Publication 2006 : un des ouvrages


Les villes normandes au Moyen Âge. Renaissance, essor, crise

LES VILLES NORMANDES AU MOYEN ÂGE

RENAISSANCE, ESSOR, CRISE


Pierre BOUET, François NEVEUX (dir.)


Les villes normandes sont nées pour la plupart au Moyen Âge. Une dizaine de cités avaient été créées à l'époque romaine. Seules quelques-unes d'entre elles subsistent réellement durant le haut Moyen Âge : Rouen, Bayeux, Évreux et Lisieux. Au IXe siècle ces agglomérations sont durement frappées par les invasions scandinaves et par leurs conséquences économiques.
C'est alors qu'on assiste, au cours du XIe siècle, à un extraordinaire mouvement de renaissance urbaine. De nombreuses villes apparaissent alors, dont la plus importante est celle de Caen. Le mouvement se poursuit au XIIe siècle et aboutit, au cours du XIIIe, à la constitution d'un véritable réseau urbain.
La Normandie est évidemment touchée par la crise des XIVe et XVe siècles, et en premier lieu par la guerre de Cent Ans. Cependant les villes se fortifient et résistent. La plupart d'entre elles sortent grandies de l'épreuve et réussissent à compléter leur parure architecturale.
Le colloque s'est particulièrement intéressé à la topographie, à l'urbanisme, au monde du travail et aux conditions de vie, en se fondant sur les apports les plus récents de la recherche en histoire et en archéologie. Il s'est mis enfin à l'écoute des clercs, des poètes et des artistes, pour se demander quelle représentation ceux-ci avaient de leur ville : nouvelle Babylone, lieu de toutes les perditions, ou Jérusalem céleste, figure du paradis.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2003) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°358]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Caen

ISBN : 2-84133-270-5

Nombre de pages : 392 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Prix public : 25 €

Année d'édition : 2006

Publication 2005 : un des ouvrages


Manuscrits et enluminures dans le monde normand (Xe-XVe siècles) - Réédition

RÉÉDITION


MANUSCRITS ET ENLUMINURES DANS LE MONDE NORMAND (Xe-XVe SIÈCLES)


Pierre BOUET, Monique DOSDAT (dir.)


Deuxième édition révisée et augmentée d'index et d'un complément bibliographique.

Sur le territoire de la future Normandie, au début du Xe siècle, il ne reste plus guère de bibliothèques, monastiques ou cathédrales, qui ont pu échapper au pillage des Vikings.
Le début du XIe siècle voit renaître l'art d'écrire et d'enluminer les manuscrits dans les monastères normands qui se relèvent de leurs ruines. L'éclat exceptionnel de ces scriptoria des XIe et XIIe siècles coïncide avec l'expansion normande en Angleterre et en Italie du Sud.
Mais à partir du XIIIe siècle les choses changent avec l'apparition des universités et l'intégration de la Normandie au royaume de France : il y a désormais des ateliers où des gens de métier et des artistes professionnels produisent des manuscrits de belle facture pour une clientèle aisée. Mais copistes et enlumineurs disparaissent à la fin du XVe siècle quand l'imprimerie absorbe le marché du livre.
Cet ouvrage rassemble les articles des plus grands spécialistes européens en ce domaine et présente une synthèse sur les cinq siècles médiévaux durant lesquels la Normandie fut une terre d'élection pour le manuscrit et l'enluminure, tout en ouvrant de nouvelles perspectives de recherche.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (1995) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°234bis]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Caen

ISBN : 2-84133-257-8

Nombre de pages : 240 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Prix public : 39 €

Année d'édition : 2005

ÉDITION D'ORIGINE

Manuscrits et enluminures dans le monde normand (Xe-XVe siècles)Éditeur : Presses universitaires de Caen

ISBN : 2-84133-087-7

Nombre de pages : 240 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Année d'édition : 1999

Non disponible auprès du CCIC [n°234]

Publication 2005 : un des ouvrages


Les fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie

LES FONDATIONS SCANDINAVES EN OCCIDENT ET LES DÉBUTS DU DUCHÉ DE NORMANDIE


Pierre BAUDUIN (dir.)


La Normandie est souvent présentée comme la réussite la plus accomplie de la colonisation scandinave en Occident. À la différence de la plupart des autres fondations nordiques, l'état normand de Rouen réussit à s'inscrire durablement dans l'espace politique de l'Europe chrétienne et à intégrer les valeurs de sa civilisation.
S'il convient de replacer la fondation des états nordiques en Occident dans le mouvement d'expansion scandinave, les recherches récentes invitent également à comprendre le phénomène sous l'angle des sociétés qui y ont été confrontées. Elles entendent également élargir les comparaisons entre les différents espaces où vinrent s'établir les Vikings au cours des VIIIe-XIe siècles.
Ce volume issu, d'un colloque tenu à Cerisy du 25 au 29 septembre 2002, aborde les échanges de toute nature entre le monde scandinave et l'Occident, ainsi que les images de l'autre résultant de ces contacts. Il présente la diversité des expériences menées par les Scandinaves tant sur le continent que dans les îles Britanniques. Placés dans un contexte européen, la fondation du duché de Normandie et le processus d'insertion des Normands dans le monde franc reçoivent ainsi un éclairage nouveau.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2002) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°339]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Publications du CRAHM

ISBN : 2-902685-28-9

Nombre de pages : 271 p.

Illustrations : N & B

Prix public : 31,80 €

Année d'édition : 2005

Publication 2004 : An Edited Book


The Bayeux Tapestry : Embroidering the Facts of History

[ Version Française ]

THE BAYEUX TAPESTRY : EMBROIDERING THE FACTS OF HISTORY


Pierre BOUET, Brian J. LEVY, Fançois NEVEUX (ed.)


This volume, published simultaneously in French and English,with reproductions of the Tapestry and other illustrations in colour, originated as an international colloquium held in October 1999 at the Cultural Centre of Cerisy, in Normandy. It makes available to the wider public the fruits of research carried out over the past twenty years by some of the most eminent of Bayeux Tapestry scholars.
The aim of the original colloquium was threefold : to reveal for the first time details of the work carried out by the team of textile specialists engaged in the full scientific study of the Tapestry in 1982-83 ; to publish the latest historical research on the events recorded by the Tapestry (with particular reference to its source material) ; and finally to analyse the various techniques involved in the creation of this unique work of art.


Publication of Cerisy Symposiums (1999) [For more information]
Available at Cerisy from Members of Amis de Pontigny-Cerisy [n°321b]

CHARACTERISTICS

Publisher : Presses universitaires de Caen

ISBN : 2-84133-213-6

Length : 432 p.

Illustrations : Colors and Black & White

Price : 39.50 €

Publication Date : 2004

Publication 2004 : un des ouvrages


La Tapisserie de Bayeux : l'art de broder l'Histoire

[ English Version ]

LA TAPISSERIE DE BAYEUX : L'ART DE BRODER L'HISTOIRE


Pierre BOUET, Brian J. LEVY, Fançois NEVEUX (dir.)

Avec le concours de l'Office universitaire d'études normandes (OUEN)


Cet ouvrage, publié en français et en anglais avec des reproductions de la Tapisserie et des illustrations en couleur, présente les actes du colloque international qui s'est tenu en octobre 1999 au Centre culturel de Cerisy. Il offre à un large public les résultats des recherches effectuées depuis une vingtaine d'années par les meilleurs spécialistes européens de la Tapisserie de Bayeux.
Ce colloque s'est efforcé d’atteindre un triple objectif : d'abord publier les travaux entrepris par une équipe de spécialistes des textiles lors de l'expertise effectuée en 1982-1983, ensuite faire le point sur toutes les recherches historiques concernant les événements représentés sur la Tapisserie en relation avec une étude nouvelle des sources, enfin analyser les techniques qui ont présidé à la réalisation de cette œuvre d'art.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (1999) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°321a]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Presses universitaires de Caen

ISBN : 2-84133-160-1

Nombre de pages : 432 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Prix public : 39,50 €

Année d'édition : 2004

Publication 2003 : un des ouvrages


La Normandie et l'Angleterre au Moyen Âge

LA NORMANDIE ET L'ANGLETERRE AU MOYEN ÂGE


Pierre BOUET, Véronique GAZEAU (dir.)

Avec le concours du Conseil régional de Basse-Normandie et des Conseils généraux du Calvados et de la Manche


La Manche n'a jamais constitué au Moyen Âge un obstacle aux échanges pour les marchands, les hommes d'Église, les artistes, les hommes politiques, habitués depuis l'Antiquité à en fréquenter les deux rives. La conquête de Guillaume le Conquérant en 1066 renforça les liens qui s'étaient déjà noués au Xe siècle entre la Normandie et l'Angleterre.
Mais la création d'un ensemble politique sur les deux rives de la Manche créa une situation nouvelle qui allait connaître des phases diverses : période d'échanges très intenses, notamment de 1090 à 1125, et période de relâchement progressif durant le XIIe siècle. Après 1204, le rêve d'une continuité des relations "transmanchiales" s'estompe peu à peu, puis définitivement vers 1240. Au XVe siècle, lors de la guerre de Cent ans, le roi d'Angleterre Henri V n'a pas de politique normande : il est plus préoccupé par le trône de France que par l'ancien duché de Normandie.
Dis ans après le colloque de Reading, "England and Normandy in the Middles Ages", les actes du colloque international, qui s'est tenu au Centre culturel de Cerisy en octobre 2001, marquent une étape nouvelle dans l'étude des échanges anglo-normands. Les recherches conjointes des historiens britanniques et français et la publication récente de très nombreuses sources, notamment pour la période ducale, ont permis une relecture de cette histoire complexe qui ne peut être parfaitement éclairée que si on resitue ces deux espaces anglais et normand dans un contexte européen, enjeu des recherches à venir.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2001) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°314]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Publications du CRAHM

ISBN : 2-902685-14-9

Nombre de pages : 367 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Prix public : 31,80 €

Année d'édition : 2003

Publication 2003 : un des ouvrages


Culte et pèlerinages à saint Michel en Occident. Les trois monts dédiés à l'archange

CULTE ET PÈLERINAGES À SAINT MICHEL EN OCCIDENT

LES TROIS MONTS DÉDIÉS À L'ARCHANGE


Pierre BOUET, Giorgio OTRANTO, André VAUCHEZ (dir.)


Le Mont-Saint-Michel en France ou le Monte Sant'Angelo en Italie sont justement réputés en tant que sites naturels et monuments historiques exceptionnels et c'est à ce titre qu'ils ne cessent aujourd'hui encore d'attirer d'innombrables visiteurs. Mais les splendides édifices religieux qui ont été construits sur ces lieux sacrées sont aussi le produit d'une histoire fort longue et beaucoup moins connue. Celle-ci trouve en effet son origine dans des récits, des inscriptions et des œuvres d'art qui attestent, dès le Ve siècle, l'apparition miraculeuse de saint Michel sur le Monte Gargano, en Pouille ainsi que son pouvoir contre les forces du mal. De l'Italie du Sud byzantine, le culte de l'archange passa chez les Lombards, dont il devint bientôt le protecteur attitré, et s'étendit à l'ensemble de l'Occident au cours de Haut Moyen Âge. La fondation, en Normandie au début du VIIIe siècle, du monastère du Mont-Saint-Michel par l'évêque d'Avranches, Aubert, doit être mise en relation avec cette expansion, tout comme celle du grand sanctuaire de San Michele della Chiusa, en Piémont, qui garde l'entrée des défilés alpins. Dans le cadre du programme de recherche de l'École française de Rome sur "L'espace, l'homme et le sacré dans les pays méditerranéens", des historiens et historiens de l'art français et italien, réunis en colloque dans la cadre du Centre culturel de Cerisy, se sont attachés à faire le point des connaissances relatives aux divers aspects du culte de saint Michel et aux pèlerinages qui lui étaient consacrés, à l'époque médiévale et moderne, dans l'ensemble du monde chrétien.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2000) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°308]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : École française de Rome

Collection : Collection de l'École française de Rome, n°316

ISBN : 2-7283-0670-2

Nombre de pages : 606 p.

Illustrations : N & B

Prix public : 64 €

Année d'édition : 2003

Publication 2002 : un des ouvrages


Jean-François Millet, au-delà de l'Angélus

JEAN-FRANÇOIS MILLET, AU-DELÀ DE L'ANGÉLUS


Geneviève LACAMBRE, Lucien LEPOITTEVIN (dir.)


Jean-François Millet occupe depuis plus d'un siècle, une place considérable, car son aura dépasse largement le domaine de l'art. Elle nourrit les mythes fondateurs de ce pays, enracinés dans les terroirs les plus profonds. Au vu de l'attrait qu'il continue d'exercer, le moment paraît favorable pour resituer ce grand peintre dans une approche différente, complète et actualisée.
Lucien Lepoittevin s'est attaché, en premier lieu, à nous faire apprécier, au-delà de l'Angélus et des Glaneuses, les aspects multiples d'une œuvre majeure. Il retrace, dans un récit vivant et riche d'anecdotes, la logique d'un parcours complexe. De nombreux tableaux, pastels et dessins, en couleur, provenant. des musées du monde entier, et souvent peu connus, illustrent ce texte.
La deuxième partie est issue d'un Colloque de Cerisy, sur le thème de "l'universalité de Jean-François Millet", auquel ont participé quatorze historiens de l'art, sous la direction de Geneviève Lacambre. On y suit l'évolution du peintre à travers sa correspondance, ses racines normandes, ses voyages, son séjour à Barbizon, mais également l'influence qu'il a exercée sur différents artistes ou écrivains de son époque. Elle reconstitue à plusieurs voix, la trame fertilisante de ces relations croisées. Courbet, Daumier, Breton, Segantini, Pinkas, Degas, Pissarro, Berthe Morisot, des peintres japonais, et bien d'autres, ont puisé abondamment dans cette matière intense. Leurs tableaux reproduits en couleur, confrontés à leur modèle, en témoignent.
Jean-François Millet, au-delà de l'Angélus, nous propose un monde où le réel porte l'essence même de la vie.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (2000) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°295]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Éditions Jean-Pierre de Monza

ISBN : 2-908071-93-2

Nombre de pages : 392 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

Prix public : 60 €

Année d'édition : 2002

Publication 2001 : un des ouvrages


Les récits de voyage en Cotentin aux XVIIIe et XIXe siècles

LES RÉCITS DE VOYAGE EN COTENTIN AUX XVIIIe ET XIXe SIÈCLES


Emmanuelle AMSELLEM (dir.)


Le voyage a toujours eu un caractère pédagogique : jusqu'à la fin du XVIIIe siècle où prédomine le voyage scientifique, valeur essentielle de l'Europe des Lumières, le voyageur qui raconte ses pérégrinations transmet un savoir.
La fin du XVIIIe siècle marque un tournant: voyager n'est plus seulement l'apanage des savants. Aristocrates et bourgeois partent aussi. Le tourisme est en train de naître, d'autant que le développement du réseau ferroviaire dès 1830 et l'amélioration des conditions matérielles du voyage poussent au départ : le Cotentin est alors sillonné, du Mont Saint-Michel à la pointe de la Hague, via les stations balnéaires, par ces voyageurs encore considérés comme des hurluberlus.
Le XIXe siècle est marqué par le succès croissant des écrivains voyageurs. Le récit de voyage devient un genre littéraire fort prisé. En effet, il mêle intimement histoire, littérature, peinture et photographie et s'intègre pleinement dans l'ambiance culturelle de l'époque, imprégnée de romantisme et de pittoresque. Désormais, la mode est aux paysages naturels, aux rivages marins et aux vieilles ruines, que le Cotentin offre, en de nombreux endroits, aux yeux des visiteurs.
L'évocation des "récits de voyage en Cotentin aux XVIIIe et XIXe siècles" a permis d'analyser les multiples regards que portent les voyageurs sur le département de la Manche. Ces derniers témoignent en effet des richesses locales et des bouleversements économiques et sociaux, en évoquant entre autre les itinéraires et les destinations, les coutumes et les mentalités. Par conséquent, les écrits de voyage prennent aujourd'hui valeur d'archives, dévoilant un contenu extrêmement varié du fait de la curiosité multiforme des voyageurs. Ce colloque a ainsi offert l'occasion de dresser un tableau de la Manche au XIXe siècle.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (1999) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°283]

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Société d'Archéologie et d'Histoire de la Manche

Collection : Revue de la Manche, Tome 43, n°170 - Avril 2001

ISSN : 1161-7721

Nombre de pages : 97 p.

Illustrations : N & B

Prix public : 14 €

Année d'édition : 2001

Publication 2000 : un des ouvrages


Les Italiens en Normandie, de l'étranger à l'immigré

LES ITALIENS EN NORMANDIE, DE L'ÉTRANGER À L'IMMIGRÉ


Mariella COLIN, François NEVEUX (dir.)


Le colloque qui a eu lieu à Cerisy du 8 au 11 octobre 1998, a réuni des historiens, des italianistes et des linguistes qui se sont penchés sur les différentes formes de la présence des Italiens en Normandie au cours des siècles. L'exploration du passage des Transalpins sur une période de plus de mille ans trouvait sa légitimité dans la continuité de leur pénétration sur le sol normand, tout comme le reste de la France. Cette mémoire a servi de fil conducteur pour une mise en perspective de leur immigration en Normandie sur une longue durée et a éclairé de multiples aspects de son histoire.
La partie ancienne (Traces) porte sur une période allant du Haut Moyen Âge à l'époque moderne. Au Moyen Âge, l'immigration italienne en Normandie fut essentiellement ecclésiastique. Les moines, puis les chanoines et même les évêques, vinrent s'établir dans la province ou cherchèrent seulement à engranger le produit de riches bénéfices. À la Renaissance et à l'Âge classique, cet afflux concerna des individus de conditions diverses, depuis les navigateurs, cartographes et explorateurs, jusqu'aux marchands, artistes et maîtres d'armes. Au total cependant, tous ces Italiens appartenaient au monde des élites.
La partie contemporaine (Immigration) porte essentiellement sur le XXe siècle. Lorsque l'émigration italienne reprend sous la Troisième République, cette mobilité n'est plus individuelle mais collective : elle ne concerne plus les élites, mais devient le fait des classes populaires. La section contemporaine du colloque a étudié d'abord l'attitude des Normands vis-à-vis de ces immigrés, au travers de la presse, de l'opinion publique et des réseaux de sociabilité. Elle a également permis de connaître les Transalpins immigrés dans la région à travers leurs propres modalités de représentation et d'expression. Italiens de Normandie, Normands d'origine italienne, ils seront demain simplement Européens.


Ouvrage issu d'un colloque de Cerisy (1998) [en savoir plus]
Disponible à Cerisy aux Amis de Pontigny-Cerisy [n°260]


Articles à l'unité également disponibles en accès gratuit sur PERSEE.FR

CARACTÉRISTIQUES

Éditeur : Annales de Normandie

Collection : Revue Cahier des Annales de Normandie, n°29

ISBN : 2-902239-00-9

Nombre de pages : 288 p.

Prix public : 23 €

Année d'édition : 2000