d'église à l'époque moderne, en particulier à travers leur lien à la liturgie (coresponsable du projet ANR Muséfrem (2009-2013), codirection de la collection ELSEM, "Église, liturgie et société dans l'Europe moderne", chez Brepols, nombreux articles, directions d'ouvrages et une monographie sur l'œuvre de plain-chant de Nivers, CNRS-Éditions, 2004).
Bibliographie
Guillaume-Gabriel Nivers, un art du chant grégorien sous le règne de Louis XIV, Paris, CNRS éditions, 2004, 516 p.
"À propos de "La Récollette" : les récollets et la messe en plain-chant musical à l'époque moderne", Les Récollets en quête d'une identité franciscaine, C. Galland, F. Guilloux, P. Moracchini (dir.), Tours, PUFR, 2014, p. 301-316.
"Les messes en plain-chant en France à l'époque moderne", Actes du colloque international, 1000 ans de chant grégorien (9-10 septembre 2010), Études grégoriennes XXXVIII, Éditions de Solesmes, 2011, p. 201-231.
Avec la collaboration de Sébastien Gaudelus et de François Auzeil, "Parcours et détours du "chant de Nivers"", Noter, annoter et éditer la musique, Mélanges offerts à Catherine Massip, C. Reynaud et H. Schneider (dir.), Genève, Droz, 2012, p. 461-476.

Jean-François DÉTRÉE : Rites et pratiques : la musique sacrée est-elle révélée ou masquée par les cérémoniaux ?
Les "antiquaires" qui, dans les premières années du XIXe siècle, se sont interrogés sur l'histoire de la musique en Normandie ont, d'emblée, posé leurs recherches dans le contexte d'une histoire culturelle dominée par la double référence aux figures du sacré et du profane : d'une part, celle des premiers siècles de christianisation et, d'autre part, celle des invasions scandinaves. À la première, appartiendrait la longue tradition du chant religieux ; à la seconde, celle d'une hypothétique tradition de musique épique. L'une et l'autre se trouvent inscrites dans des rituels certes différents, mais tous les deux placés sous le signe de la mémoire : rituel liturgique qui fait mémoire de la Révélation, et rituel profane qui ferait mémoire de l'histoire des hommes. Si les contours du second volet de cette histoire musicale restent encore très incertains, les sources relatives au premier sont abondantes (manuscrits notés, cérémoniaux, iconographies) et justifient de l'interroger sur la longue durée, ce qui sera l'objet de ce colloque. Ces musiques sacrées n'étant rendues possibles et nécessaires qu'en référence aux rituels dont elles sont l'expression sonore, la dualité "rites et pratiques" s'est imposée comme un fil directeur pour l'orientation des recherches et le choix des communications. En le suivant, nous verrons que, loin d'avoir un caractère immuable, les répertoires et les usages ont subi l'influence des évolutions culturelles et sociales du monde profane, reliant ainsi les deux facettes de la vie musicale.

Après des études de philosophie et de sciences politiques (mais aussi de musique), Jean-François Détrée est nommé, en 1970, organiste titulaire du grand orgue de la cathédrale de Coutances. En marge de ses activités professionnelles, il publie régulièrement des articles relatifs à l'histoire de la musique en Normandie et valorise divers aspects de patrimoine par des restitutions d'œuvres, des expositions ou l'organisation de concerts. Une synthèse de ce travail est proposée dans la publication de Musiciens et musique en Normandie (2010). Depuis 2014, il participe au réseau MUSEFREM (Musiciens d'Église en France à l'époque moderne).
Bibliographie
P. Aubry, La musique et les musiciens d'église en Normandie au XIIIe siècle, 1906.
C. Davy-Rigaux, B. Dompnier, D.-O. Hurel, Les cérémoniaux catholiques en France à l'époque moderne, 2009.
Base MUSEFREM : Départements de l'Eure (Pierre Mesplé), de la Manche (Jean-François Détrée) et de l'Orne (Sylvie Granger).

François DUPOUX : L'harmonium au-delà des salons parisiens
Le XIXe siècle, avide d'émotion, ne tarda pas à faire naître un nouvel instrument à clavier qui, comme l'orgue, était à sons tenus certes, mais doté d'expression. En 1943 François-Alexandre Debain déposait le brevet qui devait lui donner son nom : l'harmonium. Adopté par la grande famille de la musique de chambre, il fit les plus belles heures des salons parisiens du seconde empire. Mais, très vite, les facteurs d'instruments de plus en plus nombreux ont vu en lui un succédané de l'orgue et inondant de leur production, églises, chapelles et autres oratoires lui ont conféré la réputation largement répandue qu'on lui connaît encore aujourd'hui, confinant à la caricature. Après avoir séduit compositeurs, interprètes et mélomanes, l'harmonium — et sa fabrication — allait de l'atelier à l'usine, apporter sa contribution au renouveau de la musique religieuse et aux essors industriels, sociaux, et pédagogiques qui ont illustré son époque. La Normandie en est un exemple clair, simple et attachant.

Bibliographie
Dieterlen Michel, L'harmonium, Thèse de doctorat D'État, Presses universitaires du Septentrion, Novembre 2000.
Revue de l'association "L'harmonium français", numéros 3, 4, 7, 9 14, 23 (harmonium.fr).

Sylvie GRANGER : L'enquête Muséfrem en Normandie : hommes et corps de musique religieuse à la veille de la Révolution [communication établie avec Pierre MESPLÉ]
Depuis le début des années 2000, l'enquête Muséfrem (Musiques d'Église en France à l'époque moderne) réunit historiens et musicologues autour d'un objet commun : les professionnels de la musique et les institutions ecclésiales qui les emploient à la fin de l'Ancien Régime. Cette communication s'attachera a faire le point sur l'avancement des travaux pour ce qui concerne la Normandie. Elle présentera quelques grands corps de musique mais cherchera aussi à mettre en lumière le parcours de quelques femmes et hommes employés comme musiciens par ces églises à la veille de la Révolution.

Pierre Mesplé est agrégé d'Histoire, doctorant en Histoire moderne au CHEC (Centre d'Histoire "Espaces et Cultures") - EA 1001 [Université Clermont Auvergne], et membre du réseau Muséfrem.
Publication
"La Révolution, un accélérateur de carrière pour les musiciens de la cathédrale de Chartres ?", Siècles, n°45 | 2018 [en ligne].

Bernard JEHAN : Ménard-Orange-Laforge, facteurs d'orgues à Coutances de 1839 à 1892
Pendant un demi-siècle, à Coutances, une famille de six facteurs d'orgues sur deux générations a construit des instruments pour la Manche, la France et même l'étranger. Pierre Ménard (1799-1886) travaille comme ouvrier en facture d'orgues à Paris. En 1839, après six mois chez Cavaillé-Coll, il revient à Coutances et ouvre un atelier. Il forme son demi-frère Célestin (1820-1887) qui, tout juste ouvrier, ouvre à son tour un atelier. Deux cousins de Ménard, Eugène Orange (1825-1887) et Henri Laforge (1838-…) apprennent avec lui le métier. Eugène Orange menuisier et facteur d'orgues dispose d'un atelier. En 1857, Ménard et Orange fournissent à Cavaillé-Coll un petit orgue de 6 jeux-8 tirants. Cette collaboration va durer plus de vingt ans. Émile Ménard fils de Célestin (1850-1892) et Auguste Orange (1859-1895) fils de Eugène deviennent à leur tour facteurs d'orgues. Actuellement, en France, 17 de leurs instruments sont en service et 7 d'entre eux bénéficient d'une protection au titre des Monuments Historiques.

Bernard Jehan, prêtre en retraite, s'intéresse particulièrement à l'histoire des orgues de la Manche. Il a publié, en 1990, Les orgues de Notre-Dame de Carentan (épuisé) entretenus par Ménard-Orange. Il publie en 2020, Ménard-Orange-Laforge, facteurs d'orgues à Coutances de 1839 à 1892.

Frère Maximilien LAUNAY : Le répertoire des Prémontrés de l'abbaye de Mondaye
Forte d'une histoire multiséculaire, l'abbaye de Mondaye a hérité d'une tradition musicale et chorale propre à son ordre des chanoines réguliers de Prémontré. Néanmoins, la réforme liturgique initiée par la constitution Sacrosanctum Concilium (SC) du concile Vatican II l'a conduite à adapter l'office divin "de telle sorte que ceux à qui il est confié puissent en profiter plus largement et plus facilement" (SC 90). L'office choral célébré quotidiennement est donc le reflet d'une telle recherche théologique et pastorale : abandon, maintien ou rétablissement du chant grégorien ; choix d'une traduction française du psautier ; sélection de compositions d'antiennes et d'hymnes… La présente contribution veut établir un portrait musical, entre héritage et adaptation, de la communauté de Mondaye.

Frère Maximilien Launay, o.praem., est chantre de l'abbaye de Mondaye depuis 2014. Après un cursus à l'Institut supérieur de liturgie (de l'Institut Catholique de Paris), il est titulaire, en juin 2020, d'une licence canonique en théologie liturgique et sacramentaire.

Bernard JEHAN & François LEMANISSIER : Que sait-on des orgues de Saint-Lô ?
Répondre à cette question consistait à citer Lepingard, 1882, donnant des informations de 1663 à 1842 pour Notre-Dame de Saint-Lô et l'on parlait de l'orgue construit par Debierre en 1885. À l'église Sainte-Croix, on citait la reconstruction de Debierre en 1892. La mise à jour de nouvelles archives permet d'en savoir plus sur l'installation d'un orgue Barker-Verschneider en l'église Sainte-Croix en 1865, agrandi par la suite, et relevé par Gloton en 1933. À Notre-Dame, en 1857, Cavaillé-Coll fournit un devis de reconstruction de l'orgue. En 1929, Gloton installa une soufflerie électrique et l'orgue actuel fut inauguré en 1968. La chapelle du Collège de Saint-Lô maintenant détruite possédait un orgue de 11 jeux (1886-1908), transféré à Percy en 1916. La chapelle du Bon-Sauveur, en 1905, avait un petit instrument de 5 jeux, un Orgue Portatif de Debierre, anéanti en 1944. L'institut d'Agneaux avait un orgue endommagé en 1944, suivi d'un projet de reconstruction en 1963. Enfin récemment quatre petits orgues ont été installés sur Saint-Lô.

Bernard Jehan, prêtre en retraite, s'intéresse particulièrement à l'histoire des orgues de la Manche. Il a publié, en 1990, Les orgues de Notre-Dame de Carentan (épuisé) entretenus par Ménard-Orange. Il publie en 2020, Ménard-Orange-Laforge, facteurs d'orgues à Coutances de 1839 à 1892.

François Lemanissier, organiste titulaire de Notre-Dame et de Sainte-Croix de Saint-Lô (depuis septembre 1980), ainsi que de la Cathédrale de Coutances (à partir d'avril 2020).

François LEMANISSIER : Organiste d'église aujourd'hui, témoignage
En un temps où la fonction de l'organiste semble de plus en plus être réduite à portion congrue — celle de donner la note au chant ou de combler les creux éventuels durant l'office, il paraît souhaitable de repenser le rôle éminent de l'orgue et de l'organiste dans la liturgie. Nourri d'une relecture de divers textes officiels en vigueur concernant les attentes de l'organiste liturgique, le témoignage du musicien saint-lois François Lemanissier veut contribuer à redonner à l'orgue toute sa place, en s'attachant à faire de l'organiste un serviteur exigeant et réfléchi de l'Église d'aujourd’hui.

François Lemanissier, organiste titulaire de Notre-Dame et de Sainte-Croix de Saint-Lô (depuis septembre 1980), ainsi que de la Cathédrale de Coutances (à partir d'avril 2020).
Bibliographie
Collectif, Charte des organistes (28 novembre 2000).
Pape François, Discours prononcé devant une délégation d'organistes, 31 décembre 2013.
Victor Hugo, "Dans l'église de***", in Les Chants du Crépuscule.
René Huyghe, "L'art entre le visible et l'invisible", Revue des deux mondes, janvier 1987.

Maurice ROUSSEAU : L'orgue à rouleaux dans les églises, 1800-1850
L'orgue à rouleaux et la tonotechnie qui va avec ne sont pas des inventions du XIXe siècle mais on les voit se répandre dans les églises à cette époque, essentiellement dans les paroisses rurales. Son fonctionnement est simple, il n'y a pas besoin de savoir lire la musique, juste les titres et savoir disposer le rouleau au bon endroit. Une synthèse de la composition des têtes de lectures donne un aperçu des notes "utiles" dans la musique d'orgues populaire de cette époque. L'analyse des rouleaux donne les éléments de la liturgie pratiquée dans les campagnes. Le répertoire est organisé de cette façon : les messes avec quelquefois un offertoire, une entrée, une sortie à la mode de l'époque ; Les autres offices tels que les vêpres, avec le Magnificat, les antiennes de la Sainte vierge ; Les hymnes et les proses ; Les cantiques. Il ne s'agit pas d'accompagnements mais de ritournelles d'introduction pour les cantiques, et de la partie non chantée par le chantre au cours des offices. L'expansion de l'harmonium, la publication des accompagnements du plain-chant et la réforme grégorienne seront fatales à l'orgue à rouleaux.

Fabrice SIMON : Paul Allix, un organiste compositeur à Cherbourg au XXe siècle
Paul Allix (1888-1960) est un organiste-compositeur et un pédagogue qui a marqué la ville musicale de Cherbourg. Son œuvre témoigne de l'évolution du langage musical dans la première partie du XXe siècle. Il a composé plusieurs pièces pour piano, orgue, ainsi que des mélodies qui ont été publiées et aussi des œuvres vocales religieuses non publiées.

Fabrice Simon a étudié l'orgue, l'improvisation et l'écriture musicale avec Yves Barreda (ancien titulaire des Orgues de la Basilique Sainte-Trinité de Cherbourg). Il est entré ensuite dans la classe d'orgue de Louis Thiry au Conservatoire National de Région de Rouen, maître unanimement apprécié et admiré avec lequel il a étudié notamment l'œuvre d'Olivier Messiaen. Il a occupé les fonctions d'organiste titulaire des orgues de la Basilique Sainte-Trinité de 1997 à 2008. Il est actuellement cotitulaire des orgues la cathédrale de Bayeux et enseignant au collège-Lycée Jeanne d'Arc de Bayeux.

Programme 2020 : un atelier

Programme complet


ÉCRIRE DANS LES RÈGLES


DU VENDREDI 31 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 7 AOÛT (14 H) 2020

[ atelier de 7 jours ]



DIRECTION :

COLLECTIF TEXTIQUE


ARGUMENT :

Sous ce titre est proposé un atelier théorique et pratique, ouvert à tous celles et ceux qu'intéressent les règles suivies par l'écriture, qu'il s'agisse, entre autres, de procédés, comme ceux de Raymond Roussel, de contraintes, comme celles de l'Oulipo, de normes usuelles, comme celles de la grammaire, de l'orthographe ou de la mise en page.

Ce qui est en jeu avec une telle problématique ce sont notamment les questions de cohérence que soulève l'agencement d'un écrit, mais aussi les choix qui, relevant de la stylistique, déterminent son allure.

Que l'initiative de cette rencontre émane du Collectif Textique laisse attendre, pour certaines des contributions, une approche guidée sur les concepts de la textique, théorie unifiée de l'écrit et de l'écriture, initiée par Jean Ricardou.

Que la caractérisation de cette rencontre la rattache à la catégorie de l'atelier montre qu'elle admet volontiers la confrontation d'approches diverses au sein d'un travail collectif, conjuguant la réflexion outillée par les théories disponibles avec leur mise en œuvre dans une expérimentation de l'écriture.

Pour le volet théorique, l'organisation des séances évitera le recours à des communications ex cathedra, les contributions écrites ou, pour le moins, un canevas préparatoire étant adressés plusieurs semaines à l'avance aux personnes inscrites, elles-mêmes invitées à envoyer, en rapport avec le thème assez vaste choisi pour l'atelier, de brèves questions qui seront discutées au cours des séances.

Pour le volet pratique sera offert un atelier d'écriture, permettant un travail commun sur des compositions originales.

Une grande liberté de parole est au principe de cette rencontre, afin de permettre une réflexion en commun où chaque participant ait son mot à dire, où les débats se développent sans entrave, afin que les problèmes posés puissent recevoir non pas certes une solution définitive mais l'amorce d'un éclairage.

Comme l'écriture est au cœur du questionnement, elle pourra sans cesse être mise en œuvre durant les séances, selon une expérimentation concrète, en inscrivant au tableau, pour les discuter, des esquisses de formulations ou des essais d'améliorations.


MOTS-CLÉS :

Coopération, Dispositif, Écriture, Interactivité, Récriture, Règles, Structure, Textique


CALENDRIER DÉFINITIF :

Vendredi 31 juillet
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, de l'atelier, du colloque en parallèle et des participants


Samedi 1er août
Matin
Stéphanie BALDISSAR & Daniel BILOUS : Desseins de lettres [présentée par Gilles TRONCHET]

Après-midi
Stéphanie BALDISSAR & Daniel BILOUS : Desseins de lettres [présentée par Gilles TRONCHET]

Atelier d'écriture


Dimanche 2 août
Matin
Gilles TRONCHET : L'à part du RAPT, règles de l'art

Après-midi
Séance d'initiation à la textique

Gilles TRONCHET : L'à part du RAPT, règles de l'art

Atelier d'écriture


Lundi 3 août
Matin
Sjef HOUPPERMANS : Les opérations de la découpe

Après-midi
Séance d'initiation à la textique

Paule BRAJKOVIC : "Work in progress" : lorsque les règles sont la règle ou comment être au clair avec le lecteur

Atelier d'écriture


Mardi 4 août
Matin
Laurent LIENART : De proche en proche

Après-midi
Séance d'initiation à la textique

Laurent LIENART : De proche en proche

Atelier d'écriture


Mercredi 5 août
Matin
Bernardo SCHIAVETTA : Comment produire un écrit à partir d'un principe formel ? [texte débattu]

Après-midi
Séance d'initiation à la textique

Hermes SALCEDA : Raymond Roussel, au-delà des procédés : règles d'écriture sous-jacentes dans Locus Solus [texte débattu]

Atelier d'écriture


Jeudi 6 août
Matin
Gilles TRONCHET : Règles d'écriture : esquisse d'une typologie raisonnée

Après-midi
Séance d'initiation à la textique

Discussion générale sur les questions théoriques et pratiques posées par les participant(e)s

Atelier d'écriture


Vendredi 7 août
DÉPARTS


RÉSUMÉS :

Stéphanie BALDISSAR & Daniel BILOUS : Desseins de lettres
Susciter une idée à l'esprit du lecteur peut advenir suivant deux niveaux de gradation. Soit par le simple mode évocatoire (ex : "Bruyants, ces transistors !"), selon un procès que la textique nomme représentation. Soit par un mode évocatoire spécial, couramment dit "expressivité", où un certain renforcement majore l'évocation (ex de Queneau : "De truands transistors tonitruent en trouant les trottoirs").
Tel procès, que la textique nomme hyperreprésentation, offre un large éventail de situations. Ce sont certaines d'entre elles que la contribution invite à explorer, en s'attachant aux cas où le matériau verbal se dispose de manière à imiter ce qui est représenté. Il y a au moins le cas où il convoque les sonorités associées aux lettres (comme dans l'exemple de Queneau) et celui, autrement sensible et exploité aujourd'hui en toutes sortes de messages, où il compte sur l'aptitude desdites lettres à rendre visuellement ce qui est représenté (ainsi, les "s" de "serpents" sont capables d'imager l'idée d'une forme sinueuse que, par ailleurs, évoque le mot). Pareille mimologie graphique est très largement illustrée, depuis les calligrammes de la tradition jusqu'aux mots-images de Joël Guénoun (cf sur internet "Le Mot du Mardi Matin", dans la revue Stratégies).
Le secteur phonique étant plus connu, on centrera le travail sur le secteur visuel, pour avoir l'occasion de mesurer les exigences et les limites de la procédure, tant au niveau des éléments qu'elle mobilise qu'à celui de l'agencement qu'elle règle. La réflexion par conséquent associera la théorie de cette opérativité, dite hyper(mimo)représentation, l'observation, grâce à la lecture critique d'un savoureux corpus, et la pratique grâce à l'écriture ou la récriture de performances.

Paule BRAJKOVIC : "Work in progress" : lorsque les règles sont la règle ou comment être au clair avec le lecteur
La disparition de Georges Perec prend toute son envergure dès que l'on comprend la règle que désigne son titre avec ses implications dans le roman. Les lieux-dits de Jean Ricardou trouvent toute leur saveur quand on accède à la dimension réflexive du livre, où la fiction répond aux agencements du texte. Mais sans le secours de commentaires, la lecture ne discerne pas toujours les pistes qu'offrent ces ouvrages.
Quel est l'intérêt d'un texte à contrainte, si les lecteurs n'ont pas accès à la règle sans le secours d'un mode d'emploi ? Absurde est un travail d'écriture en cours, qui cherche à répondre à cette question, en expérimentant l'introduction de clefs de lecture dans le texte, sans pour autant le rendre didactique. Il servira pour donner quelques exemples de la transformation accomplie sur un texte abscons pour le rendre accessible, tout en interrogeant la difficulté d'être lu pour un écrit réglé.
Cette approche permettra de débattre au moins sur deux problèmes : les règles d'écriture doivent-elles être accompagnées d'une explication et, si oui, comment ce principe peut-il être mis en pratique dans un texte ?

Sjef HOUPPERMANS : Les opérations de la découpe
L'objectif est de mener une réflexion d'ensemble sur les différentes manières dont un écrit peut être soumis à un découpage et de répertorier les sortes de réalisations qui sont mises en œuvre, qu'il s'agisse des subdivisions courantes, comme le paragraphe, le chapitre, ou bien de procédures plus insolites, comme la parenthétisation démultipliée des Nouvelles Impressions d'Afrique de Raymond Roussel. Dans un premier moment l’emploi de la parenthèse (systématique, historique) peut nous retenir.

Laurent LIENART : De proche en proche
La communication "Tribalisme dans Les lieux-dits", présentée l'année dernière sous l'enseigne du présent scripteur lors du colloque Écrire pour inventer (à partir des travaux de Jean Ricardou), a essuyé divers reproches, notamment celui de négliger le paramètre chorique et de tendre, dès lors, vers le délire.
Il s'agira, au sein de cet atelier, en se focalisant principalement sur la description du paquet de cigarettes de marque Pall mall qui trouve place au cœur du roman de Jean Ricardou, d'accueillir le reproche formulé, d'en interroger son fondement et sa portée afin de tirer, selon les résultats de l'analyse, toutes les conséquences.

Gilles TRONCHET : L'à part du RAPT, règles de l'art
La textique, théorie unifiante de l'écriture et de l'écrit, met en avant comme outil d'analyse et d'expérimentation, ce qu'elle nomme le RAPT (Récriture Avisée Par la Textique) : il s'agit d'une éventuelle transformation raisonnée, accomplie sur un écrit, visant à lui ôter quelque imperfection ou bien à renforcer quelque agencement ébauché. Pour ce faire, les opérations menées doivent respecter les règles détectables dans l'écrit de départ et, pour y parvenir, se fixer des règles de mise en œuvre.
La recherche s'efforcera de mettre en évidence l'intérêt heuristique du RAPT pour la lecture mais aussi d'éclaircir les problèmes auxquels une telle pratique de récriture est susceptible de se heurter.

Programme 2020 : un des colloques

Programme complet


LA TRADUCTION DANS UNE SOCIÉTÉ INTERCULTURELLE


DU VENDREDI 31 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 7 AOÛT (14 H) 2020

[ colloque de 7 jours ]



DIRECTION :

Niall BOND, Philiep BOSSIER, Dinah LOUDA


COMITÉ SCIENTIFIQUE :

Niall BOND, Philiep BOSSIER, Barbara CASSIN, Yves CITTON, Michèle GENDREAU-MASSALOUX, Xavier NORTH, Heinz WISMANN, François YVON


ARGUMENT :

Une des questions majeures de nos sociétés contemporaines est le maintien de la diversité linguistique. Or, à l'opposé des poncifs qui la font passer pour chère, lente, voire superflue, de nombreuses raisons conduisent à penser que la traduction constitue, pour le futur, un formidable atout quant à la préservation du trésor de la culture humaine. Loin d'être une banalité, la traduction est à la fois omniprésente et indispensable, mais elle est souvent "invisible". Il s'agira donc de réaffirmer cette faculté inouïe de l'homme pour en réhabiliter, dans un univers désormais hautement numérisé et mondialisé, le caractère interculturel de tout premier ordre.

Ce colloque, qui réunira un réseau d'interlocuteurs en résonance, se propose d'interroger la traduction aujourd'hui à partir d'un questionnement ambitieux, ouvert au monde qui bouge et où la promesse de nouvelles technologies laisse miroiter un "dépassement" de la traduction humaine. Ce questionnement comporte trois volets. Le premier concerne la traduction, l'interculturel et les savoirs : il portera un regard sur les idées qui traversent des frontières linguistiques ou passent d'une époque à une autre. Le deuxième concerne l'urgence d'une mise au point des formations pour les nouvelles générations de traducteurs-interprètes et explore les possibilités technologiques qui permettent de repenser constamment les méthodes de travail pour traduire et interpréter l'autre. Enfin le troisième volet, d'ordre éthique, aborde les différentes finalités de la traduction, et notamment son rôle capital face aux nouveaux défis sociétaux du temps présent et à venir.


MOTS-CLÉS :

Diversité linguistique, Éthique, Métiers et formation, Nuances sémantiques, Société interculturelle, Traduction automatique, Traduction professionnelle et littéraire


CALENDRIER DÉFINITIF :

Vendredi 31 juillet
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque, de l'atelier en parallèle et des participants


Samedi 1er août
Matin
OUVERTURE, ENJEUX ET PERSPECTIVES — Modérateur : Niall BOND
Philiep BOSSIER : La recherche en traductologie : bilan et perspectives
Fayza EL QASEM : Savoir-faire et savoir-être du traducteur à l'heure des bouleversements technologiques : faut-il repenser la formation ? [enregistrement audio en ligne sur La forge numérique de la MRSH de l'université de Caen Normandie et sur le site Radio France, rubrique France Culture]

Après-midi
PRATIQUES ACTUELLES DE L'INTERCULTURALITÉ — Modératrice : Dinah LOUDA [Présentation]
[visioconférences]
La communication entre les cultures : comment traduire la nuance ?, dialogue entre Amanda GALSWORTHY et Dinah LOUDA

La gestion des langues et de l'interculturalité dans des groupes internationaux, table ronde animée par Dinah LOUDA, avec Jean-Louis BANCEL, Pina GRODY et Emmanuel TONIUTTI

Soirée
Vidéos de Maurice Gourdault-Montagne


Dimanche 2 août
Matin
TRADUIRE LES SAVOIRS — Modérateur : Philiep BOSSIER
Françoise THIBAULT : Langues, sciences et politique
Claire SHIRES : Communication interculturelle dans le champ de risques naturels : questionnements traductologiques et sémiotiques

Après-midi
Gisèle SAPIRO : La traduction dans les sciences de l'homme
Nicolas TIXIER : De la table ronde à la table longue

Soirée
LE TRADUCTEUR COMME PASSEUR DU MONDE
Les liens traducteur/passeur, débat autour de Nurith AVIV à partir de son film Signer


Lundi 3 août
Matin
TRADUIRE LE SENSIBLE, TRADUIRE LES CONCEPTS, TRADUIRE COMMUNAUTÉ — Modérateur : Niall BOND
Niall BOND : Traduire communauté, interpréter entre les communautés
Anne LAGNY : Entre communauté et territoire : traduire le terme de Heimat [visioconférence]

Après-midi
CROYANCES, RELIGIONS ET SAVOIRS
Stéphane VALTER : Quels truchements pour la pensée égyptienne ? La pyramide de Maslow, ou les limites de la production du savoir
Tristan VIGLIANO : Mettre en ligne les premières traductions du Coran : perspectives historiques, enjeux contemporains
Philipp JONKE : Traduire la presse de mode allemande de la fin du XIXe siècle [vidéo]

Soirée
LE TRADUCTEUR COMME PASSEUR DU MONDE
Les liens traducteur/passeur, débat autour de Nurith AVIV à partir de son film Traduire


Mardi 4 août
Matin
LA TRADUCTION INTERCULTURELLE HUMAINE ET ANIMALIÈRE — Modérateur : Philiep BOSSIER
[visioconférence]
Table ronde, introduite et animée par Astrid GUILLAUME, Sémioticienne, MCF HDR Sorbonne Université, Présidente fondatrice de la Société française de Zoosémiotique, Co-fondatrice de l'Observatoire Européen du Plurilinguisme (Traduire les humains, traduire les animaux : défis interculturels, théoriques et terminologiques), avec des membres de la SfZ :
Christian TREMBLAY, Président et Co-fondateur de l'Observatoire Européen du Plurilinguisme (Traduction interculturelle et plurilinguisme)
Pierre FRATH, Linguiste, Professeur émérite de l'université de Reims (Protolangage : la transition du langage animal vers le langage humain)
Georges CHAPOUTHIER, Neurobiologiste et philosophe, Vice-président de la SfZ, Directeur de recherche émérite CNRS (Les cultures animales)
Laurent NAGLE, Éthologue spécialiste de la communication acoustique des oiseaux, Professeur à l'université de Paris Nanterre ("Qu'est-ce qu'il dit ?". Des animaux sauvages non captifs s'intéressent parfois à nous)

Après-midi
"HORS LES MURS" — AU NORMANDY VICTORY MUSEUM, CATZ (Carentan-Les-Marais) — Organisatrice : Léa LUCAS
Visite du musée et intervention d'Arnaud HÉDOUIN : Traduire en situation de guidage touristique : des gestes et des normes culturelles à concilier au-delà de la transmission d'informations

Soirée
Philippe AUBERT : Enjeux de la technologie pour les personnes en situation de handicap


Mercredi 5 août
Matin
LA TRADUCTION LITTÉRAIRE ET LA FORMATION DES FUTURS TRADUCTEURS — Modérateur : Philiep BOSSIER
Sjef HOUPPERMANS : Traduire les Nouvelles Impressions d'Afrique de Raymond Roussel : contraintes et création
Solange ARBER : Beckett du Vaucluse au Breisgau. La question de l'adaptation culturelle dans l'œuvre du traducteur Elmar Tophoven

Après-midi
Transfert culturel. Traduire et annoter Proust pour un lectorat contemporain néerlandophone, table ronde avec Philippe NOBLE, Désirée SCHYNS et Ieme VAN DER POEL [visioconférence]

Winibert SEGERS : L'évaluation de la créativité des traducteurs littéraires. Limites de la mesurabilité [communication établie avec Henri BLOEMEN & Gys-Walt VAN EGDOM] [visioconférence]

Soirée
Tamym ABDESSEMED : Quel rôle la traduction peut-elle jouer dans l'économie et la société interculturelle – plaidoyer pour la traduction comme discipline-socle vu par l'ISIT ! [vidéo]


Jeudi 6 août
Matin
TRADUCTION, ÉTHIQUE ET POLITIQUE — Modérateur : Niall BOND
Bente CHRISTENSEN : Droit d'auteur, droit de parole [texte lu par Philiep BOSSIER]
Daniel BELL & Wang PEI : La traduction de concepts politiques du chinois en anglais : trois propositions pour des améliorations [visioconférence]

Après-midi
Modératrice : Dinah LOUDA
Le langage des signes, entretien de Jérémie BOROY avec Jean-Louis BANCEL [visioconférence]

TRANSLATION as EMPOWERMENT — Modérateur : Sylvain ALLEMAND
Laurent BARUCQ : La traduction : une passion, limites du métier

La traduction comme passion et "trade-off", table ronde animée par Sylvain ALLEMAND, avec Laurent BARUCQ, Fayza EL QASEM et Marie-France IONESCO


Vendredi 7 août
Matin
Niall BOND, Philiep BOSSIER & Dinah LOUDA : Synthèse

Discussion générale

Après-midi
DÉPARTS


THÉMATIQUES :

PRATIQUES ACTUELLES DE L'INTERCULTURALITÉ — Modératrice : Dinah LOUDA

Si l'intelligence interculturelle est une compétence spécifique des traducteurs et interprètes, dans quelle mesure est-elle une compétence reconnue et mise en œuvre en entreprise, y compris dans des entreprises internationales ? Quelle importance est accordée à la qualité des traductions des messages destinés aux publics internes ou externes, au sens de la nuance, surtout à l'heure des achats de prestations intellectuelles par des services focalisés sur les coûts, mais aussi des progrès de la traduction automatique et de l'intelligence artificielle ?

En réalité, la prise en compte de la diversité linguistique et culturelle en tant qu'élément de la stratégie d'entreprise ne va pas de soi. Elle nécessite une vigilance constante, requiert quelques "champions" crédibles et bien placés, suppose des choix entre approches centralisées et décentralisées, implique des discussions régulières tant avec les managers "émetteurs" de messages qu'avec les services achats ou les agences de communication, souvent moins interculturelles qu'elles ne le prétendent.

Amanda Galsworthy, interprète et fondatrice d'une agence de traduction/interprétariat, et Dinah Louda, directrice de la communication de plusieurs grands groupes, ont mené ces combats, séparément et ensemble. Elles présenteront les principaux défis auxquels doivent faire face les partisans d'une politique de traduction de qualité en entreprise. Amanda Galsworthy analysera également les nouveaux défis qui se posent aux agences de traduction et d'interprétariat, avec la montée en puissance du chinois d'une part, de l'intelligence artificielle et des plateformes digitales de l'autre.

Lors de la table ronde qui suivra, les intervenants, aux parcours divers, illustreront ces enjeux et les conditions de succès d’une compréhension interculturelle à travers plusieurs études de situations vécues.

Dinah Louda présentera deux études de cas : d'une part, la difficile prise en compte des différences linguistiques et culturelles franco-allemandes dans un groupe d'assurances français ayant institué l'anglais comme langue commune ; d'autre part, les modes de prise en compte de la qualité des traductions et de l'interculturalité au sein du groupe Veolia.

Jean-Louis Bancel décrira des épisodes de négociation interculturelle au sein de l'alliance coopérative internationale qu'il préside, lorsque les langues, les systèmes juridiques et les attentes culturelles diffèrent. Comment fabriquer un consensus dans ces conditions ? Comment s'accorder sur les mots et sur la compréhension identique d'une même décision ? Il s'appuiera sur un exemple actuel de prise de décision collective.

Gérald Streit, PDG d'une entreprise familiale d'équipements automobile installée depuis trois générations dans le département du Doubs, expliquera l'importance qu'il accorde aux valeurs humanistes et la manière dont il s'assure de la bonne traduction, de la compréhension et de la mise en œuvre de ces valeurs au sein des différents sites du groupe à travers le monde.

Enfin, Emmanuel Toniutti, conseil d'équipes dirigeantes, spécialisé dans l'analyse des comportements des leaders sous stress dans les environnements internationaux et multiculturels (Amérique du Nord, Asie, Europe, Maghreb), apportera son éclairage sur les conditions de succès et d'échec dans la prise en compte de la diversité culturelle et linguistique.


PRESSE / MÉDIAS :

• "Traduire dans une société interculturelle", entretien avec Victor COLLARD (étudiant ayant participé au colloque) réalisé par Sylvain ALLEMAND [en ligne sur le site L'EPA Paris-Saclay | 24 août 2020].


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Solange ARBER : Beckett du Vaucluse au Breisgau. La question de l'adaptation culturelle dans l'œuvre du traducteur Elmar Tophoven
Que vient faire le Godot allemand dans le Breisgau plutôt que dans le Vaucluse ? Pourquoi remplacer un croque-monsieur par des frites, et quelles conséquences en termes de mastication ? Comment faire comprendre à un lecteur allemand qu'une "fève" cachée dans un gâteau n'est pas une légumineuse mais une petite figurine de porcelaine ? Elmar Tophoven, le traducteur allemand de Samuel Beckett, Alain Robbe-Grillet et Nathalie Sarraute, a été fréquemment confronté au problème de la traduction des realia et des culturèmes. Les choix qu'il a adoptés nous permettent de retracer l'évolution des normes de traduction dans la seconde moitié du XXe siècle : avec le développement des contacts interculturels, les stratégies d'adaptation reculent au profit de la préservation du référent d'origine. Le traducteur a ainsi de moins en moins l'occasion d'imprimer sa patte sur son texte en l'infusant de son propre vécu.

Solange Arber est doctorante en études germaniques à Sorbonne Université, en cotutelle avec l'université de Lausanne et ATER à l'université Lumière Lyon II. Son sujet de thèse porte sur le traducteur Elmar Tophoven et sa méthode de "traduction transparente". Elle a publié des articles sur la génétique des traductions, la métaphore de la transparence et la réception du Nouveau Roman en Allemagne.

Niall BOND : Traduire communauté, interpréter entre les communautés
Les études autour de la traduction et de l'interprétation se trouvent confrontées à un paradoxe : les traducteurs et les interprètes, qui sont par définition des passeurs entre des communautés, restent parfois cloisonnés dans des communautés. Incités par une certaine idéologie professionnelle, certains interprètes de conférence prennent leur distance par rapport à d'autres interprètes ou traducteurs en dépit de la similitude de métiers souvent exercés par les mêmes personnes. La réflexion sur la traduction et l'interprétation est également scindée en communautés distinctes qui ont peu d'occasions et, parfois, peu de désir de communiquer.
Ce colloque permet de réunir, entre autres, des communautés de traducteurs, avec de interprètes et des traductologues, comparatistes stylistiques qui étudient la traduction comme produit : l'école de Paris qui étudie les processus de déverbalisation et de reverbalisation ; les linguistes appliqués, absorbés par les structures grammaticales des suites de mots ; les sémiologues s'intéressant au jeu entre les signes linguistiques et d'autres codes ; les historiens des concepts et des idées qui constatent que les signes évoluent en fonction du contexte des relations humaines et du pouvoir ; les terminologues, parfois consternés par la fluidité des signes linguistiques ; les praticiens techniques de très haut niveau, focalisés sur la traduction comme faisabilité ; les philosophes, interpellés par la traduction de certaines notions comme impossibilité ; les personnes persuadées que la technologie représente une violation de l'intégrité d'une traduction ; les auteurs d'extraordinaires avancées dans la technologie de la traduction et de l'interprétation… Il a été dit de l'un des plus grands savants de la traduction e, George Steiner (qui vient de disparaître), qu'il appartenait à une seule communauté : celle de la République des Savants. En vérité, ce polyglotte pluridisciplinaire appartenait à un nombre incalculable de communautés, auxquelles il était capable d'étendre sa pensée. Convaincu de l'intérêt d'appartenir à chacune des communautés énumérées, réfléchissant entre les langues et les disciplines, cette communication se propose d'analyser les différents sens que peut revêtir le signe linguistique "communauté", notamment le signe "Gemeinschaft", pour ces différentes communautés, et de les problématiser sur un fond d'histoire sémantique, politique, économique et sociale — en sachant que, selon Nietzsche, tout mot est un préjugé, et que, selon le même auteur, ne peut être défini que ce qui n'a pas d'histoire.

Philiep BOSSIER : La recherche en traductologie : bilan et perspectives
Dans l'ensemble des sciences humaines, la "traductologie" est une discipline relativement récente. Elle a comme particularité de se situer à l'entrecroisement de deux pratiques majeures : d'une part elle déploie des savoirs académiques de très haut niveau et d'autre part elle présuppose une maîtrise professionnelle très pointue et spécialisée que seul un entraînement quotidien de la traduction est susceptible de garantir. De par cette définition complexe, elle est donc à la fois connaissance abstraite et métier concret. De par son statut binaire, elle a besoin de théories, de méthodes et de modèles, mais ceux-ci seront constamment mis à l'épreuve des choix effectifs à déterminer au moment même du transfert d'un texte à l'autre. À cette double nature de la discipline s'ajoutent encore bien d'autres particularités. En effet, la traductologie s’intéresse pareillement à la traduction, pratique écrite de la communication interculturelle qu'à l'interprétation, pratique de l'échange oral entre langues différentes. À l'opposé de ce que l'on croit trop souvent, elle n'est pas que affaire de langues, ni même simplement que de textes mais bien au contraire de connaissance approfondie des différentes cultures, où la valeur d'un mot, d'un concept et d'une pensée peuvent varier indéfiniment. De la même façon, elle est censée préparer les futurs traducteurs littéraires en leur offrant un diplôme de qualité professionnelle, là où souvent cette qualification est ressentie sur le marché comme relevant du seul métier, voire de l'artisanat. D'autres encore, voulant protéger le côté "artistique" de la traduction littéraire (tout comme de la littérature elle-même), n'y voient que l'expression d'un talent naturel à préserver coûte que coûte des "stérilités" dites scientifiques qui tueraient ce talent. Bref, la traduction reste un enjeu fascinant que l'évolution récente de notre société n'a fait que souligner : l'importance de la traduction automatique aujourd'hui, la performance de la technologie, l'éthique de la traduction, la multiplication des professions liées à la traduction sur la toile. On se rend compte que notre société interculturelle ne peut fonctionner sans le travail constant de traduire le sens.

Philiep Bossier s'occupe de l'histoire de la traduction, notamment de l'époque du Moyen Âge et de la renaissance. Il a récemment co-dirigé le Centre de traduction littéraire et développé un nouveau Master en traductologie à l'université d'Utrecht, après avoir travaillé deux ans à l'Institut de traducteurs et interprètes de l'université de Maastricht et dix ans à celui de l'université d'Anvers. Avant, il avait travaillé à l'université de Louvain, où s'est fondée une des toutes premières chairs de traductologie en Europe. Il a travaillé au sein de la CIUTI, Conférence internationale permanente des instituts universitaires de traducteurs et interprètes. Actuellement, il est actif comme conseiller des dossiers de traduction pour le Fonds néerlandais pour la littérature. Il est chercheur associé à l'université d'Utrecht où il a occupé la chaire de langue et culture italiennes. Il a été professeur titulaire de littérature et culture romanes à l'université de Groningen. Il a fait ses études à Louvain et à Urbino. Il a travaillé en Belgique, en Afrique du Sud et aux Pays-Bas. Il est l'auteur de nombreux articles dans des revues internationales dans le domaine de la culture, du théâtre, de la traduction et de la littérature en Europe. Il fait partie de la rédaction de Il castello di Elsinore. Semestrale di teatro (Turin), Incontri. Rivista europea di studi italiani (Amsterdam-Utrecht) et Interférences littéraires (Louvain-la-Neuve/Leuven). Depuis 2017, il est président de la Société internationale d'histoire comparée du théâtre, du ballet et d'opéra (Université Paris IV-Sorbonne). Au Centre culturel international de Cerisy, il est membre du Conseil d'administration et a participé aux colloques suivants : Renouveau des jardins : clés pour un monde durable ? (2012, avec publication), À qui appartiennent les entreprises ? (2013), Penser et agir pour l'interculturel (2013), Nourritures jardinières dans les sociétés urbanisées (2014), Les chevaux : de l'imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires (2014, avec publication), Villes et territoires résilients (2017, avec publication), Brassages planétaires (2018), Territoires solidaires en commun : controverses à l'horizon du translocalisme (2019), Écrire pour inventer (à partir des travaux de Jean Ricardou) (2019) et Jean Baudrillard, l’intelligence du temps qui vient (2019).
Publications
Ambasciatore della risa. La commedia dell'arte nel secondo Cinquecento (1545-1590), Florence, Cesati, 2004.
Avec Rolien Scheffer, Soglie testuali, Funzioni del paratesto nel secondo Cinquecento e oltre, Manziana, Vecchiarelli, 2010.
Avec Kathryn Banks, Commonplace Culture in Western Europe in the Early Modern Period, t. II, Consolidation of God-Given Power, Louvain-Paris-Walpole, Peeters, 2011.
Avec Harald Hendrix et Paolo Procaccioli, Dynamic Translations in the European Renaissance, Manziana, Vecchiarelli, 2011.
Aavec Harald Hendrix et Claudio De Felice, The idea of Beauty in Italian Language and literature, Leiden, Brill, 2019.

Bente CHRISTENSEN : Droit d'auteur, droit de parole
La plupart des pays civilisés ont une loi qui protège les droits d'auteur — et le traducteur est regardé comme un ayant droit au même titre que l'écrivain. Le droit d'auteur a deux aspects : l'aspect matériel, qui veut dire que l'auteur doit être rémunéré d'une manière décente, et l'aspect immatériel, qui regarde la forme et le contenu du texte. Personne n'a le droit de changer le texte sans l'accord de l'auteur, ce qui rend par exemple la censure illégale. Pour sauvegarder ces deux aspects du droit d'auteur, les écrivains et les traducteurs ont fondé, entres autres, deux associations mondiales : le PEN International (1921) et la Fédération Internationale des Traducteurs (F.I.T., 1953). En tant qu'ancienne présidente du Comité des droits d'auteurs de la F.I.T., et ancienne membre du Comité de la Traduction et des Droits Linguistiques de PEN International, je vais présenter le travail fait par ces deux associations en ce domaine, et montrer qu'il excède de loin l'interprétation des paragraphes juridiques.

Bente Christensen est traductrice littéraire (français/norvégien), vit et travaille à Oslo. Elle est ancienne présidente de l'Association Norvégienne des Traducteurs Littéraires, et ancienne vice-présidente de la F.I.T. (Fédération Internationale des Traducteurs).

Fayza EL QASEM : Savoir-faire et savoir-être du traducteur à l'heure des bouleversements technologiques : faut-il repenser la formation ?
Dans les écoles et instituts de formation à la traduction ou à l'interprétation professionnelles, les cours sont assurés par des interprètes ou des traducteurs, si possible en exercice, qui transmettent leur savoir-faire et leur connaissance du terrain. Ce sont eux qui amèneront les étudiants à dépasser l'exercice de style pour se frotter aux exigences des discours et qui les recommanderont auprès des recruteurs. En effet, des enseignants crédibles rendent la formation crédible aux yeux du marché. Aujourd’hui, le champ de la traduction est en profonde mutation et même si l'intelligence humaine, les savoirs et les aptitudes restent des facteurs clés pour la fourniture de traductions de qualité, les évolutions technologiques ont une influence de plus en plus grande sur l'éventail croissant de services linguistiques que les traducteurs et les entreprises de traduction peuvent offrir. Dès lors, la planification curriculaire requiert un effort de clarté et d'unification des critères et doit tenir compte d'un renouvellement pédagogique (Kiraly, 2000 : 37). C'est là précisément l'objectif du modèle de compétences EMT qui permet aux instituts de formation de se doter d'une vision large du métier et qui est un outil, si l'on peut dire, au service de la qualification. Il incombe aux formations professionnelles de se tenir aux aguets des évolutions de la technique, sans pour autant oublier de former à la nature de la traduction, qui est d'être humaine et qui va générer des facteurs de diversité qui sont la subjectivité interprétative et scripturale d'une part et le parti pris des options d'autre part. Et quand bien même les métiers de traducteur et d'interprète deviennent plus exigeants et se diversifient, il importe de former les apprenants à l'intelligence interculturelle comme compétence spécifique des traducteurs et interprètes, "démarche de vigilance, d'une tentative de compréhension de l'autre dont la culture, les modes de pensée, les façons de fonctionner sont différentes des nôtres" (Michel Sauquet, Martin Vielajus : 16 : 2004).

Sjef HOUPPERMANS : Traduire les Nouvelles Impressions d'Afrique de Raymond Roussel : contraintes et création
Roussel a fondé son œuvre sur un certain nombre de contraintes formelles (avant tout l'exploitation de l'homonymie et un emploi radical des rimes) qui font que chez lui "l'imagination est tout". Comment faire la part de ces contraintes dans la traduction tout en conservant l'essentiel de sa portée sémantique ? Ici, on se concentrera sur les Nouvelles Impressions d'Afrique publiées en 1932, à la traduction en néerlandais desquels on a travaillé tout au long des années 1990. Une particularité de l'édition néerlandaise chez van Oorschot est l'usage des couleurs pour distinguer les différents niveaux du texte, suivant ainsi un souhait de Roussel. Notre traduction a voulu conserver les principes de la méthode Roussel. Ainsi l'alexandrin a été maintenu, de même que l'alternance des rimes. On comparera cette traduction avec d'autres traductions du même texte, notamment en anglais, en allemand et en portugais.

Sjef Houppermans est chercheur en lettres modernes attaché à l'université de Leyde. Il a publié des livres sur Roussel, Proust et Beckett entre autres.
Publications
"Autour des canevas", in Raymond Roussel. Perversion classique ou invention moderne ?, Colloque de Cerisy, PU de Rennes, 1993.
"Contraintes et couleurs", in Le goût de la forme en littérature, Colloque de Cerisy, Éditions Noesis, 2004.
Présence de Samuel Beckett, Colloque de Cerisy, Éditions Rodopi, 2006.
"Le temps et ses intermittences chez Yourcenar", in Les diagonales du temps. Marguerite Yourcenar à Cerisy, Colloque de Cerisy, PU de Rennes, 2007.
"Futurs hibernations. Renaud Camus en pleine forme", in Forme & Informe dans la création moderne et contemporaine, Colloque de Cerisy, Éditions Noésie, 2009.
"Prendre ses distances", in Victor Klemperer. Repenser le langage totalitaire, Colloque de Cerisy, CNRS Éditions, 2012.
"D'un monument élevé à la gloire de la langue et des lettres françaises", in Roussel : hier, aujourd'hui, Colloque de Cerisy, PU de Rennes, 2014.
Raymond Roussel et la psychanalyse, Éditions Classiques Garnier-Minard, 2019.

Philipp JONKE : Traduire la presse de mode allemande de la fin du XIXe siècle
La presse de mode de la fin du XIXe siècle a non seulement pour but d'informer ses lectrices des dernières nouveautés de la saison, mais aussi de les renseigner sur les tenues adaptées à chaque occasion et sur l'effet des modèles décrits. Ainsi, toute rubrique de mode s'écrit à destination d'un lectorat socialement identifié avec ses propres repères culturels. Traduire des passages de ces textes appelle donc à s'interroger sur ces repères et à les replacer dans le contexte de chaque pays : est-ce que "culture" / "Kultur", par exemple, signifie la même chose dans un texte allemand et français, dans un journal à destination des femmes les plus aisées et dans celui publié pour la couche moyenne ? L'étude de passages extraits de Der Bazar, de Die Modenwelt, de Die Praktische Berlinerin et de Die Dame et la comparaison avec des périodiques français rend compte de la difficulté de traduire les connotations culturelles et sociales des textes de mode.

Philipp Jonke est ATER à l'université Lumière Lyon 2 et prépare une thèse en études germaniques à l'École normale supérieure de Lyon sur le système de la mode berlinois autour de 1900. Ses travaux portent en premier lieu sur les implications économiques et sociales de la mode sérielle et de la grande distribution, ainsi que sur les pratiques urbaines.

Anne LAGNY : Entre communauté et territoire : traduire le terme de "Heimat"
Patria, domicilium (équivalents latins dans l'article "Heimat" du grand dictionnaire Grimm), maison, "chez soi", pays, pays natal, petite patrie, parfois patrie, territoire : l'éventail des traductions possibles est révélateur de la complexité, sinon de l'équivoque qui s'attache à ce terme. La question de la Heimat est revenue au cœur de l'actualité ces dernières années, avec la réactivation de son potentiel politique, de l'extrême-droite qui inscrit la "protection de la Heimat" dans son programme de mobilisation contre la mondialisation et la prétendue islamisation de l'Allemagne, au parti écologique qui ambitionne de "verdir" le terme instrumentalisé par les nazis, sans oublier le premier discours de Horst Seehofer, à la tête du ministère de l'Intérieur dont le périmètre, redéfini en Bundesministerium des Innern, für Bau und Heimat, intègre désormais les chantiers "de la Construction et du Territoire" (Building and Community). Dans le contexte des débats actuels, la notion de Heimat est mise en œuvre dans des formes littéraires, artistiques et culturelles qui contribuent à réhabiliter l'attachement à ce que l'on pourrait appeler une "patrie de proximité". On se proposera ici de reconstituer quelques-uns des contextes culturels et historiques dans lesquels apparaît le terme, en s'interrogeant sur les possibilités et les limites de la traduction de cet "intraduisible".

Anne Lagny est professeure d'études germaniques (histoire des idées et civilisation germanique) à l'École normale supérieure de Lyon. Publications sur les Lumières allemandes, le roman d'époque de la République de Weimar, sur l'autobiographie et sur le piétisme allemand.

Philippe NOBLE
"Les mystères des jeunes filles" : le texte de Proust est aujourd'hui entouré, en traduction mais aussi en langue originale, d'une forêt de commentaires et de paratextes. Ceux-ci nous éclairent sur un certain nombre de faits historiques, sociaux ou culturels, ou sur les traces laissées dans le texte par une genèse compliquée. Mais ces explications n'ont-elles pas leurs limites ? Pourquoi M. de Norpois n'était-il plus ambassadeur après le 16 mai 1877 ? Pourquoi le jeune narrateur entend-il, le soir de la Saint-Sylvestre, le "son du cor" s'élever au fond de ce que l'auteur appelle "un mastroquet" ? Pourquoi telle plaisanterie de Bloch ne nous fait-elle pas rire ? Comment visualiser certains tableaux d'Elstir ? Lecteurs, nous passons outre sans difficultés à certains passages dont le sens reste enveloppé de clair-obscur. Le traducteur est en principe tenu de prendre parti, en d'autres termes de choisir une interprétation. À moins d'opter pour l'attitude inverse, et d'accepter l'amère constatation qu'il est parfois plus facile de traduire que de comprendre. En commentant quelques passages précis d'À l'Ombre des jeunes filles en fleurs, j'essaierai de mieux cerner les termes de ce dilemme.

Philippe Noble, ancien élève de l'école normale supérieure, agrégé de lettres classiques, docteur en littérature néerlandaise, est traducteur littéraire et directeur de collection aux éditions Actes Sud. Il a traduit une soixantaine d'ouvrages — prose et poésie — d'auteurs flamands et néerlandais, et notamment une grande partie de l'œuvre de Cees Nooteboom. Avec Désirée Schyns, il a publié en 2018 une nouvelle traduction néerlandaise d'À l'Ombre des jeunes filles en fleurs.

Désirée SCHYNS
Le monde évoqué par Proust est surtout un monde littéraire et culturel, lié à une époque qui est déjà lointaine pour des lecteurs francophones (cf. les notes dans l'édition Tadié), a fortiori pour des néerlandophones. Je comparerai les traductions néerlandaises De kant van Swann (2009) de Marcel Proust, traduit par Thérèse Cornips et annotée par Ieme van der Poel et Ton Hoenselaars et Swanns kant op (2015) traduit par Martin de Haan et Rokus Hofstede. Convaincus que le lecteur pourra trouver des informations culturelles sur internet, les traducteurs de la retraduction de 2015 n'ont ajouté aucune note. J'ai pu constater qu'ils expliquent des références culturelles dans la traduction même, la rendant parfois plus explicite. Dans cette contribution, j'examinerai quelques références culturelles dans le texte source français et leur fonction pour étudier ensuite les explications fournies par le paratexte de Van der Poel et Hoenselaars : en quels sens les notes aident-elles les lecteurs néerlandophones à pénétrer dans l'univers proustien, à comprendre le sens du texte ? Ensuite, j'aimerais analyser dans quelle mesure les explications données par de Haan et Hofstede dans la traduction même, ou l'absence d'explications, ont une incidence sur la transmission du sens.

Désirée Schyns est maître de conférences HDR à la Faculté des lettres et de philosophie de l'université de Gand en Belgique. Elle a publié des traductions littéraires en néerlandais notamment de Proust (À l'ombre des jeunes filles en fleurs, avec Philippe Noble) et de Yoko Tawada (traduit de l'allemand avec Bettina Brandt). Elle a publié La mémoire littéraire de la guerre d'Algérie dans la fiction algérienne francophone et co-édité des recueils sur la traduction et l'exil, et sur la poésie de Cees Nooteboom en traduction. Actuellement ses recherches portent sur la traduction et le témoignage. Dans ce cadre elle prépare une traduction d'Auschwitz et après de Charlotte Delbo.

Winibert SEGERS : L'évaluation de la créativité des traductrices/traducteurs littéraires [communication établie avec Henri BLOEMEN]
Le sujet de cette communication est délicat et se heurte souvent à beaucoup de résistance de la part des traductrices/traducteurs littéraires. Tout d'abord, nous examinerons le modèle de compétence de l'ELV 2014 (Expertisecentrum Literair Vertalen/Centre d'expertise en traduction littéraire) et la place accordée à la créativité dans ce modèle. Nous étudierons ensuite dans quelle mesure les tests de créativité existants (Mednick, Wallach-Kogan, Guilford, Torrance) peuvent être utilisés pour évaluer la créativité des traductrices/traducteurs littéraires. Enfin, nous donnerons quelques exemples de tests qui pourraient être utilisés pour évaluer la créativité des traductrices/traducteurs littéraires. Les questions que nous posons portent sur la distinction entre créativité et compétence linguistique (en langue source et en langue cible) et sur les limites de la mesurabilité.

Winibert Segers anime des ateliers de traduction juridique et médicale (français -> néerlandais) et enseigne la théorie de la traduction à la KU Leuven (Belgique). La didactique, l'éthique, l'évaluation et la philosophie de la traduction sont ses domaines de recherche.

Claire SHIRES : Communication interculturelle dans le champ de risques naturels : questionnements traductologiques et sémiotiques
Les risques naturels sont présents pour l'humanité depuis qu'elle existe, et elle doit faire face aux aléas qu'ils entraînent partout sur la planète. Les personnes concernées par les risques et les catastrophes naturels utiliseront les expressions linguistiques et systèmes sémiotiques selon leur propre contexte culturel et socio-politique, relevant d'univers linguistiques et culturels parfois très différents. Dans le cadre de collaborations régionales et internationales en matière de gestion des risques, ces différences peuvent entraîner des difficultés de communication importantes et éventuellement dangereuses. La communication s'inscrira dans le cadre d'un projet de glossaire multilingue répondant au besoin croissant d'outils plurilingues dans la communication interculturelle des catastrophes et risques naturels. Son objet sera aussi de proposer une première analyse des problèmes traductologiques et interculturels pouvant se poser en situation de catastrophe naturelle, en donnant quelques exemples des variantes linguistiques et sémiotiques pour un même risque naturel en fonction des aires linguistiques.

Claire Shires est doctorante au Laboratoire de recherche sur le langage (LRL, EA 999) à l'université de Clermont Auvergne. Son sujet de thèse se situe dans le cadre de projet CLOUDBURST de glossaire sur les risques naturels et porte sur les questionnements traductologiques et sémiotiques dans la communication interlinguistique et interculturelle dans des situations de risques naturels.

Ieme VAN DER POEL
Depuis les années 80 du siècle dernier les études proustiennes se sont progressivement éloignées d'une approche critique axée sur les aspects formels du texte pour se consacrer au caractère encyclopédique de la Recherche. Cette évolution du discours critique universitaire se reflète aussi dans la présentation de l'œuvre, comme l'illustrent les éditions successives de la Pléiade. Tandis que dans la première (Clarac et Ferré, 1954), l'appareil critique concerne uniquement le collationnement du texte, dans la seconde (Tadié, 1987) celui-ci se trouve complété par un ensemble de références se rapportant au contexte historique et culturel du texte. Cette communication essayera de répondre aux questions suivantes qui seront illustrées par des exemples concrets : en quoi l'annotation destinée à lectorat non-français diffère-t-elle de celle destinée à un lectorat français ? À l'époque qui est la nôtre, le texte proustien — y compris l'humour et la prédilection de son auteur pour la petite histoire — serait-il encore compréhensible sans annotation ? Comment faire la distinction entre un éclaircissement nécessaire à la compréhension du texte et son interprétation ?

Ieme van der Poel est professeur de littérature française émérite à l'université d'Amsterdam, Pays-Bas. En collaboration avec Ton Hoenselaars, elle a annoté et préfacé les traductions en néerlandais de Du côté de chez Swann (2009, traduction : Thérèse Cornips) et À l'ombre des jeunes filles en fleurs (2018, traduction : Philippe Noble et Désirée Schyns). À paraître (Liverpool UP) : Republic of Cousins. The Literatures of the Moroccan Diaspora in a Comparative Perspective.

Tristan VIGLIANO : Mettre en ligne les premières traductions du Coran : perspectives historiques, enjeux contemporains
L'objet de cette communication sera de présenter les premières traductions du Coran, telles que mises en ligne sur le site Coran 12-21. Nous rapporterons les problèmes que pose cette mise en ligne, dans le contexte d'une société interculturelle, aux difficultés qu'ont pu rencontrer les premiers éditeurs de ces traductions, dans des sociétés qui, elles, n'étaient pas à proprement parler interculturelles. C'est donc le contrepoint qui nous intéressera ici.

Tristan Vigliano est maître de conférences (hdr) en littérature française de la Renaissance à l'université Lumière - Lyon 2. Après une thèse consacrée à la réception d'Aristote au XVIe siècle, il a traduit le De disciplinis, somme pédagogique de Juan Luis Vives, puis s'est intéressé aux représentations médiévales, renaissantes et modernes de l'islam. Il co-dirige, avec Mouhamadoul Khaly Wélé, le site Coran 12-21.


TABLE RONDE :

LA TRADUCTION INTERCULTURELLE HUMAINE ET ANIMALIÈRE — Modérateur : Jean-Louis BANCEL

Introduite et animée par Astrid GUILLAUME, Sémioticienne, MCF HDR Sorbonne Université, Présidente fondatrice de la Société française de Zoosémiotique, Co-fondatrice de l'Observatoire Européen du Plurilinguisme (Traduire les humains, traduire les animaux : défis interculturels, théoriques et terminologiques), avec des membres de la SfZ :
Christian TREMBLAY, Président et Co-fondateur de l'Observatoire Européen du Plurilinguisme (Traduction interculturelle et plurilinguisme)
Pierre FRATH, Linguiste, Professeur émérite de l'université de Reims (Protolangage : la transition du langage animal vers le langage humain)
Georges CHAPOUTHIER, Neurobiologiste et philosophe, Vice-président de la SfZ, Directeur de recherche émérite CNRS (Les cultures animales)
Laurent NAGLE, Éthologue spécialiste de la communication acoustique des oiseaux, Professeur à l'université de Paris Nanterre ("Qu'est-ce qu'il dit ?". Des animaux sauvages non captifs s'intéressent parfois à nous)

Astrid GUILLAUME : Traduire les humains, traduire les animaux : défis interculturels, théoriques et terminologiques
La traduction s'entend toujours comme étant le processus de transferts sémantiques d'humains à humains, partant d'une langue A vers une langue B, d'une culture A vers une culture B, d'un texte A vers un texte B. La question traductologique, quand elle multiplie les sphères d'émission et de réception, s'inscrit dans la sémiotraductologie. La sémiotraductologie s'intéresse aux transferts plurimédiatiques, intra- et interculturels humains mais aussi à la transférabilité et transferts sémantiques inter- et intraspécifiques. Les notions de culture, de transmissions sémantiques, de bilinguisme, de plurilinguisme n'étant pas propres à la sphère humaine, elles peuvent être considérées dans des contextes animaliers et être soumises aux théorisations sémiotraductologiques des sciences de la culture. Elles impliquent une terminologie innovante à (re)définir ou à inventer.
Cette conférence plénière et cette table ronde réunissant linguistes et scientifiques du vivant, présentées sous l'égide du Ministère de la Culture (DGLFLF), aborderont les théories de la traduction humaine et animalière, les contacts intra- et interspécifiques et la manière de traduire (comprendre) et d'interpréter (traduire) le sens animalier. Dans tous les cas, nous verrons que traduire l'humain ou l'animal présente bien des similitudes dans le processus traductologique et implique de convoquer une approche inter- et intraculturelle.

Astrid Guillaume, sémiotraductologue, est Maître de conférences habilitée à diriger les recherches à Sorbonne Université. Qualifiée en sciences du langage, elle s'intéresse aux transferts de sens inter- et intraspécifiques en diachronie et en synchronie. En ouvrant les problématiques traductologiques aux univers animaliers, elle a permis de croiser les savoirs et théories des scientifiques et des linguistes. La table ronde qu'elle dirige réunit donc des linguistes des sphères humaines et des scientifiques des sphères animalières pour montrer que le processus traductologique humain et animalier rejoint jusqu’à un certain point des approches semblables : scruter le sens, le comprendre, l'analyser et le transmettre le plus justement possible avec des mots existants ou à créer. Elle dirige une commission de terminologie sur les comportements animaliers et cultures animales pour la DGLFLF, Ministère de la Culture. Elle a co-fondé et vice-présidé l'Observatoire européen du Plurilinguisme durant de nombreuses années, elle est présidente fondatrice de la Société française de Zoosémiotique.
Site personnel
astrid-guillaume.fr
Publications
[2020] Faire sens, faire science, Astrid GUILLAUME et Lia KURTS-WÖSTE (dir), ISTE Éditions, London, 2020 (Collection interdisciplinarité, sciences et humanités).
[2020] Making Sense, Making Science, Astrid GUILLAUME et Lia KURTS-WÖSTE (dir), ISTE Éditions, London [sous presse] (Séries : Interdisciplinarity, Sciences et Humanities).
[2017] Traduction et implicites idéologiques, Astrid GUILLAUME (dir.), préface de Michaël OUSTINOFF, 1ère édition La Völva 2016, 2ème édition, Texto ! Textes et culture, 2017, 209 p. (Gratuit en ligne).
[2016] Idéologie et traductologie, Astrid GUILLAUME (dir.), préfaces de Marianne LEDERER et François RASTIER, L’Harmattan, Paris, 2016, 242 p. (Collection Traductologie).
[2016] Les Langues Modernes, n°1/2016, Approches théoriques de la traduction, Astrid GUILLAUME (dir.) (Association des Professeurs de Langues Vivantes – APLV).
[2016] Les Langues Modernes, n°2/2016, Approches pratiques de la traduction, Astrid GUILLAUME (dir.) (Association des Professeurs de Langues Vivantes – APLV).
[2014] L'interthéoricité : sémiotique de la transférogenèse. Plasticité, élasticité, hybridité des théories, Revue PLASTIR, Plasticités, Sciences et Arts, n°37, 12/2014, 37 pages (traduit en anglais en 2015).

Christian TREMBLAY : Traduction interculturelle et plurilinguisme
Le plurilinguisme nous oblige à repenser la problématique de l'universalité. Si nous nous en tenons à l'idée transmise par plusieurs générations de linguistes selon laquelle les langues sont des instruments de communication, le plurilinguisme peut se résumer à la capacité que peuvent avoir certains individus à s'exprimer en au moins deux langues. Si l'on considère les langues d'abord comme le moyen par lequel l'esprit accède à la connaissance et à une compréhension du monde, processus dans lequel la pensée et le langage sont indissociables l'un de l'autre, alors, comme l'a avancé Leibniz, la langue est un milieu qui conditionne la pensée. Si la langue est un milieu, c'est qu’elle existe elle-même en fonction d'un contexte spécifique et d'une expérience particulière de vie en société. Dans une idéologie d'un monde fini, on peut imaginer qu'une langue peut suffire à tout dire. Dans l'optique d'un monde infini et infiniment en extension, en même temps que la science est une quête vers une vérité inatteignable, les langues sont toujours des approches différenciées du monde et le plurilinguisme se développe sur ce terreau fertile. D'où la nécessité de repenser l'universel en fonction de cette diversité fondamentale. L'universel serait ainsi plus la somme de nos singularités que l'intersection de ce que nous avons de commun. Et la traduction, le plurilingue étant lui-même traducteur, est là pour opérer la nécessaire médiation entre toutes ces singularités.

Christian Tremblay, né en 1949, est diplômé de l'Institut d'Études Politiques de Paris. À côté d'une carrière administrative au Ministère des finances, puis, à la Mairie de Paris jusqu'en 2014, il a été de 1975 à 1985, collaborateur de Michel Jobert, ministre des affaires étrangères de Pompidou et ministre du commerce extérieur de Mitterrand. En 2002, il soutient une thèse de doctorat en sciences de l'information au carrefour de trois disciplines, linguistique, informatique et droit. Il fonde en 2005 avec plusieurs partenaires l'Observatoire européen du plurilinguisme et organise avec ces derniers les 1res Assises européennes du plurilinguisme à Paris en 2005. Suivront en 2009 les 2es Assises à Berlin, en 2012 les 3es Assises à Rome, à l'université La Sapienza, les 4es à Bruxelles en 2016 et enfin les 5es à Bucarest en 2019. Il dirige le site Internet et la Lettre d'information de l'OEP. Auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles.

Pierre FRATH : Protolangage : la transition du langage animal vers le langage humain
La question de l'origine du langage humain à partir d'un état antérieur non-humain est l'objet de nombreuses hypothèses dont aucune ne peut être vérifiée en l'état actuel des connaissances. Cependant, il est intéressant de se poser la question parce qu'elle nous oblige à clarifier nos idées sur la différence entre les langages animaux et humains. Beaucoup peinent à comprendre comment les grammaires complexes des langues humaines ont pu apparaitre grâce à un processus évolutif et c'est pourquoi les linguistes ont tendance à recourir à un deus ex-machina génétique. On postulera ici une seule différence initiale, la capacité des êtres humains à utiliser des mots en l'absence de leurs référents. Cette référenciation in abstentia génère naturellement les notions de temps et d'espace, puis des usages anthropologiques tels que la demande, la condition, la conversation ou le récit. Les catégories et les fonctions grammaticales naissent alors des rapports de prédication entre les mots.

Pierre Frath est professeur émérite à l'université de Reims Champagne-Ardenne. Il a enseigné la linguistique, la didactique des langues, le traitement automatique des langues et la philosophie du langage. Il a créé et dirigé la Maison des Langues de l'université de Reims et a été le directeur du CIRLEP (Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée). Il est également membre du Centre de Linguistique en Sorbonne (CELISO) et du GEPE de Strasbourg (Groupe d'étude sur le plurilinguisme en Europe). Il s'intéresse maintenant aux langues africaines et à la linguistique préhistorique.
Quelques livres récemment publiés (chez Sapienta Hominis, Reims)
Cogito versus ubuntu (2019).
Anthropologie de l’anglicisation (2019).
Linguistique anthropologique et référentielle (2020).
Et près de 150 publications consultables sur www.res-per-nomen.org.

Georges CHAPOUTHIER : Les cultures animales
Une culture est un ensemble de traits de comportement qui peuvent se transmettre entre des individus, par imitation ou enseignement, sans passer par les bases génétiques. Longtemps on a pensé que, contrairement aux traits "naturels" que possèdent tous les animaux, les traits culturels étaient spécifiques aux êtres humains. Mais les récents travaux de l'éthologie montrent l'existence de nombreux traits culturels chez les animaux. Ils sont liés à la puissance du cerveau, mais aussi à la socialisation. Ils comportent notamment l'utilisation d'outils associée à des aptitudes de manipulation d'objets, l'existence de communications et de langages plus ou moins complexes, de règles morales qui structurent le groupe et même de préférences esthétiques pour des couleurs, des formes, des motifs de chant. Comme les êtres humains, certains animaux ont donc accès, non seulement au registre dit "naturel", mais aussi au registre dit "culturel".

De double formation biologiste et philosophe, Georges Chapouthier est Directeur de recherche émérite au CNRS, où il a effectué tout sa carrière. Comme biologiste, spécialisé en neurosciences, il a animé un groupe de recherche sur la pharmacologie de l'anxiété et de la mémoire chez la souris. Ces travaux ont notamment permis de montrer que les molécules anxiogènes (celles qui causent l'anxiété) améliorent, lorsqu'elles sont administrées à doses faibles, les aptitudes à mémoriser, ce qui suggère que l'état normal du cerveau est une anxiété légère. Comme philosophe, Georges Chapouthier a étudié la complexité des organismes vivants, pour laquelle il a montré l'utilité épistémologique du concept de mosaïque, ainsi que l'animalité, les rapports de l'humanité et de l'animalité, la notion de droits de l’animal ou les ressemblances et les différences entre l'animal et la machine. Dans ces domaines, il a écrit de nombreux ouvrages et articles. Il est vice-président de la Société française de Zoosémiotique (SfZ) depuis 2019.
Publications (extraits)
Chapouthier G., Qu'est-ce que l'animal ?, Collection "Les petites pommes du savoir", Éditions le Pommier, Paris, 2004.
Chapouthier G., Kant et le chimpanzé - Essai sur l'être humain, la morale et l'art, Éditions Belin, Paris, 2009, Prix "Achille Urbain" 2010 de l'Académie Vétérinaire de France.
Chapouthier G. et Tristani-Potteaux F., Le chercheur et la souris, CNRS Éditions, Paris, 2013.
Chapouthier G., Kaplan F., L'homme, l’animal et la machine : perpétuelles redéfinitions, CNRS Éditions, Paris, 2011, Édition de poche: CNRS Éditions, collection "Biblis", 2013.
Chapouthier G., The Mosaic Theory of Natural Complexity : A scientific and philosophical approach [online], La Plaine-Saint-Denis : Éditions des maisons des sciences de l'homme associées, 2018 (en ligne).

Laurent NAGLE : "Qu'est-ce qu'il dit ?". Des animaux sauvages non captifs s'intéressent parfois à nous
La communication est une fonction indispensable permettant à la grande majorité des animaux de vivre et de s'adapter à leur environnement. Elle intervient dans de très nombreux domaines de leur vie (accès et partage de nourriture, défense de territoire, protection contre les prédateurs, reproduction, vie sociale…) et permet des échanges entre individus appartenant à la même espèce. Cependant, une communication interspécifique existe également. Celle-ci a été relativement peu étudiée et documentée scientifiquement, en particulier les échanges existant entre l'humain et des animaux sauvages non captifs. Des recherches récentes sur les mammifères (cétacés, éléphants…) et les oiseaux apportent un éclairage nouveau sur cette communication très particulière et illustrent les capacités d’écoute des animaux à notre égard, pour nous éviter, coopérer ou nous utiliser !

En milieu naturel, Laurent Nagle réalise des observations sur le bruant jaune Emberiza citrinella. Ces recherches ont pour objectif d'étudier les différentes composantes du chant de ces oiseaux. Grâce à l'utilisation de logiciels dédiés (Avisoft, SAP), les chants sont analysés (structures, agencements et caractéristiques acoustiques des notes) et modifiés. Lors de la saison de reproduction des oiseaux, des chants modifiés sont diffusés sur le territoire de mâles et les réactions comportementales des bruants testés sont évaluées pour mesurer l'impact des modifications apportées. Parallèlement à ces recherches en milieu naturel, il s'intéresse aux rapports entretenus entre les humains et les animaux non-humains et à comment la question de ces relations a été traitée par la philosophie, de l'Antiquité jusqu'à nos jours. Il aborde également cette question en regardant la manière dont l'éthologie peut, en permettant une meilleure compréhension des animaux non humains, alimenter les débats philosophiques d'aujourd'hui (en particulier en regard avec l'émergence des théories anti-spécistes et du véganisme éthique).
Publications (extraits)
Huet des Aunay G., Slabbekoorn H., Nagle L., Passas F., Nicolas P. & Draganoiu T., 2014, "Urban noise undermines female sexual preferences for low-frequency songs in domestic canaries", Animal Behaviour, 87, 67-75.
Lerch A., Rat-Fischer L. & Nagle L., 2013, "Condition-dependent choosiness for attractive songs in females canaries", Ethology, 15(4), 639-645.
Leboucher G., Vallet E., Nagle L., Béguin N., Bovet D., Hallé F., Draganoiu T.I., Amy M. & Kreutzer M., 2012, "Studying Female Reproductive Activities in Relation to Male Song : The Domestic Canary as a Model", Advances in the study of Behavior, 44, 183-225.
Giret N., Albert A., Nagle L., Kreutzer M. & Bovet D., 2011, "Context-related vocalizations in African grey parrots (Psittacus erithacus)", Acta Ethologica, 15, 39-46.
Giret N., Nitsch A., Nagle L., 2011, "Phonological-dependent territorial responses in yellowhammers (Emberiza citrinella)", Behavioural Processes, 88, 67-71.
Lerch A., Rat-Fischer L., Gratier M. et Nagle L., 2011, "Diet quality affects male choice in domestic female canary Serinus canaria", Ethology, 117, 769-776.
Lerch A., Roy P., Pachet F. & Nagle L., 2011, "Closed-loop bird-computer interactions : a new method to study the role of bird callings", Animal Cognition, 14, 203-211.


SOUTIENS :

LabEx COMOD | Université de Lyon (UDL)
• Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM, UMR 5317) | ENS de Lyon
Veolia
Université d'Utrecht
• Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) | Ministère de la Culture

Programme 2020 : un des colloques

Programme complet


Colloque reporté

En raison des événements exceptionnels liés à l'épidémie de la Covid-19, et sur proposition des directeurs, ce colloque a été reporté aux dates suivantes : du mercredi 11 août au mercredi 18 août 2021 [en savoir plus].

La direction du CCIC


MANDIARGUES : ÉCRIRE ENTRE LES ARTS


DU LUNDI 20 JUILLET (19 H) AU LUNDI 27 JUILLET (14 H) 2020

[ colloque de 7 jours ]


Photographie de Bona, André Pieyre de Mandiargues, Plage de Tecolutla, Veracruz, 1958 [détail], in André et Bona Pieyre de Mandiargues, Correspondances, Mexique-Italie, 1958-1959, Éditions Filigranes, coll. "Saison", 22, 2005.


PRÉSENTATION VIDÉO :


DIRECTION :

Alexandre CASTANT, Pierre TAMINIAUX, Iwona TOKARSKA-CASTANT


ARGUMENT :

Ce colloque étudie l'œuvre littéraire (romans et nouvelles, poésie, théâtre), mais aussi esthétique (écrits sur l'art) d'André Pieyre de Mandiargues (1909-1991), dans sa relation à la modernité, aux avant-gardes historiques puis à l'époque contemporaine et actuelle. Il propose une approche transversale des études mandiarguiennes, évidemment liées à la littérature mais aussi aux autres arts (peinture, photographie, cinéma, théâtre, musique, son, radiophonie…), en développant des perspectives et des points de vue originaux et novateurs.

Ainsi l'on abordera d'abord l'œuvre de Mandiargues en liaison avec les avant-gardes ou les mouvements littéraires qu'elle revisite, traverse ou annonce (baroque, fantastique, surréalisme, nouveau roman…) en véhiculant des notions qui restent d'une particulière modernité dans le récit, la poétique, le langage (intertextualité, visualité, images mentales, spécularité…) et, en analysant aussi ses rencontres avec de nombreux écrivains et poètes contemporains. Puis, l'on dépassera les fondations surréalistes de Mandiargues pour étudier ses références classiques, par exemple élisabéthaines, romantiques ou impressionnistes, et, symétriquement, pour se projeter dans le futur et penser son actualité poétique et fictionnelle.

Dès lors, seront proposées des analyses de l'œuvre, poétique et esthétique, de Mandiargues en liaison avec la peinture (de l'École métaphysique italienne au surréalisme, de l'art brut au matiérisme), mais aussi avec la photographie, le cinéma ou le théâtre (à travers les adaptations cinématographiques de ses récits ou les mises en scène de ses pièces) ainsi que des études, en relation avec l'art le plus actuel, qui développeront des points de vue novateurs sur des sujets, reconnus comme procédant de la poétique mandiarguienne, ou résolument inédits.

Enfin, une attention sera tout particulièrement portée à son cosmopolitisme (l'Italie, le Mexique, Barcelone, le Japon…) et à la traduction qu'il a pratiquée à de nombreuses reprises (Octavio Paz, W.B. Yeats, Filippo De Pisis, Yukio Mishima…).


MOTS-CLÉS :

Arts, Baroque, Cabinet de curiosités, Cinéma, Cosmopolitisme, Fantastique, Fiction, Images, Intertextualité, Livre d'artistes, Mystère, Peinture, Photographie, Poésie, Surréalisme, Théâtre, Traduction


CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 20 juillet
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Mardi 21 juillet
POÉSIE, FICTION
Matin
Alexandre CASTANT, Pierre TAMINIAUX & Iwona TOKARSKA-CASTANT : Introduction
Claude LEROY : Fleurs de Pieyre. Les trois naissances de la Jacinthe

Après-midi
Iwona TOKARSKA-CASTANT : Poésie, cristallisation, abstraction
Marie-Paule BERRANGER : Poésie scopique et genèse de l'écriture
Birgit WAGNER : L'Archéologue, Gradiva et l'impact des images

Soirée
Voyage dans les images, par Sibylle PIEYRE DE MANDIARGUES, animée par Patrick LE BESCONT


Mercredi 22 juillet
CORRESPONDANCES LITTÉRAIRES
Matin
Misao HARADA : Autogénération du récit dans Marbre ou les mystères d'Italie d'André Pieyre de Mandiargues
Eugenia GRAMMATIKOPOULOU : Dans le sillage de l'écriture mandiarguienne : filiations et affinités

Après-midi
Cédric MONG-HY : Les démons de l'anatomie : orgies et organes imaginaires. Jeux d'influence chez André Pieyre de Mandiargues, Leonor Fini et Georges Bataille
Jean-Claude MARCEAU : Esthétique du baroque et affirmation du désir : la perversion revisitée par André Pieyre de Mandiargues et Gilles Deleuze
Bahia DALENS : Constellations épistolaires mandiarguiennes

Soirée
Entretien inédit avec Gérard Macé, À propos d'André Pieyre de Mandiargues, documentaire radiophonique d'Alexandre Castant et L'Atelier sonore d'esthétique de l'École nationale supérieure d'art de Bourges


Jeudi 23 juillet
CABINET DE CURIOSITÉS
Matin
Anne GARRIC : Détraquement textuel et "hachis de mots" : Le Musée noir de Mandiargues, un style de décadence
Alain CHEVRIER : Un gastropoète : l'art culinaire chez Mandiargues

Fin d'après-midi
"HORS LES MURS" — À L'IMEC (abbaye d'Ardenne de Caen) à partir de 16 heures
SÉANCE PUBLIQUE
Ouverture et visite de l'exposition "Archives Mandiargues", conçue par Claire PAULHAN
"Archives Mandiargues" : son organisation, sa consultation…, table ronde avec Claire PAULHAN, Sibylle PIEYRE DE MANDIARGUES et Mélina REYNAUD


Vendredi 24 juillet
COSMOPOLITISME
Matin
Marie-France BOROT : Regarder Barcelone, A. Pieyre de Mandiargues à l'œuvre
Kacper Wiktor NOWACKI : Mandiargues et ses traces argentines

Après-midi
Pierre TAMINIAUX : Mandiargues et le Mexique : de l'art à la poésie
Antonio LAVIERI : Une communauté de traducteurs. Bona, Pieyre de Mandiargues et les autres
Marc KOBER : Le Japon nu et simple raconté par Mandiargues

Soirée
Lecture bilingue (français-italien) de quelques extraits d'Isabella Mora, par Lise CHAPUIS


Samedi 25 juillet
ARTS
Matin
Gilles POLIZZI : Mandiargues à Bomarzo : poétique "surréaliste" d'un jardin maniériste
Julie BERNARD : Quand la plume devient pinceau : itinéraire d'un écrivain-peintre au cœur de la cité métaphysique

Après-midi
Inmaculada ILLANES ORTEGA : Mandiargues - Dubuffet : relations esthétiques
Marie JOQUEVIEL-BOURJEA : "…cet effort tendu vers la merveille…" : accompagner Les Rougets d'André Pieyre de Mandiargues
Suzanne DUMOULIN : Bona : au delà du surréalisme

Soirée
Lecture de textes critiques de Mandiargues à propos de l'art moderne, par Pierre TAMINIAUX


Dimanche 26 juillet
PROSPECTIVE
Matin
Roberta SAPINO : "L'imposant, redoutable et prodigieux théâtre" : André Pieyre de Mandiargues écrivain et dramaturge
Lise CHAPUIS : Isabella Mora, la mort, la poésie : scénographie italienne

Après-midi
Cæcilia TERNISIEN : Héritages et filiations
Alexandre CASTANT : Le Film (sonore) qui n'a pas eu lieu
Stéphanie JAMET : La syncope ou Le théâtre de la mort

Soirée
Érik BULLOT : Le Quatuor ambigu (2020), film inspiré par l'œuvre et la vie de Mandiargues


Lundi 27 juillet
Matin
Isabella VON TRESKOW : La Décadence. Mise en scène par Mandiargues
Alexandre CASTANT, Pierre TAMINIAUX & Iwona TOKARSKA-CASTANT : Conclusion

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS :

Julie BERNARD : Quand la plume devient pinceau : itinéraire d'un écrivain-peintre au cœur de la cité métaphysique
En 1926, André Pieyre de Mandiargues (1909-1991) erre dans les rues de Paris avec son ami Henri Cartier-Bresson et voit, dans la vitrine d'une galerie d'art, un tableau de Giorgio de Chirico. Cette rencontre fortuite avec "le mythe moderne" cristallise celle plus personnelle, celle d'un artiste en devenir. En 1933, Mandiargues "le myope" se rapproche donc de l'Italie, déambule dans la "Cité métaphysique" et exprime l'idée que "la vision doit précéder le mot". Dans ces "années sordides", Mandiargues "le muet", s'émerveille, laisse libre cours à son imagination, expérimente la pratique intermédiale où l'écriture devient peinture. Sa parole devient plastique, ses mots, des couleurs, sa plume, un pinceau.

Certifiée en Lettres Modernes, Julie Bernard prépare actuellement une thèse en littérature italienne sous la direction de Marie-José Tramuta (Université Caen Normandie) intitulée "Les mots et les choses dans l'œuvre théâtrale d'Alberto Savinio". Son mémoire de Master Recherche, soutenu en 2012 et dirigé par Marie-Paule Berranger, interrogeait les relations entre André Pieyre de Mandiargues et l'École métaphysique et avait pour titre "André Pieyre de Mandiargues : rencontre(s) avec l'École métaphysique".
Publications
"Angélique ou la nuit de mai, roman protéiforme d'Alberto Savinio", Actes de la journée d'études des jeunes chercheurs du LASLAR - EA 4256, organisée le 23 mars 2017 à la MRSH de l'université de Caen Normandie, p.27-40 [en ligne].
"L'intermédialité au service du "dilettantisme" chez Alberto Savinio", Journée d'études des jeunes chercheurs organisée le 16 juin 2016, Congrès SIES 2016 à Amiens (à paraître).
"Ronconi à l'œuvre de Savinio", Colloque international “Luca Ronconi, maître d'un théâtre sans limites", Paris, 1-2 décembre 2016, organisé par l'université Paris 8 et le Labex Arts-H2H (à paraître).

Marie-Paule BERRANGER : Poésie scopique et genèse de l'écriture
Dans ses nombreux carnets, Mandiargues inscrit des associations de mots où l'on reconnaît, rétrospectivement, les matrices de récits, de poèmes en vers ou en prose. Un même caractère "visionnaire", pour reprendre un terme que la critique picturale du Deuxième Belvédère érige en critère d'élection. Mandiargues dit procéder par "cristallisation d'images maintenues en état de vibration" : leurs ondes de choc ne semblent pas se propager de la même façon vers le récit et vers le poème. Cette puissance d'engendrement de la vision nous servira de point de départ pour examiner la façon dont les sons prenant le relais deviennent conducteurs, soit que l'élaboration de scènes visuelles évolue par amplifications et associations vers le conte, soit que substitutions de mots et combinaisons de sonorités conduisent au poème. Tout est affaire de degrés, cependant, comme le montrent, tantôt l'incrustation de séquences sonores récurrentes et de mots-emblèmes dans le récit, tantôt l'enchâssement d'une liste de noms, noyau matriciel du poème dans une structure temporelle, non sans tremblements de genre.

Marie-Paule Berranger est professeure à l'université de la Sorbonne Nouvelle.
Publications
"À quoi tient la poésie dans le récit : les contes cruels d'André Pieyre de Mandiargues", Actes du colloque de 2013 réunis par Christine Dupouy, La Poésie entre vers et prose, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2016, p. 171-187.
"Le Croiseur noir : de la guerre froide au soleil d'Éros", Communication au colloque André Pieyre de Mandiargues, le poète, Abbaye d’Ardenne, déc. 2012.
"Les Carnets de création", in Plaisir à Mandiargues, Colloque du centenaire de la naissance du poète (mai 2009), textes réunis par Marie-Paule Berranger et Claude Leroy, Hermann, juin 2011, 411 pages.
"Je mourrai sans désaimer", Bernard Noël, André Pieyre de Mandiargues, Europe, janvier-février 2011, p. 285-288.
"André Pieyre de Mandiargues sur son Belvédère", in Tradizione e constestazione III, Canon et anti-canon. À propos du surréalisme et de ses fantômes, textes réunis par Catherine Maubon, Alinea editrice, 2009.

Marie-France BOROT : Regarder Barcelone, A. Pieyre de Mandiargues à l'œuvre
"Obstinément visuelle", selon les termes d'Alexandre Castant, l'œuvre d'André Pieyre de Mandiargues manifeste un certain désir d'écrire comme on peint en établissant entre les éléments des rapports de tonalité capables de faire surgir l'évidence du transitoire et du contingent. Dans le labyrinthe des bas-fonds exotiques du Barrio chino (Quartier chinois) de Barcelone, le narrateur de La Marge n'a de cesse de lier les fils de son histoire aux accidents du paysage urbain qu'il regarde en coloriste coruscant. Après Jean Genet, Claude Simon et bien d'autres, c'est en analyste des formes et des composantes chromatiques qu'il participe à la construction du mythe de Barcelone qui, chez lui, relève du mythe sacrificiel.

Marie-France Borot, professeur à l'université de Barcelone, membre de l'École de psychanalyse des Forums du Champ Lacanien, explore un espace critique qui confronte esthétiques et poétiques à une perspective analytique.
Publications récentes
"Un rêve d'Eugène Delacroix : végéter auprès de George Sand", in Evocar la literatura francesa y francófona de la modernidad, M. Carmen Figuerola (éd.), Universidad de Lleida, Pagès editor, 2019.
"Parcours du Voleur", in Les grains de sable seront doux comme le sucre, Christophe Balagna, Gérard Dasturgue (éd.), Ceres, Les Presses Universitaires, Institut Catholique de Toulouse, 2017.
"Stendhal, une âme rêveuse", in Sous le regard de Stendhal. Promenade à travers la nature et les arts, Encarna Medina Arjona (éd.), Euredit, 2017.
"Le voyage des arts : Dalí renaissant", in Entre l'Italie et l'Espagne. Les arts du voyage, Giovanni Dotoli, Encarnación Medina, Mario Selgaggio (éd.), Edizioni Universitarie Romane, Roma, 2017.
"Délires géologiques et autres. Les paysages de Salvador Dalí", in Jardins littéraires et méditerranéens, Encarna Medina Arjona (éd.), Peter Lang, Berne 2016.
"Les Thyrses d'Éros", in Périples et parages. L'œuvre de Frédéric Jacques Temple, Colloque de Cerisy, Marie-Paule Berranger, Pierre-Marie Héron, Claude Leroy (éd.), Hermann Éditeurs, 2016.
/

Érik BULLOT : Le Quatuor ambigu
À la suite d'ateliers, de rencontres et d'échanges menés au cours d'un séminaire qui s'est tenu en 2019-2020 à l'École nationale supérieure d'art de Bourges, les étudiants ont réalisé un film collectif, intitulé Le Quatuor ambigu, inspiré par l'œuvre et la vie de Mandiargues, sous la direction d'Érik Bullot. Il convoque la présence fantomatique de quatre artistes qui ont accompagné la vie et l'œuvre de Mandiargues : Leonor Fini, Bona, Leonora Carrington, Meret Oppenheim. Langage d'objets, lecture télégraphique, puissance visionnaire, dissonance, et ornement sont quelques-uns des motifs de ce film qui tente l'impossible saut entre littérature et cinéma.

Érik Bullot est cinéaste et théoricien. Auteur de nombreux films à mi-chemin entre le documentaire et le film d'artiste, il enseigne le cinéma à l'École nationale supérieure d'art de Bourges.
Publications
Le film et son double. Boniment, ventriloquie, performativité, Mamco, 2017.
Roussel et le cinéma, Nouvelles Éditions Place, 2019.

Alexandre CASTANT : Le Film (sonore) qui n'a pas eu lieu
Cette communication aura pour sujet le cinéma : dans la biographie de Mandiargues (sa découverte du septième art), dans son œuvre (il en est parfois question), et, à travers évidemment les adaptations de ses récits à l'écran (La Marée, La Marge, La Motocyclette, Tout disparaîtra…). De nombreuses questions apparaîtront alors, aussi bien sur la difficulté qui existe à adapter une écriture aussi "visuelle", mais aussi à travers la restitution que l'on trouve, dans son écriture, du rapport audiovisuel (entre l'image et le sonore, donc). Si les archives audiovisuelles de l'écrivain, les films qui ont été faits à propos de ou autour de lui, procèderont aussi de notre corpus pour mieux appréhender, précisément, cette relation entre l'image, le texte et le son, un élément, topographique, en sera enfin le symbole sémiologique : le Passage Pommeraye, sa fortune poétique et cinématographique.

Alexandre Castant est Professeur d'histoire de l'art contemporain à l'École nationale supérieure d'art de Bourges, il a soutenu une thèse de doctorat, en 2000, sur l'esthétique de l'image d'André Pieyre de Mandiargues (Esthétique de l'image, fictions d'André Pieyre de Mandiargues, Publications de la Sorbonne, coll. "Esthétique", Paris, 2001) et publié de nombreux articles sur l'œuvre de l'écrivain. Il est par ailleurs l'auteur de plusieurs livres sur l'histoire de l'art et l'esthétique de l'image et des arts sonores.

Lise CHAPUIS : Isabella Morra, la mort, la poésie : scénographie italienne
Publiée en 1973, créée en 1974 par la Compagnie Renaud-Barrault, la pièce Isabella Morra agence dans le lieu et le temps réduits du théâtre un ensemble de lignes de force italiennes qui sous-tendent l'œuvre d'André Pieyre de Mandiargues. On verra comment l'auteur y fait jouer topos, références et résonances entre les arts en un texte charnu, une langue hybride aux registres divers. Mise à mort d'une poétesse, cette pièce est aussi et surtout mise en scène de la poésie, et en particulier des poèmes d'Isabella di Morra dans la traduction d'André Pieyre de Mandiargues, dont on étudiera les choix poétiques avant d'évoquer la version italienne de la pièce réalisée par Bona, épouse de l'auteur, comme en reflet.

Lise Chapuis a soutenu une thèse de doctorat en littérature comparée intitulée "La "matière" d'Italie dans l'œuvre d'André Pieyre de Mandiargues" et publié divers articles sur l'auteur. Après une carrière enseignante, elle se consacre aujourd'hui à la traduction d'œuvres littéraires italiennes.
Dernières traductions parues
Borgo vecchio, de Giosuè Calaciura, Éditions Notabilia, 2019.
Robledo, de Daniele Zito, Éditions Christian Bourgois, 2019.
Malacqua, de Nicola Pugliese, Éditions Do, 2018.
Le livre des monstres, de J. Rodolfo Wilcock, Éditions de l'Arbre vengeur, 2018.

Alain CHEVRIER : Un gastropoète : l'art culinaire chez Mandiargues
L'art culinaire chez Mandiargues est infiltré par une sensualité et une sexualité se voulant transgressive, comme il se doit dans les parages du surréalisme, mais toujours très contrôlée. On passera en revue et on analysera les descriptions d'aliments exotiques, de plats singuliers, de repas baroques, et de conduites alimentaires perverses qu'il a proposées dans ses œuvres en vers et en prose, sans omettre de les confronter aux goûts que manifestait ce voyageur hédoniste dans la vie réelle.

Alain Chevrier a publié des travaux sur l'histoire des formes poétiques et sur le surréalisme. Il est membre de l'Oucuipo (Ouvroir de Cuisine Potentielle).
Dernières publications
La Matière et l'esprit : la littérature scatologique au XVIIIe siècle (2018).
Quelques (Couacs 6) (2019).

Bahia DALENS : Constellations épistolaires mandiarguiennes
Parmi les correspondants d'André Pieyre de Mandiargues, on trouve des écrivains et des poètes, mais aussi des peintres et sculpteurs, des critiques, des journalistes, des éditeurs, ou encore des cinéastes et des compositeurs. L'auteur, pourtant réservé, s'y révèle dans ses sujets et dans son style, à la fois pudique et chaleureux, et des constellations épistolaires se déploient à travers ses lettres, faites d'échanges portant sur la création et d'entrelacements d'affects privés et de considérations artistiques ou professionnelles. Observer ces correspondances permet ainsi de cartographier un réseau de sociabilités propre à une famille artistique choisie, et d'y observer la circulation d'idées et d'affects, support à de nombreux commentaires critiques pour l'auteur des Belvédère.

Bahia Dalens prépare depuis 2015 une thèse de doctorat intitulée "André Pieyre de Mandiargues ou l'écriture du trouble", inscrite à l'université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle sous la direction de Marie-Paule Berranger. En 2019, elle est intervenue à plusieurs reprises lors d'événements scientifiques, portant notamment sur la notion d'invention, l'avant-garde ou encore les études génétiques, pour présenter les œuvres d'André Pieyre de Mandiargues et de Bona.

Suzanne DUMOULIN : Bona : au delà du surréalisme
Après son mariage avec André Pieyre de Mandiargues en 1947, Bona s'installe à Paris en 1950 et fréquente le groupe surréaliste. Cette communication visera d'abord à présenter la proximité de Bona avec le groupe surréaliste, puis la manière dont l'artiste développe la singularité de son œuvre dès la fin des années 1950. Si les œuvres de Bona sont encore aujourd'hui peu visibles, un magnifique texte d'André Pieyre de Mandiargues nous révélait déjà les évolutions du travail de l'artiste en 1971. Les récentes recherches ont montré l'activité prolixe de cette artiste méconnue, soulignant l'originalité du travail de Bona, au-delà de son appartenance au groupe surréaliste. Nous étudierons notamment le cosmopolitisme de Bona et ses influences mexicaines, ainsi que sa technique artistique unique, les tableaux cousus collés.

Bibliographie
Croset Magali, "Bona, l'art et la littérature : les enjeux d'une poétique du fil", Thèse de doctorat, Université de Chambéry, 2005.
Dumoulin Suzanne, "Bona, Artiste surréaliste ?", Mémoire de Master 1 recherche en Histoire de l'Art, sous la direction de Fabrice Flahutez, Université de Paris Nanterre, 2018.
Mandiargues Bona de et Alain Vircondelet, Bonaventure, Éditions Stock, Paris, 1977.
Pieyre de Mandiargues André, Bona, l'amour et la peinture, Skira, Les Sentiers de la création, Genève, 1971.
Ponge Francis, Bona : panorama de vingt-cinq ans d'imagination et de création, Galerie de Seine, Paris, 1976.

Anne GARRIC : Détraquement textuel et "hachis de mots" : Le Musée noir de Mandiargues, un style de décadence
Le Musée noir révèle le goût prononcé d'André Pieyre de Mandiargues pour les thèmes de prédilection de la littérature fin-de-siècle des années 1890. Aussi choisira-t-on d'interroger, dans ce recueil de 1946, certains faits de style que l'on qualifiera de "décadents", en s'appuyant plus précisément sur la lecture du "Tombeau d'Aubrey Beardsley ou Les fashionables chinois". Il conviendra d'étudier une sorte d'hystérie du style mandiarguien, à travers plusieurs formes d'outrance linguistique, de surenchère syntaxique et, sur le plan lexical, dans la quête du mot rare et son jaillissement. On s'attachera par ailleurs à commenter les processus de dégradation référentielle et de perversion sémantique, opérés notamment au moyen de systèmes analogiques, dans les parties descriptives et dans le traitement des références intertextuelles. On verra ainsi comment l'écriture des contes met en œuvre, dans une représentation "métadécadente", un protocole stylistique de frelatage et de détraquement.

Agrégée de lettres modernes, Anne Garric prépare actuellement une thèse de doctorat en langue française dont la perspective est stylistique, sous la direction de Christelle Reggiani (Sorbonne Université). Intitulée "Styles de la malséance", elle porte sur un corpus d'œuvres de prose narrative de Georges Bataille, Jean Genet et André Pieyre de Mandiargues.
Publication
Anne Garric, ""L'homme du parc Monceau" d'André Pieyre de Mandiargues. Dénaturation du référent humain, altération linguistique et dépravation discursive", Roman 20-50, vol. 66, n°3, 2018, p. 143-155.

Eugenia GRAMMATIKOPOULOU : Dans le sillage de l'écriture mandiarguienne : filiations et affinités
Les récits d'Olivier Perrelet "Philine" (1967) et de Jacques Almira "Anna O'Hara" (1979) rendent hommage à André Pieyre de Mandiargues de manière bien plus complexe que nous laisse soupçonner la dédicace laconique qu'ils mettent en exergue à leurs textes. L'allure des deux héroïnes "en communication avec l'animal, le végétal et le minéral" et leur cheminement irrévocable vers un éclatement catastrophique, "panique et funèbre" (Deuxième Belvédère, 1958), reprennent des thèmes et des motifs récurrents chez Mandiargues. De même, la cadence et le style des deux épris (ou héritiers) de ce "surréaliste des marges" (Leroy, 1984) répercutent la "poétique du désastre" (Castant, 2001) qu'a élaborée Mandiargues et célèbrent sa figure préférentielle de "délicieuse(s) et sale(s) gamine(s)" (préface d'APM aux Petites filles criminelles) victime(s) du "terrorisme" de la nature et du merveilleux.

Professeure assistante et directrice du laboratoire de littérature comparée du département de langue et de littérature françaises de l'université Aristote de Thessalonique, Eugenia Grammatikopoulou a soutenu sa thèse "La création selon André Pieyre de Mandiargues : une "cosmogonie individuelle"" en 2007. Elle a contribué au n°5 de la revue Roman 20-50 (2009) consacré à Mandiargues ; elle a aussi préfacé et traduit un choix de poèmes et récits de l'auteur dans des revues littéraires grecques.

Misao HARADA
Docteure, professeure à l'université internationale Kaïchi (Japon), Misao Harada a soutenu sa thèse en mars 2013, sur "La Cohérence du texte chez André Breton" à l'université Paris III, sous la direction du Professeur Henri Béhar. Elle s'intéresse notamment aux relations entre les éléments graphiques et l'écriture de l'œuvre d'André Breton et a participé aux colloques de Cerisy : Poésie et politique au XXe siècle (2010) et L'or du temps — André Breton 50 ans après (2016).
Publications
"André Breton et l'"illustration photographique" - découverte d'un médium", dans Études de langue et littérature françaises, n°64.
"L'amour compassionnel" chez André Breton ou exprimer autrement le politique", dans Poésie et politique au XXe siècle, Henri Béhar & Pierre Taminiaux (dir.), Colloque de Cerisy, Hermann Éditeurs, 2011.
"André Breton critique d'art : l'exemple de Watteau", dans L'or du temps — André Breton 50 ans après, Henri Béhar & Françoise Py (dir.), Colloque de Cerisy, Mélusine, n°XXXVII, Éditions L'Âge d'Homme, 2017.

Inmaculada ILLANES ORTEGA : Mandiargues - Dubuffet : relations esthétiques
Mandiargues a déclaré son admiration pour l'œuvre de Jean Dubuffet dans plusieurs articles et textes critiques consacrés à la création d'un artiste qu'il qualifie de "visionnaire". Bien des aspects sembleraient pourtant éloigner l'art brut prôné par Dubuffet, volontairement simple et refusant toute érudition des spécialistes, de l'artifice et la théâtralité chers à l'écrivain. Mais, malgré toutes les différences qui les séparent, on retrouve dans les œuvres de ces deux créateurs des traces d'une sensibilité commune, que nous nous proposons d'étudier, et qui concerne trois questions particulières : l'importance du regard (sur les objets et sur la nature), le goût de la matière (formes, couleurs et textures, surtout minérales), et un commun intérêt pour le mur comme espace privilégié d'expression esthétique.

Inmaculada Illanes Ortega est Professeure titulaire au Département de Philologie Française de l'université de Séville et membre du groupe de recherche Littérature-Image-Traduction (Universités de Séville et de Cadix), sa recherche en littérature contemporaine s'articule autour de trois axes principaux : les relations écriture-peinture et les études sur la nouvelle et sur le genre fantastique. Dans ce cadre, plusieurs de ses travaux ont été consacrés à l'œuvre narrative d'André Pieyre de Mandiargues.

Stéphanie JAMET : La syncope ou Le théâtre de la mort
Les derniers soubresauts de vie de Dona Lavinia d'Alba donnent lieu au Théâtre de la mort. Par la syncope, mais surtout par l'état de présence-absence qui la caractérise, André Pieyre de Mandiargues révèle la puissance érotique d'un corps qui se meurt. Quels liens possibles peuvent être tissés entre l'image de l'évanouie et la représentation de la syncope dans l'art contemporain ?

Historienne de l'art, Stéphanie Jamet est professeure à l'École Nationale Supérieure d'Art de Bourges. Ses recherches actuelles portent sur les états résistance et les notions de production/dé-production dans la représentation du sommeil et de la syncope.
Publications
Out-and-Out (Ecstasies) d'Istvan Balogh, Éditions des presses du réel, 2012.
Regards sur le sommeil, en collaboration avec l'historienne de l'art moderniste Véronique Dalmasso, Éditions Le Manuscrit, 2015.
Actes de la journée d'étude La syncope dans la performance et les arts visuels / Syncope in Performing and Visual Arts (2017), avec le philosophe et performer Fred Dalmasso.
Continuant ses interrogations en dialogue avec Véronique Dalmasso, elle travaille actuellement à l'écriture de La syncope. Vertige de l'art à paraître aux Presses universitaires du Septentrion, publication qui prolonge l'exposition Syncopes et Extases. Vertiges du temps qu'elle a organisée au Frac Franche-Comté en 2019.

Marie JOQUEVIEL-BOURJEA : "…cet effort tendu vers la merveille…" : accompagner Les Rougets d'André Pieyre de Mandiargues
Étrange collaboration d'André Pieyre de Mandiargues avec plus d'une centaine de peintres et de plasticiens contemporains… Paradoxale, surtout, puisque posthume. L'entreprise revient aux éditions Fata Morgana qui, au début des années 2000, ont proposé à plusieurs artistes de fêter le mille et troisième ("mille et tre") numéro de la Maison en accompagnant Les Rougets de Pieyre de Mandiargues. Initialement engagée auprès d'une douzaine de plasticiens, l'aventure s'est poursuivie d'elle-même, pour compter, aujourd'hui, cent six collaborations ayant donné lieu à des volumes au format invariable (vingt pages de format 24x16 cm), dont les exemplaires constituent tous des originaux (entre six et trente par artiste). La collection est désormais clôturée, au terme d'une "pêche miraculeuse" qui aura duré une quinzaine d'années… Cette communication cherchera à comprendre comment le texte de Mandiargues, sorte de petit poème en prose, a pu générer et entretenir autant d'enthousiasme créatif, et susciter, à partir de ces "ravissants animaux" dont la couleur "hésite entre le bronze et le vermeil", des collaborations aussi diversifiées qu'inventives.

Agrégée de Lettres Modernes, Marie Joqueviel-Bourjea est maîtresse de conférences HDR en littérature française des XXe et XXIe siècles à l'université Paul-Valéry Montpellier 3. Spécialiste de poésie contemporaine, elle s'intéresse plus largement aux écritures d'aujourd’hui. Sa recherche, que relaie un enseignement en Lettres et en Esthétique, s'attache également aux arts plastiques et aux relations qu'entretiennent poésie et peinture à la Modernité, singulièrement dans les dialogues qu'elles mettent en œuvre dans l'espace du livre d'artiste.
Dernières publications (sous sa direction)
NU(e) : une revue, des voix, la poésie. Une esth/éthique de la rencontre, Actes, Hermann, 2019.
Revue NU(e), n°67 : Paul Louis Rossi, Collectif, 2018.
Poésie sur les ondes. La voix des poètes-producteurs à la radio, P.-M. Héron, M. J.-B. & C. Pardo (éd.), PUR, 2018.
Philippe Claudel, un art du silence, M. J.-B., J. Cauville & P. Bonnet (éd.), Hermann, 2017.
Dany Laferrière, écrirevoir, Hermann, 2017.
Dernières études
"&", in Gérard Titus-Carmel : l'épreuve & la nécessité, (sld) S. Bédouret-Larraburu, M.-A. Bissay, I. Chol & S. Forero Mendoza, Actes du colloque organisé à l'U. de Pau (novembre 2018), revue Triages, 2019.
"Jacques Réda : l'imminence et l'extravagance de danser", in Articuler danse et poème : enjeux contemporains, (sld) B. Bonhomme, A. Godfroy, R. Lefort & J. Vellet, Actes du colloque organisé à l'U. Nice Côte d'Azur (octobre 2017), L'Harmattan, 2018.
"[…] des éclats qui captent et retiennent les regards […]", in Jean-Paul Michel. « La surprise de ce qui est », (sld) M. Bishop & M. Gosztola, Actes du colloque de Cerisy (juillet 2016), Classiques Garnier, 2018.

Marc KOBER : Le Japon nu et simple raconté par Mandiargues
La relation de Mandiargues au Japon semble évidente par une commune esthétisation de la mort et du sexe. Comme l'écrit Mandiargues, tout cela est d'une "simplicité impitoyable". Or, rien n'est simple dans le processus d'acculturation du monde japonais au monde de Mandiargues : aucune culture asiatique ne le séduit aussi durablement. Mascarets, Sous la lame et Le Deuil des roses forment un itinéraire déconcertant. Pourtant, les arts visuels et scéniques du Japon ont sans doute favorisé ici la mutation générale du style de Mandiargues vers un récit de plus en plus cruel et froid, où l'intrigue s'estompe au profit d'une approche géométrique de la mort. Nous voudrions indiquer dans notre communication la fécondité et les limites de la médiation culturelle des arts japonais dans l'œuvre de Mandiargues en interrogeant la notion de "simplicité" mise en avant par l'auteur.

Co-fondateur en 1990 de la revue La Révolte des chutes, puis membre actif des revues Supérieur Inconnu et La Sœur de l'Ange, Marc Kober est par ailleurs auteur d'une monographie sur l'écrivain égyptien Georges Henein (Éditions H. Champion, 2014), de L'Archipel des Osselets (Fayard, 2000) et de trois recueils de poèmes (Rougier V. Éditions). Normalien, agrégé de lettres modernes, maître de conférences en littérature française et comparée à l'université Paris 13.

Claude LEROY : Fleurs de Pieyre. Les trois naissances de la Jacinthe
Entre fin 1965 et début 1966, dans le malaise que provoque en lui chaque tournant, André Pieyre de Mandiargues a composé Jacinthes. Cette suite de treize poèmes, recueillie dans Ruisseau des solitudes (1968), garde trace d'une traversée initiatique au cours de laquelle le parfum érotique des jacinthes blanches se mêle à leurs métamorphoses. Selon la légende, la fleur est née du sang d'Hyacinthe, amant d'Apollon. Puis le nom de la hyacinthe a passé de la fleur à une pierre précieuse, tandis que la fleur se voyait attribuer le nom "terrible" de jacinthe. La deuxième métamorphose n'étant soutenue par aucun mythe, le poète comble cette lacune par une alchimie des signes. Brouillant sexes et règnes, joignant l'art du lapidaire à celui du fleuriste, il a "retourné comme un sac/ Le sexe pâle de la jacinthe". La plantant enfin sur son église, par une troisième métamorphose il change la jacinthe en fleur de Pieyre.

Claude Leroy est Professeur émérite à l'université Paris Nanterre.
Publications sur Mandiargues
Ouvrage personnel : Le mythe de la Passante de Baudelaire à Mandiargues, PUF, 1999.
Articles : "Le passage Mandiargues", Cahiers du XXe siècle, n°6, 1976 ;
"Éros palimpseste", Revue des Sciences Humaines, n°193, 1984 ;
"André Pieyre de Mandiargues ou le montreur de merveilles", dans La Beauté du merveilleux, dir. A. Gaillard, Presses universitaires de Bordeaux, 2011.
Édition : Écriture ineffable et autres poèmes, Poésie / Gallimard, 2010.
Ouvrage collectif : Plaisir à Mandiargues, dir. avec M.-P. Berranger, colloque du centenaire, Hermann, 2011.

Jean-Claude MARCEAU : Esthétique du baroque et affirmation du désir : la perversion revisitée par André Pieyre de Mandiargues et Gilles Deleuze
Si, pour Mandiargues, "l'écrivain est une sorte de voyant émerveillé", il s'en faut que son écriture, souvent marquée par l'excès, puisse être rabattue sur cette seule maxime surréaliste. Son œuvre participe en effet pleinement du mouvement de la culture, en traduisant les forces pulsionnelles qui l'animent en ses profondeurs, et entre par là même en résonance avec les débats qui, dans le champ de la psychanalyse et de la philosophie, renouvellent le freudisme en repensant, à partir de l'œuvre de Sade, le concept de perversion. Il s'agira, à travers la lecture de ses deux romans : La Motocyclette et La Marge, qui reçut le prix Goncourt en 1967, d'examiner comment l'écriture mandiarguienne développe une esthétique du baroque qui recroise les affinements du concept de perversion chez Jacques Lacan et Gilles Deleuze.

Jean-Claude Marceau, docteur en philosophie de l'université Paris 1, a soutenu une thèse intitulée "Deleuze et Lacan : l'entre-deux de l'inconscient". Ses champs d'intérêts sont la phénoménologie, la psychanalyse lacanienne, la schizo-analyse et le surréalisme, sur lequel il a publié divers articles dans des revues littéraires, ainsi qu'un livre intitulé Unica Zürn et l'Homme-Jasmin : le dit-schizophrène.

Cédric MONG-HY : Les démons de l'anatomie : orgies et organes imaginaires. Jeux d'influence chez André Pieyre de Mandiargues, Leonor Fini et Georges Bataille
Mandiargues, Fini et Bataille se connurent et se croisèrent sous les auspices d'un érotisme noir qui se traduit dans des images littéraires et picturales conversant les unes avec les autres par citation, allusion ou glissement. Cette communication se propose d'explorer les relations entretenues dans ce trio sulfureux. Plus particulièrement, elle s’attardera ici sur les délires organiques et anatomiques qui se déploient tant dans l'œuvre peint et dessiné de Fini que dans les récits de Mandiargues (entre autres "Les mines de Carmaux" et "Le sang de l'agneau") et de Bataille (notamment Histoire de l'œil et Histoire de rats). Il s'agirait ainsi de détecter et de savourer, dans ces trajectoires singulières, le goût des écarts informes de la nature et le souci de leur mise en vue.

Cédric Mong-Hy est docteur en littérature française et diplômé des Beaux-Arts. Il est professeur à l'École Supérieure d'Art de La Réunion, où il a enseigné l'esthétique et la sémiologie de l'image. Une large partie de ses écrits publiés porte actuellement sur l'œuvre de Bataille, lire principalement : Bataille cosmique – Georges Bataille : du système de la nature à la nature de la culture (Lignes, 2012).

Kacper Wiktor NOWACKI : Mandiargues et ses traces argentines
Cette communication essayera d'examiner l'empreinte argentine dans l'œuvre cosmopolite de Mandiargues. Tout d'abord, nous voudrions expliquer son début littéraire en Argentine et les circonstances de la publication de ses premiers récits en espagnol dans la revue Sur dans les années 1950. Nous tracerons ce parcours grâce aux correspondances de Roger Caillois, Octavio Paz ou José Bianco. Puis, nous analyserons un choix de textes critiques inédits de Mandiargues concernant les écrivains argentins comme Borges, Cortazar et Pizarnik et leur fascination commune pour Edgar Allan Poe et la figure du double. Nous étudierons de quelle façon les récits brefs de Mandiargues inscrivent ou rejettent les éléments du réalisme magique argentin. Enfin, nous présenterons le sort des traductions de Mandiargues à la lumière de ses correspondances avec Alejandra Pizarnik publiées en 2019 et les échanges critiques entre les deux écrivains.

Kacper Wiktor Nowacki, docteur en littérature comparée, a soutenu sa thèse "La dynamique de l'érotisme : étude comparative des romans La Marge d'André Pieyre de Mandiargues et La Pornographie de Witold Gombrowicz" (cotutelle université de Perpignan / université de Bergame). Passionné par l'œuvre d'André Pieyre de Mandiargues, il a participé aux colloques "Plaisir à Mandiargues" organisé en 2009 par l'université de Caen et "Mandiargues, le poète" organisé par l'IMEC en décembre 2012. En 2014, il a collaboré à l'organisation du premier colloque international sur Witold Gombrowicz à Buenos Aires, où il a effectué les recherches. Il a publié des articles sur André Pieyre de Mandiargues (Roman 20-50, "La Rencontre", "Actes" 2014 ; La décomposition : dynamiques et horizons, ouvrage collectif, PUP, 2019).

Roberta SAPINO : "L'imposant, redoutable et prodigieux théâtre" : André Pieyre de Mandiargues écrivain et dramaturge
Cette communication a pour ambition de mettre en avant une composante de la personnalité artistique de Mandiargues qui demeure en grande partie à découvrir : son activité d'écrivain pour le théâtre et de dramaturge. À travers l'analyse non seulement des pièces écrites et publiées par Mandiargues, mais aussi de quelques mises en scène de textes mandiarguiens réalisées du vivant de l'auteur, nous souhaitons mettre en valeur la participation de Mandiargues à un réseau de professionnels de l'art dramatique qui l'aurait aidé à développer une certaine conscience artistique dans le domaine théâtral, voire une véritable identité de dramaturge.

Roberta Sapino est chercheuse postdoctorale à l'université de Turin. Elle a soutenu une thèse de doctorat intitulée "André Pieyre de Mandiargues : une éthique du témoignage" (Université de Turin, Université de Nantes) et publié divers articles sur l'auteur.
Publications
""Pour mon plaisir à moi d'user de mon langage" : Isabella Morra entre l'Italie et la France", in Seduzioni teatrali nelle culture romanze, dir. P. Adinolfi & F. Bermejo Calleja, 2019.
""Un enfant des vagues et du cri des mouettes" : rencontres de l'homme avec la nature dans l'œuvre d'André Pieyre de Mandiargues", in Crossways Journal, n°2.1, 2018.
"Mythes, souvenirs, amours vénitiens. Reflets lagunaires dans l'œuvre d'André Pieyre de Mandiargues", in Profili romanzi. Modelli strutture e paradigmi di uno spazio culturale, dir. P. Calef, 2018.
""Nous passions entre des réalités étranges" : André Pieyre de Mandiargues lecteur de Filippo de Pisis", in Intrecci romanzi. Trame e incontri di culture, dir. O. Abbati, 2016.

Pierre TAMINIAUX : Mandiargues et le Mexique : de l'art à la poésie
Cette intervention se concentrera sur les Pages Mexicaines, un ouvrage publié à titre posthume qui traite du voyage long de quatre mois que Mandiargues et Bona firent au Mexique en 1958. Le voyage occupe en effet une place importante dans les écrits critiques de Mandiargues, et l'Amérique latine dans son ensemble, se place au premier plan de ses préoccupations à la fois artistiques et littéraires. Dans la mesure où l'auteur se situe à bien des égards dans une mouvance esthétique qu'on pourrait qualifier de post-surréaliste, on insistera ainsi sur la relation constante et soutenue de la culture mexicaine au surréalisme et, plus spécifiquement, à un imaginaire baroque et magique qui ne pouvait qu'attirer Mandiargues, notamment à travers l'œuvre d'Octavio Paz dont il sera question, même de manière succincte, dans cette communication. Celle-ci sera également établie sur une série de photographies personnelles de différents lieux qui sont représentatifs de l'espace culturel mexicain, marqué depuis toujours par l'art précolombien. En conclusion, on insistera sur le fait que le voyage, chez Mandiargues, s'incarne de manière privilégiée dans la forme du fragment autobiographique, plutôt que sous la forme du récit linéaire proprement dit. Le fragment est ainsi constitutif d'une expérience humaine et culturelle saisie dans son caractère éphémère. En ce sens, il renvoie à une perception poétique du monde de l'autre.

Pierre Taminiaux est professeur de littérature française et francophone du XXe et du XXIe siècles à Georgetown University.
Publications
Surmodernités : entre rêve et technique, L'Harmattan, 2003.
Littératures modernistes et arts d'avant-garde, Honoré Champion, 2013.
Du surréalisme à la photographie contemporaine : au croisement des arts et de la littérature, Honoré Champion, 2016.
Révolte et Transcendance : Surréalisme, situationnisme et arts contemporains, L'Harmattan, 2018.

Cæcilia TERNISIEN : Héritages et filiations
Quels écrivains André Pieyre de Mandiargues hante-t-il ? Explorant à sa suite les formes littéraires qui émeuvent, questionnant à sa manière la conscience mythique et la surnature, ou imitant son style baroque, ses thèmes obsessionnels et son érotisme noir…, Gérard Macé, Alain Jouffroy et Bernard Noël, mais aussi Dominique Noguez, Claude Mathieu, Pascal Quignard, Georges Olivier Châteaureynaud, Hubert Haddad et encore Simon Libérati, sont les auteurs qui, parfois nourris de littérature symboliste, surréaliste et romantique, souvent contre la réglementation de l'imaginaire et pour une écriture dissidente au-delà des genres, nous permettront de mettre en lumière la modernité de l'œuvre de Mandiargues. Nous nous proposons ainsi de relire son œuvre dans les interlignes des écrivains qui la citent, lui rendent hommage, écrivent en palimpseste et revendiquent son héritage.

Cæcilia Ternisien, agrégée et docteur en littérature et langues françaises, a consacré sa thèse à l'œuvre d'André Pieyre de Mandiargues (L'Entrelacs du corps et du romanesque, Hermann, 2016). Ses travaux sont consacrés en particulier à la poétique narrative, au romanesque, à la genèse textuelle, à la phénoménologie chez les romanciers des XXe et XXIe siècles. Elle est l'auteur d'une vingtaine d'articles parus notamment dans les revues Littérature, Poétique, Roman 20-50. Elle est membre du comité de rédaction des revues Roman 20-50 et nord'.

Iwona TOKARSKA-CASTANT : Poésie, cristallisation, abstraction
À suivre l'évolution, sur près d'un demi-siècle, des recueils poétiques de Mandiargues, leur métamorphose apparaît comme évidente : elle tend vers une concision formelle, parfois à la limite de l'abstraction, vers une forme de jeu avec les mots, proche des combinatoires. C'est cette évolution que la présente communication étudiera. D'une poésie inspirée par les élizabéthains, les romantiques allemands ou encore Lautréamont, l'écrivain évoluera, avec le temps, vers plus de dépouillement dans une écriture qui, dans Jacinthes par exemple, et malgré son chromatisme, deviendra en quelque sorte blanche. À cet égard, les poètes à propos desquels il écrit dans les décennies 1960-1970 (Bernard Noël, Denis Roche ou Jacques Roubaud) témoignent aussi de cette évolution inattendue, mais toujours féconde.

Après une thèse de doctorat en lettres sur André Pieyre de Mandiargues en 1997 (Université Paris X Nanterre), et publié de nombreux articles sur son œuvre, Iwona Tokarska-Castant a co-dirigé, avec Éric Dussert, l'édition de la correspondance entre André Pieyre de Mandiargues et Jean Paulhan (Gallimard, coll. "Les Cahiers de la NRF", Paris, 2009).

Birgit WAGNER : L'Archéologue, Gradiva et l'impact des images
Le récit L'Archéologue, dans Soleil des loups (1951), est évidemment une réécriture de Gradiva de Jensen (1903), déjà le titre l'indique, puisque le protagoniste de Gradiva, Norbert Hanold, fait aussi la profession d'archéologue. Or, si dans Gradiva, le parcours du protagoniste est un chemin vers la guérison de son trouble, magistralement analysé par Freud, le récit de Mandiargues prend exactement la direction contraire, c'est-à-dire d'un état de perfection statuaire à la déliquescence corporelle.
En plus, il y a l'impact des images (dans un sens large, des statues sont aussi des images, une réalité visible) : la Gradiva de Jensen et "la bella cesarina di cera" chez Mandiargues, dont le narrateur et Bettina subissent la vision plutôt qu'ils la contemplent (vision mortelle pour les deux). Quel est le rôle de l'image visuelle pour la littérature ?

Birgit Wagner, professeur des littératures française et italienne à l'université de Vienne. Présidente de l'Association Internationale Blaise Cendrars de 2012 à 2014.
Publications
"Strates de la mémoire. Une lecture de la trilogie "Les Eaux mortes", "Un cimetière indien" et "L'Enclos"", in M.-P. Berranger, P.-M. Héron et C. Leroy (éd.), Périples & parages. L'œuvre de Frédéric Jacques Temple, Colloque de Cerisy, Paris, Hermann, 2016, p. 443-453.
"Lis de mer et tours aux Sarrasins. Mandiargues et Ernst Jünger", in M.-P. Berranger et C. Leroy (éd.), Plaisir à Mandiargues, Paris, Hermann, 2011, p. 297-310.
Contribution au colloque "André Pieyre de Mandiargues le poète", Université de Caen Normandie (6-7 décembre 2012), Titre de l'intervention : "L'Âge de craie : glissements progressifs des pronoms personnels" (actes du colloque pas encore publiés).


BIBLIOGRAPHIE :

Œuvre d'André Pieyre de Mandiargues

Poésie
L'Âge de craie, suivi de Dans les années sordides, Astyanax et Le Point où j'en suis, Poésies complètes, Tome I, Poésie / Gallimard, 2009.
Écriture ineffable, précédé de Ruisseau des solitudes, de L'Ivre Œil et suivi de Gris de perle, Poésies complètes, Tome II, édition établie par Claude Leroy, Poésie / Gallimard, 2009.

Récits, nouvelles et romans
La Motocyclette, Gallimard, 1963.
La Marge, Gallimard, 1967.
L'Anglais décrit dans le château fermé, Gallimard, 1979.
Tout disparaîtra, Gallimard, 1987.
Récits érotiques et fantastiques, vie et œuvre par Sibylle Pieyre de Mandiargues, avant-propos de Gérard Macé, Gallimard, coll. "Quarto", 2009.

Théâtre
Isabella Morra, Gallimard, 1973.
La Nuit séculaire, Gallimard, 1979.
Arsène et Cléopâtre, Gallimard, 1981.

Essais
Les Monstres de Bomarzo, avec des photographies de Glasberg, Grasset, 1957.
Le Belvédère, Grasset, 1958.
Deuxième Belvédère, Grasset, 1962.
Troisième Belvédère, Gallimard, 1971.
Bona l'amour et la peinture, Skira, coll. "Les Sentiers de la création", 1971.
Le Cadran lunaire, Gallimard, 1972.
Arcimboldo le merveilleux (en coll. avec Yasha David), Robert Laffont, 1977.
Aimer Michaux, Fata Morgana, 1983.
Quatrième Belvédère, Gallimard, 1995.
Ultime Belvédère, Fata Morgana, 2002.
Les Rougets, Fata Morgana, 2003.

Traductions
• Octavio Paz, La Fille de Rappacini, Mercure de France, 1972.
• Filippo de Pisis, 11 + 1 poèmes, Fata Morgana, 1983.
• W. B. Yeats, Le Vent parmi les roseaux, Fata Morgana. 1984.
• Yukio Mishima, Madame de Sade, Gallimard, 1976.
• Yukio Mishima, L'Arbre des tropiques, Gallimard, 1984.

Entretiens
Le Désordre de la mémoire, entretiens avec Francine Mallet, Gallimard, 1975.
Un Saturne gai, entretiens avec Yvonne Caroutch, Gallimard, 1982.

Correspondance
• Bona et André Pieyre de Mandiargues, Correspondances, Filigranes, coll. "Saison", n°22, 2005.
• "Écris-moi tes hauts faits et tes crimes", correspondance avec Nelly Kaplan, 1962-1991, Tallandier, 2009.
• André Pieyre de Mandiargues et Jean Paulhan, Correspondance 1947-1968, édition établie, annotée et préfacée par Éric Dussert et Iwona Tokarska-Castant, Gallimard, coll. "Les Cahiers de la NRF", 2009.
• Leonor Fini et André Pieyre de Mandiargues, L'Ombre portée. Correspondance 1932-1945, traduit de l'italien par Nathalie Bauer, Le Promeneur, 2010.
• André Pieyre de Mandiargues et Alejandra Pizarnik, Correspondance Paris - Buenos Aires 1961-1972, commentaires de Mariana Di Cio, Ypsylon, 2018.
• André Pieyre de Mandiargues et Francis Ponge, Lettres familières 1950-1980, édition établie, annotée et présentée par Gérard Farasse, La Rochelle, Éditions Himeros, 2011.

Bibliographie critique (sélection)

• Bona et André Pieyre de Mandiargues, Correspondances, Filigranes, coll. "Saison", n°22, 2005.
• Castant Alexandre, Esthétique de l'image, fictions d'André Pieyre de Mandiargues, Publications de la Sorbonne, 2001.
• Gras-Durosini Dominique, Mandiargues et ses récits : L'écriture en jeu, L'Harmattan, 2006.
• Grossman Simone, L'œil du poète. Pieyre de Mandiargues et la peinture, Paris-Caen, Lettres Modernes-Minard, coll. "Archives des lettres modernes", n°273, 1999.
• Laroque-Texier Sophie, Lecture de Mandiargues, L'Harmattan, 2005.
• Leroy Claude, Le mythe de la passante de Baudelaire à Mandiargues, PUF, 1999.
• Mallard Alain-Paul et Pieyre de Mandiargues Sibylle, André Pieyre de Mandiargues / Pages mexicaines, Gallimard / Maison de l'Amérique latine, 2009.
• Patriarca Francesco et Sibylle Pieyre de Mandiargues, L'Appartement, Filigranes, 2004.
• Pierre José, Le Belvédère Mandiargues, Adam Biro / Galerie Artcurial, 1990.
• Stétié Salah, Mandiargues, Seghers, 1978.
• Taminiaux Pierre, Littératures modernistes et arts d'avant-garde, Honoré Champion, 2013.
• Ternisien Caecilia, Mandiargues. L'Entrelacs du corps et du romanesque, coll. "Savoir Lettres", Hermann, 2016.

Ouvrages collectifs, revues, catalogues (sélection)

De la bibliothèque de Bona et André Pieyre de Mandiargues, catalogue de la Librairie galerie Emmanuel Hutin, 2005.
• André Pieyre de Mandiargues, De La Motocyclette à Monsieur Mouton, sous la direction d'Yves Baudelle et de Caecilia Ternisien, Roman 20-50, n°5, avril 2009.
• André Pieyre de Mandiargues, Europe, n°981-982, janvier-février 2011.
Plaisir à Mandiargues, sous la direction de Marie-Paule Berranger et de Claude Leroy, Hermann, 2011.
L'Œil d’un poète, collection André et Bona Pieyre de Mandiargues, catalogue de la vente chez Christie’s, 24 octobre 2011.


PARTENARIAT :

• Institut Mémoires de l'édition contemporaine (IMEC)


SOUTIEN :

• École nationale supérieure d'art de Bourges (ENSA Bourges)

Programme 2020 : un des colloques

Programme complet


Colloque annulé

En raison des événements exceptionnels liés à l'épidémie de la Covid-19, et sur proposition des directeurs, ce colloque a été annulé.

La direction du CCIC


LE YIDDISH, L'INCONSCIENT, LES LANGUES


DU LUNDI 20 JUILLET (19 H) AU LUNDI 27 JUILLET (14 H) 2020

[ colloque de 7 jours ]


Illustration de Hank Blaustein, Babble at Babel, 2019


DIRECTION :

Alessandra BERGHINO, Max KOHN


ARGUMENT :

Il y a des colloques sur le yiddish ou sur la psychanalyse. Ce n'est pas le cas de celui-ci qui veut saisir l'ouverture du yiddish sur l'inconscient.

Le yiddish s'écrit en alphabet hébraïque même si ce n'est pas une langue consonantique (on y ajoute les voyelles) comme l'hébreu. Sa grammaire repose sur des bases de la grammaire allemande et son vocabulaire se compose d'éléments de haut moyen allemand (80%) et sémitiques (10% d'hébreu et d'araméen), de langues romanes et slaves et son développement commence en Lotharingie en 1250. Le yiddish est une expérience du plurilinguisme et de l'écart à une langue. C'est une métaphore d'une ouverture sur l'inconscient dont le Witz, le mot d'esprit ancré dans le Midrash (mode de lecture talmudique qui relie des passages et des versets différents pour élaborer de nouveaux récits), est un modèle que l'on peut retrouver dans d'autres contextes linguistiques où la parole du sujet ne coïncide pas avec une langue.

Il s'agit de s'interroger aujourd'hui après la destruction de la Mitteleuropa à plusieurs niveaux, d'abord sur le plan même de l'état actuel du yiddish dans le monde. Que se passe-t-il exactement ? Quel état des lieux peut-on dresser ? Est-ce une langue vivante, morte, ni vivante ni morte, entre les deux, une langue de culture que l'on centre sur l'étude de la littérature, de la grammaire et du vocabulaire ? Ce paradigme du yiddish est-il opératoire pour analyser d'autres contextes linguistiques aujourd'hui ? Lesquels et comment ?


MOTS-CLÉS :

Inconscient, Langues, Psychanalyse, Yiddish


CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 20 juillet
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Mardi 21 juillet
Matin
RÊVER DE LANGUES — Modérateur : Max KOHN
Salomon BIELASIAK : Voyage dans les langues
Alessandra BERGHINO : La princesse perdue, un rêve de Rabbi Nahman de Braslav ou la préciosité du fragment

Après-midi
LA FAMILLE SINGER — Modératrice : Alessandra BERGHINO
Cécile ROUSSELET : Inquiétante étrangeté, retour du refoulé. Métamorphoses de la langue yiddish en contexte d'assimilation chez Esther Kreitman
Isy MORGENSZTERN : Comment dire le judaïsme en yiddish, la langue du blasphème et de l'ironie ? Que conserver en traduction ? L'exemple d'Isaac Bashevis Singer

Soirée
Autour des films : I. B. Singer, sur un Dieu caché (collection "Un Siècle d'Écrivains", Diff. France 3 et Arte, Production 1997, Diffusion Arte 24 février 1998) ; Serge Lask, calligraphe de l'absence (4’50’’, sur son œuvre. Production SZ Productions et Arte, Version française et version anglaise, Production 1997, Diffusion Arte 24 février 1998) ; Qu'est-ce qu'elle dit Zazie ? (4', Interview de Serge Lask (site internet) par Jean-Michel Mariou, France 3, Version française, Production 1999, Diffusion 25 février 1999) d'Isy MORGENSZTERN


Mercredi 22 juillet
Matin
JUDÉO-LANGUES ET INCONSCIENT : LE JUDÉO-ESPAGNOL ET LE JUDÉO-ALSACIEN — Modérateur : Max KOHN
Pandelis MAVROGIANNIS : Motivations linguistiques et personnelles des locuteurs-apprenants du djudyó (judéo-espagnol) : que peut-on apprendre lors d'un cours portant sur sa propre langue ?
Alain KAHN : Le Judéo-alsacien (Yddisch Daytsch), un langage reflet d'un état d'esprit au quotidien

Après-midi
L'ÉCART À UNE LANGUE — Modératrice : Alessandra BERGHINO
Mareike WOLF-FÉDIDA : Bilinguisme et yiddish
Isabelle STARKIER : Le théâtre yiddish est-il – comme la psychanalyse – une histoire juive ?

Soirée
Récital de Michèle TAUBER, accompagnée au violon par Michaël RIEDLER [présentation]


Jeudi 23 juillet
Matin
L'OUBLI — Modérateur : Max KOHN
Robert SAMACHER : La langue oubliée : le yiddish
Chloé THOMAS : Louis Wolfson et le yiddish : la haine de la langue maternelle ?

Après-midi
DÉTENTE


Vendredi 24 juillet
Matin
UN ATELIER DE VIE — Modératrice : Alessandra BERGHINO
Fabienne AMSON : Pour que "notre yiddish" vive : un atelier de l'OSE
Steven SAMPSON : On ne meurt que deux fois : le déclin du yiddish chez Philip Roth et ses héritiers

Après-midi
ENTRE LANGUE SACRÉE ET LANGUE DU POUVOIR — Modérateur : Max KOHN
Perla SNEH : Parler une langue inconnue – yiddish et transmission
Michèle TAUBER : Le yiddish, langue sacrée dans l'œuvre d'Aharon Appelfeld

Soirée
Autour du film Les Yatzkan d'Anna-Célia KENDALL-YATZKAN (Documentaire, 2014, Idéale Audience - ARTE France-La Lucarne) [présentation]


Samedi 25 juillet
Matin
HENRI ROTH — Modératrice : Alessandra BERGHINO
Max KOHN : Henry Roth : langue et inceste
Steven G. KELLMAN : Henry Roth : écrivain yiddish en anglais

Après-midi
ARCHÉOLOGIE — Modérateur : Max KOHN
Naomi SEIDMAN : Freud, le yiddish et l'archéologie linguistique du moi juif moderne
Marie SCHUMACHER-BRUNHES : Relire Sholem Asch

Soirée
Nelly Wolf, La vie des Glouk, Paris, Éditions Pont 9, 2016 [présentation]


Dimanche 26 juillet
Matin
PRÉSENCE ET ABSENCE — Modératrice : Alessandra BERGHINO
Alan ASTRO : Dyades transgénérationnelles : auteurs yiddish et post-yiddish en Amérique latine
Nelly WOLF : Romain Gary : Le yiddish plus ou moins

Après-midi
ENTRE UTOPIE ET FICTION — Modérateur : Max KOHN
Erez LÉVY : Espaces du yiddish après la fin du Yiddishland historique. Utopies rêvées, utopies réelles – des aspirations à une résurrection ?
Raphaël KOENIG : Le yiddish, fiction deleuzienne ? Sur Kafka. Pour une littérature mineure

Soirée
Autour du film Les enfants de la nuit écrit par Frank ESKENAZI & François LÉVY-KUENTZ (The Factory Productions, 2014) [présentation]
Autour de deux interviews d'Evgeny Kissin (pianiste et écrivain yiddish) : "Émission vidéo Hert mikh oys, Hear me out, Écoutez-moi avec Evgeny Kissin, pianiste, Paris, Forverts, New York, 7 janvier 2011" & "Max Kohns vort (29) Evgeny Kissin : poète yiddish, Yiddish pour les Nuls, 23 septembre 2015"


Lundi 27 juillet
Matin
Conclusions

Après-midi
DÉPARTS


EXPOSITION (pendant la durée du colloque) :

"Attiré par les Hassidim", réalisée par Hank BLAUSTEIN


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Fabienne AMSON : Pour que "notre yiddish" vive : un atelier de l'OSE
Ils ne rateraient pour rien au monde ce rendez-vous mensuel. Ils, ce sont des hommes et des femmes survivants de la Shoah, heureux de se retrouver autour d'une table pour faire vivre un yiddish singulier, unique, le leur. Un yiddish doux, celui de l'enfance, des chansons de leurs mères, de leurs pères dans l'atelier de couture. Un yiddish caustique et fantasque, celui des vitsn, des blagues, des expressions intraduisibles. Un yiddish douloureux, grainé de tous leurs disparus. Ces moments d'émotion et de plaisir s'inscrivent dans le travail d'"Écoute Mémoire et Histoire", un service créé il y a une vingtaine d'années par l'OSE (Œuvre de Secours aux Enfants) afin d'apporter un soutien aux survivants de la Shoah et de leur famille. Ce service, soutenu par la Fondation de la Mémoire de la Shoah, propose toute l'année des activités de convivialité, des groupes de parole et une aide à l'écriture de témoignage. L'activité de rencontre mensuelle autour du yiddish s'intitule mame-loshn, pour que la mémoire de notre yiddish vive. Tout un programme !

Fabienne Amson est directrice du service "Écoute Mémoire et Histoire" de l'OSE depuis 2012. L'objectif de ce service est d'offrir aux survivants de la Shoah et de leur famille un espace de parole et d'écoute.
Site de l'OSE : ose-france.org

Alan ASTRO : Dyades transgénérationnelles : auteurs yiddish et post-yiddish en Amérique latine
Si on peut parler de la deuxième et troisième générations des survivants de la Shoah, on décèle quelque chose de semblable chez des enfants et petits-enfants d'écrivains yiddish. Que ces derniers se soient trouvés au cœur de la catastrophe, ou en sécurité au loin (par exemple, en Amérique latine), la plupart de leurs lecteurs potentiels fut assassinée. Leurs descendants se retrouvent donc héritiers d'œuvres devenues confidentielles. Il arrive que ces enfants et petits-enfants, parfois à leur tour écrivains, voire psychanalystes, s'expriment sur cet héritage, en espagnol ou en portugais. Cette communication explorera quelques-unes de ces dyades transgénérationnelles d'auteurs : Simja Sneh et sa fille Perla (Argentine) ; Meir Kucinski et son fils Bernardo (Brésil) ; Salomón Zytner et sa petite-fille Rosa (Uruguay) ; et un cas de la quatrième génération : Mijl Hacohen Sinay et son arrière-petit-fils Javier (Argentine).

Alan Astro, qui enseigne depuis 1985 à Trinity University, San Antonio (Texas), a publié plus de 35 articles sur des écrivains aussi variés que Bashevis, Baudelaire, Beckett et Borges. Il a fait de nombreuses traductions, dont une anthologie d'auteurs yiddish d'Amérique latine (Yiddish South of the Border, University of New Mexico Press, 2003). Il a rédigé l'entrée sur le yiddish de l'Histoire sociale des langues de France, Presses Universitaires de Rennes, 2013, pp. 547-557.
Publications
Chinski Malena et Astro Alan (dir.), Splendor, Decline, and Rediscovery of Yiddish in Latin America, Leyden/Boston, Brill, 2019 (en ligne).

Alessandra BERGHINO : La princesse perdue, un rêve de Rabbi Nahman de Braslav ou la préciosité du fragment
Rabbi Nahman de Braslav fait d'un fragment d'un de ses rêves un conte devenu midrash. Le texte de la princesse perdue fut transmis entre générations dans les deux formes, orale et écrite. Le texte soulève entre autres la question de la solitude, de l'exil, du Moi du collectif juif devant la représentation de la perte et plus particulièrement de celle du féminin d'une langue: le yiddish. Le yiddish est "une langue d'homme qui fait parler tout le temps le féminin". Le féminin de la langue yiddish fait parler le côté irrationnel de la mémoire du Moi Juif. Que se passe-t-il lorsqu'il y a une perte, quand l'irrationalité du yiddish qui nous renvoie tout le temps aux jeux du Witz est menacée, tuée ? R. N. de Braslav évoque à travers l'hallucination du rêve la déchirure du voile, à vrai dire la conscience d'une perte irréparable qui est métaphoriquement représentée par le voile (les larmes), qui devient écriture dans le sable du désert : les larmes se font parole. Les midrashim comme des restes de rêves entre générations constituent une mémoire d'une langue où la parole se construit à travers le rêve et on rêve d'une parole.

Alexandra Berghino exerce la psychanalyse à Paris. Elle est aussi auteur, traductrice et Docteur en Histoire et Littérature de l'université de Turin. Sa bibliographie est consultable sur son site internet : alessandra-berghino-psychanalyste.fr

Salomon BIELASIAK : Voyage dans les langues
Cette communication tentera de faire ressortir à quel point une histoire personnelle transnationale peut être liée à l'amour des langues. Des deux langues maternelle et paternelle, l'une le polonais, celle du pays et l'autre le yiddish, celle entendue au foyer de l'enfant, sa préférence va, bien entendu, vers la première comme moyen de communication avec la vie concrète extérieure à la maison. Un tel enfant à son arrivée en France à l'âge de 10 ans, a dû se familiariser avec le français et il s'y est attaché de toutes ses forces. Lorsqu'il est devenu avocat, il n'a pas hésité à mentionner dans l'Annuaire de la Magistrature au titre de ses langues parlées et écrites, le yiddish.

Salomon Bielasiak est avocat honoraire au barreau de Paris, locuteur du yiddish, du polonais, du français, de l'anglais, du russe et de l'hébreu. Lauréat du Prix Max Cukierman 2015 pour la langue et la culture yiddish. Présentateur d'une émission hebdomadaire et en direct d'une heure en yiddish à Paris sur Radio J. Musicologue amateur et collectionneur d'enregistrements sonores en yiddish provenant de très nombreux pays sous forme de chansons. Fondateur d'un festival annuel en juillet à Deauville consacré à des concerts en yiddish donnés par des artistes venant de l'étranger et se produisant pour la plupart pour la première fois en France.

Alain KAHN : Le Judéo-alsacien (Yddisch Daytsch), un langage reflet d'un état d'esprit au quotidien
Pour paraphraser un célèbre slogan publicitaire, on pourrait dire que le judéo-alsacien c'est vraiment le "bon sens près de chez nous". Ainsi ce langage conserve, malgré son déclin, un symbolisme lié à ses racines culturelles et linguistiques, à son terroir et à la force qu'il représente dans la transmission des valeurs d'un judaïsme authentique et d'un vivre ensemble avant la lettre. Ce parler particulier véhicule parfaitement les traditions et la vie quotidienne d'une manière souvent savoureuse en ne négligeant ni l'auto-dérision, ni les analogies, ni l'ironie, ni le simple bon sens. Ses traces sont toujours vivantes puisqu'il a été transmis de génération en génération et même dans la campagne alsacienne, dans les villages où il y avait une présence juive pourtant bien lointaine, des non-juifs ont conservé encore aujourd'hui les expressions judéo-alsaciennes, souvent humoristiques, qu'ils avaient entendues de leurs grands-parents ou arrière-grands-parents. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles cet intérêt pour ce langage, incontestablement en déclin, perdure malgré tout !

Alain Kahn est retraité de la fonction publique territoriale, Président de l'association des Amis du Site Internet sur le Judaïsme Alsacien et Lorrain, Président de la Communauté juive de Saverne, Membre du Comité de la Synagogue de la Paix de Strasbourg, Membre du Comité de la Société d'Histoire des Israélites d'Alsace et de Lorraine.
judaisme.sdv.fr/perso/alkahn/alkahn.htm
Publications
Histoires Judéo-alsaciennes, Jérôme Do Bentzinger Éditeur, 2011 (ouvrage évoquant sous forme de contes l'histoire et la vie quotidienne ainsi que les coutumes des juifs dans les communes de la campagne alsacienne).
Article sur le judéo-alsacien : "La langue et l'humour, un état d'esprit au quotidien", in Juifs d'Alsace au XXe siècle ; ni ghettoïsation, ni assimilation, La Nuée Bleue, 2014 (ouvrage collectif dirigé par le Professeur Freddy Raphaël).

Steven G. KELLMAN : Henry Roth : écrivain yiddish en anglais
Bien qu'Henry Roth n'ait jamais écrit en yiddish, sa langue maternelle servait comme un sous-texte tout au long de sa vie. Transporté de Galicia aux États-Unis avant l'âge de deux ans, il se souvenait de sa jeunesse dans le Lower East Side comme un paradis perdu, où "Toutes les transactions, le travail, et le jeu ont été menés en yiddish". Leah Roth, sa mère bien-aimée, n'a jamais maîtrisé l'anglais, mais Roth chérissait de doux souvenirs dans lesquels elle lui lisait en yiddish. La famille Schearl, les personnages principaux de son chef d'œuvre, Call It Sleep, sont immigrants, et l'un des grands défis stylistiques du roman c'était de rendre leurs conversations et pensées, qui se se passent en yiddish, en anglais. Après la mort du romancier, on a trouvé parmi ses papiers sa traduction en anglais d'une pièce de théâtre en trois actes, Der Zind Fun Get, que son père Herman a composé en 1939-1940.

Steven G. Kellman est professeur de littérature comparée à l'université de Texas à San Antonio.
Publications
Redemption : The Life of Henry Roth, Norton, 2005.
Nimble Tongues : Reflections on Literary Translingualism, Purdue, 2020.
The Restless Ilan Stavans : Outsider on the Inside, Pittsburgh, 2019.
The Translingual Imagination, Nebraska, 2000.
The Self-Begetting Novel, Columbia, 1980.

Raphaël KOENIG : Le yiddish, fiction deleuzienne ? Sur Kafka. Pour une littérature mineure
Cette intervention s'interrogera sur le rôle du yiddish chez Deleuze, au sein de sa lecture de Kafka et de son concept de littérature mineure. Deleuze aligne les contresens sur le yiddish, qu'il décrit comme une langue avant tout orale, perpétuellement en flux, jamais assez stable pour pouvoir être décrite de façon systématique (d'où l'idée paradoxale d'une "langue sans grammaire"). Des spécialistes de littérature yiddish, et en premier lieu Chana Kronfeld (dans son ouvrage On the Margins of Modernism : Decentering Literary Dynamics) se sont livrés à une critique en règle, et éminemment justifiée, de ces graves contresens. Mais il s'agirait ici d'aborder ce débat sous un autre angle : tout en soulignant les contresens que fait Deleuze sur le yiddish, on pourrait également évoquer leur nature productive, en tentant de tracer les contours d'une fiction philosophique, un "yiddish deleuzien" aussi éloigné de la langue et de la culture yiddish que le "Deleuze-Leibniz" du Pli l'est de l'œuvre de Leibniz. Ce faisant, on tentera d'inclure cette fiction philosophique dans une histoire longue des regards extérieurs portés sur le yiddish, en s'interrogeant également sur la façon dont une description plus fine du "yiddish deleuzien" pourrait nous permettre de reprendre à nouveaux frais une critique constructive du concept de littérature mineure.

Raphaël Koenig est postdoctorant au Centre de recherche sur l'art moderne Leonard A. Lauder du Metropolitan Museum of Art de New York. Il est docteur en littérature comparée de l'université de Harvard, ancien élève de l'École normale supérieure, et agrégé de lettres modernes. Son travail porte avant tout sur la littérature et les arts visuels des avant-gardes de l'entre-deux-guerres (en français, allemand, et yiddish), et en particulier sur la réception de "l'art des fous" de 1922 à 1949. Il fait partie du comité de rédaction de In geveb : A Journal of Yiddish Studies, où il est notamment en charge de la coordination du "Projet Milgroym", un projet de numérisation, traduction, et valorisation de journaux d'avant-garde yiddish des années 1920.
Publications récentes
"The Mad Book : Der Nister as Unreliable Author in From my Estate (1929)", Jewish Aspects in Avant-Garde : Between Rebellion and Revelation, Ed. by Mark H. Gelber and Sami Sjöberg, De Gruyter (2017).
"L'Anti-Hegel : Deleuze lecteur de Wolfson, un tournant dans l'histoire de la réception des fous littéraires", Dialogues schizophoniques avec Louis Wolfson, L'Imprimante (2016).

Max KOHN : Henry Roth : langue et inceste
L'œuvre de Henry Roth est particulièrement unique dans l'histoire de la littérature parce qu'il existe un écart de soixante ans entre son premier livre L'Or de la terre promise (Call it Sleep, 1934) et À la merci d'un courant violent (Mercy of a Rude Stream, 1994). Dans le dernier livre, il décrit l'inceste avec sa sœur Minnie et sa cousine Stella. Cela pose la question du rapport de son œuvre à un contexte incestueux dans l'originalité de son rapport aux langues. Il poursuit l'inceste qu'il n'a jamais cessé avec les langues, essayant d'en inventer une pour rester stable dans une langue d'origine qui manque définitivement, sans pouvoir arriver à investir complètement la langue de l'environnement. Il s'agit de saisir la nécessité où peut se trouver un sujet d'écrire et d'inventer une langue pour pouvoir échapper à l'abîme sur lequel est ouvert l'inceste. Henry Roth essaie d'y échapper en étant à lui-même sa propre loi.

Max Kohn est psychanalyste.
Dernière publication
L'œil du psy. Chroniques 2012-2018, Préface d'Alessandra Berghino, Collection "Culture & Langage", Paris, MJW Fédition, 2019.
Site : maxkohn.com

Erez LÉVY : Espaces du yiddish après la fin du Yiddishland historique. Utopies rêvées, utopies réelles – des aspirations à une résurrection ?
Ce propos tentera d'approcher les sentiments nourris par le souvenir du Yiddishland à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, époques marquées par les états des lieux de la disparition de cette civilisation pluriséculaire à l'empreinte historique, culturelle, spirituelle très dense, et la commémoration du crime contre l'humanité par lequel elle fut effacée de son creuset géographique. N'étant pas à titre principal un essai historique, il cherchera, pour aborder cette sphère habitée par l'ancrage familial, traversée par des antagonismes idéologiques, hantée par le souvenir de l'émigration et de l'intégration ainsi que celui de souffrances inouïes et longtemps indicibles, à suivre les représentations idéales d'un monde perdu, dans le domaine de la culture et dans celui des utopies politiques. À cet égard, il s'intéressera d'une part à des aspects du renouveau de l'expression culturelle yiddish en France au cours des trois dernières décennies, en particulier dans la chanson (Jacques Grober, Violette Szmajer, Batia Baum, Michèle Tauber et le groupe du Paon doré) ; d'autre part aux survivances des motifs d'utopie politique trouvant leur source dans l'épopée idéologique et historique du Yiddishland (Charles Melman, Mojsze Zalcman) ; enfin à la réappropriation de la mémoire véhiculée par le yiddish telle qu'elle peut être perçue dans les interviews réalisées par Max Kohn entre 2006 et 2016. Cette recherche, tentative d'exploration d'un cheminement affectif vers le yiddish de la part d'un enfant né à cette époque en Israël et ayant grandi en France dans une famille non yiddishophone, se limitera à certaines expressions de cette mémoire et de ces motifs d'espérance en France, sans s'interdire de les mettre en rapport avec des expressions analogues dans d'autres pays de la diaspora juive ou en Israël.

Erez Lévy, né en 1971, titulaire de licences d'histoire et de droit, se consacre depuis 2005 à l'enseignement de la langue yiddish et à la traduction de textes yiddish, principalement dans le cadre du Cercle culturel Medem à Paris 10ème. Il a traduit deux livres du souvenir consacrés à l'histoire séculaire de bourgades juives disparues durant la Shoah, ainsi que de nombreux manuscrits. Il est également l'auteur d'une pièce de théâtre en langue yiddish présentée en 2010. Il est lauréat des prix Yidl-Korman (2013) et Max-Cukierman (2019) pour la langue et la culture yiddish.

Pandelis MAVROGIANNIS : Motivations linguistiques et personnelles des locuteurs-apprenants du djudyó (judéo-espagnol) : que peut-on apprendre lors d'un cours portant sur sa propre langue ?
Les cours et ateliers de djudyó sont suivis par la première génération de locuteurs auxquels la langue n'a pas été transmise. Sans être des locuteurs à part entière, ils ne sont pas non plus des apprenants stricto sensu, puisqu'ils possèdent des compétences linguistiques passives acquises dans leur enfance. Dans leur cas, la dichotomie entre acquisition et apprentissage est inopérante. Il convient alors d'interroger ce processus d'"apprentissage" linguistique pour cerner les objectifs réels de ces "apprenants", qui suivent des cours de langue sans pour autant développer de nouvelles compétences langagières. Alors que ces cours offrent la possibilité de réactiver leurs compétences linguistiques, ces locuteurs-apprenants ne sont pas investis et se limitent à suivre, en citant parfois des mots ou expressions issus de leur idiolecte post-vernaculaire. Dès lors, le cadre des cours semble constituer un prétexte pour retrouver une langue et un monde disparus. Dans cette intervention, basée tant sur l'observation participante des cours et sur l'analyse d’enregistrements d'ateliers de djudyó des années 1990, on esquissera les traits de ces locuteurs-apprenants pour tenter de comprendre leur démarche.

Pandelis Mavrogiannis est né à Salonique, la Jérusalem des Balkans que la Shoah a détruit. Il a étudié le judéo-espagnol sous la direction de Marie-Christine Varol, puis conduit une série d'entretiens, hébergés sur la plateforme Collections de Corpus Oraux Numériques (COCOON) du CNRS. Doctorant à l'INALCO, il est en train de constituer des archives orales intitulées Judeo-Spanish Oral Archive (JSOA) (hébergées sur COCOON). Il enseigne le judéo-espagnol à l'INALCO, à l'Institut d'études du judaïsme (Université Libre de Bruxelles) et au Centre Medem - Arbeter Ring (Paris).
Publication
"The Judeo-Spanish oral Archive (JSA) : data collection, metadata description, results, and perspectives for development", in STUDEMUND-HALEVY M., LIEBL M. et VUCINA I. (dir.), Sefarad an der Donau : lengua y literatura de los sefardies en tierras de los Habsburgo, Barcelona, Tirocinio, 2013, p. 385-406.

Isy MORGENSZTERN : Comment dire le judaïsme en yiddish, la langue du blasphème et de l'ironie ? Que conserver en traduction ? L'exemple d'Isaac Bashevis Singer
Isaac Bashevis Singer a reçu le prix Nobel de littérature en 1978 pour une œuvre entièrement écrite en yiddish, publiée sous forme de feuilleton dans le journal américain Forwerts. Un univers conforme à cette langue ironique et blasphématoire et pourtant fortement appuyée sur le judaïsme rabbinique et la cabbale. Plus de cinquante livres seront traduits en anglais sous son contrôle. Nous nous proposons au travers de trois de ces ouvrages, Satan à Goraï, Au tribunal de mon père et Le blasphémateur d'analyser des passages concernant le judaïsme tels qu'ils figurent dans la première version en yiddish. Et en regard dans leur publication en anglais.

Isy Morgensztern est enseignant en philosophie et histoire des religions.
Co-Auteur du Cahier de l'Herne sur l'écrivain I.B. Singer.
Auteur de Rencontre au sommet. Dialogue entre I. B. Singer et Antony Burgess, Éditions Mille et une Nuits.
Producteur, auteur et réalisateur de la "Soirée Thématique sur I. B. Singer", incluant un court document sur le peintre yiddish Serge Lask, diffusée par Arte le 24 février 1998.
Producteur et réalisateur du film documentaire I. B. Singer, sur un Dieu caché, 50’, Diffusion France 3 et Arte.

Cécile ROUSSELET : Inquiétante étrangeté, retour du refoulé. Métamorphoses de la langue yiddish en contexte d'assimilation chez Esther Kreitman
Esther Kreitman, sœur aînée d'Israël Joshua Singer et d'Isaac Bashevis Singer, est née en 1891 en Pologne et morte en 1954 à Londres. Elle écrit dans un contexte particulier, au sein duquel son statut minoritaire est travaillé, réinterrogé en permanence. Son usage de la langue yiddish comme langue d'écriture est véritablement en tension, dessinant, en creux, les impensables d'une culture en dissolution, et en perte de repères identitaires. Elle met en scène, en produisant dans ses textes des effets d'inquiétante étrangeté, la permanence babylonnienne et marquée par la mélancolie d'un passé parfois refoulé, comme étrangéïsant un familier qui ne lui appartient pas totalement. Par le vocabulaire convoqué, les éléments stylistiques dans Der Sheydim-tants, ou un jeu subtil sur le plurilinguisme dans Brilyantn, ce sont les résurgences d'un informulable inconscient qui affleurent à la surface de la langue yiddish.

Cécile Rousselet participe à L'Encyclopédie critique du témoignage et de la mémoire, a publié une vingtaine d'article et a co-dirigé la publication scientifique suivante : Fleur Kuhn-Kennedy, Cécile Rousselet (dir.), Les expressions du collectif dans les écritures juives d'Europe centrale et orientale (Paris, Presses de l'Inalco, mai 2018). Elle enseigne en langue et littérature françaises et en littératures comparées à l'université.

Robert SAMACHER : La langue oubliée : le yiddish
Lors de mon intervention dans un colloque organisé en 2002 par Max Kohn et Jean Baumgarten à l'université de Paris 7, j'avais proposé de distinguer, à partir de ma propre expérience des langues, la langue de la mère — le yiddish dans lequel j'ai baigné durant mes premières années — de la langue de culture qu'est devenu pour moi le français, parlé par les autres membres de ma famille. Les premières paroles maternelles, celles dans lesquelles j'ai été bercé étaient le yiddish, langue que j'aurais dû parler couramment ; or je continue à me questionner sur l'oubli et/ou l'empêchement que j'éprouve lorsque je suis amené à échanger dans cette langue. Me situant comme sujet clinique, je vais tenter d'analyser, à partir de ma propre expérience et selon le corpus freudien-lacanien, les composantes métapsychologiques qui ont déterminé l'oubli sélectif et l'empêchement dont, pour moi, cette langue est frappée. Ma recherche justifie pleinement l'intitulé "Inconscient du yiddish" proposé par Max Kohn lors de la création de son groupe à l'université de Paris 7 et en éclaire la pertinence.

Robert Samacher a travaillé comme psychologue de secteur psychiatrique, Maître de conférences à l'UFR Sciences Humaines Cliniques Paris VII-Denis Diderot jusqu'en 2005. Il est actuellement psychanalyste, directeur actuel de l'École Freudienne fondée en 1983 (après la "Dissolution" de l'École freudienne de Paris en 1980) par Solange Faladé.
Dernière publication
La psychanalyse otage de ses organisations, du contre-transfert au désir d'analyste, MJWFédition, mars 2018.

Steven SAMPSON : On ne meurt que deux fois : le déclin du yiddish chez Philip Roth et ses héritiers
Assez utilisé aux débuts de l'œuvre de Philip Roth, le yiddish s'estompe au fur et à mesure que sa carrière avance. Opération Shylock marque le grand tournant, roman où le voyage en Israël s'accompagne d'un fantasme sur le rapatriement des Juifs ashkénazes en Europe. C'est dire combien l'expérience originelle du Yiddishland s’éloigne dans la nuit du temps. Par la suite, Roth élaborera une sorte de sionisme à l'américaine : sa pastorale. Processus repris par ses descendants — Jonathan Safran Foer, Nicole Krauss, Joshua Cohen et Nathan Englander —, pour qui l'Europe sera kitsch et l'inconscient bilingue plutôt hébraïsant. Le yiddish devient le latin du XXe siècle, langue morte enseignée à Paris et ailleurs, à une population hétéroclite en quête d'une identité européenne minoritaire.

Steven Sampson, né à Milwaukee aux États-Unis, est un journaliste et écrivain américain d'expression française. Diplômé de Harvard, de Columbia et de la Sorbonne, il a longtemps travaillé dans l'édition à New York. À Paris, après une thèse sur Philip Roth, il est devenu spécialiste de la culture américaine pour des revues littéraires, notamment En attendant Nadeau. Il a étudié le yiddish à Columbia/YIVO, à Paris VII et à la Maison de la Culture Yiddish.
Steven Sampson — En attendant Nadeau.
Publication
Corpus Rothi : Une lecture de Philip Roth, Paris, Éditions Léo Scheer, coll. "Variations", 2011.

Marie SCHUMACHER-BRUNHES : Relire Sholem Asch
Lorsqu'on s'interroge sur la pérennité du yiddish aujourd'hui, son positionnement au cœur d'un réseau linguistique, culturel, littéraire, il est surprenant de constater à quel point l'œuvre prolifique de Sholem Asch, dont le cinquantenaire de la mort en 2007 est passé pour ainsi dire inaperçu, anticipe ces questionnements. Se pencher sur l'œuvre de Sholem Asch, quoi qu'on dise de la légèreté d'un auteur doté d'un talent de conteur indubitable, c'est, avec lui, se confronter au choix de la langue, penser la culture coterritoriale, se positionner par rapport au père — Moszek Asz, marchand de bétail et aubergiste disciple d'un rebbe hassidique, mais aussi Y.L.Peretz, son père spirituel — et par-delà, définir une identité qui entre en résonance avec son temps. Aussi, nous nous proposons de cheminer à travers l'œuvre de celui qui, avant d'être honni, fut l'écrivain de langue yiddish le plus apprécié par le lectorat yiddishophone, mais aussi, le premier, au-delà des frontières de sa langue.

Marie Schumacher-Brunhes est l'auteur d'une thèse soutenue en 2005 consacrée à Y.L.Peretz et agrégée d'allemand. Après un passage par différents services de traduction des institutions européennes où elle a traduit l'allemand, l'anglais et le polonais, elle occupe depuis 2012 un poste de maître de conférences en études germaniques à l'université de Lille. En 2014 et en 2015, elle a animé un séminaire intensif de yiddish pour les étudiants en théologie de l'université de Tübingen.
Publications
Entrée "Schtetl" de l'encyclopédie en ligne Europäische Geschichte Online.
"The Figure of the Daytsh in Yiddish Literature", Actes de la conférence qui s'est tenue à Munich, Center for Advanced Studies at LMU University du 22 au 24 Juin 2015 "Jews and Germans in Eastern Europe – Shared and Comparative Histories", À paraître au printemps 2018 chez De Gruyter dans la série "New Perspectives on Modern Jewish History". Cet ouvrage sera disponible en ligne en accès libre via la plateforme Knowledge Unlatched.
"Exil, le cas des poètes yiddish aéricains", À paraître en juin 2018 dans le n°75 de Tsafon – Revue d'études juives du Nord. Consultable en ligne sur OpenEdition.

Naomi SEIDMAN : Freud, le yiddish et l'archéologie linguistique du moi juif moderne
Cette intervention tentera de dénaturaliser et de fournir une généalogie pour l'idéologie psycholinguistique répandue qui considère le yiddish comme occupant une couche "plus profonde" de la psyché juive que les langues hébraïques ou non juives, comme la langue du pintele yid, ou comme mameloshn, ou même l'inconscient du juif moderne, couvert d'un faux vernis de langues européennes. Cette idéologie façonne même des formulations moins chargées d'émotion et ostensiblement neutres comme la description de Max Weinreich du bilinguisme juif "interne" par opposition au "bilinguisme juif externe". Cette idéologie n'est pas inévitable : les conceptions prémodernes de la langue juive placent souvent le yiddish "plus bas" que l'hébreu (et "plus haut" que les langues non juives), sans accorder à cette "bassesse" la charge positive d'authenticité ou de profondeur. Même la Haskalah, par exemple l'exhortation de Y. L. Gordon à moderniser les Juifs pour "être juif à la maison et homme dans la rue" en parlant une langues européenne à l'étranger a peut-être renforcé les conditions dans lesquelles les juifs se sont associés à un "intérieur" sans valoriser un espace "intérieur". Plus particulièrement, cette intervention explorera le développement de la notion de yiddish comme l'expression la plus profonde et la plus vraie d'un juif européen dans l'écriture de Freud, soit dans une formulation quasi-explicite (comme dans la blague sur la baronne von Feilchenfeld) forme plus complètement enfouie. Elle soutiendra, par exemple, que la métaphore archéologique développée dans les premiers écrits de Freud sur l'hystérie, avec son accent frappant sur le langage et sa dette envers l'hystérie d'un multilingue juif, doit quelque chose à ce que l'on pourrait appeler "l'archéologie linguistique" du moi juif moderne.

Naomi Seidman est Chancelière Jackman, professeure des arts au départment d'étude de la religion et le Centre de la diaspora et des études transnationales de l'université de Toronto, et membre du Guggenheim 2016.
Publications
Faithful Renderings : Jewish-Christian Difference and the Politics of Translation, University of Chicago, 2006.
Sarah Schenirer and the Bais Yaakov Movement : A Revolution in the Name of Tradition, à paraître chez Littman.

Perla SNEH : Parler une langue inconnue – yiddish et transmission
Le yiddish, langue qui dépasse la rationalité universitaire — entre le traumatisme, le témoignage et le rire —, évoque le mystère d'une mémoire qui est transmise même si elle reste inconnue ; à la façon du dynamisme de l'inconscient que Freud compare à une langue étrangère particulière, une langue effacée qui, par ce même effacement, devient indélébile.

Isabelle STARKIER : Le théâtre yiddish est-il — comme la psychanalyse — une histoire juive ?
Il s'agira de comprendre comment le théâtre yiddish met en scène l'interdit de la représentation et crée de l'interprétation. Le théâtre yiddish se joue à travers sa langue. Il déplace la problématique de la mimesis aristotélicienne autour du paradoxe de la représentation. Il définit à partir de cette éthique du Livre une esthétique du grotesque — dont la langue yiddish est porteuse. Parole de l'exégèse, le yiddish s'épanouit dans son théâtre. Théâtre de l'énonciation — comme la psychanalyse — et non de l'énoncé, le théâtre juif conserve ce rapport à la parole actée, actante et non à la parole reçue et agissante — celle du mythe. À travers le yiddish et son théâtre se joue la posture historique du peuple juif.

Ancienne élève de l'ENS, agrégée de lettres modernes, maître de conférences HDR en études théâtrales à l'université d'Evry, Isabelle Starkier est également metteur en scène, comédienne et directrice de compagnie. Elle travaille sur l'articulation entre théorie et pratique, faisant se croiser ses mises en scène (une quarantaine) et sa recherche sur l'identité et la barbarie.
Ses premières pièces Oy, Moishele mon fils ! et Le complexe de Starsky, son Marchand de Venise et Têtes rondes et têtes pointues ainsi que ses dernières pièces avec Le Bal de Kafka et L'homme dans le plafond de Timothy Daly ainsi que Le tango des étoiles errantes (cabaret de tango yiddish) abordent la judéité du point de vue de la mémoire, de l'esthétique et de l'interprétation…
Publications
Le Juif et l'Assassin, Essai, Éditions Acoria, 1998.
Le marchand de Venise. De William Shakespeare, Traduction (avec Michel Lederer) et appareil critique, Éditions Le Bord de l'eau, 2003.
Site : cieisabellestarkier.fr

Michèle TAUBER : Le yiddish, langue sacrée dans l'œuvre d'Aharon Appelfeld
Surnommée "langue de la mère", mamè-losh'n, le yiddish est pour Aharon Appelfeld (1932-2018, écrivain israélien de langue hébraïque, né à Tchernowitz) une langue sensuelle, qui fait corps, et ce au sens propre du terme, avec la mémoire juive dans laquelle elle imprime une marque séculaire tout au long de son œuvre. La langue y est désignée par un vocable issu des gloses talmudiques : "notre langue", celle qu'on n'a pas besoin de nommer, qui fait une avec le corps juif, LA langue, suprême et absolue. Or c'est paradoxalement en hébreu que l'écrivain fait resurgir la mémoire du yiddish. Il remet en scène les multiples facettes de la vie juive en Europe orientale dans leur "version originale", faisant "parler" une langue par le truchement d'une autre.

Michèle Tauber est maître de conférences HDR en littérature hébraïque moderne et contemporaine à l'université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle.
Publications
"La symbolique des langues de la nature dans les nouvelles d'Aharon Appelfeld", Yod, n°19, INALCO, Paris, 2014, p. 257-275.
Aharon Appelfeld : cent ans de solitude juive, Éditions Le Bord de l'eau, Paris, 2015.
"L'hébreu et le yiddish : on ne choisit pas entre son père et sa mère", Judaica Petropolitana, n°6, Saint-Pétersbourg, 2016, p. 172-182.
"Sous la couture, le fil de bâti : la lisière du récit dans l'œuvre de Robert Bober", À paraître dans Traces et ratures de la mémoire juive dans le récit contemporain, dir. V. Litvan, C. Placial, Éditions Université de Lorraine, décembre 2019.

Chloé THOMAS : Louis Wolfson et le yiddish : la haine de la langue maternelle ?
Louis Wolfson est né en 1931 à New York. Ses parents parlaient le yiddish mais s'adressaient à lui en anglais. Il développa dès sa jeunesse une haine, et une terreur, de l'anglais. La langue l'agressait. Pour s'en protéger, il demanda à ses parents de s'adresser à lui en yiddish ; il apprit aussi des langues étrangères (français, hébreu, allemand, russe) et élabora un système délirant de traduction devant réduire l'anglais à un étranger syncrétique, où il s'agissait, en mélangeant plusieurs langues, de "traduire" en gardant un lien à la fois sémantique et phonétique avec la langue source. Wolfson écrivit un premier livre en français, Le Schizo et les langues, publié par Jean-Bertrand Pontalis chez Gallimard en 1970. Préfacé par Gilles Deleuze, il connut un très grand écho parmi les intellectuels français de l'époque. Le yiddish est à la fois présent et absent dans l'œuvre de Wolfson : c'est la langue au croisement des autres langues apprises, elle est comprise mais non parlée et non écrite. Les travaux de Max Kohn et de Cécile Rousselet ont permis de mettre au jour ce rapport ambigu de Wolfson au yiddish. Dans cette communication, nous voudrions nous intéresser plus précisément au sentiment de haine de Wolfson vis-à-vis à la fois de ses origines et du yiddish, qui redouble l'anglais en tant que "langue maternelle" tout en servant à l'en protéger.

Chloé Thomas est normalienne, agrégée d'anglais. Elle a soutenu en 2016 une thèse sur l'œuvre de Gertrude Stein à la Sorbonne Nouvelle et est actuellement maîtresse de conférences à l'université d'Angers. Elle est également traductrice.
Publication
Dialogues schizophoniques avec Louis Wolfson, Codirigé avec avec Juliette Drigny et Sandra Pellet, L'imprimante, 2016.

Nelly WOLF : Romain Gary : Le yiddish plus ou moins
Romain Gary (1914-1981) est né Roman Kacew à Wilno (aujourd'hui capitale de la Lituanie). Il a émigré en France avec sa mère après la séparation de ses parents. Quoique né dans une famille juive et dans un milieu yiddishophone, il se présente dans ses fictions autobiographiques, ses entretiens réels ou imaginaires, comme demi-juif, juif mêlé par son père de slave, de tartare, de cosaque, de chrétien. Pourtant, beaucoup de ses romans comportent des personnages juifs, comme Mme Rosa, dans La Vie devant soi, publié sous le nom d'Émile Ajar. Le yiddish fait aussi des apparitions régulières dans son œuvre. Dans La Danse de Gengis Cohn (1967), histoire d'un dibbuk juif qui revient hanter son assassin nazi, il fait un retour en force. Quand on l'examine de près, on s'aperçoit qu'il s'agit d'un yiddish à la fois fidèle et infidèle, souvent approximatif et folklorique, qui exprime l'ambivalence de Gary à l'égard de sa filiation juive.

Nelly Wolf est professeure émérite à l'université de Lille, où depuis 2014 elle dirige avec Maxime Decout le séminaire "Écrivains et artistes juifs". Elle a publié de nombreux articles sur les écrivains juifs de langue. Elle s'intéresse aussi depuis toujours à la sociologie de la littérature, aux liens entre la littérature, les styles littéraires, la politique et la société.
Dernière publication
Le Peuple à l'écrit : de Flaubert à Virginie Despentes, PUV, 2019.
Dernière fiction
La Vie des Glouk, Au Pont 9, 2017.

Mareike WOLF-FÉDIDA : Bilinguisme et yiddish
Quand on parle de bilinguisme, il est entendu qu'il s'agit de la pratique de deux langues. Que faut-il penser du bilinguisme en rapport avec le yiddish ? Pour commencer, l'article précédant yiddish est-il approprié ? Peut-on vraiment dire "le yiddish" ou plutôt "du yiddish" ou encore simplement "yiddish", ce qui laisse entendre l'adjectif désignant la personne par ce qu'elle parle, entend ou pratique. C'est comme une évidence. Quand on n'a pas de rapport au yiddish, on ne comprendra même pas ce mot et, quand on l'a, il est évident pour des raisons propres à chacun et à son histoire. Le bilinguisme illustre encore davantage la chose : yiddish est de nature bilingue en lui-même, voire plurilingue. Autrement dit, parler de bilinguisme pour le yiddish est un pléonasme. Ainsi, toutes les études effectuées autour du bilinguisme peuvent se vérifier directement avec "le" yiddish. J'en résumerais certaines, effectuées par mon équipe de recherche sur le bilinguisme, en l'adaptant au yiddish ou en collaborant avec ceux qui pratiquent le yiddish, notamment dans les derniers ouvrages Bilinguisme et intelligence : don de soi — perte de soi et Bilinguisme et Comique. Ces thématiques s'illustreront bien en rapport au yiddish qui se partage comme venant de nulle part et de partout, d'une mémoire douloureuse partagée.

Mareike Wolf-Fédida est professeur des universités en psychologie à l'université Paris Diderot - Paris 7, Institut des Humanités Sciences Sociales (IHSS), membre du Centre de Recherche CRPMS en Psychanalyse, Médecine et Société. Psychanalyste, elle est spécialisée en psychothérapie phénoménologique et psychanalytique. Ses travaux scientifiques portent sur deux pôles : 1. Phénoménologie et criminologie et 2. Bilinguisme et phénoménologie du langage vécu.


Autour du film Les Yatzkan d'Anna-Célia KENDALL-YATZKAN (Documentaire, 2014, Idéale Audience - ARTE France-La Lucarne)
"Que faire des affaires de ma mère, de son piano déglingué  ? Et la paperasse  ?" se désole l'auteure-protagoniste quand surgit des archives familiales une histoire passée sous silence, remontant au Yiddishland lituanien du XIXe siècle. Affrontant avec autant de fantaisie que d'obstination l'hostilité de ces confins de l'Europe, elle part à la découverte de son histoire, au-devant de rencontres surprenantes.

Anna-Célia Kendall-Yatzkan est réalisatrice, issue de l'IDHEC. Parallèlement à ses "documentaires d'auto-fiction" diffusés par ARTE tels que Le Partage des Larmes et Les Yatzkan sorti en salle en 2018-19, elle réalise de nombreux portraits d'artistes et architectes pour le SEREN-CNDP diffusés à la télévision, par ailleurs elle aborde la musique avec Combattimento adapté de Monteverdi diffusé au cinéma, Chants d'Outre Temps avec l'ensemble Organum et Machinations d'après Georges Aperghis, la danse avec Carlotta Ikeda, le design avec la Collection Design d'ARTE.

Autour du film Les enfants de la nuit écrit par Frank ESKENAZI & François LÉVY-KUENTZ (The Factory Productions, 2014)
Les "enfants de la nuit" sont les enfants des survivants des camps de déportation. Tous âgés aujourd'hui de 50 à 60 ans, ils se sont pour la plupart construits comme des "enfants de déportés". Cette génération, qui n'avait jusqu'ici jamais pris la parole pour elle-même, fut pourtant celle de tous les cauchemars, témoin d'une volonté de vivre, mais porteuse de drames difficiles à partager. Ces "enfants de la nuit" ont été témoins de la reconstruction de leurs parents déportés dans les camps d'Auschwitz ou de Dachau, de leur silence strié de cris nocturnes, de l'absence de dizaines de membres de leur famille assassinés par les Nazis et leurs collaborateurs lors de la Shoah. Comment la Shoah a influé non seulement sur les victimes juives, sur les survivants juifs, mais aussi sur la génération née après l'assassinat de six millions de Juifs. Dédié à Charlotte Delbo, le documentaire Les enfants de la nuit réalisé par François Lévy-Kuentz, se penche sur le parcours de ces personnes, contraintes de se construire une vie à partir d'une enfance traumatisée, alors que l'on commémore les 70 ans de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau.
Les enfants de la nuit, 2014, 55mn — Un film de François Lévy-Kuentz, écrit par Frank Eskenazi et François Lévy-Kuentz — Texte dit par Dominique Reymond — The Factory Productions / SLOO films — Avec la participation de France Télévisions — Avec la participation de Monique Itic, Max Kohn, Marc Perelman, Sylvia Simon, Ghislaine Spitzer, Dominique Vidal, Jean-Jacques Zylbermann
Diffusé sur France 3 les 29 janvier 2015, 10 février 2018 à 0h15 et 13 février 2015 à 3h55
Disponible en janvier 2020 en DVD chez Doriane films

François Lévy-Kuentz, né en 1960 à Paris, est un auteur-réalisateur français. Il étudie le cinéma à la Sorbonne Nouvelle puis débute comme assistant de réalisation sur des films documentaires et de fiction. Il signe son premier film sur l’art en 1989 avec Man Ray, 2bis rue Férou puis il travaille trois ans pour le magazine Ramdam, réalisant une cinquantaine de portraits de peintres, plasticiens ou écrivains. En 1994, il conçoit et réalise Aux Arts et cætera, émission hebdo consacrée aux arts plastiques diffusée sur Paris Première. Entre 1999 et 2001, il réalise pour Arte une émission hebdomadaire de science, puis toujours pour la chaine Arte, plusieurs portraits de cinéastes (Jean Painlevé, Rainer W. Fassbinder ou Luis Bunuel…). Depuis plus de 25 ans, François Lévy-Kuentz consacre essentiellement son travail de documentariste au film sur l’art et réalise de grandes monographies sur des artistes tels que Pascin, Marc Chagall, Man Ray, Yves Klein, Salvador Dalí, Piet Mondrian, Alexander Calder, ainsi que des films sur des mouvements picturaux (Le scandale impressionniste, Quand l'art prend le pouvoir). Ces monographies d'artistes, co-écrites avec son frère Stéphan Lévy-Kuentz, ont été primées pour la plupart dans de nombreux festivals internationaux.

Autour du film documentaire I. B. Singer, sur un Dieu caché d'Isy MORGENSZTERN (collection "Un Siècle d'Écrivains", Diff. France 3 et Arte, Production 1997, Diffusion Arte 24 février 1998)
Un portrait d'I. B. Singer réalisé pour Arte et la collection "Un Siècle d'Écrivains" de France 3, qui retrace de façon chronologique la vie et l'œuvre de celui qui s'est vu attribuer le prix Nobel de littérature en 1978 pour une œuvre entièrement rédigée, durant 50 ans, en langue yiddish. Isaac Bashevis Singer, né en Pologne en 1902 et émigré aux USA en 1935, n'est pas le seul écrivain de langue yiddish talentueux. Sa génération a vu éclore de nombreux auteurs remarquables, dont son frère Joshua Singer et sa sœur Esther Kreitman. S'il fallait le caractériser en quelques lignes l'univers et la puissance qui furent les siens, nous dirions qu'ils résident dans le mariage improbable, et réussi, entre deux éthiques. Celle du judaïsme (rétive en général à toute transcription romanesque) et le monde du yiddishland (résolument narratif et agnostique, si ce n'est hostile à la religion). L'égarement qui caractérise les "héros" singeriens yiddishophones est mis en regard et corrigé par le socle de l'éthique du judaïsme, celui de la Bible et des Talmuds. C'est ce qui a fait d'I. B. Singer un auteur exceptionnel, et universel.

Isy Morgensztern est enseignant en philosophie et histoire des religions.
Co-Auteur du Cahier de l'Herne sur l'écrivain I.B. Singer.
Auteur de Rencontre au sommet. Dialogue entre I. B. Singer et Antony Burgess, Éditions Mille et une Nuits.
Producteur, auteur et réalisateur de la "Soirée Thématique sur I. B. Singer", incluant un court document sur le peintre yiddish Serge Lask, diffusée par Arte le 24 février 1998.
Producteur et réalisateur du film documentaire I. B. Singer, sur un Dieu caché, 50’, Diffusion France 3 et Arte.

Soirée Nelly WOLF : La vie des Glouk, Paris, Éditions Pont 9, 2016
Les juifs ne sont plus à la mode, déplore Victor à une réunion des Ashkénazes Anonymes.
Qu'est-ce qu'on va devenir, se demande Ety, si seules demeurent quelques familles minuscules, où on trouve malgré tout le moyen de se déchirer ?
Qu'est-ce qu'on va transmettre, si les rescapés ne veulent pas parler, si tout le monde s'en moque, ou répond à notre place ?
Nelly Wolf est universitaire, elle aurait pu se lancer dans une somme académique sur l'identité des intellectuels juifs français de 1990 à nos jours. Ou sombrer dans la "mélancolie de l'ashkénaze triste à famille merdique".
Mais il se trouve qu'elle sait écrire, et merveilleusement bien. Spécialiste du roman moderne, elle a choisi sa forme ultime, la série, avec ses repères, Victor, Ety, les enfants, ses personnages secondaires, ses silhouettes de passage.
La chronique est juste parce que drôle. C'est que la chroniqueuse a l'œil perçant, la dent dure, et le cœur plein d'une tendresse désabusée pour les hommes et les femmes comme ils vont.
Goys s'abstenir ? Non. Car, affirme Nelly Wolf, "Les Glouk sont des juifs comme vous et moi".
aupont9.com/la-vie-des-glouk/

Récital de Michèle TAUBER, accompagnée au violon par Michaël RIEDLER
Après des études d'anglais, de russe et de yiddish à l'université hébraïque de Jérusalem (B.A.), Michèle Tauber obtient son diplôme d'interprétation simultanée hébreu-français à l'université de Bar Ilan, sous la direction du Professeur Francine Kaufmann, ainsi qu'un M.A. de littérature française. De retour en France, elle a poursuivi des études de littérature hébraïque à l'INALCO puis à Paris 8 - Saint-Denis. Elle est agrégée d'hébreu moderne et titulaire d'une thèse de doctorat sur les langages symboliques de la nature chez Aharon Appelfeld. Parallèlement à sa carrière universitaire, Michèle Tauber mène une carrière de chanteuse en yiddish et en hébreu, et est spécialisée dans l'interprétation des poèmes mis en musique dans ces deux langues. Elle a enregistré deux albums avec le pianiste Laurent Grynszpan en yiddish et en hébreu et un album en yiddish avec le groupe Yiddish Balkans.
En savoir plus
youtube.com/results?search_query=mich%C3%A8le+tauber
youtube.com/watch?v=1KhJM0lY1Os&t=89s
radiofrance.fr/francemusique/podcasts/ocora-couleurs-du-monde/les-chansons-yiddish-et-hebraiques-de-michele-tauber-et-laurent-grynszpan-8063801

Michaël Riedler débute le violon à l'âge de 8 ans et obtient son diplôme d'étude musicale à l'âge de 16 ans au CRR de Paris dans la classe de Bertrand Cervera puis celle de Suzanne Gessner. Il est admis à l'unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et se perfectionne dans la classe d'Olivier Charlier et de Joanna Matkowska. Il bénéficie de conseils d'artistes internationaux tels que Guillaume Sutre, Zacharia Zorin, Alexandre Brussilovsky, Daniel Gaede. Il est primé dans plusieurs concours internationaux : Flame, Vatelot, Grumiaux (Belgique). Par ailleurs, il est lauréat au concours Inter-Cordes (2018) qui lui permet de jouer au Centre Culturel Russe. Passionné de musique de chambre, il effectue une formation de musique de chambre en trio et obtient son prix de concertiste dans la classe d'Emmanuel Strosser. Le trio s'est produit à la Philharmonie de Paris ainsi qu'aux archives de Paris. Il bénéficie des conseils de Claire Desert, Itamar Golan, Jean Sulem, Valentin Erben, Francois Salque dans des formations variées allant de la Sonate au Quintet. Michael se produit régulièrement en solo et en musique de chambre à Paris : à l'église St Roch, à l'église St Eugène, à l'église Notre-Dame des-Blancs-Manteaux et à la Cathédrale américaine. Il est invité à de nombreux festivals : Hohenstaufen en Allemagne, Saint Cézaire, le festival des "Cordes de Loire", "les musicales de l'Eure" en Normandie, les "Vacances de Monsieur Haydn" au cours duquel son interprétation de la Sonate de Fauré avec le pianiste Gaspard Thomas est qualifiée par la presse la Nouvelle République comme un "inépuisable flot de richesses sonore".


"Attiré par les Hassidim", exposition réalisée par Hank BLAUSTEIN
C'est grâce aux Hassidim que le yiddish peut encore être compté parmi les langues vivantes. Le yiddish était la lingua franca de tous mes grands-parents immigrants, et mes parents d'origine américaine l'utilisaient comme langue secrète en présence de ma sœur et de moi. C'était une langue qui résonnait toujours avec moi. Pour ma femme, Miriam, un produit de la communauté hassidique, c'était sa langue maternelle.
Bien que je ne sache rien de la vie hassidique, j'avais été inspiré de temps en temps pour dessiner certaines de ces personnes étrangement habillées dans le métro. En épousant Miriam, ce monde exotique des Hassidim est devenu plus ouvert et familier pour moi, et m'a fourni des opportunités continues d'enregistrer leur vie et leur personnalité dans mes carnets de croquis.

Hank Blaustein, habitant de Brooklyn depuis sa naissance en 1937, dessine le monde autour de lui depuis qu'il peut tenir un crayon à la main. Ses sujets sont des gens, des endroits et des objets qui l'attirent ; son but c'est de capturer leurs essences et personnalités sur le papier. Il est, en effet, un artiste/journaliste qui enregistre spontanément ses observations à l'encre de chine, crayon et aquarelle. Il a fait des expositions aux États-Unis et à l'étranger, gagnant des prix à l'exposition de Washington Square, Greenwich Village, et au musée de Brooklyn. Il a fait plusieurs expositions chez lui, à la galerie de Lincoln Center, A. M. Adler, et Morgan State University à Baltimore. En Europe, il a exposé ses dessins à Sedan, Vienne, Urbino et Ferrare. Il est aussi illustrateur depuis plus de quatre décennies. Son œuvre peut se voir régulièrement dans Grant's Interest Rate Observer et dans d'autres groupes financiers comme The Tudor Group, EvercoreISI et Royce Funds. Il a illustré des livres, et il a contribué à des journaux, tels que le New York Times et Newsday, et aussi à certains magazines, comme le New Yorker and Alfred Hitchcock Mystery Magazine. En 2016, Hank Blaustein a publié un livre de dessins, Drawn to Opera.
"Hank Blaustein dessine", Yiddish pour les Nuls, 15 juillet 2015 [en ligne].
"Hank Blaustein. Interview par Max Kohn (en anglais)", Yiddish pour les Nuls, 15 juillet 2015 [en ligne].


BIBLIOGRAPHIE :

L'Inconscient du yiddish, Actes du colloque international, 4 mars 2002, sous la direction de Max Kohn et Jean Baumgarten, Paris, Anthropos Economica, 2003.
Yiddishkeyt et psychanalyse - Le transfert à une langue, Actes du colloque international, 27 mai 2005, sous la direction de Max Kohn, Paris, MJW Fédition, 2007.

Programme 2020 : un des colloques

Programme complet


Colloque reporté

En raison des événements exceptionnels liés à l'épidémie de la Covid-19, et sur proposition des directeurs, ce colloque a été reporté aux dates suivantes : du lundi 6 septembre au dimanche 12 septembre 2021 [en savoir plus].

La direction du CCIC


MORPHOGENÈSE : DONNER LIEU AU PATRIMOINE ORIGINAIRE
AVEC ARNO STERN ET PASCAL QUIGNARD


DU VENDREDI 10 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 17 JUILLET (14 H) 2020

[ colloque de 7 jours ]


Grotte Chauvet. Homme-Bison s'approchant de la matriarche © Carole Fritz / Ministère de la Culture


PRÉSENTATION VIDÉO :


DIRECTION :

Mireille CALLE-GRUBER, Anaïs FRANTZ, Pascal QUIGNARD

Avec la participation d'Arno STERN

Sous le patronage de la Commission nationale française pour l'UNESCO


ARGUMENT :

L'originaire fait signe — il fait signe dans les découvertes scientifiques, dans l'art, dans les rêves, dans la langue littéraire, dans l'amour, dans le jeu des enfants, dans la vie sauvage. Mais comment accueillir ces signes — ces traces — dont la manifestation précède le logos (le langage de la raison) et les sciences régies par le logos ?

Ce qui se donne à penser, avec les travaux d'Arno Stern et de Pascal Quignard, ce sont autant les conditions d'expression de l'"Homo vulcanus" (Stern) dont, sans répit, Quignard guette l'éruption dans les images et les textes qu'il collecte, que celles de la réception des traces de l'ancienne "vie aquatique" (Quignard) dont l'atelier de peinture créé par Arno Stern à Paris au lendemain de la Seconde Guerre mondiale reconstitue l'état de plénitude. C'est, dans toute son amplitude, la question de la morphogenèse envisagée sous l'angle de la sémiologie (Stern) ou du rêve (Quignard).

À partir des œuvres d'Arno Stern et de Pascal Quignard, de l'exposé de leurs singularités respectives et de leur rencontre, le Centre culturel international de Cerisy se propose d'être le lieu d’une méditation transdisciplinaire, à l'intersection de la paléontologie, de l'embryologie, de la psychanalyse, des sciences du langage, de la danse, de la peinture, de la littérature, autour des conditions d'accueil et d'expression du patrimoine originaire.


MOTS-CLÉS :

Danse, Images originaires, Lascaux, Littérature, Mémoire archaïque, Morphogenèse, Paléontologie, Psychanalyse, Quignard (Pascal), Sémiologie, Stern (Arno), Traces


CALENDRIER PROVISOIRE :

Vendredi 10 juillet
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Samedi 11 juillet
Matin
Mireille CALLE-GRUBER, Anaïs FRANTZ & Pascal QUIGNARD : Ouverture
Jean-Claude AMEISEN : Morphogenèse et sculpture du vivant

Après-midi
Performance de Pascal QUIGNARD

Soirée
Autour du film Les Feux de la mer de Jean Epstein (1948)


Dimanche 12 juillet
Matin
Emmanuel ANATI : La décodification de l'art préhistorique et l'origine de l'écriture
Amélie BALAZUT : Du secret des images endogènes : retour aux sources animales de l'esthétique

Après-midi
Marie-Christine LALA : Aux tréfonds de l'être inexprimer l'exprimable encore
Mireille CALLE-GRUBER : Le corps archaïque. Urszenen de Pascal Quignard


Lundi 13 juillet
Matin
Chantal LAPEYRE : Le Mur de Planck
Stefano GENETTI : Autour d'un ballet imaginaire des origines

Après-midi
Geneviève HAAG : La morphogenèse au croisement du jaillissement et des rebonds de la rencontre
François FARGES : Scènes de la vie fœtale
Nicole FARGES : À l'origine, la nuit fœtale

Soirée
Autour du film Jérôme Andrews, forwards and backwards réalisé par n + n Corsino (1994)


Mardi 14 juillet
Matin
Catherine DOLTO : Dans l'infime de l'intime, surgissement du Sujet dans la vie prénatale
Dimitrios KRANIOTIS : Jerome Andrews : la danse profonde, la joie d'être en mouvement
Victor PITRON : Bases cognitives de la perception corporelle

Après-midi
Pascal QUIGNARD : Morphée

Soirée
Discussion autour du film Marie Morel, une vie de peintre (2020), en présence de Marie MOREL


Mercredi 15 juillet
Matin
Eberhard GRUBER : De la morphogenèse à partir de l'informe
Joël BALAZUT : L'ordre symbolique et son envers
Éric MARTY : Le Travesti

Après-midi
Hugo RUDY : À la recherche de l'universalité psychique : Georges Devereux et l'approche ethnopsychiatrique
Anaïs FRANTZ : "Et ce n’est pas de l’art…"

Soirée
Discussion autour du film Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des Plaines) d'Arnaud Desplechin (2013)


Jeudi 16 juillet
Matin
Arno STERN : Le Tracé révélateur d'une mémoire archaïque

Après-midi
Arno STERN : Genèse d'une découverte

Soirée
Discussion autour du film Alphabet d'Erwin Wagenhofer (2013)


Vendredi 17 juillet
Matin
Conclusions

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Amélie BALAZUT : Du secret des images endogènes : retour aux sources animales de l'esthétique
En faisant le choix délibéré et asocial de se "rencoigner" dans l'ombre de cette enclave ancêtre prolongée que constitue la grotte, les artistes paléolithiques ont ainsi trouvé l'occasion de "recoïncider" avec le secret de leur origine. Une autre intrigue linguistique se propose alors où ce qui se joue, ou plutôt se rejoue, est autre et pour autant en rien nouveau, puisqu'il s'agit du retour à l'initialité sauvage de leur condition, dans l'aparlance originaire, silencieuse et secrète du premier royaume. Dans cette intrigue préhumaine, le dénouement prendra nécessairement la forme d'images venues de l'ombre elle-même, celles échappées et rêvées de la sauvagerie source. C'est en ce sens, nous dit Pascal Quignard, que "les images sont préhumaines. Elles datent d'avant les langues naturelles dans les bouches humaines". Pour bien comprendre la pré-humanité de ce pré-langage, dans l'immersion sensorielle de laquelle les images nous replongent, il importe de prendre la pleine mesure de ce qui-vive animal, imprédictible et extravagant, qui fait le fond de l'activité créatrice comme de l'activité onirique où ce qui s'exalte et s'hallucine, puis s'évade et s'exvague, au travers de cette motricité fantôme qui engage le corps du rêveur comme celui du graveur ou encore du danseur, est pareil à l'élan dissident qui emporte tous ceux qui osent lâcher la corde de la langue pour regagner cette animalité antérieure, dont cette enclave ancêtre, reconstituée, garde les plus saisissantes archives.

Amélie Balazut est Docteur en Arts plastiques — sciences de l'art et Membre associé du Museum National d'Histoire Naturelle, UMR 7194 - Histoire naturelle de l'homme préhistorique. Après sa thèse "Origine de l'art — art des origines", sa recherche s'est prolongée par la publication d'un livre Portrait de l'homme en animal, PUP (préface de J.-L. Nancy) et celle de plusieurs articles et actes de colloque ayant pour sujet la représentation de la duplicité homme/animal dans l'art, des origines à nos jours. Une approche plus spécifique de ces questions, dans l'œuvre de Pascal Quignard, l'amène aujourd'hui à faire entrer en résonance leurs pensées et leurs sensibilités sur le secret auquel ouvrent ces images paléolithiques — une recherche qui a déjà donné lieu à plusieurs productions : contribution au Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, Hermann, "L'amont animal de l'histoire", intervention au colloque L'Art paléolithique au risque du sens, à Cerisy, et écriture d'un essai, In illo tempore. Voyage imaginaire dans le dernier royaume de Pascal Quignard, en cours de publication.

Joël BALAZUT : L'ordre symbolique et son envers
L'ordre symbolique, cet ensemble de règles et d'interdits culturels portés par le langage, est par un aspect essentiel le véhicule d'un "dressage" qui nous coupe non seulement de notre singularité mais aussi d'une ouverture primaire au monde en médiatisant notre relation à celui-ci qui est tenu à distance. Nous sommes ainsi séparés du réel par une grille de lecture, conventionnelle et imposée, propre à le "cartographier". Or, il est une autre dimension du symbolique, trop souvent méconnue mais non moins importante, par laquelle il se rapporte, au contraire et paradoxalement, à son propre envers, ménageant ainsi un espace de transgression permettant de regagner l'immédiateté, le Jadis fusionnel dont il nous avait d'abord coupé. Nous nous proposons alors de montrer qu'une telle ouverture du symbolique à son envers, laquelle est véhiculée par les arts dans leurs productions les plus fortes (ainsi que Lacan avait essayé de le montrer dans le Séminaire VII) est si essentielle qu'elle est ce à partir de quoi seulement celui-ci peut être compris en son origine.

Joël Balazut est Docteur en Philosophie et auteur de plusieurs ouvrages et articles sur la pensée de Heidegger, mais également sur Bataille et Lacan. Il s'efforce de mettre en œuvre un questionnement ontologique originaire qui permettrait de rétrocéder en deçà de la pensée représentative (du clivage sujet objet). D'où l'intérêt qu'il porte à la relation qu'entretient l'ordre symbolique avec son envers, avec l'immédiateté dont il nous a d'abord séparé.
Principales publications
L'impensé de la philosophie heideggérienne, Paris, L'Harmattan, 2007.
Art, tragédie et vérité, Paris, L'Harmattan, 2011.
Heidegger : une philosophie de la présence, Paris, L'Harmattan, 2013.
Georges Bataille ou l'envers de la philosophie, sous le pseudonyme de Frédéric Altberg, Camion noir, 2014.
Les racines secrètes de l'ontologie ou la question de la chose, Paris, L'Harmattan, 2016.
Heidegger et l'essence de la poésie, Paris, L'Harmattan, 2017.
Lacan. Une lecture philosophique, Paris, L'Harmattan, 2018.
Descartes et l'essence de la métaphysique, Paris, L'Harmattan, 2019.

François FARGES : Scènes de la vie fœtale
L'échographie obstétricale a pour effet latéral de faire sortir le fœtus de sa caverne. Il surgit sur l'écran et avec lui les traces de l'origine de la vie. À côté et souvent après l'examen médical, François Farges filme le fœtus, les fœtus. Le but étant, in fine, d'accueillir, avec les parents, la vie fœtale. Surgissent alors des scènes de la vie fœtale en lien avec ce qui se produit dans le sein maternel ou dans l'environnement. En particulier les observations de grossesses gémellaires montrent en direct les relations intra-utérines avec un "autre". François Farges a sélectionné de courtes séquences significatives de cette émergence de la vie fœtale, à l’origine.

François Farges est obstétricien, gynécologue et échographiste, spécialisé en AMP. Après une longue carrière d'obstétricien, il travaille maintenant spécifiquement avec des couples en situation d'infertilité. Il pratique des observations échographiques dans le cadre de recherches sur la vie fœtale et les relations entre jumeaux in utero.
Publications
Farges F. et Farges N. (1994), Paroles d'échographiste, Film primé au festival médical d'Amiens et aux entretiens de Bichat.
Farges F. et Groupe Echo (2001), "D'une certaine pratique de l'échographie obstétricale", in Linguistique et psychanalyse, Colloque de Cerisy, Éditions In Press, p.195-231 (réédition Hermann Éditeurs, 2013).
Farges F. (2012), "Dépistage de la trisomie 21 au premier trimestre, incertitude et iatrogénie" in Médecine et psychanalyse, Entre autorité et incertitude : moments critiques, Paris, Éd. Études freudiennes, pp. 265-271.
Farges F., Farges N. et Missonnier S. (2016), "L'observation échographique prénatale. Vers une clinique du fœtus ?", in Journal de la psychanalyse de l'enfant, Paris, Puf, n°2, vol. 6, pp. 203-223.
Farges F. et Farges N. (2017), "La fratrie in utéro. Des frères et sœurs dans la chambre obscure", in Petite sœur et petit frère, revue Spirale, n°81, Paris, érès, pp. 55-64.
Farges F. (2017), "La clinique du fœtus", in Bébé Sapiens, Colloque de Cerisy, érès, 2017.
Farges F. et Farges N. (2018), "Sa majesté le fœtus", in Quand les temps changent, les bébés changent-ils ?, Paris, érès, 1001BB, pp. 25-39.

Nicole FARGES : À l'origine, la nuit fœtale
Si la psychanalyse revient inlassablement vers l'Ur, préfixe difficile à traduire, il s'agit de penser la scène primitive, les fantasmes originaires, le père de la horde, la séduction précoce. Mais la vie prénatale, plus précisément la nuit fœtale est restée terra incognita pour Freud, interdit persistant suivi par de nombreux analystes. Or la nuit fœtale, suite de la nuit sexuelle, est mouvement, traces, sensation, recherche. Elle nous habite de la conception jusqu'à la mort. Les images échographiques nous donnent à voir cette activité incessante. La succion en est un prototype à déchiffrer.

Nicole Farges est psychanalyste, de formation psychologue clinicienne. Elle accueille des couples infertiles dans le cadre de la PMA, questionnant le mystère de la fécondité. En collaboration avec François Farges, échographiste, elle travaille depuis plusieurs années sur ce que donne à voir les films échographiques sur la vie fœtale.
Publications
Farges F. et Farges N. (1994), Paroles d'échographiste, Film primé au festival médical d'Amiens et aux entretiens de Bichat.
Farges F., Farges N. et Missonnier S. (2016), "L'observation échographique prénatale. Vers une clinique du fœtus ?", in Journal de la psychanalyse de l'enfant, Paris, Puf, n°2, vol. 6, pp. 203-223.
Farges F. et Farges N. (2017), "La fratrie in utéro. Des frères et sœurs dans la chambre obscure", in Petite sœur et petit frère, revue Spirale, n°81, Paris, érès, pp. 55-64.
Farges F. et Farges N. (2018), "Sa majesté le fœtus", in Quand les temps changent, les bébés changent-ils ?, Paris, érès, 1001BB, pp. 25-39.

Anaïs FRANTZ : "Et ce n’est pas de l’art…"
En usant de la forme négative pour présenter les tableaux qui sont réalisés dans son atelier de peinture, le Closlieu, Arno Stern invite à poser sur la trace un autre regard que celui qui est habituellement porté sur le dessin des enfants et, par extension, sur l'enfance et sur l'enfance de l'art. Formulée en l'occurrence de façon spontanée, la tournure négative ("ce n'est pas") peut dès lors être entendue comme une stratégie soucieuse de préserver un potentiel que l'affirmation limiterait aux catégories linguistiques. Trouvant appui en l'œuvre de Pascal Quignard, l'intervention souhaite s'attarder sur les enjeux méthodologiques, pédagogiques et théoriques de cette approche "négative" de la trace par Arno Stern.

Anaïs Frantz est docteure en littérature et civilisation françaises de la Sorbonne Nouvelle Paris 3. Elle enseigne la littérature française à Paris. En 2018, elle a publié La Mémoire et l'Expression aux éditions Regard, livre où elle dialogue avec Arno Stern. En 2019, elle a organisé à la Sorbonne un après-midi d'étude et d'hommage consacré aux travaux d'Arno Stern sous le patronage de l'UNESCO.

Stefano GENETTI : Autour d'un ballet imaginaire des origines
Entre morphogenèse et métamorphose, les figures du mouvement originaire se multiplient dans les entretiens avec Pascal Quignard ayant trait au corps dansant et à ses expériences théâtrales. Tour à tour amniotiques et volcaniques, antéhistoriques et chamaniques, elles dessinent un parcours qui va de l'évocation de la danse perdue à l'é-motion performative dont il est question dans L'Origine de la danse et dans Performances de ténèbres. Celle-ci sera illustrée par une présentation du Ballet de l'origine de la langue et de la littérature françaises (2016) en termes de dispositio scénique et de danse de la lumière et des ombres, en termes de dramatisation de la lecture et de transcription du chant des oiseaux. Tout en soulignant le rapport qui lie ces fragments du "noyau de nuit" aux pages de Les Larmes et de Dans ce jardin qu'on aimait, il s'agira d'interroger cet étrange ballet d'images et de phrases-sons en tant que mise en espace et en mouvement du patrimoine originaire.

Stefano Genetti enseigne la littérature française à l'université de Vérone. Ses recherches, concernant l'œuvre de Pascal Quignard, portent sur l'écriture fragmentaire et sur les Petits traités, sur les figures d'Ulysse et de Médée, ainsi que sur les collaborations chorégraphiques et les expériences scéniques de l'auteur et non moins sur sa pensée-écriture.

Geneviève HAAG : La morphogenèse au croisement du jaillissement et des rebonds de la rencontre
À partir d'observations du premier développement et de séances de psychothérapie psychanalytique avec des enfants autistes en reprise de communication et de développement, quelques éléments se rassemblent autour de la proposition de Pascal Quignard concernant l'accueil nécessaire du patrimoine originaire : "Le temps ne séjourne comme Origine dans le monde qu'à la condition que, de la part de ceux qui tirent profit de son jaillissement, il obtienne l'hospitalité". Les formes semblent en effet prendre leur origine dans cette rencontre du jaillissement et du retour qu'en organise l'environnement. J'en donnerai quelques exemples dans l'organisation tonico-psychomotrice précoce pré et post natale (les dialogues tonico-émotionnels), dans les émergences de langage (les dialogues sonores), dans les théâtralisations gestuelles des relations dans la première année de la vie (dialogue entre les deux côtés du corps), et dans les composants du dessin préfiguratif spontané des trois premières années.

Publications
Le moi corporel, autisme et développement, PUF, 2018.
"Construction du moi corporel dans les niveaux archaïques du transfert", in Autismes, transferts et langage, dir. Tristan Garcia-Fons, éd. Campagne Première, Paris, 2016.
"Processus psychothérapiques psychanalytiques au long cours avec des enfants autistes : réflexions et approfondissements entre reprises et particularités du développement psychique", in Autismes : spécificités des pratiques psychanalytiques, Autismes et psychanalyses – II, Toulouse, Eres, p.35-73, 2016.

Dimitrios KRANIOTIS : Jerome Andrews : la danse profonde, la joie d'être en mouvement
"La danse au plus profond de moi, ma danse profonde, cette nécessité personnelle, d'où vient-elle ? Et votre danse, celle qui est au plus profond de vous, d'où vient-elle ? Dans le dictionnaire, il est dit que les danses sont des pas rythmés. La danse profonde, c'est autre chose. Il y a des gens qui n'ont jamais appris des pas de danse et qui se sont éveillés du moment qu'ils se sont mis à danser. La danse profonde, ce n'est pas un système, c'est quelque chose que vous connaissez avant même de naître, c'est une chose profonde en vous. Mais vous pouvez passer toute votre vie à éviter ce que vous êtes…"
Figure majeure de la danse moderne aux États-Unis puis en France, influencé intimement par Martha Graham, Mary Wigman ou bien Joseph Pilates, le danseur, chorégraphe et pédagogue Jerome Andrews (1908-1992) a marqué de nombreux artistes contemporains. Entre 1968 et 1980, à l'invitation d'Arno Stern, pionnier en matière éducative, il donne des conférences sur sa conception de la danse et sa pratique pédagogique. Dans ces interventions affleurent son humilité, sa spiritualité, sa fantaisie. On y découvre surtout la subtilité et l'exigence de sa quête, celle d'un épanouissement personnel à travers le mouvement, et son désir de libérer en chacun les possibilités d'une "danse profonde".

Dimitrios Kraniotis est né à Athènes en 1950. Après des études de mathématiques et de philosophie à l'université de Paris il séjourne pendant deux ans au Mont Athos, où il compose son premier receuil de poèmes. En 1980 il s'initie à la danse moderne auprès du chorégraphe américain Jerome Andrews. En 1992-1994, il travaille pour le Wuppertaler Tanztheater de Pina Bausch en tant que dramaturge. Depuis il enseigne la danse contemporaine et crée en collaboration avec Christine Kono plusieurs évènements chorégraphiques : If out of Paris (2002), Sacred Dances Jena (2004), Impromptus Paris (2006), L'altra svolta Rosazza (2007), Nothing always returns Paris (2009), Aporia Athènes (2014).
Il est membre de la Fondation Yannis Tsarouchis à Athènes.
Publications
Il a publié à Athènes neuf recueils de poèmes : Eros Allogenis (1979), Alitis Moira (1985), Avyssos Anoixis (1989), Dithyramboi tis siopis (1994), Archaios Rythmos (2005), Ap'tis rodias to soï (2013), Meteora (2016), Hairetismoi (2016), Pina au rythme des oracles (2017).
Il a traduit en grec Soubresauts et Comment dire de Samuel Beckett, Amours d'écume de Jacques Lacarrière.
Michel Volkovitch a traduit en français des extraits de son œuvre sous le titre Éros Étrange Étranger pour les éditions Desmos, Paris, 1997.
Site : kraniotis.com

Marie-Christine LALA : Aux tréfonds de l'être inexprimer l'exprimable encore
Que le patrimoine originaire réside en nous ne fait nul doute. Là où la fin et le commencement se rejoignent, au juste point de l'aube, le tout-humain s'enquiert des premiers signes de l'univers. Cet éveil à la source, Lascaux me l'inspira un jour à égale distance de l'enfant du rivage grec saisissant la pointe pour tracer d'un seul geste sur la page vierge du livre les lignes entrelacées de la prose du monde. La rencontre de Pascal Quignard et Arno Stern fait la part du silence dans les blancs du stade créateur et ravive le saisissement où plongent les gravures de Lascaux. Retour obligé au lieu natal d'un berceau de l'humanité. Ici règne l'inconnu. Lieu de commencement où l'origine se démarque en signant son absence de départ. Nous dirons cette incroyable proximité au fond de la grotte qui n'est pas abolition du temps, mais le Temps lui-même vécu et accueilli au point du "jadir" quand la peinture, la danse ou l'écriture rend à la profondeur de la disparition définitive la sauvagerie de l'intime. Nous pourrons ainsi discuter des enjeux qui sont les nôtres entre onto- et morphogenèse.

Marie-Christine Lala est maître de conférences-HDR en sciences du langage et en langue et littérature françaises à l'université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses publications portent en particulier sur les écritures des XX-XXIe siècles et sur l'analyse linguistique du texte littéraire. Elle est responsable de séminaires au Collège international de philosophie.
Publications
Georges Bataille, Poète du réel, Bern, Peter Lang, 2010.
"De l'élan du réel au mouvement du monde", Pascal Quignard, Translations et métamorphoses, Colloque de Cerisy, Herman Éditeurs, 2015.
A contribué au Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, Herman Éditeurs, 2016.
"(L') Impossible", Dictionnaire Bataille, Les Cahiers Bataille, 2019.
"Blanc (typographique)", "Silence" et "Solitude", Dictionnaire Duras, À paraître, 2020.

Marie MOREL
L'œuvre censurée de Marie Morel de Pascal Quignard, Éditions J'en suis bleue, 2019.
Marie Morel, la peinture libre d'Anaïs Frantz, Éditions J'en suis bleue, 2016.
Visages de Marie Morel d'Anaïs Frantz, Éditions J'en suis bleue, 2017.
La peinture de Marie Morel nous regarde d'Anaïs Frantz, Éditions J'en suis bleue, 2016.
Une vie de peintre (textes de Pascal Quignard et peintures de Marie Morel), Éditions J'en suis bleue, 2014.
Peintures de Marie Morel, peindre à livre ouvert d'Anaïs Frantz, Éditions J'en suis bleue, 2011.

Victor PITRON : Bases cognitives de la perception corporelle
La perception que chacun a de son corps peut sembler inaltérable tant notre corps constitue notre identité. "Ce bon vieux corps toujours là" disait le philosophe William James, avec lequel nous entretenons un sentiment "de chaleur et d'intimité" (1890). Pourtant, les anomalies de la perception du corps sont fréquentes notamment dans les maladies neurologiques et psychiatriques. Se pose alors la question : comment se forme (et se déforme) la perception du corps ? Dans cette intervention, nous nous pencherons sur les déterminants cognitifs de la perception corporelle. Nous tracerons les contours d'un modèle qui rende compte de la construction de la perception du corps dans le cerveau, pour finalement tenter de mieux caractériser ce qu'il a de particulier à percevoir son propre corps.

Victor Pitron est psychiatre et chercheur en sciences cognitives. Il s'intéresse particulièrement aux interactions entre maladies corporelles et mentales. Il est actuellement Chef de Clinique à la Pitié Salpêtrière à Paris après avoir passé plusieurs années à développer des thématiques de recherche autour des mécanismes cognitifs de la perception du corps à l'École Normale Supérieure (Ulm).

Hugo RUDY : À la recherche de l'universalité psychique : Georges Devereux et l'approche ethnopsychiatrique
Georges Devereux (1908-1985) anthropologue et psychanalyste, est considéré comme le père fondateur de l'approche transculturelle en psychiatrie. En nous appuyant sur l'œuvre de Devereux, notamment l'idée du complémentarisme entre anthropologie et psychanalyse, et en illustrant le propos de situations cliniques rencontrées dans notre pratique auprès d'adolescents kanaks en Nouvelle-Calédonie, nous tenterons d'approcher la notion d'originaire et son lien aux contenants culturels qui entourent la vie psychique d'un être humain.

Hugo Rudy est psychiatre d'adolescents à Nouméa (Nouvelle-Calédonie). Il a été formé à l'hôpital Avicenne de Bobigny, berceau de l'approche ethnopsychiatrique et a participé à la prise en charge d'adolescents et de familles migrants au sein de dispositifs de consultations transculturelles.
Bibliographie
Georges Devereux, Psychothérapie d'un Indien des Plaines : réalités et rêve (1951), Paris, Fayard, 1998 ; 2013.
Georges Devereux, Essais d'ethnopsychiatrie générale, Paris, Gallimard, 1970.

Arno STERN : Le Tracé révélateur d'une mémoire archaïque
Arno Stern est le créateur du Closlieu, où il exerce le rôle de Servant depuis 1948. La Trace, qui se produit dans les conditions spécifiques de ce lieu, appartient à un code appelé la Formulation. Arno Stern a prolongé son étude par des séjours dans des contrées lointaines (déserts, brousse, forêt vierge) et démontre que la Formulation est un code universel. Il révèle aussi l’origine de la Formulation, la Mémoire Organique, dont l'existence est, aujourd'hui, confirmée par les chercheurs dans le domaine de la neurobiologie l'embryologie, la génétique… Arno Stern forme, à travers le monde, de nombreux Praticiens-Servants du Jeu de Peindre. Cette formation, ainsi que l’information pour faire connaître ses découvertes sont, à côté de son rôle dans le Closlieu, des activités incessantes d'Arno Stern, auteur de nombreux livres et d'articles traduits dans une dizaine de langues.

Bibliographie résumée en français
Le Jeu de Peindre, Actes Sud.
Heureux comme un enfant qui peint, Éditions du Rocher.
Le Closlieu, le Jeu de Peindre et la Formulation, Hermann Éditeurs.
L'Âge d’or de l'Expression, DDB.
Les Enfants du Closlieu, Éditions Hommes & Groupes


BIBLIOGRAPHIE :

• AMEISEN Jean-Claude, La Sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice, Seuil, 2003.
• ANATI Emmanuel, Aux origines de l'art, 50000 ans d'art préhistorique et tribal, préface d'Yves COPPENS, Fayard, 2003.
• ANDREWS Jerome, La Danse profonde, de la carcasse à l'extase, avec un texte d'Arno STERN, éd. CND, 2017.
• BONNEFIS Philippe, LYOTARD Dolorès (dir.), Pascal Quignard, figures d'un lettré, Colloque de Cerisy, Éditions Galilée, 2005.
• BONNET BALAZUT Amélie, Portrait de l'homme en animal, de la duplicité de la figure humaine dans l'art pariétal, PUP, 2014.
• CALLE-GRUBER Mireille, DEGENÈVE Jonathan, FENOGLIO Irène (dir.), Pascal Quignard. Translations et métamorphoses, Colloque de Cerisy, Hermann, 2015.
• CALLE-GRUBER Mireille, FRANTZ Anaïs (dir.), Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, Hermann, 2016.
• CALLE-GRUBER Mireille, Pascal Quignard ou Les leçons de ténèbres de la littérature, Galilée, 2018.
• FRANTZ Anaïs, STERN Arno, La Mémoire et l'Expression, éd. Marie Morel Regard – J'en suis bleue, 2018.
• FRANTZ Anaïs, Marie Morel la peinture libre, éd. Marie Morel Regard – J'en suis bleue, 2019.
• HAAG Geneviève, Le Moi corporel : autisme et développement, PUF, 2018.
• QUIGNARD Pascal, Le Sexe et l'Effroi, Gallimard, 1994.
• QUIGNARD Pascal, Sur le jadis, Dernier Royaume, Tome II, Grasset, 2002.
• QUIGNARD Pascal, Les Paradisiaques, Dernier Royaume, Tome IV, Grasset, 2005.
• QUIGNARD Pascal, La Nuit sexuelle, Flammarion, 2007.
• QUIGNARD Pascal, Sur l'image qui manque à nos jours, Arléa, 2014.
• QUIGNARD Pascal, Marie Morel, Marie Morel une vie de peintre, éd. Marie Morel Regard –J'en suis bleue, 2014.
• QUIGNARD Pascal, Angoisse et beauté, Seuil, 2018.
• QUIGNARD Pascal, La Vie n'est pas une biographie, Galilée, 2019.
• QUIGNARD Pascal, Marie Morel, L'œuvre censurée de Marie Morel, éd. Marie Morel Regard – J'en suis bleue, 2019.
• STERN Arno, Aspects et technique de la Peinture d'enfants, éd. Delachaux & Niestlé, 1956.
• STERN Arno, Compréhension de l'Art enfantin, préface de Françoise DOLTO, éd. Delachaux & Niestlé, 1959.
• STERN Arno, Une grammaire de l'Art enfantin, éd. Delachaux & Niestlé, 1966.
• STERN Arno, L'Expression ou l'Homo Vulcanus, éd. Delachaux & Niestlé, 1973.
• STERN Arno, Le Monde des Autres, éd. Delachaux & Niestlé, 1974.
• STERN Arno, Antonin ou la Mémoire organique, éd. Delachaux & Niestlé, 1978.
• STERN Arno, Les Enfants du Closlieu, éd. Hommes & Groupes, 1989/2007.
• STERN Arno, Heureux comme un enfant qui peint, éd. du Rocher, préface d'Albert JACQUART, photographies de Peter LINDBERGH.
• STERN Arno, Le Jeu de peindre, Actes Sud, 2011.
• STERN Arno, L'Âge d’or de l'Expression, Desclée de Brouwer, 2014.

VIDÉOS :

Hommage rendu à Arno Stern en Sorbonne le 9 septembre 2019 : une conférence d'Arno Stern précédée par les discours du Président de l'université la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, d'un représentant de la Commission nationale française pour l'UNESCO, d'André Stern, d'Anaïs Frantz et de Zelda Egler :
- Discours d'hommage précédant la conférence : voir la vidéo
- Conférence d’Arno Stern en Sorbonne, 9 septembre 2019 : voir la vidéo


SOUTIENS :

• Direction des Affaires Internationales (DAI) & Commission de la Recherche (CR) | Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3
• Institute for the International Education of Students (IES), Paris

Programme 2020 : un des colloques

Programme complet


Colloque reporté

En raison des événements exceptionnels liés à l'épidémie de la Covid-19, et sur proposition des directeurs, ce colloque a été reporté aux dates suivantes : du mercredi 19 mai au mardi 25 mai 2021 [en savoir plus].

La direction du CCIC


FRANCISCO VARELA, UNE PENSÉE ACTUELLE

AUTOPOÏÈSE, ÉNACTION, PHÉNOMÉNOLOGIE


DU MERCREDI 1er JUILLET (19 H) AU MERCREDI 8 JUILLET (14 H) 2020

[ colloque de 7 jours ]



DIRECTION :

Natalie DEPRAZ, Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU


COMITÉ SCIENTIFIQUE :

Michel BITBOL, Amy COHEN, Natalie DEPRAZ, Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU, Claire PETITMENGIN, Jean PETITOT


ARGUMENT :

Francisco Varela a contribué de manière significative au champ des sciences cognitives et a notamment proposé la théorie de l'énaction. Il s'est aussi beaucoup intéressé à la phénoménologie et a forgé une approche nouvelle de la conscience émergeant mais irréductible à la dynamique neuronale, qu'il a nommée la neurophénoménologie. Il a également fondé le Mind and Life Institute, un lieu de dialogue avec le Dalaï Lama et de réflexion sur les liens possibles entre sciences et pratiques contemplatives, notamment la méditation. Enfin, son travail autour des notions d'émergence et d'autopoïèse, notamment avec Humberto Maturana, a eu, non seulement dans le domaine de la biologie, une influence importante.

Il nous a paru essentiel, presque 20 ans après sa disparition, de revisiter sa pensée, de voir quel était son impact aujourd'hui et les champs disciplinaires qui se l'étaient appropriée. Ce colloque est donc conçu comme un dialogue entre sciences dures et sciences humaines, entre art et science, entre science et conscience. Il se veut aussi un lieu et un moment pour réfléchir à l'interdisciplinarité et à sa mise en pratique.


MOTS-CLÉS :

Art et science, Autopoièse, Bouddhisme, Conscience, Création artistique, Émergence, Énaction, Épistémologie, Interdisciplinarité, Méditation, Neurophénoménologie, Philosophie, Phénoménologie, Pratiques contemplatives, Sciences cognitives, Sciences humaines, Sciences de l'éducation, Varela (Francisco)


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mercredi 1er juillet
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Jeudi 2 juillet
Matin
Amy COHEN-VARELA : Ouverture

UNE VISION ÉLARGIE DE LA SCIENCE
Jean-Pierre DUPUY : L'émergence, l'épanouissement et le déclin d'une idée majeure dans l'histoire des sciences et des techniques : un ordre sans designer [vidéo]
Valérie BONNARDEL : Quel effet cela fait-il d'être un cyborg ? Examinons le cas de la couleur

Après-midi
Henri ATLAN : La rencontre entre biologie et philosophie [vidéo]
Antoine LUTZ : Exploration neurophénoménologique de la relation entre douleur et souffrance chez des méditants novices et experts
Michel LE VAN QUYEN : Activité endogène, oscillation et synchronisation de l'activité dynamique du cerveau

Soirée
Autour du film Monte Grande : What Is Life ? de Franz Reichle


Vendredi 3 juillet
LA PHÉNOMÉNOLOGIE À SES LIMITES
Matin
Jean PETITOT : Que signifie naturaliser la phénoménologie ?
Tom FROESE : Being and Being-with versus the naturalization of phenomenology

Après-midi
Michel BITBOL : La dialectique du corps et de la conscience : une traduction métaphysique de la neurophénoménologie
Natalie DEPRAZ : La cardiophénoménologie. Ou comment raffiner la neurophénoménologie ?
Jean-Daniel THUMSER : Aux entrailles de la subjectivité : pour une cardio et une gastrophénoménologie

Soirée
Présentation artistique


Samedi 4 juillet
LA PENSÉE DE FRANCISCO VARELA, SOURCE D'INSPIRATIONS ÉDUCATIVES
Matin
Michèle DUZERT : Vivre ensemble son autonomie

Après-midi
DÉTENTE

Soirée
Autour du film Monte Grande : What Is Life ? de Franz Reichle


Dimanche 5 juillet
UNE SIGNATURE VARÉLIENNE : L'ÉNACTION
Matin
Claire PETITMENGRIN : L'énaction comme expérience vécue
Charles LENAY : Énaction et interaction : la question du possible
Andreas WEBER : Skincentric Ecology

Après-midi
François SEBBAH : Énaction et éthique
Fabrice MÉTAIS : Faire sens et rencontrer l'autre : énaction et éthique levinassienne

Soirée
Présentation artistique


Lundi 6 juillet
MÉDITATION EN ACTION ET NATURE DE L'ESPRIT
Matin
Le DALAÏ-LAMA : Témoignage
Amy COHEN-VARELA : Titre non communiqué
Philippe CORNU : L'esprit et sa nature ultime dans le Dzogchen

Après-midi
Fabrice MIDAL : Ce que j'ai appris de la méditation grâce à Francisco Varela
Alexis LAVIS : L'approche varélienne du bouddhisme et le rôle du bouddhisme dans l'œuvre de Varela
Elena ANTONOVA : The Mindful Brain and the Nature of Mind : could the neuroscience of mindfulness say anything about consciousness and awareness ?

Soirée
Autour du film Monte Grande : What Is Life ? de Franz Reichle


Mardi 7 juillet
LES ARTISTES : QUEL "CERCLE CRÉATEUR" ?
Matin
Table ronde 1, avec Nico DOCKX (À Travers le Temps et le Jour), Catherine GROUT (Mises en mouvement), Raphaële JEUNE (Varela à l'aventure de l'art) et Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU (Phénoménologie, Conscience et Création)

Après-midi
Table ronde 2, avec Carole HOFFMAN (L'émergence, dans l'oscillation de l'entre-deux), Xavier LAMBERT (Autopoïèse et générativité), Frédéric MATHEVET (Énaction politique dans les arts sonores contemporains) et Célio PAILLARD (L'émergence entre : l'accumulation comme stratégie de création)

Soirée
Présentation artistique


Mercredi 8 juillet
Matin
Table ronde finale et bilan

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Charles LENAY : Énaction et interaction : la question du possible
Les difficultés à l'origine de la fracture apparue entre les approches varéliennes de l'énaction qui se développent actuellement autour de l'idée de sense-making et les approches de l'école de Maturana qui maintiennent une rigoureuse clôture organisationnelle de l'autopoïèse, peuvent se comprendre à partir de la question d'une naturalisation de l'expérience du possible. Je proposerai une piste pour résoudre cette question à partir d'une approche interactionniste prenant au sérieux l'altérité de la rencontre entre différentes clôtures organisationnelles. À l'appui de ces idées, je présenterai une étude expérimentale minimaliste des conditions de la constitution de l'expérience d'une séparation dans un champ de possibles.

Charles Lenay est professeur de sciences cognitives et philosophie, COSTECH (Connaissance, Organisation et systèmes Techniques) à l'université de technologie de Compiègne. Il consacre l'essentiel de ses recherches aux interactions entre organismes vivants et à la constitutivité biologique et technique de l'expérience humaine.

Jean PETITOT : Que signifie naturaliser la phénoménologie ?
Au cours des années 1990, j'ai co-organisé avec Francisco Varela, Jean-Michel Roy et Bernard Pachoud un séminaire au long cours sur la naturalisation de la phénoménologie. Ces travaux ont débouché sur la publication en 1999 de l'ouvrage Naturalizing Phenomenology : Issues in contemporary phenomenology and cognitive science (Stanford University Press). Plusieurs façons de concevoir les relations entre la phénoménologie husserlienne comme eidétique descriptive et les neurosciences cognitives y sont développées. Je me propose de revenir sur ces réflexions.

Né en 1944 à Paris, directeur d'études retraité à l'EHESS, Jean Petitot est un spécialiste des modèles mathématiques en sciences cognitives. Il a appliqué les théories des singularités et des bifurcations constitutives des modèles morphodynamiques de René Thom à divers aspects du structuralisme, à la phénoménologie de la perception et aux neurosciences cognitives. Ces recherches l'ont conduit à un programme de naturalisation de la phénoménologie husserlienne. Il est également un philosophe des sciences et a été dans ce domaine l'un des réintroducteurs de la philosophie transcendantale en mathématiques et en physique modernes.
Publications
Petitot J., 1999 (ed. with F. Varela, J.-M. Roy & B. Pachoud), Naturalizing Phenomenology : Issues in Contemporary Phenomenology and Cognitive Science, Stanford, Stanford University Press.
Petitot J., 2002, "Eidétique morphologique de la perception", Naturaliser la phénoménologie, J. Petitot, F. Varela, J.-M. Roy, B. Pachoud (eds), CNRS Éditions, Paris, 427-484 [en ligne].
Petitot J., 2004, "Géométrie et Vision dans Ding und Raum de Husserl", Des lois de la pensée aux constructivismes, M.-J. Durand-Richard (ed.), Intellectica, 2004/2, 39, 139-167 [en ligne].
Petitot J., 2010, ""Le hiatus entre le logique et le morphologique". Prédication et perception", Semiosis and Catastrophes. René Thom's Semiotic Heritage, W. Wildgen, P.A. Brandt (eds), Peter Lang, Bern, 141-166 [en ligne].
Petitot J., 2014, "Landmarks for neurogeometry", Neuromathematics of Vision, G. Citti, A. Sarti (eds), Springer, Berlin, Heidelberg, 1-85 [en ligne].
Petitot J., 2017, Elements of Neurogeometry. Functional Architectures of Vision, Lecture Notes in Morphogenesis, Springer.
Colloques de Cerisy
(dir.) 1982, Logos et théorie des catastrophes (à partir du travail de René Thom).
(dir.) 1988, Rationalité et objectivités.
(dir.) 1990, Avec Fernando Gil et Heinz Wismann, 1790-1990 - Le destin de la philosophie transcendantale.
(dir.) 1996, Avec Paolo FAabbri, Umberto Eco : au nom du sens.
"Auto-organisation, criticité et temporalité", in Jean-Pierre Dupuy. Dans l'œil du cyclone, Carnets Nord, 2008..


BIBLIOGRAPHIE :

• F. Varela, Principles of Biological Autonomy, Elsevier/North-Holland, New York, 1979, 306 pp (en français : Autonomie et Connaissance : Essai sur le Vivant, Seuil, Paris, 1988).
• H. Maturana and F. Varela, Autopoiesis and Cognition : The realization of the living, Boston, 1980, 141 pp.
• F. Varela, "L'auto-organisation : de l'apparence au mécanisme", in L'auto-organisation. De la physique au politique, Colloque de Cerisy, Éditions du Seuil, 1983.
• H. Maturana and F. Varela, The Tree of Knowledge : A new look at the biological roots of human understanding, Shambhala/New Science Library, Boston, 1987 (en français : L'Arbre de la Connaissance, Addison-Wesley France, Paris, 1994).
• F. Varela, Connaître Les Sciences Cognitives, tendances et perspectives, Éditions du Seuil, Paris, 1988.
• F. Varela, E. Thompson and E. Rosch, The Embodied Mind : Cognitive science and human experience, MIT Press, Cambridge, 1991 (en français : L'Inscription Corporelle de l'Esprit, Seuil, Paris, 1993).
• F. Varela, Un Know-how per l'ettica, The Italian Lectures 3, Editrice La Terza, Roma, 1992 (en français : Quel savoir pour l'éthique ? Action, sagesse et cognition, Éditions La Découverte, Paris, 1996).
• F. Varela and J.-P. Dupuy (Eds.), Understanding Origin : Scientific Ideas on the Origin of Life, Mind, and Society (A Stanford University Interational Symposium), Boston Studies Phil. Sci., Kluwer Assoc., Dordrecht, 1992.
• J. Hayward and F. Varela (Eds.), Gentle Bridges : Dialogues between the Cognitive Sciences and the Buddhist Tradition, Shambhala Publishers, 1992 (en français : Passerelles : Entretiens avec des scientifiques sur la nature de l'esprit, Albin Michel, 1995).
• M. R. Anspach & F. Varela, "Le système immunitaire : un "soi" cognitif autonome", in Introduction aux sciences cognitives, Colloque de Cerisy, Éditions Gallimard, Coll. "Folio Essais", 1992 (réédition en 1995 et 2004).
• F. Varela, Invitation aux Sciences Cognitives, Éditions du Seuil, "Points Sciences", 1996.
• F. Varela (Ed.), Sleeping, Dreaming and Dying : Dialogues between the Sciences and the Buddhist Tradition, Wisdom Book, Boston, 1997 (en français : Dormir, Rêver, Mourir, NIL Éditions, Paris, 1998).
• F. Varela and J. Shear (Eds.), The View from Within : First-Person Methodologies in the Study of Consciousness, Special Issue, Journal of Consciousness Studies, 6(2-3), 1999 (also available as book : Imprint Academic, London, 1999).
• J. Petitot, F. Varela, B. Pachoud and J.-M. Roy (Eds.), Naturalizing Phenomenology : Contemporary Issues in Phenomenology and Cognitive Science, Stanford University Press, Stanford, 1999.
• J. Hayward and F. Varela (Eds.), Gentle Bridges : Conversations with the Dalai Lama on the Sciences of Mind, Shambhala Publishers, 2001.
• N. Depraz, F. Varela and P. Vermersch, On Becoming Aware : Steps to a Phenomenological Pragmatics, Benjamin Publishing, Advances in Consciousness Research, New York, 2003.
• S. Brier and J. Bopry (Eds.), Francisco J. Varela 1946-2001, Special Issue, Cybernetics & Human Knowing, 2004 (also available as book : Imprint Academic, London, 2004).
• C. Petitmengin (Eds.), Ten Years of Viewing from Within : The Legacy of Francisco Varela, Special Issue, Journal of Consciousness Studies, 2009 (also available as book : Imprint Academic, London, 2009).
• F. Varela, Le cercle créateur - Écrits (1976-2001), Seuil, Paris, 2017.


SOUTIENS :

• Équipe de recherche interdisciplinaire sur les aires culturelles (ERIAC, EA 4705) | Université de Rouen Normandie
Archives Husserl (UMR 8547) | CNRS / ENS
• Laboratoire Perception Représentations Image Son Musique (PRISM, UMR 7061) | CNRS / Aix-Marseille Université

Programme 2020 : un des colloques

Programme complet


Colloque reporté

En raison des événements exceptionnels liés à l'épidémie de la Covid-19, et sur proposition des directeurs, ce colloque a été reporté aux dates suivantes : du samedi 26 juin au samedi 3 juillet 2021 [en savoir plus].

La direction du CCIC


JULIA KRISTEVA : RÉVOLTE ET RELIANCE

HUMANITÉS, LITTÉRATURE, PSYCHANALYSE


DU MARDI 23 JUIN (19 H) AU DIMANCHE 28 JUIN (14 H) 2020

[ colloque de 5 jours ]



DIRECTION :

Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Keren MOCK, Nicolas RABAIN, Beatriz SANTOS

Avec la participation de Julia KRISTEVA


ARGUMENT :

Cette rencontre se propose comme une traversée dans l'œuvre protéiforme de Julia Kristeva. Toujours en acte, la pensée qu'elle déploie est à l'écoute des bouleversements de l'histoire, des théories et des disciplines, tout comme des enjeux contemporains et des questions éthiques. Conçue dans les mouvements de révolte et de reliance, elle prend ancrage au cœur même de ce qui relie l'intime et le social-historique : là est la force créative d'une œuvre dont le rayonnement dépasse cultures et disciplines.

L'exigence de la vision humaniste de l'auteure oblige à suivre l'héritage des Lumières : c'est en confrontant les points de vue que, dans le vaste ensemble de leurs enchevêtrements, la complexité se dévoile. De la signifiance au récit intertextuel, de l'inscription inconsciente aux limites de la vie, de la révolte adolescente à la violence des pouvoirs de l'horreur, des portraits littéraires aux expressions esthétiques et artistiques, du besoin de croire à la pulsion de savoir, les trois volets de ce colloque (humanités, littérature, psychanalyse) permettront de considérer à sa juste mesure la singularité du parcours kristévien.

Sans pour autant prétendre à l'exhaustivité, les réflexions éclairées par le débat avec de nombreux penseurs tant français qu'étrangers permettront d'entretenir un dialogue privilégié avec celle qui se définit comme un "monstre de carrefours" et qui est assurément, non seulement une personnalité hors pair, mais aussi l'une des intellectuelles les plus importantes de notre temps.


MOTS-CLÉS :

Croyance, Esthétique, Éthique, Fictions, Kristeva (Julia), Langage, Psychanalyse


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mardi 23 juin
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Mercredi 24 juin
Matin
Carin FRANZÉN : L'œuvre de Julia Kristeva — un antidote au vide symbolique dans la culture contemporaine
Discutante : Keren MOCK

Dialogue — Modérateur : Samuel LEPASTIER
Jean-Louis BALDACCI & Françoise COBLENCE : Reliance et sublimation dans l'esthétique et dans la clinique

Après-midi
Éthique et médecine, table ronde animée par Danièle BRUN, avec Jean-Claude AMEISEN, Eivind ENGEBRETSEN et Charles GARDOU

Dialogue — Modérateur : Nicolas RABAIN
Laurent DANON-BOILEAU : Exil, mélancolie, sublimation & Gilbert DIATKINE : Interprétation et traduction

Soirée
Lectures, par Charlotte CASIRAGHI, Sihem HABCHI & Teodor KOTOV


Jeudi 25 juin
Matin
Alice JARDINE : At the risk of thinking
Discutante : Keren MOCK

Laurie LAUFER : Souffrir non souffrir : le soleil noir de la mélancolie
Discutante : Beatriz SANTOS

Après-midi
Perspectives contemporaines sur la chora, table ronde avec Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Miglena NIKOLCHINA et Audrey RICHARD-BURTEY

Griselda POLLOCK : Rencontre politique, éthique et esthétique entre Julia Kristeva et Marilyn Monroe

Soirée
Écrivains : témoignage et écriture, avec Michal BEN-NAFTALI, Philippe FOREST et Tiphaine SAMOYAULT


Vendredi 26 juin
Matin
Les territoires de la fiction, table ronde avec Marilia AISENSTEIN, Pierre-Louis FORT et Keren MOCK

Marian HOBSON : "Le son de cloche" : système / dissémination dans la pensée de Julia Kristeva
Discutante : Rachel BOUÉ-WIDAWSKY

Après-midi
Adolescence et révolte, table ronde avec Samuel DOCK, Brigitte MOÏSE DURAND et Nicolas RABAIN

Entretien avec Philippe SOLLERS

Soirée
Julia KRISTEVA : Avons-nous besoin de croire ?, entretien avec Martin LEGROS, accompagné au saxophone par Raphaël IMBERT


Samedi 27 juin
Matin
Dialogue — Modérateur : Thamy AYOUCH
Ellen MORTENSEN : L'écriture de la chair. Julia Kristeva sur Colette et l'alphabet nouveau de sens & Cecilia SJÖHOLM : Kristeva, Arendt et la vie du sujet

Dialogue — Modérateur : Laurent DANON-BOILEAU
Dominique DUCARD : Le milieu interne du langage & Marie-Christine LALA : Les mutations du sémiotique entre langue, sujet et discours

Après-midi
Portraits littéraires, table ronde animée par Nicolas AUDE, avec Éric MARTY et Jean-François RABAIN

Dialogue
Karine ROUQUET-BRUTIN : Julia Kristeva et la question du matricide de la langue natale & David UHRIG : Le "pathos" du Neutre

Soirée
"HORS LES MURS" — À LA CATHÉDRALE DE COUTANCES
Stabat Mater, concert organisé par Jean-François DÉTRÉE, avec Pauline JAMBET (récitante), Françoise MASSET (voix) et Pascale ROUET (orgue)


Dimanche 28 juin
Matin
Discussion avec Julia KRISTEVA

Rapport d'étonnement des doctorants, animé par Nicolas AUDE

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Marilia AISENSTEIN
Philosophe de formation, Marilia Aisenstein est psychanalyste, titulaire formateur de la Société Hellénique de Psychanalyse et de la Société de Psychanalyse de Paris dont elle a été présidente. Elle s'est essentiellement impliquée dans l'Association Internationale en étant Représentant de l'Europe au Comité Exécutif et président du Comité des Nouveaux Groupes. Elle a beaucoup écrit en Grec et en Anglais sur le corps, le transfert, la maladie psychosomatique. Une traduction de son dernier livre est sous presse aux Éditions d'Ithaque sous le titre : Désir, Douleur, Pensée.

Nicolas AUDE
Ancien élève de l'ENS de Paris (2008), agrégé de Lettres modernes (2013), Nicolas Aude est docteur en littérature comparée de l'université Paris Nanterre. Sa thèse, en cours de publication, s'intitule "Les Aveux imaginaires. Scénographie de la confession dans le roman du XIXe siècle (Angleterre, France, Russie)". Ses recherches actuelles portent sur Fédor Dostoïevski et la littérature mondiale.

Jean-Louis BALDACCI : Reliance et sublimation
Les notions d'abjection et de reliance de Julia Kristeva se proposent d'enrichir la compréhension et le traitement des "nouvelles maladies de l'âme" que rencontre de nos jours la psychanalyse. En recoupant la notion freudienne de sublimation, elles permettent à la métapsychologie d'interroger les champs de la créativité et de l'esthétique.
Bibliographie
Kristeva J., Les nouvelles maladies de l'âme, Paris, Fayard, 1993.
Kristeva J., La reliance ou de l'érotisme maternel, Revue Française de Psychanalyse, 5-2011, pp. 1559-1570.
Kristeva J., Autour d'Emile Benveniste, ouvrage collectif, Coll. "Fiction et Cie", Paris, Seuil, 2016, pp. 97-151.
Kristeva J., Je me voyage, entretiens avec Samuel Dock, Paris, Fayard, 2016.

Jean-Louis Baldacci, psychiatre, psychanalyste, membre titulaire formateur de la Société psychanalytique de Paris, a dirigé le Centre de Consultations et de Traitements Psychanalytiques Jean Favreau de 2000 à 2015.
Publication
"Dépasser les bornes". Le paradoxe du sexuel, PUF, 2018.

Laurent DANON-BOILEAU : Exil, mélancolie, sublimation
L'exil est fauteur de déracinement psychique. Mais il peut également être source de déploiement. Et, de ce point de vue, il dispose de l'une au moins des qualités inhérentes aux objets de la psychanalyse telle que le transfert, le refoulement ou la pulsion. Il peut être fléau ou bienfait, la pire ou la meilleure des choses. Dans ses formes les plus connues, tel qu'il apparaît d'ordinaire, c'est un drame responsable de mélancolie. Pourtant, à certaines conditions, il peut aussi constituer une incitation décisive à la sublimation. L'œuvre de Julia Kristeva permet d'approcher la valence paradoxale de l'exil qui n'est ni nostalgie ni exode mais exigence de travail de traduction et de perlaboration entre terre (et langue) maternelle et terre et langue d'asile. C'est dans cette perspective que s'inscrira cette intervention.

Références bibliographiques
Kristeva J. (1987), Soleil noir. Dépression et mélancolie, Folio, Gallimard.
Kristeva J. (1994), Le temps sensible - Proust et l'expérience littéraire, Gallimard.
Kristeva J. (2001), Étrangers à nous-mêmes, Folio, Gallimard.

Gilbert DIATKINE : Interprétation et traduction
Une nouvelle traduction d'une œuvre déjà traduite antérieurement nous apporte souvent un éclairage inédit qui modifie notre compréhension du texte. Si la traduction nouvelle est bonne, elle nous fait pénétrer plus avant dans notre approche de l'original. Comme Julia Kristeva l'écrit, citant Proust, l'œuvre originale est elle-même une traduction de l'œuvre que l'auteur portait en lui. De même, un psychanalyste sait qu'il a donné une interprétation à son patient si celui-ci lui répond en y associant un matériel nouveau, auquel l'analyste ne s'attendait pas, mais néanmoins complètement déterminé par l'organisation des fantasmes inconscient du patient. Comme la traduction, l'interprétation est virtuellement un travail infini, mais qui s'approche toujours plus près de la vérité du sujet. À la lumière du rapprochement entre interprétation et traduction, nous discuterons deux idées importantes de Julia Kristeva : "La Chose" et "L'opposition sémiotique/symbolique".

Références bibliographiques
Kristeva J. (1987), Soleil noir. Dépression et mélancolie, Folio essais, Paris, 257p.
Kristeva J. (2013), "Traduire la douleur, ou le langage comme contre-dépresseur", Figures de la psychanalyse, 2013/2, 13-25.
Kristeva J. (2014), L'amour de l'autre langue, Sommet du livre à la Bibliothèque Nationale de France.

Dominique DUCARD : Le milieu interne du langage
Penser la complexité du langage exige du linguiste d'adopter un point de vue sémiologique qui traverse les domaines des humanités, des sciences sociales et des sciences de l'esprit. Pour reprendre le questionnement du sens provoqué par la sémanalyse dans les années 1970, nous confronterons le modèle épistémologique de la linguistique de l'énonciation (Culioli) et la conception de la signifiance selon Julia Kristeva, construite sur la double instance du sémiotique/symbolique et le dédoublement du texte en génotexte et phénotexte, les deux approches se rejoignant dans une référence commune à la khōra platonicienne. Cela nous conduira à introduire la notion de milieu interne du langage, dans la perspective d'une théorie de l'énonciation visant l'activité signifiante de langage, dans ses deux dimensions (inter)subjective et transindividuelle, de l'intime au commun.

Dominique Ducard enseigne la sémiologie et la linguistique à l'université Paris-Est Créteil. Ses travaux de recherche portent sur l'activité signifiante de langage dans l'exercice de la parole et du discours, à travers l'étude des textes, et, plus largement, sur l'activité symbolique de représentation liée au langage, dans la perspective d'une sémiologie interprétative (R. Barthes, J. Kristeva) fondée sur une théorie de l'énonciation (Culioli).

Pierre-Louis FORT
Maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise et membre du laboratoire Agora de l'UCP, Pierre-Louis Fort consacre l'essentiel de ses recherches à la littérature française des XXe/XXIe siècle et à la littérature de jeunesse.
Publications
Ma mère, la morte, l'écriture du deuil chez Yourcenar, Beauvoir et Ernaux, Imago, 2007.
Critique et littérature, Gallimard, 2008.
Simone de Beauvoir, Essai, coll. "Libre cours", PU de Vincennes, 2016.
Codirection
(Re)découvrir l'œuvre de Simone de Beauvoir : du Deuxième Sexe à La Cérémonie des adieux, avec J. Kristeva, P. Fautrier et A. Strasser, Éditions du Bord de l'eau, 2008.
La France et l'Algérie en 1962, avec C. Chaulet Achour, Karthala, 2014.
Annie Ernaux, un engagement d'écriture, avec V. Houdart-Merot, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2015.
Sur l'œuvre de J. Kristeva
Il a préparé le volume La Haine et le pardon, Fayard (2005) et a écrit plusieurs articles consacré à ses travaux, en français ("Du "monstre de carrefour" au "monstre sacré" : pour une esthétique du thyrse chez Julia Kristeva" ou en anglais ("At the crossroads of language and identity : Julia Kristeva's bilingualism »).
Il travaille plus précisément sur son œuvre romanesque : il a ainsi conduit deux entretiens avec Julia Kristeva à propos de sa conception du roman dans L'Infini et vient de terminer un article sur ce sujet à paraître prochainement dans The philosophy of Julia Kristeva (Sarah Beardsworth ed., Volume XXXVI in the Library of Living Philosophers series, Open Court Publishing Company, USA).

Carin FRANZÉN : L'œuvre de Julia Kristeva — un antidote au vide symbolique dans la culture contemporaine
Face aux malaises d'une culture dirigée par le capitalisme global, appauvrissant la singularité du sujet et sa capacité de critique et de résistance, il est devenu de plus en plus urgent de retrouver les moyens d'une reliance entre sujets pour mieux résister à une nouvelle normativité qui incite chacun à se soumettre à une flexibilité à tout prix. Cette communication montrera comment Kristeva, par son renouvellement de la tradition humaniste à travers la psychanalyse, l'art et la littérature, nous offre une remise en cause essentielle de ces "nouvelles maladies de l'âme", donnant sur une autre structuration de la subjectivité et de la personne ainsi qu'une pratique de plasticité ouverte à de nouvelles transformations.

Après sa thèse de doctorat sur la poétique psychanalytique de Julia Kristeva (soutenu à l'université de Stockholm en 1995), Carin Franzén a dédié ses recherches en littérature comparée à des études où l'œuvre de Kristeva a une place centrale.
Publication
"An Antidote to the Crisis of Contemporary Culture : Rereading Kristeva on Duras", in The Philosophy of Julia Kristeva, éd. Beardsworth & Auxier (à paraître en août 2020).

Charles GARDOU
Charles Gardou est anthropologue et professeur à l'université Lumière Lyon 2, où il est, entre autres, responsable scientifique du master spécialisé Référent Handicap. À partir d'un itinéraire qui l'a confronté à la diversité humaine dans différents lieux du monde, il consacre ses travaux à la diversité, à la vulnérabilité et à leurs multiples expressions. Il a créé et dirige la collection "Connaissances de la diversité" aux Éditions érès, où il est l'auteur de plus de 20 ouvrages, traduits en plusieurs langues. Il a créé et co-présidé avec Julia Kristeva le Conseil National du Handicap et organisé avec elle les Premiers États Généraux du handicap à l'UNESCO en 2005. Il est l'initiateur d'un appel national qui a abouti à la cérémonie mémorielle du 10 décembre 2016 sur l'Esplanade de droits de l'Homme au Trocadéro, où le Président de la République a rendu hommage aux 45000 personnes fragilisées par la maladie ou le handicap, abandonnées à la mort dans les hospices et hôpitaux psychiatriques sous l'Occupation.
Publications
Pascal, Frida Kahlo et les autres… Ou quand la vulnérabilité devient force, Éditions érès, 2009 (réédition en 2014).
La société inclusive, parlons-en ! Il n'y a pas de vie minuscule, Éditions érès, 2012 (réédition en 2018).

Marian HOBSON : "Le son de cloche" : système / dissémination dans la pensée de Julia Kristeva
Les penseurs français qui percent dans les années 60 et 70 ont une caractéristique commune : tout se passe comme s'ils développaient des vocables singuliers qui marqueraient leur style. Pourtant ceux-ci sont repris par d'autres de leurs contemporains, qui participent ainsi comme dans un nœud d'échos, de relais. Et cela sans former nécessairement un groupe par l'orientation de leur pensée. Cette communication cherchera à établir ce que pourrait indiquer cette particularité, et si c'en est une.

Marian Hobson a été maître assistante, Université de Genève (1973-1976) ; Fellow Trinity College, Université de Cambridge (1977-1992) [la première femme Fellow] ; Professeure, Université de Cambridge (1982-1992) ; Professeure, Queen Mary University of London (1992-2005). Depuis, elle est professeure émérite.
Visiting Professor : Université de Paris 7 (1997), University of Johns Hopkins (1996, 2005, 2006), University of Michigan (2006), University of Harvard (2007).
Visiting Lecturer : East China Normal School (automne 2011), Shang’Hai, Jiao Tong University, Institute for Advanced Study in European Culture (2016).
Publications
The object of art : the theory of illusion in 18th century France, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, 2006 ; en français : L'art et son objet : Diderot, la théorie de l'illusion et les arts en France au XVIIIe siècle, Paris, Champion, 2007 ; publié en chinois, East China Normal Press Ltd, 2019.
Jacques Derrida : opening lines, London, Routledge, 1998 ; publié en turc, 2004.
Diderot and Rousseau : Networks of Enlightenment, articles édités par Kate E. Tunstall and Caroline Warman, Oxford, Voltaire Foundation, 2011 ; publié en chinois, 2014, East China Normal Press Ltd.
Diderot, Lettre sur les aveugles, Lettre sur les sourds et muets, éditées avec notes, Paris, Flammarion, 2000.
Diderot, Le Neveu de Rameau, édité avec notes, Geneva, Droz.
Denis Diderot's Rameau's Nephew : a Multi-Media Edition, Cambridge, 2014. Édité par Marian Hobson. Traduit par Kate E. Tunstall et Caroline Warman. Musique jouée par des étudiants du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, sous la direction de Pascal Duc, qui a choisi les morceaux. Les notes ne sont pas identiques à l'édition publiée chez Droz.

Alice JARDINE : At the Risk of Thinking
At the Risk of Thinking est la première biographie de Julia Kristeva. Cet ouvrage destiné à un vaste lectorat anglophone a pour but de rendre plus accessible le travail de Kristeva en liant son parcours personnel, depuis son enfance en Bulgarie communiste jusqu'à sa vie d'intellectuelle publique internationale, à l'histoire de ses idées. Alice Jardine va partager quelques réflexions à propos de son travail biographique qui, sans hésiter à mettre en évidence la complexité de l'écriture de Kristeva, souligne surtout l'appel de Kristeva à une renaissance urgente d'une pensée interdisciplinaire audacieuse afin de comprendre — et d'agir dans — le monde d'aujourd'hui.

Alice Jardine est professeur de langues et littératures romanes et d'études des femmes, du genre et de la sexualité à Harvard University, aux États-Unis. Sa biographie intellectuelle de Julia Kristeva, At the Risk of Thinking : An Intellectual Biography of Julia Kristeva paraît chez Bloomsbury Press en janvier 2020. Parmi ses autres publications : The Future of Difference, Gynésis : Configurations of Woman and Modernity, et Living Attention : On Teresa Brennan. D’autre part, avec Thomas Gora et Leon Roudiez, Alice Jardine a traduit Desire in Language : A Semiotic Approach to Literature and Art de Julia Kristeva.

Marie-Christine LALA : Les mutations du sémiotique entre langue, sujet et discours
La rencontre avec l'œuvre de Julia Kristeva participe de la même curiosité ardente, constante et partagée, qui fait traverser les domaines du savoir contemporain dans les sciences de l'homme, délivrant à la fois les risques et les richesses de toute perspective transdisciplinaire. En particulier, l'horizon sémiologique des sciences du langage suscite des interrogations critiques, toujours renouvelées, sur les mutations du sémiotique. Dès les années 1970, les travaux de Kristeva se portent sur les épistémologies de la linguistique pour placer au centre les rapports du sujet à la langue. Leur regard pionnier sur l'apport de Benveniste n'a fait que se confirmer dans les récentes études des manuscrits de ce grand linguiste du discours, des langues et du langage. Dans ce dialogue, nous souhaitons examiner à nouveaux frais certains concepts proposés par Kristeva, comme la dyade sémiotique/symbolique, tout en mesurant le chemin parcouru dans le champ de la linguistique de l'énonciation.

Marie-Christine Lala est maître de conférences-HDR en sciences du langage et en langue et littérature françaises à l'université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses publications portent en particulier sur l'analyse linguistique du texte littéraire et sur les écritures des XX-XXIe siècles (Bataille, Leiris, Duras, Quignard, Echenoz, Guyotat…). Elle est l'auteure de Georges Bataille, Poète du réel (Bern, Peter Lang, 2010) – monographie issue de ses séminaires au Collège international de philosophie. Le domaine de ses recherches postule l'extension d'une sémantique discursive où l'énonciation et la linguistique textuelle autorisent l'émergence de nouveaux concepts en analyse du discours.

Keren MOCK
Diplômée de psychologie et de philosophie, traductrice, docteur ès lettres, Keren Mock a soutenu sa thèse sous la direction de Julia Kristeva et de Pierre-Marc de Biasi (prix de l'Institut des Humanités de Paris). Après avoir assuré pendant plusieurs années une charge de cours d'hébreu moderne à l'ENS de Paris et avoir été ATER au département d'Études Psychanalytiques, elle a été lauréate en 2016 de la Visiting Junior Scholar Fellowship du France-Stanford Center for Interdisciplinary Studies. Son ouvrage, Hébreu, du sacré au maternel (CNRS Éditions, 2016) explore dans une perspective interdisciplinaire les processus par lesquels l'hébreu a pu redevenir une langue maternelle.
Ouvrage
Hébreu, du sacré au maternel, Préfaces de Pierre-Marc de Biasi et Julia Kristeva, Paris, CNRS Édition, 2016, 360 p.
Quelques publications
"Language and Sacredness in The Quest for Subjectivity", in The Philosophy of Julia Kristeva, Library of Living Philosophers, S. G. Beardworth (ed.), LaSalle, Ilinois, Open Court (à paraître en 2020), ch. 20, p. 467-480.
"Freud et la langue maternelle : une définition par le négatif", in Cliniques méditerranéennes, n°101 (1), (à paraître en 2020), pp. 127-138.
"Mélancolie des origines", in Meurtre de la mère, coll. "Présent de la psychanalyse", P. Merot (ed.), Paris, Puf, 2019, p. 93-109.
"La nature du nom : modification, conservation et dégénérescence", in J. Baumgarten, I. Rosier-Catach et P. Totaro (dir.), Spinoza, philosophe grammairien : le Compendium grammatices linguae hebraeae, Paris, CNRS Éditions, 2019, p. 185-201.
"Dans l'ombre de l'objet : Le deuil au risque du double", in Research in Psychonalysis, 2018/2, n°26, p. 121a-129a (en français et anglais).
"The Need to Believe and the Archive : Interview with Julia Kristeva", in V. Shemtov, A. Weitzman (dir.), Dibur, 3, 2016, Stanford University [en ligne].

Griselda POLLOCK : Rencontre politique, éthique et esthétique entre Julia Kristeva et Marilyn Monroe
En 1954, Willem de Kooning a peint une image triste et poignante intitulée Marilyn. Après avoir terminé une série de six peintures hiératiques intitulées Woman / Femme (1950-53) qui pourrait bien faire référence à l'émergence d'une "star" du cinéma américain, à savoir Marilyn Monroe en tant qu'icône cinématographique du début des années 1950, ce "portrait" de 1954 "dément" les "êtres éclatés, féroces, drôles et inaccessibles quoique massacrés par l'artiste", pour reprendre les mots de Julia Kristeva décrivant la série Woman en 1977. "Mais si elles avaient été créées par une femme ?", demande-t-elle à la fois. Dans cette conférence, nous esquisserons un discours "kristévien" sur la création artistique et l'esthétique de la différence sexuelle à travers l'image (représentation) et les pratiques de l'art (processus et matérialité), en montrant comment les différents écrits de Kristeva proposent des façons de croiser le marxisme, le féminisme et la psychanalyse freudienne permettant de repenser la politique et l'éthique de l'esthétique. Nous considérerons l'image créée par Marilyn Monroe à travers une lentille historique de l'art féministe, façonnée par différentes théorisations psychanalytiques de la créativité.

Karine ROUQUET-BRUTIN : Julia Kristeva et la question du matricide de la langue natale
J'ai toujours été frappée par les échos jubilatoires que déclenchait la lecture du texte de Julia Kristeva "Écrire en français" dans les groupes de jeunes chercheurs étrangers rassemblés autour de cette tâche : écrire, transcrire, traduire leur recherche en français(1). Sans aucun doute, il s'agissait là d'un moment épiphanique. S'ouvrait alors, travaillée au forceps par les métaphores et le jeu des oxymores, une chambre intime, subjective, donnant corps à une scène jusqu'ici inouïe. Serait-ce la scène du "matricide" annoncée par l'affirmation : "Il y a du matricide dans l'abandon d'une langue natale"(2) ?
(1) Dans les ateliers "Écrire la recherche en français", que j'ai animés à la Cité internationale Universitaire de Paris et dans le Centre de Formation des Doctorants à Paris Diderot Sorbonne Cité.
(2) Kristeva, Julia, "Écrire en français", Tu parles !? Le français dans tous ses états, Flammarion, Paris, 2001, p. 63-74.

Karine Rouquet-Brutin est Docteure es Lettres sous la direction de Julia Kristeva. Enseignante de littérature, psychopédagogue, elle a travaillé en Institution Psychiatrique, Médico-pédagogique, et Psychanalytique.
Publication
L'alchimie thérapeutique de la lecture. Des larmes au lire, Paris, L'Harmattan, 2000.
Articles
Avec Diana Cheaib et Susanne Muller, "Partir étudier ailleurs, passer une frontière, trouver une langue", Les discours meurtriers aujourd'hui, Colloque de Cerisy, juillet 2018.
"La mise en place du destinataire intérieur dans divers travaux d'écriture en Institution Psychiatrique ou dans un cadre thérapeutique", Écriture et psychose. Lire l'illisible, sous la direction de Laurence Aubry, PUP, 2018.
"France, ma souffrance !", Actes du Xème séminaire de la Francophonie, Uma leia &meia, Université Feira de Santana (Brésil), 2015.
"Passer une frontière, trouver une langue", Violence politique, traumatisme, processus d'élaboration et de création, Éditions Academia, Coll. "Intellection", n°21, L'Harmattan, 2012.
"Destins métisses et constructions identitaires : l'appel à l'autre langue, l'autre culture", Exils, migrations, création, sous la direction d'Évelyne Hanquart-Turner, Indigo et côté-femmes éditions, 2008.

Cecilia SJÖHOLM
Cecilia Sjöholm est professeur d'esthétique à l'université de Södertörn à Stockholm. Elle a publié largement sur l'histoire de l'esthétique, notamment en conjonction avec la politique et la psychanalyse.
Publications
Doing Æsthetics with Arendt ; How to see Things, Columbia University Press (2015).
Kristeva and the Political, London, Routledge (2005).
The Antigone Complex ; Ethics and the Invention of Feminine Desire, Calif, Stanford University Press (2004).

David UHRIG : Le "pathos" du Neutre
Soucieux de retrouver un "dédoublement initial" au cœur des œuvres qu'il a commentées, Blanchot a décrit avec une extrême acuité phénoménologique la limite transcendantale — et non psychologique — de tout projet littéraire. Comme l'a souligné Roland Barthes dans son cours sur Le Neutre, cette manière de concevoir la littérature n'est possible qu'à la condition de faire du langage "quelque chose d'atopique". Rien n'oblige à accepter une conception de la littérature en vertu d'une transparence dont Blanchot lui-même a pu souligner "le statut ambigu et non innocent : il y aurait une opacité de la transparence…". En nous appuyant sur cette idée d'André Green que "c'est par l'affect que le moi se donne une représentation irreprésentable de lui-même", nous chercherons à définir ce que Julia Kristeva n'a pas hésité à désigner comme le "pathos" blanchotien.

David Uhrig a débuté ses recherches, sous la direction de Julia Kristeva, il y a vingt-cinq ans. Au croisement de la philosophie et de la psychanalyse, le recueil Pulsions du Temps (Fayard, 2013), traduit en anglais sous le titre Passions of our time (Columbia University Press, 2018), est le fruit de son travail éditorial. Enseignant à New York University, David Uhrig est spécialiste de l'œuvre de Maurice Blanchot dont il a révélé la genèse complexe et contradictoire (Chroniques politiques des années 30, Gallimard, 2017).


Perspectives contemporaines sur la chora, table ronde avec Sarah-Anaïs CREVIER GOULET, Miglena NIKOLCHINA et Audrey RICHARD-BURTEY
Nous réfléchissons dans un séminaire théorico-clinique depuis deux ans sur la thématique de la "chair des mots" autour du travail de Julia Kristeva et avec elle. La chair des mots serait définie au XVIIe siècle par Baltasar Gracian comme "intense profondeur des mots" et, dans notre pratique psychanalytique, permettrait d'amener notre écoute au cœur du conflit ou du trauma psychosexuel en repérant au plus près la co-présence pulsion-langage.
Pour cette table ronde, nous souhaitons mettre en perspective et articuler la chora avec la chair des mots. Il s'agirait de rester dans notre chair de psychanalyste et d'éclairer ce pont sémantique de chora linguistique à chair des mots psychanalytiques. Nous partons ainsi de l'hypothèse que la chair des mots serait l'équivalent psychanalytique de la chora définie dans "la révolution du langage poétique" comme "un dialogue qui traite des commencements : l'articulation de processus et de pulsions primaires qui seraient le matériau d'où émerge le langage".
Dans la chora mais aussi dans la chair des mots, nous serions du côté du sémiotique, d'une expérience qui est un indicateur mais ne vient pas encore symboliser.
Dans notre pratique ce serait ainsi ces moments souvent épiphaniques de jaillissement d'une sensation transféro contre-transférentielle que l'analyste va restituer afin de laisser une trace, amorcer un mouvement pulsionnel qui amènera vers un mouvement psychique qui sera restitué peut-être par des mots sans en être la finalité.

Miglena Nikolchina est professeure au département d'histoire et de théorie littéraires de l'université de Sofia, Bulgarie. Son écriture théorique est à la croisée de la littérature, de la philosophie, des études politiques et de la théorie féministe. Beaucoup de ses articles sur Julia Kristeva.
Publications
Matricide in Language : Writing Theory in Kristeva and Woolf, 2004.
Lost Unicorns of the Velvet Revolutions : Heterotopias of the Seminar, 2013.

Audrey Richard-Burtey est psychiatre et psychanalyste, membre adhérent de la SPP, de la SEPEA, et médecin directeur du CMPPU d'Aix-En-Provence. Elle co-anime depuis septembre 2017 un séminaire d'étude et de recherche clinique et théorique avec Julia Kristeva intitulé La chair des mots.
Bibliographie
Aisenstein M., "La chair des mots", in J. Press, I. Nigolian (dir.), Corps parlant, corps parlé, corps muet, In Press, 2016.
Freud S. (1888), "Quelques considérations pour une étude comparative des paralysies motrices organique et hystériques", in Résultats, idées, problèmes, T.1, Puf, 1984.
Freud S. (1890), "Le traitement psychique", in Résultats, idées, problèmes, T.1, Puf, 1984.
Freud S. (1893-1895), Études sur l'hystérie, Puf, 1956.
Freud S. (1933), Nouvelles conférences d'introduction à la psychanalyse, Gallimard, 1984.
Green A., Le discours vivant : la conception psychanalytique de l'affect, Paris, Puf, 1973.
Kristeva J., "Les métamorphoses du "langage" dans la découverte freudienne", in Sens et non sens de la révolte, Fayard, 1996.
Kristeva J., "La chair des mots", in B. Chervet (dir.), L'interprétation, monographies et débats de psychanalyse, Puf, 2012.
Kristeva J., "L'affect, cette "intense profondeur des mots", in Pulsions du temps, Fayard, 2013.
Winnicott D. W., "L'esprit et ses rapports avec le psyché-soma", in De la pédiatrie à la psychanalyse, Payot, 1969.


BIBLIOGRAPHIE :

Julia Kristeva, romancière

• Kristeva J. (1991), Le Vieil Homme et les loups, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (1992), Les Samouraïs, Paris, Gallimard, coll. "Folio".
• Kristeva J. (1996), Possessions, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (2004), Meurtre à Byzance, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (2008), Thérèse mon amour : Sainte Thérèse d'Avila, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (2015), L'Horloge enchantée, Paris, Fayard.

Essais linguistiques et littérature

• Joyaux J. (1969), Le Langage, cet inconnu – Une initiation à la linguistique, Paris, Éditions SGPP (Réédité sous le nom de Julia Kristeva en 1981 aux Éditions du Seuil, coll. "Points").
• Kristeva J. (1969), Σημειωτική – Recherches pour une sémanalyse, Paris, Éditions du Seuil, coll. "Tel Quel".
• Kristeva J. (1974), La Révolution du langage poétique. L'avant-garde à la fin du XIXe siècle : Lautréamont et Mallarmé, Paris, Éditions du Seuil, coll. "Tel Quel".
• Kristeva J. (1977), Polylogue, Paris, Éditions du Seuil, coll. "Tel Quel".
• Kristeva J. (1994), Le Temps sensible – Proust et l'expérience littéraire, Paris, Gallimard.

Autres essais

• Kristeva J. (1974), Des Chinoises, Paris, Éditions Des femmes.
• Kristeva J. (1980), Pouvoirs de l'horreur. Essai sur l'abjection, Paris, Éditions du Seuil, coll. "Tel Quel".
• Kristeva J. (1983), Histoires d'amour, Paris, Éditions Denoël, coll. "L'Infini".
• Kristeva J. (1987), Soleil noir – Dépression et mélancolie, Paris, Gallimard, NRF.
• Kristeva J. (1988), Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (1993), Les Nouvelles Maladies de l'âme, Paris, Fayard.
• Clément C. & Kristeva J. (1998), Le Féminin et le sacré, Paris, Stock.
• Kristeva J. (1996), Sens et non-sens de la révolte – Pouvoirs et limites de la psychanalyse, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (1997), La Révolte intime – Pouvoirs et limites de la psychanalyse II, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (1998), L'Avenir d’une révolte, Paris, Calmann-Lévy, coll. "Petite Bibliothèque des Idées".
• Kristeva J. (1999), Le Génie féminin, tome I : Hannah Arendt, Paris, Folio.
• Kristeva J. (2000), Le Génie féminin, tome II : Melanie Klein, Paris, Folio.
• Kristeva J. (2002), Le Génie féminin, tome III : Colette, Paris, Folio.
• Kristeva J. (2001), Au risque de la pensée, La Tour-d'Aigues, Éditions de l'Aube.
• Kristeva J. (2003), Lettre ouverte au président de la République sur les citoyens en situation de handicap, à l'usage de ceux qui le sont et ceux qui ne le sont pas, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (2005), La Haine et le Pardon, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (2007), Cet incroyable besoin de croire, Paris, Bayard.
• Kristeva J. & Vanier J. (2011), Leur regard perce nos ombres, Paris, Fayard.
• Kristeva J. & Sollers Ph. (2015), Du mariage considéré comme un des beaux-arts, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (2016), Je me voyage – Mémoires. Entretiens avec Samuel Dock, Paris, Fayard.
• Kristeva J. (2016), Beauvoir présente, Paris, Fayard, coll. "Pluriel".

Textes en ligne de Julia Kristeva

kristeva.fr/textes.html


SOUTIENS :

• Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) | Ministère de la Culture
UFR IHSS, Département d'Études psychanalytiques - CRPMS & UFR LAC, CERILAC | Université Paris Cité
THALIM (UMR 7172) | CNRS / Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 / ENS
• Commission de la Recherche (CR) & Relations Internationales et Partenariats (RIP) | Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

Programme 2020 : un des colloques

Programme complet


Colloque reporté

En raison des événements exceptionnels liés à l'épidémie de la Covid-19, et sur proposition des directeurs, ce colloque a été reporté aux dates suivantes : du vendredi 30 avril au mardi 4 mai 2021 [en savoir plus].

La direction du CCIC


ARTS ET ÉCRITS REBELLES

IMAGES DISSIDENTES ET RÉSISTANCES DE LA LANGUE


DU MERCREDI 17 JUIN (19 H) AU DIMANCHE 21 JUIN (14 H) 2020

[ colloque de 4 jours ]



DIRECTION :

Idoli CASTRO, Sonia KERFA, Sophie LARGE, Evelyne LLOZE, Yolaine PARISOT


ARGUMENT :

Se rebeller, c'est repartir en guerre selon l'étymologie. Repartir implique un acte de réinvention des pratiques tant artistiques que littéraires, et il faut faire crédit à la rébellion et à la dissidence d'une capacité d'inventivité qui atteint l'ensemble des créations humaines, y compris les arts. Plus de soixante-dix ans après la célèbre définition de l'"artiste engagé" par Sartre, ce colloque propose d'analyser les reconfigurations actuelles de la résistance dans les arts et les écrits, et ainsi d'étudier en quoi l'émergence de nouvelles épistémologies ont pu profondément les modifier en faisant entrer dans le champ de la connaissance certaines pratiques. Les travaux s'intéresseront non pas à une aire culturelle mais à un réseau de relations : celles du monde dit occidental articulé aux mondes des "Suds" qui ont expérimenté des formes de rébellions et des révolutions multiples et diverses, mais aussi des manières de vivre la démocratie et de revendiquer des libertés individuelles qui ont été fécondes pour la création.


MOTS-CLÉS :

Arts visuels, Émancipation, Littérature, Rébellion, Réinvention


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Juan ALBARRÁN : Santiago Sierra et les sujets de la résistance
* Florian ALIX : Réécriture de l'Histoire coloniale au féminin : médiation et sensation chez Assia Djebar (La Femme sans sépulture), Anna Moï (Riz noir) et Léonora Miano (La Saison de l'ombre)
* Paula BARREIRO LÓPEZ : De retour à l'archive visuelle révolutionnaire : pratiques artistiques mondialisées et leurs spectres tricontinentaux
* Anne-Laure BONVALOT : Écofictions des Suds : "réalisme magique", environnementalisme littéraire et décolonialité
* Sylvie CHALAYE : Les marronnages de la création afro-diasporique contemporaine
* Chloé CHAUDET : Peter Weiss transaréal ? Enjeux et limites d'une (re)lecture de L'Esthétique de la résistance par temps de mondialisation
* Romuald FONKOUA : Léon-Gontran Damas, les voies rebelles de l'anthropologie et de la poésie
* Béatrice JOSSE : Contre l'art des œuvres d'art
* Samia KASSAB-CHARFI : La langue nue du judéotunisien : le récit en souffle continu de Marco Koskas
* Lawrence LA FOUNTAIN-STOKES : Transformisme et politique dans les Caraïbes hispanophones (Cuba et Porto Rico)
* Claire LAGUIAN : Les nouvelles Guérillères dans la poésie espagnole contemporaine : féminismes et représentations lesbiennes et queer
* Nadia LOUAR : Les figures insolentes de Virginie Despentes
* Valérie MAGDELAINE-ANDRIANJAFITRIMO : Créer et éditer depuis l'océan Indien : pratiques rebelles ou normalisation de l'expression artistique ?
* Valérie K. ORLANDO : Les voix insoumises postcoloniales des cinéastes maghrébines
* Amelia SANZ : Littératures numérisées : possibilités de dissidence (au Sud). Littératures numériques : poétiques politiques (du Sud)
* Michèle SORIANO : Contre-archives, écritures cyborgiennes et dissidence. Créations collectives dans le cinéma contre-hégémonique argentin
* Pascale THIBAUDEAU : Voix résistantes dans le cinéma espagnol contemporain : de l'objet au sujet
* Éliane VIENNOT : Langue des hommes ou langue de l'égalité : une rébellion renouvelée

SOIRÉES :

* Gerty DAMBURY : Fuir, c'est encore se rebeller
* Olivier HADOUCHI : Autour d'une sélection de court-métrages latino-américains révolutionnaires
* María RUIDO : "État d'inconfort", à partir de son film Estado de malestar (VOSTA)

PERFORMANCE :

* Lawrence LA FOUNTAIN-STOKES : Cabaret tropical


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Juan ALBARRÁN : Santiago Sierra et les sujets de la résistance
Les plus connus (et les plus polémiques) projets de l'artiste espagnol Santiago Sierra ont été construits à partir d'un recrutement de travailleurs rémunérés pour faire des tâches absurdes, improductives, voire humiliantes. De cette manière, Sierra se place dans la position d'un entrepreneur qui exploite ses employés pour produire de l'art. Face à ces œuvres qui veulent formuler une critique du capitalisme actuel, on se demande quel type de sujet-artiste incarne Sierra ? Quelle marge d'action reste aux travailleurs, ou performeurs délégués ? Comment peuvent-ils résister aux relations de travail conçues par l'artiste ? Et, finalement, quelle est la position du spectateur dans ce type de performances ? Cette contribution tentera de répondre à ces questions en prenant en considération certains des plus importants apports théoriques qui ont transformé le concept de sujet/subjectivité pendant les dernières décennies.

Juan Albarrán est professeur d'histoire de l'art à l'universidad Autónoma de Madrid. Il s'intéresse aux rapports entre art et politique depuis les années 70. Il est membre du projet international MoDe(s) et dirige le magazine Utopía. Revista de crítica cultural (Madrid-Ciudad de México).
Dernières publications
Disputas sobre lo contemporáneo, Exit, 2019.
Performance y arte contemporáneo, Cátedra, 2019.

Florian ALIX : Réécriture de l'Histoire coloniale au féminin : médiation et sensation chez Assia Djebar (La Femme sans sépulture), Anna Moï (Riz noir) et Léonora Miano (La Saison de l'ombre)
On se proposera de lire l'œuvre de trois romancières contemporaines à l'aune du concept postcolonial de writing back, conçu par Bill Ashcroft, Garreth Griffiths et Helen Tiffin comme un exercice de réécriture critique d'un corpus européen depuis des espaces marqués par l'implantation coloniale. Dans le cas qui nous occupe, l'approche prendra une coloration intersectionnelle puisqu'à cette question politique s'ajoute dans les romans une réflexion sur le genre et, dans une certaine mesure, sur les groupes sociaux (sinon sur les classes). Le writing back doit alors être conçu dans toute sa complexité : les romancières ne mobilisent pas simplement une reconfiguration littéraire mais également d'autres arts ou médias. En même temps, ce travail passe aussi par une tentative de se détacher d'un cadre épistémique au profit de la mise en œuvre d'une écriture de la sensation, comme outil stratégique de déplacement de la pensée de l'Histoire. L'écriture romanesque des trois romancières se situe donc entre complexité de la médiatisation et usage de la sensation (apparemment) immédiate : c'est cet entre-deux que nous nous proposons d'explorer.

Florian Alix est maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne-Université, rattaché au CIEF / CELLF. Il est l'auteur d’'une thèse sur l'essai postcolonial. Plusieurs de ses articles ont paru sur les littératures subsahariennes, maghrébines et antillaises (Edouard Glissant, Dany Laferrière, Abdelkebir Khatibi, Mongo Béti, Valentin Y. Mudimbe…). Membre du collectif "Write back", il a codirigé l'ouvrage Postcolonial Studies : modes d'emploi (Lyon, PUL, 2013).

Paula BARREIRO LÓPEZ : De retour à l'archive visuelle révolutionnaire : pratiques artistiques mondialisées et leurs spectres tricontinentaux
Avec la première conférence tricontinentale à La Havane (1966), la configuration d'un mouvement transnational de résistance et de soutien aux luttes de libération dans le sud global (Amérique latine, Afrique et Asie) s'est formée. Ce mouvement a fourni une structure qui allait au-delà des tactiques politiques et militaires, s'étendant au-delà du champ de bataille paysan et urbain pour devenir une tactique utile dans le domaine de l'art et de la culture en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine dans les années soixante et soixante-dix. Quarante années plus tard, l'archive tricontinentale et son arsenal d'images, longtemps oubliés, sont en train de renaître à travers des pratiques rebelles d'une multitude d'artistes visuels et réalisateurs afin de contrecarrer la colonialité du pouvoir et le capitalisme cognitif de notre monde actuel.

Paula Barreiro López est professeure d'histoire de l'art contemporain à l'université de Grenoble-Alpes (LARHRA UMR 5190). Elle dirige la plateforme internationale MoDe(s) et, dans ce cadre, le projet Résistance(s) Partisane(s).
Publications
Atlántico Frío. Historias transnacionales del arte y la política en los tiempos del telón de acero, 2019.
Avant-garde Art and Criticism in Francoist Spain, 2017.
Modernidad y vanguardia : rutas de intercambio entre España y Latinoamérica, 2015 (édité avec Fabiola Martínez).
Crítica(s) de arte : discrepancias e hibridaciones de la Guerra Fría a la globalización, 2014 (avec Julian Díaz).

Anne-Laure BONVALOT : Écofictions des Suds : "réalisme magique", environnementalisme littéraire et décolonialité
Dans les littératures environnementales contemporaines émanant des anciens pays colonisés, on repère de nombreux textes que la critique tend à considérer comme relevant du "réalisme magique". Le phénomène est tel que les deux catégories — "réalisme magique" et fiction environnementale — tendent même à se recouvrir, unies par des liens étroits dont la nature n'a, à ce jour, fait l'objet d'aucun examen systématique. Nous chercherons ainsi, en appui sur un corpus d'écofictions mêlant à la mise en texte de cosmovisions non-dualistes une critique de la prédation extractiviste globale, à comprendre comment l'environnementalisme littéraire des Suds renouvelle, refonde ou transcende ledit "réalisme magique". Cette communication s'attachera à dégager une poétique partagée, un fonds narratologique et esthétique commun aux écofictions du Sud Global, qui cherche notamment à mettre en lumière les présupposés culturels ou les réflexes herméneutiques qui président à la lecture du roman environnemental décolonial.

Anne-Laure Bonvalot est maîtresse de conférences en littératures et cultures hispaniques à l'université de Nîmes et chercheuse au LLACS — Université Paul Valéry Montpellier 3, ses domaines de spécialité sont la littérature espagnole contemporaine, la littérature comparée (domaines hispanophone, francophone, lusophone, catalanophone ; domaine africain) et la traduction. Ses travaux portent sur les formes de la fiction politique contemporaine, mais aussi sur la littérature environnementale, la fiction écologique, l'écocritique et l'écopoétique, en particulier dans les territoires du Sud global — éconarratologie décoloniale.

Sylvie CHALAYE : Les marronnages de la création afro-diasporique contemporaine
Des expressions hip-hop, chorégraphiques, plastiques ou musicales aux dramaturgies contemporaines, la création afro-diasporique a développé un geste marron aussi émancipateur que rebelle, geste de salut et de réinvention de soi, source d'inédit dont nous nous proposons d'analyser les enjeux esthétiques et politiques à travers quelques exemples.

Historienne des arts du spectacle et spécialiste des dramaturgies afro-diasporiques contemporaines, Sylvie Chalaye s'intéresse également aux esthétiques jazz et aux expressions scéniques issues du hip-hop. Professeur et directrice de recherche à l'université Sorbonne Nouvelle, elle co-dirige l'Institut de recherche en études théâtrales et a créé en 2007 le laboratoire "Scènes francophones et écritures de l'altérité" (SeFeA) dont le programme est consacré aux dramaturgies traversées par l'histoire coloniale et l'histoire des migrations.
Publication
Corps marron. Les poétiques de marronnage des dramaturgies afro-contemporaines, Passage(s), 2018.

Chloé CHAUDET : Peter Weiss transaréal ? Enjeux et limites d'une (re)lecture de L'Esthétique de la résistance par temps de mondialisation
"Roman-essai" de près de mille pages, Die Ästhetik des Widerstands (3 vol., 1975-1981) s'est maintes fois heurté à la résistance même des traducteurs et éditeurs, en dépit de son statut d'œuvre culte dans l'aire germanophone. Sa réédition récente en langue française (Klincksieck, 2017, dans la traduction d'Éliane Kaufholz-Messmer) nous invite à une (re)lecture actualisante de cette "Iliade du mouvement ouvrier et de la lutte contre le fascisme au XXe siècle" (Nicolas Weill). Il s'agira ainsi d'envisager la dimension fondatrice de cette somme intermédiale dans le cadre d'une épistémologie des arts rebelles. À ce titre, nous nous proposons d'interroger la portée transaréale (Ottmar Ette) de l'engagement littéraire et artistique prôné, figuré et réalisé par Peter Weiss : dans quelle mesure son magnum opus peut-il toujours se lire comme un "manifeste pour l'internationalisme" (Linda Lê) ?

Chloé Chaudet est maîtresse de conférences en littérature générale et comparée à l'université Clermont Auvergne, et membre du CELIS. Après avoir publié un essai, issu de sa thèse, consacré aux Écritures de l'engagement par temps de mondialisation (Classiques Garnier, 2016), elle poursuit ses recherches sur les liens entre littérature, politique et société dans une perspective internationale et, plus récemment, transmédiale.

Béatrice JOSSE : Contre l'art des œuvres d'art
Évincées de l'histoire de l'art académique, la performance ainsi que les autres formes d'œuvres protocolaires ou collectives n'ont guère eu de place dans les collections muséales, focalisées exclusivement sur les aspects matériels des œuvres. Alors que la notion de patrimoine immatériel est officialisée par l'Unesco à la fin des années 90, j'intègre des œuvres performatives, souvent conjuguées au féminin, au Fonds régional d'art contemporain de Lorraine basé à Metz. Il constitue ainsi la première collection publique en France à entériner cette forme d'acquisitions de formes live à réactiver, à interpréter. Animée par une démarche profondément féministe qui permet de révéler plus largement les questions d'invisibilité, je poursuis au MAGASIN des horizons à Grenoble la sape d'un certain monde de l'art arc-bouté sur la valeur marchande.

Béatrice Josse s'est formée en droit et en histoire de l'art avant d'être nommée au 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine en 1993 puis au MAGASIN à Grenoble en 2006, destiné à collectionner des œuvres d'art. Elle a réussi à infléchir considérablement le nombre d'artistes masculins tout en y infiltrant des pratiques immatérielles (performances, protocoles…). Outre des monographies d'artistes femmes historiques : Vera Molnar, Nil Yalter, Cécilia Vicuna, Tania Mouraud…, elle a aussi organisé de nombreuses expositions collectives en lien avec ses engagements féministes : "Territoire occupé", "2 ou 3 choses que j'ignore d'elles", "Les Immémoriales"… Dorénavant à la direction du Magasin des horizons à Grenoble, elle s'oriente vers une nouvelle définition du rôle de l'artiste dans la société en proposant des projets pluridisciplinaires, ainsi qu'une formation professionnelle ouverte aux questions art/société/climat…

Lawrence LA FOUNTAIN-STOKES : Transformisme et politique dans les Caraïbes hispanophones (Cuba et Porto Rico)
Quelle est la politique de la performance de drag dans les Caraïbes hispaniques ? Dans cette communication, nous nous concentrerons sur deux artistes : Mickey Negrón (Porto Rico) et Pedro Manuel González Reinoso, mieux connu sous le nom de Roxana Rojo (Cuba). Nous contextualiserons leur travail par rapport à une politique de résistance dissidente qui négocie selon des contextes spécifiques. Dans le cas de Mickey Negrón, nous parlerons de sa performance PonerMickeytarme : ritual de pluma y purificación (2015), qui a été réalisée comme une intervention et protestation contre une marche menée par les églises pentecôtistes et évangéliques qui s'opposent à l'éducation avec une perspective de genre à Porto Rico. Dans le cas de González Reinoso, nous discuterons de son livre Vidas de Roxy, ó el aplatanamiento de una rusa en Cuba (2010) et sa participation à deux documentaires du jeune cinéaste Lázaro González González, Máscaras (2014) et Villa Rosa (2016), dans lesquels l'artiste drag discute de son incarnation d'un personnage russe à Cuba. Travaillant avec l'idée que la performance remet en question le genre et que la culture peut servir dans le cadre d'un processus décolonial, nous examinerons comment ces artistes questionnent et défient les cadres hégémoniques et les relations de pouvoir en lien avec la sexualité et l'État.

Lawrence La Fountain-Stokes est professeur de culture américaine et de langues et littératures romanes à la University of Michigan, Ann Arbor (États Unis). Ses recherches portent sur la littérature, le théâtre et la performance queer des Caraïbes hispanophones et de la diaspora.
Publications
Queer Ricans : Cultures and Sexualities in the Diaspora (2009).
Uñas pintadas de azul/Blue Fingernails (2009).
Abolición del pato (2013).
A Brief and Transformative Account of Queer History (2016).
Keywords for Latina/o Studies (2017).
Escenas transcaribeñas : ensayos sobre teatro, performance y cultura (2018).

Claire LAGUIAN : Les nouvelles Guérillères dans la poésie espagnole contemporaine : féminismes et représentations lesbiennes et queer
La poésie espagnole contemporaine est marquée par l'avènement de nombreuses poètes qui explorent dans leurs vers les identités lesbiennes et queer, comme marques d'une dissidence au sein du cis-tème hétéropatriarcal. Leur guerre symbolique et langagière est teintée par l'intermédialité caractéristique de l'extrême contemporain. Par ailleurs, elle est influencée par l'apparition de courants de pensée récents qui ont surgi après les féminismes européens des années 70. Nous pensons par exemple aux perspectives queer et aux études de genre qui inspirent ces poètes dont la radicalité s'aventure sur des terrains relativement neufs dans l'histoire des féminismes, tels que le postporn ou le pornoterrorisme. Néanmoins, nous verrons comment cette dissidence contemporaine s'inscrit également dans la continuité des luttes artistiques, en reconfigurant la figure fondamentale des Guérillères poétisée par Monique Wittig en 1969, et en conservant la viscéralité wittiguienne et sa déconstruction générique du langage.

Claire Laguian est docteure en littérature espagnole et professeure agrégée (PRAG) à l'université Gustave Eiffel (anciennement Paris-Est Marne-la-Vallée). Au-delà de ses travaux de doctorat sur la poésie contemporaine canarienne, elle a également travaillé sur les écrits poétiques des nombreuses écrivaines engagées ces dernières années en Espagne. Par ailleurs, elle a dirigé des ateliers d'écriture créative et d'autotraduction autour des stéréotypes et représentations de genre en littérature.

Valérie MAGDELAINE-ANDRIANJAFITRIMO : Créer et éditer depuis l'océan Indien : pratiques rebelles ou normalisation de l'expression artistique ?
Des revues artistiques, culturelles et littéraires contemporaines des îles du sud-ouest de l'océan Indien comme Indigo, Fragments, Project'îles, Lettres de Lémurie, Kanyar ou Point barre, résolument plurielles et pluridisciplinaires, rendent compte des productions artistiques des îles en s'appuyant sur un postulat : l'idée d'une Relation indianocéane ou "lémure". Ces revues contribuent-elles à poser un acte politique fort, en proposant une recomposition des champs artistiques internationaux devant prendre en considération des espaces anciennement minorés, ou bien contribuent-elles à une certaine normalisation des pratiques littéraires et artistiques ? Ces nouveaux regards sur les arts offrent ainsi l'occasion de réfléchir à une redéfinition de ce que peuvent être la rébellion et la résistance d'un "Sud global".

Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo est maître de conférences en littératures françaises et francophones à l'université de La Réunion. Elle est aussi rédactrice en chef de la revue NEF - Nouvelles Études Francophones, directrice des Presses universitaires Indianocéaniques. Francophoniste, elle est spécialisée dans les littératures de l'océan Indien. Elle a codirigé ou dirigé plusieurs ouvrages ou numéros de revues, dont, avec G. Armand et Y. Parisot, TROPICS, n°4, Discours artistiques du contemporain au prisme de l'océan Indien : fictions, critique et politiques (2018).

Valérie K. ORLANDO : Les voix insoumises postcoloniales des cinéastes maghrébines
À partir de plusieurs films, cette communication étudiera le cinéma féminin produit par les maghrébines vivant l'époque postcoloniale. Leurs œuvres cinématiques ont contribué au fil des décennies postcoloniales aux discours sociopolitiques et culturels au Maghreb. Cette communication considérera aussi certains moments historiques qui ont influencé les sujets des cinéastes du Maghreb. Ces moments comprennent : Les années de plomb au Maroc, La décennie noire en Algérie et La révolution du jasmin en Tunisie.

Valérie K. Orlando est professeur de littérature francophone à l'université du Maryland. Elle a obtenu la bourse Fulbright-Tocqueville Distinguished Chair (automne 2019) et une bourse du Collegium-Lyon, L'Insitut d'études avancées (printemps 2020).
Publications récentes
The Algerian New Novel : The Poetics of a Modern Nation, 1950-1979, University of Virginia Press, 2017.
New African Cinema, Rutger's University Press, 2017.
Screening Morocco : Contemporary Film in a Changing Society, Ohio UP, 2011.

María RUIDO : "État d'inconfort", à partir de son film Estado de malestar (VOSTA)
"Le capital rend le travailleur malade, puis les multinationales pharmaceutiques lui vendent des médicaments pour qu'il aille mieux. Les causalités sociales et politiques de la détresse mentale sont mises de côté en même temps que le mécontentement est individualisé et intériorisé." [Mark Fisher, Réalisme capitaliste]
Estado de malestar ["État de détresse"] (2019) prend comme point de départ une série de textes de Mark Fisher, Franco Berardi "Bifo" et Santiago López Petit, ainsi que des conversations avec des philosophes, des psychiatres et des patients ou des personnes diagnostiquées, notamment le collectif militant InsPiradas, à Madrid. Il se présente comme un essai visuel sur la symptomatologie et la souffrance psychique à l'ère du réalisme capitaliste, sur la douleur que notre mode de vie nous inflige et sur les lieux et modalités de résistance et/ou de changement que nous pouvons construire pour le combattre.
Estado de malestar - María Ruido - Video HD, super 8mm, 16 mm - 63 mn - 2019 - VO : espagnol - Sous-titres : anglais

Maria Ruido est réalisatrice, artiste, chercheure et enseignante. Elle vit à Madrid et à Barcelone, où elle enseigne au département d'Arts visuels depuis 2002, et où elle participe à plusieurs études sur les représentations et leurs contextes de production. Ses travaux des recherches portent sur les imaginaires du travail dans le capitalisme post-fordiste, sur les mécanismes qui construisent la mémoire et ses relations avec les différents récits historiques et, actuellement, sur l'imaginaire décolonial et ses possibilités d’émancipation.
Filmographie
2002 - La memoria interior (33 mn)
2003 - Tiempo real (43 mn)
2005 - Ficciones anfibias (33 mn)
2008 - Plan Rosebud 1 (114 mn) + Plan Rosebud 2 (120 mn)
2009 - Zona Franca (20 mn)
2010 - Le paradis (4 mn)
2010 - Lo que no puede ser visto debe ser mostrado (12 mn)
2011 - ElectroClass (53 mn)
2014 - Le rêve est fini / The dream is over (47 mn)
2015 - L'œil impératif / The imperative eye (63 mn)
2017 - Mater Amatísima (55 mn)
2019 - Estado de malestar (63 mn)

Amelia SANZ : Littératures numérisées : possibilités de dissidence (au Sud). Littératures numériques : poétiques politiques (du Sud)
À partir d'une distinction nette entre les littératures numérisées, qui naissent lors du passage du support papier au support numérique, et les littératures numériques qui sont nées dans et pour un environnement électronique, nous présenterons les enjeux de ce que nous appelons "l'hypercolonialisme" numérique triomphant et sa thématisation par des artistes. Nous présenterons autant les effets pervers de la globalisation du numérique que la souveraineté épistémologique revendiquée par des chercheurs et des créateurs. Nos exemples seront tirés des pays hispanophones, du Sud, pour atteindre un Sud global bien présent au Nord.

Amelia Sanz est professeure de littérature française et humanités numériques à l'université Complutense de Madrid. Son travail de recherche a suivi de près l'évolution du numérique depuis la création du groupe de recherche LEETHI (Littératures Européennes du Texte à l'Hypermédia) en 2000, à la direction du programme d'e-learning dans son université (2008-2012). À présent elle coordonne le Master en Lettres numériques : études avancées des textualités numériques à l'UCM (2015-2020).
ucm.es/leethi/amelia-sanz-cabrerizo

Pascale THIBAUDEAU : Voix résistantes dans le cinéma espagnol contemporain : de l'objet au sujet
Dans un pays encore marqué par la répression et la violence d'État, comment le cinéma espagnol contemporain rend-il compte des rébellions et résistances passées ? Cette intervention s'intéressera à deux modalités d'expression de la résistance au cinéma : celle qui prend le passé pour objet et observe l'histoire depuis un point de vue extérieur ; celle qui l'interroge depuis une subjectivité impliquée. Pour ce faire, nous aurons recours à quelques productions du cinéma mainstream, qui traitent de la résistance au fascisme et visent à mettre en garde les spectateurs contre ses possibles résurgences (par exemple Lettre à Franco d'Alejandro Amenábar). Puis seront examinées des propositions plus audacieuses de cinéastes (Carolina Astudillo, Alejandro Alvarado et Concha Barquero) qui offrent une caisse de résonance à des subjectivités passées tout en résistant, depuis certaines propositions formelles, aux effets pervers induits par l'esthétique et les procédés narratifs du cinéma dominant.

Pascale Thibaudeau est professeure à l'université Paris 8 et spécialiste du cinéma hispanique. Ses recherches actuelles portent sur les rapports entre cinéma, histoire et mémoire. Elle a coordonné trois numéros de revues sur ces questions : Politiques, Récits et Représentations de la mémoire en Espagne et en Amérique Latine aux XXe et XXIe siècles, Pandora, n°12, 2014 ; Spectres de la guérilla dans les cinémas hispaniques, HispanismeS, n°7, 2016 ; Las revoluciones en el visor: intervención, persistencia y usos, Fotocinema, n°17, 2018.

Éliane VIENNOT : Langue des hommes ou langue de l'égalité : une rébellion renouvelée
Les polémiques qu'a connues la société française depuis une quarantaine d'années, d'abord autour de la "féminisation" des noms de métiers et fonctions, puis autour de "l'écriture inclusive" font apparaitre deux idées fausses. La première : elles seraient nouvelles. La seconde : elles auraient pour fondement le désir des féministes contemporaines de modifier la langue afin de lui faire servir leurs objectifs. La conférence reviendra sur ces croyances en montrant que ce sont au contraire les distorsions introduites dans la langue par des lettrés masculinistes qui ont provoqué des contestations — dès le XVIIe siècle, et d'abord au sein du milieu savant lui-même. Le sujet concerne bien entendu toute la francophonie, dont les territoires d'implantation ont subi l'influence des diktats parisiens dans une mesure inversement proportionnelle à leur éloignement de la Métropole.

Éliane Viennot a enseigné la grammaire et la littérature française dans les universités de Seattle (USA), Nantes, Corte, Saint-Étienne, et elle a été dix ans membre de l'Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur les écrivaines de la Renaissance, les actrices politiques de ce temps, l'histoire des relations de pouvoir entre les sexes en France, la Querelle des femmes et ses conséquences dans la langue française.
elianeviennot.fr


BIBLIOGRAPHIE :

• BALASINSKI Justyne, "Art et constestation", in Olivier FILLEULE (éd.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, pp. 67-73.
• BALASINSKI Justyne & MATHIEU Lilian, "Introduction", in Justyne BALASINSKI & Lilian MATHIEU (éd .), Art et contestation, Rennes, PUR, 2010, pp. 9-27.
• BRETON André & RIVERA Diego, Pour un art révolutionnaire indépendant, Mexico, le 25 juillet 1938 [Manifeste de la Fédération internationale des Artistes révolutionnaires indépendants / rédigé avec la collaboration de Léon Trotsky], Service d'édition et de librairie du Parti communiste internationaliste (IVe Internationale), 1938, 4 p.
• DELEUZE Gilles, "Qu'est-ce que l'acte de création ?", Conférence donnée dans le cadre des mardis de la fondation Femis 17/05/1987 [Disponible sur webdeleuze.com].
• DEWITTE Jacques, Le Pouvoir de la langue et la liberté de l'esprit, essai sur la résistance au langage totalitaire, Michalon, 2007.
• SAID Edward, L'Orientalisme : L'Orient créé par l'Occident, Paris, Éditions du Seuil [1980], 2005.
• SARTRE Jean-Paul, "Qu'est-ce que la littérature ?", Les Temps modernes, 1947.
• SCOTT James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam [1992], 2008.
• TARROW Sidney, "La mondialisation des conflits : encore un siècle de rébellion ?", Études internationales, n°24, vol. 3, 1993, p. 513–531.


SOUTIENS :

• Laboratoire Passages XX-XXI | Université Lumière Lyon 2
• Institut des langues et cultures d'Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie (ILCEA4) | Université Grenoble Alpes (UGA)
• Unité de recherche interdisciplinaire "Interactions culturelles et discursives" (ICD, EA 6297) | Université de Tours
• Centre d'études sur les langues et les littératures étrangères et comparées (CELEC, EA 3069) | Université Jean Monnet Saint-Étienne
• Laboratoire de recherche "Lettres, idées, savoirs" (LIS, EA 4395) | Université Paris-Est Créteil (UPEC)
• Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190) | Université Grenoble Alpes (UGA)
• Projets internationaux Idex Ré-Part | Université Grenoble Alpes (UGA) et I+D MoDe(s) | Université de Barcelone

Programme 2020 : un des colloques

Programme complet


Colloque reporté

En raison des événements exceptionnels liés à l'épidémie de la Covid-19, et sur proposition des directeurs, ce colloque a été reporté aux dates suivantes : du mercredi 18 mai au dimanche 22 mai 2022 [en savoir plus].

La direction du CCIC


DE QUOI L'ART BRUT EST-IL LE NOM ?


DU JEUDI 11 JUIN (19 H) AU LUNDI 15 JUIN (14 H) 2020

[ colloque de 4 jours ]


Jean Perdrizet. Sans titre (Un robot ouvrier qui voit les formes par coupes de vecteurs en étoile), circa 1970. Encre et crayons de couleur sur papier, 65 x 40 cm © courtesy christian berst art brut


DIRECTION :

Christian BERST, Raphaël KOENIG


ARGUMENT :

L'art brut demeure sans doute un des derniers grands impensés de l'art. Même si — comble du paradoxe pour un art que Jean Dubuffet voulait "épris d'obscurité" — celui-ci est plus que jamais sous les feux de la rampe, de la Biennale de Venise au Musée Guggenheim en passant par le Musée d'art moderne de la Ville de Paris et le MoMA, il ne cesse de susciter interrogations, émerveillements, et remises en cause.

Preuve de la capacité sans cesse renouvelée d'œuvres "hors-norme", créées par des artistes évoluant le plus souvent dans une altérité sociale ou mentale, de chambouler "l'horizon d'attente" de leurs spectateurs, introduisant ainsi un ferment disruptif au sein des mécanismes de création, de validation et d'exposition du monde de l'art.

Preuve également de l'instabilité sémantique d'une notion qui, depuis trois quart de siècle, semble singulièrement rétive aux tentatives de définition ou de systématisation : tout en proclamant, au milieu des années 1940, l'existence d'un "art brut" qui s'affirme avec l'évidence d'un phénomène naturel, Jean Dubuffet ne l'a-t-il pas également placé sous le signe d'une étrange amnésie ? Personnage à la Calvino, perpétuellement en quête de définition, "l'art qui ne sait pas son nom" semble devoir nous inviter à un questionnement ouvert, à condition du moins de s'affranchir du manichéisme de ses débuts.

Il semble donc crucial que les instances culturelles s'y attèlent, même s'il faut pour cela qu'elles se dotent de nouveaux outils pour en saisir toute la portée. L'examen de ce champ — sans concession ni complaisance pour les dogmes du passé — permettra de mieux comprendre le travail que font les œuvres d'art sur ceux qu'elles émeuvent, afin de rédiger ce chapitre essentiel qui fait encore largement défaut à l'histoire de l'art.

Dans ce but, ce colloque fondamentalement interdisciplinaire associera des intervenants issus de l'université — combinant ainsi les méthodologies respectives de l'histoire de l'art et des idées, de la philosophie, de la sociologie, et de la littérature française et comparée — mais aussi des praticiens — psychanalystes, commissaires d'exposition, critiques d'art, galeristes, collectionneurs — afin de croiser les approches et de faire surgir de nouvelles perspectives sur un sujet encore largement inexploré.


MOTS-CLÉS :

Altérité, Art brut, Art des fous, Avant-garde, Création, Création hors-norme, Esthétique, Histoire de l'art, Médiumnité, Métaphysique, Mondes de l'art, Mythes, Mythologie individuelle, Sociologie de l'art


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Christian BERST et Raphaël KOENIG : Introduction

(PRÉ-) HISTOIRE, MYTHE, NOTION(S)
* Christian BERST : L'art brut en question
* Antoine FRÉROT : Ce que l'art brut me fait
* Marianne JAKOBI : Indéfinissable, innommable, insaisissable : l'invention d'un nom ou les mirages de l'art brut
* Choghakate KAZARIAN : En marge de l'art brut : Eilshemius et l'outsider art
* Raphaël KOENIG : Art brut et avant-gardes : stratégies d'exposition
* Jean-Marc LEVERATTO : Mesurer l'altérité. Le jugement de l'œuvre d'art dite "brute" et ses enjeux
* Marina SERETTI : Choc traumatique et "œuvres-projectiles" : l'efficacité de l'art brut

FORMES DE LA CRÉATION : MÉDIAS, PRATIQUES INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES
* Gérard AUDINET : Médiumnité et art brut
* Annie FRANCK : Une œuvre : une adresse ? Perspectives psychanalytiques sur l'art brut
* Gustavo GIACOSA : Art brut et pratiques collectives, extension ou antinomie ?
* Maximilian GILLESSEN : Art brut, machines, écriture
* Carles GUERRA et Joana MASÓ : Productivisme, institution et pratiques collectives à Saint-Alban
* Marc LENOT : Tirer ou coller : la photographie brute en question
* Pascal PIQUE : Art brut et énergétiques de l'invisible

ART BRUT ET MONDES DE L'ART : ENJEUX INSTITUTIONNELS ET CONCEPTUELS
* Bruno DUBREUIL : L'art brut en miroir de l'art contemporain
* Claire MARGAT : L'Art Brut : un art sans fins ou une Fin de l'Art ?
* Jean-Hubert MARTIN : Ces autres magiciens de la terre
* Catherine MILLET : Le chapitre manquant de l'histoire de l'art
* Corinne RONDEAU : Ce qu'il y a de brut, c'est la surprise


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Bruno DUBREUIL : L'art brut en miroir de l'art contemporain
Il y aurait deux façons de considérer l'art brut : la première consisterait à le circonscrire au moment historique de son invention par Jean Dubuffet et à le maintenir à l'intérieur du champ esthétique et conceptuel tracé par les critères définis. Ce qui serait la plus sûre façon de l'anesthésier et d'en limiter la portée. La seconde viserait à considérer l'art brut comme une force agissante, porteuse d'attitudes et de pratiques capables d'innerver, à chaque époque, l'art de son temps. L'art brut finirait alors par occuper une sorte de fonction dans le paysage artistique contemporain : celle de contribuer à contrebalancer un geste artistique qui se conformerait d'avance au contexte social, culturel et économique qui va en conditionner la réception. Face à une pensée artistique alors menacée de devenir une rhétorique appliquée, l'art brut reste cette forme d'incarnation du territoire infini du risque.

Bruno Dubreuil interroge les œuvres et les pratiques artistiques (notamment la photographie). Ses analyses sont nourries par sa propre pratique ainsi que par les échanges survenant dans ses ateliers de création ou d'esthétique (Une autre histoire de l'art, Gie Binome). Ces réflexions se prolongent au travers d'expositions qu'il conçoit (Immixgalerie, Paris) et sur la revue en ligne qu'il a créée : viensvoir.oai13.com. Plusieurs chroniques y traitent de l'art brut. Il a publié dans Brut Now, l'art brut au temps des technologies.

Gustavo GIACOSA : Art brut et pratiques collectives, extension ou antinomie ?
Les ateliers de création au sein d'institutions psychiatriques ou d'handicap mental encouragent depuis plusieurs décennies l'expression et la socialisation de leur hôtes et deviennent au fur et mesure des changement sociaux des réserves où critiques, collectionneurs et commissaires d'expositions vont chercher l'Art Brut de nos jours. Entre les enjeux de tutelle et de divulgation des uns et la sauvegarde de la cohérence de canons esthétiques des autres, la création artistique hors du système de production et diffusion de l'art contemporain, révèle toutes ses contradictions. Si l'encouragement à l'action et la stimulation artistique est contraire au diktat de Dubuffet, comment et dans quelles conditions certains "créateurs d'atelier" échappent à ces conditionnements positifs et devient des exceptions au sein même de leurs institutions ? Quel est l'impact des pratiques collectives pour ce réservoir de radicalité créatrice qu'est l'art brut ?

Gustavo Giacosa est metteur en scène et commissaire d'expositions, né à Sunchales (Argentine) en 1969. Après des études de lettres à l'université de Santa Fe et la rencontre avec le metteur en scène Pippo Delbono, il développe une recherche sur le rapport entre l'art et la folie au sein de différentes formes artistiques en devenant commissaire des plusieurs expositions sur cette thématique. Ses recherches sont à l'origine d'une collection d'Art Brut et d'Art Contemporain : Puentes (Ponts) qui est présenté de manière permanente à Rome dans l'espace "A due" Art Studio. À partir de 2012, il s'établit en France où il crée à Aix-en-Provence avec le pianiste et compositeur Fausto Ferraiuolo une plateforme multidisciplinaire qui regroupe la diversité de ses productions : SIC.12.

Carles GUERRA et Joana MASÓ : Productivisme, institution et pratiques collectives à Saint-Alban
Lié à la présence de Paul Éluard et de Jean Dubuffet à l'hôpital de Saint-Alban-sur-Limagnole (Lozère) où, dans les années 1940, ont travaillé les psychiatres Lucien Bonnafé, François Tosquelles et Jean Oury, l'art brut est né comme une forme d'extractivisme culturel visant à séparer un certain nombre d'objets de "l'ensemble thérapeutique" dans lequel ils ont été produits. En extrayant ces objets de leurs contextes de production et d'une économie du troc, on les a aussi séparés des pratiques collectives liées à la vie de l'hôpital : la circulation de la parole dans les assemblées, les ateliers d'ergothérapie, les mises en scène théâtrales, les activités festives, l'écriture dans le journal intérieur de l'hôpital, l'imprimerie ou les séances cinéma en commun qui suivaient le modèle de l'autogestion et des coopératives de malades. Il s'agira dans cette intervention d'analyser ce changement radical de paradigme affectant l'ensemble de ces objets : d'une logique de production dans le cadre de structures économiques locales largement autogérées à leur réception dans le cadre d'un nouveau système de validation culturelle et de production de valeur marchande issu des avant-gardes. À travers l'histoire de Saint-Alban, il s'agira donc de réfléchir aux formes de productivisme qui présidèrent à la naissance de l'art brut, et de se pencher sur ses conséquences économiques et politiques contemporaines.

Carles Guerra est commissaire d'exposition, critique d'art et enseignant, ancien directeur de la Fondation Antoni Tàpies et de La Virreina Centre de la Imatge (Barcelone), et ancien Conservateur en Chef du Museu d'Art Contemporani de Barcelona (MACBA).

Joana Masó est professeur d'études françaises et d'études de genre à l'université de Barcelone où elle est chercheuse à la Chaire UNESCO "Femmes, développement et cultures".

Depuis 2017, ils travaillent à un projet d'exposition et de livre autour du psychiatre François Tosquelles et de l'hôpital de Saint-Alban, au centre de la mythologie de l'art brut en France après la Seconde Guerre mondiale.

Choghakate KAZARIAN : En marge de l'art brut : Eilshemius et l'outsider art
En 1917, Marcel Duchamp surprend le monde de l'art new yorkais en déclarant que Louis Michel Eilshemius (1864-1941), un artiste inconnu de 53 ans, est l'auteur l'une des deux meilleures œuvres de la première exposition sans jury de la Society of Independents Artists. Né dans une famille aisée, Eilshemius bénéficie de la parfaite formation académique : études à la Art Students League à New York puis à l’Académie Julian à Paris et nombreux voyages en Europe, en Afrique du Nord et dans le Pacifique. Après avoir exposé, très jeune, à la National Academy of Design and à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts, il sombre dans l'indifférence la plus totale jusqu'en 1917. La généalogie de sa réception montre comment le succès comme le rejet de l'œuvre d'Eilshemius sont construits sur son image d'outsider, terminologie d'autant plus complexe pour un artiste à la formation et aux ambitions académiques mais néanmoins situé dans une double marge : tantôt trop étrange pour faire partie du monde de l'art traditionnel, tantôt trop traditionnel pour correspondre à l'esthétique moderniste.

Choghakate Kazarian est historienne de l'art et conservateur du patrimoine. Diplômée de l'École du Louvre, de La Sorbonne - Paris IV et de l'Institut National du Patrimoine, elle fut conservateur au Musée d'Art moderne de Paris de 2011 à 2018. Elle prépare actuellement un doctorat au Courtauld Institute of Art sur l'artiste américain Albert Pinkham Ryder. Ses expositions et publications ont porté sur des artistes tels que Henry Darger, Lucio Fontana, Piero Manzoni, Karel Appel, Marcel Duchamp ou Louis Michel Eilshemius.

Marc LENOT : Tirer ou coller : la photographie brute en question
Ce n'est que depuis 2004 (avec une exposition à San Francisco) que la photographie est reconnue comme un des éléments de l'art brut, avec deux modes créatifs différents, deux approches différentes de l'image. D'une part les artistes bruts qui photographient eux-mêmes : aussi bien des autoportraits, souvent déguisés, travestis, modifiés, que des photographies obsessionnelles de femmes, épouse ou compagne, ou bien passantes, actrices ou marionnettes ; d'autres photographient obsessionnellement leur environnement, et quelques-uns jouent avec la matière photographique elle-même. D'autre part, les artistes bruts qui utilisent des photographies (et des radiographies) dans des collages et des photomontages, en complétant leurs dessins, en tatouant d'écriture des images trouvées, ou en construisant des montages complexes, panoramiques ou constructivistes.

Marc Lenot, après des études à Polytechnique et au MIT et une carrière d'économiste, s'est réinventé sur le tard en critique d'art et chercheur sur la photographie : blog Lunettes Rouges, master à l'EHESS, doctorat en histoire de l'art, livre Jouer contre les appareils sur la photographie expérimentale, prix AICA France 2014 de la Critique d'art.

Jean-Marc LEVERATTO : Mesurer l'altérité. Le jugement de l'œuvre d'art dite "brute" et ses enjeux
Avec l'aide des outils de la sociologie de l'expertise artistique, nous identifierons dans un premier temps les différents types d'épreuves de la qualité artistique auxquelles s'expose aujourd'hui l'œuvre dite "brute". Dans un second temps, l'approche anthropologique contemporaine nous aidera à approfondir notre compréhension des cadres de l'expérience que l'on peut faire de l'art dit "brut", des différentes ontologies qui peuvent nous permettre de ressentir la valeur artistique de l'événement qu'il constitue et d'en reconnaître la signification éthique.

Jean-Marc Leveratto est professeur de sociologie. Ses recherches portent sur les techniques du corps, la culture artistique et la sociologie de l'expérience esthétique. Sur l'évaluation des artistes et des œuvres d'art, il a publié notamment La mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La dispute, 2000 et Introduction à l'anthropologie du spectacle, ibid., 2006. Il a également réalisé de nombreuses enquêtes sur la culture contemporaine, dont Internet et la sociabilité littéraire (avec Mary Leontsini), 2008 et Cinéphiles et cinéphilies (avec Laurent Jullier), 2010.

Claire MARGAT : L'Art Brut : un art sans fins ou une Fin de l'Art ?
L'Art Brut met en question ce qu'on entend par l'Art : à la fois idéal philosophique et conception historiciste formulée dans L'Esthétique de Hegel. L'idée hegelienne de Fin de l'Art a donné lieu à des interprétations diverses(1). L'Art Brut est problématique : est-ce un art authentique ou un non-art, situé aux limites de ce qui est reconnu comme art et qui permet son extension ? Comprendre l'Art Brut suppose d'examiner non comment un art est qualifié (brut, singulier, outsider, etc…) mais comment l'Art est compris selon l'époque. L'Art (symbolique/classique/romantique) exprimait une communauté, une religiosité collective. L'Art Brut, expression de singularités individuelles, manifeste un repli tel qu'un art populaire ou national cesse de faire sens.
(1) A. Danto, La Fin de l'Art, 1984, L'assujetissement philosophique de l'art, 1993, Après la Fin de l'Art, 1996.

Claire Margat est agrégée de philosophie et titulaire d'un doctorat en philosophie esthétique à Paris 1 (L'Esthétique de l'horreur, du Jardin des supplice d'Octave Mirbeau aux Larmes d'Eros de Georges Bataille).
Publications
A dirigé le Hors Série artpress 2 d’automne 2013 : Les Mondes de l'Art Brut.
2014, Catalogue de l'exposition Peter Kapeller, Décembre 2014 galerie Christian Berst.
2015, Catalogue d'Aloïse Corbaz en constellation. Le ravissement d'Aloïse Corbaz, LaM, Lille Métropole.
Quinzaines n° du 15 janvier, 2018, Dossier sur l'art brut : Images et textes de la folie.
2018, L'ART BRUT Citadelles & Mazenod : Quand l'Art Brut devient culturel et Devenirs de l'Art Brut.
artpress, automne 2018 : Graphomanies brutes ?, in Hors Série sur Graphisme et Art.
À paraître aux Presses universitaires de Bordeaux en 2020 : L’art brut, un art sans artiste ?
Artistes bruts sur lesquels des articles ont été publiés : Aloïse Corbaz, Seni Awa Camara, Jean Dubuffet, Henry Darger, Peter Kappeler, Michel Nedjar (ARTPRESS janvier 2018) Marilena Pelosi, Ceija Stojka…

Jean-Hubert MARTIN : Ces autres magiciens de la terre
La question de l'art des marginaux asociaux et des autodidactes est souvent assimilée à celle des artistes de sociétés sans écriture. En somme hors de l'art occidental issu des paradigmes de la Renaissance, les autres se retrouveraient tous dans le même sac. Syndrome Vasari. Tentative de donner des définitions claires de pratiques variées et critique de la notion d'art brut telle que définie par Dubuffet, qui agit en artiste autant qu'en chercheur. Quelques exemples inédits dans un domaine de recherche infini.

Jean-Hubert Martin, diplômé en histoire de l'art, a participé à l'élaboration du centre Pompidou. Il fut directeur de la Kunsthalle de Berne, du Musée national d'art moderne du Centre Pompidou, du Musée national des arts d’'Afrique et d'Océanie de Paris et du Museum Kunst Palast de Düsseldorf. Il a dirigé les programmes artistiques du Château d'Oiron et du Padiglione d'Arte Contemporanea à Milan et a été commissaire de nombreuses expositions en France et à l'étranger :
Magiciens de la terre, Paris 1989 : a tenté de remettre en question l'exclusion et les critères pratiqués par le réseau de l'art contemporain dit international.
Partages d'exotisme, Biennale de Lyon, 2000 : montrait les écarts et les hybridations entre des formes culturelles impossibles à définir.
Altäre, Dusseldorf, 2001 : les expressions religieuses du monde actuel sont-elles de l'art ?
Dubuffet et l'art brut, Dusseldorf, Lausanne et Lille, 2005.
Sur le fil, galeries Christian Berst et Jean Brolly, Paris, 2016 : mélangeait l'art brut et l'art contemporain.
Publication
"Dubuffet et ses stratégies d'élargissement de l'art", in Les Albums photographiques de Jean Dubuffet = The Photograph Albums of Jean Dubuffet, Milan, 5 Continents ; Lausanne : Collection de l'Art Brut, 2017, p. 24-30 [fre/eng].

Corinne RONDEAU : Ce qu'il y a de brut, c'est la surprise
La surprise est sans doute le trouble persistant d'une rencontre inattendue. Dans le champ de l'art contemporain, l'art brut est ce qui vient sans annoncer sa venue. Se refusant à la classification malgré des motifs obsessifs, il est ce qui existe sans attente que l'attente elle-même, ce qui ne s'atteint pas. En un sens, l'art brut est toujours de l'ordre d'une révélation. Le brut de l'art est un "Il y a", un on-ne-sait quoi sans projet, l'expérience extrême d'un possible, proche de ce que nomme Georges Bataille, L'expérience intérieure. Ses moyens souvent pauvres, ses formes presque toujours ritualisées impliquent l'interruption des modes insistants du regard et du savoir qu'il soit historique ou esthétique. Le brut relève l'expérience de l'art comme un désenchaînement, peut-être une dramatisation, une façon de "sortir de nous-mêmes".

Corinne Rondeau est maître de conférences en esthétique et sciences de l'art à l'université de Nîmes, collaboratrice sur France Culture, critique d'art et de cinéma. Auteur de plusieurs essais monographiques, le dernier en date Chantal Akerman, Passer la nuit, éd. de l'éclat, 2017.