Programme 2022 : une journée d'échanges

Programme complet


voir, montrer et faire avec matieu


LUNDI 10 OCTOBRE 2022 — De 9h à 17h30

[ journée d'échanges ]



ARGUMENT :

"On accepte la guerre et les massacres comme choses ordinaires et allant de soi"1. Alors, pourquoi peindre, pourquoi montrer des toiles et des dessins, et ajouter du dérisoire à cette banalité ? Telle fut la question animant l'œuvre de ce peintre majeur, universaliste, méconnu que fut matieu. Quel est le lien de cette œuvre avec la Manche, pourquoi et comment y est-elle montrée ; pourquoi et comment y réfléchit-on autour d'elle ?

On partira, pour faire progresser les connaissances, de l'exposition L'ombre et la forme tenue à l'abbaye de Hambye, d'abord des choix faits à partir de 20 ans de travail de matieu à Saint-Denis-le-Gast par sa commissaire Marie-Pierre Osmont, mais aussi de la réception des visiteurs qui, au cours des saisons 2021 et 2022, ont pu admirer cette œuvre.

C'est à un dialogue entre penseurs et montreurs qu'il appartiendra de revenir sur les thèmes récurrents des travaux de matieu, la mathématique, ordre et matériau, l'insoumission ("il est des gens qui trouvent en naissant leur chemin de révolte"2), le primat du politique — qui veut dire qu'il faut arrêter les massacres et la guerre —, et la joie, "l'inoubliable joie de vivre"3, ici, ailleurs, en tout lieu, pourvu qu'il soit hospitalier et accueille l'étranger.

Cette journée de rencontres est ouverte à un large public intéressé par les questions posées.

1 Nicole Mathieu, Habiter La Rayrie (Manche) : au croisement de deux sensibilités.
2 Alain Badiou, L'écharpe rouge.
3 La ronde ou l'inoubliable joie de vivre. Exposition de matieu, usine Utopik.


PROGRAMME :

LE MATIN À L'ABBAYE DE HAMBYE

9h00 - Accueil : Bernard BECK, Valérie COUPEL-BEAUFILS, Nicole MATHIEU, Jean-Paul OLLIVIER
Café et visite libre de l'exposition L'ombre et la forme

10h00 : L'exposition L'ombre et la forme (salle du chapitre)
Jean Paul OLLIVIER : Ouverture
Marie-Pierre OSMONT : Comment l'exposition a-t-elle été conçue, animée et reçue ?
Débat général animé par Jean-Paul OLLIVIER

11h00 : Intermède musical, pièce à l'accordéon composée par Hervé LEMOINE

11h15 : De l'exposition à l'œuvre : en quoi cette exposition est-elle révélatrice de matieu ?
Stéphane DOUAILLER, Claudia Valentina GUTIERREZ OLIVARES & Patrice VERMEREN
Dialogue animé par Sylvain ALLEMAND

12h15 - Suspension des travaux


DÉJEUNER & APRÈS-MIDI AU CHÂTEAU DE CERISY

13h00 - Déjeuner

14h15 : Café et exposition d'œuvres de matieu (La Candélaria), au sol sur estrades en bois, par ses enfants Alain, Armelle et Daniel — Présentation d'ouvrages de matieu (dans l'étable)

15h15 - matieu à Cerisy : Edith HEURGON (salle de la Laiterie)

15h30 : Voir, montrer et faire avec matieu : le point de vue des gens de l'art et de ses amis
Table ronde avec Xavier GONZALEZ et Patrick VAUDAY, animée par Sylvain ALLEMAND

16h45 - Clôture de la journée : Michèle GENDREAU-MASSALOUX

17h00 - Fin des travaux


INTERVENANTS :

Sylvain Allemand, Journaliste, essayiste, Secrétaire général des Amis de Pontigny-Cerisy.

Bernard Beck, Professeur, l'abbaye de Hambye ayant été acquise en 1956 par ses parents Auguste et Elisabeth Beck.

Stéphane Douailler, Professeur émérite de philosophie de l'université Paris 8, a accompagné diverses interventions de matieu au sein de colloques. A écrit : "De deux moulages de Maximilien Robespierre".

Michèle Gendreau-Massaloux, Hispaniste et haute fonctionnaire française. Rectrice de l'académie de Paris et de l'AUF, elle est vice-présidente du Groupe interacadémique pour le Développement.

Xavier Gonzalez, Sculpteur et directeur du centre de l'Usine Utopik, centre de création d'art contemporain à Tessy Bocage (Manche).

Claudia Valentina Gutierrez Olivares, Professeure de philosophie de l'université du Chili, a accompagné les conférences et expositions de matieu à Valparaiso et à Santiago.

Edith Heurgon, Prospectiviste, co-directrice du Centre culturel international de Cerisy

Jean-Paul Ollivier, Président de l'association des amis de l'abbaye de Hambye, a effectué sa carrière au Centre Pompidou, dans le réseau culturel français à l'étranger et à la direction de la DRAC Normandie.

Marie-Pierre Osmont, Responsable de l'abbaye de Hambye, direction du patrimoine et des musées, Conseil départemental de la Manche, commissaire de l'exposition L'ombre et la forme.

Patrick Vauday, Philosophe français, spécialiste de philosophie esthétique, il a publié plusieurs ouvrages sur les enjeux des images. Texte pour matieu Art et politique, Courbet, matieu.

Patrice Vermeren, Professeur émérite de philosophie de l'université Paris 8, accompagne matieu des Ateliers du Collège international de philosophie à son périple en Amérique du Sud. Texte avec matieu : préface à Jean Borreil. La raison de l'autre.


matieu À HAMBYE ET À CERISY-LA-SALLE, LE 10 OCTOBRE 2022 :

Michèle GENDREAU-MASSALOUX

Le programme indique, pour mon intervention, "clôture", mais mon propos ne peut être, après la journée si intense que nous avons vécue, qu'une ouverture.

Chacun des regards portés sur l'œuvre de matieu (selon le vœu de matieu, nous adoptons la graphie sans majuscule), dans les deux magnifiques expositions que sont L'ombre et la forme à l'Abbaye d'Hambye et celle qu'ont réalisée ses enfants dans l'étable du château de Cerisy-la-Salle, engendre une réaction individuelle, point de rencontre entre l'appel du tableau et l'ensemble des facteurs qui induisent le jugement et les émotions particulières. En assortissant ses toiles de titres brefs ou même mystérieux, matieu a cherché, dans les lieux publics où il a été exposé, à toucher tant ses amis que n'importe lequel des spectateurs qui tombe en arrêt devant des couleurs et des formes unies par des relations signifiantes : tous les commentaires sont bienvenus, et matieu remet en cause le privilège du spécialiste.

C'est sans doute la raison pour laquelle nos entretiens ont eu cet air de liberté. Cette vertu était décisive aux yeux de matieu. Il m'interrogeait discrètement sur la liberté dans l'action administrative quand il investissait la chapelle de la Sorbonne pour son exposition Robespierre et faisait l'expérience des contraintes en apprenant que les murs de la chapelle, classée bâtiment historique, ne pouvaient accueillir ni clous ni vis… ce qui lui faisait trouver, pour l'accrochage, une solution inédite. La vertu de liberté des différents moments de la journée tient aussi au soin qu'ont apporté les "scénographes", Marie-Pierre Osmont d'une part, Alain, Armelle et Daniel Mathieu d'autre part, à faire jouer ensemble les lieux et les œuvres : le cadre de la salle entre dans un rapport ici de tension, là de présentation expressive, avec la toile, et c'est une hospitalité réciproque qui se crée.

Aussi les propos et les expositions mettent-ils en évidence une relation : nous avons aujourd'hui vu matieu en Normandie. Notre journée, dévouée à une œuvre qui parle du monde entier au monde entier, a réveillé la territorialité du peintre, et c'est à juste titre qu'il nous apparaît comme un horsain manchois, même si L'arbre rouge, où l'on peut reconnaître le paysage de La Rayrie, et peut-être une réminiscence de Flaubert — "J'ai souvenir d'une région lointaine, couleur d'émeraude. Un seul arbre l'occupe" — n'illustre pas la nature, pas plus que les bouchots des Soldats ne se rapportent seulement à l'élevage des moules. Ils interpellent sur une actualité politique persistante, comme les dessins présentés dans le "couloir des élus" des locaux du Conseil départemental de la Manche à Saint-Lô, intitulés L'Abandon du politique

Mais cette relation territoriale n'est ni une acculturation ni une intégration : matieu a recherché un rapport actif au monde par l'art. Son œuvre n'écrit pas une page supplémentaire de l'histoire générale de la peinture ; il emprunte des fleurs à Matisse, mais ce sont celles des cellules malades de son corps ; il retrouve de Tintoret les traits du Massacre des innocents pour peindre les corps disloqués de La Candelaria, mais sa façon d'habiter l'espace et d'"apprendre à voir pour faire" est un geste politique. En rendant le plan à son désordre, il s'élève contre l'oppression et l'idéologie : son œuvre est performative.

Il redresse les enfants morts de la Candelaria, dénonce les "assis" – Assis-debout –, en référence cette fois à Rimbaud, parle du détournement de la parole révolutionnaire, éloignée de sa poésie initiale, et de l'abandon des intellectuels, Les inutiles. Avec Les acrobates il peint un "espace égalitaire" : les trapézistes, même la tête en bas, sont "debout". Les séries s'enchaînent sans discontinuité, chacun de leurs éléments étant lié à des lois mathématiques et la série arrivant à son terme lorsque le dernier tableau, "le voisin de zéro" selon le titre qu'a donné Hélène Cixous à sa lecture de Beckett, amorce la série suivante.

La ressource de cet engagement assidu, aux résultats impressionnants, c'est le travail, ou même, selon un mot que je lui ai proposé, la besogne.

Le mot besogne, réfection de busunie, est issu du francique bisunnia, "soin, souci " préfixé du francique sunnja, "souci", qui donne aussi soigner et soin. Le préfixe bi a d'abord exprimé la proximité et a fini par être un moyen de renforcer le sens du mot. Jusqu'au XVIIe siècle, la structure sémantique de "besogne" coïncide avec celle de "besoin" : le mot exprime la notion de nécessité dans sa généralité et s’applique à toute personne ou chose nécessaire, indispensable. Deux sens particuliers se sont affirmés à l'âge moderne, d'une part celui d'acte sexuel, devenu usuel aux XVIIe et XVIIIe siècles, d'autre part celui de travail exigé par la profession.

matieu a porté à l'extrême ce souci, et réalisé plus que quiconque, me semble-t-il, le précepte que j'ai reçu, enfant, de mon père : Labor improbus omnia vincit.

Improbus, c'est-à-dire acharné, au-delà du raisonnable et des limites humaines, le travail de matieu se marque par la régularité de son arrivée à son atelier, chaque jour à huit heures, et par son assiduité, de longues journées que prolonge parfois un travail de nuit. Improbus, il tente encore de saisir le pinceau sur son lit d'hôpital, et jusqu'au bout. Omnia vincit : s'il ne croit à rien, matieu ne renonce à rien et donne à voir les convulsions du monde, la banalité du mal, pour nous réveiller et nous conduire à l'action. Et nous sommes en effet saisis et mis en marche. Omnia vincit : la victoire, c'est cette marche éveillée, mais aussi, peut-être ce réveil efface-t-il les frontières entre la mort, omniprésente, et la vie, L'inoubliable joie de vivre qui sous-titre sa dernière exposition, posthume.

matieu, vivant.

Publication 2022 : un des ouvrages


POUR UN ART DU (DÉ)CONFINEMENT

TÉMOIGNAGES D'UNE EXPÉRIENCE CERISYENNE


Sylvain ALLEMAND (dir.)


Cet ouvrage réunit des entretiens réalisés avec des personnes d'horizons disciplinaires, professionnels et géographiques variés, ayant participé à une expérience inédite : la première édition du Foyer de création et d'échanges, mis en place du 13 au 28 juillet 2020 (quelques mois après la fin du premier confinement imposé par la crise sanitaire liée au Covid-19), dans le cadre du Centre culturel international de Cerisy (CCIC). Par-delà la poursuite de projets personnels, ils y ont été invités à contribuer à une réflexion sur ce que pourrait être un "art du (dé)confinement".
Témoignages.


Disponible auprès du CCIC

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Sérendip'éditions

ISBN : 978-2-9570270-4-0

Nombre de pages : 258 p.

Prix public : 10,00 €

Année d'édition : 2022

Publication 2022 : un des ouvrages


LA TRADUCTION DANS UNE SOCIÉTÉ INTERCULTURELLE


Niall BOND, Philiep BOSSIER, Dinah LOUDA (dir.)


Une des questions majeures de nos sociétés contemporaines est le maintien de la diversité linguistique. Or, à l'opposé des poncifs qui la font passer pour chère, lente, voire superflue, de nombreuses raisons conduisent à penser que la traduction constitue, pour le futur, un formidable atout quant à la préservation du trésor de la culture humaine. Loin d'être une banalité, la traduction est à la fois omniprésente et indispensable, mais elle est souvent "invisible". Le colloque de Cerisy (août 2020) a réaffirmé cette faculté inouïe de l'homme pour en réhabiliter, dans un univers désormais hautement numérisé et mondialisé, le caractère interculturel.
Cet ouvrage interroge la traduction dans un monde en mouvement. Une première partie porte sur la traduction, l'interculturel et les savoirs, par une analyse des idées qui traversent les frontières linguistiques et les époques. Un deuxième volet concerne l'urgente mise au point des formations pour les nouvelles générations de traducteurs-interprètes et explore les technologies qui bouleversent et facilitent ces métiers. Enfin, une interrogation éthique aborde les finalités de la traduction, notamment son rôle capital face aux défis contemporains.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2020) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°658]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Hermann Éditeurs

Collection : Colloque de Cerisy

ISBN : 979-1-0370-1676-8

Nombre de pages : 504 p.

Prix public : 34,00 €

Année d'édition : 2022

Publication 2022 : un des ouvrages


LES MORALES DE DIDEROT


Odile RICHARD, Gerhardt STENGER (dir.)


Étudier l'actualité morale de Diderot vise à répondre à la demande d'une époque confrontée à une perte abyssale de valeurs, tant intellectuelles que religieuses ou politiques. Le concept de morale repousse et fascine à la fois nos générations, largement déchristianisées, privées des repères fournis naguère par les grandes idéologies et leurs mouvements politiques généreux. Comment concilier dès lors les notions de justice, d'égalité et de vivre-ensemble ? Comment répandre l'athéisme vertueux ? Diderot, comme Nietzsche plus tard, souhaitera la mise en place d'un art comme catéchisme du peuple. L'une des dernières réflexions du philosophe, dans Le Neveu de Rameau, n'est pas loin de substituer la contemplation du Beau à la pratique du Bien, et de placer l'art en valeur-refuge d'une société dévorée par la "soif de l'or". Cela ne l'empêche pas de penser la politique en termes de morale, et d'observer en moraliste son contemporain, avec toujours à la bouche un scepticisme teinté de tolérance : "Est-il bon, est-il méchant ?".
Ce colloque s'est tenu à Cerisy du 10 au 17 août 2020. Il fut l'occasion d'expérimenter les morales de Diderot non seulement en paroles mais aussi en actes, par des lectures publiques et des représentations théâtrales au château, ainsi que par un "rallye Diderot" dans le Cotentin.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2020) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°657]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Hermann Éditeurs

Collection : Colloque de Cerisy

ISBN : 979-1-0370-1960-8

Nombre de pages : 456 p.

Prix public : 32,00 €

Année d'édition : 2022

Publication 2022 : un des ouvrages


Maîtriser le temps & façonner l'histoire. Les historiens normands au Moyen Âge

MAÎTRISER LE TEMPS & FAÇONNER L'HISTOIRE

LES HISTORIENS NORMANDS AU MOYEN ÂGE


Fabien PAQUET (dir.)

Avec la collaboration de Stéphane LECOUTEUX


Orderic Vital, Robert de Torigni, Aimé du Mont-Cassin ou Dudon de Saint-Quentin: tous ces auteurs médiévaux, et d'autres, sont au fondement de notre connaissance de l'histoire de la Normandie au Moyen Âge. Mais peut-on vraiment toujours leur faire confiance ? Avec quelles précautions doit-on les aborder ? C'est en plongeant dans les cabinets de travail et en étudiant les sources et les méthodes des auteurs médiévaux que les participants du colloque de Cerisy de 2019 ont proposé de répondre à ces questions. Fruit d'une rencontre internationale, cet ouvrage propose d'explorer l’ensemble des mondes normands (Normandie, îles Britanniques, Méditerranée) sur un temps long (Xe-XVe siècles) à travers ceux qui en ont forgé les mythes et écrit l'histoire au Moyen Âge.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2019) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°656]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Caen

Collection : Symposia

ISBN : 978-2-38185-164-8

Nombre de pages : 390 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Prix public : 25,00 €

Année d'édition : 2022

Publication 2022 : un des ouvrages


SCIENCES, TECHNIQUES ET AGRICULTURES

GOUVERNER POUR TRANSFORMER


Frédéric GOULET, Patrick CARON, Bernard HUBERT, Pierre-Benoît JOLY (dir.)


Les sciences et techniques jouent un rôle essentiel dans les transformations de l'agriculture et des mondes agricoles. Elles sont louées par certains pour les avancées qu'elles génèrent, et critiquées par d'autres pour leurs effets néfastes sur les équilibres sanitaires, sociaux ou environnementaux. Elles font l'objet d'investissements massifs de la part du secteur privé, mais aussi des États en quête d'influence sur la scène globale.
Cet ouvrage, issu d'un colloque de Cerisy tenu en septembre 2019, propose un ensemble d'analyses pour penser la place des sciences et techniques dans les agricultures contemporaines, et la façon dont elles peuvent être gouvernées pour assurer les transitions vers des agricultures durables. Il regroupe les contributions de nombreux spécialistes des sciences et des techniques agricoles. Chercheurs en sciences humaines et sociales, en sciences de l'ingénieur, de la vie et de l'environnement, ou encore dirigeants d'organisations françaises ou internationales de recherche, livrent des analyses riches et variées, à des échelles locales et globales.
Ce livre aidera à décrypter les réalités contemporaines des relations entre sciences, techniques et agricultures, mais également et surtout à envisager leurs futurs.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2019) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°655]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses des Mines

Collection : Sciences sociales

ISBN : 978-2-35671-845-7

Nombre de pages : 324 p.

Prix public : 29,00 €

Année d'édition : 2022

Publication 2022 : un des ouvrages


TAL COAT

REGARDS SANS FRONTIÈRES


Jean-Pascal LÉGER (dir.)


Ami de Giacometti, Staël, Calder, Miró, Chillida…, Pierre Tal Coat (1905-1985) n'ignore pas l'art de son temps et, quoiqu'il s'en défende, il écrit des pages de l'histoire de l'art : par exemple avec les séries des Massacres ou des Profils sous l'eau. Ses tableaux des Failles et des Rochers (période d'Aix) puis ses tableaux que l'on a dits abstraits et monochromes (période de Dormont) ouvrent des voies aux peintres des générations suivantes. En réalité, Tal Coat dialogue autant avec Rembrandt, Vélasquez ou Cézanne. Mais il puise aux sources de son enfance au pays des pierres levées, la Bretagne. Par une intuition singulière de l'espace, il se sent plus proche des peintres de Lascaux que de ses contemporains. Son expérience de marcheur à l'affût des "phénomènes du monde" s'exerce aussi bien sur les chemins des Pyrénées, des Alpes ou du Jura que dans les collines d'Aix-en-Provence, autant sur les plateaux du Vexin que sur les sentiers entre terre et mer. Ainsi le nom qu'il s'est choisi sonne comme un hommage aux énergies de la nature : Pierre et Front de bois. Cette alliance de l'homme et de la nature, de l'art de son temps et de l'art d’avant l'histoire, fait l'alchimie unique de sa peinture.
Dernier volet, avec Présence d'André du Bouchet (2011) et À l'épreuve d'exister avec Henri Maldiney (2014), le colloque Tal Coat, regard sans frontières, tenu en 2017 à Cerisy clôt cette Triade qui met en lumière l'amitié entre un poète, un philosophe et un peintre. Il est l'occasion de se plonger, à travers les écrits d'auteurs d'horizons variés (historien, chorégraphe, galériste, collectionneur, artiste…), dans l'univers d'un peintre qui propose de regarder le monde et la peinture sans point de vue privilégié, sans cadres, sans fenêtres, sans frontières.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2017) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°654]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Hermann Éditeurs

Collection : Colloque de Cerisy

ISBN : 979-1-0370-0718-6

Nombre de pages : 210 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Prix public : 27,00 €

Année d'édition : 2022

Publication 2022 : un des ouvrages


RÉÉDITION


L'AUTO-ORGANISATION

DE LA PHYSIQUE AU POLITIQUE


Paul DUMOUCHEL, Jean-Pierre DUPUY (dir.)


Préface de Paul DUMOUCHEL et Jean-Pierre DUPUY


Ce colloque mémorable a réuni à Cerisy, en juin 1981, des anthropologues, biologistes, physiciens, philosophes, qui ont construit ensemble une pensée neuve au carrefour des sciences et des "humanités". Le titre, L'auto-organisation : de la physique au politique, indique le projet de mettre en évidence les "résonances" entre les théories alors en gestation en biologie, en physique ou dans les sciences de l'artificiel, et les modèles de l'auto-organisation du social.
Les théories de l'auto-organisation s'articulent autour de trois concepts : le chaos déterministe et la complémentarité paradoxale de l'ordre et du désordre ; l'autonomie et la capacité d'une organisation de s'instituer elle-même ; la question du sens, qui reprend toute sa place au sein des sciences. Ces questions en induisent une quatrième : celle de l'unité retrouvée du savoir.
D'avoir été en 1981 d'une forte actualité politique et sociale et d'une relative marginalité scientifique, la situation quarante ans plus tard s'est en quelque sorte inversée. Alors que l'auto-organisation est partout dans les sciences, mais a disparu de la réflexion sociale et idéologique (terrorisme, migrants, laïcité, intelligence artificielle, climat, pandémie…), cet ouvrage donne à penser et à repenser, dans un contexte radicalement différent, les questions essentielles du monde contemporain.


Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°79bis]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Hermann Éditeurs

Collection : Cerisy / Archives

ISBN : 979-1-0370-1935-6

Nombre de pages : 576 p.

Illustrations : N & B

Prix public : 32 €

Année d'édition : 2022

ÉDITION D'ORIGINE

L'auto-organisation. De la physique au politiqueÉditeur : Éditions du Seuil

Collection : Empreintes

ISBN : 2-02-006457-X

Nombre de pages : 562 p.

Illustrations : N & B

Année d'édition : 1983

Non disponible auprès du CCIC [n°79]

Publication 2022 : un des ouvrages


Les discours meurtriers aujourd'hui

LES DISCOURS MEURTRIERS AUJOURD'HUI


Laurence AUBRY, Gabriela PATIÑO-LAKATOS, Béatrice TURPIN (dir.)


Suivant la voie ouverte par le philologue allemand Victor Klemperer, à partir d'une perspective interdisciplinaire, ce livre a pour objet la description et l'analyse des discours extrémistes actuels les plus violents. Il s'intéresse plus particulièrement aux appels au meurtre et à leurs légitimations politiques ou religieuses, du djihadisme contemporain au suprématisme blanc. Les différents auteurs tentent de décrire et d'analyser ces discours, dits "meurtriers", dans leurs formes, leurs soubassements et leurs effets. En mettant au cœur même de la désignation la question du rapport entre discours et actes, la dénomination "discours meurtriers" peut permettre le repérage de traits caractéristiques, ainsi que le relevé de modes opératoires et d'enjeux sociaux ou subjectifs propres à ces énoncés ou à ces langages. Ils interrogent cette performativité propre aux propagandes idéologiques actuelles, où le discours tend à se précipiter dans l'action, au lieu de la suspendre ou de l'élaborer. Les discours meurtriers peuvent recouvrir les discours de haine par les passions destructrices qu'ils véhiculent ou qu'ils suscitent, mais ils se distinguent par l'incitation ou l'appel au meurtre et sa justification, ainsi que par des effets d'anéantissement clairement repérables. L'actualité montre jusqu'à la caricature, au-delà de la propagande et de la terreur déployée par l'autoproclamé "État islamique", combien il est urgent d'interroger ce qui est peut-être en train d'arriver aujourd'hui, dont les langages pourraient être à nouveau l'instrument et le symptôme. Il est en effet crucial de chercher à comprendre pour tenter de prévenir ces forces du discours au service du négatif et de l'anéantissement de toute altérité.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2018) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°653]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions Peter Lang

Collection : Comparatisme et Société, Volume 44

ISBN : 978-2-8076-1633-2

Nombre de pages : 380 p.

Prix public : 54,57 €

Année d'édition : 2022


Publication associée


Publication 2022 : un des ouvrages


LA DÉMOCRATIE ÉCOLOGIQUE

UNE PENSÉE INDISCIPLINÉE


Jean-Michel FOURNIAU, Loïc BLONDIAUX, Dominique BOURG, Marie-Anne COHENDET (dir.)


Avant-propos de Chantal JOUANNO


Face à l'urgence climatique et écologique, à ses conséquences sociales dont témoignaient les Gilets jaunes ou les citoyens de la Convention pour le climat, peut-on envisager l'avenir de la démocratie autre qu'écologique ? Alors que différentes pathologies de la démocratie, montée des populismes, tentations d'un retour à la décision autoritaire, rejettent la participation et la délibération, le colloque de Cerisy de mai 2019 s'est attaché à établir la chance que l'écologie offre à la liberté et la démocratie de se réinventer.
À l'initiative de la Commission nationale du débat public, cette réflexion ne pouvait qu'être indisciplinée : la démocratie écologique se définit à partir de conflits, de ruptures, d'expérimentations et de débats. La constitution de publics démocratiques, les institutions délibératives, les expériences locales, les nouvelles formes de vie plus respectueuses de l'écologie et de la justice environnementale sont explorées dans cet ouvrage croisant éclairages philosophiques, approches juridiques, travaux de sciences sociales et études d'acteurs engagés.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2019) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°652]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Hermann Éditeurs

Collection : Colloque de Cerisy

ISBN : 979-1-0370-1536-5

Nombre de pages : 436 p.

Prix public : 24,00 €

Année d'édition : 2022