Publication 2010 : un des ouvrages


Autofiction(s)

AUTOFICTION(S)


Claude BURGELIN, Isabelle GRELL, Roger-Yves ROCHE (dir.)


Fruit d'une décade de Cerisy-la-Salle (été 2008), ce volume reprend et recompose les contributions et les débats de ce rendez-vous mémorable. Pour défendre et illustrer un genre souvent hâtivement décrié, l'ouvrage donne à entendre des voix contemporaines, avec des textes inédits de Georges-Arthur Goldschmidt, Camille Laurens, Catherine Cusset, Hubert Lucot, Régine Robin, Jacqueline Rousseau-Dujardin, Chloé Delaume, Philippe Forest, Marie Darrieussecq, Philippe Vilain et Serge Doubrovsky.
Suivent des plongées "dans le(s) texte(s)", lectures et analyses des pratiques de l'écriture de soi du Nouveau Roman à l'Oulipo, de Marguerite Duras à Patrick Modiano.
Enfin, c'est un diptyque, "de Doubrovsky en particulier" à "l'autofiction en général", qui permet d'embrasser tous les aspects du genre, des méandres de la terminologie jusqu'aux questions juridiques traitées par Emmanuel Pierrat.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2008) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°433]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Lyon

Collection : Autofictions, etc.

ISBN : 978-2-7297-0834-4

Nombre de pages : 536 p.

Prix public : 25 €

Année d'édition : 2010

Publication 2010 : un des ouvrages


Manières de noir. La fiction policière contemporaine

MANIÈRES DE NOIR

LA FICTION POLICIÈRE CONTEMPORAINE


Gilles MENEGALDO, Maryse PETIT (dir.)


Le propos de cet ouvrage issu d'un colloque organisé en 2007 au Centre International de Cerisy-la-Salle est de mener l'enquête sur le roman policier : à quoi sert-il aujourd'hui ? Quelle a été son évolution depuis les années 70 ? Quelle est sa place actuelle dans ce qu'on appelle le "panorama des littératures" ?
"Roman policier/polar/roman noir" : l'hésitation sur sa dénomination, qui a fait préférer ici les termes "fiction policière" rend compte de l'extension du genre. Extension géographique : sortant de sa sphère d'origine, le genre policier est désormais de tous les pays. Extension temporelle : il est des "enquêtes" aussi bien du passé que du futur, et les "histoires policières" ont fréquemment à voir avec l'Histoire, ancienne ou contemporaine. Ceci a pour effet que nombre de "polars" s'enracinent dans des visions de sociétés, et deviennent ainsi porteurs de questions sociales, politiques, existentielles, passant de la traditionnelle question "qui est mort et pourquoi/par qui ?" à une inhabituelle interrogation : "comment vivre là et en ce temps ?". Un tel déplacement narratif entraîne un brouillage des genres, notamment entre cette catégorie "policière" et la littérature générale. C'est cette contamination par le "noir" qui est examinée ici, à travers les œuvres d'auteurs européens et américains contemporains relevant du genre, tels que Fred Vargas, Thierry Joncquet, Didier Daenincks, Ian Rankin, David Peace, Henning Mankel, les frères Vaïner, James Ellroy, Jerome Charyn, Michael Connelly etc., mais également celles d'écrivains mainstream comme Graham Swift, Kasuo Ishiguro ou encore Patrick Modiano, eux aussi séduits par la "manière noire" qui participe à divers degrés de leur imaginaire fictionnel.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2007) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°424]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Rennes

Collection : Interférences

ISBN : 978-2-7535-1110-1

Nombre de pages : 348 p.

Prix public : 20 €

Année d'édition : 2010


Publication associée


Publication 2010 : un des ouvrages


Dans le dehors du monde. Exils d'écrivains et d'artistes au XXe siècle

DANS LE DEHORS DU MONDE

EXILS D'ÉCRIVAINS ET D'ARTISTES AU XXe SIÈCLE


Wolfgang ASHOLT, Georges-Arthur GOLDSCHMIDT, Jean-Pierre MOREL (dir.)


L'exilé est celui qu'un souverain ou un régime a expulsé de sa patrie sans espoir de retour, ou en le condamnant à l'incertitude du retour. La première émigration russe et l'exil allemand sous Hitler ont porté un coup fatal à l'autorité dont était investie, depuis l'Antiquité, cette figure malheureuse, mais prestigieuse, du conflit entre individu et pouvoir. Quant à la perte de la patrie, elle s'est à la fois élargie jusqu'à devenir une structure de la personnalité — l'"exil intérieur" — et, en sens inverse, affaiblie : de nouvelles formes d'expulsion et d'arrachement sont apparues (persécutions entraînant des demandes d'asile, déportations, génocides), qui rendent la crainte d'une mort inhumaine plus douloureuse que le regret de la patrie.
Ce livre explore ces évolutions en partant de l'exil d'écrivains et d'artistes de nombreux pays, de Nabokov ou Brecht à Gao Xinjiang et Amin Maalouf. Sans que leur sort soit disjoint de celui de millions de gens ordinaires, leurs ouvres esquissent, au-delà des idéologies progressistes ou restauratrices, un autre "paysage du possible".


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2006) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°421]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses Sorbonne Nouvelle

Collection : Littérature française et comparée

ISBN : 978-2-87854-478-7

Nombre de pages : 368 p.

Prix public : 25 €

Année d'édition : 2010

Publication 2009 : un des ouvrages


L'AILLEURS DEPUIS LE ROMANTISME

ESSAIS SUR LES LITTÉRATURES EN FRANÇAIS


Daniel LANÇON, Patrick NÉE (dir.)


La notion d'"Ailleurs", opposée dans la langue à celle d'"Ici", ne subit-elle pas à partir du romantisme une profonde mutation ? Si du XVe au XVIIIe siècle la découverte des nouvelles "parties du monde" soutient les mythes prospectifs d'un Eldorado à conquérir (et où se régénérer), c'est sur un mode nostalgique que l'élan romantique privilégie la dimension rétrospective d'un retour à l'origine, voué à toutes les déceptions (l'Orient, c'est d'abord là où le soleil se lève, orior) ; renouant, même sans le savoir, avec le grand courant gnostique de la culture occidentale (qui fait de la vie terrestre une chute ontologique d'où s'évader pour rejoindre une origine divine). A contrario, les expériences de dessaisissement, suscitées par la curiosité empathique et le souci du dialogue, sauront convertir les désirs d'Ailleurs en reconnaissances d'altérité.
Le XXe siècle (en Occident) ne fait-il que confirmer ce dispositif — jusqu'au tourisme de masse —, ou parvient-il à en proposer la critique et trouver des aménagements — un Ailleurs-Ici ? Et qu'en est-il (à partir de courants littéraires francophones) d'un Ailleurs inversé, pour lequel c'est l'Ici fui par les uns qui sert d'Ailleurs aux autres ?
Aux points de vue littéraires (d'expressions française et francophone, mais sans limitation de genres : poésie, roman, littérature de voyage, essais) se sont mêlés ceux des sciences humaines (ethnologie, histoire, sociologie littéraire), afin que cette notion d'"Ailleurs" — jusqu'ici atomisée en une pluralité des ailleurs, voire confondue avec celle, polymorphe, d'altérité — commence à trouver une structure et un contenu qui lui soient spécifiques.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2008) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°420]


Articles à l'unité également disponibles en accès payant sur CAIRN.INFO

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Hermann Éditeurs

Collection : Savoir lettres

ISBN : 978-2-7056-6902-7

Nombre de pages : 524 p.

Prix public : 52 €

Année d'édition : 2009

Publication 2008 : un des ouvrages


Littérature et Photographie

LITTÉRATURE ET PHOTOGRAPHIE


Liliane LOUVEL, Danièle MÉAUX, Jean-Pierre MONTIER, Philippe ORTEL (dir.)


Longtemps la critique littéraire a ignoré superbement la photographie et le rôle qu'elle a eu en relation avec le discours ou l'esthétique littéraires, au point que des ouvrages universitaires sur le naturalisme ne mentionnent même pas cette invention ! Les récents travaux de quelques chercheurs ont au contraire démontré combien littérature et photographie avaient connu des interactions problématiques sans doute mais fécondes, voire "révolutionnaires". Cette avancée dans la recherche, il était important de la concrétiser et l'amplifier en un lieu lui-même symbolique de la critique moderne. Le présent ouvrage constitue les actes du colloque qui s'est tenu en juillet 2007 au Centre international de Cerisy-la-Salle. Il a rassemblé plus de trente chercheurs internationaux, dont les travaux portent sur l'histoire de la photographie, l'art contemporain, l'esthétique, les littératures française, anglaise, américaine essentiellement. Les chapitres qui le scandent n'ont d'autre ambition que de procéder à un état des lieux, examinant la nature des convergences, comment le photographique est à l'œuvre, comment entrent en dialogue l'espace du livre et l'espace du moi, ce que sont les territoires du lisible et du visible. Autant qu'être une référence, l'ouvrage ambitionne d'impulser l'essor d'un nouveau champ de recherche.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2007) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°404]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Rennes

Collection : Interférences

ISBN : 978-2-7535-0745-6

Nombre de pages : 576 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Prix public : 23 €

Année d'édition : 2008

Publication 2008 : un des ouvrages


Le surréalisme en héritage : les avant-gardes après 1945

LE SURRÉALISME EN HÉRITAGE : LES AVANT-GARDES APRÈS 1945


Olivier PENOT-LACASSAGNE, Emmanuel RUBIO (dir.)


"Le surréalisme, pourtant, a sa statue, ses dieux et sa mythologie, ses croix-de-feu et sa légende, ses recettes et ses dogmes, son patois, et rien n'est plus facile, pour les collectionneurs, que de le mesurer à un centimètre près : les statues sont les plus dociles des cadavres." (Dotremont)
- "dans l'occultisme ou l'alchimie, Breton n'a proposé que du bavardage insignifiant de sous-"souffleur" ou de sous-"non-initié" ; dans l'économie politique, il n'a produit que du sous-trotskysme invertébré." (Isou)
- "Breton, aujourd'hui c'est la faillite. Il y a trop longtemps que votre entreprise est déficitaire. Ce ne sont décidément pas vos associés qui vous sortiront de là. Ils ne savent même pas se tenir à table." (Internationale Lettriste)
- "Eux-mêmes, les Inconscients du Grand Truc, se survivent dans l'anodin, dans la belle humeur des amusements banalisés vers 1930." (Guy Debord)
- "Quel emmerdement que leur salon littéraire !" (Topor)
- "Pour le surréalisme, Lautréamont reste un prétexte à inflation verbale, une référence d'autant plus insistante qu'elle est moins interrogée, une ombre, une expression, un mythe, sous le couvert duquel se perpétue un confusionnisme lyrique, moral et psychologique." (Philippe Sollers)
- "Et que dire des petites queues de la comète surréaliste : brocante d'images, rêves désespérément interchangeables, clichés libertaires, calembours pénibles, sublimités d'éros riquiqui ?" (Christian Prigent)


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2006) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°395]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions L'Âge d'Homme

Collection : Revue MÉLUSINE, n°XXVIII

ISBN : 978-2-8251-3834-2

Nombre de pages : 320 p.

Prix public : 28 €

Année d'édition : 2008


Publications associées


Publication 2008 : un des ouvrages


Mémoires et Antimémoires littéraires au XXe siècle. La Première Guerre mondiale

MÉMOIRES ET ANTIMÉMOIRES LITTÉRAIRES AU XXe SIÈCLE

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE


COFFRET 2 VOLUMES


Annamaria LASERRA, Nicole LECLERC, Marc QUAGHEBEUR (dir.)


À Garine, Malraux fait dire dans Les Conquérants : "Quels livres valent d'être écrits, hormis les Mémoires ?". Mais toute grande fiction répond à des questions que les Mémoires ne posent pas. Malraux lui-même invente la notion d'Antimémoires pour dépasser l'impasse propre aux Mémoires. Certains enjeux, certains possibles sont seulement ceux de la littérature, même si quelques-uns d'entre eux, absents des Mémoires des grands acteurs du Conflit, affleurent aujourd'hui dans les carnets ou les correspondances des soldats de 1914.
Avec la fin du "court XXe siècle" qu'elle a produit, la Première Guerre mondiale a refait surface dans les fictions, domaine qu'elle avait largement irrigué dans les décennies qui avaient suivi l'Armistice. Elle a également donné lieu à de nouvelles approches historiques. Dans ce vaste territoire que les Archives & Musée de la Littérature et l'Université de Salerne ont choisi comme première étape de leur parcours dans le XXe siècle littéraire, une attention essentielle est accordée aux corpus francophones (Antilles, Belgique, France, Suisse) et à la prise en compte, pour l'heure, des seules frontières occidentales du Conflit.
Dans le premier volume, le regard se porte sur des figures tutélaires du Tournant du Siècle confrontées à l'impensable quelques années plus tôt : Maeterlinck et Proust mais aussi Ramuz et Eekhoud, Romain Rolland et Thomas Mann. Le volume interroge ensuite des acteurs du Conflit. Barbusse bien sûr, mais aussi Céline et Giono, l'Italien Gadda ou le Portugais Cortesão. Sans oublier Victor Serge ou Jean Paulhan. Il plonge en outre dans la vie culturelle des camps de prisonniers ou dans les chansons composées pour la troupe.
Le second volume interroge différents moments de l'historiographie du conflit et aborde, à divers égards, le genre des Mémoires. Il s'attarde ensuite aux traces contemporaines de 1914 : chez Pierre Mertens, Xavier Hanotte ou Claude Simon mais aussi dans le cinéma français ou le roman britannique. Il interroge enfin, de façon transversale, deux images devenues mythiques, l'emploi des gaz et la figure de l'infirmière. Deux témoignages complètent cette entreprise.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2005) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°392]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions Peter Lang

Collection : Documents pour l'Histoire des Francophonies / Théorie, n°15

ISBN : 978-90-5201-470-8

Nombre de pages - Premier Volume : 426 p.

Nombre de pages - Second Volume : 339 p.

Prix public : 87,46 €

Année d'édition : 2008

Publication 2008 : un des ouvrages


Le ciel du romantisme : cosmographies, rêveries

LE CIEL DU ROMANTISME : COSMOGRAPHIES, RÊVERIES

ÉCRITURES XIX 4


Christian CHELEBOURG (dir.)


Le romantisme français se caractérise notamment par une aspiration à l'au-delà, à l'invisible, qui s'exprime à travers une image complexe de l'espace céleste, alimentée par la spiritualité ou la mystique comme par les progrès de l'observation astronomique. L'infini des cieux offre au poète l'image sensible de ses limites, mais invite le moi lyrique à la dilatation, à l'expansion. Les astres fournissent à l'imaginaire romantique un vaste réservoir d'analogies et de décors dont le partage et le questionnement par toute une génération d'auteurs distinguent pour partie son esthétique. Le ciel romantique est le lieu de l'idéal, du rêve et de la mort ; il est également l'espace métaphorique d'un progrès vécu dans l'euphorie ascensionnelle.
Lors de ce colloque de Cerisy, nous avons cherché, dans un esprit synthétique, à baliser les images romantiques du ciel, à les resituer dans l'épistémè de la première moitié du XIXe siècle et à dégager les leçons de leur usage en termes de topique comme de poétique. Nous nous sommes attaché à envisager leur généalogie philosophique et littéraire, ainsi qu'à cerner les investissements subjectifs auxquels elles ont donné lieu.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2004) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°390]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Lettres modernes Minard

Collection : La Revue des lettres modernes

ISBN : 978-2-256-91129-3

Nombre de pages : 456 p.

Prix public : 32 €

Année d'édition : 2008

Publication 2007 : un des ouvrages


Science-fiction et imaginaires contemporains

SCIENCE-FICTION ET IMAGINAIRES CONTEMPORAINS


Francis BERTHELOT, Philippe CLERMONT (dir.)


À la fois genre littéraire et registre esthétique, la SF a été depuis les années 1980 le théâtre de changements notables. Sur le plan interne, sa thématique propre a évolué, son langage c'est diversifié, de nouveaux sous-genres sont apparus. Sur le plan externe, tandis que l'imaginaire scientifique se modifiait, la SF a multiplié les échanges avec les autres genres littéraires et s'est affirmée davantage dans les différentes formes d'art — en particulier les arts visuels.
Sachant qu'elle s'est toujours attachée à rénover les images et les mythes anciens, mais aussi à en créer de nouveaux, plusieurs questions se posent : dans quelle direction s'est orienté l'imaginaire collectif ? Comment a évolué celui des auteurs ? En quoi les modes d'expression ont-ils changé ? Dans une perspective comparatiste (mais pas exclusivement) et sur une période allant de 1980 à 2005, le colloque a exploré ces questions selon trois axes et les pistes correspondantes :
1- Représentations : apparition d'imaginaires nouveaux ; influence des nouvelles technologies sur les représentations littéraires ; SF et sciences actuelles ; évolution des univers d'auteurs ; expansion de la SF pour la jeunesse.
2- Transgressions : métafictions en SF ; écriture à la frontière des genres ; remise en question du genre lui-même ; littérature et arts visuels explorant les limites de leur langage.
3- Transpositions : glissement d'une œuvre entre la littérature, le cinéma, la bande dessinée, la peinture, etc ; mythes, images et figures revisités.
Sont donc ici abordés non seulement la littérature mais aussi les arts visuels (bande dessinée, image fixe, cinéma). Des interventions d'auteurs français et étrangers ainsi que d'éditeurs viennent compléter le dialogue avec les chercheurs.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2006) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°394]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions Bragelonne

Collection : Essais

ISBN : 978-2-35294-094-4

Nombre de pages : 468 p.

Prix public : 40 €

Année d'édition : 2007


Publication associée


Publication 2007 : un des ouvrages


Lire, écrire la honte

LIRE, ÉCRIRE LA HONTE


Bruno CHAOUAT (dir.)


En quoi l'aveu de la honte coûte-t-il plus que celui de la faute ? Quels sont les effets de la honte sur la parole, et pourquoi ces effets l'emportent-ils sur ceux de la culpabilité ? Se pourrait-il que la honte soit sans rédemption, au-delà donc de l'économie de l'aveu ou de la confession ?
Car l'aveu de la honte, son énonciation, loin de la soulager, la redouble. Impasse de la honte dans la cure analytique, aliénation du sujet honteux dans l'espace social.
Autant de questions ici adressées à la littérature, à la psychanalyse et aux sciences humaines. Lire, écrire la honte tente d'y apporter des réponses à travers des perspectives littéraire, anthropologique, philosophique, juridique et psychanalytique.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2003) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°371]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Lyon

Collection : Passages

ISBN : 978-2-7297-0787-3

Nombre de pages : 422 p.

Prix public : 20 €

Année d'édition : 2007