Programme 2020 : un des colloques


L'EUROPE DU CINÉMA


DU MERCREDI 17 JUIN (19 H) AU DIMANCHE 21 JUIN (14 H) 2020

[ colloque de 4 jours ]



DIRECTION :

Vincent AMIEL, José MOURE, Benjamin THOMAS, David VASSE


ARGUMENT :

L'objectif de cette rencontre est de repérer et d'analyser ce qui, au XXe siècle, a pu construire, dans le domaine du cinéma, un espace de création transnational. Il ne s'agit pas tant de s'intéresser à des représentations de l'Europe, ou d'idées européennes, que de repérer des transferts effectifs (fortuits ou non) entre les créateurs de pays différents, et qui constituent de fait, au fil des décennies, un espace cinématographique européen.

Les directeurs allemands de la photographie quittent par exemple la République de Weimar ou le régime nazi naissant pour essaimer dans les pays alentour, les techniques de jeu théâtral s'étendent au-delà des expérimentations soviétiques pour toucher des acteurs et actrices de l'Ouest, les coproductions franco-italiennes des années 50-60 constituent un territoire de création presque autonome par rapport aux autres productions de l'époque, les militants politiques des années 70 font un va-et-vient entre Paris et Rome… Sans compter évidemment les innombrables adaptations de textes dramatiques ou romanesques qui, parfois massivement, déplacent des thématiques ou des dispositifs d'un pays à l'autre.


MOTS-CLÉS :

Cinéma, Esthétique, Europe, Histoire, Histoire des formes, Transferts culturels, XXe siècle


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Vincent AMIEL : Des lieux sans attaches
* Jean-François BAILLON : Basil Dearden : exécutant au service des studios Ealing ou auteur méconnu ?
* Jordi BALLO : Capitales européennes en construction et en destruction
* Martin BARNIER : L'Europe du cinéma des années 1930 : les versions multiples
* Camille BUI : Entre les territoires, l'Europe de Johan van der Keuken
* Christophe DAMOUR : Le Jeu expressioniste : un motif européen ?
* Hélène FRAZIK : Empreintes du cinéma allemand dans le fantastique cinématographique français
* Laurent GUIDO : Wagnerisme et cinéma européen : un idéal résistant
* Thomas ELSAESSER : European Cinema : Thought Experiments for a Post-heroic Narrative
* Federico LANCIALONGA : Coopérations et complicités entre les cinémas militants français et italien des années 1960-70 : une projection commentée
* Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE : Filmer les pôles. Une esthétique européenne ?
* Morgan LEFEUVRE : La Coproduction, une solution à la crise des studios français et italiens de l'immédiat après-guerre ?
* Laurent LE FORESTIER : Circulation des pratiques du montage dans le cinéma muet européen et particularismes nationaux
* José MOURE : Filmer et éprouver l'Europe à ses frontières
* Nedjma MOUSSAOUI : De l'Allemagne vers la France… Les films d'exil des années 1930, un nouvel espace cinématographique européen
* Benjamin THOMAS : L'Homme et les choses. Statut du sujet figuré dans les premières théories européennes du cinéma
* David VASSE : Ici et (déjà)ailleurs : le cinéma box to box de Jerzy Skolimowski
* Christian VIVIANI : L'acteur anglais de cinéma : tradition et modernité
* Patrick WERLY : L'œuvre de Tonino Guerra : le scénario d'une Europe singulière


RÉSUMÉS :

Vincent AMIEL : Des lieux sans attaches
L'œuvre de Wim Wenders a été, à la fin du XXe siècle, emblématique d'une position européenne, le cinéaste filmant à Paris, à Berlin, à Lisbonne, et se référant, par opposition ou comparaison, aussi bien au cinéma américain qu'au cinéma japonais. La question de l'identité parcourt ses films, et celle de l'identité européenne, en creux, ne cessent de saillir.

Martin BARNIER : L'Europe du cinéma des années 1930 : les versions multiples
Au cours de l'histoire du cinéma, on remarque que, dès les années 1920, des cinéastes et des équipes travaillent dans toute l'Europe. Ces échanges d'acteurs, réalisateurs ou techniciens s'intensifient dans les années 1930, lors de la grande période des "Versions Multiples". Il s'agit de refaire le même film en plusieurs langues. À Berlin, Paris, Londres et d'autres villes encore, des équipes internationales se croisent. Nous pourrons comparer la façon dont ces films diffèrent, avec des analyses de séquences, et essayer de comprendre en quoi ils sont caractéristiques du cinéma européen des années 1930. Des revues d'époque nous permettront de savoir comment ils furent conçus dans les studios européens et comment ils étaient reçus selon les pays.

Martin Barnier est professeur en études cinématographiques et audiovisuelles à l'université Lumière Lyon 2.
Publications
En Route vers le parlant, CEFAL, 2002.
Des films français made in Hollywood. Les versions multiples (1929-1935), L'Harmattan, 2004.
Bruits, cris, musiques de films, PUR, 2010.
Avec Kira Kitsopanidou, Le Cinéma 3-D, A. Colin, 2015.
Avec Laurent Jullier, Une brève histoire du cinéma (1895-2015), Pluriel, 2017.
Avec Isabelle Le Corff, il a codirigé Mise au Point, n°5, 2013 : Le Cinéma européen et les langues.

Camille BUI : Entre les territoires, l'Europe de Johan van der Keuken
Lorsqu'il filmait les villes européennes de la deuxième moitié du XXe siècle, Johan van der Keuken refusait la logique de la frontière et de l'identité. Au tournage et au montage, le cinéaste néerlandais inventait des gestes de circulation et de mise en réseau, entre les lieux, les cultures, les subjectivités. Mais cette Europe multiple et ouverte au monde n'est pas seulement la géographie semi-imaginaire figurée par l'œuvre de van der Keuken, elle en constitue — dans le même mouvement — le milieu esthétique : un espace commun où se rencontrent et voyagent librement des qualités médiatiques (photographiques, filmiques, musicales) et des traditions formelles (cinéma direct, film expérimental, jazz…) hétérogènes.

Camille Bui est maître de conférences en études cinématographiques à l'université Paris 1 et membre de l'institut ACTE. Ses travaux portent principalement sur le cinéma documentaire, l'articulation entre le social et l'esthétique et les liens théorie-pratique.
Publication
Cinépratiques de la ville. Documentaire et urbanité après Chronique d’un été, Presses universitaires de Provence, 2018.

Hélène FRAZIK : Empreintes du cinéma allemand dans le fantastique cinématographique français
Lors des années 1930, les formes du fantastique cinématographique français, se caractérisant depuis le début du XXe siècle par leur hétérogénéité, se trouvent enrichies par l'influence du cinéma d'autres pays européens. Davantage que l'apport des Russes Blancs, des scandinaves comme Carl T. Dreyer ou de l'espagnol Luis Buñuel, c'est le cinéma allemand de l'entre-deux-guerres qui marque le plus durablement le fantastique français. Cette communication propose de voir quelles sont les origines et les modalités de ce transfert culturel s'accentuant considérablement lors des années 1930, période d'exil en France de nombreux cinéastes, techniciens et acteurs allemands. Il s'agira aussi d'analyser la manière dont le cinéma allemand de l'entre-deux-guerres a marqué l'esthétique des films du fantastique français à travers la création de formes hybrides dans des œuvres aussi différentes que Liliom (F. Lang, 1933), La Tendre ennemie (M. Ophuls, 1936), La Main du Diable (M. Tourneur, 1943), La Cité de l'indicible peur (J.-P. Mocky, 1963) et Alice ou la dernière fugue (C. Chabrol, 1977).

Hélène Frazik est docteure en études cinématographiques de l'université de Paris I-Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu en 2018 une thèse intitulée "Présences fantastiques dans le cinéma français de l'entre-deux-guerres" dont la publication est prévue pour 2021. Tout en se concentrant sur la notion de fantastique et sur la question de l'apparition dans les œuvres d'art, elle ouvre ses champs de recherche au jeu de l'acteur, au cinéma d'épouvante et au grotesque.
Publications
L'Apparition dans les œuvres d'art, Pascal Couté et Camille Prunet (codir.), Actes des journées d'études tenues à l'université de Caen et à l'ésam de Caen-Cherbourg les 15 et 16 mars 2015, Caen, Presses universitaires de Caen, à paraître début 2020.
"Noirs fantastiques dans le cinéma en noir et blanc : les noirs du cauchemar", dans Sophie Lécole Solnychkine, Du noir dont procèdent les figures. Cinéma et plasticité, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. "Formes cinématographiques", à paraître en 2020.
"Le stratagème du rideau : de la photographie des phénomènes occultes au cinéma fantastique", dans Baptiste Villenave et Julie Wolkenstein (dir.), L'Image, le secret, Actes du colloque de Cerisy (28 septembre au 2 octobre 2016), Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître début 2020.
"L'insolite dans le cinéma de Jean Grémillon", dans Yann Calvet et Philippe Roger (dir.), Jean Grémillon et les quatre Éléments, Actes du colloque de Cerisy (17 au 24 août 2013), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2019, p. 71-83.
"Cicatrices de la Grande Guerre : résurgence des Mutilés et des Gueules Cassées dans le cinéma français de l'entre-deux-guerres", dans Pierre Arbus (dir.), 1914-1918 Grande Guerre ou contre-révolution ? : ce que disent les imaginaires, Paris, Téraèdre, coll. "Cinéma/Formes autonomes", 2019, p. 117-127.

Federico LANCIALONGA : Coopérations et complicités entre les cinémas militants français et italien des années 1960-70 : une projection commentée
Tout comme les cinématographies "officielles", le cinéma militant des années 1960-1970 s'est édifié grâce à un espace de création transnational. Le rapport entre France et Italie offre un cas de coopération et transfert intra-européen particulièrement intéressant. Les rapports entre ces deux cinématographies militantes se sont manifestés sous plusieurs formes : aides matérielles pour le développement de pellicules, échanges de films, transferts de stratégies esthétiques et politiques entre les cinéastes et les collectifs des deux pays. Dans le cadre d'une projection commentée, l'intervention propose une sélection d'extraits de films issus du catalogue de l'Archivio audiovisivo del movimento operaio e democratico [AAMOD] de Rome qui illustrent les diverses coopérations franco-italiennes : le projet de contre-information des Cinegiornali Liberi, les cinétracts, les images de Mai 68 en France développées par le Parti communiste italien, le cinéma ouvrier.

Federico Lancialonga est doctorant en études cinématographiques à l'université Paris 1 (ED. 279 APESA) et enseignant à la Sorbonne Nouvelle. Il prépare une thèse sur le documentaire politique italien des années 60-70, sous la direction de V. Amiel et S. Layerle. Chercheur associé à la Cinémathèque française, son travail a fait l'objet de communications diverses (Université Paris-Nanterre ; ENS Louis-Lumière), ainsi que de publications pour différentes revues françaises et italiennes (CinémAction, Studi Culturali, Alias, Zapruder).

Sophie LÉCOLE SOLNYCHKINE : Filmer les pôles. Une esthétique européenne ?
Il s'agira, au sujet d'un espace extra-européen, l'Antarctique, de comparer des formulations filmiques européennes et américaines mettant en scène l'âge héroïque de la conquête polaire, en se demandant comment ces productions s'attachent à figurer cet espace hors du monde connu et parcouru. Terra incognita, le territoire antarctique est un espace non encore artialisé par la projection de schèmes iconographiques paysagers, ce qui en fait un endroit propice où questionner l'éventuelle émergence de propositions formelles typiquement européennes.

Sophie Lécole Solnychkine est maître de conférences à l’université Toulouse - Jean Jaurès, où elle enseigne l'esthétique et la philosophie de l'art. Spécialiste du paysage dans les arts visuels (peinture, cinéma), elle développe ses travaux de recherche au croisement de l'histoire des formes et de l'histoire des idées, depuis les sites théoriques que constituent les images cinématographiques et picturales. Elle a fondé et co-dirige la revue Gradalis, publiée aux Éditions Passage(s), consacrée aux expériences paysagères de terrain (textes, images, sons).
Publication
Premier ouvrage personnel, Æsthetica antarctica. The Thing de John Carpenter, Éditions Rouge Profond, novembre 2019.

Laurent LE FORESTIER : Circulation des pratiques du montage dans le cinéma muet européen et particularismes nationaux
Alors que les pratiques de mise en scène peuvent largement différer d'un pays à l'autre à l'époque du muet (expressionnisme en Allemagne, recours systématique aux décors naturels dans le cinéma suédois, etc.), les pratiques de mise en chaîne, c'est-à-dire l'assemblage des tableaux tournés, tendent à se normaliser assez vite au plan européen, si l'on excepte la Russie. En s'intéressant principalement à trois pays (Allemagne, France et Russie), cette communication souhaite étudier les raisons de la mise en place d'un véritable système technique, économique et esthétique de montage, commun aux deux premiers pays cités, ainsi que les conditions d'émergence de pratiques différentes en Russie. On s'arrêtera notamment sur la circulation du matériel de montage, en particulier de la Lyta, table de montage allemande, qui rend possibles des pratiques de montage très différentes et dont la diversité dans les usages nationaux (en Allemagne et en Russie) éclaire la réalité concrète des "systèmes de montage" propres à chacun de ces pays.

Laurent Le Forestier est professeur ordinaire à la section d'histoire et esthétique du cinéma de l'université de Lausanne. Il est également secrétaire d'édition de 1895 revue d'histoire du cinéma, et directeur de la branche lausannoise du partenariat international de recherche Technès, sur l'histoire des techniques cinématographiques. Il travaille essentiellement sur le cinéma des premiers temps, l'histoire de la critique, et les relations entre découpage et montage.
Publication
La Transformation Bazin, PUR, 2017.
Achève actuellement un livre avec André Gaudreault sur les pratiques de montage à l'époque du muet.
Il prépare aussi deux autres ouvrages : le premier sur la réception internationale de Citizen Kane et ses effets sur l'avènement de la discipline universitaire "cinéma" et le second sur la contestation des Trente Glorieuses par le cinéma comique.

Nedjma MOUSSAOUI : De l'Allemagne vers la France… Les films d'exil des années 1930, un nouvel espace cinématographique européen
L'avènement du nazisme conduit à l'exil de nombreux professionnels du cinéma venus d'Allemagne dans différents pays d'Europe. La France est le premier pays d'accueil et une cinquantaine de films d'exil y sont tournés entre 1933 et 1940. L'hypothèse avancée est que ces films ont pu constituer des lieux privilégiés pour la diffusion de pratiques spécifiques issues des studios de la Ufa dans la fabrique du film, et qu'ils ont sans doute aussi permis d'expérimenter de nouvelles modalités de collaboration transnationale entre professionnels du cinéma.

Nedjma Moussaoui est maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles à l'université Lumière Lyon 2, membre du laboratoire "Passages XX-XXI" et du groupe de recherche "Création collective au Cinéma". Ses travaux concernent les transferts culturels et les phénomènes d'hybridation, et portent notamment sur les cinéastes germaniques exilés sous le nazisme.
Publications
"Le "mélodrame princier" ou l'expression d'une européanité dans le cinéma français des années 1930 ?", in Congrès AFECCAV "D'une Europe audiovisuelle", 5-7 juillet 2018, Université de Strasbourg (à paraître dans la revue Mise au Point).
"De l'impact du travail collectif "à l'allemande" dans la production française des années 1930 ?", in Colloque international "La création cinématographique – coopérations artistiques et cadrages industriels", 23-24 novembre 2017, Université de Metz (à paraître dans la revue de l'AFRHC : 1895)
"Fritz Lang : cinéma et machine(s) à produire des images", in D. Méaux (dir.), L'Art et la machine, PU de Pau et du Pays de l'Adour, Figures de l'art, n°32, 2016, p. 127-237.
"Aspects linguistiques du stéréotype de l'Allemand dans les comédies françaises des années 1960", in M. Barnier et I. Le Corff (dir.), Le cinéma européen et les langues, revue Mise au Point, n°5, 2013 [en ligne].
""Que les choses en soient venues là !" : Lola Montès, un retour aux sources", in M. Chabrol et P.-O. Toulza (dir.), Lola Montès. Lectures croisées, L'Harmattan, coll. "Champs visuels", 2011, p. 37-73.
"1933-1940 : Les cinéastes exilés et le système générique français", in R. Moine (dir.), Le cinéma français face aux genres, Paris, Association Française de Recherche sur l'Histoire du Cinéma, 2005.

David VASSE : Ici et (déjà)ailleurs : le cinéma box to box de Jerzy Skolimowski
Figure incontournable du Nouveau cinéma polonais des années 60, pourfendeur implacable du régime stalinien et de toutes formes d'oppression, Jerzy Skolimowski s'est très tôt retrouvé en situation d'exil, contraint de continuer le cinéma hors de Pologne dans quelques pays d'Europe de l'Ouest plus démocratiques comme la Belgique, l'Italie et surtout l'Angleterre où il réalisera deux de ses plus beaux films (Deep End en 1970 et Travail au noir en 1982). Il s'agira de montrer comment cette situation d'exilé assimile formellement une notion essentielle, à savoir le mouvement, plus exactement le déplacement, conjugué à la vitesse et à l'urgence d'échapper physiquement au conditionnement social, politique mais aussi névrotique. Partir aux quatre coins de l'Europe pour continuer à faire du cinéma, c'est non seulement en livrer un portrait actuel, oblique et acéré (principe même d'un regard d'artiste étranger sur un nouveau pays d'accueil) mais aussi décrire un mode de liberté fondé sur la projection mentale et physique, hors des limites imposées par un système de contrôle des comportements, sur la capacité à transformer un point de départ en pivot cardinal d'un retour sans cesse réorienté ailleurs.

David Vasse est maitre de conférences HDR en études cinématographiques à l'université de Caen Normandie. Spécialiste de la critique de cinéma et du cinéma français contemporain, il a publié plusieurs articles dans des revues comme Les Cahiers du cinéma, CinémAction, Vertigo, Double Jeu ou Contre-bande.
Publications
Catherine Breillat, un cinéma du rite et de la transgression, Arte/Complexe, 2004.
Le Nouvel âge du cinéma d'auteur français, Klincksieck, 2008.
Jean-Claude Brisseau, entre deux infinis, Rouge Profond, 2015.
A codirigé avec Antony Fiant, Le Cinéma de Hou Hsiao-hsien. Espaces, temps, sons, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Patrick WERLY : L'œuvre de Tonino Guerra : le scénario d'une Europe singulière
Cette communication portera sur le scénariste italien Tonino Guerra : écrivain et surtout poète (1920-2012), scénariste de plus d'une centaine de films, pour beaucoup italiens (Antonioni, Fellini, Rosi, etc.) mais aussi grecs (Angelopoulos), russes (Tarkovski, Paradjanov), français, anglais, etc. Par ses collaborations avec des réalisateurs de différents pays européens, ce scénariste dessine un réseau qui n'est pas toujours apparent à première vue : une façon de construire la trajectoire des personnages, certains thèmes de prédilection ou des questions linguistiques circulent ainsi d'un film à l'autre, d'un pays à l'autre. Ce dialogue avec des réalisateurs européens dont l'œuvre et la pensée étaient des plus singulières est aussi le fruit des trente années qu'il a passées à Rome et de l'approfondissement de son rapport à l'Italie (qui passe par l'écriture en dialecte romagnol).

Patrick Werly est maître de conférences HDR en littérature comparée à l'université de Strasbourg. Son travail porte sur les rapports entre littérature et cinéma ainsi que sur les rapports entre poésie, philosophie et pensée religieuse.
Publications
Roberto Rossellini. Une poétique de la conversion, Le Cerf, 2010.
Roberto Rossellini. De la fiction à l'histoire, ouvrage collectif, Le Bord de l'Eau, 2012.
Yves Bonnefoy. Poésie et dialogue, codirigé avec Michèle Finck, 2013.
Yves Bonnefoy et l'avenir du divin, Hermann, 2017.
Philippe Jaccottet : poésie et altérité, codirigé avec Michèle Finck, Presses Univ. de Strasbourg, 2018.