Programme 2022 : un des colloques

Programme complet


LOGER MOBILES, LE LOGEMENT AU DÉFI DES MOBILITÉS


DU VENDREDI 10 JUIN (19 H) AU JEUDI 16 JUIN (14 H) 2022

[ colloque de 6 jours ]



DIRECTION :

Sylvain ALLEMAND, Mireille APEL-MULLER, Olivier LECOINTE, Jean-Baptiste MARIE

Colloque organisé à l'initiative du Cercle des partenaires


ARGUMENT :

La mobilité généralisée (des personnes, des biens, des services, de l'information…) a modifié notre rapport au logement. Elle contribue désormais à modifier nos logements eux-mêmes en brouillant la frontière entre les espaces domestique, public, professionnel et ce à tous les âges de la vie. C'est dire si elle est un facteur déterminant à prendre en compte dans la conception ou transformation des logements, aujourd'hui plus que jamais face aux effets du changement climatique, mais aussi aux crises sociale et sanitaire.

Déjà, de nouvelles pratiques, de nouveaux usages et de nouveaux imaginaires se manifestent non sans puiser dans des réalités anciennes : bi, voire tri-résidentialité, nomadisme, habitat mobile, télétravail, télé-enseignement, télé-santé, hyperlieux-mobiles… Il reste que les logements neufs sont encore majoritairement le fait de la promotion privée (promoteurs et particuliers) et les que cadres réglementaires trouvent leurs limites.

L'urgence de la situation oblige à réfléchir à une "alliance inédite" entre les acteurs historiques, mais aussi de nouvelles parties prenantes apparues à la faveur des transitions écologique, numérique, énergétique. Comment ? Selon quelles modalités ? Pour quel "Loger mobiles" ? C'est ce que propose d'examiner ce colloque avec des intervenants de différents horizons disciplinaires, professionnels, géographiques, en prenant en compte la diversité des situations selon les catégories de population et les territoires métropolitains, périurbains et ruraux.


MOTS-CLÉS :

Alliances, Architecture, Campagnes urbaines, Citoyenneté, Conception, Covid 19, Démocratie, Habitants, Habitat précaire, Hybridations, Imaginaires, Inégalités d'accès, Logement, Métropole, Mobilité, Numérique, Pratiques, Territoires Tiers-lieux, Transitions, Urbanisation, Usages, Ville durable


CALENDRIER PROVISOIRE :

Vendredi 10 juin
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Samedi 11 juin
Matin
Sylvain ALLEMAND, Mireille APEL-MULLER, Olivier LECOINTE & Jean-Baptiste MARIE : Introduction

LOGER MOBILES AUJOURD'HUI : HISTOIRE ET RÉCITS D'UNE HYBRIDATION — Animation : Jean-Baptiste MARIE
Jean-Baptiste MARIE : Introduction
Antoine PICON : Imaginaire du logement et de la mobilité du XIXe siècle à l'ère du numérique

Le logement au défi des mobilités : questions des "Grands Témoins", avec Jean-Claude DRIANT (Urbaniste, spécialiste des politiques d'habitat et de logement), Marjan HESSAMFAR (Architecte), Vincent LE ROUZIC (Fabrique de la cité) et Jean-Pierre ORFEUIL (Économiste des transports)

Après-midi
NOUVEAUX USAGES, NOUVELLES PRATIQUES, NOUVEAUX IMAGINAIRES — Animation : Sylvain ALLEMAND
Lecture critique des rapports sur le logement : et la mobilité dans tout ça ?, avec François LECLERCQ et Catherine SABBAH

Alain BOURDIN : Comment mieux saisir les préférences des futurs propriétaires ?
Benoît MOLINEAUX (Coopérative Équilibre) : Autopartage au sein d'une coopérative d'habitation [visioconférence]

Témoignages : initiatives, émergences, signaux faibles, avec Andrés BORTHAGARAY (Fondation Furban) [Logement et mobilité, facteurs clé de l'inclusion en Amérique latine], Pascal DREYER (Leroy Merlin Source) [Habiter la mobilité, penser de nouveaux ancrages avec les habitants] et Sylvie LANDRIÈVE (Forum Vies Mobiles)


Dimanche 12 juin
Matin
EST-CE QUE LA COVID 19 A FAIT BOUGER LE LOGEMENT : SES PRATIQUES ET SA CONCEPTION ? — Animation : Mireille APEL-MULLER
Présentation d'études du POPSU, avec Marie BREUILLÉ (INRAE) [En pleine crise sanitaire, observer les envies de mobilité et leurs concrétisations, grâce à la digitalisation de l'immobilier et à la réexpédition de courrier] et Aurélie DELAGE (Univ. de Perpignan, Art-Dev) & Max ROUSSEAU (CIRAD) [De camions en châteaux ambulants : ce que la crise sanitaire change (ou pas) aux mobilités résidentielles]
Intervention d'Olivier BOUBA-OLGA [visioconférence]

Sabri BENDIMÉRAD : Le garage, une nouvelle pièce à vivre ?
Paul LANDAUER : Nouvelles formes de stockage dans l'architecture du logement
Lucie JOUANNARD (Syvil Architectures) : Transition écologique : les impacts de la reconfiguration des flux de matières sur nos logements

Après-midi
DÉMOCRATIE, CITOYENNETÉ À L'HEURE DU "LOGER MOBILE" ? — Animation : Sylvain ALLEMAND
Éric LE BRETON : Mobilité et citoyenneté
Stéphane JUGUET : Une démarche participative de co-construction
Sylvie LANDRIÈVE (Forum Vies Mobiles) : Retour sur un Forum Citoyen

Soirée
Carte blanche à Aglaée DEGROS (Architecte) : Les contrats de mobilité


Lundi 13 juin
Matin
TERRITOIRES : QUELLES NOUVELLES ALLIANCES POUR FAIRE BOUGER LES LIGNES ? — Animation : Isabelle LAUDIER (IR CDC)
Ce que ça vous dit de territorialiser logement et mobilité ?, avec Marie-Christine JAILLET [Entre métropoles et territoires périphériques…] et Daniel BEHAR [Vivre en archipels, quel défi pour l'action publique ?]

Les outils pour y répondre : l'exemple de l'Atelier des territoires, avec Florian MUZARD (DGALN), Eloi LARCHEVÊQUE (DREAL Normandie), Denis LABIGNE (DDTM du Calvados) et Thomas BUHLER (Univ. de Franche-Comté)

Réactions, témoignages d'un élu et d'un acteur territorial, avec Nicolas ESCACH (Caen, Ville durable) et Fabrice JEANNE [Retour d'expériences sur des initiatives portées ou accompagnées par un acteur territorial dans une collectivité]

Après-midi
"HORS LES MURS" — Préparation : Christine BACHELEZ
Visites et rencontres avec des acteurs normands du "Loger mobiles"

Soirée
Sur les routes des campagnes urbaines, documentaire de Camille JUZA (Réalisatrice, PUCA)


Mardi 14 juin
Matin
CE QUE LES MOBILITÉS FONT AU LOGEMENT / CE QUE LE LOGEMENT FAIT AUX MOBILITÉS ? — Animation : Mireille APEL-MULLER
Marjan HESSAMFAR & Jean-Baptiste MARIE : Les enjeux de l'AMI (appel à manifestation d'intérêt engagés pour la qualité du logement de demain)

Présentation par les lauréats de trois projets de l'AMI sur la qualité du logement : et la mobilité ?

Table ronde, avec Paul LANDAUER, Vincent LE ROUZIC (Fabrique de la cité) et Nicolas TIXIER

Après-midi
ENJEUX SOCIOÉCONOMIQUES — Animation : Sylvain ALLEMAND
Eric CHARMES : Métropoles et éloignement résidentiel
Christian de PERTHUIS : Qu'attendre de la fiscalité environnementale [visioconférence]
Jean-Pierre NICOLAS : Ce que nous apprend le coût résidentiel
Arnaud LE MARCHAND : Inégalités d'accès au logement et habitat précaire
Discutant : Jean-Claude DRIANT

Soirée
Viviane HAMON : Réenchanter les pavillons des années 1950-70 : vers un mode vie durable ?


Mercredi 15 juin
Matin
LOGER MOBILES FACE AUX TRANSITIONS NUMÉRIQUES, ÉNERGÉTIQUES, ÉCOLOGIQUES — Animation : Olivier LECOINTE
Dominique BOULLIER : Habitèle : habiter le numérique, habiter le mobile
Hugo POIRIER : Habitat 2040, une étude pluridisciplinaire pour une smart home adaptée aux modes de vie
Rémi BABUT : "Habiter dans une société bas carbone", un rapport du Shilft Project
Hélène PESKINE : Quelle feuille de route pour les transitions ?

Après-midi
CE QUE LES MOBILITÉS FONT AU LOGEMENT / CE QUE LE LOGEMENT FAIT AUX MOBILITÉS : QUELLES CONCEPTIONS ? AVEC QUI ? COMMENT ? — Maîtrise d'œuvre : Mireille APEL-MULLER & Jean-Baptiste MARIE
Workshop des étudiants — Loger mobiles dans les territoires
Atelier de conception d'un prototype mobilier de logement mobile
Animé par Matthieu DAVID, Misia FOREN, Lorette KLEPPER, Carole LEMANS & Victoria MURE-RAVAUD (Doctorants à l'ENSTA de Clermont Ferrand) et Sabine CHARDONNET DARMAILLACQ [ENSA Paris-Malaquais] sur la base d'une enquête réalisée par 300 étudiants
Discutante : Fionna MEADOWS


Jeudi 16 juin
Matin
QUELLES LIGNES DE FORCE ?
Le logement aux défis des mobilités ? Éléments de réponse des "Grands Témoins", avec Jean-Claude DRIANT, Marjam HESSAMFAR [visioconférence], Vincent LE ROUZIC et Jean-Pierre ORFEUIL

Conclusions des directeurs & Débat général

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Olivier LECOINTE
Olivier Lecointe, retraité, a effectué sa carrière professionnelle dans le secteur de l'énergie, au sein d'EDF, de Gaz de France et d'ENGIE, où il a occupé des fonctions opérationnelles (directeur de centrale de production, gestionnaire d'énergie, développement) et fonctionnelles (stratégie, études économiques, achats…). Il est spécialiste en économie de l'énergie. Délégué du Cercle des Partenaires de Cerisy, il est chargé d'animer ce cercle, de l'étendre et de développer sa capacité à travailler collectivement pour proposer des sujets de colloques et contribuer à leur préparation. À ce titre, il a récemment codirigé les colloques Angles morts du numérique et Imaginaires et pratiques de l'économie circulaire.


Daniel BEHAR
Daniel Behar, géographe, est professeur à l'École d'Urbanisme de Paris. Il y anime la chaire "aménager le Grand Paris". Il a récemment codirigé l'Atlas du Grand Paris (Autrement, 2020), Faire région, faire France : quand la région planifie (Berger-Levrault, 2021) ainsi que la note "Après la décentralisation" pour Terra Nova.

Andrés BORTHAGARAY
Andrés Borthagaray est architecte urbaniste, chercheur invité de la Fondation France Japon à l'EHESS (chaire Michelin sur la mobilité urbaine) et président de la fondation Furban. Il a été directeur section Amérique Latine à l'Institut pour la ville en mouvement depuis 2008. Dans le cadre de ses missions, il anime des ateliers dans plusieurs villes de la région sur les thèmes de la gouvernance des mobilités, des espaces publics du mouvement et de la Ville Lisible. En 2009, il dirige la publication ¡ Ganar la calle ! Compartir sin dividir. En 2013, il est co-éditeur, avec Jean-Pierre Orfeuil, de La fábrica del movimiento et en 2020, avec Yency Contreras, de Hiperlugares Móviles, actividades conectadas más allá del transporte. Il a été directeur du conseil de planification stratégique pour la ville de Buenos Aires, où il a été sous-secrétaire à la décentralisation et aux transports.

Dominique BOULLIER : Habitèle : habiter le numérique, habiter le mobile
Habiter, c'est approprier et se coupler à une enveloppe. Les enveloppes que sont l'habit et l'habitat se sont étendues au XXe siècle en habitacle et au XXIe en habitèle. Nous devons pouvoir habiter le numérique, condition d'un monde connecté vivable. L'ancrage du domicile traditionnel se transforme en lestage, ce qui nous tient debout sur la terre mais en mobilité. Or, les réseaux ne lestent pas plus qu'ils ne filtrent ni qu'ils ne nous permettent de créer le climat et l'ambiance qui nous conviennent. Nous devons pouvoir nous coupler à notre téléphone portable et à nos réseaux sans être happés par la tyrannie de la réactivité à haute fréquence et du réchauffement médiatique. Les catastrophes engendrées par la faible régulation des automobiles devenues habitacles captivants, nous attendent pour les réseaux numériques s'ils demeurent en régime de développement incontrôlé.

Dominique Boullier est Professeur des universités en sociologie à Sciences Po (IEP Paris, CEE). Il est anthropologue de l'urbain puis du numérique, créateur d'entreprise (systèmes d'information et d'aides humains-machine), créateur de laboratoires des usages (sciences cognitives, Cité des Sciences), professeur en école d'ingénieurs (UTC, EPFL) et à Sciences Po Paris, ancien adjoint au maire de grande ville.
Publications
L'urbanité numérique (1999).
Sociologie du numérique (2019, 2e éd).
Comment sortir de l'emprise des réseaux sociaux (2020).
Puissance des plateformes numériques, territoires et souverainetés (2021).

Alain BOURDIN
Professeur des universités, sociologue et urbaniste Alain Bourdin a dirigé l'Institut Français d'Urbanisme. Il enseigne au Centre Raymond Lemaire de l'université de Louvain (Flandres), à l'Académie Libanaise des Beaux Arts (Beyrouth), et intervient à l'ESSEC (chaire d'économie urbaine). Il est membre du Lab'urba (Université de Paris-Est). Directeur de la Revue Internationale d'urbanisme, il conduit le programme de recherche Coubertin sur la production des équipements olympiques de Paris 2024. Au cours des années récentes, il a réalisé des enquêtes sur les préférences des propriétaires, les territoires de vie des urbains (et "périurbains"), les attitudes par rapport au vélo dans l'ouest francilien, l'impact du confinement et du télétravail sur les comportements professionnels (mobiles et immobiles).
Publications récentes
Faire centre, Éditions de l'Aube, 2019.
L'action publique urbaine face aux mutations sociétales, avec Joël Idt et Michel Casteigts, Éditions de l'Aube, volume 1, 2020 - volume 2, 2022.
Du logement à la ville : ce que préfèrent les habitants, avec Pauline Silvestre, Éditions de l'Aube, 2021.

Marie BREUILLÉ
Marie Breuillé est chercheuse en économie à l'INRAE, et membre du CESAER. Elle coordonne avec Julie Le Gallo un des deux volets quantitatifs du programme de recherche "Exode urbain : impact de la pandémie de Covid 19 sur les mobilités résidentielles" (Financement PUCA). Ses travaux portent principalement sur les finances publiques locales (impact de la coopération intercommunale, performance de la péréquation, efficacité de la dépense publique) et sur les marchés immobiliers (méthodologie de la carte des loyers développée avec Camille Grivault et Julie Le Gallo, ratios loyer sur prix, encadrement des loyers, location touristique meublée).

Thomas BUHLER
Thomas Buhler est maître de conférences HDR en aménagement et urbanisme à l'université de Franche-Comté. Ses recherches portent à la fois : sur les modes de vie urbains, en lien avec les mobilités quotidiennes (essentiellement automobiles et cyclistes) ; sur les modalités d'action et les stratégies d'acteurs en urbanisme (à travers la planification urbaine) ; et sur le développement d'expérimentations visant à intégrer une diversité d'acteurs (habitants, acteurs publics, associatifs et privés) dans le développement de projets et plans urbains et territoriaux.
Dernières publications
Buhler T., Comby E., Vaudor L., von Pape T., 2021, "Beyond 'good' and 'bad' cyclists. On compensation effects between risk taking, safety equipment and secondary tasks", Journal of Transport & Health (en ligne).
Buhler T., Stephenson R., 2021, "Is Local Planning Really 'Local' ? National Planning Context as a Determining Factor for Local Discourse", Planning Theory and Practice (en ligne).
Buhler T., 2021, "When vagueness is a strategic resource for planning actors", Planning Theory (en ligne).

Eric CHARMES : Métropoles et éloignement résidentiel
Les métropoles rayonnent sur des territoires de plus en plus vastes. Cette dynamique, ancienne, n'a fait que croitre ces dernières décennies. Elle est ambivalente. D'un côté, elle favorise le développement des petites villes et campagnes proches des métropoles, au travers de ce qu'on appelle la périurbanisation. D'un autre, pour beaucoup de ménages, l'extension des aires métropolitaines s'accompagne d'un éloignement entre lieu d'emploi et résidence. Les dépenses énergétiques qui résultent des déplacements ainsi imposés précarisent les familles jusqu'aux classes moyennes. Le mouvement des Gilets jaunes a trouvé là l'un de ses principaux moteurs. Que faire face à cette situation, pour répondre aux enjeux sociaux, mais aussi écologiques, de l'éloignement résidentiel ?

Eric Charmes est directeur de recherche à l'ENTPE (Vaulx-en-Velin). Il est spécialisé dans les études urbaines, l'aménagement et l'urbanisme. Il est membre du laboratoire Recherches interdisciplinaires ville, espace société (RIVES), composante de l'UMR CNRS EVS de l'université de Lyon. Il est le référent scientifique de la plate-forme lyonnaise du programme POPSU Métropoles. Une part importante de ses recherches a porté sur les territoires périurbains.
Publications
La ville émiettée, PUF, 2011.
La revanche des villages, Seuil, 2019.

Aglaée DEGROS : Les contrats de mobilité
Les contrats ou fonds de mobilité sont des instruments légaux permettant de réduire les coûts pour les habitants et de faire évoluer la mobilité d'un quartier vers un partage modal durable. Le principe des contrats de mobilité comme par exemple ceux mis en place par la ville de Vienne en Autriche vise à l'amélioration de l'offre en matière de mobilité, sans nécessairement se baser sur la possession privée d'une voiture. Ces contrats permettent non seulement de construire et habiter à meilleur marché car ne nécessitent pas la construction de parking mais sont également essentiels dans la lutte contre les changements climatiques en réduisant les émissions de gaz liées à la mobilité automobile. Un contrat de mobilité permet au promoteur du projet de déroger à la norme en matière de stationnement automobile, mais en contrepartie oriente l'investissement de l'argent ainsi économisé vers une offre de mobilité durable pour le bâtiment de logement et/ou un fonds destiné à améliorer la mobilité de proximité dans le quartier où le projet est implanté.

Aglaée Degros est architecte/urbaniste et directrice du bureau Artgineering, basé à Bruxelles. Avec Artgineering, elle conçoit et met en œuvre des stratégies de conception pour des conditions (inter)urbaines complexes, elle réinterprète la relation entre la mobilité, le paysage et le développement urbain. Elle est également professeur d'université et directrice de l'Institut d'urbanisme de l'université de technologie de Graz. Dans le passé, elle a été professeur invité et conférencière dans plusieurs institutions d'architecture en Europe. Elle a été aussi professeur de culture urbaine et d'espace public à l'université de technologie de Vienne et à l'Académie des beaux-arts de Vienne, professeur invitée de l'université Polytechnique de Milan et est en 2022 professeur invitée de l'université de Harvard. Elle est Fellow d'honneur de la Vrije Universiteit de Bruxelles. Aglaée Degros est notamment co-auteur de la publication de Routledge "Public Space and the Challenges of Urban Transformation in Europe", "Brussels, [re]discovering its spaces" et plus récemment "Traffic space is public space". Elle est régulièrement membre du jury de concours internationaux d'urbanisme et de design. Elle une des quatre experts conseillant le maitre architecte de la région Flamande.

Aurélie DELAGE
Aurélie Delage est enseignante-chercheuse en aménagement et urbanisme à l'université de Perpignan Via Domitia (UMR Art-Dev). Elle coordonne avec Anaïs Collet et Max Rousseau le volet qualitatif du programme de recherche "Exode urbain: impact de la pandémie de Covid 19 sur les mobilités résidentielles" (Financement PUCA - Réseau Rural). L'atelier discutera une partie des résultats de l'enquête, notamment les diverses modalités d'habiter polytopique observées sur le terrain. Du multirésidentialisme des plus aisés au nomadisme des populations marginales, les profils sont divers, les modalités d'intégration et le développement local induit le sont tout autant. Dans quelle mesure cet habiter mobile sélectif n'est-il pas révélateur et/ou générateur de nouvelles formes d'inégalités sociales et territoriales, voire de relégation et d'exclusion ?

Pascal DREYER : Habiter la mobilité, penser de nouveaux ancrages avec les habitants
La mobilité s'est imposée depuis plusieurs décennies comme une exigence qui concerne toutes les étapes de la vie (de l'enfance à la retraite) et tous les domaines de l'existence (études, formation, travail, loisirs et vacances, etc.). Elle s'est même progressivement invitée au cœur des logements, mobilisant des espaces, des technologies et activant des systèmes relationnels spécifiques. Plusieurs recherches menées depuis 2013 au sein de Leroy Merlin Source dessinent la manière dont les individus font face à cette exigence, tantôt choisie, tantôt subie, quelles attentes ils formulent à l'égard du logement et plus largement de l'habitat, comment ils intègrent la mobilité au cœur de la stabilité qu'est le logement mais aussi comment ils se prémunissent de ses effets négatifs.

Pascal Dreyer est coordinateur scientifique de Leroy Merlin Source, réseau de recherche sur l'habitat de Leroy Merlin France depuis 2005, réseau de soixante chercheurs réalisant dix recherches par an. Il a été directeur adjoint de Handicap international, responsable du programme France et membre fondateur et directeur de la publication délégué de Déclic, le magazine de la famille et du handicap ; rédacteur en chef de Gérontologie et Société. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et ses sujets de recherche portent notamment sur la dépendance, l'habitat, le deuil, les situations de handicap quel que soit l'âge. Recherches en cours : "Vécu corporel de l'habiter entre 65 et 100 ans" avec Florence Vernay (artiste) et "Objets de l'ailleurs et chez-soi" avec Elsa Ramos, sociologue (Cerlis).
Publications
"Habiter. Réparer. Résister", Cultures et sociétés, n°27, Collection "Cultures et sociétés, sciences de l'homme", Paris, Téraèdre, 2013.
Avec Ennuyer B., Le chez-soi à l'épreuve des pratiques professionnelles, Lyon, Éditions de la Chronique sociale, 2017.
Dreyer, P. (coord.), "Habiter chez soi jusqu'au bout de sa vie", Gérontologie et société, n°152, vol. 39/2017, Paris, CNAV.

Jean-Claude DRIANT
Je jouerai, aux côtés de Jean-Pierre Orfeuil, le rôle de grand témoin tout au long du colloque. Cela se traduira par un participation attentive et active à l'ensemble des sessions du colloque. Mon regard sera celui d'un chercheur spécialisé dans le champ des politiques et des marchés du logement. Le premier jour du colloque, nous participerons, avec les organisateurs, à une table ronde inaugurale pendant laquelle je poserai les termes des grands enjeux du lien entre logement et mobilités, tant résidentielles que quotidiennes. La notion de parcours résidentiel sera centrale pour comprendre la grille de questionnement que j'appliquerai à mon écoute des conférences et tables rondes du colloque. Lors de la table ronde finale, le 16 juin, je tenterai d'énoncer ce qui me sera apparu comme les grandes lignes de force de ce riche programme.

Professeur à l'École d'urbanisme de Paris (Université Paris-Est Créteil), Jean-Claude Driant est spécialiste de l'habitat. Il consacre l'essentiel de ses recherches et enseignements à la socio-économie du logement, aux politiques nationales et locales de l'habitat, au parc locatif social et au fonctionnement des marchés immobiliers. Ses travaux portent principalement sur les articulations entre le fonctionnement des marchés locaux du logement et la mise en œuvre des politiques territoriales impliquant l'habitat.
Publications
DRIANT J.-C., Les politiques du logement en France, Deuxième édition, Les Études, 2015, Paris, La Documentation française, 197 p.
DRIANT J.-C. et LELIEVRE M. (dir.), Mal logement, mal logés, Rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes), 2018, 324 p.
DRIANT J.-C. et MADEC P., Les crises du logement, La Vie des Idées, PUF, 2018, 100 p.
DRIANT J.-C., "Loi ELAN, rupture ou simple accélérateur de la transformation du modèle français du logement social ?", Grief, revue sur les mondes du droit, Dalloz/EHESS, n°6/2, octobre 2019, pp. 31-43.
DRIANT J.-C. et LEVY-VROELANT C., "In search of equity. French housing policy and "Grand Paris"", in Pohlan J. et Wehrahn R., Housing and Housing Politics in European Metropolises, Springer VS, 2019, pp. 21-44.

Viviane HAMON
Viviane Hamon est anthropologue et consultante. Ses travaux portent sur la transition écologique des territoires et plus particulièrement sur la rénovation énergétique de l'habitat privé. Elle accompagne les politiques publiques sur le sujet à l'échelle territoriale et nationale.
Recherches/publications en lien avec le colloque
"Ré-enchanter les pavillons des années 50-70", en collaboration avec Lionel Rougé et Hortense Soichet, ADEME/Leroy Merlin Source.
"Explorer le temps du chantier", ADEME/Leroy Merlin Source (en ligne).
"Rénover et densifier les quartiers d'habitat pavillonnaire", recherche collective, PROFEEL (en ligne).
"L'approche environnementale, un moyen de réconcilier la maison individuelle et la ville ?", recherche collective, Programme PUCA "Maison individuelle, architecture, urbanité".

Lucie JOUANNARD : Transition écologique : les impacts de la reconfiguration des flux de matières sur nos logements
Le fonctionnement de nos villes repose sur des flux de matière : énergie, matières premières, produits manufacturés, déchets, etc... Face aux dérèglements écologiques, aux enjeux sociaux et économiques auxquels nous devons faire face, ces derniers sont aujourd'hui largement remis en question. Les impacts des reconfigurations qui doivent advenir nécessitent d’être accompagnés par un renouvellement de la conception de nos architectures, de nos villes et notamment de nos logements. L'exploration des thématiques de la cuisine et du stockage dans les logements collectifs à l'aune des enjeux de gestion des déchets, des nouvelles pratiques de l'économie circulaire, de l'explosion des livraisons à domicile et de croissance des circuits courts, illustre le potentiel d'une approche fonctionnelle renouvelée.

Lucie Jouannard est architecte et chargée de recherche au sein de l’atelier Syvil architectures. Syvil est un atelier d'architecture et d'urbanisme parisien qui porte un regard singulier sur la ville contemporaine en choisissant, face aux enjeux écologiques, sociaux et économiques, de s'intéresser à ses coulisses, à ses arrières-cours et aux filières matérielles qui lui permettent de fonctionner. Pour mieux accompagner les opérateurs et préparer un passage à l'action, Syvil a mis en place une dynamique de recherche visant la création de connaissances originales et la montée en compétence collective sur des sujets spécifiques autour de l'idée de ville productive.
Publications
"Réinvestir la cuisine", édito Syvil architectures.
"Raisonner le stockage", édito Syvil architectures.

Denis LABIGNE
Denis Labigne est responsable de la Délégation Territoriale de la Direction départementale des Territoires et de la Mer du Calvados dans l'arrondissement du Pays d'Auge (Lisieux). Ce territoire est composé de 160 communes et de 5 EPCI. Son service est mis à disposition de l'ANCT avec une mutation des missions "régaliennes (au siège)" vers "l'accompagnement des territoires par l'État (en délégations)". L'activité principale de celui-ci consiste en l'accompagnement des dispositifs de l'État, tels que "Action Cœur de Ville" ou "Petites Villes de Demain", où le logement et les parcours résidentiels sont la thématique principale. Concernant un retour d'expérience sur la méthode Atelier des Territoires, son service propose des animations de réflexion locale pour faire émerger des projets de territoire : ACAD des Marais de la Dives (Atelier conseil en aménagement durable), Atelier des Territoires sur la transition écologique avec CdC Normandie-CabourgPA, Atelier des Territoires sur les sols vivants avec la CA Lisieux-Normandie.

Paul LANDAUER : Nouvelles formes de stockage dans l'architecture du logement
Dans le domaine du logement, comme dans la plupart des secteurs d'activités du monde occidental contemporain, la part dédiée au stock s'est réduite. Partout la performance du flux tendu l'emporte. Mais le stock résiste : il rejaillit, tel le retour du refoulé, sur les façades des immeubles ; se déplace massivement dans les sites de self-stockage ; s'invite dans toutes les démarches qui prônent aujourd'hui le recyclage et la résilience ; devient un enjeu de pouvoir pour reconquérir une autonomie de production ; et s'impose de manière inattendue dans une des fonctionnalités les plus aigües des réseaux contemporains : les data-centers. Comment assumer architecturalement la part utile et anthropologique du stockage dans et autour du logement ? Telle est la question centrale à laquelle cette intervention tentera d'esquisser une réponse.

Paul Landauer est architecte, professeur à l'École d'architecture de la ville et des territoires Paris-Est et directeur de l'OCS-AUSser. Ses recherches portent actuellement sur la ruine, la réparation et le stockage.
Publications
L'architecture, la ville et la sécurité, PUF, 2009.
L'invention du grand ensemble, Picard, 2010.
Émile Aillaud, portrait d'architecte, Infolio/éditions du Patrimoine, 2011.
"Esthétique du flux, esthétique du stock", in La beauté d'une ville, Wildproject/Pavillon de l'Arsenal, 2021.
"Le sacre du stock", in Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère, n°11-21, 2021.

Sylvie LANDRIÈVE
Sylvie Landriève codirige le Forum Vies Mobiles. Auparavant, elle a monté et piloté des projets immobiliers et d'aménagement urbain privés et publics (BNP Real Estate, SNCF). Avec une formation en sciences humaines (Sorbonne et Sciences-Po Paris) et en recherche en management (Mines, Nanterre et ESCP), elle s'intéresse à l'évaluation des politiques publiques et à l'implication des citoyens dans leur élaboration.
Publications
L'Immobilier. Une passion française, Demopolis, 2016.
Pour en finir avec la vitesse, L'Aube, 2021.

Arnaud LE MARCHAND
Arnaud Le Marchand a réalisé ses premiers travaux dans le cadre des relations industrielles, au carrefour de l'économie et de la sociologie, dans les ports. La question des travailleurs en déplacements, terrestres et maritimes, utilisant parfois ou systématiquement l'habitat mobile, a été un prolongement de ces enquêtes. Elle menait aussi à celle des travailleurs pauvres ou précaires, dont les migrants Roms.

Benoît MOLINEAUX : Autopartage au sein d'une coopérative d'habitation
Présentation de l'expérience de la coopérative Équilibre qui a inauguré son premier immeuble à Genève en 2011 avec une idée qui paraissait folle à l'époque : renoncer entièrement à la voiture individuelle. Ainsi nous avons décidé de ne pas construire les places de parkings prévues en sous-sol (1.5 places par appartement) mais d'organiser à la place un autopartage pour tous les habitants avec un taux de voitures (et de places de parking) de 0.25 par appartement et un tarif de 50ct par km. Nous avons ainsi divisé par six le nombre de véhicules en circulation (et le nombre de places à construire). L'idée folle du départ est devenue aujourd'hui un exemple à suivre pour de nombreux projets à Genève. Pour nos trois immeubles inaugurés en 2018, le nombre de véhicules a encore été réduit à une voiture pour dix appartements. Pour nos futurs projets, nous réfléchissons à une offre de service de mobilité plus complet incluant des vélos électriques et vélos cargos ainsi que des tarifs réduits pour les transports publics.

Benoit Molineaux est physicien et climatologue de formation, il a contribué à fonder la coopérative d'habitation Équilibre en 2005, ainsi que son "idéal écologique" qui fait aujourd'hui partie de son identité. Il habite depuis 2011 dans le premier immeuble de la coopérative qui est encore aujourd'hui l'immeuble le moins énergivore (par m2) à Genève et aussi celui qui consomme le moins d'eau par habitant(e), grâce notamment à son système de toilettes sèches. Très vite, la question de la voiture individuelle est devenue prioritaire dans ce contexte, d'où le développement d'un système d'autopartage qui contribue au succès de la coopérative qui prévoit de construire une dizaine de nouveaux immeubles dans les années à venir.

Florian MUZARD
Florian Muzard est chef de projet à la Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature (DGALN). Tout au long de son parcours au sein des services de l'État en accompagnement des collectivités locales, il développe une approche faisant appel à la prospective, au mode projet et aux interactions entre la recherche et l'action publique. Au sein de la DGALN, il participe à la coordination de L'Atelier des territoires et a piloté tour à tour les sessions nationales "Mieux vivre ensemble dans le périurbain" et "Amplifier la transition écologique avec les territoires" mobilisant à chaque fois 5-6 groupements de collectivités lauréats. Les thématiques du logement et de la mobilité sont au cœur de cette démarche innovante et de plusieurs publications dédiées à l'aménagement durable auxquelles il a contribué, notamment Le périurbain, espace à vivre, codirigé avec Sylvain Allemand (Parenthèses, 2018).

Jean-Pierre NICOLAS
Jean-Pierre Nicolas est directeur de recherche à la section "Espaces, territoires, sociétés" du CNRS. Il travaille au Laboratoire "Aménagement Économie Transports" à Lyon, et s'intéresse principalement aux interactions entre mobilité quotidienne et territoires et aux enjeux environnementaux, économiques et sociaux qu'elles entraînent.

Antoine PICON : Imaginaire du logement et de la mobilité du XIXe siècle à l'ère du numérique
La question du logement et celle du déplacement des personnes ont partie liées depuis la première révolution industrielle au moins. Logement et mobilité : la conférence abordera leurs relations sur la longue durée en s'attachant plus particulièrement à certains épisodes comme la modernité urbanistique et architecturale ainsi qu'à la façon dont les imaginaires ont conduit à des transformations concrètes de l'espace bâti et vécu. De l'électricité au numérique, l'information, ses modalités de production, de transmission et de réception jouent également un rôle dans cette évolution.

Antoine Picon est chercheur à l'École nationale des Ponts et Chaussées et professeur à la Harvard Graduate School of Design. Ses recherches portent sur les relations entre techniques, ville et architecture.
Publications
Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, Parenthèses Éditions, 1988.
La ville territoire des cyborgs, Éditions de l'Imprimeur, 1998.
Culture numérique et architecture, Birkhauser, 2010.
Smart cities. Theorie et critique d'un idéal auto-réalisateur, Éditions B2, 2013.


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque sont maintenant ouvertes. Les participations à toute sa durée sont acceptées en priorité. Les auditeurs demandant un séjour fractionné pourront être mis sur une liste d'attente.


Avant de remplir ce bulletin, consulter la page Inscription de notre site.

Tous les champs marqués d'un (*) doivent être renseignés.


Présentation personnelle

[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png ]


Adresse personnelle ou professionnelle
Ces renseignements figureront sur la liste des participants qui sera remise lors du colloque.


Sélectionner la mention adéquate (le statut de contributeur est défini au préalable, en accord avec le CCIC, par la direction du colloque).


Versement à effectuer

Frais de séjour : *

Total à verser :

Si différente, merci d'indiquer une adresse de facturation


[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png, pdf, doc, docx, txt ]
Vous pouvez ajouter ici, si besoin, les documents nécessaires pour compléter votre inscription : copie de carte d'étudiant(e), justificatifs de revenus, ...


Précisions à nous communiquer pour l'agrément de votre séjour :
[par exemple : grande taille (plus de 1,80 m), problèmes de mobilité, partage d'une chambre ou voisinage de chambres, inscription groupée, régime médicalement surveillé, ...]
Ces renseignements sont utiles à la répartition des chambres. Le logement est assuré au château de Cerisy et ses dépendances, en chambres doubles ou individuelles. En cas de grande affluence, les inscrits tardifs se logeront aux alentours.