Programme 2019 : un des colloques


DUMAS AMOUREUX :

FORMES ET IMAGINAIRES DE L'ÉROS DUMASIEN


DU LUNDI 19 AOÛT (19 H) AU LUNDI 26 AOÛT (14 H) 2019

[ colloque de 7 jours ]



DIRECTION :

Julie ANSELMINI, Claude SCHOPP


ARGUMENT :

L'Éros proprement amoureux de Dumas, qui le poussa à accumuler sa vie durant conquêtes et maîtresses, est la figure emblématique d'une énergie vitale et d'un désir de littérature et d'action qui n'a pas, en tant que tel, fait l'objet d'une suffisante attention.

Ce colloque — le premier qui, à la veille des cent cinquante ans de la mort de l'écrivain, le fera entrer à Cerisy — vise ainsi à explorer l'Éros dumasien dans ses divers aspects et ses multiples enjeux, selon trois directions privilégiées. D'abord, le désir amoureux et érotique, sa représentation, sa productivité et sa portée dans les différents genres illustrés par Dumas (théâtre, romans, contes, récits de voyages, autobiographie, causeries, etc.). Ensuite, et plus largement, le désir comme origine et foyer de la création dumasienne, et tel qu'il permet d'en comprendre la fécondité, la variété, mais aussi les modes d'énonciation et de réception. Enfin, les empreintes du désir chez les descendants (biologiques et littéraires) de Dumas; comment les motifs sentimentaux et l'érotisme façonnent l'imaginaire dumasien, manifesté et fantasmé par les réécritures, les adaptations ou les suites de ses œuvres (comme le D'Artagnan amoureux de Roger Nimier, auquel le titre du colloque adresse un clin d'œil).

Cette rencontre, qui réunira les meilleurs spécialistes du sujet, s'ouvrira à tous les lecteurs amoureux de Dumas.


CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 19 août
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Mardi 20 août
Matin
AUX ORIGINES
Julie ANSELMINI & Claude SCHOPP : Introduction
Claude SCHOPP : Les deux amours d'Alexandre Dumas

Après-midi
L'AMOUR EN VOYAGE
Nathalie SOLOMON : Impressions de voyage et sentiment amoureux : "J'en ferai un volume"
Héléna DEMIRDJIAN : Naples et Dumas : un cheminement amoureux

Soirée
Samantha CARETTI : De l'enthousiasme chez les romantiques et Dumas


Mercredi 21 août
Matin
ÉROS ET FABRIQUE DU SUCCÈS
Karl AKIKI : 5 Shades of Dumas
Sandrine CARVALHOSA : La fabrique médiatique du désir d'auteur : le cas d'Alexandre Dumas

Après-midi
DÉTERMINATIONS ET SUBVERSION DU DÉSIR
Daniel DESORMEAUX : L'amour nègre chez Alexandre Dumas
Estelle BÉDÉE : L'érotisme dumasien, entre conformisme et révolution

Soirée
De l'amour chez Dumas, lectures par Philippe MÜLLER & Vincent VERNILLAT [Compagnie PMVV le grain de sable]


Jeudi 22 août
Matin
FOLIES AMOUREUSES
Edith PERRY : La Reine Margot : l'amour à outrance. D'Alexandre Dumas à Patrice Chéreau
Julie ANSELMINI : Dumas, écrivain de l'amour fou
Valery RION : Aimer la mort, aimer Méduse : l'éros dumasien dans les récits fantastiques

Après-midi
DÉTENTE


Vendredi 23 août
Matin
ÉROS ET HISTOIRE (I)
Maxime PRÉVOST : Le Désir séculaire : les XVIe et XVIIe siècles contrastés de Dumas
Lise DUMASY : L'Amour, la Mort et le Destin au prisme du roman historique dumasien

Après-midi
ÉROS ET HISTOIRE (II)
Àngels SANTA : Le sentiment amoureux dans Mémoires d'un médecin : l'exemple de La Comtesse de Charny
Isabelle SAFA : Éros et Clio : l'amour comme principe de production de l'histoire
Philippe CHANIAL : Eros, Agapè et politique : l'amour comme utopie chez Alexandre Dumas


Samedi 24 août
Matin
AMOURS DE THÉÂTRE
Christine PRÉVOST : Viol et subornation dans les drames historiques et modernes de Dumas : entre ressort mélodramatique et métaphore du pouvoir
Anne-Marie CALLET-BIANCO : Les "wedding comedies" de Dumas

Après-midi
LÉGENDAIRES AMOUREUX
Barbara INNOCENTI : Les "masques" d'Edmond Dantès : l'(h)éros dumasien au prisme des réécritures théâtrales italiennes du Comte de Monte-Cristo (XIXe siècle)
Giulio TATASCIORE : Le brigand amoureux : une figure de l'imaginaire dumasien
Maria Lucia DIAS MENDÈS : "L'amitié d'un grand homme est un bienfait des dieux !" : Dumas et l'amour fraternel

Soirée
D'Alexandre Dumas à Patrice Chéreau [Projection]


Dimanche 25 août
Matin
ÉROS EN REPRÉSENTATION
Dominique de FONT-RÉAULX : Décors pour un bal masqué, désirs de la représentation
Steffie VAN NESTE : "Voir sans être vu". Amour et curiosité dans l'œuvre romanesque d'Alexandre Dumas

Après-midi
DUMAS ET LES SIENS
Marianne SCHOPP : L'amour paternel chez Dumas
Michel BRIX : À propos de Jenny Colon. Dumas et les amours de Nerval
Marc DAMBRE : Roger Nimier chez Dumas : amours de lecture


Lundi 26 août
Matin
Table ronde sur les formes et enjeux du désir amoureux dans le théâtre de Dumas
Conclusions et clôture

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Karl AKIKI : 5 Shades of Dumas
Le propos de cette communication détourne le titre d'un célèbre bestseller transmédia de notre époque (50 Shades of Grey, E. L. James). À l'instar de ce roman qui explore les strates insoupçonnées du désir, nous reviendrons sur l'auteur sulfureux que fut Dumas et sur les nuances (shades) qu'il propose pour contrer le "code de la conjugalité". Nous nous proposons de démontrer comment le désir constitue, au niveau de l'architexte, le moteur des actions, le destinateur des quêtes des personnages. Les couches intertextuelles suivantes vont s'effriter : le triangle mimétique qui permet aux relations de s'alimenter, l'homosexualité masculine et féminine qui accompagne l'évolution des actants, l'importance du travestissement et de la logique carnavalesque, les fantasmes les plus tus et qui sont livrés au grand jour (sadomasochisme, nécrophilie, inceste et autres rapports que Dumas explore), le retour aux mythes qui interrogent le désir humain (Ulysse et Pénélope, Orphée et Eurydice, Pyrame et Thisbée). Cette évolution questionnera constamment le pôle de la réception pour lequel la sexualité est un incubateur de succès. Elle permettra de comprendre la popularité de l'œuvre d'un auteur qui fait couler encore beaucoup d'encre et de pellicule.

Bibliographie
Akiki Karl, La recette du roman populaire, façon Alexandre Dumas, thèse soutenue en avril 2013 à Paris 3-Sorbonne nouvelle [en ligne].
Akiki Karl, Dumas aux frontières du fantastique, Mémoire de Master, Beyrouth, Université Saint-Joseph, 2006.
Fernandez Dominique, Les douze muses d'Alexandre Dumas, Paris, Éditions Grasset, 1999.
Revue de la Bibliothèque nationale de France, Dossier "Alexandre Dumas", n°11, octobre 2002.

Julie ANSELMINI : Dumas, écrivain de l'amour fou
Comme le rêve, l'amour ouvre un univers à part, délicieux ou terrible. Il n'est pas seulement un indispensable ressort romanesque : investi d'une dimension magique, il s'avère capable d'abolir les barrières entre les êtres, mais aussi de détruire leur raison et de les faire basculer dans l'Autre Monde lorsqu'il s'agit d'un amour extrême. Dans Olympe de Clèves (1852), "tomber fou amoureux" prend ainsi un sens littéral : amoureux éperdu de l'éblouissante Olympe, Bannière est enfermé à l'asile de Charenton; à sa mort, sa maîtresse, à son tour, tombe foudroyée de malheur et d'amour. Nous examinerons comment, bien avant les surréalistes, Dumas prend au sérieux l'amour fou, forme de sublime où se mêlent indissociablement le merveilleux et l'effroi, l'intensité et le risque.

Ancienne élève de l'ENS Paris, Julie Anselmini est maître de conférences à l'université de Caen Normandie. Spécialiste de Dumas père, ses travaux portent aussi sur la critique des écrivains du XIXe siècle. Elle a codirigé en 2016 à Cerisy avec Fabienne Bercegol et Mariane Bury le colloque "Portraits dans la littérature : de Gustave Flaubert à Marcel Proust" (publié en 2018 aux Éditions Classiques Garnier, collection "Cerisy-Littérature").

Estelle BÉDÉE : L'érotisme dumasien, entre conformisme et révolution
L'analyse consiste en une observation de la tension permanente entre Eros et Thanatos que Dumas exerce lorsqu'il s'agit d'écrire le désir. Le texte romanesque, travaillé par la frustration, oscille entre érotisme suggéré, "raisonnable" si l'on peut dire, conforme aux mœurs de son époque — Dumas se présente lui-même comme "l'homme religieux par excellence" dans sa Préface de La Comtesse de Charny — et un déchaînement de l'imaginaire, où la volonté de divertir prend le pas sur celle d'instruire (fonction qu'il attribue au roman populaire en général et à son œuvre en particulier) et contribue donc à l'élaboration d'un érotisme plus transgressif, que les nombreuses adaptations et interprétations ont exploré de façon beaucoup plus explicite. Nous tenterons donc d'observer comment l'individualité de Dumas, son histoire et son identité (ou plutôt le morcellement de ses identités), anomalies au sein du paysage littéraire français du XIXe siècle, ont façonné, conjointement à une écriture romantique devenue presque caricaturale du genre, très "scolaire", un paysage érotique révolutionnaire et ludique.

Bibliographie
Mémoire sur La Représentation féminine chez La Comtesse de Ségur en 2009.
Mémoire sur La Représentation des classes en littérature et en littérature populaire : Les Mystères de Paris d'Eugène Sue en 2010.
Article pour la revue Le Pan Poétique des Muses : "La Comtesse de Ségur et l'hystérie", écrit en 2010, publié en 2015.
Compte-rendu du n°43 de la revue Autour de Vallès pour le site Belphégor en 2014.
Thèse de doctorat : L'insurrection dans le roman du XIXe siècle, de Prosper Mérimée à Lucien Descaves, soutenue en 2017.

Michel BRIX : À propos de Jenny Colon. Dumas et les amours de Nerval
Les amours du poète et de l'actrice constituent un des clichés du romantisme. Alexandre Dumas a évoqué ce thème dans ses Nouveaux mémoires (1866), à propos de Gérard de Nerval. Celui-ci avait fait état, dans Sylvie (1853), de la passion qu'il aurait nourrie pour une actrice qu'il nomme Aurélie et dont le modèle est sans doute Jenny Colon. De nombreux proches de Nerval ont contribué, avant et après Sylvie, à représenter Gérard en soupirant de Jenny Colon. Dans cette perspective, il est intéressant de relire les pages des Nouveaux mémoires, qui donnent à Dumas, dans cette affaire, un rôle essentiel de confident, d'intermédiaire, voire d'amant en titre.

Bibliographie
A. Dumas, Sur Gérard de Nerval. Nouveaux mémoires, Éd. C. Schopp, Bruxelles, Complexe / coll. "Le Regard littéraire", 1990.
G. de Nerval, Œuvres complètes, éd. dirigée par J. Guillaume et C. Pichois, Paris, Gallimard / "Bibliothèque de la Pléiade", 3 tomes, 1984-1993.
C. Pichois et M. Brix, Gérard de Nerval, Paris, Fayard, 1995.
C. Schopp, Alexandre Dumas, le génie de la vie, 2e éd., Paris, Fayard, 1997.

Anne-Marie CALLET-BIANCO : Les "wedding comedies" de Dumas
S'il a peint l'amour sous un angle tragique dans ses romans et ses drames, Dumas l'a aussi abordé sur le mode léger dans ses comédies, en l'associant, comme Molière, au mariage, conclu in fine. D'autres héritages se laissent percevoir, comme celui de Marivaux, qui décortique les sentiments et le langage des amants. À l'instar de ses contemporains (Scribe, Labiche), mais avec des choix dramatiques différents, Dumas se pose en observateur lucide et souriant des mœurs de son époque. On s'intéressera à l'usage qu'il fait de la distance chronologique dans les "grandes" comédies pour évoquer des questions de son époque, comme les rapports entre les sexes et le mariage arrangé. Les petites comédies, qui s'apparentent aux Proverbes de Musset, reprennent ces motifs sur le mode burlesque, en exploitant un comique de situation et d'accumulation. Envers des grands drames romantiques, elles transposent leurs intrigues dans le climat heureux et sans conséquence du divertissement qui triomphe en conduisant inéluctablement les protagonistes vers le terminus du mariage.

Maître de conférences à l'université d'Angers, Anne-Marie Callet-Bianco a publié plusieurs romans de jeunesse de Dumas. Elle co-dirige avec Sylvain Ledda l'édition de son Théâtre complet aux éditions Garnier.
Publication
Callet-Bianco A.-M., Ledda. S. (dir.), Le Théâtre de Dumas père, entre héritage et renouvellement, PUR, 2018.

Samantha CARETTI : De l'enthousiasme chez les romantiques et Dumas
Si l'histoire littéraire du XIXe siècle a retenu la notion de mélancolie pour caractériser la production et la sensibilité romantiques, l'enthousiasme, notion héritière d'une longue tradition philosophique et littéraire, semble avoir défini de façon privilégiée le premier romantisme dans ses champs d'étude les plus divers. Mouvement de l'Histoire, il donne une nouvelle vigueur à l'engagement politique; inspiration divine, il fait advenir le sacre de l'écrivain et redéfinit l'acte de création artistique; et manifestation du Dieu en nous, il ramène la spiritualité au cœur du monde, de l'homme, mais aussi du langage. Nous examinerons donc comment l'enthousiasme incarne l'énergie autour de laquelle se rallient les premiers écrivains romantiques, mais aussi comment Alexandre Dumas se réapproprie cette notion en pleine gloire pour en faire une composante et une dynamique romanesques et dramatiques, autant qu'une poétique sensible dans la création et la réception de ses œuvres.

Doctorante contractuelle en littérature française du XIXe siècle sous la direction de Brigitte Diaz (LASLAR) à l'université de Caen Normandie, Samantha Caretti travaille sur les stratégies publicitaires de promotion de la littérature romantique en France. Elle a rédigé un mémoire de master de recherche portant sur la notion d'enthousiasme comme énergie du premier romantisme. Présidente de la Société des Amis de Custine, elle s'intéresse également à l'œuvre et à la correspondance d'Astolphe de Custine.

Sandrine CARVALHOSA : La fabrique médiatique du désir d'auteur : le cas d'Alexandre Dumas
Cette communication propose de montrer comment les textes journalistiques écrits par Alexandre Dumas et les textes rédigés par d'autres auteurs à son sujet ont construit une image de Dumas, un "corps textuel", que les lecteurs ont pu chercher à rencontrer, par écrit ou en chair et en os. Écrivain célèbre, Alexandre Dumas a joué un rôle actif dans sa propre médiatisation et dans la gestion de la relation avec ses lecteurs-admirateurs, créant et entretenant la fascination pour sa personne, le "désir d'auteur". Le cas d'Alexandre Dumas est à la fois singulier et emblématique : la séduction dumasienne offre en effet un témoignage éclairant sur le statut de l'homme de lettres au début de l'"ère médiatique" (selon le titre de l'ouvrage d'A. Vaillant et de M.-E. Thérenty).

Sandrine Carvalhosa est enseignante, docteure en littérature française, membre associée du RIRRA21. Ses recherches portent sur la presse au XIXe siècle, et sur l'écriture journalistique d'écrivains.
Elle a publié plusieurs articles portant sur le journalisme d'Alexandre Dumas et a contribué à l'édition des articles de critique dramatique d'Alexandre Dumas de 1836 à 1838 (Cahiers Alexandre Dumas, n°42, 2015).

Philippe CHANIAL : Eros, Agapè et politique : l'amour comme utopie chez Alexandre Dumas
Sous bien des aspects, l'amour fut la grande affaire des utopies et de la pensée socialiste du XIXe siècle. De la célébration, par Fourier, de la force subversive de l'Eros et du libre jeu des passions — ou, à l’inverse, de l'éloge proudhonien de la "suprême volupté" de l'Agapè propre à cette école de dévouement que constitue l'amour conjugal — à la sacralisation, chez les saint-simoniens (et jusqu'à Auguste Comte), du Couple comme unité politique primordiale et de la communion amoureuse comme principe de toute "œuvre sociale", le lien amoureux apparaît comme la matrice et l'horizon d'une société émancipée. Plus encore, en exaltant l'amour comme "le principal émancipateur du genre humain" (Leroux), ces utopies politiques et sociales ne sont-elles pas, fondamentalement, des utopies amoureuses ? Cette communication se propose d'explorer cette hypothèse en quelque sorte à rebours : non en étudiant ces fictions politiques pour y dévoiler la puissance d'Eros et d'Agapè, mais en interrogeant la force de la fiction romanesque à entrelacer ces deux utopies. L'analyse portera sur deux contemporains de ces prophètes d'un nouvel ordre amoureux : Alexandre Dumas père et, en contrepoint, George Sand; et quelques-unes de leurs œuvres : Joseph Balsamo (1846), Le comte de Monte Cristo (1844-46) et, surtout, Création et rédemption (1872) pour le premier, Le meunier d'Angibault (1845), Le péché de Monsieur Antoine (1845), La ville noire (1860), Nanon (1872) pour la seconde. Il s'agira notamment, à leur lecture, de déterminer dans quelle mesure, si littéraire et politique en reconfigurant le sensible produisent tous deux des fictions, les corps et les cœurs aimants de la poétique littéraire peuvent prétendre "faire politique" et laquelle : infra-, méta- ou contre-politique ?

Marc DAMBRE : Roger Nimier chez Dumas : amours de lecture
La trilogie des mousquetaires entre dès l'enfance dans l'univers de Roger Nimier (1925-1962) et y demeure jusqu'à ses derniers jours, quand il signe D'Artagnan amoureux ou Cinq ans avant. C'est alors par Dumas que le romancier retrouve, après neuf ans de silence, le plaisir de créer. Ce livre n'est pas, en effet, un simple pastiche. Le mot avait été employé dans les journaux, souvent à charge, alors que cette histoire d'amour entre le mousquetaire et la future Mme de Sévigné n'est pas seulement pour l'auteur une occasion de poursuivre la critique littéraire par d'autres moyens. Quand il préface Les Trois Mousquetaires en 1961, il y voyait une histoire de "mélancolie glacée" : intuition de la dimension inventive de son dernier livre. Autrement dit, dans D'Artagnan amoureux, fidélité à un certain Dumas et singularité de Nimier vont de pair.

Marc Dambre est professeur émérite de littérature française à la Sorbonne Nouvelle - Paris 3, UMR 7172 Thalim.
Il a publié Roger Nimier hussard du demi-siècle en 1989 et rassemblé textes et inédits, de L'Élève d'Aristote (1981) et Journées de lecture II (1995) à la Correspondance avec Paul Morand (2015). Initiateur de nombreux colloques, il en a édité les actes, tels Roger Nimier quarante après "Le Hussard bleu" (1995) et Les Hussards (2000).

Héléna DEMIRDJIAN : Naples et Dumas : un cheminement amoureux
Écrit quelques années après son passage clandestin dans le Royaume des Deux Siciles, Le Corricolo, extraordinaire mélange de littérature et de vécu, permet de saisir Naples dans son bouillonnement et son Histoire. La ville semble tendre un miroir à la personnalité aventureuse et jouisseuse de l'écrivain, et c'est sans doute ce qui fait du Corricolo le plus beau des récits de voyage consacrés à Naples. Jean-Noël Schifano affirme : "À Naples, Dumas a vu Naples; Stendhal, de "bal charmant" en "bal charmant", n'y a presque vu que du Stendhal". Il semble que si Dumas a su si bien saisir l'essence de cette ville, c'est parce qu'elle lui ressemble. Bouillonnante, vivante, en perpétuel mouvement, peuplée de Napolitains rusés et habités par la quête du plaisir, la ville ressemble à l'ogre Dumas, jouisseur effréné et aventurier plein d'humour. L'écriture de Dumas, en perpétuel mouvement, variant d'un genre littéraire à l'autre, réalise le miracle littéraire de donner au lecteur l'impression qu'il monte à bord du corricolo, cet étrange véhicule tiré par des chevaux morts, fait pour accueillir un seul voyageur et s'offrant finalement à tous ceux qui le souhaitent, et qu'il visite Naples, secoué par les cahots de la route, emmené par le galop impétueux de chevaux en fin de compte bien vivants, saisi enfin par l’intense désir de l'auteur.

Héléna Demirdjian, professeur certifiée de Lettres Modernes, prépare sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin une thèse intitulée : "Sociétés secrètes et collectivité nationale dans le roman historique au XIXe siècle, Dumas, Raffi, Scott".
Elle a codirigé avec Annick Asso et Patrick Louvier l'ouvrage Exprimer le génocide des Arméniens, Connaissances, arts, engagements, paru aux PUR en 2016. Elle est également l'auteur d’articles critiques, de traductions et d'un roman.

Daniel DESORMEAUX : L'amour nègre chez Alexandre Dumas
Nous croyons déceler une forme d'amour nègre dans l'œuvre romanesque de Dumas, c'est-à-dire un amour qui relèverait des fantasmes aristocratiques de la "race" et d'une confrontation refoulée entre des âmes inférieures et supérieures. Cet amour nègre prendrait racine dans une obscure volonté de jouissance d'un orgueil exalté qui déborderait dans l'apologie de la domination, dans l'idée de transgression des désirs interdits et surtout dans l'instinct de vengeance inavouable. Disons que cet amour nègre, profondément antisocial et antidonjuanesque, est incapable de freiner sa lente descente dans un gouffre quasi baudelairien. Pour avancer dans mon hypothèse, je parlerai d'opposition entre roman et poésie d'amour, de monstruosité amoureuse, de bête, d'esclave, un peu, peut-être, de miscégénation ou de métissage dans la science coloniale. Si l'on respecte la nomenclature raciale dans les colonies avant 1848, Alexandre Dumas père n'est pas un "mulâtre" et encore moins un "nègre". Mais alors, qu'est-ce qu'un nègre au milieu du XIXe siècle dans les milieux scientifiques ? Personne ne sait vraiment, c'est en vain que la Société d'anthropologie de Paris, fondée en 1859 par Paul Broca, cherchera à éclaircir ce mystère en étiquetant un spécimen vivant, Alexandre Dumas, même si l'intéressé a beau se défendre. Qu'est-ce qu'un nègre dans les milieux littéraires parisiens où Dumas était admis ? Une kyrielle de fictions éloignées de la réalité. Gustave Flaubert rentre ceci dans son Dictionnaire des idées reçues : "NÈGRES : S'étonner que leur salive soit blanche, et de ce qu'ils parlent français". Oublions Mirecourt. Après tout, Charles Baudelaire (l'idolâtre des femmes créoles, poète énervé d'amour, exote très ouvert à une négritude amoureuse avant la lettre, lecteur bienveillant des romans et du salon de 1859 de Dumas) voyait sans méchanceté toujours en lui un nègre extravagant et naïf. D'ailleurs, qui des deux, Baudelaire ou Dumas, est le plus nègre et le plus amoureux ? En fin de compte nous nous appuierons notamment sur toute la série "Mémoires d'un médecin", et mise en parallèle avec Georges (1843), sans oublier l'Ingénu (1854), pour montrer comment les nègres amoureux chez Dumas peuvent être classés selon deux grands critères : bêtes amoureuses et bêtes noires. L'a-t-on déjà remarqué ? Dès qu'on parle des bêtes noires, l'idée d’accouplement hors-nature n'est pas loin…

Daniel Desormeaux est professeur des littératures française, antillaise et comparée à l'université de Chicago.
Publication
Alexandre Dumas, fabrique d'immortalité, Paris, Classiques Garnier, 2014.

Maria Lucia DIAS MENDÈS : "L'amitié d'un grand homme est un bienfait des dieux !" : Dumas et l'amour fraternel
Homme amoureux de la vie, Dumas a particulièrement cultivé l'amour fraternel. La fraternité a toujours été présente dans sa vie autant que comme thème de ses œuvres (on songe à la plus célèbre d'entre elles, liant Athos, Porthos, Aramis et D'Artagnan), dans sa vision du mouvement romantique et dans ses relations personnelles. Dans cette communication, il sera question de la manière dont Dumas a compris et démontré l’amitié envers ses compagnons du romantisme et, surtout, envers Victor Hugo, avec qui sa relation a duré trente-cinq années, entre allées et venues, séparations et rapprochements.

Lise DUMASY : L'Amour, la Mort et le Destin au prisme du roman historique dumasien
Je choisis de prendre pour hypothèse que la trame historique du roman dumasien n'est pas étrangère au déroulement et à la conclusion — heureuse ou tragique — des amours de ses protagonistes, et vice versa. En tant qu'elles sont des entités fondamentalement prises dans les déterminations historiques, comme le sont tous les personnages de Dumas, les héros et les héroïnes ont, par les modalités de leurs relations amoureuses, quelque chose à nous dire de l'entrelacs que l'auteur tisse entre destinée individuelle et destin collectif, du combat que se livrent dans le cadre de l'Histoire, énergie vitale et pulsion de mort. Pour mettre à l'épreuve cette hypothèse, je choisis d'analyser le corpus des grands cycles romanesques qui explorent la période révolutionnaire et l'âge contemporain (de Dumas) : les deux grands cycles des Mémoires d'un médecin et de Création et Rédemption, portant tous deux sur la période révolutionnaire, qui encadrent, aussi bien dans le temps du récit que dans celui de leur rédaction, le massif contemporain des Mohicans de Paris. Je porterai une attention particulière aux relations de désir et de pouvoir qui lient — et délient — les couples amoureux des principaux protagonistes du roman, en lien avec leur position socio‐historique figurée et leur rôle dans le diégèse. J'essaierai d'en tirer quelques conclusions quant à la conception dumasienne de l'individu dans l'Histoire.

Auteure d'une thèse sur le roman‐feuilleton de l'époque romantique (1983) et d'une habilitation à diriger les recherches sur Modernité, roman, anthropologie culturelle (1992), Lise Dumasy‐Queffélec, professeure de littérature française à l'université Grenoble Alpes est une spécialiste du roman du XIXe siècle, particulièrement du roman‐feuilleton, sur lequel elle a publié plusieurs livres et de nombreux articles.
Publication
"Les Mohicans de Paris ou comment être romantique sous le Second Empire", in Entre presse et littérature : Le Mousquetaire, journal, sous la direction d'Alexandre Dumas, Pascal Durand et Sarah Mombert (dir.), Université de Liège, 2008.

Dominique de FONT-RÉAULX : Décors pour un bal masqué, désirs de la représentation
À peine deux ans après la mort du peintre en 1863, Alexandre Dumas dédie une courte biographie à Eugène Delacroix. L'artiste et l'écrivain ont été proches jusqu'à la fin des années 1830, avant que leurs relations ne se distendent. Dumas consacre plusieurs pages à un événement de 1833, évoquant l'organisation d'un bal masqué. Ayant eu la possibilité d'occuper provisoirement un appartement voisin du sien, il avait demandé à plusieurs de ses amis peintres — Eugène Delacroix, Louis Boulanger, Clément Boulanger, Tony et Alfred Johannot, Alexandre Decamps, Antoine Barye, Louis Godefroy Jadin, Célestin Nanteuil — de peindre les murs et le plafond pour offrir un décor digne de la soirée attendue. Les jeunes gens se mirent rapidement à la tâche. Delacroix fut le dernier à s'y consacrer mais y livra un chef-d'œuvre, la représentation du roi Rodrigue, un des derniers rois wisigoth d'Espagne (l'œuvre est aujourd'hui conservée à la Kunsthalle de Brême). La narration de ce moment, dont Dumas avait gardé le souvenir plus de trente ans après, constitue un des passages les plus vifs, les plus enlevés de la biographie. Y transparaissent à la fois le plaisir de la réunion des jeunes artistes s'affairant à sa demande, concevant un décor éphémère à son bal travesti, et la tension manifeste que Dumas avait fait naître, en créant une rivalité implicite entre les peintres. Dumas se montrait ici non seulement amateur de peinture mais animé d'un désir de la représentation, où se mêlaient affects et esthétique. En prenant ce court texte comme point de départ, mon intervention tentera d'analyser la manière dont la création picturale et la fréquentation de ses auteurs ont pu être pour Dumas une manière d'exalter son désir pour la représentation peinte.

Dominique de Font-Réaulx, conservateur général, est directrice de la Médiation et de la Programmation culturelle, musée du Louvre. Pendant près de six ans, la directrice du musée Eugène-Delacroix, elle a travaillé sur les écrits du peintre et édité, en 2018 chez Flammarion, ses manuscrits de jeunesse.
Son livre, Delacroix, la liberté d’être soi, a été publié en 2018 chez Cohen&Cohen.

Barbara INNOCENTI : Les "masques" d'Edmond Dantès : l'(h)éros dumasien au prisme des réécritures théâtrales italiennes du Comte de Monte-Cristo (XIXe siècle)
À sa sortie, Le Comte de Monte-Cristo eut, en Italie comme en France, un énorme succès. Le public italien put bientôt lire des traductions du roman plus ou moins fidèles à l'original, mais surtout put assister à des représentations théâtrales centrées sur les aventures du grand héros dumasien. Les pièces comme Il conte dell'isola di Monte-Cristo ovvero il marinaio e lo scienziato (1847), Il conte di Montecristo (1856) ou Il conte di Montecristo, azione mimica (1858), firent accourir les spectateurs italiens, fascinés par des multiples mises en scène qui "donnaient vie" au protagoniste du roman de Dumas. Mais quelle vie ? Dans notre intervention on se propose d'analyser quelle place fut accordée en particulier à l'éros par les dramaturges italiennes qui, suivant l'exemple de Dumas, voulurent porter Edmond Dantès sur les planches du théâtre.

Barbara Innocenti est chercheuse en littérature française à l'université de Florence (Italie). Historienne du théâtre français du XVIIIe et du XIXe siècles, elle a écrit plusieurs articles sur le théâtre révolutionnaire et impérial, auquel elle a aussi dédié deux volumes : I sogni della ragione / Les rêves de la raison (2011) et Il piccolo Pantheon / Le petit Panthéon (en parution). Elle s'intéresse aussi aux rapports entre théâtre et roman au XIXe siècle et aux "échanges" entre la dramaturgie italienne et française.

Edith PERRY : La Reine Margot : l'amour à outrance. D'Alexandre Dumas à Patrice Chéreau
Dans le roman de Dumas, la passion amoureuse occupe une place non négligeable. Le lecteur ne cesse de craindre pour la Mole, pour Henri de Navarre, pour Margot car l'amour, dans la mesure où il est transgressif, les met en danger. Néanmoins, pour déjouer les pièges et les suspicions, les personnages mettent en jeu de nombreux talents.
En écho avec le massacre de la Saint Barthélémy et les scènes de chasse, l'Éros appelle l'outrance tant du point de vue esthétique que du point de vue éthique. La Mole devient le héros de l'hybris dans cette entreprise marquée par le dépassement de soi et la témérité. Sa mort est marquée par l'excès des souffrances infligées.
Notre projet consiste à mettre en relation le roman de Dumas et le film de P. Chéreau et à nous demander ce que le film fait au roman et plus particulièrement comment il traite la question de l'Éros.

Publications
"Justice : un roman placé sous le signe d'Hermès", in Hector Malot, la morale et le droit, études réunies par Francis Marcoin, Magellan & Cie, 2014.
"La faim du monde", in Le Pardaillan, revue de littératures populaires et cultures médiatiques, n°5, septembre 2018.

Maxime PRÉVOST : Le Désir séculaire : les XVIe et XVIIe siècles contrastés de Dumas
Alexandre Dumas est le grand romancier de l'échec. Échec héroïque, d'abord (les Mousquetaires ne parviennent pas plus à sauver Charles Ier que les Compagnons de Jéhu à opposer une rébellion ultimement efficace à la République), mais échec amoureux aussi : n'en déplaise à Roger Nimier, Athos est le seul mousquetaire amoureux et son amour se révèle maudit; comme par atavisme, le vicomte de Bragelonne courra à la perte par dépit amoureux. C'est que le Grand Siècle d'Alexandre Dumas n'est pas le XVIIe (qui serait plutôt celui de la déchéance, notamment amoureuse) mais bien le XVIe (l'admiration que porte Athos pour son ancêtre Enguerrand de La Fère est emblématique : "Nous sommes des nains, nous autres, à côté de ces hommes-là"), sur tous les plans dont celui de l'Éros. En effet, le passé qui inspire tout particulièrement Athos est le XVIe siècle, époque où, selon lui, l'idéal chevaleresque avait encore cours auprès de l'aristocratie, et où, suggère Dumas, il se trouvait encore des artistes pour magnifier et transfigurer ces exploits : Benvenuto Cellini, l'Arioste, le Tasse. Cette communication montrera que la magnification du XVIe siècle dans l'œuvre d'Alexandre Dumas n'est jamais aussi explicite qu'en ce qui a trait à l'Éros. Il y a bien désir séculaire chez Dumas, c'est-à-dire que le romancier crée une représentation contrastée de l'amour siècle par siècle. Si l'amour mène inexorablement à l'échec tant le comte de la Mole et Bussy d'Amboise qu'Athos et le vicomte de Bragelonne, le jeu semble du moins pour ces premiers en valoir la chandelle, alors que l'amour d'Athos pour Milady est tragique, et celui de Raoul pour Louise de la Vallière malavisé et dérisoire. Comment expliquer cette double représentation des forces du désir dans le cycle des Valois et celui des Mousquetaires ? Comment et pourquoi Dumas fait-il du XVIe siècle celui de l'Éros ? C'est à ces questions que nous tenterons d'apporter réponse.

Maxime Prévost est directeur du département de français de l’université d'Ottawa, il s'intéresse à la littérature romantique et aux mythologies modernes.
Publications
Rictus romantiques. Politiques du rire chez Victor Hugo, Presses de l'université de Montréal, 2002.
L'aventure extérieure. Alexandre Dumas mythographe et mythologue, Paris, Honoré Champion, 2018.

Valery RION : Aimer la mort, aimer Méduse : l'éros dumasien dans les récits fantastiques
Alexandre Dumas est aussi un "fantastiqueur", on a tendance à l'oublier. Dans ses récits fantastiques, Dumas met en scène des relations amoureuses de personnages masculins avec des femmes mortes. On retrouve cette thématique dans la nouvelle "Les Gentilshommes de la Sierra Morena". Dans La Femme au collier de velours et dans Les Mille et Un Fantômes, il met en scène des personnages féminins ayant subi une décollation, parvenant néanmoins à survivre. L'apparition de ces beautés d'échafaud participe de l'émergence de la beauté méduséenne qui s'incarne dans le cadre de la fiction lorsqu'un personnage féminin suscite chez un personnage masculin une forme de désir amoureux ou de fascination esthétique favorisés par une certaine proximité avec la mort.

Valery Rion est doctorant en littérature française du XIXe siècle à l'université de Neuchâtel en Suisse et enseigne le français et l'histoire au lycée cantonal de Porrentruy. Ses recherches portent essentiellement sur le pouvoir herméneutique du mythe de Méduse pour expliquer le bouleversement esthétique qui intervient pendant la période romantique avec l'émergence d'une beauté effrayante, liée à la mort. Auteur de différents articles sur Jules Verne, Georges Rodenbach, Théophile Gautier, il a remporté le prix de la publication 2017 de la society of dix-neuviémistes (SDN). Il est aussi l'auteur de la préface liminaire et de la postface des deux premiers volumes de la collection "Méduséenne" aux Éditions Otrante, notamment Colliers de velours. Parcours d'un récit vampirisé, anthologie qui regroupe toutes les versions de ce récit dont celle de Dumas.
http://www.valeryrion.ch

Isabelle SAFA
Agrégée de lettres modernes et docteur en littérature française, Isabelle Safa est membre associé du centre Jacques Seebacher (Paris-Diderot). Ses recherches portent sur le roman et le théâtre historique. Elle participe à l'édition du Théâtre complet d'Alexandre Dumas. Elle est secrétaire générale des Amis d'A. Dumas et trésorière du Comité de Liaison des Associations Dix-neuviémistes (CL19).

Àngels SANTA : Le sentiment amoureux dans Mémoires d'un médecin : l'exemple de La Comtesse de Charny
Ce roman de Dumas sur la Révolution Française est en même temps une excuse pour réfléchir sur le sentiment amoureux. Comme beaucoup de ses contemporains, Dumas va nous donner de Marie-Antoinette un portrait plus ou moins ressemblant. Les voiles de la fiction l'autorisent à faire davantage d'écarts que ne pouvait s'en permettre Lamartine dans son Histoire des Girondins. Dans La Comtesse de Charny, Marie-Antoinette est confrontée au sentiment amoureux; d'un côté, l'amant de cœur représenté par le duc de Charny — qui reproduit d'une certaine manière le comte de Fersen — et, de l'autre côté, le sentiment de l'amitié — représenté par Andrée de Taverney — qui rappelle la princesse de Lamballe. Par cette intrigue, le cœur de la reine face au sentiment est analysé en détail et met en valeur sa personnalité profonde. En même temps Dumas va bâtir un roman fleur bleue entre Charny et Andrée en nous offrant un magnifique exemple de l'amour-passion.

Àngels Santa est professeure émérite de littérature française à l'université de Lleida en Catalogne (Espagne). Elle appartient à un groupe de recherche sur la Littérature populaire française et la culture médiatique. Sa recherche porte aussi sur l'écriture féminine et autobiographique t sur la littérature comparée (française-espagnole-catalane). Elle a organisé en 2002 à l'université de Lleida le colloque international : "Alexandre Dumas et Victor Hugo. Voyage des textes et textes du voyage".
Publications
"Les Trois mousquetaires, texte inspirateur de El Club Dumas de Arturo Pérez Reverte", in Cent cinquante ans après, Les Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte-Cristo, Fernande Bassan & Claude Schopp (éds.), Champflour, Marly-le Roi, 1995.
"Le Robespierre d'Alexandre Dumas", in Images de Robespierre, Jean Ehrard (éd.), Vivarium et Instituto Italiano per gli studi filosofici, Napoli, 1996.
"Quelques considérations sur la réception d'Alexandre Dumas père en Espagne", in Œuvres et Critiques, 1996, Tübingen.
"Éléments autobiographique dans Une Aventure d'Amour", in Alexandre Dumas père, une façon d'être soi, Universitat de Valencia, Valencia, 1997, Dolores Jiménez & Elena Real (éds.).
"Le regard d'autrui : Alexandre Dumas et Mariano José de Larra", in Dramaturgies romantiques, Georges Zaragoza (éd.), Éditions Universitaires de Dijon, 1999.
"Le rôle de l'auberge dans la littérature populaire : Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas et Les Pardaillan de Michel Zévaco", in Lieux d'hospitalité, hospices, hôpital, hostellerie, Alain Montandon (éd.), Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2001.
"Mémoires d'un médecin, de l'histoire à la fiction", in Dumas, une lecture de l'histoire, Michel Arrous (éd.), Maisonneuve&Larose, Paris, 2003.
"Jules Vallès et les écrivains populaires : Eugène Sue, Alexandre Dumas et Paul Féval", in Autour de Jules Vallès, Revue de lectures et d'études valésiennes, nº33, Saint-Etienne, 2003-2004.
Alexandre Dumas y Victor Hugo. Viaje de los textos y textos del viaje, Francisco Lafarga y Angels Santa (eds.), Pagès editors, Lleida, 2006.
"Dumas gothique, poétique de la demeure", in Les vies parallèles d'Alexandre Dumas, textes réunis par Charles Grivel, Revue des Sciences Humaines, nº290, Septentrion, Lille, 2008.

Claude SCHOPP : Les deux amours d'Alexandre Dumas
Dans une lettre à Louis Perrée, imprimée dans Le Siècle (22 décembre 1849), Dumas affirme : "J'ai deux religions : Dieu et l'art. J'ai eu deux amours : ma mère, mon pays". Laissant de côté Dieu et art, principes immortels que Dumas reconnaît être ses religions, nous nous attacherons à analyser les manifestations, dans son œuvre, de ce qu'il déclare être ses amours. Mère et patrie semblent bien être des figures tutélaires, figures sentimentales qui, contrairement à l'art et à Dieu, sont soumises à la fragilité. On pourra souligner l'opposition entre religions et amours en extrayant les textes déchirants relatifs à la mort de la mère ou ceux révélant les dangers mortels qui menacent la patrie.

Claude Schopp est éditeur de nombreuses œuvres de Dumas et auteur de plusieurs travaux biographiques touchant Dumas et son entourage.

Marianne SCHOPP : L'amour paternel chez Dumas
Si les relations de Dumas avec son fils sont maintenant bien connues, montrant un amour inconditionnel et passionné de la part du père, même s'il y eut quelques brouilles, jamais sérieuses ni de longue durée, les relations avec sa fille Marie, moins connues, sont ambiguës, faites de ruptures et de réconciliations, compliquées parce que c'était une femme. Nous étudierons à travers la correspondance que Dumas échange avec l'une et l'autre les sentiments qu'il y exprime, faits d'élan débridés mais aussi d'insatisfaction.

Marianne Schopp est l'auteur d'une biographie : Dumas fils ou l'anti-Œdipe (en collaboration avec Claude Schopp).

Nathalie SOLOMON : Impressions de voyage et sentiment amoureux : "J'en ferai un volume"
Les voyages de Dumas, alternant anecdotes historiques et péripéties, accordent une grande importance à la personne du voyageur: ses mésaventures sérieuses ou cocasses, les périls réels dont il réchappe sont omniprésents dans ces pages retentissantes et débridées. Semblent manquer cependant l'expression du désir, l'esquisse d'aventures amoureuses d'un Gautier en Espagne ou à Constantinople. Où sont les femmes dans les voyages de Dumas ? Enveloppées dans la bonne humeur généralisée, sont-elles oubliées ? Le sentiment amoureux absent de ces pages ? C'est négliger la silhouette de Pauline en Suisse, ou l'évocation discrète des amours de cette Tchervelonaise qui donna bien des sujets de chagrin à son mari dans le Caucase. La discrétion même de l'évocation mérite qu'on se penche sur la question, justement parce qu'elle semble peu caractéristique de la manière dumasienne. Quand le voyage devient (presque) roman, alors Dumas se rêve (peut-être) amoureux…

Nathalie Solomon est professeur de littérature française du XIXe siècle à l'université de Perpignan. Son intérêt la porte vers le récit de l'époque romantique, tout particulièrement Balzac et le récit de voyage. Elle travaille sur les questions de dysfonctionnement narratif, sur la question du possible, sur les rapports entre potin et littérature.

Giulio TATASCIORE : Le brigand amoureux : une figure de l'imaginaire dumasien
Dans l'épisode romain du Comte de Monte-Cristo, le brigand Carlini tue sa bien-aimée pour qu'elle ne serve pas d'amusement collectif à ses camarades de la bande. Quant au berger Luigi Vampa, il devient brigand pour impressionner et défendre la belle Teresa. La dimension érotique joue un rôle important dans la construction d'un personnage "type" romantique, le "brigand italien", auquel Dumas confie une très grande partie de l'action et de la morale du roman. Le brigand amoureux est aussi une figure récurrente de l'imaginaire dumasien, si l'on pense notamment à Pauline ou bien à Pascal Bruno. Mise en scène de l'amour fou, l'érotisme déviant est aussi une clé d'accès aux systèmes culturels de représentation du crime dont Dumas devient en même temps récepteur, artisan et divulgateur. Notre communication vise donc à présenter une réflexion sur la genèse et les significations mythopoïétiques, ethnographiques et politiques du brigand dumasien.

Giulio Tatasciore, chercheur en Histoire moderne à l'École Normale Supérieure de Pise (Italie), a obtenu en 2017 son doctorat en Histoire de l'Europe à l'université de Teramo (Italie), en cotutelle l'université Paris Diderot-Paris 7.
Publications
2017, "La fabbrica del criminale. Alexandre Dumas e le rappresentazioni del brigantaggio meridionale tra letteratura e politica", Società e storia, 156.
2015, "Rappresentare il crimine. Strategie politiche e immaginario letterario nella repressione del brigantaggio (1860-1870)", Meridiana. Rivista di storia e scienze sociali, 84.
2014, "Per una storia culturale del crimine. Alcuni recenti studi francesi", Storica, 60.
2013, "Il banditismo d'onore corso nell'immaginario di viaggio francese (1815-1915)", Diacronie. Studi di storia contemporanea, 15/3.

Steffie VAN NESTE : "Voir sans être vu". Amour et curiosité dans l'œuvre romanesque d'Alexandre Dumas
Dans l'univers romanesque de Dumas, la figure du curieux se décline selon plusieurs modalités : elle prend la forme du savant, du collectionneur ou bien du voyeur. Le voyeur, qui se trouve souvent à la Cour (Chicot, d'Artagnan), est très présent dans les scènes amoureuses peintes par Dumas. Se cachant derrière une haie, l'amoureux dumasien observe l'objet de son désir sans être vu lui-même. Ce voyeurisme est fondé soit sur la jalousie (le Comte de Monsoreau qui se cache pour espionner Diane de Méridor et son amant Bussy, chapitre intitulé "les Guetteurs") soit sur le désir érotique (le Comte de Charny qui s'installe dans une petite maison à Versailles pour contempler de loin la Reine). Dumas souligne en même temps les dangers de cette indiscrète curiosité : dans Le Vicomte de Bragelonne (voir chap. CXV, CXXX et CXXXI), Louis XIV est ainsi "puni de sa curiosité peu digne de son rang" (chap. CXVIII) après avoir espionné la Vallière, qui "se croyant seule avec deux amies, leur a fait confidence de sa passion pour le roi" (chap. CXVII). Ces occurrences de voyeurisme dans l'œuvre dumasienne sont d'autant plus significatives si l'on songe au fait que l'acte de regarder par le trou d'une serrure a fondé au XIXe siècle "toute une jurisprudence de la "curiosité malsaine"" (Cochoy 2011, p. 244 ; voir Iacub 2008). Cette communication vise à étudier le rapport étroit entre amour, curiosité et (in)discrétion dans l'œuvre romanesque de Dumas, tout en soulignant les tensions entre espace privé et espace public.

Steffie Van Neste, ATER et doctorante à l'université de Gand, prépare un doctorat sur la curiosité dans l'œuvre d'Alexandre Dumas père.​
Publications
Steffie Van Neste, "The Intersection of the Secular and the Sacred in Un Cas de conscience by Alexandre Dumas Père", in M HRA WORKING PAPERS IN THE HUMANITIES 13, éd. Daisy Gudmunsen & Claudia Dellacasa, 2018.
Steffie Van Neste, ""Qu'est-ce que c'est que l'amour ?". Curiosité, amour et monstruosité chez Stendhal", in Néophilologus, 101.4, 2017, p. 513–522.


DE L'AMOUR CHEZ DUMAS

Textes d’Alexandre Dumas

Compagnie PMVV le grain de sable > Lecture > Création

Alexandre Dumas père vivait ses aventures amoureuses au grand jour, sans s'encombrer des commérages ou d'une culpabilité de mauvais aloi. De ses premières amours avec une certaine Aglaé aux plaisirs parfois tarifés de sa fin de vie, l'annuaire de ses conquêtes impressionne le plus blasé. Dans son œuvre, il a créé des héroïnes libres et magnifiques, les blondes amoureuses et voluptueuses, les brunes plus dangereuses, les femmes fragiles et les maîtresses-femmes. C'est ainsi que les motifs sentimentaux et l'érotisme façonnent l'imaginaire dumasien.

Choix des textes et lecture : Philippe Müller, Vincent Vernillat. Avec l'aide de Julie Anselmini.

Sites : www.rencontresdete.fr // www.legraindesable.net

Rencontres d'été théâtre & lecture en Normandie 2019


BIBLIOGRAPHIE :

• ANSELMINI Julie, Le Roman d'Alexandre Dumas père ou la Réinvention du merveilleux, Genève, Droz, 2010.
• ANSELMINI Julie (dir.), Dumas critique, Limoges, PULIM, 2013.
• DECAUX Alain, Dictionnaire amoureux d'Alexandre Dumas, Plon, 2010.
• DESORMEAUX Daniel, Alexandre Dumas, fabrique d'immortalité, Garnier, 2014.
• NIMIER Roger, D'Artagnan amoureux, Gallimard, 1962.
• PREVOST Maxime, Alexandre Dumas mythographe et mythologue. L'aventure extérieure, Champion, 2018.
Revue des Sciences Humaines, n°2/2008 : Les Vies parallèles d'Alexandre Dumas, C. Grivel (dir.).
• SCHOPP Claude, Alexandre Dumas. Le génie de la vie, Fayard, 1997.
• SCHOPP Claude, Dictionnaire Dumas, CNRS Éditions, 2010.
• SCHOPP Claude & LEDDA Sylvain, Les Dumas. Bâtards magnifiques, Vuibert, 2018.


BULLETIN D'INSCRIPTION


Avant de remplir ce bulletin, consulter la page Inscription de notre site.

Tous les champs marqués d'un (*) doivent être renseignés.


Présentation personnelle

[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png ]


Adresse personnelle ou professionnelle
Ces renseignements figureront sur la liste des participants qui sera remise lors du colloque.


Sélectionner la mention adéquate (le statut de contributeur est défini au préalable, en accord avec le CCIC, par la direction du colloque).


Versement à effectuer

Frais de séjour : *

Total à verser :

Si différente, merci d'indiquer une adresse de facturation


[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png, pdf, doc, docx, txt ]
Vous pouvez ajouter ici, si besoin, les documents nécessaires pour compléter votre inscription : copie de carte d'étudiant(e), justificatifs de revenus, ...


Précisions à nous communiquer pour l'agrément de votre séjour :
[par exemple : grande taille (plus de 1,80 m), problèmes de mobilité, partage d'une chambre ou voisinage de chambres, inscription groupée, régime médicalement surveillé, ...]
Ces renseignements sont utiles à la répartition des chambres. Le logement est assuré au château de Cerisy et ses dépendances, en chambres doubles ou individuelles. En cas de grande affluence, les inscrits tardifs se logeront aux alentours.