Publication 2020 : un des ouvrages


Dumas amoureux. Formes et imaginaires de l'Éros dumasien

DUMAS AMOUREUX

FORMES ET IMAGINAIRES DE L'ÉROS DUMASIEN


Julie ANSELMINI, Claude SCHOPP (dir.)


L'Éros proprement amoureux de Dumas, qui le poussa à accumuler sa vie durant conquêtes et maîtresses, est la figure emblématique d'une énergie vitale et d'un désir de littérature et d'action qui n'avaient pas, en tant que tels, fait l'objet d'assez d'attention. Proposant une "éro-poétique" de l'œuvre dumasienne, l'ouvrage y aborde le désir selon plusieurs directions privilégiées. Il explore le désir amoureux et érotique, sa représentation, sa productivité et sa portée dans les différents genres illustrés par Dumas (théâtre, romans, contes, récits de voyage, autobiographie et écrits intimes, causeries…). Il envisage plus largement le désir comme une origine et un foyer de la création dumasienne, permettant d'en comprendre la fécondité, la variété, mais aussi les modes d'énonciation et de réception. Il s'intéresse enfin aux empreintes du désir chez les descendants biologiques et littéraires de Dumas, et à la façon dont les motifs sentimentaux et l'érotisme façonnent l'imaginaire qui se déploie dans les réécritures, les adaptations ou les suites de ses œuvres, telles que le D'Artagnan amoureux de Nimier.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2019) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°640]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Caen

Collection : Symposia

ISBN : 978-2-84133-994-5

Nombre de pages : 432 p.

Prix public : 25,00 €

Année d'édition : 2020

Amour familial, Désir amoureux, Énergie vitale, Enthousiasme romantique, Éro-poétique, Éros, Imaginaire dumasien, Subversion du désir, Roman, Théâtre

Introduction, par Julie ANSELMINI


"J'AIME QUI M'AIME". DUMAS ET LES SIENS

L'amour d'une mère, l'amour d'un fils, par Claude SCHOPP

L'amour paternel chez Dumas : "tu es […] le seul être que j'aime passionnément au monde", par Marianne SCHOPP

Dumas et l'amour fraternel : "L'amitié d'un grand homme est un bienfait des dieux !", par Maria Lúcia DIAS MENDÈS

Dumas biographe de Delacroix : fantasmes et tensions d'une relation sous le signe de l'Éros, par Dominique de FONT-RÉAULX

Nimier chez Dumas : Amours de lectures, erreurs de l'amour et des sens, par Marc DAMBRE


DÉTERMINATIONS, MÉDIATIONS, SUBVERSIONS DU DÉSIR

De l'enthousiasme romantique chez Dumas, par Samantha CARETTI

La fabrique médiatique du désir d'auteur : le cas d'Alexandre Dumas, par Sandrine CARVALHOSA

Five Shades of Dumas, par Karl AKIKI

L'érotisme dumasien, entre conformisme et révolution(s), par Estelle BÉDÉE

Aimer la mort, aimer Méduse : l'Éros dans les récits fantastiques, par Valery RION


AMOURS DE THÉÂTRE

Viol et subornation dans les drames de Dumas : entre ressort mélodramatique et métaphore du pouvoir, par Christine PRÉVOST

Amours ardentes et sombres : l'amour sous toutes ses formes dans Lorenzino, par Barbara T. COOPER

Les "wedding comedies" de Dumas, par Anne-Marie CALLET-BIANCO

Olympe de Clèves, roman des comédiens et de l'amour fou, par Julie ANSELMINI

Dumas, Nerval et Jenny Colon, par Michel BRIX


ÉROS ET HISTOIRE

Le désir séculaire : les XVIe et XVIIe siècles contrastés d'Alexandre Dumas, par Maxime PRÉVOST

La Reine Margot, l'amour à outrance : d'Alexandre Dumas à Patrice Chéreau, par Édith PERRY

Le sentiment amoureux dans Mémoires d'un médecin : l'exemple de la comtesse de Charny, par Àngels SANTA

L'amour, la mort et le destin au prisme du roman historique dumasien, par Lise DUMASY

Éros et Clio : la représentation dumasienne de la Révolution au prisme de Michelet, par Isabelle SAFA

Amour, utopie et politique chez Alexandre Dumas, par Philippe CHANIAL


DÉSIR DE L'AUTRE ET D'AILLEURS

"Voir sans être vu" : amour et curiosité dans La Dame de Monsoreau, Le Vicomte de Bragelonne et Olympe de Clèves, par Steffie VAN NESTE

Impressions de voyage et sentiment amoureux : "J'en ferai un volume", par Nathalie SOLOMON

Le Corricolo : Naples et Dumas, un cheminement amoureux, par Héléna DEMIRDJIAN

Le brigand amoureux, une figure de l'imaginaire dumasien, par Giulio TATASCIORE

L'amour nègre chez Alexandre Dumas, par Daniel DESORMEAUX

Postface. Mil e tre, par Claude SCHOPP


Bibliographie

Résumés

Notes sur les auteurs

Anne-Marie CALLET-BIANCO : Le mariage et l'amour dans les comédies de Dumas [enregistrement audio en ligne sur La forge numérique de la MRSH de l'université de Caen Normandie et sur le site France Culture]

Publication 2020 : un des ouvrages


CERISY AU PRISME DE PARIS-SACLAY ET VICE VERSA

TÉMOIGNAGES D'UNE EXPÉRIENCE CERISYENNE


Sylvain ALLEMAND (coord.)


Préface de Pierre VELTZ


Enseignants-chercheurs, étudiants, responsables d'institutions, artistes… les personnes qui témoignent ici sont d'horizons professionnels, disciplinaires ou géographiques très divers.
En plus d'un lien avec Paris-Saclay, le pôle technologique du Grand Paris, elles partagent un autre point commun : elles ont toutes fréquenté le Centre culturel international de Cerisy (CCIC) à l'occasion d'un ou de colloque(s). C'est d'ailleurs dans ce cadre qu'elles ont été interviewées pour les besoins du site web Paris-Saclay Le Média.
Ce recueil d'entretiens offre ainsi l'opportunité de découvrir deux "milieux" que tout semble opposer, mais qui, en réalité, concourent chacun à sa manière à restaurer une "relation résonante avec le monde".


Non disponible auprès du CCIC

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Sérendip'éditions

ISBN : 978-2-9570270-1-9

Nombre de pages : 260 p.

Prix public : 10,00 €

Année d'édition : 2020

Centre culturel international de Cerisy, Paris-Saclay, Pluridisciplinarité, Sérendipité

Préface, par Pierre VELTZ

Introduction, par Sylvain ALLEMAND


LA SÉRENDIPITÉ DANS LES SCIENCES, LES ARTS ET LA DÉCISION
DU 20 AU 30 JUILLET 2009

Entre sciences et humanités, la sérendipité — Rencontre avec Sylvie CATELLIN


CULTURES ET CRÉATIONS DANS LES MÉTROPOLES-MONDE
DU 25 AU 31 MAI 2014

Cultures et créations dans les Métropoles-monde — Rencontre avec Patrick BRAOUEZEC


IMAGINAIRE, INDUSTRIE ET INNOVATION
DU 21 AU 28 SEPTEMBRE 2015

Imaginaire, industrie et innovation — Rencontre avec Pierre MUSSO


ARCHÉOLOGIE DES MEDIA, ÉCOLOGIES DE L’ATTENTION
DU 30 MAI AU 6 JUIN 2016

Archéologie des media et écologies de l'attention — Rencontre avec Yves CITTON


JARDINS EN POLITIQUE (AUPRÈS DE GILLES CLÉMENT)
DU 1er AU 8 AOÛT 2016

Jardins en politique (auprès de Gilles Clément) — Rencontre avec Gilles CLÉMENT

Jardins en politique (suite) — Rencontre avec Vincent PIVETEAU


QU'EST-CE QU'UN RÉGIME DE TRAVAIL RÉELLEMENT HUMAIN ?
DU 4 AU 11 JUILLET 2017

Quel régime de travail réellement humain… pour le chercheur ? — Rencontre avec Étienne KLEIN

Ce que les hackers nous disent du travail — Rencontre avec Michel LALLEMENT


LA MÉSOLOGIE, UN AUTRE PARADIGME POUR L'ANTHROPOCÈNE ? (AUTOUR D'AUGUSTIN BERQUE)
DU 30 AOÛT AU 6 SEPTEMBRE 2017

Là, sur les bords du Rabec — Rencontre avec Augustin BERQUE

De l'intelligence… des plantes — Rencontre avec Marc-Williams DEBONO

Et pourquoi pas une école d'arts à Paris-Saclay ? — Rencontre avec Paag.l


CRISES DE LA VILLE, FUTURS DE L'URBAIN
DU 2 AU 6 MAI 2018

Les secrets du Grand Paris… — Rencontre avec Pascal AUZANNET


SAISIR LE RAPPORT AFFECTIF AUX LIEUX
DU 15 AU 22 JUIN 2018

Neuro-architecture et attractivité des lieux — Rencontre avec Jacques GLOWINSKI


BRASSAGES PLANÉTAIRES
DU 1er AU 8 AOÛT 2018

Des jardins en politique aux brassages planétaires — Rencontre avec Patrick MOQUAY

Il était une fois les "brassages planétaires" — Rencontre avec Sylvie MOMBO


LE TRAVAIL EN MOUVEMENT
DU 13 AU 20 SEPTEMBRE 2018

Qualité de vie des salariés et santé économique des entreprises, quelle relation ? — Rencontre avec Michèle SEBAG


ENTREPRISE, RESPONSABILITÉ ET CIVILISATION : UN NOUVEAU CYCLE EST-IL POSSIBLE ?
DU 27 MAI AU 3 JUIN 2019

De la responsabilité et du rôle civilisationnel… de l'entreprise — Rencontre avec Blanche SEGRESTIN

Entreprise à mission ou comment transformer le monde en innovant — Rencontre avec Kevin LEVILLAIN

Écosystème à mission : le point de vue du juriste — Rencontre avec Stéphane VERNAC

Entre science et débat, la Revue Française de Gestion — Rencontre avec Jean-Philippe DENIS


RACONTER L'ENQUÊTE : UNE FORME POUR LES RÉCITS DU XXIe SIÈCLE ?
DU 22 AU 29 JUILLET 2019

Un historien sur les pas de l'enquêteur — Rencontre avec Pascal ORY


Bibliographie

Illustration

Publication 2020 : un des ouvrages


Les Cultural Studies : au-delà des politiques des identités

LES CULTURAL STUDIES : AU-DELÀ DES POLITIQUES DES IDENTITÉS


Éric MAIGRET, Laurent MARTIN (dir.)


Cet ouvrage, issu des actes d'un colloque de Cerisy, explore les théorisations les plus récentes en cultural studies (études culturelles), courant de recherche transdisciplinaire repérant le surgissement conflictuel du nouveau, les sites de contestation où prolifèrent des alternatives aux rapports de pouvoir cristallisés, en particulier dans les formes culturelles.
Les cultural studies accordent une place centrale à la question des identités. Elles ont enrichi les travaux sur ces dernières en démontrant, tout d'abord, l'importance des politiques de différences, ensuite, l'hétérogénéité des individus et des groupes, construits par des discours, pratiques et positions qui ne coïncident pas nécessairement, enfin, la possibilité d'un cosmopolitisme par le bas. En se confrontant aux craquements des cadres nationaux, postcoloniaux et de genre, qui engendrent de puissants effets de backlash, en débattant des modèles posthumains et du tournant ontologique, qui conduit à ne plus séparer humains et non-humains, les recherches actuelles abordent de nouvelles frontières.
Pour répondre aux réaménagements théoriques comme politiques, s'agit-il pour les cultural studies de verser intégralement dans les paradigmes posthumains ? Face aux enjeux d'égalité de sexe, de genre, de classe et de race, de quels outils disposent-elles aujourd'hui ? Quels sont les rapports entre les disciplines scientifiques traditionnelles et les cultural studies, singulièrement en France ?
Ce panorama diversifié des débats que traversent et/ou mettent en forme les cultural studies, de leur(s) généalogie(s) comme de leurs effets sur les disciplines, se veut à la fois synthétique, didactique et heuristique.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2015) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°639]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions Le Bord de l'eau

Collection : Documents

ISBN : 978-2-35687-745-1

Nombre de pages : 312 p.

Prix public : 24,00 €

Année d'édition : 2020

Cultural studies, Féminisme, Genre, Hérérogénéité, Identités, Muliticulturel, Politique de différence, Régimes de pouvoir, Subjectivités

Introduction, par Éric MAIGRET & Laurent MARTIN


I — AU CŒUR DES NOUVELLES CRISES : REDÉFINITIONS PARADIGMATIQUES ET POLITIQUES

Wrestling with the Angels : cultural studies in Dark Times (Cultural studies and Deleuze-Guattari, Part 3), par Lawrence GROSSBERG [enregistrement audio en ligne sur La forge numérique de la MRSH de l'université de Caen Normandie et sur le site France Culture]

On the Affordances of Moving beyond the Human, par Susanna PAASONEN

Cultural studies after the Human : Nonhuman Vision, par Joanna ZYLINSKA

Looking for the Conjuncture : Condensations of Time and Space, par John CLARKE

After Brexit : The Politics of Critique in Dark Times, par Janet NEWMAN


II — LES IDENTITÉS RATTRAPÉES PAR LES INSTITUTIONS ET LE MARCHÉ

The Paradox of Digital Fashion Film, par Nick REES-ROBERTS

Chinatowns and the Rise of China, par Ien ANG

An Urbanized cultural studies ?, par Will STRAW

Un crime d'honneur peut en cacher un autre : Rouvrir l'enquête, par Nacira GUÉNIF-SOUILAMAS


III — PROVENANCES ET ABSENCES

Les cultural studies avant la lettre. Trajectoire biographique et positionnement théorique chez Ralph W. Ellison, par Emmanuel PARENT

Michel Verret, un chaînon manquant, par Gérôme GUIBERT

Quel féminisme pour les cultural studies ? Lire Christine Delphy au CCCS de Birmingham (1974-1986), par Maxime CERVULLE

Affects et réception médiatique. Des dimensions idéologiques du plaisir du texte aux dimensions affectives de l'idéologie, par Nelly QUEMENER


IV — RECONFIGURATIONS DISCIPLINAIRES

Cultural studies et études filmiques françaises : des paradigmes antagonistes ?, par Geneviève SELLIER

Le tournant subjectiviste de la sociologie française. L'objectivation sociologique face à l'identité revendiquée, notamment sexuelle, par Hervé GLEVAREC

"You're not alone" : contribution à la construction et à la circulation des cultural studies en France, par Éric MAIGRET

Histoire culturelle et cultural studies : une rencontre longtemps différée, par Laurent MARTIN


Les auteurs

Publication 2020 : un des ouvrages


SPECTRES DE POE DANS LA LITTÉRATURE ET DANS LES ARTS


Jocelyn DUPONT, Gilles MENEGALDO (dir.)


Monument permanent de notre horizon culturel, premier poète national américain selon Nabokov, Edgar Allan Poe (1809-1849), de son vivant souvent méprisé, est devenu en près de deux siècles une figure tutélaire pérenne du monde des arts et des lettres. Comme l'attestent les innombrables rééditions de son œuvre, ainsi que les reprises, réécritures ou hommages discrets, littéraires, cinématographiques ou autres (musique, bande dessinée, culture numérique), l'influence de Poe est considérable. Le phénomène n'est pas nouveau : on sait quel fut en France son ascendant sur les poètes symbolistes et modernistes, les surréalistes ainsi que le cinéma d'avant-garde. Et comment ne pas songer aux célèbres relectures de "La Lettre volée" par Lacan et Derrida ? Si l'on ajoute à cette liste ceux qui aiment à voir en Poe l'inventeur de la science-fiction, du récit policier et du gothique intériorisé, alors force est de constater que nul n'est à l'abri de l'influence poesque.
De nos jours, le fantôme d'Edgar Poe semble incarner toutes nos hantises et nos obsessions. Il constitue surtout un formidable réservoir de potentialités créatrices. C'est la raison pour laquelle les auteurs de cet ouvrage ont choisi de s'intéresser aux modalités de sa persistance au XXIe siècle, par-delà les frontières artistiques, nationales et linguistiques.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2017) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°638]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Le Visage Vert

ISBN : 978-2-918061-45-8

Nombre de pages : 504 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Prix public : 30,00 €

Année d'édition : 2020

Adaptation filmique, Art contemporain, Cinéma, Contes, Fantastique, Fiction populaire, Films d'horreur, Image filmique, Laboratoire esthétique, Littérature américaine, Nouvelles, Verne (Jules)

Introduction, par Jocelyn DUPONT & Gilles MENEGALDO


SPHÈRES D'INFLUENCE

Edgar Allan Poe, personnage de fiction populaire, ou une vie d'outre-tombe, par Lauric GUILLAUD

La "Chute de la maison Usher" en quelques images ? Aubrey Beardsley, Richard Corben, Jan Švankmajer, par Jérôme DUTEL

Po(e)pulaire : le "phénomène Poe" dans la culture 2.0, par Élodie CHAZALON

"Infidélité" ou "Post-Adaptation" ? Le cycle actuel d'adaptations filmiques et télévisuelles des œuvres d'Edgar Poe, par Dennis TREDY


POE À L'ÉCRAN

La Chute de la maison Usher de Jean Epstein comme laboratoire esthétique : de la mise au tombeau pictural au trouble de l'image filmique, par Isabelle LABROUILLÈRE

Poe au prisme hollywoodien : de D. W. Griffith à Roger Corman, par Gilles MENEGALDO

Autour du Chat noir : Poe, Ulmer, Ruric, par Benoît TADIÉ

Le business de l'horreur (Le Chat noir, Dario Argento, 1990), par Pierre JAILLOUX

"Hop-Frog" (1849), fiction matricielle du film d'horreur américain des années 1970-1980 ?, par Florent CHRISTOL

Usher 2000, ou comment adapter "The Fall of the House of Usher" au XXIe siècle, par Christophe CHAMBOST

Variations odontologiques de "Bérénice" à Twixt, par Jocelyn DUPONT


LETTRES DE POE

Poe dans ses contes : personnage clandestin, présence cryptée, par Henri JUSTIN

La verve et le verbe : les contes comiques de Poe et leurs traducteurs, par Camille FORT

Poe lu par Jules Verne. À propos de l'article du Musée des familles (avril 1864), par Nathalie SOLOMON

Crises intertextuelles et transpo(e) sitions : Poe et la littérature américaine contemporaine, par Françoise SAMMARCELLI

Envahissante Ligeia : "Nor Unto Death Utterly by Edmund Bertrand" (Mark Samuels, 2009), par Sophie MANTRANT

"Drôles de crimes en Amérique latine", par Pénélope LAURENT [enregistrement audio en ligne sur La forge numérique de la MRSH de l'université de Caen Normandie et sur le site France Culture]


DISSÉMINATIONS ET RÉSONANCES

Edgar Allan Poe, l'art contemporain et son exposition, par Isabelle LIMOUSIN

Entrer dans l'esprit : profils de Poe, par Maryse PETIT

Batman : Nevermore. De l'évhémérisme fonctionnel au retournement d'inspiration, par Guillaume LABRUDE

Le chat et la souris. Tim Burton ou Edgar Poe dans le disneyverse, par Christian CHELEBOURG

"Le Masque de la Mort rouge" comme matrice compositionnelle: de la nouvelle d'Edgar A. Poe (1842) au Conte fantastique d'André Caplet (1923), par Chloé HUVET

C'est triste à faire pleurer les pierres… Debussy et La Chute de la maison Usher, par Éric LYSØE


Bibliographie sélective

Index

Notices sur les auteurs

Programme 2021 : un des colloques

Programme complet


Information importante

La tenue de ce colloque est confirmée. Toutes les précautions seront prises pour assurer sur place, dans un esprit de responsabilité mutuelle, la sécurité sanitaire (voir charte sanitaire adaptée à la situation 2021).

Nous nous réjouissons de vous retrouver à Cerisy !

La direction du CCIC et du colloque


L'EUROPE DU CINÉMA


DU MERCREDI 29 SEPTEMBRE (19 H) AU DIMANCHE 3 OCTOBRE (14 H) 2021

[ colloque de 4 jours ]



DIRECTION :

Vincent AMIEL, José MOURE, Benjamin THOMAS, David VASSE


ARGUMENT :

L'objectif de cette rencontre est de repérer et d'analyser ce qui, au XXe siècle, a pu construire, dans le domaine du cinéma, un espace de création transnational. Il ne s'agit pas tant de s'intéresser à des représentations de l'Europe, ou d'idées européennes, que de repérer des transferts effectifs (fortuits ou non) entre les créateurs de pays différents, et qui constituent de fait, au fil des décennies, un espace cinématographique européen.

Les directeurs allemands de la photographie quittent par exemple la République de Weimar ou le régime nazi naissant pour essaimer dans les pays alentour, les techniques de jeu théâtral s'étendent au-delà des expérimentations soviétiques pour toucher des acteurs et actrices de l'Ouest, les coproductions franco-italiennes des années 50-60 constituent un territoire de création presque autonome par rapport aux autres productions de l'époque, les militants politiques des années 70 font un va-et-vient entre Paris et Rome… Sans compter évidemment les innombrables adaptations de textes dramatiques ou romanesques qui, parfois massivement, déplacent des thématiques ou des dispositifs d'un pays à l'autre.

N.B. : Ce colloque ayant été initialement prévu en 2020, il vous est possible d'accéder à sa présentation 2020 : cliquer ici.


MOTS-CLÉS :

Cinéma, Esthétique, Europe, Histoire, Histoire des formes, Transferts culturels, XXe siècle


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mercredi 29 septembre
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Jeudi 30 septembre
Matin
OUVERTURES THÉORIQUES
Benjamin THOMAS : L'Homme et les choses. Statut du sujet figuré dans les premières théories européennes du cinéma
Katalin PÓR : Circulations transnationales : individus, réseaux, structures

Après-midi
CONTEXTES CULTURELS
Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE : Filmer les pôles. Une esthétique européenne ?
Laurent GUIDO : Wagnérisme et cinéma européen : un idéal résistant
Antonio SOMAINI : Titre non communiqué


Vendredi 1er octobre
Matin
PRODUCTIONS ET CRÉATIONS (I)
Eurydice DA SILVA : L'apport de techniciens juifs allemands et autrichiens sur les premiers films parlants portugais (1933-1940)
Morgan LEFEUVRE : Les coproductions, une solution à la crise des studios français et italiens de l'immédiat après-guerre ?
Jean-François BAILLON : Basil Dearden : exécutant au service des studios Ealing ou auteur méconnu ?

Après-midi
PRODUCTIONS ET CRÉATIONS (II)
Hélène FRAZIK : Empreintes du cinéma allemand dans le fantastique cinématographique français
Nedjma MOUSSAOUI : De l'Allemagne vers la France… Les films d'exil des années 1930, un nouvel espace cinématographique européen

Soirée
Federico LANCIALONGA : Coopérations et complicités entre les cinémas militants français et italien des années 1960-70 : une projection commentée


Samedi 2 octobre
Matin
ACTEURS
Christophe GAUTHIER : Une star transnationale en Europe au début des années 30 : Lilian Harvey
Christophe DAMOUR : Le jeu expressionniste : un motif européen ?
Christian VIVIANI : L'acteur anglais de cinéma : tradition et modernité [sous réserve]

Après-midi
ŒUVRES
Camille BUI : Entre les territoires, l'Europe de Johan van der Keuken
David VASSE : Ici et (déjà) ailleurs : le cinéma box to box de Jerzy Skolimowski
Vincent AMIEL : Des lieux sans attaches

Soirée
Projection avec Christian VIVIANI ou Christophe GAUTHIER


Dimanche 3 octobre
Matin
PERSPECTIVES CONTEMPORAINES
Laura RASCAROLI : L'Europanéité : Oliveira, Godard, Sokourov [sous réserve]
José MOURE : Filmer et éprouver l'Europe à ses frontières

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Vincent AMIEL : Des lieux sans attaches
L'œuvre de Wim Wenders a été, à la fin du XXe siècle, emblématique d'une position européenne, le cinéaste filmant à Paris, à Berlin, à Lisbonne, et se référant, par opposition ou comparaison, aussi bien au cinéma américain qu'au cinéma japonais. La question de l'identité parcourt ses films, et celle de l'identité européenne, en creux, ne cessent de saillir.

Jean-François BAILLON : Basil Dearden : exécutant au service des studios Ealing ou auteur méconnu ?
La réputation des studios britanniques (Ealing, Hammer, etc.) comme illustration d'une cottage industry fonctionnant sur un modèle familial encourage l'idée d'une production relativement standardisée et impersonnelle qui ne laisse guère de place à l'expression de visions singulières. Basil Dearden, qui a réalisé bon nombre de ses films — les meilleurs, diront certains — au sein de la Ealing avant de connaître une fin de carrière inégale, constitue un cas d'école. Il est temps de réhabiliter ce cinéaste encore mésestimé en France et, à travers lui, de défendre une vision pluraliste de la production d'un des studios les plus inventifs du milieu du vingtième siècle.

Jean-François Baillon enseigne les études britanniques et le cinéma à l'université Bordeaux Montaigne. Président d'honneur de la SERCIA (Société d'études et de recherches sur le cinéma anglophone), il a publié des articles sur le cinéma britannique, les acteurs et actrices britanniques, le cinéma gothique et d'horreur et le heritage cinema dans des recueils d'articles et des revues parmi lesquelles Mise au Point, Éclipses, Film Journal, CinémAction et Positif.
Publication
(dir.), E. M. Forster's Howards End (1910) and James Ivory's Howards End (1992), Paris, Ellipses, 2019.

Camille BUI : Entre les territoires, l'Europe de Johan van der Keuken
Lorsqu'il filmait les villes européennes de la deuxième moitié du XXe siècle, Johan van der Keuken refusait la logique de la frontière et de l'identité. Au tournage et au montage, le cinéaste néerlandais inventait des gestes de circulation et de mise en réseau, entre les lieux, les cultures, les subjectivités. Mais cette Europe multiple et ouverte au monde n'est pas seulement la géographie semi-imaginaire figurée par l'œuvre de van der Keuken, elle en constitue — dans le même mouvement — le milieu esthétique : un espace commun où se rencontrent et voyagent librement des qualités médiatiques (photographiques, filmiques, musicales) et des traditions formelles (cinéma direct, film expérimental, jazz…) hétérogènes.

Camille Bui est maître de conférences en études cinématographiques à l'université Paris 1 et membre de l'institut ACTE. Ses travaux portent principalement sur le cinéma documentaire, l'articulation entre le social et l'esthétique et les liens théorie-pratique.
Publication
Cinépratiques de la ville. Documentaire et urbanité après Chronique d’un été, Presses universitaires de Provence, 2018.

Christophe DAMOUR : Le jeu expressionniste : un motif européen ?
Nous nous intéresserons aux transferts stylistiques opérés à l'intérieur de certaines cinématographies européennes, et en particulier à la circulation d'un style de jeu spécifique (que nous appellerons pour le moment "expressionniste", mais qu'il s'agira de définir plus précisément), et qui pourrait constituer un motif (au sens de forme gestuelle codifiée, répétitive et reconnaissable) intrinsèquement européen. Nous réfléchirons ainsi à la potentielle européanité d'un style de jeu, à partir de l'analyse comparative de gestes et de postures dont l'inter-influence est notable dans de nombreux films de la première moitié du XXe siècle, à travers les analogies plastiques que l'on peut observer, notamment, entre des acteurs allemands (Conrad Veidt, Werner Krauss), français (Catherine Hessling vue par Jean Renoir), anglais (dans les premières œuvres d'Alfred Hitchcock) et soviétiques (Aleksandra Khokhlova chez Lev Koulechov ou Nikolai Tcherkassov chez S. M. Eisenstein).

Christophe Damour est maître de conférences en études cinématographiques à l'université de Strasbourg. Ses travaux sur le jeu de l'acteur et l'histoire des formes au cinéma ont été publiés au sein de monographies (Al Pacino, Montgomery Clift, The Swimmer) ou d'ouvrages collectifs (François Delsarte, Généalogies de l'acteur au cinéma, Jeu d'acteurs. Corps et gestes au cinéma), ainsi que dans différents volumes universitaires, revues (Positif, CinémAction, Ligeia, Eclipses, Double jeu, CiNéMAS) et dictionnaires (Nouveau Monde, Larousse).

Eurydice DA SILVA : L'apport de techniciens juifs allemands et autrichiens sur les premiers films parlants portugais (1933-1940)
Dès 1933, au générique des premiers films parlants portugais, figurent les noms de divers techniciens étrangers. Comment expliquer leur présence sur ces tournages, à un moment où les frontières du Portugal se referment progressivement avec l'avènement de l'État Nouveau de Salazar ? En partant de l'analyse de plusieurs génériques de films, nous suivrons le parcours de ces techniciens juifs allemands ou autrichiens, dont l'arrivée au Portugal coïncide avec la montée du national-socialisme. Il s'agira de révéler l'apport essentiel de cette main d'œuvre étrangère dans la production nationale, à un moment charnière de l'histoire du cinéma portugais, le passage du muet au parlant, alors que les bouleversements techniques induits par l'arrivée du cinéma sonore menaçaient le système cinématographique national.

Eurydice Da Silva est scénariste et docteure en Langues, Lettres et civilisations romanes de l'université Paris Nanterre. Sa thèse, soutenue en octobre 2019, traitait du cinéma portugais pendant l'État Nouveau de Salazar de 1933 à 1974. Ses travaux portent sur la question de la censure et sur les modes de contrôle exercés par l'État dans le milieu du cinéma au Portugal pendant la dictature.
Publications
"Les prémices du Nouveau cinéma portugais pendant l'État Nouveau : les années parisiennes", Reflexos, revue interdisciplinaire du monde lusophone, n°4, Université Toulouse Jean Jaurès, Mai 2019.
"Les rues lisboètes dans le cinéma portugais des années 60 : un espace de résistance pendant la dictature", Revue Crisol, Université Paris Nanterre, Février 2018.
"Au cœur des archives du SNI : le regard d'un organisme de l'État Nouveau sur le mouvement des ciné-clubs portugais", Revista da História da Sociedade e da Cultura, n°17, Université de Coimbra, 2017, pp. 337-354.

Hélène FRAZIK : Empreintes du cinéma allemand dans le fantastique cinématographique français
Lors des années 1930, les formes du fantastique cinématographique français, se caractérisant depuis le début du XXe siècle par leur hétérogénéité, se trouvent enrichies par l'influence du cinéma d'autres pays européens. Davantage que l'apport des Russes Blancs, des scandinaves comme Carl T. Dreyer ou de l'espagnol Luis Buñuel, c'est le cinéma allemand de l'entre-deux-guerres qui marque le plus durablement le fantastique français. Cette communication propose de voir quelles sont les origines et les modalités de ce transfert culturel s'accentuant considérablement lors des années 1930, période d'exil en France de nombreux cinéastes, techniciens et acteurs allemands. Il s'agira aussi d'analyser la manière dont le cinéma allemand de l'entre-deux-guerres a marqué l'esthétique des films du fantastique français à travers la création de formes hybrides dans des œuvres aussi différentes que Liliom (F. Lang, 1933), La Tendre ennemie (M. Ophuls, 1936), La Main du Diable (M. Tourneur, 1943), La Cité de l'indicible peur (J.-P. Mocky, 1963) et Alice ou la dernière fugue (C. Chabrol, 1977).

Hélène Frazik est docteure en études cinématographiques de l'université de Paris I-Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu en 2018 une thèse intitulée "Présences fantastiques dans le cinéma français de l'entre-deux-guerres" dont la publication est prévue pour 2021. Tout en se concentrant sur la notion de fantastique et sur la question de l'apparition dans les œuvres d'art, elle ouvre ses champs de recherche au jeu de l'acteur, au cinéma d'épouvante et au grotesque.
Publications
L'Apparition dans les œuvres d'art, Pascal Couté et Camille Prunet (codir.), Actes des journées d'études tenues à l'université de Caen et à l'ésam de Caen-Cherbourg les 15 et 16 mars 2015, Caen, Presses universitaires de Caen, à paraître début 2020.
"Noirs fantastiques dans le cinéma en noir et blanc : les noirs du cauchemar", dans Sophie Lécole Solnychkine, Du noir dont procèdent les figures. Cinéma et plasticité, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. "Formes cinématographiques", à paraître en 2020.
"Le stratagème du rideau : de la photographie des phénomènes occultes au cinéma fantastique", dans Baptiste Villenave et Julie Wolkenstein (dir.), L'Image, le secret, Actes du colloque de Cerisy (28 septembre au 2 octobre 2016), Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître début 2020.
"L'insolite dans le cinéma de Jean Grémillon", dans Yann Calvet et Philippe Roger (dir.), Jean Grémillon et les quatre Éléments, Actes du colloque de Cerisy (17 au 24 août 2013), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2019, p. 71-83.
"Cicatrices de la Grande Guerre : résurgence des Mutilés et des Gueules Cassées dans le cinéma français de l'entre-deux-guerres", dans Pierre Arbus (dir.), 1914-1918 Grande Guerre ou contre-révolution ? : ce que disent les imaginaires, Paris, Téraèdre, coll. "Cinéma/Formes autonomes", 2019, p. 117-127.

Christophe GAUTHIER : Une star transnationale en Europe au début des années 30 : Lilian Harvey
Au tournant du Muet et du Parlant, Raoul Ploquin est directeur de la publicité de l'Alliance cinématographique européenne, l'une des plus grandes sociétés de distribution de films allemands en France. Parfaitement bilingue et au fait des conditions de production des films à Berlin, cet homme jeune, qui deviendra le premier directeur du Comité d'organisation de l'industrie cinématographique pendant l'Occupation, contribue en grande partie à la promotion d'une vedette volontiers présentée comme européenne parce que parlant couramment plusieurs langues : Lilian Harvey. À travers l'exemple de cette comédienne connue de plusieurs dizaines de millions de spectateurs (à la différence de ses partenaires masculins, son trilinguisme lui permettait de reprendre ses rôles dans les versions française, allemande et anglaise de ses films), il s'agira de voir comment se construit sur un mode publicitaire une star transnationale dans le champ d'un cinéma européen dominé par l'industrie allemande, et d'autre part comment la critique perçoit cette dimension européenne, à rebours de la promotion des productions nationales.

Christophe Gauthier est professeur d'histoire du livre et des médias à l'époque contemporaine à l'École nationale des chartes (Université PSL). Membre du Centre Jean-Mabillon (EA 3624), il est chargé de cours à l'École du Louvre en histoire du cinéma et il enseigne l'histoire des médias audiovisuels à l'INA ; il a créé et co-animé pendant vingt ans le séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Ses recherches portent sur l'histoire de la critique et du patrimoine cinématographiques, ainsi que sur l'histoire des industries culturelles.
Publications
La Passion du cinéma. Cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris. 1920-1929, Paris, École nationale des chartes-AFRHC, 1999.
Loin d'Hollywood. Cinématographies nationales et modèle hollywoodien. France, Allemagne, URSS, Chine, 1925-1935 (dir. Avec Anne Kerlan et Dimitri Vezyroglou), Paris, Nouveau Monde éditions, 2013.
L'Auteur de cinéma, histoire, généalogie, archéologie (dir. Avec D. Vezyroglou), Paris, AFRHC, 2013.
Histoires d'O. Mélanges d'histoire culturelle offerts à Pascal Ory (dir. Avec L. Martin, J. Verlaine, D. Vezyroglou), Paris, Publications de la Sorbonne, 2017.
Patrimoine et Patrimonialisation du cinéma (dir.), Paris, École nationale des chartes, 2020 (à paraître à l'automne).

Laurent GUIDO : Wagnérisme et cinéma européen : un idéal résistant
En rêvant d'une résurgence de la tragédie antique au cœur de la modernité technico-scientifique, le grand projet de renouvellement artistique promu par Richard Wagner faisait écho à des conceptions idéalistes et romantiques qui, loin de concerner la seule Allemagne, renvoyaient en fait à une certaine idée de l'âme européenne. Cette question de l'Europe a donc logiquement réapparu lorsque le cinéma, cet héritier apparent du Gesamtkunstwerk wagnérien, s'est emparé de l'imaginaire du maître de Bayreuth. En témoignent notamment les propos enflammés du critique Emile Vuillermoz, qui a vu dans La Mort de Siegfried de Fritz Lang l'occasion de fonder un authentique "Cinéma européen" apte à concurrencer Hollywood sur le terrain du grand spectacle, ou encore les réflexions provocatrices du cinéaste Hans-Jürgen Syberberg qui a utilisé Wagner comme le marqueur absolu d'un esprit européen dont il s'agit autant de condamner les dévoiements idéologiques que de revivifier les fondements mythiques.

Laurent Guido est professeur au département Arts de l'université de Lille. Il a longtemps travaillé à la Section de cinéma de l'université de Lausanne, qu'il a dirigée entre 2010 et 2014. Il a été invité pour des séjours de recherche à Paris I et Chicago, puis d'enseignement à Montréal, Paris-Nanterre, Bruxelles et Lausanne (UNIL et ECAL). Associant l'esthétique à des questions culturelles, il étudie principalement les liens entre cinéma, corporéité et musique, ainsi que les théories du spectaculaire.
Publications
L'Age du rythme, Payot, 2007 ; rééd. L'Age d’Homme, 2014.
Rythmer / Rhythmize, Intermédialités, 2010, éd. avec M. Cowan.
Aux sources du burlesque cinématographique, AFRHC, 2010, éd. avec L. Le Forestier.
Between Still and Moving Images, J. Libbey/Univ. of Indiana Press, 2012, éd. avec O. Lugon.
Jane Feuer. Mythologies du film musical, Presses du réel, 2016, avec M. Chabrol.
De Wagner au cinéma, Mimesis, 2019.
Cinéma, mythe et idéologie, Hermann, 2020.

Federico LANCIALONGA : Coopérations et complicités entre les cinémas militants français et italien des années 1960-70 : une projection commentée
Tout comme les cinématographies "officielles", le cinéma militant des années 1960-1970 s'est édifié grâce à un espace de création transnational. Le rapport entre France et Italie offre un cas de coopération et transfert intra-européen particulièrement intéressant. Les rapports entre ces deux cinématographies militantes se sont manifestés sous plusieurs formes : aides matérielles pour le développement de pellicules, échanges de films, transferts de stratégies esthétiques et politiques entre les cinéastes et les collectifs des deux pays. Dans le cadre d'une projection commentée, l'intervention propose une sélection d'extraits de films issus du catalogue de l'Archivio audiovisivo del movimento operaio e democratico [AAMOD] de Rome qui illustrent les diverses coopérations franco-italiennes : le projet de contre-information des Cinegiornali Liberi, les cinétracts, les images de Mai 68 en France développées par le Parti communiste italien, le cinéma ouvrier.

Federico Lancialonga est doctorant en études cinématographiques à l'université Paris 1 (ED. 279 APESA) et enseignant à la Sorbonne Nouvelle. Il prépare une thèse sur le documentaire politique italien des années 60-70, sous la direction de V. Amiel et S. Layerle. Chercheur associé à la Cinémathèque française, son travail a fait l'objet de communications diverses (Université Paris-Nanterre ; ENS Louis-Lumière), ainsi que de publications pour différentes revues françaises et italiennes (CinémAction, Studi Culturali, Alias, Zapruder).

Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE : Filmer les pôles. Une esthétique européenne ?
Il s'agira, au sujet d'un espace extra-européen, l'Antarctique, de comparer des formulations filmiques européennes et américaines mettant en scène l'âge héroïque de la conquête polaire, en se demandant comment ces productions s'attachent à figurer cet espace hors du monde connu et parcouru. Terra incognita, le territoire antarctique est un espace non encore artialisé par la projection de schèmes iconographiques paysagers, ce qui en fait un endroit propice où questionner l'éventuelle émergence de propositions formelles typiquement européennes.

Sophie Lécole Solnychkine est maître de conférences à l’université Toulouse - Jean Jaurès, où elle enseigne l'esthétique et la philosophie de l'art. Spécialiste du paysage dans les arts visuels (peinture, cinéma), elle développe ses travaux de recherche au croisement de l'histoire des formes et de l'histoire des idées, depuis les sites théoriques que constituent les images cinématographiques et picturales. Elle a fondé et co-dirige la revue Gradalis, publiée aux Éditions Passage(s), consacrée aux expériences paysagères de terrain (textes, images, sons).
Publication
Premier ouvrage personnel, Æsthetica antarctica. The Thing de John Carpenter, Éditions Rouge Profond, novembre 2019.

Morgan LEFEUVRE : Les coproductions, une solution à la crise des studios français et italiens de l'immédiat après-guerre ?
En 1945, les infrastructures de production françaises et italiennes sortent exsangues de plusieurs années de conflit et les rares studios encore en activité fonctionnent au ralenti. Dans ce contexte matériel et économique tendu, le développement des coproductions apparaît aux yeux de nombreux professionnels comme un moyen efficace de relancer la production nationale et de lutter contre la concurrence du film américain qui fait son grand retour sur les écrans des deux pays. Il s'agira dans le cadre de cette communication d'analyser la manière dont les premières coproductions franco-italiennes qui se développent entre 1946 et 1950 ont contribué à redynamiser certains studios, mais également d'évoquer les difficultés d'application de l'accord de 1946 et les tensions que ce dernier suscite entre professionnels français et italiens.

Morgan Lefeuvre est chercheuse associée à la Queen Mary University de Londres au sein du projet Studiotec et membre du groupe de recherche "La création collective au cinéma". Elle enseigne par ailleurs à l'université de Lausanne. Ses travaux portent principalement sur l'histoire des studios français depuis 1930 et sur les coopérations cinématographiques franco-italiennes des années 1930 aux années 1960.
Publications
Les Manufactures de nos rêves. Les studios de cinéma français dans les années 30, préface de Jean-Pierre Berthomé, PUR, [à paraître en septembre 2020].
"Avant l'âge d'or des coproductions : vingt ans d'influences, d'échanges et de coopérations entre cinéma français et italien (1929-1949)", dans Mélisande Levantopoulos, Jean-Marc Leveratto, Katalin Pór et Caroline Renouard (dir.), Les échelles de la création cinématographique. L'individu, le collectif, l'industrie, Paris, AFRHC, [A paraître 2020].
"Quelle place pour le scénaristes dans les coproductions franco-italiennes de l'après-guerre", La Création collective au cinéma, n°5, sous la direction de Martin Fournier et Nedjma Moussaoui, 2020.
"L'Acteur : un travailleur des studios comme un autre ? Place des acteurs dans le système des studios français des années 1930", La Création collective au cinéma, n°4, sous la direction de Bérénice Bonhomme et Paul Lacoste, 2020.
"Grèves rouges et syndicats jaunes : mouvement social et divisions syndicales dans les studios français (1936-1939)" et "Les espoirs déçus de la Libération : retour sur la situation des techniciens et ouvriers de la production cinématographique de 1945 à 1952", dans Tangui Perron (dir.), L'Écran rouge. Syndicalisme et cinéma de Gabin à Belmondo, Paris, L'Atelier, 2018.
"Les grèves d'occupation de juin 1936 dans les studios : un tournant dans l'histoire sociale des travailleurs du film", dans Laurent Creton et Michel Marie (dir.), Le Front populaire et le cinéma français, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, coll. "Théorème", 2017.

Nedjma MOUSSAOUI : De l'Allemagne vers la France… Les films d'exil des années 1930, un nouvel espace cinématographique européen
L'avènement du nazisme conduit à l'exil de nombreux professionnels du cinéma venus d'Allemagne dans différents pays d'Europe. La France est le premier pays d'accueil et une cinquantaine de films d'exil y sont tournés entre 1933 et 1940. L'hypothèse avancée est que ces films ont pu constituer des lieux privilégiés pour la diffusion de pratiques spécifiques issues des studios de la Ufa dans la fabrique du film, et qu'ils ont sans doute aussi permis d'expérimenter de nouvelles modalités de collaboration transnationale entre professionnels du cinéma.

Nedjma Moussaoui est maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles à l'université Lumière Lyon 2, membre du laboratoire "Passages XX-XXI" et du groupe de recherche "Création collective au Cinéma". Ses travaux concernent les transferts culturels et les phénomènes d'hybridation, et portent notamment sur les cinéastes germaniques exilés sous le nazisme.
Publications
"Le "mélodrame princier" ou l'expression d'une européanité dans le cinéma français des années 1930 ?", in Congrès AFECCAV "D'une Europe audiovisuelle", 5-7 juillet 2018, Université de Strasbourg (à paraître dans la revue Mise au Point).
"De l'impact du travail collectif "à l'allemande" dans la production française des années 1930 ?", in Colloque international "La création cinématographique – coopérations artistiques et cadrages industriels", 23-24 novembre 2017, Université de Metz (à paraître dans la revue de l'AFRHC : 1895)
"Fritz Lang : cinéma et machine(s) à produire des images", in D. Méaux (dir.), L'Art et la machine, PU de Pau et du Pays de l'Adour, Figures de l'art, n°32, 2016, p. 127-237.
"Aspects linguistiques du stéréotype de l'Allemand dans les comédies françaises des années 1960", in M. Barnier et I. Le Corff (dir.), Le cinéma européen et les langues, revue Mise au Point, n°5, 2013 [en ligne].
""Que les choses en soient venues là !" : Lola Montès, un retour aux sources", in M. Chabrol et P.-O. Toulza (dir.), Lola Montès. Lectures croisées, L'Harmattan, coll. "Champs visuels", 2011, p. 37-73.
"1933-1940 : Les cinéastes exilés et le système générique français", in R. Moine (dir.), Le cinéma français face aux genres, Paris, Association Française de Recherche sur l'Histoire du Cinéma, 2005.

Katalin PÓR : Circulations transnationales : individus, réseaux, structures
Hérité des études littéraires et de l'histoire culturelle, le modèle des transferts culturels, théorisé par Michel Espagne et Michael Werner, offre de précieux outils pour penser les phénomènes de circulation et d'échanges entre des espaces créatifs envisagés comme distincts. Une autre forme d'appréhension, relevant plutôt de l'histoire socio-économique, met d'avantage l'accent sur les phénomènes d'interdépendances structurelles entre les pays, insistant sur le caractère précocement mondialisé de l'industrie cinématographique. Comment peut-on articuler ces deux dimensions ? Entre trajectoires individuelles, réseaux de sociabilités et intégration industrielle, comment se construit un espace créatif transnational, et comment peut il s'envisager ?

Katalin Pór est maitresse de conférences HDR à l'université de Lorraine. Elle travaille principalement sur le cinéma hollywoodien, dans ses liens avec l'Europe ainsi qu'avec les formes spectaculaires qui lui sont proches. Elle codirige également, avec Bérénice Bonhomme, le groupe de recherche Création Collective au Cinéma.
Publications
De Budapest à Hollywood. Le théâtre et le cinéma hollywoodien. 1930-1943, Presses universitaires de Rennes, 2011.
Ernst Lubitsch au cœur des studios. Un exercice du pouvoir créatif à Hollywood, CNRS Éditions (à paraître).

David VASSE : Ici et (déjà) ailleurs : le cinéma box to box de Jerzy Skolimowski
Figure incontournable du Nouveau cinéma polonais des années 60, pourfendeur implacable du régime stalinien et de toutes formes d'oppression, Jerzy Skolimowski s'est très tôt retrouvé en situation d'exil, contraint de continuer le cinéma hors de Pologne dans quelques pays d'Europe de l'Ouest plus démocratiques comme la Belgique, l'Italie et surtout l'Angleterre où il réalisera deux de ses plus beaux films (Deep End en 1970 et Travail au noir en 1982). Il s'agira de montrer comment cette situation d'exilé assimile formellement une notion essentielle, à savoir le mouvement, plus exactement le déplacement, conjugué à la vitesse et à l'urgence d'échapper physiquement au conditionnement social, politique mais aussi névrotique. Partir aux quatre coins de l'Europe pour continuer à faire du cinéma, c'est non seulement en livrer un portrait actuel, oblique et acéré (principe même d'un regard d'artiste étranger sur un nouveau pays d'accueil) mais aussi décrire un mode de liberté fondé sur la projection mentale et physique, hors des limites imposées par un système de contrôle des comportements, sur la capacité à transformer un point de départ en pivot cardinal d'un retour sans cesse réorienté ailleurs.

David Vasse est maitre de conférences HDR en études cinématographiques à l'université de Caen Normandie. Spécialiste de la critique de cinéma et du cinéma français contemporain, il a publié plusieurs articles dans des revues comme Les Cahiers du cinéma, CinémAction, Vertigo, Double Jeu ou Contre-bande.
Publications
Catherine Breillat, un cinéma du rite et de la transgression, Arte/Complexe, 2004.
Le Nouvel âge du cinéma d'auteur français, Klincksieck, 2008.
Jean-Claude Brisseau, entre deux infinis, Rouge Profond, 2015.
A codirigé avec Antony Fiant, Le Cinéma de Hou Hsiao-hsien. Espaces, temps, sons, Presses universitaires de Rennes, 2013.


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque pour les auditeurs sont maintenant ouvertes. Au regard des informations concernant l'évolution de la crise sanitaire et de notre capacité d'accueil, celles-ci pourront être mises sur une liste d'attente.


Avant de remplir ce bulletin, consulter la page Inscription de notre site.

Tous les champs marqués d'un (*) doivent être renseignés.


Présentation personnelle

[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png ]


Adresse personnelle ou professionnelle
Ces renseignements figureront sur la liste des participants qui sera remise lors du colloque.


Frais de séjour : *

Total à verser :

Si différente, merci d'indiquer une adresse de facturation


[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png, pdf, doc, docx, txt ]
Vous pouvez ajouter ici, si besoin, les documents nécessaires pour compléter votre inscription : copie de carte d'étudiant(e), justificatifs de revenus, ...


Précisions à nous communiquer pour l'agrément de votre séjour :
[par exemple : grande taille (plus de 1,80 m), problèmes de mobilité, partage d'une chambre ou voisinage de chambres, inscription groupée, régime médicalement surveillé, ...]
Ces renseignements sont utiles à la répartition des chambres. Le logement est assuré au château de Cerisy et ses dépendances, en chambres doubles ou individuelles. En cas de grande affluence, les inscrits tardifs se logeront aux alentours.

Programme 2021 : un des colloques

Programme complet


Information importante

La tenue de ce colloque est confirmée. Toutes les précautions seront prises pour assurer sur place, dans un esprit de responsabilité mutuelle, la sécurité sanitaire (voir charte sanitaire adaptée à la situation 2021).

Nous nous réjouissons de vous retrouver à Cerisy !

La direction du CCIC et du colloque


POÉSIE ET POLITIQUE DANS LES MONDES NORMANDS MÉDIÉVAUX
( IXe - XIIIe SIÈCLE )


DU MERCREDI 29 SEPTEMBRE (19 H) AU DIMANCHE 3 OCTOBRE (14 H) 2021

[ colloque de 4 jours ]


Bern, Burgerbibliothek, Cod. 120.II, f. 139r (www.e-codices.ch). Petrus de Ebulo : Liber an honorem Augusti


DIRECTION :

Alban GAUTIER, Marie-Agnès LUCAS-AVENEL, Laurence MATHEY-MAILLE


ARGUMENT :

Le colloque interrogera les rapports entre poésie et pouvoir en favorisant les échanges entre historiens et spécialistes des littératures latines et vernaculaires des Mondes normands médiévaux du IXe au XIIIe siècle. On étudiera les poèmes composés sur un vaste territoire — celui des diasporas vikings et normandes, de l'Islande à l'Italie méridionale (Îles Britanniques, Scandinavie, Rus' kiévienne, une partie de l'Orient latin) — pour examiner la manière dont la poésie (1) s'inscrit dans un contexte politique particulier (poésie encomiastique, satirique) ; (2) est le lieu d'une représentation des pouvoirs politiques ou de transmission de conceptions morales ou religieuses (miroirs des princes, poésie didactique, gnomique…) ; (3) peut être préférée à la prose pour véhiculer des idées politiques.


MOTS-CLÉS :

Histoire, Langues et littératures, Langues vernaculaires, Latin, Moyen Âge, Normandie, Poésie, Politique, Scandinavie, Viking


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mercredi 29 septembre
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Jeudi 30 septembre
Matin
Alban GAUTIER, Marie-Agnès LUCAS-AVENEL, Laurence MATHEY-MAILLE : Introduction

SESSION 1. VIKINGS, CHEVALIERS ET ROIS : LE POUVOIR, LES ARMES ET LES LETTRES
A. Batailles et poésie encomiastique

Klaus Johann MYRVOLL : Poetics and politics in the skaldic account of the battle of Hafrsfjord
Stéphane LAÎNÉ : Les enjeux de la bataille du Val-ès-Dunes

Après-midi
B. Poésie de cours dans le royaume anglo-normand et en Sicile
Laura CAMINO : Una fábula para la condesa. Historia y ficción en el poema epistolar que Baudri de Bourgueil compuso para Adela de Normandía
Roberto ANGELINI : Le poème "Vix loquar aut scribo, vix lingua manusque laborant" du ms. Oxford, Bodleian Library, Rawlinson G. 109
Philippa BYRNE : Poetry, dialogue, and court politics in later twelfth-century Sicily


Vendredi 1er octobre
Matin
C. Paroles de rois et paroles aux rois
Alban GAUTIER : Commander et combattre : le roi et ses guerriers dans la poésie vernaculaire du long Xe siècle
Simon LEBOUTEILLER : Sigvatr Þórðarson, le "poète-diplomate". Les scaldes comme messagers, intermédiaires et négociateurs dans la Scandinavie médiévale
Victor BARABINO : Les "rois scaldes" : la formation militaire des souverains dans la poésie scaldique des Xe-XIIIe siècles

Après-midi
D. Conquêtes et diasporas
Caitlin ELLIS : The politics of poetic preservation : the viking to Norman transition in the Irish Sea region
Jean-Louis PARMENTIER : Conquêtes, invasions, violences : quels discours sur le traitement des captifs dans la poésie latine (IXe-XIe siècle) ?
Françoise LAURENT & Laurence MATHEY-MAILLE : Poésie et politique dans le prosimetrum de Dudon de Saint-Quentin
Marta CAMELLINI : Rollon et la perception de la conquête normande. Pistes pour l'étude de l'identité et de l'usage politique de la mémoire


Samedi 2 octobre
Matin
SESSION 2. POUVOIR ET RELIGION
A. Païens et chrétiens

Mikael MALES : Paganism, panegyrics and the Revelation of John
Bianca PATRIA : Political and literary trends in skaldic style at the turn of the millennium

B. Pouvoir laïc et pouvoir religieux
Baptiste LAÏD : Du tirant emperur au roi chrétien : le pouvoir royal comme autorité religieuse dans Barlaam et Josaphat et Les sept dormants du poète anglo-normand Chardri (XIIe siècle)
Laura VANGONE : L'hagiographie métrique dans le duché de Normandie

Après-midi
"HORS LES MURS" — VISITE DE L'ABBAYE DE LA LUCERNE

Marie-Agnès LUCAS-AVENEL : Les satires socio-politiques de Serlon de Bayeux (An satira censes plus tela nocere vel enses ?)


Dimanche 3 octobre
Matin
Hélène TÉTREL, Ásdís Rósa Magnúsdóttir & Ingvil BRÜGGER BUDAL : Le fait poétique à l'épreuve de la traduction : l'exemple des sagas de chevaliers
Pierre BAUDUIN : Conclusions

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Roberto ANGELINI : Le poème "Vix loquar aut scribo, vix lingua manusque laborant" du ms. Oxford, Bodleian Library, Rawlinson G. 109
Cette intervention consiste en l'édition et l'examen du poème inédit, inc. : Vix loquar aut scribo, vix lingua manusque laborant, transmis par le ms. Oxford, Bodleian Library, Rawlinson G. 109 (SC 15479), pp. 51-66 : une anthologie du type le plus ancien, copiée dans le nord de la France ou en Angleterre sur la base d'un antigraphe français. C'est un texte composé de 40 distiches élégiaques à la louange d'un roi reconnaissable par les grandes entreprises politiques et juridiques mentionnées, comme Henri Ier d'Angleterre, le "Lion de la Justice", spécialement pour la mention, aux vv. 40-43, de la conquête militaire paternelle des terres étrangères. On mettra en évidence les spécificités métriques, les sources et les références apprises, et également on fera progresser la reconstruction du contexte historique et politique de référence. Une comparaison avec d'autres textes poétiques, également inédits et non étudiés, présents dans le même manuscrit, nous permettra d'avancer quelques hypothèses d'attribution des vers.

Roberto Angelini a obtenu une maîtrise et un doctorat à l'université de Florence. Son institution d'affiliation est la Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino, Firenze. Ses domaines de recherche sont la poésie du XIe-XIIe siècle, l'hagiographie, la philologie et la littérature latine du XVe-XVIe siècle.
Dernières publications
Il carme "Heu, sors, quam subito vela beatis" (Oxford, Bodleian Library, Rawlinson G. 109, f. 49), Edizione, commento e attribuzione a Ildeberto di Lavardin, "Medioevo e Rinascimento" 23 (2012), 1-11.
Il carme "Clauditur integra lux viginti quattuor horis" (Paris, BNF, lat. 7596 A). Analisi per l'attribuzione a Ildeberto di Lavardin in Le sens du temps. The Sense of Time, Actes du VIIe Congrès du Comité International de Latin Médiéval, Proceedings of the 7th Congress of the International Medieval Latin Committee (Lyon, 10-13.09.2014), Genève, Droz, 2017, pp. 721-740.
Il codice Firenze, Biblioteca Nazionale Centrale II.II.94, testimone autografo di Ugolino Verino in Collezioni d'autore nel medioevo. Problematiche intellettuali, letterarie ed ecdotiche, Firenze, SISMEL, Edizioni del Galluzzo, 2018, pp. 183-200.
Topographical and Thematic Perspectives in the Latin Poetry of the First Anglo-Norman Kings, "Tabularia" (2018).
L'ultimo Verino : i carmi in lode di san Giovanni Gualberto in La memoria del chiostro. Studi in ricordo di Padre Pierdamiano Spotorno O.S.B., archivista, bibliotecario e custode di Vallombrosa (1936-2015), Firenze, L.S. Olschki, 2019, pp. 585-637.

Victor BARABINO : Les "rois scaldes" : la formation militaire des souverains dans la poésie scaldique des Xe-XIIIe siècles
Dans la poésie scaldique composée en Islande et en Norvège à partir du Xe siècle, de nombreuses strophes sont attribuées à des souverains scandinaves, notamment aux rois de Norvège. Ces strophes, intégrées à des sagas royales au XIIIe siècle, se présentent donc comme la parole de souverains, bien qu'elles n'aient souvent pas été composées par les individus auxquelles elles sont attribuées. Elles constituent ainsi un témoignage de ce qu'on pourrait appeler une parole poétique des rois. Dans ce cadre, plusieurs strophes scaldiques servent en particulier à faire le récit de la formation militaire des souverains, étape essentielle de leur ascension au pouvoir qui sera au cœur de cette étude. En s'appuyant sur des outils d'édition numérique, cette contribution vise ainsi à donner un aperçu du vivier que constituent les sources scaldiques pour les historiens actuels de la Scandinavie médiévale.

Doctorant au CRAHAM (Université de Caen) sous la direction d'Alban Gautier et de Ryan Lavelle (University of Winchester), Victor Barabino s'intéresse aux relations entre guerre et religion en Scandinavie, en confrontant la poésie scaldique aux autres sources narratives et archéologiques des Xe-XIIIe siècles. Il s'appuie ici sur l'édition dirigée par Diana Whaley (Brepols, t. 1-2, 2009-2012) et l'édition numérique qui lui est associée (The Skaldic Project).

Philippa BYRNE : Poetry, dialogue, and court politics in later twelfth-century Sicily
This contribution examines how scholars might utilise scholastic dialogue and court poetry to access the most important intellectual and ethical debates of the later Norman Sicilian kingdom. It argues that the ethical concerns of the court under William I (r.1154-66) and William II (r.1166-89) were quite different from those of the earlier twelfth century. The intellectual productions of this later Norman period explore a unique set of theological, political, and "official" themes. Moreover, in this period, poetry and dialogue could be regarded as two parts of the same didactic enterprise. Both were an exercise in ethical training and refinement for members of the court. Finally, this paper argues that while there are some superficial similarities with the instructive poetry produced in other "Norman" kingdoms (such as, for example, Anglo-Norman England), by reason of its sources and the multilingual context, Sicily represents a distinctive intellectual tradition.

Philippa Byrne is a Departmental Lecturer in History at Somerville College, University of Oxford. She was previously a British Academy Postdoctoral Fellow. Her research concentrates on the intellectual history of the twelfth century, particularly legal and scholastic cultures in England and Sicily. She is currently preparing her second book, which explores intellectual exchange in later Norman Sicily.
Publications
Justice and Mercy : Moral Theology and the Exercise of Law in Twelfth-Century England, Manchester, MUP, 2018.
""Reddimus urbem" : Civic Order and Public Politics at the End of Norman Sicily", Al-Masāq : Journal of the Medieval Mediterranean 32:2 (2020), 125-39.
"The De viris illustribus tradition in the twelfth-century renaissance", Historical Research (forthcoming).

Marta CAMELLINI : Rollon et la perception de la conquête normande. Pistes pour l'étude de l'identité et de l'usage politique de la mémoire
Dans le récit du voyage de Rollon et de la conquête de la Normandie chez certains historiens normands de la fin du Xe au XIIe siècle, l'on décèle des différences et des similitudes. Dudon de Saint-Quentin rédigea en premier un récit très idéologique qui justifiait une conquête violente, encore bien présente à l'esprit de ses contemporains. Environ un demi-siècle après, Guillaume de Jumièges reprit le récit de Dudon, mais, motivé par un besoin de "normaliser" l’histoire du fondateur de la Normandie, il relata une version moins exaltée et dégagée des aspects idéologiques plus chargés de son prédécesseur. Enfin, au XIIe siècle, Robert de Torigny et Wace récupérèrent l'histoire de Dudon et ils réintroduisirent les parties effacées par Guillaume. Comment peut-on interpréter ces variations survenues au fil du temps ? La communication vise à montrer qu'elles sont des pistes à suivre pour étudier l'exploitation de la mémoire du passé normand afin de légitimer les seigneurs de Normandie, ainsi que les traces d'une variation de l'identité d'un peuple, proposée et vécue.

Marta Camellini est titulaire d'un diplôme de Master II mention Lettres et d'un diplôme de Master II mention Histoire délivrés par l'Università di Bologna. À présent, elle est inscrite à l'École doctorale en Histoire médiévale de l'Università del Piemonte Orientale, avec une thèse sur l'évolution de l'identité normande des origines au XIIe siècle en Normandie et dans les pays de l'expansion normande.
Publication
"L'ambasceria di Hasting nel De moribus di Dudone e la Chanson de Roland", in Quaderni di Filologia romanza, 26/27 (2018-2019).

Laura CAMINO : Una fábula para la condesa. Historia y ficción en el poema epistolar que Baudri de Bourgueil compuso para Adela de Normandía
Adèle de Normandie, comtesse de Blois, Chartres et Meaux, est la destinataire d'un long poème épistolaire écrit en latin par Baudri de Bourgueil datant environ de 1100. Ce poème, clairement élogieux, est un texte complexe qui conjugue Histoire et fiction poétique. Il comprend notamment la conquête de l'Angleterre par Guillaume Ier le Conquérant, le père d'Adèle. C'est l'un des rares récits conservés de la guerre qui a eu lieu en 1066, soit un an avant la naissance d'Adèle. Aux échantillons littéraires, il faudrait ajouter une "chronique visuelle" que nous conservons encore : la Tapisserie de Bayeux. On pense traditionnellement qu'elle a été confectionnée entre 1070 et 1080 pour exalter la victoire de Guillaume Ier. Cependant, une hypothèse récente soutient que la Tapisserie de Bayeux pourrait avoir été réalisée au début du XIIe siècle, du vivant d'Adèle de Normandie, dans le cadre d'un processus de construction d'une identité collective anglo-normande que la comtesse elle-même aurait parrainée. Cette œuvre vise à explorer les événements historiques présentés dans le poème épistolaire destiné à Adèle de Normandie à la lumière de son caractère littéraire, en mettant l'accent sur les liens que le texte pourrait avoir avec la politique de l'époque et, plus particulièrement, avec la tentative de la comtesse de renforcer l'image de sa famille.

Philologue classique et docteure en Études Littéraires et Culturelles de l'université de Saint-Jacques de Compostelle, sa thèse s'intitulait "Carteándose con mujeres: tradición literaria, género y afectos en el círculo del Loira (Francia, ss. XI-XII)" (2019). Elle y a entrepris l'étude du corpus épistolaire latin adressé aux femmes par les auteurs Baudri de Bourgueil, Marbodo de Rennes et Hildeberto de Lavardin d’un point de vue théorico-littéraire, historique et sociologique, en mettant l'accent sur l'analyse des stratégies de représentation émotionnelle et des dynamiques de genre présentes dans les lettres ; sa thèse comprend également la première traduction espagnole des textes. Elle fait des recherches sur la littérature latine médiévale, la tradition classique, le genre, les émotions et les sciences humaines numériques.

Caitlin ELLIS : The politics of poetic preservation: the viking to Norman transition in the Irish Sea region
The medieval Irish Sea region was a culturally diverse, multilingual zone. While Viking and Norman activity abroad is often considered separately, or Normandy itself merely seen as part of the Viking diaspora, this paper focuses on the intersection of the two diasporas. Very little Old Norse poetry survives from the Irish Sea region, but it will be argued that more was produced than has been preserved, due to decreasing contact with Iceland. This paper will also examine Irish references to the Normans and the French-language poem "Song of Dermot and the Earl", which is a crucial source for the Anglo-Norman invasion of Ireland in 1169. This paper will consider what the varied preservation of poetry in different languages from this region reveals about connectivity and power dynamics.

Caitlin Ellis is Lecturer in Early Medieval History, Durham University (2020/1) and an affiliated researcher at the Centre for Medieval Studies, Stockholm University. She has previously taught at the Universities of Oxford, Cambridge and East Anglia. Her research focuses on identity, the expression of power, and cross-cultural relations, particularly in Britain, Ireland, Scandinavia and the North Atlantic.
Publications
"Remembering the Vikings : Violence, Institutional Memory, and the Instruments of History", History Compass (December 2020) [https://doi.org/10.1111/hic3.12644].
"Degrees of Separation : Icelandic perceptions of other Scandinavian settlements in the Faroes, Orkney, Ireland and the Hebrides", Viking and Medieval Scandinavia 16 (2020), 1–26 [https://doi.org/10.1484/J.VMS.5.121517].
"Impressions of a twelfth-century maritime ruler—Somerled : viking warrior, clan chieftain or traitor to the Scottish king ?", Northern Studies 51 (2020), 1–14.
"A plausible eleventh-century Welsh-Orcadian alliance", Notes & Queries 67:3 (September 2020), 336–8 [https://doi.org/10.1093/notesj/gjaa079].
"Reassessing the career of Óláfr Tryggvason in the Insular world", Saga-Book of the Viking Society for Northern Research 43 (2019), 59–82.
"Perceptions of the Slave Trade in Britain and Ireland : "Celtic" and "Viking" Stereotypes", Quaestio Insularis 19 (2018), 127–57.

Alban GAUTIER : Commander et combattre : le roi et ses guerriers dans la poésie vernaculaire du long Xe siècle
À travers l'ensemble des régions marquées par le phénomène viking, la période qui s’étend de la fin du IXe aux environs de l'an 1000 correspond à une important développement de la poésie vernaculaire : des compositions originales sont attestées, particulièrement en anglais et en norrois, mais aussi dans les langues germaniques continentales ou encore en gallois. La période voit ainsi se développer une poésie encomiastique qui honore des souverains, singulièrement pour leur rôle au combat. Cette communication proposera un traitement comparatif du portrait du prince guerrier et de la manière dont il mène les siens au combat ; elle portera une attention particulière aux pratiques de communication et de réciprocité mises en avant dans les textes pour signifier les liens affectifs censés circuler entre le souverain, le petit groupe d'hommes en armes qui l'entoure, et la masse des combattants.
Parmi les textes qui seront pris en compte, on peut d'ores et déjà mentionner le Ludwigslied, les poèmes de la Chronique anglo-saxonne ("Brunanburh", "Capture des Cinq Bourgs", etc.), la Bataille de Maldon, le poème gallois Armes Prydein Vawr, ainsi qu'une sélection de poèmes scaldiques habituellement attribués à ce long Xe siècle ("Rachat de la tête" d'Egill, vísur en l'honneur des jarls de Lade ou d'Olaf Tryggvason). On pourra aussi esquisser quelques comparaisons avec la poésie latine contemporaine (par ex. les poèmes en l'honneur d'Æthelstan ou les certains passages en vers de l'œuvre de Dudon).

Ancien élève de l'École Normale Supérieure, agrégé et docteur en histoire, Alban Gautier est professeur d'histoire médiévale à l'université de Caen Normandie. Ses travaux portent sur l'histoire de l'Angleterre et de l'Europe du Nord au début du Moyen Âge, à travers des thématiques telles que l'alimentation, les relations entre païens et chrétiens ou encore le rapport à l'histoire et aux figures héroïques du passé. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, spécialisés ou à destination du grand public.
Publications
Le festin dans l'Angleterre anglo-saxonne, Rennes, PUR, 2006.
Arthur, Paris, Ellipses, 2007 (rééd. poche 2013).
Alimentations médiévales, Ve-XVIe siècle, Paris, Ellipses, 2009.
Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l'Europe du Nord au haut Moyen Âge, Éditions de la Sorbonne, 2017.

Baptiste LAÏD : Du tirant emperur au roi chrétien : le pouvoir royal comme autorité religieuse dans Barlaam et Josaphat et Les sept dormants du poète anglo-normand Chardri (XIIe siècle)
Les deux hagiographies en vers de Chardri (fin XIIe s.), Barlaam et Josaphat et Les sept dormants, figurent parmi les premières traductions en français de vies latines au décor exotique (l'Inde, Éphèse) largement diffusées au XIIe siècle. C'est peut-être leur parenté de structure qui a attiré l'attention du poète anglo-normand : dans chacune d'elles, le futur saint est initialement confronté au pouvoir tyrannique d'un roi païen mais, suite à des miracles et des conversions spectaculaires, meurt couvert d'honneur par son successeur chrétien, mettant donc particulièrement en scène le rapport parfois conflictuel entre pouvoir royal et religion. Cette communication examinera comment, en s'appuyant sur des sources latines qui sont loin d'opposer bon et mauvais souverains dans un schéma simpliste, Chardri soigne particulièrement le portrait du tirant emperur, ennemi de la chrétienté, en particulier dans sa fonction d'autorité religieuse.

Baptiste Laïd, agrégé de Lettres classiques et docteur en langues et littératures médiévales, dédie ses recherches à la littérature animalière et aux récits courts du Moyen Âge. Ses travaux sur le recueil de fables de la poétesse anglo-normande Marie ont récemment paru sous la forme d'une monographie, L'élaboration du recueil de fables de Marie de France (Champion, 2020), et d'une édition de fables latines : Le Romulus de Nilant (Champion, 2020).

Françoise LAURENT & Laurence MATHEY-MAILLE : Poésie et politique dans le prosimetrum de Dudon de Saint-Quentin
Au tout début du XIe siècle, Dudon de Saint-Quentin, un clerc natif du Vermandois, rédige une histoire des ducs de Normandie, le De moribus et actis primorum Normanniae ducum. Son œuvre se coule dans un moule formel original, un prosimetrum, savant mélange de prose et de pièces en vers aux mètres variés. Or, sur les treize manuscrits qui nous ont conservé le De moribus, sept ne contiennent pas les parties versifiées : ne seraient-elles alors qu'un simple ornement ?
Nous nous proposons de montrer que ces parties versifiées sont bel et bien indispensables à la compréhension globale de l'œuvre, et que la distribution des vers et de la prose répond à une répartition fonctionnelle précise. Loin d'être ornementale, l'écriture poétique présente une dimension politique qui pourrait avoir pour dessein de commenter l'histoire normande et de dévoiler les jeux et enjeux du pouvoir ducal.

Françoise Laurent est Professeur de Langue et de Littérature médiévales à l'université Clermont Auvergne. Son domaine de recherche est la littérature religieuse et didactique, et ses travaux portent sur l'hagiographie et l'historiographie des XIIe et XIIIe siècles composées en particulier en territoire anglo-normand.
Publications
"Pour Dieu et pour le roi". Rhétorique et idéologie dans l'Histoire des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure, Champion, 2010.
Édition et traduction de La Vie de saint Gilles par Guillaume de Berneville, Champion, "Classiques", 2003.
Collaboration à l'édition-traduction de Wace : Vie de sainte Marguerite, Conception Nostre Dame, Vie de saint Nicolas, Champion, "Classiques", 2019.
Codirection de l'ouvrages collectif : Des saints et des rois. L'hagiographie au service de l'histoire, Champion, collection "Colloques, congrès et conférences sur le Moyen Âge", 2014.

Ancienne élève de l'École normale supérieure, Laurence Mathey-Maille est professeur de langue et littérature du Moyen Âge à l'université Le Havre Normandie. Elle a publié des ouvrages et études consacrés aux textes fondateurs de la littérature arthurienne et à l'historiographie anglo-normande, en particulier Écritures du passé - Histoires des ducs de Normandie, Paris, Champion, 2007, collection "Essais sur le Moyen Âge", n°35.

Simon LEBOUTEILLER : Sigvatr Þórðarson, le "poète-diplomate". Les scaldes comme messagers, intermédiaires et négociateurs dans la Scandinavie médiévale
Les scaldes ont joué un rôle politique de premier plan au sein des milieux élitaires de la Scandinavie médiévale. Dès la fin du IXe siècle, et ce jusqu'à la fin du XIIIe siècle, ils se mettaient au service de rois et chefs nordiques pour lesquels ils remplissaient les fonctions de mémorialistes et propagandistes en composant des poèmes sur leurs prouesses et leurs qualités. Certains ont également officié comme messagers, informateurs ou négociateurs entre les groupes et, parfois, ont même eu recours à l'expression poétique dans le cadre des échanges. Parmi ces personnages, Sigvatr Þórðarson (première moitié du XIe siècle) est certainement le plus emblématique et le mieux connu. Dans cette communication, nous reviendrons sur la carrière et l'œuvre de Sigvatr, ce qui nous mènera à nous intéresser aux relations entre le statut de scalde, la poésie et diplomatie dans la Scandinavie médiévale.

Docteur en Histoire médiévale et spécialiste de la Scandinavie, Simon Lebouteiller travaille notamment sur les pratiques et les relations diplomatiques dans le monde scandinave entre le VIIIe et le XIIIe siècle, ainsi que sur l'historiographie norroise des XIIe et XIIIe siècles. Il a enseigné l'histoire et les études nordiques dans les universités de Caen, d'Oslo et à la Sorbonne.
Publications
Articles et chapitres d'ouvrages
S. Lebouteiller, "Le serment dans la Scandinavie païenne et chrétienne : entre continuité et adaptation", in Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs, dir. par P. Bauduin, L. Bourgeois, S. Lebouteiller, Turnhout, Brepols, en cours de publication.
S. Lebouteiller, "Prosperity and Peace : Glorification of Rulers in Medieval Scandinavia", in Nordic Elites in Transformation, 1050-1250, vol. 3 : Strategies of Legitimacy and Glorification, dir. par W. Jezierski, K. Esmark, H. J. Orning, Jón Viðar Sigurðsson, New York, Routledge, 2020, p. 61-82.
S. Lebouteiller, "Le meurtre de Mathilde de Flandre par Guillaume le Conquérant : itinéraire d'une légende dans la littérature islandaise médiévale", Annales de Normandie, 67(1), 2017, p. 15-41.
S. Lebouteiller, "Négocier et faire la paix avec les Vikings : entre familiarité et pragmatisme", Revue d'Histoire Nordique, 22, 2017, p. 249-270.
S. Lebouteiller, "Les "boucliers de paix" et les "boucliers de guerre" dans la littérature norroise : invention littéraire ou réalité matérielle ?", Tabularia "Études", 16, 2016, p. 279-304.
S. Lebouteiller, "Les droites extrêmes et populistes scandinaves et les vikings : constructions, formes et usages d'un mythe identitaire contemporain", Nordiques, 29, mai 2015, p. 111-123.
Direction d'ouvrages
P. Bauduin, L. Bourgeois, S. Lebouteiller (dir.), Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs, Turnhout, Brepols, en cours de publication.
S. Lebouteiller, L. Taylor (dir.), Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300). Practices, Actors and Behaviour, Londres, New York, Routledge, en cours de publication.

Jean-Louis PARMENTIER : Conquêtes, invasions, violences : quels discours sur le traitement des captifs dans la poésie latine (IXe-XIe siècle) ?
En analysant un corpus réduit de poèmes épiques et satiriques, cette communication vise à présenter le contexte d'écriture de ces sources, l'implication de leurs auteurs dans les sphères politiques, leurs discours concernant la question des captifs et des châtiments, ainsi que leurs jugements portés vis-à-vis de ces actes. Le genre poétique semble, en effet, plus propice à la description des faits et à l'ajout de détails, et permet entre autres aux auteurs de s'épancher davantage. Elle nous amène donc également à réfléchir sur le crédit que nous pouvons accorder à ces informations supplémentaires, dont la présence s'explique peut-être tout autant par les habitudes d'écriture que par les attentes propres aux divers genres poétiques. En conséquence, le choix du corpus est volontairement axé sur quatre textes de genres différents, afin d'y établir ou des parallèles ou des différences sur la construction poétique et le traitement des faits : le récit du Siège de Paris par Abbon de Saint-Germain, le Carmen de Hastingae Proelio par Guy d'Amiens, Moriuht par Garnier de Rouen et une vita versifiée composée par Walahfrid Strabo.

Jean-Louis Parmentier est professeur certifié d'histoire-géographie au collège de Fruges (62310) et doctorant à l'université de Caen sous la direction d'Alban Gautier, ses recherches portent sur la pratique de la rançon et du rachat des captifs dans l'espace septentrional européen du VIIe au XIIe siècle.
Publication
J.-L. Parmentier, "Les vikings et leurs captifs Britanniques : entre violences infligées et violences fantasmées", Criminocorpus [En ligne], Châtiments symboliques et imaginés, Les moyens symboliques et imaginés du châtiment, 2020.

Bianca PATRIA : Political and literary trends in skaldic style at the turn of the millennium
Skaldic poetry produced in the last quarter of the tenth century for the "champion of paganism", Hákon jarl Sigurðarson "the powerful", is characterized by unprecedented stylistic experimentation based on enhancement of mythological imagery, an element connected to the political and ideological dimensions of Hákon’s supremacy over Norway. The degree of blending of literary and religious-political motifs in tenth century skaldic diction is further testified by the radical change in style pursued just a few decades later by skalds active at the court of Christian kings. The new generation of skalds had to re-interpret originally poetical generic conventions, in a subtle subversion of their previous models. The prominence of the traditional kenning-style was re-negotiated and old forms were adapted to new meanings. Poetical choices thus mirror the political, religious and literary concerns of a genre straddling the divide between paganism and Christianity.

Bianca Patria graduated in Historical Linguistics at the University of Pisa in 2017, with a thesis on skaldic poetry. She is currently a PhD fellow in Old Norse Philology at the Institute for Linguistics and Nordic Studies (ILN) of the University of Oslo, where she is working on a project about stylistic features of early skaldic verse.
Bianca Patria a obtenu son diplôme en linguistique historique à l'université de Pise en 2017, en discutant une dissertation sur la poésie scaldique. Elle est maintenant chercheure doctorante en philologie norroise à l'Institut de linguistique et études nordiques (ILN) de l'université d'Oslo, où elle travaille sur un projet concernant les caractéristiques stylistiques de la première poésie scaldique.
Publications
Kenning Variation and Lexical Selection in Early Skaldic Verse, Doctoral Thesis, University of Oslo (forthcoming).
"Quotations with a Twist : Aware Intertextuality in Skaldic Verse", Quaestio Insularis, Selected Proceedings of the Cambridge Colloquium in Anglo-Saxon, Norse and Celtic, Vol. 19, 71-92, 2018.
"La lingua del mito. Osservazioni su alcuni heiti dell'Edda di Snorri Sturluson", Studi Germanici, Vol. 9, 147-164, 2016.

Hélène TÉTREL, Ásdís Rósa Magnúsdóttir & Ingvil BRÜGGER BUDAL : Le fait poétique à l'épreuve de la traduction : l'exemple des sagas de chevaliers
Proposition de communication triple…

Partie 1 — Hélène Tétrel : Le "style du traducteur" : les traductions médiévales des poèmes narratifs anglo-normands dans l'histoire littéraire scandinave. Approche épistémologique
Chansons de geste ou roman: les "sagas de chevaliers" (textes en prose) ont été traduites en Scandinavie médiévale à partir de pièces narratives en vers. Or cette caractéristique n'a jamais été véritablement prise en compte, dans les classifications génériques ou dans les études portant sur le style qui ont vu le jour depuis la fin du XIXe siècle. On trouve par exemple des théories sur les caractéristiques du "style des traducteurs", qui mettent en lumière les effets utilisés par les traducteurs comme mécanisme de compensation (le "style courtois"). Et on a pu, à certains moments de l'histoire littéraire, opposer le "style courtois" au "style des sagas", pour appuyer des discours culturellement, voire idéologiquement marqués. Mais ces éléments de discours sont généralement articulés à partir du seul texte traduit. C'est ce qui les rend intéressants, au plan épistémologique.

Partie 2 — Ásdís Rósa Magnúsdóttir : Réécriture poétique et invention dans les sagas de chevaliers : l'exemple de la Saga de Tristram et Ísönd et la Saga de Parceval
Dans cette seconde partie, nous examinerons les aspects lyriques de la prose des romans en vers traduits en norrois. Après avoir présenté brièvement les caractéristiques de l'art poétique norrois de l'époque, et signalé quelques figures du "style courtois" (hefðarstíll) sur lequel les critiques ont appuyé leurs classifications, nous regarderons des exemples tirés, surtout, de la Saga de Tristam et Ísönd, adaptation norroise de Tristan de Thomas d'Angleterre, et la Saga de Parceval, qui correspond à la partie "Perceval" du Conte du Graal. Les effets créés — et peut-être recherchés — par cet aspect du texte traduit correspondent non seulement à une recherche poétique de la part du traducteur (ou scribes) mais aussi à la volonté de donner une valeur particulière aux passages en question.

Ásdís Rósa Magnúsdóttir est professeur de littérature française à l'université d'Islande à Reykjavík. Ses recherches actuelles portent sur la réception de la littérature française en Islande.
Publications
Quatre sagas légendaires d'Islande, Ellug, 2002, 2021.
La Petite Saga de Tristan et autres sagas islandaises inspirées de la matière de Bretagne, Avec Hélène Tétrel, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 2012.
Chrétien de Troyes : Perceval eða Sagan um gralinn, HÍB, 2010.
Elle a collaboré à l'édition des Lais du Moyen Âge (Gallimard, 2018).

Partie 3 — Ingvil Brügger Budal : La transformation du loup-garou de Bisclavret : un nez perdu et des erreurs du scribe
Dans cette troisième partie, Ingvil Brügger-Budal étudie un dernier exemple pris dans un corpus traduit très particulier : les lais bretons traduits des vers français en prose norroise. Elle prendra appui sur une analyse de Bisclavret, l'un des récits des Strengleikar. Le chevalier transformé en loup-garou de Bisclaret se venge de sa femme infidèle en lui arrachant le nez. La vengeance correspondante dans la traduction norroise, le Bisclavret du recueil Strengleikar, est d'abord l'arrachement de l'habit de l'infidèle, suivi par la pénitence familiale: tous ses descendants, comme dans le modèle français, sont nés sans nez. Plusieurs explications à la modification ont été proposées, dont la plus fréquente est la négligence, soit d'un traducteur, soit d'un scribe. On considérera la possibilité d'acculturation de textes et leurs motifs vers la culture cible, en mettant l'accent sur le passage du vers à la prose, tout en gardant une approche philologique de textes, afin d'évaluer les variantes et les erreurs de scribes.

Ingvil Brügger Budal est professeure en linguistique nordique au Western Norway University of Applied Sciences. Elle est docteure de philologie norroise, et a publié de nombreux articles sur la littérature et la langue norroises, en particulier sur les sagas de chevalier et les relations franco-scandinaves. Elle prépare actuellement un ouvrage sur santé, traitement et médecine dans les pays nordiques au Moyen-Âge.


BIBLIOGRAPHIE :

SOURCES
• BAUDRI DE BOURGUEIL, Poèmes, Jean-Yves Tilliette (éd.), Paris, Les Belles Lettres (Auteurs latins du Moyen Âge), 2 vol., 1998-2002.
Barlaam et Josaphat et Les sept dormants du poète anglo-normand Chardri.
• DUDON DE SAINT-QUENTIN, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, Jules Lair (éd.), Caen, F. Le Blanc-Hardel (Mémoires de la société des antiquaires de Normandie ; XXIII), 1865.
• ÉTIENNE DE ROUEN, Draco Normannicus, Richard Howlett (éd.), Londres, Longman et Co, Trübner et Co, 1885.
• GUI D'AMIENS, The Carmen de Hastingae Proelio of Guy Bishop of Amiens, Franck Barlow (éd. et trad.), Oxford, Clarendon Press (Oxford medieval texts), 1999.
• GUILLAUME DE POUILLE, La Geste de Robert Guiscard, Marguerite Mathieu (éd. et trad.), Palerme, Istituto siciliano di studi bizantini e neoellenici (Testi ; 4), 1961.
The Anglo-Saxon chronicle, Michael James Swanton (éd.), New York, Routledge, 1998.
Skaldic Poetry of the Scandinavian Middle Ages, Turnhout, Brepols, 8 volumes parus.
• WACE, Le roman de Rou, Anthony J. Holden (éd.), Paris, A. et J. Picard (Publications de la Société des anciens textes français), 1970-1973.

ÉTUDES
• Autour de Serlon de Bayeux : la poésie normande aux XIe-XIIe siècles, Actes du colloque tenu à Caen et à Bayeux les 21-22 mars 2014, P. BAUDUIN, E. D'ANGELO, M.-A. LUCAS-AVENEL (dir.), Tabularia, sources écrites des mondes normands médiévaux, 2016-2018, (https://journals.openedition.org/tabularia/3001).
• Bernhard PABST, Prosimetrum. Tradition und Wandel einer Literaturform zwischen Spätantike und Spätmittelalter, Köln-Weimar-Wien, 1994.
• Pierre BOUET, "Dudon de Saint-Quentin et Virgile : L'Énéide au service de la cause normande", Annales de Normandie, 90, 23, p. 215-236.
• Laurence MATHEY-MAILLE, Écritures du passé – Histoires des ducs de Normandie, Paris, Champion, 2007, collection "Essais sur le Moyen Âge", n°35.
• Elizabeth M. TYLER, England in Europe. English Royal Women and Literary Patronage, c. 1000-c. 1150, Toronto-Buffalo-Londres, University of Toronto Press, 2017.
• Elisabeth M.C. VAN HOUTS, "Latin poetry and the Anglo-Norman court 1066–1135 : The Carmen de Hastingae Proelio", Journal of Medieval History, 15/1, 1989, p. 39-62.


SOUTIENS :

• Direction régionale des affaires culturelles Normandie (DRAC)
• Centre national de la recherche scientifique (CNRS)
• Centre Michel de Boüard — CRAHAM — UMR 6273 [Université de Caen Normandie]
• Office universitaire d'études normandes (OUEN) [Université de Caen Normandie]
• Laboratoire Groupe de recherche identités et cultures (GRIC) [Université Le Havre Normandie]
• UFR Lettres et Sciences humaines (UFR LSH) [Université Le Havre Normandie]


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque pour les auditeurs sont maintenant ouvertes. Au regard des informations concernant l'évolution de la crise sanitaire et de notre capacité d'accueil, celles-ci pourront être mises sur une liste d'attente.


Avant de remplir ce bulletin, consulter la page Inscription de notre site.

Tous les champs marqués d'un (*) doivent être renseignés.


Présentation personnelle

[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png ]


Adresse personnelle ou professionnelle
Ces renseignements figureront sur la liste des participants qui sera remise lors du colloque.


Frais de séjour : *

Total à verser :

Si différente, merci d'indiquer une adresse de facturation


[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png, pdf, doc, docx, txt ]
Vous pouvez ajouter ici, si besoin, les documents nécessaires pour compléter votre inscription : copie de carte d'étudiant(e), justificatifs de revenus, ...


Précisions à nous communiquer pour l'agrément de votre séjour :
[par exemple : grande taille (plus de 1,80 m), problèmes de mobilité, partage d'une chambre ou voisinage de chambres, inscription groupée, régime médicalement surveillé, ...]
Ces renseignements sont utiles à la répartition des chambres. Le logement est assuré au château de Cerisy et ses dépendances, en chambres doubles ou individuelles. En cas de grande affluence, les inscrits tardifs se logeront aux alentours.

Programme 2021 : un des colloques

Programme complet


Information importante

La tenue de ce colloque est confirmée. Toutes les précautions seront prises pour assurer sur place, dans un esprit de responsabilité mutuelle, la sécurité sanitaire (voir charte sanitaire adaptée à la situation 2021).

Nous nous réjouissons de vous retrouver à Cerisy !

La direction du CCIC et du colloque


BÉBÉ SAPIENS, NŒUD DE CRISES ?


DU MARDI 21 SEPTEMBRE (19 H) AU LUNDI 27 SEPTEMBRE (14 H) 2021

[ colloque de 6 jours ]



DIRECTION :

Drina CANDILIS, Natacha COLLOMB, Michel DUGNAT, Mickaële LANTIN-MALLET


ARGUMENT :

Son exploration a beau croître en intensité et les savoirs produits à son sujet être de plus en plus pointus, le bébé demeure, sous bien des aspects, une terra incognita : que se passe-t-il pour lui et en lui ? De l'individu à la famille et aux institutions, en passant par les sciences qui l'étudient, il suscite, à de multiples échelles, des interrogations voire des bouleversements. Cet étrange sujet-objet mettrait-il en crise la société tout entière ?

En périnatalité, la naissance et la métamorphose accélérée du bébé, dans sa relation avec ses parents, font parler de crises développementales. Par ailleurs, les mouvements des savoirs théoriques entraînent des crises épistémiques. Ensemble, ces mouvements et ces crises influent, par des mécanismes complexes, sur l'évolution des pratiques professionnelles et inversement. De plus, les organisations qui prennent soin des bébés et de leurs parents traversent des crises institutionnelles qui affectent l'écosystème du bébé et jettent le trouble dans le champ de la périnatalité.

Alors qu'une pandémie affecte encore davantage les multiples équilibres fragilisés par la venue au monde et tandis que le politique, pour orienter l'attention qu'il entend porter à la période dite des 1000 jours, convoque des savoirs d'experts ou de demi-habiles, il est urgent de prendre le temps d'une réflexion engagée dans les théories comme les pratiques. D'où ce deuxième colloque de Cerisy qui invite des chercheurs de tous bords (en psychologie du développement, neurosciences, sciences humaines et sociales…), des praticiens du soin, des acteurs socio-politiques, et tous ceux qu'intéressent ce sujet), à nourrir cette enquête pluridisciplinaire et pluriprofessionnelle sur ce qu'est le bébé et ce qu'il nous donne à penser, à dire et à faire.

Elle sera l'occasion pour Cerisy d'une expérimentation de renforcement mutuel entre le présentiel et le distanciel afin d'ouvrir largement les échanges.


MOTS-CLÉS :

Bébé, Crises, Développement, Épistémologie, Institutions, Périnatalité, Politiques publiques, Pratiques, Réflexivité, Théories


NOTE EXPLICATIVE DU DÉROULEMENT :

LOGIQUES
Pour tous les intervenants, 20 minutes de parole sur un thème commun à partir des logiques professionnelles et/ou disciplinaire et pour chacune et chacun, 20 minutes de discussion par les tables rondiers, un grain de sel, des résidents et quelques poignées de télé-participants actifs. Les autres télé-participants bénéficient d'une transmission HD en direct.

DIALOGIQUES
Nous rebattons les cartes. Plus de durée imposée, des échanges, des débats et l'espoir qu'émergent des envies, voire des projets, de collaborations interdisciplinaires interprofessionnelles futures. Tout est filmé et rien n'est diffusé… avant un possible après-coup, l'intimité et la confidentialité des rencontres sont préservées.


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mardi 21 septembre
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Mercredi 22 septembre
Matin
LOGIQUES
Nourrissons savants et savants naissants ?, table ronde avec :
Elinor OCHS (Pr émérite d’anthropologie, University of California at Los Angeles) : "How Infants Became Conversational Partners"
Philippe ROCHAT (Pr de psychologie du développement, Université Emory d'Atlanta) : Sortir de ses propres ornières : pour une fertilisation croisées des perspectives empiriques sur le nourrisson
Jacques DAYAN (Pr de pédopsychiatrie, Caen) : Méta-épistémologie et périnatalité : d'où l'on regarde le bébé et ce qu'on ne peut y voir
Claude MARTIN (Sociologue, DR CNRS, chaire "Lien social et santé" à l'EHSP) : Des usages politiques de la question de l'enfance à sa politisation. Réflexions sur les politiques publiques en direction de l'enfance

Après-midi
LOGIQUES
Décisions critiques ou fins de partie, table ronde avec :
Anne BRISSON (Psychologue clinicienne, psychanalyste), Isabelle CAILLAUD (Psychologue clinicienne, psychanalyste), Christel DENOLLE (Psychologue clinicienne, psychanalyste), Jean-Marie de LÉPINAY (Orthophoniste), Pascaline MARPEAU (Infirmière puéricultrice) & Sabine LITWAK (Psychologue clinicienne, psychanalyste) : La stratégie du coucou : le transfert malmené, la transmission expulsée
Lynda LOTTE HOAREAU (Dr en psychologie et psychanalyse, ingénieure CNRS, Cermès3) : Situations d’enfance en danger et équipes de soin psychique en périnatalité
Sylvie SÉGURET (Psychologue clinicienne, CHU Necker) & Fabrice LESAGE (Pédiatre réanimateur, CHU Necker) : Parents et équipes de réanimation en crise : décisions critiques et critique des décisions

DIALOGIQUES — En parallèle
Un néonatologue, une psychopathologue, une anthropologue et une sage-femme, docteur en sociologie… et d'autres se rencontrent autour de la fragilité et de l'étrangeté du bébé en projet, à naître et juste arrivé.
Avec Umberto SIMEONI, Graziela FAVA-VIZZIELLO, Anne-Sophie GIRAUD, Maï LE DÛ… et d'autres

Soirée
PSYNÉ CLUB
Bébés d'ailleurs, images de la vidéothèque "Santé, maladie, malheur" (Centre de production multimédia, MNHM), discussion par Natacha COLLOMB et Maï LE DÛ


Jeudi 23 septembre
Matin
LOGIQUES
Angles morts sur les destins, table ronde avec :
Marie COUSEIN (Psychologue clinicienne, master d'anthropologie à l'EHESS) : Mères et bébés à la rue
Mylène HERNANDEZ (Anthropologue, post-doctorante au Centre Norbert Elias) : Se ressaisir de l'inconnu·e. Histoires d’adoptions et crises d'intelligibilité
Graziela FAVA-VIZZIELLO (Pr de psychopathologie, Padoue) : Agonies des identités, même avant la naissance
Brigitte BORSONI (Psychologue, psychanalyste) : Des bébés prématurés, nés sous masques, dans des villages aux portes closes

DIALOGIQUES — En parallèle
Une psychologue du développement, un psychopathologue, une psychanalyste… et d'autres tricotent autour des papas des bébés, mais aussi des pères et des géniteurs.
Avec Olivia TROUPEL, Alain DUCOUSSO LACAZE, Brigitte BORSONI… et d'autres

Après-midi
LOGIQUES
Écologies des soins, table ronde avec :
Maya GRATIER (Pr de psychologie du développement, Université Paris Nanterre) : Intersubjectivité et atmosphère : comprendre le bébé pour mieux connaitre le monde
Maï LE DÛ (Sage-femme, docteure en sociologie rattachée au CRESPPA-CSU) : Toucher pour soigner. L'évolution dans le toucher des corps des nourrissons, France, 1950 à aujourd'hui
Sarah SANANÈS (Pédopsychiatre en périnatalité, CH Brumath) : Soins bioinspirés des bébés
Natacha COLLOMB (Anthropologue, CR CNRS, Centre Norbert Elias)

DIALOGIQUES — En parallèle
Une anthropologue linguiste, deux psychologues cliniciennes et psychanalystes, un orthophoniste, une autre anthropologue, un psychologue du développement… et d'autres se demandent ce que les bébés font aux scientifiques et aux institutions.
Avec Elinor OCHS, Anne BRISSON, Christel DENOLLE, Jean-Marie de LÉPINAY, Philippe ROCHAT… et d'autres

Soirée
PSYNÉ CLUB
"Percevoir le bébé autrement grâce à Colwyn Trevarthen", par Oguz OMAY (psychiatre en périnatalité, Lausanne), discussion par Maya GRATIER


Vendredi 24 septembre
Matin
LOGIQUES
La pandémie, mais pas que…, table ronde avec :
Pascale GUSTIN (Psychologue clinicienne, Bruxelles) : Accueillir la vie en temps de pandémie
Olivia TROUPEL (MCF en psychologie du développement, Université de Toulouse 2) : Naître pendant la COVID
Joëlle ROCHETTE (Dr en psychologie et psychopathologie, associée au Centre de Recherche en Psychologie et Psychopathologie, Lyon) : Les acquis des cinquante glorieuses du bébé à l'épreuve de la pandémie
Mickaële LANTIN-MALLET (Socio-anthropologue, intervenante en analyse des conditions de travail et des risques professionnels)

DIALOGIQUES — En parallèle
Une psychanalyste, une psychologue du développement, une anthropologue, une psychiatre en périnatalité… et d'autres se penchent sur les affres des mères des bébés.
Avec Joëlle ROCHETTE, Maya GRATIER, Mélanie GOURARIER, Sarah SANANÈS… et d'autres

Après-midi
DÉTENTE

Soirée
PSYNÉ CLUB
Images d'archives choisies et présentées par Joëlle ROCHETTE


Samedi 25 septembre
Matin
LOGIQUES
De l'homonculus au cyborg, table ronde avec :
Maaike VAN DER LUGT (Pr en histoire médiévale, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) : La mort en couches et la "césarienne" à la fin du Moyen Âge
Julie BRUMBERG-CHAUMONT (DR CNRS, Laboratoire d'Études sur les Monothéismes) : "Comme le visage ne se reflète pas dans une eau mouvante" : la nescience du bébé dans la pensée médiévale
Heidi KELLER (Pr en psychologie, Onasbrueck) : "The 21first century Western middle — class baby : science or illusion ?"
Stéphane VAN DAMME (Pr d’histoire moderne, ENS) : Bébés parfaits entre théories cyborg et sciences de la reproduction

DIALOGIQUES — En parallèle
Un pédiatre, deux pédopsychiatres, deux sociologues… et d'autres s'interrogent sur l'éthique, une intersection possible ?
Avec Umberto SIMEONI, Sarah BYDLOWSKI, Jacques DAYAN, Francesco PANESE, Claude MARTIN… et d'autres

Après-midi
LOGIQUES
Mille & un jours… vous avez dit mille & un jours ?, table ronde avec :
Sylviane GIAMPINO (Psychologue clinicienne, psychanalyste, vice-présidente du Haut Conseil de la Famille, de l'Enfance et de l'Âge-HCFEA) : Les attentions politiques autour du bébé, nœuds, discordances et avancements
Umberto SIMEONI (Pr ordinaire de l'UNIL, chef du service de pédiatrie du CHUV, Suisse) : Le développement de l'enfant, entre génome et environnement
Francesco PANESE (Pr ordinaire en études sociales de la médecine et des sciences, UNIL, Suisse) : Enjeux, difficultés et possibilités de l'institutionnalisation de l'hypothèse DOHaD dans les dispositifs sanitaires : perspective de sciences sociales de la santé
Michel DUGNAT (Pédopsychiatre en psypérinatalité, AP-HM et CHM)

DIALOGIQUES — En parallèle
Une psychanalyste, deux psychologues du développement, une médiéviste… et d'autres se demandent ce qu'il faut à un bébé pour bien grandir.
Avec Sylviane GIAMPINO, Heidi KELLER, Ayala BORGHINI, Julie BRUMBERG-CHAUMONT… et d'autres

Soirée
PSYNÉ CLUB
"Vous avez dit Brazelton ?" de Alain CASANOVA et Drina CANDILIS, discussion par Ayala BORGHINI


Dimanche 26 septembre
Matin
LOGIQUES
"Bébéïtés", table ronde avec :
Ayala BORGHINI (Dr en psychologie, psychologue clinicienne, Pr à la Haute École de Travail Social, Genève) : L'irritabilité sensorielle : symptômes d'une crise existentielle ?
François JOUEN (DR d'étude, chaire de psychobiologie du développement, doyen de la section "Sciences de la vie et de la terre", EPHE) : De l'organisme au sujet la crise de la naissance
Emmanuel DEVOUCHE (MCF HDR de psychologie du développement, Université de Paris) : "The Forgotten Baby"
Drina CANDILIS (Psychanalyste, psychologue clinicienne, HDR, Université de Paris-Diderot)

DIALOGIQUES — En parallèle
Un psychobiologiste du développement, un historien, une psychologue clinicienne, un réanimateur, une anthropologue… et d'autres secouent les savoirs et regardent ce qui sort.
Avec François JOUEN, Stéphane VAN DAMME, Sylvie SÉGURET, Fabrice LESAGE, Noémie MERLEAU-PONTY… et d'autres

Après-midi
LOGIQUES
(Af)filiations assistées, table ronde avec :
Anne-Sophie GIRAUD (Anthropologue, CR CNRS, LISST) : Transmission, connaissance, et statut génétique : avoir un enfant grâce au diagnostic préimplantatoire (DPI) en France
Noémie MERLEAU-PONTY (Anthropologue, CR CNRS, IRIS) : Une sociologie de la gamétogenèse in vitro
Sarah BYDLOWSKI (Psychiatre d'enfant, psychanalyste, HDR) : Potentialité traumatique des nouvelles pratiques et technologies autour de la naissance
Alain DUCOUSSO LACAZE (Pr de psychopathologie clinique, Université de Poitiers) : Réflexions sur l'émergence du projet d'enfant dans les couples homoparentaux

DIALOGIQUES — En parallèle
Une docteure en psychopathologie et psychanalyse, une pédopsychiatre en périnatalité, une psychanalyste étudiante en anthropologie… et d'autres devisent sur l'intérêt supérieur du bébé.
Avec Lynda LOTTE HOAREAU, Eve LUMBROSO, Marie COUSEIN… et d'autres


Lundi 27 septembre
Matin
LOGIQUES
Retours sur des trajectoires de chercheurs
Claude MARTIN, avec Sarah SANANÈS [sous réserve]
François JOUEN, avec Anne-Sophie GIRAUD

Homo sapiens deus (conclusions)

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Anne BRISSON, Isabelle CAILLAUD, Christel DENOLLE, Jean-Marie de LÉPINAY, Pascaline MARPEAU & Sabine LITWAK : La stratégie du coucou : le transfert malmené, la transmission expulsée
En 2019, un service dédié à la périnatalité a traversé une grave crise institutionnelle qui s'est soldée par l'expulsion brutale de toute une équipe de professionnels investie dans la clinique du bébé depuis de nombreuses années, entrainant la rupture brutale des soins engagés avec de très nombreux enfants et familles. Afin d'expliquer la souffrance au travail ressentie par les soignants, déterminante dans le développement et l'issue de cette crise, nous tenterons de repérer de quelle façon les enjeux politiques, économiques et d'organisation sont entrés en contradiction avec les valeurs des professionnels. Nous ferons l'hypothèse que ce sont aussi des représentations du développement du bébé et de la parentalité qui ont été mises en tension dans le déni de la conflictualité, d'autant plus que les ressorts en ont été constamment dissimulés. Ainsi cette institution, qui a longtemps incarné une clinique prévenante des interactions précoces qu’elle avait contribué à inventer, a-t-elle été le théâtre du drame d'une transmission impossible et d'une rupture de son histoire.

Jean-Marie de Lépinay, orthophoniste en C.M.P.P. dans l'Essonne et jusqu'en 2019 au sein de l'équipe de la Guidance Infantile de l'Institut de Puériculture de Paris.
Publication
"Entre mère et bébé : voix, rythmes et mélodies", en collaboration avec Pascaline Marpeau (puéricultrice), Enfance & Psy, n°78, Éd. Erès, 2018.

Sarah BYDLOWSKI : Potentialité traumatique des nouvelles pratiques et technologies autour de la naissance
La fertilité humaine résulte d'une étroite intrication entre fonctions biologiques et psychiques de l'individu. Le désir d'enfant trouve son ancrage dans l'inconscient de chacun. Certaines situations d'infertilité restent inexpliquées et des projets d'enfant résistent au projet affiché. Ainsi, l'infertilité en soi et ses soubassements psychopathologiques aux nombreux effets d'après-coup, est à risque pathogène pour la grossesse et l'accueil du bébé. D'autant que la rapidité des propositions techniques risque de court-circuiter les défenses psychiques, l'AMP d'apparaître comme une transgression coupable et l'enfant d'être alors porté et rencontré comme un malentendu, attracteur de fantasmes et de projections. L'ambivalence en jeu dans toute relation à son enfant, devient difficile à éprouver, réactivant la blessure narcissique de la stérilité. Seule l'idéalisation de l'enfant constitue un aménagement permettant d'atténuer l'inquiétante étrangeté. L'enfant idéal se doit d'être une source d'émerveillement continuel, la réalité à tout moment risque d'objecter ses déceptions. Le parent est entravé dans son accès à l'élaboration de ses difficultés dans le présent, surtout lorsqu'il ne peut se reconnaître dans cet enfant trop différent de lui qui ne représente plus le prolongement de son narcissisme, mais une menace pour ce dernier. Ces rationalisations masquent des blessures inhérentes à l'histoire familiale empêchant tout retour vers le passé. Ces ressentis risquent d'anéantir les capacités d'émerveillement et de rêverie, et d'entraver l'anticipation parentale. Les représentations des parents associées à l'enfant vont faire écho à leur propre histoire infantile, l'organisation de leurs conflits intrapsychiques, leurs exigences surmoïques. Les liens parents-enfant portent les marques de la fracture traumatique quand elle fait écho à d'autres ruptures enfouies dans les limbes de l'histoire familiale et risquent d'en entraver profondément la construction. Nous illustrerons notre réflexion par une histoire clinique périnatale.

Sarah Bydlowski est psychiatre d'enfant, psychanalyste (Institut de la Société Psychanalytique de Paris), Directeur Général de l'Association de Santé Mentale du 13ème arrondissement de Paris. Directeur du Département de Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent de l'ASM13, responsable de l'équipe de la consultation parents-bébés. Enseignant, chercheur, HDR à l'université de Paris, Laboratoire Psychologie Clinique, Psychopathologie, Psychanalyse, École Doctorale Cognitions, comportements, conduites humaines.
Domaines de recherche : périnatalité, nouvelles pratiques et technologies autour de la naissance.

Anne-Sophie GIRAUD : Transmission, connaissance, et statut génétique : avoir un enfant grâce au diagnostic préimplantatoire (DPI) en France
L'objectif du DPI, technique autorisée en France depuis les premières lois de bioéthique en 1994, est de faire naître un enfant "sain", indemne de la maladie ou de l'anomalie recherchée. Si dans le cas des maladies dominantes, la maladie sera "éradiquée" des générations futures ainsi que l'expriment certains couples, dans le cas des maladies récessives et des anomalies chromosomiques, des embryons hétérozygotes — autrement dit indemnes de la maladie mais porteurs de la mutation — ainsi que des embryons dits équilibrés — porteurs de l'anomalie chromosomique mais dont l'ensemble du "matériel chromosomique" est présent —, peuvent être transférés, contribuant à "perpétuer" la présence potentielle de la maladie ou de l'anomalie au sein de la famille. Cette information n'étant pas communiquée actuellement aux couples par les professionnels, à ces moments, se pose la question de la transmission de l'information à l'enfant à naître, potentiellement porteur de la mutation ou de l'anomalie, mais aussi de la communication aux couples. C'est sur ces moments de questionnements que portera cette communication.

Anne-Sophie Giraud, est chargée de recherche au LISST-Centre d'anthropologie sociale (UMR 5193), à Toulouse. Ses recherches portent sur la constitution de la personne dans le processus d'engendrement, avec une attention portée aux technologies reproductives et à l'intervention humaine dans la reproduction. Elle travaille désormais sur le diagnostic préimplantatoire.

Maï LE DÛ : Toucher pour soigner. L'évolution dans le toucher des corps des nourrissons, France, 1950 à aujourd'hui
Les études historiques et ethnologiques prouvent à quel point les soins apportés au petit humain sont chargés de représentation symbolique traduisant — entre autres — la façon de penser le corps dans une société. La permanence historique et l'universalité de la préoccupation sociale pour le soin corporel au nourrisson font de ces "façons de soigner" un miroir reflétant le rapport de l'individu au corps. Cette communication explore la relation au toucher des corps dans les rapports de soin aux nourrissons en France depuis les années 1950 : cette période a en effet été le théâtre d'un inédit changement de paradigme dans le rapport au corps des bébés, et nous apprend beaucoup sur nos représentations anthropologiques et sur les nouveaux usages du corps…

Elinor OCHS : "How Infants Became Conversational Partners"
This presentation considers how and why caregivers in postindustrial societies enshrine "talk" as emblematic of intelligence, beginning in infancy. This language ideology is rooted in Enlightenment reverence for putting "determined" ideas into words as gateway to reason, Early Modern celebration of verbal reflexivity, and Late Modern embrace of hyper-reflexivity as critical to self-understanding, self-presentation and risk assessment in the face of rapid societal change. These forces interface with the historical formation of the bourgeois nuclear family in ways that privilege dyadic (vs. multi-party) dialogue, in which the young child is positioned as "speaker" and "addressee" in partnership with an adult. Indeed, sedimentation of the bourgeois parent-child dyad may be an overlooked result of the Industrial Revolution, one that re-positioned the infant as primary interlocutor, with profound developmental and societal effects.

Drawing upon ethnographic fieldwork in Madagascar, Samoa, Italy and the US, Elinor Ochs (UCLA Distinguished Research Professor of Anthropology) documents durative and fluid dispositions and practices undergirding becoming competent speakers and actors across the lifespan. Her research bridges linguistic, psychological, and medical anthropology. She has examined the quotidian interactions of typically developing children and children with autism spectrum disorders. She directed a multi-year interdisciplinary study of 21st century middle-class US families. Selected honors : MacArthur Fellow, Guggenheim Fellow, American Academy of Arts and Sciences Member.

Sarah SANANÈS : Soins bioinspirés des bébés
S'il faut tout un village pour élever un enfant, pour le soigner avec ses parents, que faut-il ? Tout un réseau ? La coquille Saint-Jacques témoigne du milieu dans lequel elle a grandi, elle garde la trace dans les stries de sa coquille de la composition et de la température de l'eau qui l'a environnée depuis sa naissance. L'épigénétique nous sensibilise de plus en plus à la dimension absolument essentielle de l'environnement du bébé sur son développement. De notre place de clinicienne, nous tenterons de réfléchir à l'environnement des bébés que nous rencontrons, ces bébés pour lesquels le soin vient déposer une nouvelle strie sur la coquille. Comment penser nos dispositifs de soins comme une tentative de préserver l'environnement des bébés en soin lorsque l'adversité survient (troubles psychiques parentaux, troubles du lien) ? Pourrions-nous les penser comme un réseau bioinspiré ? C'est ce que nous nous proposons de discuter.

Sarah Sananès est pédopsychiatre en psychiatrie périnatale, à l'EPSAN (Établissement Public de Santé Alsace Nord), responsable d'un hôpital de jour et d'une équipe mobile de soins conjoints bébés-parents, au sein d'un intersecteur de pédopsychiatrie. Elle est également porte-parole de l'Alliance francophone pour la santé mentale périnatale.
Publications
"L'Alliance, une promesse à tenir ensemble", in Spirales, 2019/4, n°92.
"Santé mentale périnatale outre-Manche : une inspiration possible pour la France ?", avec Natacha Collomb, Michel Dugnat, François Poinso, Alain Grégoire, in Spirales, 2019/4, n°92.
"PIkler à la Frimousse", avec Ambre Winter, Caroline Roesch, Elsa Terzic-Câlin, et l'ensemble de l'équipe de la Frimousse, in Soigner ensemble en psypérinatalité, sous la direction de Natacha Collomb, François Poinso, Michel Dugnat.

Sylvie SÉGURET & Fabrice LESAGE : Parents et équipes de réanimation en crise : décisions critiques et critique des décisions
L'enfant en réanimation, plus que tout autre, ne peut s'exprimer. Quand son avenir se joue autour de décisions de Limitation et Arrêt des Traitements, il revient à d'autres que lui de se projeter dans son avenir et de défendre son intérêt supérieur qui, au regard de la loi Clayes Leonetti, est le cœur de ces décisions. Mais qui est le mieux placé pour défendre l'intérêt supérieur de cet être qui ne peut exprimer ses souhaits ? Parfois les avis des soignants et des parents divergent totalement… et survient la crise… la confiance se rompt… le dialogue s'effrite… la perspective d'une éventuelle résolution judiciaire émerge. Comment comprendre les ressorts de cette crise, comment conserver le dialogue possible, comment continuer à cheminer ensemble ? Comment, par delà les divergences, se retrouver sur un projet commun qui représente le meilleur avenir possible pour cet enfant…

Fabrice Lesage est Pédiatre réanimateur, Responsable de l'UF Réanimation, Service de Réanimation et Surveillance Continue Médico-Chirurgicales Pédiatriques, CHU Necker Enfants Malades, Paris.
Publications
De Saint Blanquat L., Cremer R., Elie C., Lesage F., Dupic L., Hubert P., pour le Groupe francophone de réanimation et urgences pédiatriques (GFRUP), "French law related to patient's rights and end of life : pediatric intensive care unit's health professionals' opinions", Arch Pediatr, 2014 Jan ; 21(1): 34-43.
Lesage F., Séguret S., "Soignants de Réanimation : machines, cauchemars et rires de soin", in L'art d’accompagner les bébés, ARIP, Eres 2014, p. 169-178.
Lesage F., Séguret S., Dupic L., Oualha M., De Saint Blanquat L., Hubert P., Améliorer la qualité des entretiens familiaux en réanimation pédiatrique et néonatale : rôle d’une réflexion de groupe, 41ème congrès de la Société de Réanimation de Langue Française, Paris 2013.
Lesage F., Séguret S., "Imagerie médicale : doutes croyances et certitudes chez les pédiatres réanimateurs", in Bébé sapiens, ARIP, Colloque de Cerisy, Eres 2017, p. 221-26.

Sylvie Séguret est Psychologue clinicienne, psychanalyste. Activité libérale, 50 avenue de Saxe 75015. Expérience de 30 ans en service de réanimations néonatale et pédiatrique, dont 10 ans dédiée exclusivement au soutien des soignants à l'intérieur d'un service de réanimation pédiatrique, Hôpital Necker, APHP.
Publications
Bébés en réanimation, avec Bernard Golse et Mostapha Mokhtari, Odile Jacob, 2001.
Le consentement éclairé en périnatalité et en pédiatrie (sous la direction de), Eres, 2007.
La pédopsychiatrie de liaison, avec Bernard Golse et Pierre Canouï, Eres, 2012.
"Analyse des pratiques en réanimation pédiatrique. Travail d'une psychologue dédiée à l'équipe soignante", avec Bernard Golse et Philippe Hubert, La psychiatrie de l'enfant, 2012/2, Vol. 55.
"Se laisser atteindre, être atteint : la "fonction d'altérance" au cœur du métier de soignant", La psychiatrie de l'enfant, 2020/2, Vol. 63.

Olivia TROUPEL : Naître pendant la COVID
Le 14 Mars 2020, la France est entrée dans une situation épidémique de stade 3 en raison de la pandémie COVID-19. Les femmes enceintes au 3e trimestre de grossesse ont été considérées comme personnes à risque présumé de développer une forme sévère de COVID-19 (Avis HCSP du 20 Avril 2020). Dans les centres hospitaliers, les services de maternité et de néonatologie ont dû mettre en place, pour protéger le personnel et les patients, des mesures de distanciation physique. Au vue de la détresse maternelle, il nous a semblé essentiel de mettre en place une recherche CoV-PERINAT afin d'évaluer l'impact de cette crise sanitaire sur le stress parental et la construction du lien parent enfant mais aussi le rôle du support social. Cette recherche que nous vous présenterons est multicentrique et longitudinale et regroupe 4 maternités et/ou Néonatologie. Elle repose sur une association de questionnaires validés complétés en ligne par des mères et des pères (128 parents) en phase 1 (Avril-Mai 2020) et 60 parents dans la phase 2 (Mars-Avril 2021) et 25 parents en phase 3 (avril 2021) par entretiens cette fois. Nous vous présenterons les résultats les plus saillants et les prolongements et questionnements qui s'en dégagent.

Olivia Troupel est Maître de Conférences en Psychologie de l'enfant et de l'adolescent, Université Toulouse Jean-Jaurès, UMR 5193 - Lisst-Cers (https://lisst.univ-tlse2.fr/), Co-responsable de l'Axe 5 : "Parcours de vie et Inégalités : GESTES (GEnre, Santé, TErritoire et RelationS)", Membre du GIS-BECO (https://beco.univ-tlse2.fr/) et Responsable du Projet CoV-PERINAT dont l'objectif est d'étudier l'impact de la Covid-19 et distanciation physique et sociale : Impact sur la parentalité en Maternité et Néonatologie (Toulouse, Tours, Nantes, Clamart).
Publications
Troupel, O., Benard, M., Paul, O. & Koliouli, F. (2021), "La mise en place du peau à peau dans l'unité de néonatologie en maternité (UNM) : représentations parentales et professionnelles", Anne Dupuy (éd.), Socialisation familiale des jeunes enfant (pp. 241-252), Toulouse, France, Érès (https://doi.org/10.3917/eres.dupuy.2021.01.0241).
Troupel, O. & Zaouche Gaudron, C. (2017), "Environnement de l'enfant", C. Zaouche Gaudron, Enfants de la précarité (pp. 103-120), Toulouse, France, Érès.
Troupel, O. (2017), "Comment fonctionnent les relations fraternelles ?", Spirale, 81, 45-54 (https://doi.org/10.3917/spi.081.0045).
Trichet, J., Cardon, A., Troupel, O. & Zaouche Gaudron, C. (2017), "L'influence de la fratrie sur la socialisation des enfants âgés de 24 à 36 mois et gardés en crèche collective", Spirale, 81, 166-167 (https://doi.org/10.3917/spi.081.0166).
Pinel-Jacquemin, S., Zaouche Gaudron, C., Troupel, O. & Raynaud, J. P & Kelly-Irving, M. (2016), "Adversités, enfance et famille : les apports de l'approche écosystémique", Revue Éducation, Santé, Sociétés, 2(2), 93-111 (http://unires-edusante.fr/revue-education-sante-societes-vol-2-n2/).
Lamarque, M. & Troupel, O. (2015), "Mères et pères d'enfants jumeaux : quelles spécificités ?", Dialogue, 207, 117-126 (https://doi.org/10.3917/dia.207.0117).


"Percevoir le bébé autrement grâce à Colwyn Trevarthen", par Oguz OMAY
Colwyn Trevarthen, un chercheur éminent, a un regard sur le bébé qui pourrait nous surprendre. Son approche et sa conceptualisation mettent en valeur des aspects inattendus des compétences du bébé, nous forcent à voir l'être humain autrement. Certain.e.s collègues se souviendront de l'intervention de Colwyn Trevarthen au Congrès de l'ARIP en 2014. Nous avions eu le plaisir de le traduire en direct, de manière ludique, cherchant à capter et rendre accessible son style inimitable.
Au décours de son intervention publique d'ARIP, nous avons eu l'occasion de lui poser en privé plusieurs questions pour mieux comprendre sa pensée. Cet échange intimiste à deux a été filmé par Alain Casanova mais n'a jamais été rendu publique.
Lors de notre présentation, nous proposons de projeter ce film de 1h qui est, à notre avis, une synthèse remarquable et rare des travaux de Colwyn Trevarthen. Le débat avec les participants nous permettra de mettre sa pensée en perspective point par point et d'en tirer les éclairages pour notre travail clinique. Son apport changera le regard que nous posons sur les bébés.

Oguz Omay est psychiatre en périnatalité à Lausanne, Suisse. Membre actif de la Société Marcé Francophone, il est également le président de la Société Internationale de la Psychothérapie Interpersonnelle. Il a eu la chance de collaborer avec Colwyn Trevarthen entre 2014 et 2016 autour de plusieurs ateliers de formation.


SOUTIEN :

• Association pour la Recherche et l'(In)formation en Périnatalité (ARIP)


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque pour les auditeurs sont maintenant ouvertes. Au regard des informations concernant l'évolution de la crise sanitaire et de notre capacité d'accueil, celles-ci pourront être mises sur une liste d'attente.


Avant de remplir ce bulletin, consulter la page Inscription de notre site.

Tous les champs marqués d'un (*) doivent être renseignés.


Présentation personnelle

[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png ]


Adresse personnelle ou professionnelle
Ces renseignements figureront sur la liste des participants qui sera remise lors du colloque.


Frais de séjour : *

Total à verser :

Si différente, merci d'indiquer une adresse de facturation


[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png, pdf, doc, docx, txt ]
Vous pouvez ajouter ici, si besoin, les documents nécessaires pour compléter votre inscription : copie de carte d'étudiant(e), justificatifs de revenus, ...


Précisions à nous communiquer pour l'agrément de votre séjour :
[par exemple : grande taille (plus de 1,80 m), problèmes de mobilité, partage d'une chambre ou voisinage de chambres, inscription groupée, régime médicalement surveillé, ...]
Ces renseignements sont utiles à la répartition des chambres. Le logement est assuré au château de Cerisy et ses dépendances, en chambres doubles ou individuelles. En cas de grande affluence, les inscrits tardifs se logeront aux alentours.

Programme 2021 : un des colloques

Programme complet


Information importante

La tenue de ce colloque est confirmée. Toutes les précautions seront prises pour assurer sur place, dans un esprit de responsabilité mutuelle, la sécurité sanitaire (voir charte sanitaire adaptée à la situation 2021).

Nous nous réjouissons de vous retrouver à Cerisy !

La direction du CCIC et du colloque


LE THÉÂTRE DES GENRES DANS L'ŒUVRE DE MOHAMMED DIB


DU LUNDI 6 SEPTEMBRE (19 H) AU VENDREDI 10 SEPTEMBRE (14 H) 2021

[ colloque de 4 jours ]



DIRECTION :

Charles BONN, Mounira CHATTI, Naget KHADDA


COMITÉ SCIENTIFIQUE :

Zineb ALI-BENALI, Guy BASSET, Sabeha BENMANSOUR, Reda BENSMAÏA, Charles BONN, Denise BRAHIMI, Mireille CALLE-GRUBER, Mounira CHATTI, Ali CHIBANI, Assia DIB-CHAMBON, Guy DUGAS, Naget KHADDA, Fritz-Peter KIRSCH, Abdellah ROMLI, Hervé SANSON, Habub TENGOUR, Mourad YELLES


ARGUMENT :

L'œuvre de Mohammed Dib, principal écrivain algérien francophone avec Kateb Yacine, a trop souvent été déformée par des lectures de circonstance. On n'a ainsi perçu que tardivement que cette œuvre était d'abord une réflexion originale et sans cesse renouvelée sur les pouvoirs du langage face au défi de l'indicible.

Le colloque tentera de montrer que cette réflexion passe d'abord par une mise en scène des langages, et principalement des genres littéraires, entre lesquels cette œuvre est en constante alternance, à l'intérieur même des textes. Genres soumis par cette théâtralisation à une sorte de distanciation qui amène le lecteur à leur prêter parfois autant d'attention qu'aux thèmes qu'ils développent. Mais il permettra également de montrer que les "genres", au sens sexuel cette fois, sont aussi un de ces langages que l'œuvre de Dib théâtralise, et qu'on peut ainsi, malicieusement, traiter en parallèle avec les genres littéraires et leurs jeux de séduction.

N.B. : Ce colloque ayant été initialement prévu en 2020, il vous est possible d'accéder à sa présentation 2020 : cliquer ici.


MOTS-CLÉS :

Conte, Dib (Mohammed), Essai, Genre littéraire, Insignifiance, Intertextualité, Intratextualité, Langage, Lecture critique, Littérature francophone, Oralité, Photographie, Poésie, Roman, Sens, Théâtre


CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 6 septembre
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Mardi 7 septembre
Matin
Charles BONN, Mounira CHATTI & Naget KHADDA : Ouverture du colloque

SCÉNOGRAPHIE DE LA FICTION DIBIENNE — Modérateur : Charles BONN
Réda BENSMAÏA : Mohammed Dib ou la gnose sans retour
Naget KHADDA : D'un genre, l'autre : vers une esthétique de l'abstraction
Mounira CHATTI : Les bocages du genre et du sens : Simorgh

Après-midi
MOBILISATION DES SENS ET PRODUCTION DU SENS DANS LA DRAMATURGIE DIBIENNE — Modératrice : Naget KHADDA
Mireille DJAÏDER : Alchimie du langage et "nostalgie du sens"
Manel ZAIDI AÏT-MÉKIDÈCHE : L'œil cosmique et l'ouïe, œil du cœur : hypostases dibiennes [visioconférence]
Lamia OUCHERIF : L'écriture du "visuel" [visioconférence]


Mercredi 8 septembre
Matin
MOBILISATION DES ARTS ET PRODUCTION DU SENS DANS LA DRAMATURGIE DIBIENNE — Modératrice : Zineb ALI-BENALI
Lucy STONE McNEECE : L'écriture de Mohammed Dib : la plume comme un pinceau
Maya BOUTAGHOU : Les paysages visuels et sonores de Mohammed Dib [visioconférence]
Toufik HADJI : Mohammed Dib se ressource, en écriture et en photographie, dans une ville plurielle : Tlemcen

Après-midi
THÉÂTRALITÉ ET ÉCRITURE ROMANESQUE — Modératrice : Réda BENSMAÏA
Amel MAÂFA : De la polyphonie théâtrale à la narration romanesque. Le cas de Mille hourras pour une gueuse et de La Danse du roi de Mohammed Dib
Hanane LAGUER : La théâtralité du geste dans L'infante maure : outil de scénarisation de l'oralité
Nasrin QADER : Le théâtre de l'écrit : jouer avec/jouer de… [visioconférence]


Jeudi 9 septembre
Matin
INTERACTIONS GÉNÉRIQUES : ENTRE EXISTENCE ET HÉRITAGE — Modérateur : Guy BASSET
Inès KREMER : Problématique de l'autobiographie dans l'œuvre de Dib
Hervé SANSON : La nébuleuse de La Fiancée du printemps : construction et déconstruction du mythe

Après-midi
LE THÉÂTRE DES GENRES : LA POÉSIE AVANT TOUT — Modératrice : Mounira CHATTI
Zineb ALI-BENALI : La construction du genre dans l'œuvre dibienne : l'importance du poème
Regina KEIL-SAGAWE : Lyyli des quatre saisons : les correspondances du genre, entre poème et prose [visioconférence]


Vendredi 10 septembre
Matin
LES INTERACTIONS GÉNÉRIQUES : ENTRE EXISTENCE ET HÉRITAGE — Modérateur : Hervé SANSON
Abdellah ROMLI : L'intratextualité dans l'œuvre dibienne : une question de vie ou de mort [visioconférence]
Guy BASSET : Le tissage des traditions

Mounira CHATTI & Naget KHADDA : Synthèse des travaux et conclusion

Charles BONN : Clôture du colloque

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Zineb ALI-BENALI : La construction du genre dans l'œuvre dibienne : l'importance du poème
Une lecture des textes dibiens dans la perspective des questions de genre est-elle possible ? Pour le poète Dib, la femme est porteuse du rêve de liberté et de l'élan qui l'anime. Elle est (la mère, l'aimée, l'enfant…) celle qui inspire et dit un verbe de profonde vérité. Pour l'écrivain attentif à ce qui se passe dans sa société, puis dans les sociétés de l'ailleurs, les relations entre les hommes et les femmes s'inscrivent dans une histoire, sociale et politique, héritière d'un patriarcat qui sait s'adapter. Mais cette histoire est aussi celle d'un mouvement de changement et de création d'inédit.

Guy BASSET : Le tissage des traditions
L'œuvre de Dib comporte un volume rassemblant cinq contes algériens, qui paraît peu de temps après l'installation de Dib en métropole en 1959 et quelques autres contes parus principalement en revues, ou même certains qui sont restés inédits. Cette face méconnue de son œuvre la traverse souterrainement d'un bout à l'autre et entretient avec ses fictions des relations étroites. Dib n'hésite pas à faire référence de temps en temps à toute cette tradition orale transmise par les contes et aussi les proverbes. Quelle articulation faut-il faire entre la création littéraire pure et le recours à cette littérature populaire qui peut mettre en scène des animaux et des hommes dans leurs relations réciproques ?

Docteur ès lettres (Paris 3 Sorbonne Nouvelle 2016), Guy Basset a publié de nombreux articles sur la vie intellectuelle, universitaire et artistique à Alger entre 1880 et 1970, et s'est plus particulièrement intéressé à l'œuvre d'Albert Camus.
Publications dans des ouvrages collectifs
Dictionnaire L'Algérie et la France, Jeannine Verdès-Leroux (dir.), Robert Laffont, 2009.
Dictionnaire Albert Camus, Jeanyves Guérin (dir.), collection "Bouquins", 2013.

Charles BONN
Charles Bonn a exercé dans les universités de Constantine, Fès, Lyon 3, Paris 13, et enfin Lyon 2 et Leipzig. Il a dirigé le Centre d'études littéraires francophones et comparées à l'université Paris 13, et co-dirigé les revues Itinéraires et contacts de cultures et Expressions maghrébines. Il a créé le programme documentaire informatisé Limag et le site www.limag.com. Il a dirigé de nombreuses thèses sur les littératures du Maghreb et de l'émigration, et a été également co-directeur de plusieurs publications collectives, dont la collection "Littératures francophones" (Hatier/AUPELF, 1997 et 1999).
Principales publications
La Littérature algérienne de langue française et ses lectures, Naaman, 1974.
Le Roman algérien de langue française, L'Harmattan, 1985.
"Nedjma", de Kateb Yacine, PUF, 1990.
Anthologie de la littérature algérienne, Livre de poche, 1990.
Lectures nouvelles du roman algérien. Essai d’autobiographie intellectuelle, Paris, Classiques Garnier, 2016.
Littérature algérienne : Itinéraire d'un lecteur, Alger, El Kalima, 2019.

Maya BOUTAGHOU : Les paysages visuels et sonores de Mohammed Dib
Dans L'Arbre à dires, Mohammed Dib déclare : "Il y a dans la langue une transparence obscure qui me convient". Cette image s'ajoute à celles régulièrement et brillamment exprimées par les auteurs maghrébins de la génération de Dib. Pour le poète, la langue française permettait ce voyage intérieur et le retour à son paysage autant sonore que visuel. Dans cette contribution, il sera question de l'écriture "transparente obscure" de la poésie de Mohammed Dib, à partir de deux recueils qui affichent son rapport au voyage et au retour à ses lieux d'écriture, mais aussi à la photographie. Dans Tlemcen ou les lieux de l'écriture (1992) ainsi que dans L.A Trip (2003) deux dimensions du voyage se manifestent, le voyage intérieur pour retrouver la douceur du foyer et de l'enfance, mais aussi le voyage de la langue et des langues pour saisir l'image juste par le mot juste. Par l'analyse de l'énonciation, du rythme, et des tropes, nous traiterons le texte poétique comme le punctum, ou point d'origine de l'émotion qui révèle un paysage fait d'images sonores et visuelles.

Maya Boutaghou est Associate Professor of French à l'université de Virginie et Andrew Mellon Fellow, elle est l'auteure d'Occidentalismes, Romans historiques postcoloniaux et identités nationales au XIXe siècle (Honoré Champion, 2016) qui propose une approche comparatiste poétique pour l'étude des littératures postcoloniales au XIXe siècle ; ses articles sont parus dans des revues et ouvrages consacrés à la littérature comparée et à la francophonie.

Mounira CHATTI : Les bocages du genre et du sens : Simorgh
Dans Simorgh, Mohammed Dib aborde les thèmes de la langue, de l'étranger ou du potentiel du rêve en mêlant la poésie, le conte, la nouvelle, l'essai, le journal. La réactualisation du mythe et du symbole du Simorgh et d'Œdipe permet d'interroger, de manière novatrice et oblique, la condition humaine et la création contemporaines. Dib "brise le mur" entre les genres littéraires puisque, ainsi qu'il le suggérait dès 1961, le roman est "une sorte de poème inexprimé" et la poésie "le noyau central du roman". Ce texte ultime fait éclater les limites entre les genres, les langues, les imaginaires, les patrimoines littéraires et philosophiques. Le fragment, le discontinu, le double, l'indécidable, autant de figures et de caractéristiques qui fondent la poétique dibienne. Celle-ci renvoie, comme le montre Naget Khadda, "les reflets tantôt dissociés, tantôt décalés, tantôt superposés ou même fondus d'un monde ancré dans une double référence culturelle, mythique et linguistique" et "porte l'estampille de cet entre-deux de la circulation du sens".

Mounira Chatti est professeure à l'université Bordeaux Montaigne (et membre de l'équipe d'accueil TELEM, EA 4195).
Publications
La fiction hérétique. Créations littéraires arabophones et francophones en terre d'islam, Classiques Garnier, 2016.
La traduction comme expérience des limites. Les écritures franco-arabes, PUB, 2016.
Co-directions
Littératures plein Suds. Langues, histoire, mémoire, Marsa Éditions, 2015.
Sexe, genre, identité, L'Harmattan, 2013.
Femmes et création, L'Amandier, 2012.
Elle a publié un roman, Sous les pas des mères, L'Amandier, 2009.
En collaboration avec Marie Virolle, elle prépare l'édition d'un ouvrage collectif : Littératures du monde arabe : traduction, intertextualité, exil (à paraître en 2020).

Mireille DJAÏDER : Alchimie du langage et "nostalgie du sens"
Dans Habel, récit en crise, pour donner à voir de l'intérieur la descente aux enfers du migrant de Paris, l'écriture croise mots et images, s'hybride. Ce roman carnavalesque, tout de montages, joue de l'alliage du lisible et du visible, emprunte à la littérature et aux arts visuels. Des réminiscences cinématographiques et picturales théâtralisent les métamorphoses textuelles et sexuelles d'Habel, jalonnent son parcours halluciné. Au miroir des mots, ces reflets anachroniques, projetés dans le cours diégétique, doublent et troublent la scène de l'écriture, laissant entrevoir l'innommable. Dans ce jeu de réflexion, une illumination : l'apparition de nuit de Lily, l'illisible, l'illimité, la fugitive, l'âme errante, l'Absente comme Leïla du diwân de Medjnoûn ouvre une quête quasi mystique de l'amour fou aux limites du rêve et du réel pour donner à lire ce qui ne s'écrit pas : l'appel d'une parole première et "la nostalgie du sens".

Mireille Djaïder, titulaire d'une thèse sur l'œuvre de Kateb Yacine, a enseigné à l'université d'Alger et publié plusieurs articles sur la littérature algérienne de langue française. Elle a organisé, avec Beïda Chikhi, les archives de Kateb Yacine à l'IMEC et l'exposition qui lui a été consacrée à l'Institut du Monde Arabe (1994). Elle a participé au catalogue Kateb Yacine, Éclats de mémoire (Éditions de l'IMEC, 1994, 80 pages).

Toufik HADJI : Mohammed Dib se ressource, en écriture et en photographie, dans une ville plurielle : Tlemcen
Certains diront que Mohammed Dib publie Tlemcen ou les lieux de l'écriture [1994] dans le but d'une autobiographie, ou plutôt d'une "Phautobiographie". D'autres expliqueront son texte illustré par une démarche photo-littéraire. Or, Mohammed Dib parle souvent des lieux qui n'existent plus dans le présent. Il nous les montre grâce à la photographie, car il a besoin d'un autre élément, conjointement à l'écriture, pour se ressourcer. Tlemcen n'est pas seulement sa ville natale mais aussi la source de son écriture et de ses photographies : Tlemcen est issu du berbère "Tilmas", qui veut dire "source". À partir de l'origine du mot "Tlemcen", Dib nous raconte d'autres lieux qui lui sont chers : par exemple le "Médresse", qui a une origine turque. D'autre part, grâce aux photographies de Philippe Bordas en 1993, nous verrons une autre période de "l'histoire" de l'Algérie : la décennie noire. Pour cela, les deux photographes, Dib et Bordas, utilisent un jeu de lumière pour raconter ce qui reconstruit la mémoire d'une ville algérienne. Par rapport à l'écriture, les photographies prises par Mohammed Dib et Philippe Bordas viennent jouer ici une manière différente de réagir aux émotions, une manière de transmission d'un monde autochtone, distincte de celle connue dans les livres dits "orientalistes", et de la fixer par la notation. Par ailleurs, cette représentation de l'autochtone est problématique : en réalité, il s'agit d'un mélange de plusieurs cultures que, par paresse ou par légèreté, on ne différenciait pas.

Toufik Hadji est en 2e année de doctorat "littérature générale et comparée" à l'université Côte d'Azur, CTEL.
Corpus
DIB Mohammed, Tlemcen ou les lieux de l'écriture, Paris, Revue noire, 2003.
Critiques
BARTHES Roland, La chambre claire. Note sur la photographie, Gallimard, 1980.
DÉJEUX Jean, Mohammed Dib, écrivain algérien, Naaman, Sherbrook, 1977.
KHADDA Naget (dir.), Mohammed Dib : 50 ans d'écriture, Publications de l'université de Montpellier 3, 2002.
MÉAUX Danièle, Voyages de photographes, Saint-Étienne, Publications de l'université de Saint-Étienne, CIEREC-Travaux 141, 2009.

Naget KHADDA : D'un genre, l'autre : vers une esthétique de l'abstraction
On le sait, les genres littéraires se créent dans une histoire à la fois politique et culturelle. Lorsque des écrivains algériens ont pris la plume en langue française et dans la forme romanesque pendant la période coloniale, ils répondaient à une exigence du seul champ culturel patenté — celui du pouvoir colonial — en marge de leur habitus familial. Ce faisant, ils ajoutaient à l'histoire littéraire de leur territoire (elle-même complexe par ses héritages multiples) une nouvelle branche : la littérature algérienne de langue française. On a beaucoup glosé sur le mixte culturel constitutif de toutes les littératures francophones (pour nous en tenir à celles-là) et sur leur "bilangue". Or, chacun des auteurs de ce vaste corpus a eu à négocier, à sa façon, les termes de son existence, à conquérir son espace de liberté au cœur des contraintes imposées par la doxa dominante et à y inventer son univers propre. Dib, qui a la particularité d'avoir mené de front une réflexion critique et le geste d'écriture, nous offre un texte disparate qui donne à voir la scénographie de l'interaction de ses multiples références (philosophiques, linguistiques, mythiques, génériques…). Je m'attacherai à montrer comment, sur la scène de ce théâtre des compétitions culturelles, se dessine, chemin faisant, la tension vers une esthétique du signe qui récuse toute description mimétique du monde.

Professeure de langue et littérature françaises, Naget Belkaïd-Khadda, aujourd'hui à la retraite, a enseigné dans les universités d'Alger et de Montpellier III. Elle a effectué de brefs passages par les universités de Paris XIII (à titre d'invitée) et de Paris VIII (comme professeure associée). Spécialiste de l'œuvre de Mohammed Dib et, plus largement, des grands auteurs algériens des années 1950 qui ont consacré la littérature de langue française en Algérie ; elle s'intéresse aussi aux arts plastiques pour avoir accompagné la réflexion et la création de son mari, Mohammed Khadda, un des pionniers de la peinture moderne en Algérie, décédé en 1991. N. Khadda est, plus généralement, attentive au champ culturel maghrébin et à ses formes d'art nouvelles, indexées sur l'histoire culturelle européenne et amarrées à l'héritage ancestral. Membre fondateur de La Fondation Mohammed Dib ("La grande maison") de Tlemcen et du prix Mohammed Dib qu'elle a présidé jusqu'en 2014, elle a aussi présidé en 2016 et 2017 le jury du prix Assia Djebar. Naget Khadda a publié plusieurs études, dirigé des ouvrages collectifs et produit de nombreux articles dans des revues spécialisées.

Regina KEIL-SAGAWE : Lyyli des quatre saisons : les correspondances du genre, entre poème et prose
Dans mes archives, se trouve le typoscript d'un recueil de poèmes de Mohammed Dib publié seulement post mortem, dans le premier volume de l'édition de ses Œuvres Complètes, "Poésies" (Paris, La Différence 2007), rassemblé par Habib Tengour. Il est intéressant de suivre la piste des résurgences de Lyyli entre poèmes et prose, dans les différents écrits dibiens, et de voir surgir Lyyli comme chiffre, non seulement de l'élément féminin parmi d'autres figures féminines emblématiques de l'œuvre dibien, mais aussi comme symbole d'un avenir autre, imprégné par l'imbroglio des civilisations et cultures, et comme esquisse d'un(e) alter ego permettant à l'auteur/au narrateur d'élaborer, dans un va-et-vient méditatif, sa propre pensée.

Enseignante à l'université de Heidelberg pendant de longues années, de nos jours traductrice littéraire libre, spécialisée dans les littératures francophones du Maghreb, Regina Keil-Sagawe a beaucoup travaillé sur les problèmes de traduction/réception du texte maghrébin.
Publication
A traduit, entre autres, L'Infante Maure de Mohammed Dib en allemand (Die Maurische Infantin, Cologne 1997 et 2016).
A édité le numéro spécial de la revue Expressions maghrébines consacré à "Mohammed Dib poète" (2009).

Inès KREMER : Problématique de l'autobiographie dans l'œuvre de Dib
Profondément ancrée dans la tradition littéraire française et européenne, l'écriture autobiographique marque l'émergence et l'évolution de la littérature maghrébine d'expression française. Même si les textes en prose de Mohammed Dib n'admettent pas ouvertement leur dimension autobiographique — ne proposant pas de pacte autobiographique dans le sens de Lejeune — plusieurs d'entre eux sont fondés sur des expériences vécues qui ont marqué l'auteur. Après sa trilogie algérienne qui transmet ses idéaux communistes, Dib publie des romans moins explicitement engagés et d'autant plus personnels qu'ils thématisent l'exil, l'isolement et le déchirement identitaire. Parmi eux, il semble que ce sont surtout Habel (1977) et la trilogie nordique (Les terrasses d'Orsol, 1985 ; Le sommeil d'Ève, 1989 ; Neiges de marbre, 1990), dont le fondement autobiographique joue un rôle prépondérant, qui sont les plus appropriés à l'étude de cette problématique. Cette contribution propose d'analyser la signification de la composante autobiographique dans l'œuvre de Mohammed Dib tout en s'interrogeant sur la réflexion poétologique qu'elle inspire à l'auteur.

Inès Kremer est titulaire d'un master en langues et littératures romanes, Université Johannes-Gutenberg, Mayence (2015). Depuis mars 2016, elle est doctorante et enseignante à l'université de Duisburg-Essen (équivalent à A.T.E.R.), le titre provisoire du projet de sa thèse est "Entre assimilation et rébellion — stratégies et transformations au sein du champ littéraire français et algérien des années 1940 et 1950".
Publications
"Taos Amrouche und die Transformation des Diskurses im literarischen Feld Algeriens", dans Transformationen. Wandel, Bewegung, Geschwindigkeit. Beiträge zum XXXIII. Forum Junge Romanistik in Göttingen (15.-17. März 2017), München, Akademische Verlagsgesellschaft München, 2019, 161-173.
"Zwischen Assimilation und Rebellion : die algerische "Avantgarde" und das Paris der Nachkriegszeit", dans Migration und Avantgarde, Berlin, De Gruyter, 2020, 345-364 (à paraître).

Hanane LAGUER : La théâtralité du geste dans L'infante maure : outil de scénarisation de l'oralité
Ce que nous désignons par théâtralité est la forme spéculaire d'un théâtre(1), d'un art repris et représenté par le texte littéraire : "La théâtralité n'est pas le privilège de la chose représentée, mais du mouvement d'écriture par lequel on représente"(2). Très présente dans la littérature algérienne (poésie et roman), elle contribue à amplifier le sens et la signification. Chez Mohamed Dib, elle est souvent présentée comme une pratique de mise en scène d'une parole poétique véritablement imprégnée de la culture orale, et qui trouve sa complétude dans le geste du corps, l'emplacement de ce dernier dans l'espace ainsi que dans l'ensemble des éléments du décor qui l'accompagne. Dans L'Infante maure, la question de la gestuelle instille la théâtralité de cette écriture où se révèle le sens d'une oralité. Il s'agit de la gestuelle d'un corps primé, qui se conjugue dans la danse et le geste de Lyyli Belle. Son corps inspire sa théâtralité et abrite son théâtre dans le processus de recréation de son propre monde. Outrepassant le geste, Lyyli Belle s'adonne à une poétique de la géométrie. Celle-ci établit le lien entre le geste scriptural et la voix dans le roman. Autrement dit, notre réflexion se base aussi bien sur la scénarisation du geste/de la voix que celle de l'écriture. Pour ce faire, toute une dramatisation est déployée pour traiter l'aventure de l'écriture.
(1) Ici le mot théâtre renvoie au spectacle ou à la mise en pratique d'un spectacle ; autrement dit, mettre en scène un événement, un sentiment, dans le but d'être vu par les autres pour y contribuer. Dans cette intention, l'on retrouve forcément une forme d'exagération (amplification, dramatisation, paraphrase, redondance…), pour l'accomplissement de ce spectacle.
(2) Piemme Jean‐Marie, "Théâtralité", in Michel Corvin, Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Larousse-­Bordas, 1998, p. 1614-­1615.

Hanane Laguer est doctorante à l'Inalco sous la direction de Mourad Yelles. Son projet porte sur les poétiques de l'exil et la question identitaire, abordées à partir d'un corpus multilingue (français-arabe littéraire et arabe maghrébin – melhûn -) et transgénérique (poésie/roman) dans le champ littéraire algérien. Elle est chargée de cours de littératures maghrébines à l'Inalco. Elle a participé à de nombreuses manifestations scientifiques sur la littérature maghrébine, notamment sur sa place au sein de la littérature comparée. Elle prépare un ouvrage collectif à partir d'une journée d'études qu'elle a co-organisée avec Mourad Yelles intitulée Poétiques de l'exil : Maghreb et diaspora, en 2016.
http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/prg_lacnad_15-12-2016_0.pdf

Amel MAÂFA : De la polyphonie théâtrale à la narration romanesque. Le cas de Mille hourras pour une gueuse et de La Danse du roi
Montée au festival d'Avignon en 1977, Mille hourras pour une gueuse est une expérience de théâtre menée par Mohammed Dib. Longtemps considérée comme une adaptation du roman La danse du Roi (1967), les travaux effectués par Isabelle Mette sur les manuscrits de l'auteur (disponibles à la BNF) ont démontré l'antériorité de la pièce sur le roman. Dans les deux œuvres, nous retrouvons le personnage de Arfia, une ancienne maquisarde, déchirée entre un passé glorieux et un présent désenchanté. Les personnages évoluent dans un univers éclaté, dans un va-et-vient entre passé et devenir. Le présent se voit transcendé dans la narration, accentuant ainsi le jeu dramatique du récit. Dans cette communication, nous essayerons d'étudier ce que Charles Bonn appelait "la fonction romanesque de représenter une représentation" en mettant l'accent sur le personnage de Arfia dans les deux œuvres.

Amel Maâfa est maître de conférences, HDR, à la faculté des lettres et des langues, Université 8 Mai 1945 Guelma, Algérie. Elle s'intéresse tant à la littérature qu'aux arts. Elle a participé à de nombreuses rencontres scientifiques autour de ces thématiques dans de nombreux pays. Elle a publié de nombreux articles, et a co-dirigé un ouvrage sous forme d'entretiens avec Charles Bonn, Littérature algérienne. Itinéraire d'un lecteur (El Kalima, 2019).

Lamia OUCHERIF : L'écriture du "visuel"
Nous avons choisi de réfléchir sur la conception de l'écriture chez Mohammed Dib et surtout sur le rapport qui existe entre ce qu'il appelle lui-même "le visuel" et le monde. Dans un passage de L'Arbre à dires, il précise : "Ce qui est sûr, c'est que je suis un visuel, un œil. Cela ressort dans mes écrits et quel que soit le genre d'écrit : poème, roman, nouvelle" (p. 107). Qu'entend Mohammed Dib par l'expression "je suis un visuel" ? Même si l'expression paraît simple, elle ne l'est pas pour autant, surtout que l'écrivain la rattache à tous ses écrits et tous genres confondus.

Lamia Oucherif est maître de conférences en littérature au département de français de l'École normale supérieure de Bouzaréah, Alger. A soutenu son doctorat en mars 2010. L'intitulé de sa thèse est "Pour une poétique de la relation père/fille chez M. Dib, A. Djebbar et S. de Beauvoir". Chef d'équipe au sein du laboratoire LISODIP, à l'ENS de Bouzaréah. Les recherches de l'équipe portent sur la littérature francophone du XXIe siècle.
Publications
"L'invention d'une langue littéraire dans un milieu plurilingue", revue Socles (revue du laboratoire LISODIP), n°2, Janvier 2013.
"L'écriture comme dissimulation ou l'écriture de la dissimulation dans les littératures contemporaines, francophone et française (fin du XXe et XXIe siècles)", revue Socles (revue du laboratoire LISODIP), n°8, Janvier 2016.

Nasrin QADER : Le théâtre de l'écrit : jouer avec/jouer de…
Cette communication prend son élan dans le simple constat que Mohammed Dib est un grand joueur. Malgré le grand sérieux de son œuvre, autant du point de vue politique et éthique que poétique, l'écriture de Dib joue avec les mots et des mots et ainsi joue avec et de nous, joyeusement. Commençant par une lecture précise du rapport entre le jeu et l'écriture dans Neige de marbre, cette analyse la relie en même temps avec la question de la perspective plus généralement dans l'œuvre de Mohammed Dib et l'intérêt qu'elle manifeste à la visualité et à ses enjeux, cherchant ainsi à souligner que le jeu en tant que l'ouverture d'un espace de visibilité et de communication constitue le cœur de l'imagination et de la pensée de Mohammed Dib.

Nasrin Qader enseigne la littérature francophone et la littérature comparée à Northwestern University, aux États-Unis. Elle est auteur de Narratives of Catastrophe : Boris Diop, Ben Jelloun, Khatibi et des articles sur la littérature francophone et arabe du Maghreb. Elle travaille actuellement sur un projet de livre autour de la question de la visualité et le jeu, dans lequel Mohammed Dib occupe une place importante.

Abdellah ROMLI : L'intratextualité dans l'œuvre dibienne : une question de vie ou de mort
Reprendre un de ses textes ou un de ses personnages pour le replonger dans une nouvelle aventure scripturale fut certainement une des pratiques courantes des poétiques romanesques françaises du XIXe siècle. C'est à cette intratextualité, appréciée du moins par les éditeurs, qu'on doit ces grands ensembles romanesques signés par Balzac, Zola ou George Sand au nom d'une individualité créatrice unie et indivisible. Chez Mohammed Dib, le projet comme les intentions nous paraissent autres. Pour un auteur qui s'est très tôt prononcé pour une production de longue haleine, la reprise démasque principalement une tension dans le procès d'énonciation qui est constamment en train de se reconstruire autour de thèmes obsédants et qui est, par là-même, un acte qui se met en abyme, qui se théâtralise pour reprendre la thématique du colloque. Quand l'écho des Terrasses d'Orsol retentit dans une nouvelle de La Nuit sauvage : "La mort de Talilo" et quand Lyyli Belle, narratrice de L'Infante maure, renaît dans une partie de L'Arbre à dires, rien n'est aussi fort et aussi urgent que cette envie de renouer avec la vie par la prise de parole.

Abdellah Romli est professeur-chercheur en littératures francophones, auteur d'une thèse et de plusieurs articles sur l'œuvre de Mohammed Dib, membre d'une unité de recherche "Imaginaires, Textes et Écritures" du Laboratoire DILILARTICE affilié à l'université Ibn Tofaïl de Kénitra (Maroc) et chercheur associé à l'équipe de recherche sur les manuscrits de Mohammed Dib, à l'Institut des Textes et Manuscrits Modernes ITEM-Paris (CNRS-ENS).

Hervé SANSON : La nébuleuse de La Fiancée du printemps : construction et déconstruction du mythe
La réécriture des mythes a toujours constitué dans l'écriture dibienne un motif essentiel. Jamais publiée, sans cesse reprise de 1960 à 1986, la pièce de théâtre La Fiancée du printemps n'échappe pas à la règle et mobilise notamment le rite berbère de Guendja, "La fiancée de la pluie" ; ce qui importe à l'écrivain algérien réside dans le fait d'"essayer de saisir ce moment particulier où le mythe émerge dans la vie quotidienne et où, détruisant nos particularités de caractère, de sentiment, de pensée, il nous agrège aux autres en un vaste corps anonyme mû par une force qui lui est à lui-même inconnue" ("Notes sur La Fiancée du printemps ou le théâtre à l’état naissant", inédit). À partir des différents tapuscrits dont nous disposons, tant les versions théâtrales successives que le scénario que Dib en a tiré avec Marcel Moussy au début des années soixante, mais aussi du roman Si Diable veut, dernier avatar — romanesque — de cette entreprise théâtrale, et en mobilisant les outils de la génétique des textes, nous nous attacherons à dégager les enjeux du travail de réécriture dibien quant au mythe, et l'évolution que celui-ci subit au long des différentes versions.

Après avoir soutenu une thèse de doctorat sur Mohammed Dib en 2005, Hervé Sanson a publié de nombreux articles sur Dib, notamment dans Expressions maghrébines ("L. A. Trip : la troisième voie ou : D'un rocking-chair", EM, "Dib poète", vol. 4, n°2, hiver 2005 ; "Une esthétique du bazar", EM, Varia, col. 18, n°1, été 2019), ou dans Apulée ("Dans l'œil du cyclone", n°2, "De l'imaginaire et des pouvoirs", Zulma, 2017). Il a coordonné le numéro de la revue Europe consacré à Dib, paru en mai 2020. Il prépare avec Habib Tengour l'édition critique et génétique des nouvelles de l'écrivain, à paraître prochainement aux éditions du CNRS.

Lucy STONE McNEECE : L'écriture de Mohammed Dib : la plume comme un pinceau
Cette communication démontrera la fonction du principe du féminin chez Dib comme agent de démantèlement des codes de la représentation conventionnels. Dib a compris que les genres littéraires et sexuels partagent une structure hiérarchique et binaire qui limite notre manière d'être au monde et notre capacité de créer les conditions éthiques propices à l'épanouissement de l'être humain. Ainsi Dib met en scène le "féminin" libéré de sa biologie et les clichés associés aux femmes, et en révisant les structures il transforme ses récits en découvertes épistémologiques et éthiques. Le féminin l'amène aussi à puiser dans la culture populaire orale, pour en extraire sa sagesse. Chez Dib le principe du féminin engendre une révolution qui abolit les frontières entre les oppositions telles que le féminin et le masculin, le moi et l'autre, la raison et la folie, le sujet et l'objet, la poésie et la prose, le Nord et le Sud, pour mettre en scène une vision plus inclusive et plus égalitaire.

Lucy Stone McNeece est diplômée de Harvard University. Elle a enseigné les littératures francophones ainsi que le théâtre et le cinéma à l'université du Connecticut puis à l'université de Mohammed V à Rabat. Elle a travaillé sur les littératures comparées au centre des Études maghrébines et du Moyen Orient et au C.E.M.A.T à Tunis. Depuis sa retraite, elle a fait une maîtrise en littérature arabe à l'INALCO, enseigné à l'université américaine de Beyrouth et passé une année de recherche à l'IFPO (Institut français du Proche Orient). Ses publications portent sur des écrivains francophones du Maghreb, de l'Afrique de l'ouest, et sur des auteurs du Moyen-Orient.

Manel ZAÏDI AÏT-MÉKIDÈCHE : L'œil cosmique et l'ouïe, œil du cœur : hypostases dibiennes
Dans cette communication, nous nous proposons d'examiner les fondements de l'écriture dibienne et la résurgence des multiples voix qui peuplent son œuvre du fait de l'importance que revêtent pour lui la Vision et l'Ouïe comme génératrices de sens. Nous commencerons par interroger le désert dans son essence dissolvante, capable de neutraliser le pouvoir testamentaire de l'écriture. Dans cet esprit, nous aborderons l'importance de la récitation et la sublimation de la vision par l'ouïe dans l'œuvre dibienne. Nous montrerons comment la vision relève d'un œil cosmique sublimé par le verbe récité et donc, systématiquement, par l'ouïe comme forme ésotérique de connaissance. Nous évoquerons par ailleurs un des atavismes du style dibien, lié à la parole qui traverse son œuvre sans qu'elle s'astreigne à la toute-puissance de l'écrit. Cet atavisme sera rapproché, dans la même lancée, de l'importance de l'ouïe et de ces traces qui aident à chercher et à reconstruire du sens à partir de bribes de paroles.

Manel Zaïdi Aït-Mékidèche est docteure en Sciences des Textes Littéraires à l'École Normale Supérieure d'Alger. Elle est autrice d'une thèse de doctorat dédiée à "L'Imagination de l'Ailleurs dans l'œuvre de Mohammed Dib" et d'un mémoire de magistère sur le "Symbolisme thériomorphe et l’imaginaire animé de Mohammed Dib". Ses publications et ses travaux de recherche portent sur l'imaginaire dibien et ses rapports avec le politique, la mythologie et la philosophie, notamment la philosophie illuminative et spirituelle.


SOUTIENS :

• Textes, littératures : écritures et modèles (TELEM) — EA 4195 [Université Bordeaux Montaigne]
• Réseau mixte algéro-français de recherche-formation et de recherche sur la langue française et les expressions francophones (LaFEF)
• Société internationale des Amis de Mohammed Dib (SIAMD)
• Coordination internationale des chercheurs sur les littératures maghrébines (CICLIM)
Université Paris 8 | Vincennes - Saint-Denis
• Direction régionale des affaires culturelles Normandie (DRAC)


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque pour les auditeurs sont maintenant ouvertes. Au regard des informations concernant l'évolution de la crise sanitaire et de notre capacité d'accueil, celles-ci pourront être mises sur une liste d'attente.


Avant de remplir ce bulletin, consulter la page Inscription de notre site.

Tous les champs marqués d'un (*) doivent être renseignés.


Présentation personnelle

[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png ]


Adresse personnelle ou professionnelle
Ces renseignements figureront sur la liste des participants qui sera remise lors du colloque.


Frais de séjour : *

Total à verser :

Si différente, merci d'indiquer une adresse de facturation


[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png, pdf, doc, docx, txt ]
Vous pouvez ajouter ici, si besoin, les documents nécessaires pour compléter votre inscription : copie de carte d'étudiant(e), justificatifs de revenus, ...


Précisions à nous communiquer pour l'agrément de votre séjour :
[par exemple : grande taille (plus de 1,80 m), problèmes de mobilité, partage d'une chambre ou voisinage de chambres, inscription groupée, régime médicalement surveillé, ...]
Ces renseignements sont utiles à la répartition des chambres. Le logement est assuré au château de Cerisy et ses dépendances, en chambres doubles ou individuelles. En cas de grande affluence, les inscrits tardifs se logeront aux alentours.

Programme 2021 : un des colloques

Programme complet


Colloque annulé

À l'initiative de Pascal Quignard rejoint par Mireille Calle-Gruber et d'Anaïs Frantz, ce colloque est annulé en raison de la situation sanitaire. Toutefois, une publication reprenant les interventions prévues paraîtra en 2022 dans la collection "Colloques de Cerisy" aux éditions Hermann. Le CCIC, informé de cette annulation, présente ses regrets à tous et notamment aux auditeurs inscrits à cette rencontre.

La direction du CCIC


MORPHOGENÈSE : DONNER LIEU AU PATRIMOINE ORIGINAIRE
AVEC ARNO STERN ET PASCAL QUIGNARD


DU LUNDI 6 SEPTEMBRE (19 H) AU DIMANCHE 12 SEPTEMBRE (14 H) 2021

[ colloque de 6 jours ]


Grotte Chauvet. Homme-Bison s'approchant de la matriarche © Carole Fritz / Ministère de la Culture


DIRECTION :

Mireille CALLE-GRUBER, Anaïs FRANTZ, Pascal QUIGNARD

Avec la participation d'Arno STERN


ARGUMENT :

L'originaire fait signe — il fait signe dans les découvertes scientifiques, dans l'art, dans les rêves, dans la langue littéraire, dans l'amour, dans le jeu des enfants, dans la vie sauvage. Mais comment accueillir ces signes — ces traces — dont la manifestation précède le logos (le langage de la raison) et les sciences régies par le logos ?

Ce qui se donne à penser, avec les travaux d'Arno Stern et de Pascal Quignard, ce sont autant les conditions d'expression de l'"Homo vulcanus" (Stern) dont, sans répit, Quignard guette l'éruption dans les images et les textes qu'il collecte, que celles de la réception des traces de l'ancienne "vie aquatique" (Quignard) dont l'atelier de peinture créé par Arno Stern à Paris au lendemain de la Seconde Guerre mondiale reconstitue l'état de plénitude. C'est, dans toute son amplitude, la question de la morphogenèse envisagée sous l'angle de la sémiologie (Stern) ou du rêve (Quignard).

À partir des œuvres d'Arno Stern et de Pascal Quignard, de l'exposé de leurs singularités respectives et de leur rencontre, le Centre culturel international de Cerisy se propose d'être le lieu d’une méditation transdisciplinaire, à l'intersection de la paléontologie, de l'embryologie, de la psychanalyse, des sciences du langage, de la danse, de la peinture, de la littérature, autour des conditions d'accueil et d'expression du patrimoine originaire.

N.B. : Ce colloque ayant été initialement prévu en 2020, il vous est possible d'accéder à sa présentation 2020 : cliquer ici.


MOTS-CLÉS :

Danse, Images originaires, Lascaux, Littérature, Mémoire archaïque, Morphogenèse, Paléontologie, Psychanalyse, Quignard (Pascal), Sémiologie, Stern (Arno), Traces


CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 6 septembre
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Mardi 7 septembre
Matin
Mireille CALLE-GRUBER, Anaïs FRANTZ & Pascal QUIGNARD : Ouverture
Emmanuel ANATI : La décodification de l'art préhistorique et l'origine de l'écriture
Amélie BALAZUT : Du secret des images endogènes : retour aux sources animales de l'esthétique

Après-midi
Performance de Pascal QUIGNARD
Marie-Christine LALA : Aux tréfonds de l'être inexprimer l'exprimable encore
Mireille CALLE-GRUBER : Le corps archaïque. Urszenen de Pascal Quignard

Soirée
Projection d'archives visuelles d'Emmanuel Anati


Mercredi 8 septembre
Matin
Chantal LAPEYRE : Le Mur de Planck
Stefano GENETTI : Autour d'un ballet imaginaire des origines

Après-midi
Geneviève HAAG : La morphogenèse au croisement du jaillissement et des rebonds de la rencontre
François FARGES : Scènes de la vie fœtale
Nicole FARGES : À l'origine, la nuit fœtale

Soirée
Projection puis discussion autour du film Marie Morel, une vie de peintre (2020), en présence de Marie MOREL


Jeudi 9 septembre
Matin
Catherine DOLTO : La vie dans les plis
Dimitrios KRANIOTIS : Jerome Andrews : la danse profonde, la joie d'être en mouvement
Victor PITRON : Bases cognitives de la perception corporelle

Après-midi
Pascal QUIGNARD : Morphée

Soirée
Projection autour de Jérôme Andrews et la danse profonde


Vendredi 10 septembre
Matin
Eberhard GRUBER : De la morphogenèse à partir de l'informe
Joël BALAZUT : L'ordre symbolique et son envers
Éric MARTY : Le Travesti

Après-midi
Hugo RUDY : À la recherche de l'universalité psychique : Georges Devereux et l'approche ethnopsychiatrique
Anaïs FRANTZ : "Et ce n’est pas de l’art…"

Soirée
Projection puis discussion autour du film Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des Plaines) d'Arnaud Desplechin (2013)


Samedi 11 septembre
Matin
Arno STERN : Le Tracé révélateur d'une mémoire archaïque

Après-midi
Arno STERN : Genèse d'une découverte

Soirée
Projection puis discussion autour du film Alphabet d'Erwin Wagenhofer (2013)


Dimanche 12 septembre
Matin
Conclusions

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Emmanuel ANATI : La décodification de l'art préhistorique et l'origine de l'écriture
L'art rupestre est une expression de l'esprit humain, répandue dans le monde entier, qui se perpétue depuis des millénaires. Dans le cadre du rapport mondial de l'UNESCO de 2008, "Art rupestre : état de la recherche", l'auteur avait présenté un système mondial de typologie de l'art rupestre. Depuis, plusieurs modifications se sont révélées nécessaires. Dans cette intervention, l'auteur présentera successivement la formule réactualisée de cette typologie en considérant les points suivants : les concepts élémentaires de la typologie ; la définition de "site" d'art rupestre ; la grammaire de l'art rupestre : typologie des graphèmes ; les catégories d'après le mode de vie : chasseurs-récolteurs archaïques, chasseurs utilisant arc et flèche, éleveurs et économie pastorale, économie agricole complexe, autres ; la syntaxe, les systèmes associatifs : associations, compositions, séquences, scènes, etc. ; les archétypes et les variantes ; enfin les buts et les issues de la typologie.

Amélie BALAZUT : Du secret des images endogènes : retour aux sources animales de l'esthétique
En faisant le choix délibéré et asocial de se "rencoigner" dans l'ombre de cette enclave ancêtre prolongée que constitue la grotte, les artistes paléolithiques ont ainsi trouvé l'occasion de "recoïncider" avec le secret de leur origine. Une autre intrigue linguistique se propose alors où ce qui se joue, ou plutôt se rejoue, est autre et pour autant en rien nouveau, puisqu'il s'agit du retour à l'initialité sauvage de leur condition, dans l'aparlance originaire, silencieuse et secrète du premier royaume. Dans cette intrigue préhumaine, le dénouement prendra nécessairement la forme d'images venues de l'ombre elle-même, celles échappées et rêvées de la sauvagerie source. C'est en ce sens, nous dit Pascal Quignard, que "les images sont préhumaines. Elles datent d'avant les langues naturelles dans les bouches humaines". Pour bien comprendre la pré-humanité de ce pré-langage, dans l'immersion sensorielle de laquelle les images nous replongent, il importe de prendre la pleine mesure de ce qui-vive animal, imprédictible et extravagant, qui fait le fond de l'activité créatrice comme de l'activité onirique où ce qui s'exalte et s'hallucine, puis s'évade et s'exvague, au travers de cette motricité fantôme qui engage le corps du rêveur comme celui du graveur ou encore du danseur, est pareil à l'élan dissident qui emporte tous ceux qui osent lâcher la corde de la langue pour regagner cette animalité antérieure, dont cette enclave ancêtre, reconstituée, garde les plus saisissantes archives.

Amélie Balazut est Docteur en Arts plastiques — sciences de l'art et Membre associé du Museum National d'Histoire Naturelle, UMR 7194 - Histoire naturelle de l'homme préhistorique. Après sa thèse "Origine de l'art — art des origines", sa recherche s'est prolongée par la publication d'un livre Portrait de l'homme en animal, PUP (préface de J.-L. Nancy) et celle de plusieurs articles et actes de colloque ayant pour sujet la représentation de la duplicité homme/animal dans l'art, des origines à nos jours. Une approche plus spécifique de ces questions, dans l'œuvre de Pascal Quignard, l'amène aujourd'hui à faire entrer en résonance leurs pensées et leurs sensibilités sur le secret auquel ouvrent ces images paléolithiques — une recherche qui a déjà donné lieu à plusieurs productions : contribution au Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, Hermann, "L'amont animal de l'histoire", intervention au colloque L'Art paléolithique au risque du sens, à Cerisy, et écriture d'un essai, In illo tempore. Voyage imaginaire dans le dernier royaume de Pascal Quignard, en cours de publication.

Joël BALAZUT : L'ordre symbolique et son envers
L'ordre symbolique, cet ensemble de règles et d'interdits culturels portés par le langage, est par un aspect essentiel le véhicule d'un "dressage" qui nous coupe non seulement de notre singularité mais aussi d'une ouverture primaire au monde en médiatisant notre relation à celui-ci qui est tenu à distance. Nous sommes ainsi séparés du réel par une grille de lecture, conventionnelle et imposée, propre à le "cartographier". Or, il est une autre dimension du symbolique, trop souvent méconnue mais non moins importante, par laquelle il se rapporte, au contraire et paradoxalement, à son propre envers, ménageant ainsi un espace de transgression permettant de regagner l'immédiateté, le Jadis fusionnel dont il nous avait d'abord coupé. Nous nous proposons alors de montrer qu'une telle ouverture du symbolique à son envers, laquelle est véhiculée par les arts dans leurs productions les plus fortes (ainsi que Lacan avait essayé de le montrer dans le Séminaire VII) est si essentielle qu'elle est ce à partir de quoi seulement celui-ci peut être compris en son origine.

Joël Balazut est Docteur en Philosophie et auteur de plusieurs ouvrages et articles sur la pensée de Heidegger, mais également sur Bataille et Lacan. Il s'efforce de mettre en œuvre un questionnement ontologique originaire qui permettrait de rétrocéder en deçà de la pensée représentative (du clivage sujet objet). D'où l'intérêt qu'il porte à la relation qu'entretient l'ordre symbolique avec son envers, avec l'immédiateté dont il nous a d'abord séparé.
Principales publications
L'impensé de la philosophie heideggérienne, Paris, L'Harmattan, 2007.
Art, tragédie et vérité, Paris, L'Harmattan, 2011.
Heidegger : une philosophie de la présence, Paris, L'Harmattan, 2013.
Georges Bataille ou l'envers de la philosophie, sous le pseudonyme de Frédéric Altberg, Camion noir, 2014.
Les racines secrètes de l'ontologie ou la question de la chose, Paris, L'Harmattan, 2016.
Heidegger et l'essence de la poésie, Paris, L'Harmattan, 2017.
Lacan. Une lecture philosophique, Paris, L'Harmattan, 2018.
Descartes et l'essence de la métaphysique, Paris, L'Harmattan, 2019.

Catherine DOLTO : La vie dans les plis
Ce titre est un hommage à Henri Michaux, poète qui savait presque dire l'indicible. Ma pratique de l'haptonomie, et en particulier l'accompagnement pré et postnatal m'ont donné accès à des espaces/temps minuscules mais majestueux comme le sont souvent les fondations. Même si la science les scrute avec de plus en plus d'acuité, le mystère de ce qui se joue là demeure. Dans les plis l'œuf se nide, la petite mûre se transforme en un disque plat formé de trois feuillets qui est le lieu d'une migration cellulaire très rapide, très intense. À 21 jours de vie commence le grand geste primitif : l'enroulement, qui donnera au petit humain sa forme embryonnaire spécifique. La courbe, tracé humain par excellence, est déjà là. D'instants en instants se posent des actes très brefs dont les effets dureront pour toujours dans la vie de celui ou celle qui se prépare dans cette obscurité liquide, à faire son entrée dans le monde des respirants aériens pour y jouer sa part. Tout est interaction, réaction, adaptation. Les antennes du sensible sont déployées. Le programme génétique prévoit et organise mais la rencontre avec le monde extérieur sculpte et modèle. L'Affectif, l'épigénétique et la plasticité neuronale œuvrent silencieusement conduits par la quête des échanges, propre au petit humain, qui à travers eux sort de son statut de spécimen de l'espèce pour acquérir celui d'autre véritable. Peu à peu dans le passage du mouvement incontrôlé au geste mu par une intention surgit le Sujet.

François FARGES : Scènes de la vie fœtale
L'échographie obstétricale a pour effet latéral de faire sortir le fœtus de sa caverne. Il surgit sur l'écran et avec lui les traces de l'origine de la vie. À côté et souvent après l'examen médical, François Farges filme le fœtus, les fœtus. Le but étant, in fine, d'accueillir, avec les parents, la vie fœtale. Surgissent alors des scènes de la vie fœtale en lien avec ce qui se produit dans le sein maternel ou dans l'environnement. En particulier les observations de grossesses gémellaires montrent en direct les relations intra-utérines avec un "autre". François Farges a sélectionné de courtes séquences significatives de cette émergence de la vie fœtale, à l’origine.

François Farges est obstétricien, gynécologue et échographiste, spécialisé en AMP. Après une longue carrière d'obstétricien, il travaille maintenant spécifiquement avec des couples en situation d'infertilité. Il pratique des observations échographiques dans le cadre de recherches sur la vie fœtale et les relations entre jumeaux in utero.
Publications
Farges F. et Farges N. (1994), Paroles d'échographiste, Film primé au festival médical d'Amiens et aux entretiens de Bichat.
Farges F. et Groupe Echo (2001), "D'une certaine pratique de l'échographie obstétricale", in Linguistique et psychanalyse, Colloque de Cerisy, Éditions In Press, p.195-231 (réédition Hermann Éditeurs, 2013).
Farges F. (2012), "Dépistage de la trisomie 21 au premier trimestre, incertitude et iatrogénie" in Médecine et psychanalyse, Entre autorité et incertitude : moments critiques, Paris, Éd. Études freudiennes, pp. 265-271.
Farges F., Farges N. et Missonnier S. (2016), "L'observation échographique prénatale. Vers une clinique du fœtus ?", in Journal de la psychanalyse de l'enfant, Paris, Puf, n°2, vol. 6, pp. 203-223.
Farges F. et Farges N. (2017), "La fratrie in utéro. Des frères et sœurs dans la chambre obscure", in Petite sœur et petit frère, revue Spirale, n°81, Paris, érès, pp. 55-64.
Farges F. (2017), "La clinique du fœtus", in Bébé Sapiens, Colloque de Cerisy, érès, 2017.
Farges F. et Farges N. (2018), "Sa majesté le fœtus", in Quand les temps changent, les bébés changent-ils ?, Paris, érès, 1001BB, pp. 25-39.

Nicole FARGES : À l'origine, la nuit fœtale
Si la psychanalyse revient inlassablement vers l'Ur, préfixe difficile à traduire, il s'agit de penser la scène primitive, les fantasmes originaires, le père de la horde, la séduction précoce. Mais la vie prénatale, plus précisément la nuit fœtale est restée terra incognita pour Freud, interdit persistant suivi par de nombreux analystes. Or la nuit fœtale, suite de la nuit sexuelle, est mouvement, traces, sensation, recherche. Elle nous habite de la conception jusqu'à la mort. Les images échographiques nous donnent à voir cette activité incessante. La succion en est un prototype à déchiffrer.

Nicole Farges est psychanalyste, de formation psychologue clinicienne. Elle accueille des couples infertiles dans le cadre de la PMA, questionnant le mystère de la fécondité. En collaboration avec François Farges, échographiste, elle travaille depuis plusieurs années sur ce que donne à voir les films échographiques sur la vie fœtale.
Publications
Farges F. et Farges N. (1994), Paroles d'échographiste, Film primé au festival médical d'Amiens et aux entretiens de Bichat.
Farges F., Farges N. et Missonnier S. (2016), "L'observation échographique prénatale. Vers une clinique du fœtus ?", in Journal de la psychanalyse de l'enfant, Paris, Puf, n°2, vol. 6, pp. 203-223.
Farges F. et Farges N. (2017), "La fratrie in utéro. Des frères et sœurs dans la chambre obscure", in Petite sœur et petit frère, revue Spirale, n°81, Paris, érès, pp. 55-64.
Farges F. et Farges N. (2018), "Sa majesté le fœtus", in Quand les temps changent, les bébés changent-ils ?, Paris, érès, 1001BB, pp. 25-39.

Anaïs FRANTZ : "Et ce n’est pas de l’art…"
En usant de la forme négative pour présenter les tableaux qui sont réalisés dans son atelier de peinture, le Closlieu, Arno Stern invite à poser sur la trace un autre regard que celui qui est habituellement porté sur le dessin des enfants et, par extension, sur l'enfance et sur l'enfance de l'art. Formulée en l'occurrence de façon spontanée, la tournure négative ("ce n'est pas") peut dès lors être entendue comme une stratégie soucieuse de préserver un potentiel que l'affirmation limiterait aux catégories linguistiques. Trouvant appui en l'œuvre de Pascal Quignard, l'intervention souhaite s'attarder sur les enjeux méthodologiques, pédagogiques et théoriques de cette approche "négative" de la trace par Arno Stern.

Anaïs Frantz est docteure en littérature et civilisation françaises de la Sorbonne Nouvelle Paris 3. Elle enseigne la littérature française à Paris. En 2018, elle a publié La Mémoire et l'Expression aux éditions Regard, livre où elle dialogue avec Arno Stern. En 2019, elle a organisé à la Sorbonne un après-midi d'étude et d'hommage consacré aux travaux d'Arno Stern sous le patronage de l'UNESCO.

Stefano GENETTI : Autour d'un ballet imaginaire des origines
Entre morphogenèse et métamorphose, les figures du mouvement originaire se multiplient dans les entretiens avec Pascal Quignard ayant trait au corps dansant et à ses expériences théâtrales. Tour à tour amniotiques et volcaniques, antéhistoriques et chamaniques, elles dessinent un parcours qui va de l'évocation de la danse perdue à l'é-motion performative dont il est question dans L'Origine de la danse et dans Performances de ténèbres. Celle-ci sera illustrée par une présentation du Ballet de l'origine de la langue et de la littérature françaises (2016) en termes de dispositio scénique et de danse de la lumière et des ombres, en termes de dramatisation de la lecture et de transcription du chant des oiseaux. Tout en soulignant le rapport qui lie ces fragments du "noyau de nuit" aux pages de Les Larmes et de Dans ce jardin qu'on aimait, il s'agira d'interroger cet étrange ballet d'images et de phrases-sons en tant que mise en espace et en mouvement du patrimoine originaire.

Stefano Genetti enseigne la littérature française à l'université de Vérone. Ses recherches, concernant l'œuvre de Pascal Quignard, portent sur l'écriture fragmentaire et sur les Petits traités, sur les figures d'Ulysse et de Médée, ainsi que sur les collaborations chorégraphiques et les expériences scéniques de l'auteur et non moins sur sa pensée-écriture.

Geneviève HAAG : La morphogenèse au croisement du jaillissement et des rebonds de la rencontre
À partir d'observations du premier développement et de séances de psychothérapie psychanalytique avec des enfants autistes en reprise de communication et de développement, quelques éléments se rassemblent autour de la proposition de Pascal Quignard concernant l'accueil nécessaire du patrimoine originaire : "Le temps ne séjourne comme Origine dans le monde qu'à la condition que, de la part de ceux qui tirent profit de son jaillissement, il obtienne l'hospitalité". Les formes semblent en effet prendre leur origine dans cette rencontre du jaillissement et du retour qu'en organise l'environnement. J'en donnerai quelques exemples dans l'organisation tonico-psychomotrice précoce pré et post natale (les dialogues tonico-émotionnels), dans les émergences de langage (les dialogues sonores), dans les théâtralisations gestuelles des relations dans la première année de la vie (dialogue entre les deux côtés du corps), et dans les composants du dessin préfiguratif spontané des trois premières années.

Publications
Le moi corporel, autisme et développement, PUF, 2018.
"Construction du moi corporel dans les niveaux archaïques du transfert", in Autismes, transferts et langage, dir. Tristan Garcia-Fons, éd. Campagne Première, Paris, 2016.
"Processus psychothérapiques psychanalytiques au long cours avec des enfants autistes : réflexions et approfondissements entre reprises et particularités du développement psychique", in Autismes : spécificités des pratiques psychanalytiques, Autismes et psychanalyses – II, Toulouse, Eres, p.35-73, 2016.

Dimitrios KRANIOTIS : Jerome Andrews : la danse profonde, la joie d'être en mouvement
"La danse au plus profond de moi, ma danse profonde, cette nécessité personnelle, d'où vient-elle ? Et votre danse, celle qui est au plus profond de vous, d'où vient-elle ? Dans le dictionnaire, il est dit que les danses sont des pas rythmés. La danse profonde, c'est autre chose. Il y a des gens qui n'ont jamais appris des pas de danse et qui se sont éveillés du moment qu'ils se sont mis à danser. La danse profonde, ce n'est pas un système, c'est quelque chose que vous connaissez avant même de naître, c'est une chose profonde en vous. Mais vous pouvez passer toute votre vie à éviter ce que vous êtes…"
Figure majeure de la danse moderne aux États-Unis puis en France, influencé intimement par Martha Graham, Mary Wigman ou bien Joseph Pilates, le danseur, chorégraphe et pédagogue Jerome Andrews (1908-1992) a marqué de nombreux artistes contemporains. Entre 1968 et 1980, à l'invitation d'Arno Stern, pionnier en matière éducative, il donne des conférences sur sa conception de la danse et sa pratique pédagogique. Dans ces interventions affleurent son humilité, sa spiritualité, sa fantaisie. On y découvre surtout la subtilité et l'exigence de sa quête, celle d'un épanouissement personnel à travers le mouvement, et son désir de libérer en chacun les possibilités d'une "danse profonde".

Dimitrios Kraniotis est né à Athènes en 1950. Après des études de mathématiques et de philosophie à l'université de Paris il séjourne pendant deux ans au Mont Athos, où il compose son premier receuil de poèmes. En 1980 il s'initie à la danse moderne auprès du chorégraphe américain Jerome Andrews. En 1992-1994, il travaille pour le Wuppertaler Tanztheater de Pina Bausch en tant que dramaturge. Depuis il enseigne la danse contemporaine et crée en collaboration avec Christine Kono plusieurs évènements chorégraphiques : If out of Paris (2002), Sacred Dances Jena (2004), Impromptus Paris (2006), L'altra svolta Rosazza (2007), Nothing always returns Paris (2009), Aporia Athènes (2014).
Il est membre de la Fondation Yannis Tsarouchis à Athènes.
Publications
Il a publié à Athènes neuf recueils de poèmes : Eros Allogenis (1979), Alitis Moira (1985), Avyssos Anoixis (1989), Dithyramboi tis siopis (1994), Archaios Rythmos (2005), Ap'tis rodias to soï (2013), Meteora (2016), Hairetismoi (2016), Pina au rythme des oracles (2017).
Il a traduit en grec Soubresauts et Comment dire de Samuel Beckett, Amours d'écume de Jacques Lacarrière.
Michel Volkovitch a traduit en français des extraits de son œuvre sous le titre Éros Étrange Étranger pour les éditions Desmos, Paris, 1997.
Site : http://www.kraniotis.com/

Marie-Christine LALA : Aux tréfonds de l'être inexprimer l'exprimable encore
Que le patrimoine originaire réside en nous ne fait nul doute. Là où la fin et le commencement se rejoignent, au juste point de l'aube, le tout-humain s'enquiert des premiers signes de l'univers. Cet éveil à la source, Lascaux me l'inspira un jour à égale distance de l'enfant du rivage grec saisissant la pointe pour tracer d'un seul geste sur la page vierge du livre les lignes entrelacées de la prose du monde. La rencontre de Pascal Quignard et Arno Stern fait la part du silence dans les blancs du stade créateur et ravive le saisissement où plongent les gravures de Lascaux. Retour obligé au lieu natal d'un berceau de l'humanité. Ici règne l'inconnu. Lieu de commencement où l'origine se démarque en signant son absence de départ. Nous dirons cette incroyable proximité au fond de la grotte qui n'est pas abolition du temps, mais le Temps lui-même vécu et accueilli au point du "jadir" quand la peinture, la danse ou l'écriture rend à la profondeur de la disparition définitive la sauvagerie de l'intime. Nous pourrons ainsi discuter des enjeux qui sont les nôtres entre onto- et morphogenèse.

Marie-Christine Lala est maître de conférences-HDR en sciences du langage et en langue et littérature françaises à l'université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses publications portent en particulier sur les écritures des XX-XXIe siècles et sur l'analyse linguistique du texte littéraire. Elle est responsable de séminaires au Collège international de philosophie.
Publications
Georges Bataille, Poète du réel, Bern, Peter Lang, 2010.
"De l'élan du réel au mouvement du monde", Pascal Quignard, Translations et métamorphoses, Colloque de Cerisy, Herman Éditeurs, 2015.
A contribué au Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, Herman Éditeurs, 2016.
"(L') Impossible", Dictionnaire Bataille, Les Cahiers Bataille, 2019.
"Blanc (typographique)", "Silence" et "Solitude", Dictionnaire Duras, À paraître, 2020.

Marie MOREL
L'œuvre censurée de Marie Morel de Pascal Quignard, Éditions J'en suis bleue, 2019.
Marie Morel, la peinture libre d'Anaïs Frantz, Éditions J'en suis bleue, 2016.
Visages de Marie Morel d'Anaïs Frantz, Éditions J'en suis bleue, 2017.
La peinture de Marie Morel nous regarde d'Anaïs Frantz, Éditions J'en suis bleue, 2016.
Une vie de peintre (textes de Pascal Quignard et peintures de Marie Morel), Éditions J'en suis bleue, 2014.
Peintures de Marie Morel, peindre à livre ouvert d'Anaïs Frantz, Éditions J'en suis bleue, 2011.

Victor PITRON : Bases cognitives de la perception corporelle
La perception que chacun a de son corps peut sembler inaltérable tant notre corps constitue notre identité. "Ce bon vieux corps toujours là" disait le philosophe William James, avec lequel nous entretenons un sentiment "de chaleur et d'intimité" (1890). Pourtant, les anomalies de la perception du corps sont fréquentes notamment dans les maladies neurologiques et psychiatriques. Se pose alors la question : comment se forme (et se déforme) la perception du corps ? Dans cette intervention, nous nous pencherons sur les déterminants cognitifs de la perception corporelle. Nous tracerons les contours d'un modèle qui rende compte de la construction de la perception du corps dans le cerveau, pour finalement tenter de mieux caractériser ce qu'il a de particulier à percevoir son propre corps.

Victor Pitron est psychiatre et chercheur en sciences cognitives. Il s'intéresse particulièrement aux interactions entre maladies corporelles et mentales. Il est actuellement Chef de Clinique à la Pitié Salpêtrière à Paris après avoir passé plusieurs années à développer des thématiques de recherche autour des mécanismes cognitifs de la perception du corps à l'École Normale Supérieure (Ulm).

Hugo RUDY : À la recherche de l'universalité psychique : Georges Devereux et l'approche ethnopsychiatrique
Georges Devereux (1908-1985) anthropologue et psychanalyste, est considéré comme le père fondateur de l'approche transculturelle en psychiatrie. En nous appuyant sur l'œuvre de Devereux, notamment l'idée du complémentarisme entre anthropologie et psychanalyse, et en illustrant le propos de situations cliniques rencontrées dans notre pratique auprès d'adolescents kanaks en Nouvelle-Calédonie, nous tenterons d'approcher la notion d'originaire et son lien aux contenants culturels qui entourent la vie psychique d'un être humain.

Hugo Rudy est psychiatre d'adolescents à Nouméa (Nouvelle-Calédonie). Il a été formé à l'hôpital Avicenne de Bobigny, berceau de l'approche ethnopsychiatrique et a participé à la prise en charge d'adolescents et de familles migrants au sein de dispositifs de consultations transculturelles.
Bibliographie
Georges Devereux, Psychothérapie d'un Indien des Plaines : réalités et rêve (1951), Paris, Fayard, 1998 ; 2013.
Georges Devereux, Essais d'ethnopsychiatrie générale, Paris, Gallimard, 1970.

Arno STERN : Le Tracé révélateur d'une mémoire archaïque
Arno Stern est le créateur du Closlieu, où il exerce le rôle de Servant depuis 1948. La Trace, qui se produit dans les conditions spécifiques de ce lieu, appartient à un code appelé la Formulation. Arno Stern a prolongé son étude par des séjours dans des contrées lointaines (déserts, brousse, forêt vierge) et démontre que la Formulation est un code universel. Il révèle aussi l’origine de la Formulation, la Mémoire Organique, dont l'existence est, aujourd'hui, confirmée par les chercheurs dans le domaine de la neurobiologie l'embryologie, la génétique… Arno Stern forme, à travers le monde, de nombreux Praticiens-Servants du Jeu de Peindre. Cette formation, ainsi que l’information pour faire connaître ses découvertes sont, à côté de son rôle dans le Closlieu, des activités incessantes d'Arno Stern, auteur de nombreux livres et d'articles traduits dans une dizaine de langues.

Bibliographie résumée en français
Le Jeu de Peindre, Actes Sud.
Heureux comme un enfant qui peint, Éditions du Rocher.
Le Closlieu, le Jeu de Peindre et la Formulation, Hermann Éditeurs.
L'Âge d’or de l'Expression, DDB.
Les Enfants du Closlieu, Éditions Hommes & Groupes


BIBLIOGRAPHIE :

• AMEISEN Jean-Claude, La Sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice, Seuil, 2003.
• ANATI Emmanuel, Aux origines de l'art, 50000 ans d'art préhistorique et tribal, préface d'Yves COPPENS, Fayard, 2003.
• ANDREWS Jerome, La Danse profonde, de la carcasse à l'extase, avec un texte d'Arno STERN, éd. CND, 2017.
• BONNEFIS Philippe, LYOTARD Dolorès (dir.), Pascal Quignard, figures d'un lettré, Colloque de Cerisy, Éditions Galilée, 2005.
• BONNET BALAZUT Amélie, Portrait de l'homme en animal, de la duplicité de la figure humaine dans l'art pariétal, PUP, 2014.
• CALLE-GRUBER Mireille, DEGENÈVE Jonathan, FENOGLIO Irène (dir.), Pascal Quignard. Translations et métamorphoses, Colloque de Cerisy, Hermann, 2015.
• CALLE-GRUBER Mireille, FRANTZ Anaïs (dir.), Dictionnaire sauvage Pascal Quignard, Hermann, 2016.
• CALLE-GRUBER Mireille, Pascal Quignard ou Les leçons de ténèbres de la littérature, Galilée, 2018.
• FRANTZ Anaïs, STERN Arno, La Mémoire et l'Expression, éd. Marie Morel Regard – J'en suis bleue, 2018.
• FRANTZ Anaïs, Marie Morel la peinture libre, éd. Marie Morel Regard – J'en suis bleue, 2019.
• HAAG Geneviève, Le Moi corporel : autisme et développement, PUF, 2018.
• QUIGNARD Pascal, Le Sexe et l'Effroi, Gallimard, 1994.
• QUIGNARD Pascal, Sur le jadis, Dernier Royaume, Tome II, Grasset, 2002.
• QUIGNARD Pascal, Les Paradisiaques, Dernier Royaume, Tome IV, Grasset, 2005.
• QUIGNARD Pascal, La Nuit sexuelle, Flammarion, 2007.
• QUIGNARD Pascal, Sur l'image qui manque à nos jours, Arléa, 2014.
• QUIGNARD Pascal, Marie Morel, Marie Morel une vie de peintre, éd. Marie Morel Regard –J'en suis bleue, 2014.
• QUIGNARD Pascal, Angoisse et beauté, Seuil, 2018.
• QUIGNARD Pascal, La Vie n'est pas une biographie, Galilée, 2019.
• QUIGNARD Pascal, Marie Morel, L'œuvre censurée de Marie Morel, éd. Marie Morel Regard – J'en suis bleue, 2019.
• STERN Arno, Aspects et technique de la Peinture d'enfants, éd. Delachaux & Niestlé, 1956.
• STERN Arno, Compréhension de l'Art enfantin, préface de Françoise DOLTO, éd. Delachaux & Niestlé, 1959.
• STERN Arno, Une grammaire de l'Art enfantin, éd. Delachaux & Niestlé, 1966.
• STERN Arno, L'Expression ou l'Homo Vulcanus, éd. Delachaux & Niestlé, 1973.
• STERN Arno, Le Monde des Autres, éd. Delachaux & Niestlé, 1974.
• STERN Arno, Antonin ou la Mémoire organique, éd. Delachaux & Niestlé, 1978.
• STERN Arno, Les Enfants du Closlieu, éd. Hommes & Groupes, 1989/2007.
• STERN Arno, Heureux comme un enfant qui peint, éd. du Rocher, préface d'Albert JACQUART, photographies de Peter LINDBERGH.
• STERN Arno, Le Jeu de peindre, Actes Sud, 2011.
• STERN Arno, L'Âge d’or de l'Expression, Desclée de Brouwer, 2014.

VIDÉOS :

Hommage rendu à Arno Stern en Sorbonne le 9 septembre 2019 : une conférence d'Arno Stern précédée par les discours du Président de l'université la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, d'un représentant de la Commission nationale française pour l'UNESCO, d'André Stern, d'Anaïs Frantz et de Zelda Egler :
- Discours d'hommage précédant la conférence : voir la vidéo
- Conférence d’Arno Stern en Sorbonne, 9 septembre 2019 : voir la vidéo


SOUTIENS :

• Direction régionale des affaires culturelles Normandie (DRAC)
• Direction des Affaires Internationales (DAI) & Commission de la Recherche (CR) [Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3]
• Institute for the International Education of Students (IES), Paris


Sous le patronage de la Commission nationale française pour l'UNESCO

Programme 2021 : un des colloques

Programme complet


Information importante

La tenue de ce colloque est confirmée. Toutes les précautions seront prises pour assurer sur place, dans un esprit de responsabilité mutuelle, la sécurité sanitaire (voir charte sanitaire adaptée à la situation 2021).

Nous nous réjouissons de vous retrouver à Cerisy !

La direction du CCIC et du colloque


LA MODE COMME INDISCIPLINE :
TERRITOIRES D'EXPRESSIONS ET DE RECHERCHES


DU MARDI 31 AOÛT (19 H) AU SAMEDI 4 SEPTEMBRE (14 H) 2021

[ colloque de 4 jours ]


Carte blanche à Zoé Guédard / Invitation aux musées week-end #1 /
Centre National de Danse (Pantin, novembre 2018)


DIRECTION :

Mathieu BUARD, Denis DARPY, Céline MALLET, Aurélie MOSSÉ


ARGUMENT :

Exposée, médiatisée, encensée ou critiquée, la mode définit une partie conséquente de l'histoire matérielle et est un indéniable agent d'intelligibilité du contemporain. À l'image de son industrie complexe et mobile, la mode constitue une discipline en devenir, un champ de recherche interdisciplinaire qui s'est progressivement approprié les grilles d'analyse et les outils critiques des sciences voisines tout en se nourrissant de ses propres paradoxes et ambiguïtés.

Entre permanence et nouveauté, matérialité et immatérialité, ce colloque a pour vocation de témoigner de la richesse de ce champ de la création en esquissant un état des lieux de la pensée sur, par et pour la mode. Il est articulé autour de quatre thématiques centrales : un premier temps se consacre à la formation des styles entre poncifs, normes et transgressions ; un deuxième temps aborde la question de l'industrie et du mal, où la mode déploie un système de création et de production divers, redoutable, mais aussi ambitieux et prospectif ; un troisième temps offre d'explorer les processus actuels de création à l'aune d'une nécessaire perspective écologique et de résilience ; enfin ce colloque se conclue sur la question de la transmission des savoir-faire et des formes de la conservation de la mode, avec sa dimension artistique et patrimoniale.

Chercheurs, philosophes, créateurs, auteurs de performance, collectionneurs et directeurs artistiques sont ainsi conviés pour interroger ensemble ces territoires.


MOTS-CLÉS :

Conservation, Création, Éco-conception, Industrie et mal, Métiers, Patrimoine, Procédés ingénieux, Style image poncif


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mardi 31 août
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Mercredi 1er septembre
TEMPS 1 — STYLE IMAGE PONCIF
Véhicules et formes du style, du paraître, nouveaux monstres et nouvelles natures… Où il est question de la dimension artistique de la mode, du vêtement manifeste ; mais encore de la manière et de l'air du temps, des corps et de leur représentation, entre normes et transgressions, culture
camp ou poncifs.
Modérateurs : Mathieu BUARD & Céline MALLET

Matin
Emanuele COCCIA : Vie et mort du lifestyle. L'histoire du concept entre mode, marketing et cultural studies
Odile BLANC : Classiques & basiques : des poncifs dans le vêtement ?
Claire BRUNET : Pourquoi Baudelaire ? Une archéologie du poncif

Après-midi
Gabrielle SMITH : L'avant-dernière mode
Guillaume BLANC : L'habit fait-il l'auteur ? Photographie, livre et mode au tournant du XXe siècle

Table ronde avec les intervenants

Soirée
Zoé GUÉDARD : "Basic" [performance]


Jeudi 2 septembre
Matin
TEMPS 2 — L'INDUSTRIE ET LE MAL
Industrie cachée, réalité ou rêve industriel… Où il est question du système industriel de la mode pris dans l'écart entre le créateur et le "marketeur", des relations exiguës et ambiguës entre économie et société, système et marché, artisan et auteur.
Modérateurs : Mathieu BUARD & Céline MALLET

Colette DEPEYRE : Regards croisés sur le "marché de la mode" et ses controverses
Eléna JOUFFE : Western moderne : les postures contemporaines dans l'industrie de la mode
Cyril CABELLOS : Stratégies de communication industrielles d'un monde de luxe
Jesse MARSH : Is the fashion industry too disciplined, or not enough ? [visioconférence]

Après-midi
TEMPS 3 — ÉCO-CONCEPTION, PROCÉDÉS INGÉNIEUX ET INDUSTRIEUX
Où il s'agit d'aborder, d'interroger les matériaux, les procédés, les modes de fabrication, les usages et mes-usages de la mode, avec un angle écologique et de résilience.
Modératrice : Aurélie MOSSÉ

Rebecca EARLEY : From sustainable to circular fashion textile design [visioconférence]
Agnès LABOUDIGUE : Quelles innovations technologiques, de procédé, d'organisation pour une mode durable ? Créer le lien entre la recherche et les entreprises de la mode

Table ronde avec les intervenants

"HORS LES MURS" — À GRANVILLE
Visite du parc et de l'exposition du Musée Christian Dior, animée par Brigitte RICHART


Vendredi 3 septembre
Matin
TEMPS 3 — ÉCO-CONCEPTION, PROCÉDÉS INGÉNIEUX ET INDUSTRIEUX
Modératrice : Aurélie MOSSÉ

Aurélie MOSSÉ : Recherche par le design : indisciplinée résilience par la matière ?
Laetitia FORST : Le design textile comme outil de recherche pour une économie circulaire
Pauline VAN DONGEN : Becoming-with nature through soft and embodied solar design

Après-midi
TEMPS 4 — PATRIMOINE ET MÉTIERS : CONSERVATION ET CRÉATION
Où il s'agit de parler de l'évolution des bases de connaissances et des pratiques, du vécu de ces pratiques, des permanences et des nouveautés au niveau de l'artisan, du commerçant, de l'industriel, du directeur artistique, "des gardiens du temple" exerçant leurs métiers, et au niveau de la communication industrielle et culturelle.
Modérateurs : Mathieu BUARD & Céline MALLET

Jeanne VICERIAL : Clinique Vestimentaire. "Prêt-à-mesure", conserver des méthodes de couture ancestrale dans un processus de création innovant
Olivier CHATENET : Une collection des collections — du vintage au patrimoine

Table ronde avec les intervenants

Gabrielle SMITH & Samuel BARDAJI : "Poliche" [performance]


Samedi 4 septembre
Matin
TEMPS 4 — PATRIMOINE ET MÉTIERS : CONSERVATION ET CRÉATION
Modérateurs : Mathieu BUARD & Céline MALLET

Émilie HAMMEN : La mode et son "devenir art" au passage du siècle (XIXe-XXe)
Marlène VAN DE CASTEELE : Processus définitionnels des objets photographiques de mode dans les collections muséales françaises
Farid CHENOUNE : Fashion / Mode : un couple complexe

Clôture, par Mathieu BUARD, Céline MALLET & Aurélie MOSSÉ

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS :

Guillaume BLANC : L'habit fait-il l'auteur ? Photographie, livre et mode au tournant du XXe siècle
Au seuil des années 1970, le champ de la photographie se restructurait autour de la figure de l'auteur, pour affirmer la valeur artistique du médium. L'auteur entendait livrer une expression subjective par la série, qui trouvait tout naturellement sa place dans la forme du livre. Dans le même temps, la photographie de mode explorait de nouvelles approches esthétiques, se libérant petit à petit du carcan imposé par les grands magazines. Les photographes de mode voulaient eux aussi affirmer leur regard et ne plus seulement passer pour d'excellents fabricants d'images de rêve. Mais ce n'est que bien plus tard, au tournant du siècle, que le livre fut plus systématiquement investi par les photographes de mode. En parcourant la constellation de quelques propositions marquantes où l'édition photographique a rencontré la photographie de mode, on essaiera de concevoir le livre comme le lieu d'un échange entre une photographie appartenant au champ de la mode, et une autre appartenant à celui de l'art.

Odile BLANC : Classiques & basiques : des poncifs dans le vêtement ?
Certaines pièces de nos vestiaires défient l'offre pléthorique de renouvellement comme l'épreuve du temps. Tee-shirt — ce "basique" incontournable des années 80 — jean, marinière, trench coat… la liste est longue des vêtements incessamment proposés, de saison en saison, par les enseignes de luxe comme de prêt-à-porter. Quand leur existence parfois longue semblait les frapper d'obsolescence, quand leur omniprésence dans des vestiaires bon-chic-bon-genre fleurait l'ennui, les voilà à nouveau célébrés. Non plus à côté voire à rebours de la mode, mais bien consubstantiels. Non plus répétition poussive d'un schéma usé, mais modèle absolu. Rebaptisés "icônes", les classiques seraient-ils des poncifs qui ont réussi ? Ces termes méritent réflexion, interrogent le rapport de la mode au temps, à la matérialité du vêtement, au corps. Quelques invariants de nos vestiaires présents et passés m'aideront à en questionner le sens.

Claire BRUNET
Ancienne élève de l'ENS, docteur en philosophie, maître de conférences à l'ENS Paris-Saclay, Claire Brunet a d'abord traduit Michael Fried (La place du spectateur & Le modernisme de Manet), Rosalind Krauss (Passages, pour une histoire de la sculpture) et Oskar Bätschman (Poussin, dialectiques de la peinture). Elle édite depuis 2008 le séminaire de Charles Melman (psychanalyste), et travaille aujourd'hui à penser le design historiquement, — notamment autour de l'héritage du moderne baudelairien. Elle est actuellement membre du jury de la bourse Agora en design (responsable pour les écritures critiques) et membre du Centre de recherche en Design (CRD — ENS Paris-Saclay — ENSCI). Paraîtra en juin un numéro spécial de la revue Critique autour des questions d'architecture et de design qu'elle a coordonné avec Elie During, elle y publie un texte intitulé "La grille et le sérial killer, stratégies pour l'histoire du design". Et sera bientôt mis en ligne sur la plateforme PROBLEMATA un texte sur les photographies de Bunker Archéologie de Paul Virilio, "L'adieu aux images".

Colette DEPEYRE : Regards croisés sur le "marché de la mode" et ses controverses
L'industrie de la mode est bousculée: standardisation de l'offre, épuisement des ressources, gaspillage des vêtements, perte de savoir-faire, mise en danger de la main d'œuvre, discriminations… À partir d'une série de conversations avec des acteurs professionnels et académiques, nous reviendrons sur les débats qui questionnent aujourd'hui les pratiques et les contours du marché de la mode. Nous proposerons de les mettre en perspective à partir de plusieurs regards ancrés en sciences de gestion.

Colette Depeyre est maître de conférences à l'université Paris Dauphine-PSL et membre du laboratoire Dauphine Recherches en Management (UMR CNRS 7088). Ses recherches portent sur les processus d'adaptation des capacités des organisations et les dynamiques de marché associées, dans le contexte de projets industriels complexes et dans le domaine du textile, de la mode et du luxe. Ses projets s'intéressent aux transformations stratégiques sur des marchés contestés et aux dynamiques de savoir d'activités intellectuelles et créatives. Engagée depuis 2016 dans la préfiguration de l'EnaMoMa by PSL, elle est depuis 2020 responsable du Master Mode & Matière de l'université PSL. Elle a également participé au projet pédagogique Erasmus+ "Re-frame fashion" en partenariat avec l'université Erasmus de Rotterdam et l'université polytechnique de Gdansk.

Rebecca EARLEY : From sustainable to circular fashion textile design
Textile design has changed rapidly in the last decade, as the climate emergency has gathered pace and become the most pressing issue of our time. In this talk, Professor Becky Earley will look back through the archive of twenty-five years of making textiles and remaking second-hand polyester shirts, bringing them back to life to discover the new slow design stories we need to write for the industry. Circular design has the potential to offer us the opportunity to create roadmaps to sustainable, equitable cultures and economies that value people and planet over profit. Designers can build new bridges between the sciences, economics, politics and industry — creatively framing emergent spaces for discourse and action — challenging us through new modes of making, thinking and sharing. In this talk Becky uses her portfolio of textile research and teaching to help us understand more about the value of the emerging roles of textile design and practice researchers, in creating material systems fit for our circular futures.

Professor Rebecca Earley is UAL Chair of Sustainable Fashion Textile Design and co-founder/director of Centre for Circular Design at Chelsea College of Arts. She is an award-winning researcher, designer, maker and communicator. Her creative fashion textile work has been widely exhibited over the last twenty years; her prints and garments are collected by museums across the globe including MFIT in New York, RISD Museum, as well as the V&A and Crafts Council in London and the Pitt Rivers Museum (Oxford). In October 2021 she co-founded World Circular Textiles Day 2050 — a collaborative global platform working towards environmental, socio-economic change.

Laetitia FORST : Le design textile comme outil de recherche pour une économie circulaire
Le rôle du designer textile est souvent réduit à ses aspects esthétiques et techniques de construction et de décors d'un matériau. Pourtant une nouvelle cohorte de designer matières transperce les frontières de la discipline pour mettre en œuvre les connaissances et capacités liées aux textiles afin de répondre aux grands enjeux du design et de la recherche dans le contexte d'une transition écologique et de la mise en place des systèmes permettant une économie circulaire. Cette présentation tirera des liens entre trois projets distincts relevant du design durable pour le textile et la mode. Les méthodes spécifiques au design textile telles que la création de planches d'inspiration, l'échantillonnage et le développement de prototypes sont mises en avant pour leur capacité à répondre aux enjeux complexes du design pour une économie circulaire.

Après un master en design textile de l'ENSAD complété en 2015 et une thèse de l'University of the Arts London (UAL) explorant le design pour le désassemblage complétée en 2020, Laetitia Forst travaille maintenant sur deux projets de recherche à UAL. Le premier avec le Centre for Sustainable Fashion explore de nouvelles approches au développement de produits, services et business models, et le second avec le Centre for Circular Design, s'applique à l'innovation en matériaux bio-sourcés à partir de déchets agricoles.

Zoé GUÉDARD : "Basic" [performance]
S'habiller. Puis se déshabiller. Puis se rhabiller de la même tenue en laissant seuls les gestes du vêtement écrire une série de silhouettes distinctes. Sur l'idée d'une performance pensée pour le Centre National de la Danse en 2018, laquelle faisait état d'un "infini" défilé de silhouettes écrites en regardant les passants de rues, de villes ou de pays différents. "BASIC" est une performance pensée pour ce colloque, celle-ci soumettra le "re-jeu" d'une silhouette unique, d'un uniforme, d'une silhouette du quotidien indéfiniment composée et produite en direct. S'habiller tous les jours à l'intersection des habitudes et de la performance de soi.

Émilie HAMMEN : La mode et son "devenir art" au passage du siècle (XIXe-XXe)
À partir du milieu du XIXe siècle, l'industrie de la mode connaît une progressive et déterminante transformation : ses marchandises qui se distinguent par leur nouveauté, matérielle et technique, retiennent l'attention des critiques et historiens d'art. Là s'esquisse une première étape de son "devenir art", alors qu'à leur suite les entreprenant grands couturiers investissent une rhétorique artistique, empruntée aux beaux-arts, pour mieux définir leur acte de création. Il s'agira ainsi de revenir sur ces changements d'appréciation de la mode et son processus d'artification dont le dialogue avec les avant-gardes, au début du XXe siècle, constitue une forme de parachèvement.

Émilie Hammen est docteure en histoire de l'art de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et professeure à l'Institut français de la mode. Ses recherches portent sur les rapports entre art et mode aux XIXe et XXe siècles ainsi que sur des questions d'historiographie. Elle a co-écrit l'ouvrage Les Grands textes de la mode (2017) et poursuit son activité de designer et de chercheure au sein de l'industrie.

Eléna JOUFFE : Western moderne : les postures contemporaines dans l'industrie de la mode
La mode est une industrie qui excelle dans l'art de marketer l'image de l'artisan, de sa main, de son savoir-faire. Ce "tabou" industriel inhibe les prouesses en série qui permettent aux marques une diffusion mondiale. L'industrie est devenu le mal. Ce phénomène est exacerbé par l'obligation de mutation des maisons vers l'éco-responsabilité, qui est désormais un prérequis à la survie du modèle. Comment tenir ce nouvel objectif industriel et responsable, tout en le rendant encore plus désirable ? L'éco-conception se transforme en nouvel eldorado marketing.

Bibliographie ou références
IFM, Mode de recherche, n°18, "L'artisanat, la main et l'industrialisation".
Fashionnetwork (compilation).
Li Edelkoort, Anti Fashion Manifesto.
Sylvie Brunel, Que sais-je, le développement durable.

Agnès LABOUDIGUE : Quelles innovations technologiques, de procédé, d'organisation pour une mode durable ? Créer le lien entre la recherche et les entreprises de la mode
Pour concilier croissance économique et intérêt général (environnemental, social, etc.), les entreprises de la mode doivent innover à tous les maillons de la chaîne de valeur de leurs productions et services. De nouveaux champs d'innovation associés à une mode responsable et durable ont été identifiés lors des ateliers IDFI1. Les recherches alimentent ces différents champs en connaissances nouvelles ; elles adressent le sourcing, avec notamment les matériaux biosourcés, ou encore la valorisation des ressources locales. À l'autre bout de la chaîne, le concept de surcyclage vise à transformer chutes, rebuts et invendus en augmentant leur valeur dans leur nouvelle vie. Entre les deux, l'organisation de la production, le transfert des savoir-faire, la digitalisation, … sont autant d'objets de recherche au service d'une mode plus vertueuse. Un panorama de recherches récentes du réseau CARATS sera dressé en réponse à ce défi socio-économique.

(1) Cabanes B. (Éds), 2019, Innovation et recherche dans la mode et le luxe : exploration de champs d'innovation et programmes de recherche, Rapport de recherche : Programme CARATS, MINES ParisTech - PSL Université, p. 88.

Jesse MARSH : Is the fashion industry too disciplined, or not enough ?
Indiscipline : rebellion against a regime that is too tight, too demanding on textile and clothing businesses, with ever shorter times and lower costs only to produce repetitive novelty. But the suffocating discipline imposed by global brands on the people who actually make fibres, weave and knit textiles, and design and produce clothes is only a mechanical discipline, based on a false sense of efficiency. We are told of ambitious transformations of the fashion system. All the brands from luxury to fast fashion proclaim to lead the way towards a circular economy, promoting the male-dominant myths of Industry 4.0 for "progress towards sustainability". But we all know the truth: there can be no real progress in a system which is hard-wired for over-production. There is another way, indisciplined towards the current system while defining a new discipline based on ethics, on values, on vision. Independent, truly sustainable brands who once held quiet niches are connecting with new business models, open collaborative platforms, and a genuine shift in societal trends to begin to shape a new and different business ecosystem. We at TCBL saw this coming since the launch of our four-year European project in 2015. Our role as a common home for those wishing to build an alternative system has resonated with a community of over 50 innovation labs and over 250 small businesses. Our talk will tell this story and how we're scaling up and across with new structures and initiatives to explore together sustainable and respectful ways of working, producing, and believing.

Jesse Marsh a étudié les beaux-arts aux États-Unis avant de travailler à Milan comme architecte et designer industriel pour toute une série de produits, du mobilier de bureau aux poumons artificiels. À la fin des années 1980, il se tourne vers l'innovation technologique, et a participé depuis à plus de 40 projets de recherche européens concernant des politiques et des expérimentations concrètes sur des thèmes allant du télétravail à la diversité culturelle ou aux Smart Cities. Après son installation à Palerme en 1995, son champ d'action s'est élargi pour inclure la politique régionale et l'innovation sociale dans une perspective axée sur le citoyen et le territoire. À partir de 2014, il a mis sur pied et dirigé un projet Horizon 2020 de quatre ans sur l'innovation dans le secteur du textile et de l'habillement : "TCBL : Textile and Clothing Business Labs", dont il assure maintenant le déploiement.

Aurélie MOSSÉ : Recherche par le design : indisciplinée résilience par la matière ?
Parce qu'elle offre un espace de réflexion critique incarné par la création d'artefacts s'inscrivant en dehors des contraintes du marché, la recherche par la pratique du design textile et vêtement permet d'explorer d'autres manières plus radicales de concevoir et fabriquer le vêtement. Alors qu'une réorganisation fondamentale de l'industrie du textile et de l'habillement s'impose aujourd'hui, il s'agira par cette présentation d'évoquer d'une part comment la mode se constitue en tant que discipline de recherche par la pratique du design mais aussi de questionner comment cette recherche active de nouveaux champs d'investigation qui bousculent les pratiques actuelles de la mode. À travers des exemples issus des recherches du groupe Soft Matters, nous discuterions — de la conception zéro chute en passant par le biodesign — quelques unes des principales opportunités créatives offertes par le défi écologique dans le champ du design textile et vêtement et dans une perspective de résilience aussi bien matérielle que culturelle.

Aurélie Mossé, PhD., est une designer-chercheuse travaillant à l'intersection du design textile, de l'architecture et des nouvelles technologies. Co-responsable du groupe de recherche Soft Matters au sein de l'Ensadlab, École des Arts Déco Paris, ses recherches actuelles explorent comment matériaux actifs et microbiologie peuvent informer des perspectives d'habitations plus poétiques et résilientes du monde. Ayant co-dirigé la première thèse par la pratique de la mode en France (Jeanne Vicerial), elle a rejoint en 2021 le comité consultatif de Shemakes.eu, projet européen visant "l'empouvoirment" de futures innovatrices pour une industrie de la mode durable.

Gabrielle SMITH : L'avant-dernière mode
Sublime devenu ridicule, intuition juste devenue malentendu, nouveauté devenue retard, le démodé suit la mode comme son ombre et ne peut s'en détacher. Ses espaces (ville éloignée de la cour, province éloignée de la ville, pays éloigné d'un autre), ses temporalités (générationnelles, saisonnières voire hebdomadaires) et ses mots (ringardise, dépassement, désuétude) varient historiquement avec ceux de la mode, sans pour autant se contenter d'en donner le double négatif. Il faut s'y pencher, non pas comme sur une série d'anecdotes, mais comme une catégorie de la perception, un ordre de sensations renvoyant à une "horreur préhistorique", selon les termes de W. Benjamin.

Bibliographie
Walter Benjamin, Paris, Capitale du XIXe siècle. Livre des passages, trad. Jean Lacoste, Paris, Cerf, 1989.
Roger Caillois, L'homme et le sacré, Paris, Gallimard, 1950.
Mircea Eliade, Le mythe de l'éternel retour, Paris, Gallimard, 1949.
Caroline Evans & Alessandra Vaccari, Time in Fashion. Industrial, Antilinear and Uchronic temporalities, Londres, Bloomsbury, 2020.
François Hartog, Chronos. L'Occident aux prises avec le temps, Paris, Gallimard, 2020.
Hans-Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, trad. C. Maillard, Paris, Gallimard, 1978.
Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. J. Hoock et M.-C. Hoock, Paris, EHESS éditions, 2016.
George Kubler, Formes du temps : remarques sur l'histoire des choses, trad. Yana Kornel et Carole Naggar, Paris, Champ Libre, 1973.

Gabrielle SMITH & Samuel BARDAJI : "Poliche" [performance]
Le mannequin, la "potiche" spécialiste de la séduction et du charisme muet, s'hybride avec le bon vieux personnage de Commedia Dell'Arte Polichinelle qui, lui non plus, ne possède pas le langage. Pas de regards aguicheurs ni de chorégraphies muettes des hanches de son côté, il souffle plutôt dans un petit sifflet qui fait d'affreux bruits d'oiseaux et qui sont en fait autant d'insultes déguisées au public. Elle fait des aller-retours qui ne vont nulle part, prend des poses étranges. Il fait des cabrioles, bêtises, lazzis, et se voue à une errance joyeuse : ils étaient fait pour se rencontrer. Ici, ils se confondent et se transforment en un personnage hybride de mannequin au corps difforme, "Poliche".
Avec : Anna Carraud, Cécile Chatignoux, Jean-Charles Dumay, Boris Grzeszczak, Thomas Kergot.
Costumes : Constance Tabourga, Paul Kaplan, Pia Dary.

Marlène VAN DE CASTEELE : Processus définitionnels des objets photographiques de mode dans les collections muséales françaises
Cette présentation s'attache à retracer une biographie culturelle et matérielle des images de mode entreposées dans les collections photographiques publiques françaises (Palais Galliera, MEP, MAD). Il s'agit de suivre leur trajectoire, de leur entrée dans le musée jusqu'à leur évolution au sein des collections d'objets de mode et de photographie, de regarder leur mode d'acquisition, leur passage ou non à l'inventaire, leur conditionnement, et les différentes politiques de valorisation mises à l'œuvre avant que ces images ne se transmuent en un artefact isolé. Étant donné que ces images reproductibles destinées à être publiées dans des magazines éphémères n'ont alors aucune vocation à être conservées, comment ces photographies ont pu s'extraire du circuit économique dans lequel elles évoluaient, et perdre leur valeur d'usage, pour gagner en valeur culturelle en intégrant une collection muséale ? On peut aussi s'interroger sur le système de valeur et la hiérarchie instituée entre les objets du musée, démontrant que le hiatus entre photographie commerciale et photographie artistique persiste encore au sein de certaines institutions ; et ce bien que la photographie de mode ait été reconnue comme une forme d'expression artistique(1).
(1) En témoignent les nombreuses manifestations et expositions qui ont eu lieu en France ces dernières années (l'exposition Dora Maar au centre Pompidou, Peter Knapp à la Cité de la Mode et du Design, Harper's Bazaar au Musée des Arts Décoratifs et prochainement l'exposition célébrant le centenaire du Vogue Paris au Palais Galliera) ; ces expositions ayant été relayées aussi par des ventes aux enchères, des foires internationales, ou des festivals sur la photographie de mode, et faisant échos à l'épanouissement d'un marché de la photographie de mode.

Docteure en histoire de l'art contemporain et enseignante en histoire de la mode et des médias à l'ENSAD, Marlène Van de Casteele est conseillère scientifique au Palais Galliera, Musée de la Mode de la Ville de Paris, pour l'exposition célébrant le centenaire du Vogue Paris (septembre 2021-février 2022) et assistante d'exposition pour le suivi de l'exposition "Gabrielle Chanel, Manifeste de mode" à l'international.
Publications
"La photographie de mode aux XXe et XXIe siècles", in Mode et vêtement. Études visuelles et culture matérielle, anthologie codirigée par Philippe Sénéchal et Damien Delille, Paris, Éditions Les Arts Décoratifs (à paraître).
"Frog, un magazine transatlantique (1920-1939)", in Vogue Paris 100 ans, Paris, Palais Galliera, Musée de la Mode de la ville de Paris (à paraître).
"La photographie de mode, une image plurielle", in Les collections photographiques du Musée des Arts Décoratifs, Paris, Éditions Les Arts Décoratifs (à paraître).
"Power, Competition, Conflict : The Collective Labour of Fashion Photography at American Vogue (1940-1942)", numéro special "Fashion Labor Through and Beyond Organizations", The International Journal of Fashion Studies (à paraître).
"Fashioning the Beaton Portraits : 1928-1968 exhibition", in Museum Exhibition Design : Histories and Futures, ouvrage scientifique sous la direction de Claire Wintle, Londres, Éditions Routledge (à paraître).

Pauline VAN DONGEN : Becoming-with nature through soft and embodied solar design
The prevailing vision in which people see themselves as separate from and superior to the natural world is at the root of the ecological crisis. The fashion industry being a striking and painful example of the ongoing violation of planetary boundaries. Based on her own design practice, Van Dongen will discuss the ways in which soft and embodied solar design can invite a becoming-with nature that society has long lost. Solar technology not only immediately raises questions of sustainability and self-sufficiency as well as about the longevity of garments, but also opens up new avenues to rethink the relationship between humans, the sun and nature in a broader sense. Using several case studies, she will explain how a focus on the material-aesthetics qualities of solar technology makes it possible to break with a technocratic, functional understanding. In doing so, she promotes a relational view that enables us to attend to the connectedness between body and sunlight and how it shapes everyday practices.

Pauline van Dongen (1986, Amsterdam) is a fashion designer and researcher specialised in smart clothing and textiles. Her design studio develops alternatives for fashion by exploring how technology, such as electronics and smart materials, can add new value and meaning to clothing and can enhance the way we experience the world around us. Her studio received international recognition with projects such as the Solar Shirt, Phototrope and Issho.
www.paulinevandongen.nl

Jeanne VICERIAL : Clinique Vestimentaire. "Prêt-à-mesure", conserver des méthodes de couture ancestrale dans un processus de création innovant
Aujourd'hui, nous connaissons principalement deux techniques de création et de réalisation vestimentaire : le sur-mesure et le prêt-à-porter. Celles-ci sont habituellement opposées. Si l'on compare ces deux modèles de conception vestimentaire, on constate que: pour le prêt-à-porter, l'individu doit appartenir à une taille et s'y adapter, alors qu'en sur-mesure, c'est le vêtement qui s'adapte à la personne. La présente recherche étudie ces différentes approches afin de les faire converger vers de nouveaux systèmes de création et réalisation vestimentaire qui prennent la forme d'un nouveau paradigme : le "prêt-à-mesure". Dans la conception prêt-à-porter, le vêtement peut-être considéré comme un produit consommable alors qu'avec le sur-mesure, le vêtement acquiert un statut particulier de par son rapport avec la main de celui qui l'a conçu/fabriqué. Le prêt-à-mesure tend vers ce statut de vêtement-objet en lien avec le corps de celui qui le porte. Le paradigme de la conception en prêt-à-mesure concilie les avantages des deux approches : la rapidité d'obtention du prêt-à-porter et le caractère unique et spécifique du vêtement en sur-mesure. Ce travail est abordé en recherche par le faire, une recherche par le design.

Née en 1991, Jeanne Vicerial se tourne dès l'adolescence vers la confection vestimentaire. Après des études aux Arts Décoratifs, elle engage un travail de recherche en design vêtement qui prendra la forme d'une thèse de doctorat SACRE, questionnant les moyens de conception vestimentaire contemporains, et proposant une alternative à la dichotomie sur mesure/prêt-à-porter liée au système de la fast fashion. Elle approfondit cette recherche par la mise au point, grâce à un partenariat avec le département de mécatronique de Mines-ParisTech, d'un procédé robotique breveté permettant de produire des vêtements sur mesure, sans chute. Parallèlement, elle engage une démarche artistique qui la pousse à fonder, après un passage chez Hussein Chalayan, le studio de design Clinique Vestimentaire. Développant de nouveaux principes de création textile, elle s'inspire principalement des fibres musculaires afin de créer ses propres tissages. Pensionnaire à l'Académie de France à Rome - Villa Médicis en 2019-2020, elle développe un travail proche de la sculpture, exposé à Rome, à la Fondation Lambert (Avignon) et entré dans les collections du CNAP. En 2021 aura lieu une exposition personnelle aux Magasins Généraux (Pantin).


BIBLIOGRAPHIE :

• Blanc O., 1997, Parades et parures. L'invention du corps de mode à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, "Le temps des images".
• Blanc O., 2009, Vivre habillé, Klincksieck, Collection "50 questions".
• Bruggeman D., 2018, Dissolving the ego of fashion : engaging with human matters, ArtEZ Press.
• Earley B., Goldsworthy K., 2019, "Circular Textile Design : Old Myths and New Models", in Charter, M., (ed.), 2019, Designing for the circular economy, Londres, Routledge.
• Ewans C., 2013, The Mechanical Smile : Modernism and the First Fashion Shows in France and America, 1900-1929, Yale University Press.
• Chenoune F., Müller F., 2010, Yves Saint Laurent, La Martinière.
• Chenoune F., 1993, Des modes et des hommes - Deux siècles d'élégance masculine, Flammarion.
• Delille D. & Senechal P., 2020, Modes et vêtements. Retour aux textes, UCAD.
• Granata F., 2017, Experimental Fashion - Performance Art, Carnival and the Grotesque Body, I.B. Tauris.
• Hammen E., Simmenauer B., Les Grands Textes de la Mode, Éditions du Regard, IFM.
• Mosse A., Bassereau J.-F., 2019, "Soft Matters : en quête d'un design textile et matière plus résilient", Sciences du Design, n°9 "Développement durable" (Mai 2019), Paris, Presses universitaires de France.
• Niinimäki K., Peters G., Dahlbo H., Perry P., Rissanen T., Gwilt A., 2020, "The environmental price of fast fashion", Nature Reviews Earth & Environment, Volume 1.
• Rissanen T. & McQuillan H., 2016, Zero waste fashion design, London, Bloomsbury.
• Rocamora A., Smelik A. (eds), 2015, Thinking Through Fashion : A Guide to Key Theorists, London, I.B.
• Van Dongen P., 2019, A designer's material-aesthetics reflections on Fashion and Technology, ArtEZ Press.
• Vicerial J., 2019, Clinique Vestimentaire : Pour un nouveau paradigme de la création & réalisation vestimentaire sur-mesure, Thèse doctorale, Paris, École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs.

Modes pratiques. Revue d'histoire du vêtement et de la mode, Créée et soutenue depuis 2015 par l'École Duperré, l'Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS) de l'université de Lille et depuis 2019 par le Laboratoire InVisu (CNRS-INHA).


SOUTIENS :

École Duperré ParisHESAM Université
• École nationale supérieure des Arts Décoratifs [ENSAD]
Université Paris Dauphine // MINES ParisTech — Université PSL (Paris, Sciences & Lettres) | PSL


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque pour les auditeurs sont maintenant ouvertes. Au regard des informations concernant l'évolution de la crise sanitaire et de notre capacité d'accueil, celles-ci pourront être mises sur une liste d'attente.


Avant de remplir ce bulletin, consulter la page Inscription de notre site.

Tous les champs marqués d'un (*) doivent être renseignés.


Présentation personnelle

[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png ]


Adresse personnelle ou professionnelle
Ces renseignements figureront sur la liste des participants qui sera remise lors du colloque.


Frais de séjour : *

Total à verser :

Si différente, merci d'indiquer une adresse de facturation


[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png, pdf, doc, docx, txt ]
Vous pouvez ajouter ici, si besoin, les documents nécessaires pour compléter votre inscription : copie de carte d'étudiant(e), justificatifs de revenus, ...


Précisions à nous communiquer pour l'agrément de votre séjour :
[par exemple : grande taille (plus de 1,80 m), problèmes de mobilité, partage d'une chambre ou voisinage de chambres, inscription groupée, régime médicalement surveillé, ...]
Ces renseignements sont utiles à la répartition des chambres. Le logement est assuré au château de Cerisy et ses dépendances, en chambres doubles ou individuelles. En cas de grande affluence, les inscrits tardifs se logeront aux alentours.