Programme 2021 : un des colloques

Programme complet


IMAGINAIRES ET PRATIQUES DE L'ÉCONOMIE CIRCULAIRE


DU VENDREDI 28 MAI (19 H) AU VENDREDI 4 JUIN (14 H) 2021

[ colloque de 7 jours ]



DIRECTION :

Aurélien ACQUIER, Franck AGGERI, Valentina CARBONE, Éric LESUEUR et Olivier LECOINTE

Colloque organisé à l'initiative du Cercle des partenaires


ARGUMENT :

En quelques années à peine, l'économie circulaire s'est imposée dans le débat public comme la promesse d'un modèle de croissance plus sobre et compatible avec les enjeux d'une transition écologique. La vulgate actuelle oppose l'économie circulaire, fondée sur des stratégies de bouclage des flux de matière et d'énergie, à l'économie linéaire fondée sur l'exploitation sans limites de ressources naturelles et la mise en décharge des déchets issus de notre consommation effrénée.

Ce colloque se propose de mettre en discussion le cadrage dominant de l'économie circulaire, de contraster les différents imaginaires véhiculés par la notion et de discuter les pratiques et expérimentations collectives qui se déploient dans tous les continents. À cette fin, une variété de perspectives (historique, philosophique, géopolitique, sociologique, gestionnaire, économique, écologique, juridique, prospective) seront mobilisées pour éclairer les débats contemporains. À partir d'une analyse historique des pratiques et des concepts, seront examinés les enjeux et pratiques contemporains de l'économie circulaire : enjeux de régulation, démarches territoriales faisant émerger de nouveaux communs ; rapports à la technologie et à l'innovation, y compris à travers la fabrication de nouveaux imaginaires ; modèles et pratiques sectorielles. Parallèlement, on réfléchira aussi à ce qui s'invente sur le terrain et aux nouvelles conceptions de l'économie circulaire. Enfin, on se demandera si cette démarche peut constituer un modèle de résilience en temps de crise et au-delà.

Les communications et tables rondes suivies d'amples débats, mais aussi les visites en Normandie, permettront de confronter les points de vue de chercheurs, d'artistes, de responsables d'entreprises, d'élus de collectivités territoriales, d'associations citoyennes et de doctorants, sur les imaginaires et les pratiques de l'économie circulaire.


MOTS-CLÉS :

Alimentation, Climat, Communs, Coopérations, Cycle de vie, Habitat, Innovation technologique, Justice, Méditation, Nature, Numérique, Performance, Régulation, Résilience, Ressources, Sobriété, Solidarités, Territoires, Transition écologique, Urbanisme


CALENDRIER PROVISOIRE :

Vendredi 28 mai
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Samedi 29 mai
MISE EN CONTEXTE
Matin
Aurélien ACQUIER, Franck AGGERI, Valentina CARBONE & Éric LESUEUR : Introduction
Franck AGGERI : Problématisation de l'économie circulaire
Sabine BARLES : Économie circulaire, une perspective historique

Après-midi
L'économie circulaire entre performance et sobriété — racines des concepts, pratiques, futurs possibles, table ronde avec Christian BRODHAG [visioconférence], Christian DU TERTRE et Suren ERKMAN [visioconférence]

Christophe ABRASSART & Géraldine HATCHUEL : Design fiction — Comment ouvrir les imaginaires pour l'action ?


Dimanche 30 mai
RESSOURCES, PLANÈTE, ENVIRONNEMENT
Matin
Aurélien ACQUIER & Valentina CARBONE : L'économie circulaire et le cycle de vie… des concepts environnementaux

Géopolitique de la ressource, dialogue entre Philippe CHALMIN et Guillaume PITRON

Après-midi
"La Fresque Climat", atelier animé par Aurélien ACQUIER et Valentina CARBONE

Soirée
Projection du film OKJA, suivie d'une analyse et d'un débat menés par Aurélien ACQUIER


Lundi 31 mai
RESSOURCES, USAGES ESSENTIELS
Matin
Bertrand VALIORGUE : Du champ à l'assiette : nouveaux modèles de la filière agro-alimentaire

Du champ à l'assiette : nouveaux modèles de la filière agro-alimentaire, table ronde animée par Bertrand VALIORGUE, avec Steven BECKERS [Agriculture urbaine, ville productive et économie circulaire] et un représentant de l'INRAE

Après-midi
Alain GRANDJEAN : L'économie circulaire au service de la transition énergétique [visioconférence]

Habitat et urbanisme : aménagement et valorisation des ressources, table ronde avec Vincent AUREZ, Franck FAUCHEUX et Joël NTSONDÉ [Le rôle de l'utopie dans la dynamique territoriale de l'économie circulaire en Ile-de-France]

Soirée
Dominique BOURG : L'économie circulaire : une réponse à la hauteur des enjeux ?


Mardi 1er juin
TERRITOIRES, RESSOURCES ET SOLIDARITÉS
Matin
Territoires et communs, dialogue entre Hervé DEFALVARD (Commun intégral et translocal de territoires : un concept pour penser la transition) et Cécile RENOUARD (Entreprise, territoire et biens communs : former pour transformer. L'expérience du Campus de la Transition)

L'économie circulaire comme levier de développement territorial, table ronde animée par Isabelle LAUDIER (Institut CDC pour la Recherche), avec Hubert DEJEAN DE LA BÂTIE (Région Normandie), Anne HÉBERT et Charles-Benoît HEIDSIECK (Le Rameau)

Après-midi
"HORS LES MURS"
Visites et rencontres d'associations et d'entreprises locales engagées dans l'économie circulaire : ECOREZO / PEP50 Autonomie, AFERE, HAIECOBOIS, PAPECO


Mercredi 2 juin
Matin
NATURE ET JUSTICE
Judith ROCHFELD : L'apport des procès climatiques à l'appréhension des "ressources" naturelles comme des "biens communs"

Après-midi
Responsabilité élargie du producteur et dimensions juridiques, table ronde animée par Helen MICHEAUX, avec Laurent AUGUSTE et Lætitia VASSEUR

ÉCONOMIE NUMÉRIQUE & APPROCHES INTERNATIONALES
Quelle économie numérique pour l'économie circulaire ?, table ronde animée par Aurélien ACQUIER, avec Sylvain BAUDOIN (Shift Project) et Matthieu HUG (Tilkal)

Soirée
Alexandre LEMILLE : L'Afrique, vers un monde circulaire humain et symbiotique ?


Jeudi 3 juin
ENTREPRISES, MARCHES, TECHNOLOGIES
Matin
Entreprises, nouveaux modes de coopération pour l'économie circulaire, table ronde animée par Aurélien ACQUIER & Valentina CARBONE, avec Fannie DERENCHY (La Poste) et Nathalie JAROSZ (RATP) [Le quartier des Deux Rives, un projet innovant d'écologie industrielle et territoriale en plein quartier urbain dense]

Alexandre RAMBAUD : Comptabilité triple capital — enjeux techniques, territoriaux, normatifs et philosophiques

Après-midi
L'innovation technologique au service de l'économie circulaire, dialogue entre Aurélien ACQUIER et Franck AGGERI

Économie circulaire et résilience, dialogue entre Sabine CHARDONNET-DARMAILLACQ et Éric LESUEUR


Vendredi 4 juin
SÉANCE CONCLUSIVE
Matin
Rapport d'étonnement des étudiants
Aurélien ACQUIER, Franck AGGERI, Valentina CARBONE, Éric LESUEUR & Olivier LECOINTE : Synthèse

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BILIOGRAPHIES :

Sabine BARLES : Économie circulaire, une perspective historique
L'économie circulaire est aujourd'hui devenue un mot d'ordre politique et économique. Inscrite dans la loi, stratégie d'action pour différents acteurs publics et privés, elle semble constituer une nouvelle façon d'envisager l'utilisation et la gestion des ressources dans la perspective de la soutenabilité. Un regard historique montre néanmoins que cette approche s'inscrit dans la durée. Que l'on considère la manière dont certains acteurs économiques ont mobilisé les sous-produits agricoles, industriels et urbains (pas encore qualifiés de déchets), ou la pensée de certains auteurs (qu'ils soient chimistes ou philosophes) au XIXe siècle, force est de constater que la première révolution industrielle est — partiellement — circulaire, par la force des choses. Mais si la circularité a longtemps accompagné la croissance, elle en est devenue, au XXe siècle, le facteur limitant. La linéarité prend alors le pas.

Sabine Barles, professeure d'urbanisme et aménagement à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne est chercheure à l'UMR Géographie Cités où elle dirige l'équipe CRIA. Ses travaux portent sur les relations entre ville, technique et environnement, à travers une approche à la fois historique (XVIIIe-XXIe siècles) et contemporaine. Elle a ainsi développé une série de travaux sur le métabolisme urbain et les trajectoires socio-écologiques, dans la perspective d'une écologie territoriale.

Steven BECKERS : Agriculture urbaine, ville productive et économie circulaire
Créée à partir de la notion de ville productive et selon une vision systémique et holistique de l'économie circulaire régénérative, la ferme urbaine aquaponique BIGH est une première mondiale de culture intensive, transparente et vertueuse en toiture. La complexité de l'aquaculture et d'hydroponie, un écosystème naturel équilibré profitant d'un milieu artificiel anthropomorphique est de se reposer sur les énergies perdues, les eaux hors réseau, le dioxyde de carbone et le soleil du milieu urbain de Bruxelles pour offrir une production alimentaire locale toute l'année. Le projet, sa réalisation et son opération parviennent à soutenir l'idée que la ville peut être productive et que la production qualitative peut être intensive et influencer les grands de la distribution alimentaire. C'est bien d'économie circulaire appliquée à tous les niveaux du projet qu'il s'agit, une approche en 12 points de vues qui nous rappelle que l'économie circulaire concerne tous les métabolismes urbains dont BIGH (Building Integrated Greenhouses) s'inspire pour faire de la ville non plus le problème, mais la solution.

Steven Beckers est architecte, C2C, Pionnier de l'économie circulaire en architecture, urbanisme et construction, fondateur de la société d'agriculture aquaponiqie BIGH, Expert en Circularité chez BOPRO. Il conseille les secteurs public et privé, enseigne l'économie circulaire au Green Building Council et dans les universités en BE, NL, FR, DK, LU, ETH, Chine… Il estime que les liens entre les solutions innovantes présentent plus d'avantages que les solutions elles-mêmes. Son approche non conventionnelle à multiples facettes de l'économie circulaire régénérative lui a valu de nombreux prix internationaux tant pour ses projets que pour son action. Récemment élu Pionnier 2019 par la Belgian Building Award, RICS award, LEAF awards, PLEA 2000, Agha Khan 1985, et élu Bruxellois de l'année en 2019, il a contribué à plusieurs ouvrages avec Pr Michael Braungart (DE), Pr Peter Luscuere (NL), Pr Philippe Clergeau (FR), Pr Katja Hansen & Douglas Mulhall (DE/CDN).

Hervé DEFALVARD : Commun intégral et translocal de territoires : un concept pour penser la transition
À la recherche de nouveaux modèles pour réussir la transition, l'approche des communs est de plus en plus développée. Intégrant les mouvances, écologique et du libre, une troisième mouvance sociale des communs élargit à l'ensemble des domaines de la vie en société cette forme de régulation qui se distingue de celle du marché et de l'État en leur imposant de se reconfigurer. Alors que la plupart des communs ne concernent aujourd'hui qu'une faible part des rapports de production et d'échange sur les territoires et que le niveau local, à part quelques exceptions, le passage vers leur structure intégrale et translocale permet de penser la transition vers de nouvelles sociétés du commun. Celles-ci sont associées à l'horizon d'une nouvelle valeur générative des êtres résidents des territoires en commun (humains et non humains) en remplacement de la valeur extractive pour le capital. Cette transition se décide et se produit toujours en situation, dans l'expérience des milieux de vie, manifestant ainsi un universalisme non aligné.

Hervé Defalvard est responsable de la chaire d'économie sociale et solidaire de l'université Gustave Eiffel. Il dirige dans ce cadre une mention Économie sociale et solidaire de Master et un programme de recherche sur les communs avec sous sa direction plusieurs thèses soutenues ou en cours.
Publications récentes
La révolution de l'économie en 10 leçons, Éditions de l'Atelier, 2015.
"Des communs sociaux à la société du commun", Recma, juillet 2017.
Territoires solidaires en commun. Les anti-actes d'un colloque inédit, avec E. Bucolo et G. Fontaine (dir.), Colloque de Cerisy, Éditions de l’Atelier, 2020.
La société du commun, PUG (à paraître en 2021).

Alain GRANDJEAN : L'économie circulaire au service de la transition énergétique
Arrêter la dérive climatique nécessite de se passer quasi-intégralement d'énergie fossile, ce qui suppose de transformer l'intégralité de nos processus de production, de transport, de stockage et de fin de vie. Ces processus utilisent eux-mêmes des quantités considérables de matière première et d'énergie qu'il importe au premier chef de réduire. L'économie circulaire, qui consiste à utiliser les déchets comme ressource, est une voie de solution déterminante. Nous l'illustrerons à travers deux exemples concrets : la méthanisation des déchets et le recyclage de l'acier et des métaux. Nous mettrons enfin en évidence que l'économie circulaire ne pourra néanmoins pas résoudre à elle seule ce défi sans que nous améliorerions substantiellement l'efficacité matière et énergie de ces processus.

Diplômé de l'École polytechnique, de l'Ensae, et docteur en économie de l'environnement, Alain Grandjean est co-fondateur et associé de Carbone 4, cabinet de conseil en stratégie climat. Il est président de la Fondation Nicolas Hulot et membre du Haut conseil pour le climat. Il est co-auteur de plusieurs livres creusant les liens entre écologie, économie et finance et anime le blog "Chroniques de l'anthropocène" (https://alaingrandjean.fr/).

Nathalie JAROSZ : Le quartier des Deux Rives, un projet innovant d'écologie industrielle et territoriale en plein quartier urbain dense
La RATP et la Ville de Paris se sont rencontrées en 2017 sur une intuition commune de transposer un fonctionnement d'écologie industrielle et territoriale sur un quartier d'affaires dense et urbain. La démarche des Deux Rives a l'ambition de créer de la valeur humaine et économique sur un quartier, en démontrant qu'un territoire peut se mobiliser pour contribuer à proposer un modèle économique plus vertueux et exemplaire. En près de 4 ans, la démarche a permis de faire se rencontrer et dialoguer différents organismes qui partagent un territoire, autour d'une envie collective : porter des projets d'économie circulaire et réduire l'impact environnemental de leurs activités et du quartier. De nombreux acteurs sont aujourd'hui mobilisés autour de projets communs opérationnels et les Deux Rives ont su démontrer une capacité d'innovation. Pour les Deux Rives, c'est le moment d'aller encore plus loin et d'engager la transformation autour des pratiques et des différents modes de fonctionnements par la mise en place d'un cadre et d'une gouvernance permettant d'initier des projets durables et structurants avec un impact social et environnemental positif sur le territoire concerné.

Nathalie Jarosz est diplômée d'un Master de Chimie Organique de l'université de Jussieu. Après plusieurs années d'expérience dans les process de dégraffitage des trains par l'emploi de méthodologies respectueuses des Hommes et de l'Environnement, elle est désormais en charge de la gestion des politiques Eau, Déchets et Économie Circulaire au sein du Groupe RATP pour l'ensemble du périmètre tertiaire et industriel. Elle est également en charge du portage du Quartier des Deux Rives, premier quartier d'économie circulaire parisien en copilotage avec la Ville de Paris.

Alexandre LEMILLE : L'Afrique, vers un monde circulaire humain et symbiotique ?
Et si nous pouvions apprendre de l'Afrique dans une collaboration co-créative et empathique retrouvée avec ce continent qui se présente sous un nouveau jour, celui d'un continent circulaire ? Et si, — au delà de la circularité comme nous la comprenons en Europe — l'Afrique pouvait aller plus loin : nous prouver qu'équité sociale, symbiose humaine et circularité faisaient sens ?

Alexandre Lemille est le co-fondateur du Réseau Africain de l'Économie Circulaire. Il enseigne à l'université du Cap en économie circulaire où il inclut son concept de Sphère Humaine Circulaire (connu sous l'anglicisme : The Circular Humansphere), ce qu'il considère être l'un des chaînons manquant du modèle actuel, parmi d'autres. Il fournira des exemples de start-ups circulaires et humaines durant son intervention.

Joël NTSONDÉ : Le rôle de l'utopie dans la dynamique territoriale de l'économie circulaire en Ile-de-France
En Ile-de-France, de nombreuses organisations publiques et privées opérant dans le domaine de la construction cherchent à mettre en place des pratiques d'économie circulaire. Qu'il s'agisse d'éco-conception, de modèles économiques, de nouvelles techniques de construction, de nouveaux matériaux, de plateformes logistiques ou de marchés publics, on peut noter une large palette d'outils et d'approches que ces organisations cherchent à mobiliser. Cette dynamique s'étend progressivement à l'ensemble des acteurs du territoire, cependant, si elle semble se nourrir de la vision utopique de l'économie circulaire, elle se confronte aussi aux limites relatives à son opérationnalisation.

Joël Ntsondé est actuellement enseignant-chercheur en management et co-responsable de la majeure ingénierie et management à l'EPF, une école d'ingénieurs. Il est également chercheur associé au CGS de Mines ParisTech. Docteur en sciences de gestion, il a mené sa thèse sur le rôle de l'imaginaire et des utopies dans la transition des territoires vers l'économie circulaire.

Alexandre RAMBAUD : Comptabilité triple capital — enjeux techniques, territoriaux, normatifs et philosophiques
La comptabilité est souvent envisagée sous un angle technique, neutre, "a-controversé" et s'inscrivant majoritairement dans un cadre économique néoclassique implicite. Pour dépasser cette perspective, nous reviendrons ainsi dans un premier temps sur les fonctions historique et politique de la comptabilité et, dans ces conditions, sur l'enjeu comptable dans la transition vers une économie circulaire. Par ailleurs, au-delà de la mise en évidence de cet enjeu, nous discuterons ensuite les controverses centrales autour du développement des comptabilités socio-environnementales. Ce déploiement mélange ainsi régulièrement les termes de "reporting" et de "comptabilité", tend à renvoyer aux seules théories des parties prenantes ou de la légitimité, tout en continuant à s'inscrire majoritairement dans un cadre économique néoclassique. Nous présenterons ainsi les questionnements, impasses voire incompatibilités de cette vision avec les exigences écologiques et présenterons en conclusion le modèle CARE (Comprehensive Accounting in Respect of Ecology) comme une voie pour mettre en œuvre une économie écologique.

Docteur en mathématiques et en sciences de gestion, Alexandre Rambaud est maître de conférences à AgroParisTech-CIRED, chercheur associé à l'université Paris-Dauphine. Il codirige la chaire "Comptabilité écologique" ainsi que le département "Économie & Société" du Collège des Bernardins. Sa recherche porte sur la théorie de la comptabilité financière ainsi que sur la comptabilité et l'économie écologiques ; il codéveloppe dans ce cadre le modèle CARE. Il est responsable des enseignements de comptabilité/analyse financières — après les avoir enseignés dans plusieurs institutions (ENSAE, HEC Paris) — et de la spécialisation en finance durable à AgroParisTech. Il enseigne également la comptabilité écologique dans plusieurs autres établissements (Dauphine, Mines, Ponts, Kegde, Neoma, etc.). Il est membre de la commission climat et finance durable de l'Autorité des Marchés Financiers, academic fellow de l'Institut Louis Bachelier et membre du conseil scientifique du Centre Européen de Biotechnologie et de Bioéconomie.

Cécile RENOUARD : Entreprise, territoire et biens communs : former pour transformer. L'expérience du Campus de la Transition
L'urgence écologique invite à une démarche éthique, relative à la transformation de nos modèles économiques et de nos modes de vie, de façon à assurer les conditions d'un monde vivable pour les plus vulnérables et les générations futures. Comment articuler la référence au bien commun qu'est le soin de la planète terre avec la diversité des conceptions du bien-vivre ? Il s'agira d’étudier si et comment des expériences, telle celle du Campus de la Transition, créent les conditions favorables à une justice des communs susceptible d'être réitérée dans d'autres contextes. La notion d'expérience permet de s'interroger à la fois sur l'horizon désirable, le niveau de justice élémentaire que nous voulons honorer dans des territoires et des organisations variés, et sur les processus de transformation intérieure, économique et politique, les attitudes individuelles et collectives à promouvoir pour le faire advenir durablement dans diverses cultures.

Judith ROCHFELD : L'apport des procès climatiques à l'appréhension des "ressources" naturelles comme des "biens communs"
Les procès climatiques se multiplient partout dans le monde, qu'ils mettent aux prises des États ou des entreprises opposés à des associations, fondations, collectivités territoriales, ou citoyens coalisés. Les seconds demandent aux premiers des comptes sur leur politique climatique et entendent peser sur les mesures d'atténuation des émissions de gaz à effet de serre et d'adaptation des territoires aux changements majeurs nés du dérèglement climatique. Dans ces procès, de nouvelles argumentations se forgent, qui vont du non-respect de textes internationaux, régionaux et nationaux de lutte contre ces changements, à la défense des droits fondamentaux des personnes, en passant par celle de l'appréhension des "ressources naturelles" comme des "biens communs" ou encore d'entités naturelles comme des sujets de droit.

Judith Rochfeld est professeure de droit privé à l'École de droit de la Sorbonne, Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Elle est spécialiste des communs et biens communs et a publié de nombreux ouvrages et articles sur ces sujets et co-dirigé, avec Marie Cornu et Fabienne Orsi, le Dictionnaire des biens communs, aux PUF, 2e édition, 2021. Dans cette optique, elle s'intéresse particulièrement aux procès climatiques et à ce qu'ils révèlent d'appréhension de certaines interactions humain-non-humains comme des "communs". Elle a notamment fait paraître sur ce sujet Justice pour le climat. Les nouvelles formes de mobilisations citoyennes, chez O. Jacob, 2019.


Responsabilité élargie du producteur et dimensions juridiques, table ronde animée par Helen MICHEAUX, avec Laurent AUGUSTE et Lætitia VASSEUR

La loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire publiée en février 2020 suit et vient conforter des précédentes lois cherchant à amorcer la transition écologique. À l'origine de ces réglementations successives, se trouve le principe de Responsabilité Élargie du Producteur basé sur le principe "pollueur-payeur" apparu dans les années 1990 pour lutter contre la pollution des déchets.
Ce principe a conduit à la mise en place de nombreuses filières structurées autour d'acteurs publics et privés et d'apprentissages collectifs qui ont permis le tournant progressif d'une politique de gestion des déchets vers une politique d'économie circulaire.
Cette table ronde propose d'exposer à ce sujet deux points de vue : celui du recycleur de matière et celui d'une association de lutte contre l'obsolescence des produits.


Quelle économie numérique pour l'économie circulaire?, table ronde animée par Aurélien ACQUIER, avec Sylvain BAUDOIN (Shift Project) et Matthieu HUG (Tilkal)

Cette table ronde explorera les relations complexes entre le secteur du numérique et l'économie circulaire. Un premier temps s'attachera à appréhender les impacts du numérique et de ses usages du point de vue de l'économie circulaire : en termes de consommation de ressources énergétiques et matérielles, production de déchets, et enjeux de recyclabilité, recyclage et réemploi. Dans un second temps, le numérique sera envisagé comme "infrastructure digitale" de l'économie circulaire, facilitant notamment l'organisation, la structuration de l'information et la traçabilité des flux. Enfin, il s'agira d'explorer les conditions, leviers et barrières à l'émergence de solutions numériques sobres au service de l'économie circulaire.


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque pour les auditeurs sont maintenant ouvertes. Au regard des informations concernant l'évolution de la crise sanitaire et de notre capacité d'accueil, celles-ci pourront être mises sur une liste d'attente.


Avant de remplir ce bulletin, consulter la page Inscription de notre site.

Tous les champs marqués d'un (*) doivent être renseignés.


Présentation personnelle

[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png ]


Adresse personnelle ou professionnelle
Ces renseignements figureront sur la liste des participants qui sera remise lors du colloque.


Frais de séjour : *

Total à verser :

Si différente, merci d'indiquer une adresse de facturation


[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png, pdf, doc, docx, txt ]
Vous pouvez ajouter ici, si besoin, les documents nécessaires pour compléter votre inscription : copie de carte d'étudiant(e), justificatifs de revenus, ...


Précisions à nous communiquer pour l'agrément de votre séjour :
[par exemple : grande taille (plus de 1,80 m), problèmes de mobilité, partage d'une chambre ou voisinage de chambres, inscription groupée, régime médicalement surveillé, ...]
Ces renseignements sont utiles à la répartition des chambres. Le logement est assuré au château de Cerisy et ses dépendances, en chambres doubles ou individuelles. En cas de grande affluence, les inscrits tardifs se logeront aux alentours.