Programme 2021 : un des colloques

Programme complet


PSYCHANALYSE ET MÉDECINE, ENTRE CORPS ET LANGAGE


DU SAMEDI 21 AOÛT (19 H) AU SAMEDI 28 AOÛT (14 H) 2021

[ colloque de 7 jours ]



DIRECTION :

Martine DOMBROSKY, Agnès DUTHOIT, Houchang GUILYARDI, Josette OLIER, Geneviève VIALET-BINE


ARGUMENT :

"La psyché est étendue. N'en sait rien…"
S. Freud

Dans le livre Qu'est-ce que le corps pour la psychanalyse ? nous pouvons lire sous la plume du Dr. Houchang Guilyardi que "Le corps ne ment pas, sous-entendant que, à travers ses organes éprouvés, le corps énonce une vérité du sujet, invisible à la conscience". Un tourbillon secoue en permanence les mondes de la médecine et de la psychanalyse. Deux mondes qui se côtoient depuis plus d'un siècle, depuis que Freud et les analystes freudiens posèrent la question de leurs relations : Ferenczi pensait que "pour la médecine, divisée en tant de spécialités, la psychanalyse est une bénédiction, car elle recommande, dans toute forme de maladie, de traiter le malade aussi bien que la maladie". La pratique médicale travaille à la disparition du symptôme en tant que dysfonctionnement organique, la psychanalyse, quant à elle, considère le symptôme comme porteur de la vérité du sujet. De quelles complexités inconscientes les corps tentent-ils de s'extraire en multipliant symptômes, passages à l'acte, actes manqués et maladies ? Patients, médecins, psychanalystes parlent-ils du même corps ?

Ce colloque sera l'occasion, au fil de la semaine, de confronter les différentes approches et pratiques dont la clinique hospitalière, et d'aborder, développer en quoi (le) corps et (le) langage sont irrémédiablement tissés à tous les âges de la vie d'un sujet.


MOTS-CLÉS :

Acte analytique, Cancer, Conversion, Corps, Désir, Deuil, Épigénétique, Éthique, Freud (Sigmund), Jouissance, Lacan (Jacques), Libido, Maladies auto-immunes, Psychosomatique, Pulsions, Pulsion de mort, Somatose, Structure, Symptômes, Transfert, Trauma


CALENDRIER PROVISOIRE :

Samedi 21 août
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Dimanche 22 août
PSYCHANALYSE ET MÉDECINE : QUELS RAPPORTS ? — Animatrice : Josette OLIER
Matin
Houchang GUILYARDI & Patrick GOUDOT : Chassés-croisés. Discours médical et discours analytique
Michelle MOREAU RICAUD : Le sujet en médecine. De Ferenczi à Balint

Après-midi
Arlette MEYER : Loi Santé et bioéthique
Thierry du PUY-MONTBRUN : Pavane pour un corps défunt ?

Exposition de photographies, avec Candice CELLIER


Lundi 23 août
CORPS ET JOUISSANCE — Animateur : Jean-Jacques CHAPOUTOT
Matin
Danièle LEVY : Organique et psychique : quelle articulation ?
Geneviève VIALET-BINE : Conversions hystériques et "somatoses"

Après-midi
Madeleine GUEYDAN : De la trace au langage, l'objet "a" dans le dessin d'enfant ou la création artistique
Marielle DAVID : Le corps, le tissu, le langage


Mardi 24 août
CORPS ET STRUCTURE — Animatrice : Agnès DUTHOIT
Matin
Psychanalystes à l'hôpital. Cartel de clinique analytique hospitalière, table ronde avec Nathalie ALVAREZ [Le désir, et alors ?], Laurent CAPELLE, Martine DOMBROSKY [Deux corps en présence], Agnès DUTHOIT [D'une plainte à l'autre : "ça fait mal ! j'ai mal de-dents, je n'en peux plus de ne pas dire…"], Christine FARDEAU [Interactions maladies inflammatoires chroniques endoculaires et psychisme], Christian JODEAU [L'inflammation intra-oculaire : un phénomène psychosomatique ?] et Michèle NEY

Après-midi
Houchang GUILYARDI : Névrose, psychose et somatose
Jean-Pierre LEBRUN : Le transgenre : enfant de la société
Josette OLIER : États de corps
Françoise BESSIS : Cancer et trauma — les enjeux d'une thérapie analytique

Soirée
Conte, avec Florient AZOULAY


Mercredi 25 août
LANGAGE ET CORPS — Animatrice : Sophie DUNOYER
Matin
Josette OLIER : Le désir du patient

Présentation clinique : cancer et lichen plan, "Les infortunes de Violette", atelier de clinique analytique avec Jean-Jacques CHAPOUTOT, Martine DOMBROSKY, Sophie DUNOYER de SEGONZAC et Josette OLIER

Alain VANIER : Le corps et son double

Après-midi
DÉTENTE

Soirée
"Donner corps au langage musical - transmission et transformation", concert avec Antoine PIERLOT (violoncelle)


Jeudi 26 août
ÉTHIQUE ET CORPS — Animatrice : Geneviève VIALET-BINE
Matin
Anne-Laure BOCH : La médecine moderne entre hyperpuissance et désillusions
Catherine VANIER : Une place pour la psychanalyse en réanimation néonatale

Après-midi
Monique BYDLOWSKI : Expérience et réflexions de 30 années de collaboration avec des médecins de la reproduction sur le terrain d'un service d'obstétrique
Florence FREDOUILLE : Les enjeux de passage d'un discours à un autre dans la prise en charge par le médecin de l'infertilité


Vendredi 27 août
PSYCHANALYSE ET MÉDECINE : QUELLE ÉTHIQUE ?
Matin
Jean-Pierre WINTER : Que profane la laïcité de la psychanalyse
Sophie DUNOYER de SEGONZAC : Chirurgie de l'obésité. Une intervention dans le réel qui ferait castration symbolique ?

Après-midi
Ghislaine BOUSKELA : Urgence et fin de vie, une clinique du paradoxe
Hélène C. PRIEST : Expériences langagières de rencontre auprès des réanimés


Samedi 28 août
LE MOMENT DE CONCLURE… — Animatrice :  Josette OLIER
Matin
Houchang GUILYARDI : Le moment de conclure…

Après-midi
DÉPARTS


RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Françoise BESSIS : Cancer et trauma — les enjeux d'une thérapie analytique
Pour un certain nombre de malades, le cancer, par la brutalité de sa découverte, la mort qu'il présentifie, constitue un trauma à la fois corporel et psychique réactualisant une histoire traumatique jusque-là retranchée ; cette ouverture psychique, si elle est accueillie par un autre, le psychanalyste, permet souvent un trajet inédit, l'émergence d'un sujet incarné, source de renaissance et même d'une véritable naissance à l'expérience de se sentir vivant. Ce texte témoigne, à partir de ma pratique pendant plus de vingt ans au Centre Pierre Cazenave, psychisme et cancer, du caractère d'autant plus précieux et vital d'un tel trajet, pour le malade, qu'il est immergé dans les contraintes et les souffrances de cette maladie grave et de ses traitements, et soumis à l'objectivation nécessaire du corps organique par la médecine.

Publications
Bessis F., "Pré-texte", 1992, in L. L. Lambrichs, Le Livre de Pierre, psychisme et cancer, Paris, Le Seuil, 3e éd., 2011, p. 313-340.
Bigras J., Cazenave P., Bessis F., "À propos du cancer, "La maladie du nourrisson dans l'adulte"", in La Revue française de psychosomatique, Paris, juin 1994, p. 47-64.
Bessis F., "Le travail thérapeutique avec Loïc — De l'abord transférentiel du trauma à l'émergence du sujet", Intervention aux Nouvelles Journées scientifiques 2014 du Centre Pierre Cazenave, intitulées "Cancer et trauma : travail, soin et créativité", texte paru dans Corps en discordance, somatoses et psychoses, sous la direction d'Houchang Guilyardi, éd. APM-ECP Sciences, 2017, p. 253-273.
Bessis F. (2019), "Rester vivant avec la maladie. Naître à l'occasion de la maladie", in Le Psychanalyste, la santé, le vivant, Actes des Journées des Ateliers, samedi 27 et dimanche 28 janvier 2018, Paris, 2019, Fédération des Ateliers de Psychanalyse.
Bessis F. (2019), "Fécondité de la clinique du trauma dans la rencontre avec le patient atteint de cancer", Psychiatrie, Psychanalyse et Sociétés, vol. 8.
Le Coq Héron, n°180, "Psychisme et Cancer", Ce numéro a publié les travaux de l'équipe du Centre Pierre Cazenave, exposés au cours des Journées scientifiques de 2004.

Anne-Laure BOCH : La médecine moderne entre hyperpuissance et désillusions
La médecine moderne est formidable. Mais… Il semble qu'il y ait un mais! Ce mais est à l'origine de l'immense questionnement de l'éthique biomédicale, qu'on peut résumer de la sorte : "La médecine soigne-t-elle bien l'homme ?". Dans cette phrase, "bien" peut être entendu sous l'acception de "correctement". De façon plus angoissante, on peut aussi se demander si c'est bien "l'homme" que soigne la médecine moderne. Analysé, objectivé, réduit à un tas moléculaire ou à un réseau de neurones, ce à quoi la médecine apporte tous ses soins est-il encore digne de tant d'efforts, de tant d'amour ?

Anne-Laure Boch est neurochirurgien, docteur en philosophie, praticien hospitalier, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris.
Publications
Médecine technique, médecine tragique, Séli Arslan, 2009.
"Généalogie de l'amour en médecine", in Geoffroy M. et Fiat E. (éd.), Questions d'amour. De l'amour dans la relation soignante, Paris, Lethielleux, "Parole et Silence", 2009.
"Le Frankenstein de Mary Shelley : pas d'amour pour la créature technoscientifique", Alliage, n°65, 2009, p. 124-135.
"Quand la médecine engendre des handicapés. Une nouvelle Némésis médicale", Le Débat, n°174(2), mars 2013, p. 146-158.
"État végétatif chronique : que "construit" la médecine ?, Éthica Clinica, n°72, 2013, p. 18-28.
"La médecine technoscientifique dépassée par ses monstres", in C. Masson et C. Desprats-Péquignot (éd.), Monstres contemporains : médecine, société et psychanalyse, Paris, In Press, 2015.
"Confusion des malades, confusion des médecins : la perplexité anxieuse règne dans nos hôpitaux", Approches, n°167, septembre 2016, p. 77-84.
"L'homme augmenté, l'homme diminué : fascination/répulsion face au sujet neurochirurgical", in C. Lindenmeyer (éd.), L'Humain et ses prothèses. Savoirs et pratiques du corps transformé, CNRS Éditions, 2017.

Ghislaine BOUSKELA : Urgence et fin de vie, une clinique du paradoxe
La médecine désinvestit le moment de la fin de vie, le percevant plutôt comme le signe de son échec. La psychanalyse, en se distinguant des différents modèles ayant contribué à la création des soins palliatifs, offre au sujet l'occasion de prendre son temps, de s'en saisir. C'est dans l'articulation du corps au langage, grâce à une modification de la temporalité, que quelque chose de la vérité du désir, peut émerger.

Ghislaine Bouskela est psychanalyste et psychologue clinicienne. Elle est membre de l'Association Psychanalyse et Médecine et analyste praticienne d'Espace analytique. Elle travaille depuis 10 ans dans l'unité de soins palliatifs et équipe mobile de l'hôpital d'Arpajon.

Marielle DAVID : Le corps, le tissu, le langage
Après l'épreuve de la naissance, le bébé est soutenu dans les bras de sa mère: il perçoit un filet, un tissu qui le sauve d'une chute et de l'angoisse. S'y inscriront les traces des expériences de plaisir et l'entrelacement des mots constitueront sa psyché.

Publication
Marielle David, Champ de l'amour et du désir, PUF, 2003.
Site
https://www.lefauteuildupsychanalyste.com/

Sophie DUNOYER de SEGONZAC : Chirurgie de l'obésité. Une intervention dans le réel qui ferait castration symbolique ?
Comment prendre en charge des patients qui n'ont pas de demande et veulent court-circuiter la question de la castration en s'en remettant à l'Autre médical ? Celui qui le fera à leur place, pensent-ils. Chimère bien sûr qu'il s'agira de déjouer en introduisant de la pensée et du questionnement analytique. Il faut les accueillir là où ils en sont, même si c'est par le biais d'un dispositif médical et les amener à construire une demande par eux-mêmes, se confronter à la douloureuse question des pulsions, faire reculer la dépendance, renoncer à la jouissance tyrannique de l'aliment, pour accéder à une position de sujet désirant, sujet qui serait alors en position de choisir et non plus d'être l'objet de l'Autre. Mais, changer les habitudes alimentaires n'est pas si simple, changer de corps non plus. Nous tentons de repérer ce qui opère ou ce qui échoue dans ce montage.

Psychologue et psychanalyste, Sophie Dunoyer travaille dans un centre de consultation en addictologie, drogues licites et illicites, depuis 1980 (CSAPA) à Saint Denis (93) puis dans un service de maladies infectieuse (SMIT) depuis 1995 à l'hôpital Delafontaine à Saint Denis. Depuis 2010, dans le service de chirurgie bariatrique de Saint Denis toujours, elle s'occupe de patients en obésité morbide ayant des troubles addictifs alimentaires. Elle a écrit de nombreux articles sur les addictions, le VIH et l'obésité.

Florence FREDOUILLE : Les enjeux de passage d'un discours à un autre dans la prise en charge par le médecin de l'infertilité
Vérité, sujet, jouissance, voilà ce qui aura pu échapper à la médecine lorsqu'elle aura eu à répondre à la demande de faire disparaître une situation clinique d'infertilité en utilisant les outils dont elle dispose, ceux de la médecine moderne, et qui pourra être retrouvé incarné dans des situations inexpliquées d'échec thérapeutique, autant d'impasses, comme un effet de retour du discours dans lequel elle est prise. Aidé de l'outil d'investigation qu'est la psychanalyse, le médecin devrait pouvoir saisir la signification de la demande qui lui est faite. Ainsi, dans son mode de réponse à cette demande, il devrait pouvoir dans certains cas quitter le discours du Maître dans lequel sa fonction le place, pour se placer dans un autre discours, adressé à l'Autre désirant qu'est le sujet qui formule cette demande. Quels pourraient être les enjeux de passage entre ces discours?

Florence Fredouille est gynécologue, psychanalyste, doctorat de recherche en psychopathologie et psychanalyse.
Travaux
Le don d'ovocytes en France : une question pour la psychanalyse, Thèse soutenue sous la direction d'Alain Vanier, Inédite, 2017.
"La procréation médicale assistée: les enjeux de passage entre médecine et psychanalyse", in Figures de la psychanalyse, n°39, p. 209-222, 2020.

Madeleine GUEYDAN : De la trace au langage, l'objet "a" dans le dessin d'enfant ou la création artistique
L'homme tient son humanité d'un certain régime symbolique ou signifiant. Le développement technique contemporain et la digitalisation suggèrent que tout ce qui possède un corps peut être transformé en une structure de données, mais la dématérialisation consiste à libérer les signes des liens qu'ils entretiennent avec leur origine. C'est ainsi que les choses disparaissent en tant qu'incarnées. Lacan au contraire souligne que "l'inconscient est un savoir, un savoir-faire avec lalangue. Et ce qu'on sait faire avec lalangue dépasse de beaucoup ce dont on peut rendre compte au titre du langage". Lalangue, qui a des effets sur le corps, nous amène à la clinique de la trace chez l'enfant avec le dessin, chez l'adulte avec des créations singulières. Décrypter, en pistant l'objet "a", le passage de la trace au langage sera notre recherche.

Bibliographie
Freud S., 1895, Esquisse d'une psychologie scientifique, Érès, 2011.
Freud S., 1919, L'inquiétante étrangeté, Paris, Gallimard, 2005.
Lacan J., Encore, Le séminaire XX, Paris, Le Seuil, 1975.
Lacan J., Le transfert, Le séminaire VIII, Paris, Le Seuil, 1991.
Pesenti-Irrmann M., "La direction de la cure avec l'enfant", in Figures de la psychanalyse, Érès, 2011.

Houchang GUILYARDI & Patrick GOUDOT : Chassés-croisés. Discours médical et discours analytique
Dialogue, confrontation, interaction de deux discours qui s'entrecroisent et interagissent au chevet du patient.
Le Pr Goudot, ancien chef du service de Stomatologie et Chirurgie maxillo-faciale à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, nous fera part de son expérience de chirurgien face à des situations aussi variées que la reconstruction faciale, les dysmorphies, les cancers, les problèmes fonctionnels, qui attentent à l'intégrité du visage et touchent au regard.
Le psychanalyste dira ce qu'il en est pour lui de la place et de la vie du sujet au milieu de ces fracas, dans lequel le visage ne coïncide souvent pas à l'image qu'il s’en fait.
Nous entendrons le choc de ce qui constitue le quotidien d'un service de chirurgie dans lequel une équipe de psys a su trouver sa place, depuis de nombreuses années.

Dr. Houchang Guilyardi est ancien psychiatre des Hôpitaux, psychanalyste, fondateur et président de l'Association Psychanalyse et Médecine.

Pr. Patrick Goudot est ancien Chef du service de Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Houchang GUILYARDI : Névrose, psychose et somatose
La vie des corps… Petits bobos et grandes douleurs. Rhumatismes et fracas mortels, maladies auto-immunes et impasses, répétitions, dépressions… Les positions psychiques y sont radicalement dissemblables.
Et l'on persévère, malgré tout, à se faire croire que le corps est indépendant du psychique. Déconnecté.
Tache aveugle de la théorie, l'hôpital est un continent de somatoses, à la dérive. Loin d'incarner un jeu intellectuel, méconnaître les positions psychiques dans la structure véhicule de pesantes conséquences cliniques, thérapeutiques et sociales.

Publications
"La psychose somatique", in Le trimestre psychanalytique, n°5, Publications de l'Association freudienne, 1988.
"Clinique du fracas et pulsion de mort : lésions, sutures et jouissances", in La Clinique lacanienne, n°6, 2003/1, p. 165-182.
"Fracture et renaissance", in Le Coq-Héron, n°180, 2005/1, p. 35-41.
"Cristaux d'angoisse I", in La livre de chair au vif du sujet, Paris, A.P.M. Éditions, 2012, p. 43-55.
"Psychoses somatiques et psychoses psychiques" , in Corps en discordance. Somatoses & psychoses, Paris, edpsciences/APM, Collection "Le Corps a ses raisons", 2017, p. 63-90.
"Guérison et structure : frustration, castration, privation", in Analyse Freudienne Presse, n°25, 2018/1, p. 47-53.

Josette OLIER : États de corps
"Nous sommes un redoutable mélange d'acides nucléiques et de souvenirs, de désirs et de protéines. Le siècle qui se termine s'est beaucoup occupé d'acides nucléiques et de protéines. Le suivant [le 21ème siècle donc] va se concentrer sur les souvenirs et les désirs. Saura-t-il résoudre de telles questions ?" disait François Jacob en 1997. À l'hôpital, l'écoute psychanalytique de la parole de sujets atteints de maladies organiques nous a donné à ressentir, en effet, que "le corps et l'esprit sont une seule et même chose vue sous deux angles différents", ainsi que l'écrivait Spinoza. Ceci, pour le plus grand bénéfice des patients. Et des soignants.

Josette Olier, psychologue clinicienne, psychanalyste, co-fondatrice de l'A.P.M., ancienne consultante en Oncologie Médicale à la Pitié-Salpêtrière (Paris) d'abord ; puis dans le Service de soins de suite de l'Hôpital "Les Cheminots" de Ris-Orangis (91).
Bibliographie
"Le corps comme lieu de savoir", in L'Acte, entre transfert et savoir, A.P.M. éditions, Collection "Le Corps a ses raisons", 2011.
"Lorsque les marqueurs montent… hiéroglyphes du corps ?", in Le Corps a ses raisons…, A.P.M. éditions, 2001.

Hélène C. PRIEST : Expériences langagières de rencontre auprès des réanimés
À partir de mon expérience clinique auprès des malades en réanimation et en m'appuyant sur les travaux de Joseph Gazengel, La psychanalyse et les réanimés : les vêtir de paroles, il s'agit de montrer comment les paroles, les mots, la voix et les silences qu'on peut offrir au corps des réanimés les font renaître. Comment devenir lucidement attentif à ce que disent ou crient les corps allongés des malades en réanimation, si perdus qu'ils soient. Interroger à partir des vécus sensoriels et émotionnels des malades réanimés et de ceux des psychologues cliniciens qui s'aventurent à leur chevet, leurs expériences langagières de rencontre. Comment le psychanalyste, auprès des réanimés privés de la capacité de communiquer avec l'outil qu'est le langage parlé, va devoir faire œuvre de création avec l'offre de ses propres paroles ?

Hélène C. Priest est psychologue clinicienne, psychanalyste, et présidente de l'Association pour le Maintien du Lien psychique en Soins intensifs.
Bibliographie
Actes des Journées d'étude d'AML Soins intensifs, sous la direction d'Hélène C. Priest : La parole en réanimation, 28 février 2013 ; Les corps en réanimation. Que nous apprennent-ils ?, 10 avril 2015.
Joseph Gazendel, La psychanalyse et les réanimés : les vêtir de paroles, L'Harmattan, 2017.
Hélène C. Priest, Hélène Vienet & Joseph Gazendel (coord.), Le soin psychique en réanimation, Éditions Seli Arslan, 2019.
Hélène C. Priest, "Expériences de sensorialités, entre douleur et désir de vivre", in Revue In Analysis, Revue Transdisciplinaire de Psychanalyse et Sciences, sous le direction de Raphaël Minjard, publiée par Elsevier Masson, Ms. Réf. N° INAN-D-20-00051, juin 2020.

Thierry du PUY-MONTBRUN : Pavane pour un corps défunt ?
La pratique médicale montre que la maladie se substitue au malade, que le corps n'est plus qu'un objet de science, oubliant que c'est l'homme lui-même dans son entièreté qu'on abandonne à ce processus réducteur. Le corps n'est plus entendu : la science est sourde à son langage. Elle a quitté son statut d'incontournable et précieux serviteur pour celui de maître — d'un maître absolutiste faisant de la "réalité" scientifique la totalité du réel. Comment en est-on arrivé là, à cette exterritorialité du corps qui menace aujourd'hui le fondement même de notre humanité ? C'est ici que la philosophie vient en aide en montrant le rôle de la doctrine dualiste dans ce clivage radical. Heureusement, il reste à la médecine d'autres approches philosophiques qui disent le "corps-chair", corps totalité de l'être — insaisissable par la science. Les méconnaître sonnerait le chant d'un corps et, partant, d'un homme défunt.

Thierry du Puy-Montbrun est médecin (Proctologie médico-chirurgicale) et docteur en philosophie pratique (Université Paris-Est Gustave Eiffel).
Bibliographie
Platon, "Phédon, Timée, Lois", in Platon Œuvres complètes I et II, Gallimard, La Pléiade, 1989.
Descartes, "Méditations, Discours de la Méthode", in Descartes, Œuvres et lettres, Gallimard, La Pléiade, 1953.
Renaud Barbaras, La perception, Hatier, "Optiques philosophiques", 1994.
Michel Henry, Incarnation, une philosophie de la chair, Seuil, 2000.
Thierry du Puy-Montbrun, La confusion des corps, Connaissances et Savoirs, 2017.

Geneviève VIALET-BINE : Conversions hystériques et "somatoses"
Je tenterai quelques réflexions sur ces états du corps que sont les conversions hystériques et "somatoses" ainsi que sur les mécanismes psychiques qui en rendent compte. Si les conversions font large consensus dans la communauté analytique, leur fonctionnement méritait d'être rappelé pour marquer la différence d'avec les "somatoses". Cet effort d'éclaircissement s'impose tant la confusion règne si on n'y apporte pas un peu de rigueur. Je vous propose donc au travers de la clinique de frayer un chemin dans les différentes références théoriques rendant compte de la désorganisation des fonctions somatiques et lésions d'organe. Avec comme fil rouge cette interrogation : ces atteintes du corps ne tentent-elles pas une suppléance dans le Réel au signifiant non advenu dans le symbolique ?

Geneviève Vialet-Bine est maître de conférences honoraire des universités, membre de l'APM en charge des Enseignements, Membre du CRDP et psychanalyste.
Publications
"Conversions hystériques et somatoses", in Revue de Psychologie Clinique, n°45 - "Quand le corps fait signe", Éditions EDPScience, 2018.
"Corps et langage, quand la parole prend corps", in Revue de la clinique lacanienne, n°22 - "Psychosomatique", Éditions Érès, 2013.
"Paroles singulières du Corps", in Qu'est-ce que le corps pour la psychanalyse?, sous la direction de H. Guilyardi, APM Éditions, 2013.
"Masochisme et pulsion de mort : les 3 masochismes", in CHE VUOÏ, n°32, Éditions L'Harmattan, 2009.
"La structure dans tous ses états", in Revue de la clinique lacanienne, n°13, Éditions Érès, 2006.


Psychanalystes à l'hôpital. Cartel de clinique analytique hospitalière, table ronde avec Nathalie ALVAREZ [Le désir, et alors ?], Laurent CAPELLE, Martine DOMBROSKY [Deux corps en présence], Agnès DUTHOIT [D'une plainte à l'autre : "ça fait mal ! j'ai mal de-dents, je n'en peux plus de ne pas dire…"], Christine FARDEAU [Interactions maladies inflammatoires chroniques endoculaires et psychisme], Christian JODEAU [L'inflammation intra-oculaire : un phénomène psychosomatique ?] et Michèle NEY
Être psychanalyste dans un service hospitalier de chirurgie est une gageure. Bien que très différent, le dispositif asymétrique de la séance d'analyse mis en place par Freud (patient allongé, tournant le dos au thérapeute), reste le cœur de l'entretien avec le malade dans sa chambre d'hôpital. Par sa présence, par son attention et son écoute large, sans questionnement, sans jugement, le psychanalyste recrée, dans un lieu différent, les éléments indispensables de la séance type, facilitant une relation de parole qui laisse les signifiants vivre et se déplacer librement d'un inconscient à l'autre. L'un parle, l'autre se tait… ou en tout cas l'autre se fait support silencieux (ou presque) d'une parole inédite, toujours nouvelle, la parole du patient.

Nathalie ALVAREZ : Le désir, et alors ?
La maladie somatique n'épargne aucune structure. Elle est parfois celle qui fait tenir ensemble le Réel, le Symbolique et l'Imaginaire et souvent l'agent désintricateur de la pulsion de vie et de la pulsion de mort. Les patients dont je parlerai ne témoignent pas d'entame corporelle. Le corps souffrant qu'ils livrent à la médecine est présenté comme un corps purement organique qu'il s'agit de guérir, sans détour par la vérité. Si le psychanalyste tient le bout du désir et le médecin le bout de la demande et dans bien des cas la demande recouvre le désir, alors il convient d'interroger ce désir. Désir inconscient du sujet souffrant et désir de l'analyste.

Publications
"La bouche et l'oreille : d'un bord à l'autre", in Corps en discordance, sous la direction de Houchang Guilyardi, Éditions APM/EDP Sciences, 2017.
"Peut-on empêcher Saturne de dévorer son fils", in Vous avez dit jouissance ?, sous la direction de Houchang Guilyardi, Éditions APM/Erès, 2019.

Martine DOMBROSKY : Deux corps en présence
À l'hôpital, ça se balade : d'un point du corps à l'autre, d'un organe à l'autre, d'un symptôme à l'autre, mais au bout du compte il s'agit toujours de la même chose : des points de fixations inconscients qui freinent ou arrêtent la dérivation nécessaire des pulsions… Que l'on soit à l'hôpital ou en cabinet, il y a toujours deux corps en présence… Il y a du corps, toujours. Même dans une chambre d'hôpital, froide, si peu hospitalière, il y a du corps et, dès que vous entrez dans cette pièce, il y a deux corps en présence, celui de l'analyste et celui du patient. Celui de l'analyste tente de se faire léger, discret, mais sa présence, son épaisseur, sa consistance s'imposent dès le premier instant. Et ça, le patient en est atteint, il l'entend. Je donnerai compte de ceci, au travers de plusieurs situations cliniques ; de ces rencontres surprenantes dans des lieux parfois improbables, de cette diversité, de ce chaos que contient l'hôpital ; des odeurs, des bruits, des silences où un peu de vérité du sujet va trouver son chemin.

Publications
"Le corps en première ligne", in Corps en discordance, sous la direction de Houchang Guilyardi, Éditions APM/EDP Sciences, 2017.
"Sois sage, Ô ma douleur…", in Vous avez dit jouissance ?, sous la direction de Houchang Guilyardi, Éditions APM/Erès, 2019.

Agnès DUTHOIT : D'une plainte à l'autre : "ça fait mal ! j'ai mal de-dents, je n'en peux plus de ne pas dire…"
Qu'est-ce qu'une bouche lorsqu'il n'y a pas de réponse universelle de la douleur à un symptôme ? Là où "ça" parle (les maux) nécessite d'être entendu, déposé. La bouche, carrefour aérodigestif, lieu de satisfaction des besoins, élue dans les rites amoureux, écrin des dents qui disent notre jeunesse comme notre fin, nous convoque médecin, psychanalyste, auprès d'un être en souffrance aux prises avec son angoisse. Expériences cliniques : Je partirai de l'itinéraire de patients atteints de maladies dites "sans cause" jusqu'à leur arrivée erratique en consultation de psy à l'hôpital général et, présenterai ces parcours suivis pour certains d'entre eux pendant plus de cinq ans.

Agnès Duthoit est psychanalyste, membre de l'Association Psychanalyse et Médecine et, de l'A.L.I.
Publication
"Entre vie et mort, histoire d'un fil", in Corps en discordance, sous la direction de Houchang Guilyardi, Éditions APM/EDP Sciences, 2017.

Christine FARDEAU : Interactions maladies inflammatoires chroniques endoculaires et psychisme
Les maladies inflammatoires chroniques endoculaires, dites uvéites auto-immunes, sont la cinquième cause de cécité dans les pays riches, et se caractérisent par une évolution sous forme de poussées par récidive inflammatoire. En de multiples aspects, elles interagissent avec le psychisme. Tout d'abord par la menace anxiogène de la fonction visuelle. Ensuite par l'aspect récidivant de l'uvéite qui peut surprendre le patient qui peut se sentir menaçé en permanence. Par les modifications de situation socio-professionnelle souvent destabilisantes, déclassantes. Par les effets psychotropes de nombreux médicaments anti-inflammatoires, en première ligne la corticothérapie prise par voie générale. Enfin le caractère rare, chronique, récidivant, de ces entités ophtalmologiques, peut générer un sentiment de culpabilité. Les rencontres Psychanayse et Médecine sont l'occasion de construire une évaluation de ces interactions.

Christine Fardeau est Consultant Référent concernant les Uvéites, pour la prise en charge médicale et chirurgicale ; Rapporteur pour le site d'Ophtalmologie de l'Hôpital Pitié-Salpétrière auprès de la Haute Autorité de Santé pour intégrer le Centre de Maladies Rares OPHTARA, en 2011 et 2017 ; Porteur du projet de création du programme d'"Éducation Thérapeutique du Patient atteint d'uvéite" dans le 3ème plan national Maladies Rares, accepté par la DGOS en janvier 2020.

Christian JODEAU : L'inflammation intra-oculaire : un phénomène psychosomatique ?
Lors de leur rencontre avec le psychanalyste, les patients hospitalisés pour des uvéites ou des inflammations intra-oculaires parlent de ce qui vient bouleverser leur vie, une perte de vision brutale et imprévue, la crainte de la cécité, l'angoisse face à la dépendance. Ces patients parlent également des circonstances d'apparition du trouble visuel et de ce qu'ils y rattachent, d'une histoire familiale souvent marquée par un deuil ou une séparation, de l'hospitalisation et de ce qu'elle représente pour eux. La présence du psychanalyste à l'hôpital rend possible une parole sur soi moins contrainte et un discours singulier qui viennent dessiner un contexte psychique aux frontières du corps et du langage.

Christian Jodeau est psychanalyste, membre de l'Association Lacanienne Internationale.
Publications
"Du forclusif au discordant", in Corps en discordance, sous la direction de Houchang Guilyardi, Éditions APM/EDP Sciences, 2017.
"Encore … mais pas trop !", in Vous avez dit jouissance ?, sous la direction de Houchang Guilyardi, Éditions APM/Erès, 2019.


Présentation clinique : cancer et lichen plan, "Les infortunes de Violette", atelier de clinique analytique avec Jean-Jacques CHAPOUTOT, Martine DOMBROSKY, Sophie DUNOYER de SEGONZAC et Josette OLIER
La "présentation de malade" est une tradition, aussi bien dans la médecine classique que dans la psychiatrie. Dans le cadre des activités de l'Apm, et dans un but de transmission, Houchang Guilyardi a pratiqué cette discipline à la Salpêtrière, avec des patients atteints de maladie somatique, devant un public averti, psy confirmés et psy en formation.
C'est à partir de l'un de ces longs entretiens analytiques, celui d'une patiente prise en charge à l'hôpital, depuis une dizaine d'années, pour un cancer de la langue et un lichen plan, que nous avons tenté d'aborder la clinique du somatique. Elle a subi nombre de traitements, d'interventions chirurgicales et présente de fortes tendances suicidaires qui alertent les médecins.
Nous avons là un matériel d'une richesse inouïe qui nous a servi de pré-texte pour un travail de longue haleine… et nous avons tenté, dans un aller et retour permanent entre la théorie qui nous nourrit et la clinique qui nous enseigne, d'enrichir nos questionnements, et de laisser surgir certaines trouvailles.


"Donner corps au langage musical - transmission et transformation", concert avec Antoine PIERLOT (violoncelle)
J'ai imaginé un programme sur le thème de la transmission articulé autour des suites pour violoncelle seul de Jean-Sébastien Bach. La transmission d'un langage musical à travers les siècles, la transmission des savoir-faire qui permettent à ce langage de se faire entendre, la passation d'interprète à interprète, la transformation… Ainsi se joindront à Bach Pablo Casals, Gaspar Cassado et Benjamin Britten.

Nommé aux victoires de la musique dans la catégorie "révélation soliste instrumental", élu "révélation classique" par l'ADAMI, Antoine Pierlot est lauréat de la fondation de France et de la fondation Natixis. Concertiste soliste, chambriste, sa discographie reflète l'éclectisme de ses choix musicaux, de Bach à Beffa, en passant par Mendelssohn, Chopin, Fauré, Britten…


BIBLIOGRAPHIE :

• Sous la direction d'Houchang Guilyardi, ouvrages collectifs dans la collection "Le Corps a ses raisons", APM éditions :
- "L'Anorexique, le médecin et le psychanalyste", 2010.
- "L'Acte, entre transfert et savoir", 2012.
- "La Livre de chair, au vif du sujet", 2012.
- "Qu'est-ce que le corps pour la psychanalyse ?”, 2013.
- "Folies à la Salpêtrière. Charcot, Freud, Lacan" (EDP Sciences), 2015.
- "Qu’est-ce que la guérison pour la psychanalyse ?" (EDP Sciences), 2016.
- "Corps en discordance. Somatoses et Psychoses" (EDP Sciences), 2017.
- "Vous avez dit Jouissance ?" (Erès), 2019.

• Georges Canguilhem, Le normal et le pathologique, PUF, 1966.
• Jean Clavreul, L'ordre médical, Seuil, 1978.
• Sandor Ferenczi, Introduction à la question de l'analyse profane de S. Freud, "Essaim", érès, 2005.
• Sigmund Freud, Psychanalyse et médecine, ou la Question de l'analyse profane, "Folio", Gallimard, 1998.
• Jacques Lacan, "La place de la psychanalyse dans la médecine”, Intervention au Collège de médecine, 1966.
• Jacques Lacan, "Le symptôme", Conférence de Genève, 1975, Le Bloc-notes de la psychanalyse, 1985.
• Jean-Pierre Lebrun, De la maladie au malade. Psychanalyse et médecine dans la cité, érès, 2017.
• Joyce McDougall, Le théâtre du corps, "Folio", Gallimard, 2003.
• Donald Winnicott, "La maladie psychosomatique", La Lettre de la SPF, 2020.


SOUTIEN :

• Association Psychanalyse et Médecine (APM)


BULLETIN D'INSCRIPTION


Les inscriptions à ce colloque pour les auditeurs sont maintenant ouvertes. Au regard des informations concernant l'évolution de la crise sanitaire et de notre capacité d'accueil, celles-ci pourront être mises sur une liste d'attente.


Avant de remplir ce bulletin, consulter la page Inscription de notre site.

Tous les champs marqués d'un (*) doivent être renseignés.


Présentation personnelle

[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png ]


Adresse personnelle ou professionnelle
Ces renseignements figureront sur la liste des participants qui sera remise lors du colloque.


Frais de séjour : *

Total à verser :

Si différente, merci d'indiquer une adresse de facturation


[ Formats autorisés : jpg, jpeg, png, pdf, doc, docx, txt ]
Vous pouvez ajouter ici, si besoin, les documents nécessaires pour compléter votre inscription : copie de carte d'étudiant(e), justificatifs de revenus, ...


Précisions à nous communiquer pour l'agrément de votre séjour :
[par exemple : grande taille (plus de 1,80 m), problèmes de mobilité, partage d'une chambre ou voisinage de chambres, inscription groupée, régime médicalement surveillé, ...]
Ces renseignements sont utiles à la répartition des chambres. Le logement est assuré au château de Cerisy et ses dépendances, en chambres doubles ou individuelles. En cas de grande affluence, les inscrits tardifs se logeront aux alentours.