Programme 2020 : un des colloques


LES AUTRES NOMS DU TEMPS


DU MARDI 8 SEPTEMBRE (19 H) AU MARDI 15 SEPTEMBRE (14 H) 2020

[ colloque de 7 jours ]


"Le changement d'heure" (n°59) © Gilbert Garcin - Galerie Camera Obscura


DIRECTION :

Vincent BONTEMS, Étienne KLEIN


ARGUMENT :

Nous méditons sur le temps sans vraiment savoir à quoi nous avons affaire : est-il une substance ? un fluide ? une invention ? une illusion ? De nombreuses locutions familières suggèrent qu'il s'agirait d'une entité physique autonome, tandis que d'autres, aussi nombreuses et non moins éloquentes, laissent penser qu'il ne serait qu'une production de notre conscience, ou bien un aspect des processus naturels, voire une simple construction culturelle.

Au fond, à quoi le temps ressemble-t-il vraiment ? Est-il tel que le langage le raconte ? Comme nous croyons le percevoir ou le vivre ? Comme le représentent les équations des physiciens ? Comme le pensent les philosophes ? Comme le mesurent les horlogers ? Est-il même raisonnable de supposer que toutes ces conceptions renvoient à une réalité unique ?

Le but de ce colloque est de procéder à une expérience de pensée collective et transdisciplinaire : si l'on se passait du mot "temps" dans telle ou telle discipline ou domaine, que se passerait-il ? Quels autres mots faudrait-il utiliser ? Quel bénéfice en escompter en termes d'élucidation conceptuelle ? Quel serait le prix à payer en termes d'obscurité ou de contre-intuitivité ?


MOTS-CLÉS :

Culture, Évolution, Histoire, Irréversibilité, Langage, Mémoire, Processus, Rythme, Tempo, Temps


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

ORDRE, PROCESSUS, IRRÉVERSIBILITÉ
* Alain CONNES : Y a-t-il du temps dans les mathématiques ?
* François JULLIEN : Comment les Chinois se passent-ils du temps ?
* Étienne KLEIN : Et si le paramètre t n'était pas le temps ?

PERMANENCE, SUCCESSION, SIMULTANÉITÉ
* Françoise DASTUR : Heidegger : combien de divisions du temps ?
* Jean-Marc FERRY : Peut-on penser le temps "dans la dimension de la philosophie", après comme avant Albert Einstein ?

ÉVOLUTION, RYTHMES, DURÉES
* Jean-Claude AMEISEN : Est-ce bien le temps qui bat ?
* Jacques JACOT : Réflexions d'horloger en guise d'introduction à la journée
* Valérie MASSON : Le changement climatique : le temps qu'il fait et le temps qui passe
* Pierre-Marie POUGET : Le problème du temps chez Ferdinand Gonseth
* Virginie van WASSENHOVE : Le temps est-il un "cas" de conscience ?

ACCÉLERATION, SYNCHRONISATION, CONTEMPORAIN
* Vincent BONTEMS : "En même temps" : contemporanéité ou simultanéité ?
* Hartmut ROSA : Résonances – Éliminer le temps de la pensée sociale
* Fanny VINCENT : L'hôpital, malade du temps ?

HISTOIRE, RÉCIT, MÉMOIRE
* Patrick BOUCHERON : Noms du temps, temps du monde
* Yves GINGRAS : L'histoire comme science du changement
* Daniel S. MILO : Trahir le temps
* Isabelle SERÇA : Qu'a perdu et retrouvé Marcel Proust ?

ANTICIPATION, PRÉVISION, IMPROVISATION
* Gérard BERRY : Parler du temps, mais de manière formelle
* Jean-Pierre DUPUY : Le terme
* Alexei GRINBAUM : Les temporalités d'une explication
* François ROUSSEL : Le rythme d'une pensée

SOIRÉES :

* Le temps s'inscrit-il sur la portée ?, par Karol BEFFA (musicien et compositeur)
* K2, une journée particulière, projection et discussion avec François DAMILANO (cinéaste et alpiniste)
* L'essence du tempo, par Geneviève LAURENCEAU (violoniste)
* Le temps suspendu, par Chloé MOGLIA (artiste et trapéziste)
* Penser hors du temps ?, table ronde avec Alain CONNES, François JULLIEN et Étienne KLEIN
* Inventer des futurs, prédire l'avenir ?, table ronde avec Vincent BONTEMS, Jean-Pierre DUPUY, Daniel S. MILO et Harmut ROSA


RÉSUMÉS :

Jean-Marc FERRY : Peut-on penser le temps "dans la dimension de la philosophie", après comme avant Albert Einstein ?
La conception du temps, proposée par Einstein, se heurte au problème du caractère contre-intuitif. On peut y voir un défi adressé à la philosophie. Il y va de la compréhension. S'y joue une appropriation des hypothèses de la physique contemporaine aux intellections de l'entendement commun. À l'occasion de confrontations avec Niels Bohr, Albert Einstein avait pu lui-même participer d'un tel geste. Quant aux percées de Martin Heidegger, dans Sein und Zeit, ainsi que dans ses cours de 1935-1936 (repris dans Qu'est-ce qu’une chose ?), elles suggèrent l'intention de domicilier au sein de la philosophie une notion d'"espace-temps", proche, à certains égards, du concept einsteinien… Se pose après Einstein comme après Heidegger la question d'une valeur objective du temps vécu proprement humain. L'idée que celui-ci serait simplement subjectif se heurte à des difficultés logiques. Le recours à la théorie grammaticale du temps, ou "chronogénèse verbale", chez Gustave Guillaume, offrirait une piste résolutive.

Jean-Marc Ferry est titulaire de la Chaire de Philosophie de l'Europe, de l'université de Nantes, Docteur honoris causa de l'université de Lausanne et de l'université Saint-Louis de Bruxelles (2017), il dirige plusieurs collections éditoriales et a publié une trentaine d'ouvrages. Son œuvre fut couronnée à deux reprises par l'Institut de France.
Publications
Les Puissances de l'expérience, Cerf, 1992.
L'Allocation universelle. Pour un revenu de citoyenneté, Cerf, 1995, 1996, 2016.
L'Éthique reconstructive, Cerf, 1996.
La Question de l'État européen, Gallimard, 2000.
De la Civilisation, Cerf, 2001.
Les Grammaires de l'intelligence, Cerf, 2004.
La République crépusculaire, Cerf, 2010.
La Religion réflexive, Cerf, 2010.
Les Lumières de la religion, Bayard, 2013.
La Raison et la foi. Une philosophie de la religion, Agora Pocket, 2016.
Qu'est-ce que le réel ?, Éditions Le Bord de l'eau, 2017.

Alexei GRINBAUM : Les temporalités d'une explication
Un phénomène qui, dans le langage du mythe, est exprimé par la locution "révéler un choix divin", se dit différemment à un autre niveau d'interprétation, dans l'explication des décisions prise par l'intelligence artificielle. Sur l'exemple de xAI (Explainable AI), problème d'explication dans l'apprentissage machine, cette intervention mettra en évidence un mélange intriqué des temporalités qui accompagne toute construction d'un récit explicatif.

Alexei Grinbaum est philosophe et physicien. Chercheur au laboratoire Larsim du CEA-Saclay, il est spécialiste de l'information quantique. Depuis 2003, il s'intéresse aux questions éthiques liées aux nouvelles technologies, notamment aux nanotechnologies, à l'intelligence artificielle et à la robotique. Il a été coordinateur pour la France de l'Observatoire européen des nanotechnologies et partenaire du projet européen "Recherche et innovation responsables en pratique" (RRI-Practice). Il est également Membre du Comité national pilote d'éthique du numérique et de l'IA et de la Commission d'éthique de la recherche en numérique (Cerna).
Publications
Mécanique des étreintes, Encre Marine, 2014.
Les robots et le mal, Desclée de Brouwer, 2019.

Étienne KLEIN : Et si le paramètre t n'était pas le temps ?
Chacun sait en effet que c'est Isaac Newton qui a introduit en physique la variable t dans les équations de la dynamique et qu'il a choisi de la baptiser "temps". Nous sommes tellement habitués à cette représentation qu'elle nous semble naturelle, au point que nous ne pensons plus à poser cette simple question : à partir de quelles connaissances antérieures a-t-il pu reconnaître le temps même sous les traits d'un être mathématique aussi rachitique ? En toute logique, il aurait dû nommer le paramètre t d'une autre manière, puisque ce temps physique, qu'il inventait, n'a aucune des propriétés que nous attribuons d'ordinaire à l'idée de temps. S'agit-il là du vrai temps, ou seulement d'une mutilante caricature ? Le paramètre t ne désigne-t-il qu'un temps amaigri, amputé ou incomplet, voire tout à fait autre chose que le temps ?

Étienne Klein est philosophe des sciences, directeur de recherches au CEA. Il dirige le Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du CEA et est membre de l'Académie des technologies. Il anime tous les samedis sur France-Culture "La conversation scientifique".
Publications
Matière à contredire, essai de philo_physique, Champ-Flammarion, 2018.
Ce qui est sans être tout à fait, essai sur le vide, Actes Sud, 2019.

Hartmut ROSA
Directeur du Max-Weber-Kolleg / Institut d'études avancées à l'université de Erfurt, Harmut Rosa est titulaire d'une chaire de sociologie générale et théorique à l'université Friedrich-Schiller de Iéna, en Allemagne. Docteur honoris causa de l'université de sciences humaines d'Utrecht, il a travaillé comme professeur associé à la New School for Social Research de New York et à la FMSH/EHESS de Paris. De 2008 à 2018, il co-dirige également le journal Time and Society.
Publications
Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive (2012, 2014).
Résonance : une sociologie de la relation au monde (2018).


Le temps suspendu, par Chloé MOGLIA (artiste et trapéziste)
La suspension du corps, comme celle du souffle, entraîne la sensation que le temps aussi se suspend, voire se dilate. Suspension rime avec cessation. En effet, une certaine activité s'arrête : on a cessé de courir partout. On n'avance plus, ayant troqué le plan horizontal de nos habitudes et de nos cheminements pour une verticale sèche qui ne mène nulle part. Dans ce nulle part, il n'y a finalement qu'à bien se tenir pour survivre et, si la magie opère, pour observer. Notre rapport à l'agir change : agitation, action et cogitation tendent à se dissoudre. Si nous y prêtons attention, un espace et un temps s'ouvrent. Cela se déploie dans le silence, entre le lourd et le léger, entre le grave et le moins grave, entre des matières à forte densité et le si peu palpable des nuages. Afin de partager ces observations, je présenterai la performance Horizon et raconterai plus en détail où me mènent ces observations qui relient l'effort, le souffle, le poids, les idées et les récits, l'attention, le corps, les sens, le temps, le vertige et les peurs

Chloé Moglia étudie suspendue dans le vide. Elle s’intéresse particulièrement aux sensations de dilatation et de contraction du temps, aux variations du poids et aux fluctuations de l’attention dans les différents régimes d’activité qu’offre la suspension. Elle déploie une grande part de ses activités dans le domaine du spectacle, des arts visuels et de la performance, au sein du Rhizome (www.rhizome-web.com)
Publication
Pratiquer la question, Revue Esquisse(S), n°15.